en partenariat avec...
Nano RoleplayEsquisseJust MarriedMaster PokéThe Holiday ScamGifted
Recherche
Recherche avancée
Annonces
Le Deal du moment : -31%
Promo sur les baskets Nike React Element 55 SE pour ...
Voir le deal
90 €

EPREUVE 2 • Manoir abandonné [Esquisse + Bungou Stray Dogs]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
Terminé #1le 03.01.19 20:43
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Joshua Rokuro
Roi des Lémures ♛Propriétaire de chenille zombie & Dragon des archives

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
EPREUVE 2 • Manoir abandonné [Esquisse + Bungou Stray Dogs] As64OwE48/15EPREUVE 2 • Manoir abandonné [Esquisse + Bungou Stray Dogs] EeIQN7j  (48/15)
× Présence: présent
× Evolution : EPREUVE 2 • Manoir abandonné [Esquisse + Bungou Stray Dogs] EmptyEPREUVE 2 • Manoir abandonné [Esquisse + Bungou Stray Dogs] IFGhJr1EPREUVE 2 • Manoir abandonné [Esquisse + Bungou Stray Dogs] EmptyEPREUVE 2 • Manoir abandonné [Esquisse + Bungou Stray Dogs] EmptyEPREUVE 2 • Manoir abandonné [Esquisse + Bungou Stray Dogs] EmptyEPREUVE 2 • Manoir abandonné [Esquisse + Bungou Stray Dogs] Empty
EPREUVE 2 • Manoir abandonné [Esquisse + Bungou Stray Dogs] Cflb × Age de la mort : 18 Masculin
× Age post-mortem : 193
× Avatar : Greedling - FMA [fanart par hobermen]
× Pouvoir : absolu /PAN/
× Logement : Duplex de Jojo
× Métier : Roi ♛
× Epitaphes postées : 7917
× Øssements3950
Féminin
× Inscription : 08/02/2014
× Surnom : le koala
× DCs : Luap Jones
Joshua Rokuro
Roi des Lémures
Propriétaire de chenille zombie & Dragon des archives
https://www.peekaboo-rpg.com/t9-joshua-o-je-m-aime-quel-thttps://www.peekaboo-rpg.com/t68-j-suis-grave-open-liens-rps-de-joshua
Epreuve 2 : Manoir abandonné
Ce sujet d'épreuve est l'oeuvre de notre Catherine Horville nationale

Vous aviez prévu des vacances de rêve : la plage, le soleil, les soirées arrosées... Oui, mais non. Sur le chemin, vous vous êtes retrouvés piégés par un orage de tous les diables au fin fond de la forêt... vous et l'autre péquenaud qui s'est perdu aussi n'avez plus qu'à toquer à la porte du manoir pas du tout angoissant que vous avez trouvé.

Binôme : Esquisse et Bungou Stray Dogs
Cette fois-ci, c'est Esquisse qui commence !

EPREUVE 2 • Manoir abandonné [Esquisse + Bungou Stray Dogs] Tumblr_pb1y4uyIXw1usu924o2_500

Rappel des règles


  • Vous avez trois jours pour échanger au maximum 5 réponses rp chacun (soit 10 réponses en tout)
  • L'épreuve se termine donc le 6 janvier à 23h59
  • Les réponses sont limitées à 350 mots maximum
  • Le contenu du manoir est évidemment laissé libre pour que vous puissiez y insérer vos idées les plus éclairées
  • Les champions doivent poster dans le sujet de leur épreuve respective en tant qu'invité (pas besoin de s'inscrire donc, sauf si vous êtes un champion de PaB) en précisant bien leur forum d'origine dans leur pseudo.
    exemple, si Jean-Diego est le champion de Tasty Tales, il poste en tant que "Jean-Diego [TT]"

  • Vous pouvez ajouter en "hors-rp" une présentation rapide de votre personnage ou des aspects importants concernant le contexte de votre forum d'origine, histoire de faciliter la compréhension du lecteur sur des points trop obscurs. (et ça comptera pas dans la limite de mots obvi)

N'hésitez pas à poster vos questions si vous en avez, soit dans le sujet explicatif, soit sur la shoutbox de l'interforum, où vous pouvez par ailleurs discuter avec les autres champions EPREUVE 2 • Manoir abandonné [Esquisse + Bungou Stray Dogs] 2960999066
Terminé #2le 04.01.19 1:27
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Kaoren [ES]
Invité
Personnage et contexte:
L’Esquisse est un monde au ciel rose et à la logique totalement anarchique – entendre qu’à peu près tout peut s’y produire – dans lequel sont balancés des terriens de façon aléatoire de temps en temps. Et dans le cas de Kaoren, il vient de la période des Sables, une période assez noire où la vie dans ce monde s’apparente plus à de la survie, le monde est hostile et peuplé d’objets vivants qui en veulent à votre peau.

