en partenariat avec...
Nano RoleplayEsquisseJust MarriedMaster PokéThe Holiday ScamGifted
Recherche
Recherche avancée
Annonces
-82%
Le deal à ne pas rater :
Batterie externe 26800 mAh à charge rapide
19.90 € 110 €
Voir le deal

Manoir Abandonné - La suite [Chronosrep + Tasty Tales ]

Manoir Abandonné - La suite [Chronosrep + Tasty Tales ] Empty #1le 05.01.19 1:10
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Unity Fortesee [CR]
Invité
Suite de https://www.peekaboo-rpg.com/t4208-epreuve-2-o-manoir-abandonne-chronosrep-tasty-tales

Unity écouta sagement ce que le médecin légiste avait à dire. Sur le fond de pluie, le squelette ramenant maladroitement sa valise et le piano continuant sa douce musique, la voix de l'homme avait quelque chose de relaxant. Qui lui faisait oublier sa mésaventure à moitié nue. Elle en profita d'ailleurs pour enfiler un des amples t-shirts qu'elle avait amené pour la plage, ainsi qu'une veste à elle.

« Ça a dû être un choc de mourir, alors » commenta 43 d'un air pince-sans-rire, à propos du dernier commentaire. « Enfin, "mort ou pas mort", il doit encore se poser la question. »

Ainsi il y avait des gens qui, juste en observant un mort, pouvait en déduire tant de choses. Un métier comme ça ne l'avait jamais intéressée auparavant. Mais là, soudainement, il y avait quelque chose de divertissant à entendre le non-mort raconter une histoire par son apparence.

Au fait.

Il a su tout ça avec juste le crâne...

Avec un sourire plein de malveillance et un regard plein de malice, Unity poussa le reste du squelette vers l'homme.

« Et qu'est-ce que vous pouvez dire avec ça, du coup ? »

Même plus la peine de demander poliment. La curiosité avait pris le contrôle de la cyborg. Et l'idée de voir le squelette en pièce ou courant pour échapper à son destin ne lui déplaisait guère non plus.
Manoir Abandonné - La suite [Chronosrep + Tasty Tales ] Empty #2le 05.01.19 1:41
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Istvan [TT]
Invité




Oh. Apparemment, tu as piqué la curiosité de ta compagne d’infortune ; ça ne t’étonne pas tant que ça, en fait. Enfin. Un peu. Tu as vite constaté que si la vaste majorité de la population est dotée d’une curiosité morbide qui pousse tout un chacun à essayer de démêler le plus de fils possible, tu as remarqué tout aussi rapidement que certains reculent dès qu’une occasion de mettre la théorie à l’épreuve leur est donnée.
Pas elle.
Pas cette jeune femme coincée avec toi dans un manoir grinçant, claquant, sous une pluie battante qui couvre plus les notes du piano désaccordé que celui-ci n’arrive à poser l’ambiance ; et ce n’est pourtant pas faute d’essayer.

Ton regard dérive, sursaute. Le crâne. Le reste du squelette ; le crâne, le reste du squelette. Le crâne. Être ou ne pas être, mort, en l’occurrence. Ton attention revient sur le reste du squelette et tu prends quelques secondes pour réfléchir à la question qu’elle vient de te poser.

« Hmm... tu fais, à peine plus attentif que ça, en posant le crâne de Josh sur le canapé derrière-toi.
Tu te relèves, un peu rapidement ; tu te mords brièvement l’intérieur de la lèvre. Il va définitivement falloir que tu ailles piocher cette plaquette d’ibuprofène dans ton sac, mais d’abord. Tu as un puzzle devant toi. Un puzzle, ça se fait. Et quand c’est terminé ?

Ça se défait.
Tu as encore très exactement 177 à vérifier. Et tu les détaches les uns des autres pour les étaler au sol, le plus calmement du monde. Sans te presser. Tu entends encore les notes faiblardes du piano désaccordé, dessous le fracas de la pluie qui bat les vitres, les ardoises du toit. Une fois que tu as fini d’aligner l’ossature de Josh, morceau par morceau, tu récupères ton sac.
Ton bloc à dessin, ton critérium et ta gomme. Faire du calcul, ok. Mais tu n’as clairement pas les neurones pour tout faire de tête, sans rien poser, tu préfères avoir un support papier.

Tu passes un autre moment dans un silence tout relatif. En observant, en notant çà et là ce que tu peux voir. C’est assez vieux pour toi, tout ça. Ça remonte à l’époque de ta formation, tu ne l’as que peu utilisé depuis. Et le squelette est étonnamment complet.

« Bon..., tu soupires, finalement, en relevant un peu la tête. Squelette d’homme adulte, dans la trentaine. Il y a des marques de cicatrisation aux côtes, et au tibia droit, il a donc subi des fractures de son vivant. A partir du fémur, je dirais qu’il faisait environ... un mètre soixante-quinze. »

Parmi tes premières observations.




Réponse rapide :

N'oublie pas de valider le captcha avant de partir, sinon le message ne sera pas envoyé :(


forums partenaires devenir partenaire