Kaoren est un ancien prof’ d’histoire des arts fan de Cyrano de Bergerac qui s’est retrouvé dans ce monde sous les traits d’un gamin aux cheveux rouges d’à peu près quatorze ans. Après les événements récents dans l’Esquisse, qui impliquent une grande tragédie, il est passé d’un aède aux grands airs à un simple figurant se résignant tristement à son sort.

Apparence :
EPREUVE 2 • Manoir abandonné [Esquisse + Bungou Stray Dogs] Bernar10
(Oui, pour ceux qui l’ont reconnu, c’est Bernard Sambre)


Le ciel gueule. Il gueule tout ce qu’il a de tonnerre et de fracas d’embruns. C’est un orage comme tant d’autres, à vous glacer le sang avant la peau. Un orage tel que l’Esquisse avait cessé de m’y habituer. Ses tempêtes à elles sont plus… moins…

Moins symboliques.

On m’avait dit de ce sentier qu’il menait à un endroit paisible. Quelque part où je pourrais penser à autre chose, où la fatalité arrêterait de me marteler le crâne avec ses grands sabots. En un sens, retrouver les vieilles colères de mon univers natal ravive en moi un début prudent de nostalgie, et c’est peut-être là que réside cette quiétude que l’on m’a tant vendue. Juste un endroit plus logique, plus connu, et des dangers auxquels j’ai appris à faire face dans mon enfance. Cet orage et ma paranoïa.

Sceptique depuis toujours, je regarde le ciel pour m’assurer qu’il soit bien resté rose, qu’il ne s’agisse que d’une illusion dont l’Esquisse me berce. Sceptique à tout jamais, je n’arrive pas à croire à sa nouvelle couleur malgré mes yeux braqués sur lui. Il paraît bleu.

Un bleu céleste d’une noirceur infernale, cette teinte qu’aucun soleil ne sait illuminer aussi harmonieusement que le font les lunes et les éclairs. Cette harmonie, ces rayons aussi sombres que la forêt est dense et cette pluie aussi fine que les feuilles y sont légères, aucune imperfection de l’Esquisse ne saurait les reproduire avec une telle empathie. Cette harmonie, elle n’existe que dans mon monde.

J’ai quitté l’Esquisse. Je me permets d’en avoir la certitude parce que je ne m’y trouve plus. Je ne sais pas comment, quand ni pourquoi, et je m’en moque comme Savonarole de l’art. On m’a rendu mon univers, pas ma foi. Rien n’aurait pu m’arriver de plus beau.

Je continue ma marche dans cette forêt sylvestre à la pluie humide et à la boue boueuse, en redécouvrant avec quelle grâce une terre peut rester normale. Et je lève les yeux vers la futaie qui me sert d’horizon, pour y découvrir enfin une silhouette venue parfaire cette harmonie d’une présence inexorablement humaine.
Terminé #3le 04.01.19 3:19
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Orwell [BSD]
Invité
Contexte + Perso:
Bungou Stray Dogs met en scène des auteurs connus dotés de pouvoirs lié à une de leurs oeuvres.
Dans le cas de George Orwell, son pouvoir est 1984 et lui permet de brainwash des gens (avec tout un tas de malus compliqué).

Dans sa jeunesse, Orwell a fait partit d'une organisation militaire qui regroupe ces gens avec des pouvoirs, sauf qu'il a fini par se tirer parce qu'il ne voulait pas être au service de la famille royale du royaume-uni.
Il réfléchit pas vraiment avant d'agir et il est assez vulgaire et autoritaire. Mais il a un côté protecteur, mais un peu trop protecteur, voir stalker. Il est capable de mettre des caméras partout chez la personne qu'il souhaite protéger.

Et voici sa tête:
EPREUVE 2 • Manoir abandonné [Esquisse + Bungou Stray Dogs] Orwell10

Soleil, chaleur, décors tropicaux, lieux paradisiaques. Il fait si bon de se promener sur le sable chaud tandis que les rayons de soleil caresse tendrement notre peau. Il fait si bon de profiter de l’air frais à l’ombre des cocotiers. Il fait si bon de boire une boisson rafraîchissante sans avoir à se soucier de quelconques ennuis.

Tu as envie de tout ça. Tu en meurs d’envie. Tu aimes avoir des vacances.

Alors, pourquoi. Pourquoi alors que tu as prévu un séjour sur une île de rêve, tu te retrouves bloqué ici ? Le paysage qui te fait face n’a rien à voir avec la brochure pourtant. Est-ce que les Japonais t’auraient trompé ? Tu as bien l’impression que c’est possible. Tu les as toujours trouvé louches. Pour toi, le fait de ne pas savoir parler anglais cache forcément quelque chose.

Ou peut-être que tu es juste stupide. Peut-être que tu n’aurais pas dû prévoir un voyage dans une agence de tourisme où les employés ne parlent pas la même langue que toi. Cela t’aurait peut-être évité pas mal de soucis.

Tant pis. Te voilà désormais perdu au milieu d’une forêt, devant un manoir absolument charmant (spoiler: il ne l’est pas). Parfois éclairé par les éclairs qui zèbrent le ciel, le bâtiment jette une ombre effrayante sur ses alentours. Monstre de pierres et de ciment, il donne l’impression d’être prêt à avaler tout imprudents qui oseraient s’y approcher. Et les gargouilles perchées sur la toiture semblent suivre du regard les malheureux se trouvant dans leur champ de vision.

« Cool... » Finalement, un manoir abandonné, ça te va. Tu aimes bien les choses dites effrayantes. C’est donc totalement dénué de peur que tu sors ta fidèle caméra, prêt à filmer tout ce lieu peut t’offrir. Et sa première offrande est : un type. « Yo l’ami ! » Non loin de toi, un gamin reste planté sous la pluie et tu lui fais signe de te rejoindre sous le porche. « C’est ton chez-toi ? »
Terminé #4le 04.01.19 15:21
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Kaoren [ES]
Invité
Mon chez moi ?

Mordieu, à laisser mon regard couler sur les feuilles, j’en ai négligé ce qui se dressait derrière. L’homme qui m’adresse la parole se tient en fait sous une sorte d’appentis, au portail d’un domaine de dimensions seigneuriales et qu’un immense manoir gothique surplombe augustement.

Ma raison renaissante m’assène un tas de questions plus pertinentes les unes que les autres : quel est cet endroit, qu’y fais-je, quelle est cette personne qui m’aborde… ? Mais aucune de ces interrogations ne trouvera de réponse dans mon esprit désarmé. La seule certitude que je puisse tirer de cette situation incertaine est celle qui semble intéresser mon nouvel interlocuteur :

« Non, ce n’est pas chez moi. »

Le seul fait qu’il m’ait demandé cela confirme qu’il n’est pas chez lui non plus. Que nous sommes deux vagabonds en quête du même refuge, et que nous l’avons trouvé.

Quelque part, j’ai appris à me méfier des univers qui semblent vous cantonner à un unique chemin. Cette forêt est là pour nous arracher à notre monde, ce manoir pour nous accueillir dans le sien, et cet orage pour nous forcer à respecter cet ordre des choses. Le destin ne se retient pas de nous étrangler, et il est difficile de justifier qu’on veuille s’offrir à sa main dans ces conditions. Peut-être me jette-t-il simplement d’un Charybde crachant sur moi des flots de fantaisie à m’en dégoûter, à un Scylla prêt à les avaler jusqu’à la dernière goutte jusqu’à ne plus laisser de moi qu’une statue d’austérité.

Mais le jeu en vaut la chandelle. Si ce manoir doit une épreuve aussi difficile que l’Esquisse, je ne le déferai pas en hésitant. Et s’il faut qu’il me défasse, qu’il me laisse me bercer quelques instants dans l’illusion d’avoir une nouvelle chance. L’illusion que le panache demeure indéfectible.

Je rassemble ma vigueur dans un signe de tête à l’homme qui se tient toujours devant moi, et lui lance d’une voix ressuscitée :

« Mais si tu veux aller découvrir qui en est le propriétaire, je t’accompagne avec plaisir. »

Ce dernier mot, j’avais oublié qu’il pouvait s’utiliser dans une situation déférée à l’inconnu.
Terminé #5le 04.01.19 22:29
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Orwell [BSD]
Invité
« Parfait ! Qu’est-ce qu’on attend alors ? En route ! ». Un sourire arborant ton visage, tu t’avances vers la grande porte en fer forgé, mais tu hésites une fois que ta main se pose sur la poignée. Tu te tournes légèrement vers ton nouveau compagnon. Il est sacrément jeune. Ou en tout cas, il est plus jeune que toi. Il se peut qu’il soit effrayé par la situation actuelle, vu que les enfants ont souvent peur des choses paranormales. Mais heureusement pour lui, tu es là. « Surtout, ne prend pas peur une fois dans le manoir. Big Bro- » Tu fais un geste dans ta direction pour qu’il comprenne que tu parles de toi. « - veille sur toi, alors il ne t’arrive rien ! ». Tu lui adresses un sourire confiant. Avec ça, tu espères qu’il te fasse confiance et qu’il ne panique pas dans le manoir.

Tu as toujours rêvé d’avoir un petit frère ou une petite soeur, alors, tu as tendance à adopter un peu tous les jeunes que tu rencontres. Ton partenaire d’exploration ne fait pas exception. Tu souhaites sincèrement le protéger, au cas où qu’une chose se passe mal dans le manoir. Mais malheureusement, tu ne songes jamais à savoir si la personne en question veuille vraiment de ta protection.

Tu tournes enfin la poignée. Heureusement pour toi, la porte s’ouvre sans grande difficulté. Le cas contraire t’aurait fait passer pour un crétin.

Armé de ta fidèle caméra, tu enregistres alors le décors qui s’offre à toi tandis que tu t’avances dans le hall du manoir. La lumière y est faible et tu as de la peine à apercevoir clairement où tu poses les pieds. Tu fais tout de même ton mieux pour avertir le petit des endroits à éviter. Jonché de différents débris, tous autant recouvert par une grosse couche de poussière, le sol ne permet pas une avancée facile et vous pouvez trébucher à la moindre inattention.

Mais ça ne t’empêche pas d’aller à toute vitesse, t’engouffrant déjà dans la pièce la plus proche. « Hey ! Viens voir ce que j’ai trouvé ! »
Terminé #6le 05.01.19 2:47
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Kaoren [ES]
Invité
L’intérieur de ce manoir est aussi sombre et tempétueux que l’est son extérieur. Les boiseries sont brisées, rongées et assoiffées, le marbre arbore un ton gris que le vieux lierre dont il se drape imite sans mal, et la pierre désolée rappelle à qui la contemple que tout ce qui est né de la poussière retournera irrémédiablement à la poussière. Ici, des tentures passent le temps trop long à faire deviner les couleurs dont elles se paraient jadis. Là-bas, une façade essaie de dissimuler les traces des tableaux qu’elle a vu tomber. Et au milieu de tout cela, mon nouveau compagnon affirme avoir découvert quelque chose.

L’insouciance dont il a pu faire preuve dans ses derniers gestes et paroles me laisse penser qu’il peut s’agir de n’importe quoi, et l’écho déchirant des lieux ayant eu raison du ton de sa voix, impossible de savoir si sa découverte est supposée être amusante ou sérieuse. C’est donc dans un empressement probablement excessif et une inquiétude à la légitimité discutable que je gagne la pièce où il m’attend.

Arrivé à sa hauteur, je constate avec stupeur que mon empressement était vain, mais mon inquiétude fondée. Mon compagnon se tient devant un piédestal, aussi délabré et désolé que ses alentours, mais sur lequel a été déposée une paire de chaussures à talons parfaitement neuves, totalement immaculées de cette poussière qui régit ces lieux.

Instinctivement, je braque les yeux au sol pour y chercher les traces d’un pas qui aurait pu les porter jusqu’ici, une autre tache de propreté dans la crasse recouvrant les dalles fissurées, mais il n’y figure que les nôtres. J’amasse un petit tas de sédiments dans ma main pour les laisser pleuvoir sur les chaussures, mais ceux-ci glissent sur leur cuir sans parvenir en altérer la teinte ou la lisseur.

« Bigre… »

Ce n’est pas une incohérence. C’est de la magie au pire, mais je refuse qu’il s’agisse d’incohérence. L’Esquisse m’a relâché, et cette paire de chaussures qui se distingue et s’illumine de plus belle à chaque éclair frappant l’extérieur n’est qu’un tour mesquin de ce nouveau monde qui m’en tient lieu.
Terminé #7le 05.01.19 14:47
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Orwell [BSD]
Invité
Des chaussures. Pourquoi pas. Cela te rend tout de même perplexe. Pourquoi il y a une paire de chaussures au beau milieu dans un manoir abandonné ? Peut-être qu’elles sont magiques ? Au vu de l’expérience de ton compagnon, elles ont l’air d’être magique. Cool. Ou peut-être pas. Peut-être qu’un détenteur de pouvoir se trouve dans le coin ? Bien que tu penses sincèrement qu’il y a mille fois mieux qu’un pouvoir constituant à créer des chaussures magiques.

« Tu crois que si on les enfile et qu’on tape trois fois des talons, on se retrouvera dans un monde magique ? ». Tu as bien envie d’essayer. Est-ce que c’est prudent ? Sûrement pas. Cependant, tu n’as que faire de la prudence.

Mais avant, tu préfères laisser un message à ta caméra (au cas où). « Chère personne qui verra cette vidéo. Si tu as eu possession de ma caméra sans que je te la donne en main propre, c’est que je suis mort. Dans ce cas-là je n’ai qu’une chose à te dire : méfie-toi des chaussures. Elles peuvent être plus redoutables que ce qu’on peut le penser. ». Tu te tournes ensuite vers ton compagnon et lève un pouce en l’air. Tu es prêt.

Tu t’approches des chaussures puis les saisis sans plus de délicatesse. Et le désastre commence…

Un grondement tonitruant se fait entendre dans toutes les pièces du manoir, les murs tremblent, les quelques objets encore debout s’écrasent au sol. Et une voix de femme, semblant venir de partout ainsi que nulle part, retentit. « MES CHAUSSURES !!! »

Oups.

Tu reposes délicatement les chaussures sur leur piédestal, puis adresses un sourire innocent à celui qui t’accompagne. « Finalement, je pense qu’on va faire sans les chaussures. » Lentement, tu quittes cette pièce pour une autre. Mais, même si tu ne le montres pas, quelque chose te perturbe. L’ambiance du manoir n’est plus la même…
Terminé #8le 05.01.19 17:37
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Kaoren [ES]
Invité
La désolation a laissé place à la hantise. En un tremblement, toute la demeure a cessé d’expirer pour ne plus inspirer que l’angoisse. La sécheresse du bois s’est transmise au vent, la grisaille du marbre est devenue grisante, et la poussière qui n’évoquait tantôt que le repos de cet endroit s’est mise à l’animer d’une inquiétante féerie dans ses particules luisant par à-coups au clair de la foudre.

Malgré la précaution de mon compagnon et son rictus maladif, il semble évident qu’il y aura un avant et un après cet instant. De par notre ignorance, nous avons profané quelqu’une. Et de toute évidence, s’il s’agit de la propriétaire des lieux, alors le manoir est bien mort.

Les histoires de fantômes n’ont rien de rassurant, même lorsqu’on en a lu des dizaines, car beaucoup d’entre elles nous rappellent que leurs personnages n’ont pas nécessairement de raison d’avoir la moindre chance. La seule chose qui me console, c’est que j’aurai au moins l’impression de finir chez moi.

En attendant que ma performance à ce funeste jeu soit jugée, je laisse mon regard patrouiller entre les divers semblants d’issues qui s’offrent à nous, pour constater hélas que la plus évidente a disparu : la porte par laquelle nous avons pénétré dans cette salle donne désormais sur une chambre par laquelle j’ai la certitude que nous ne sommes pas encore passés. C’est trop intrigant pour que je m’y rende. À la place, je suis mon camarade d’infortune dans la pièce vers laquelle il chemine d’un pas interdit, n’ayant visiblement pas remarqué ce dernier coup du sort.

Pendant que nous serpentons entre les murs, trop épais pour nous laisser les braver mais pas assez pour empêcher le vent glacial de s’y introduire, je cherche un moyen de lui expliquer la situation avec assez de clarté sur la perception que j’en ai. Et lorsque nous arrivons enfin devant une pièce manifestement destinée à tempérer les ardeurs des visiteurs du manoir les plus désobéissants, et dont le matériel semble étonnamment neuf en contraste avec l’endroit, il m’en vient subitement la formulation la plus parfaite :

« On est perdus. »
Terminé #9le 05.01.19 18:57
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Orwell [BSD]
Invité
Le manoir semble sans fin. À chaque découverte, tu as l’impression qu’une nouvelle pièce apparaît, te donnant beaucoup de mal pour déterminer l’ensemble de l’image. Finalement, peut-être que rester dehors aurait été plus sage. Mais trop tard. Tu es désormais condamné à jouer le jeu de ce manoir, et espérer le gagner.

« Mais non, nous ne sommes pas perdus. » Ton essai pour le rassurer n’est pas très convaincant. Toi même tu ne crois pas tes propres mots. Mais tu brodes quand même pour essayer de paraître plus crédible. « Pour être perdu, il faudrait ne pas savoir où nous sommes en premier lieu. Et je sais très bien où on se trouve : dans le manoir. Et plus précisément, dans une salle de torture. Il n’y a donc vraiment pas de quoi s’inquiéter. » Oui parce qu’être dans une pièce dédiée à la souffrance n’est absolument pas angoissant. Franchement, il y a des moments où tu ferais mieux de te taire.

Tu observes ta caméra, il n’y a presque plus de batterie, ou du moins, assez pour un petit documentaire. « On m’a toujours dit que la meilleure façon de ne pas avoir peur, c’est de se familiariser avec ce qui nous fait peur, alors permets-moi de t’expliquer brièvement certains instruments qui se trouvent ici. » Tu te mets alors à arpenter la salle, allant d’objet à objet en prenant soin de tout filmer. « Ça, c’est la Chaise de Judas. Elle a plus de 500 pointes, alors ne t'assois pas surtout pas dessus, car tu risques d’avoir très mal et perdre pas mal de sang. » Et tu continues à parler de cette façon, expliquant comment utiliser certains outils et surtout à quoi ils servent. Tu sais pas mal de choses là-dessus. C’est même assez inquiétant pour quelqu’un de ton âge d’en savoir autant. Et pas sûr que ce soit grâce à ta période chez l’Ordre.

Tu t’arrêtes finalement devant un objet. « Ça, par contre, je ne sais pas ce que c’est ». Enfin si, c’est un carnet. Tu le prends dans tes mains et lis l’inscription dessus. “Ne pas toucher”. Ah.
Terminé #10le 05.01.19 20:14
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Kaoren [ES]
Invité
« Fais voir ? » lancé-je d’une incrédulité qui m’avait pourtant épargné ces dernières minutes. En lisant la note griffonnée avec soin sur la couverture du carnet, je constate avec un dépit à peine maquillé que mon compagnon vient de trouver un nouveau moyen de provoquer le sort. Et entre ces murs, le sort a l’air susceptible.

Pourtant, cette fois, pas de cataclysme ni de changement soudain d’ambiance. Sans doute le manoir ne peut-il pas paraître plus hanté. J’entends une série de claquements brusques à travers la porte laissée entrouverte, à peine assez réguliers pour les discerner du vacarme de la pluie sur la bâtisse. En somme, à peine de quoi s’inquiéter, à ce stade où nous sommes sans doute déjà condamnés.

Ainsi, malgré un certain relent de réticence, j’attrape le carnet et commence à en feuilleter quelques pages. Il s’agit de rien de moins qu’un journal, intime si j’en crois certains détails, ayant appartenu à… je ne sais pas, il se présente simplement sous le titre « Mon journal ». Qu’un tel ouvrage ait pu se retrouver dans une salle de torture me pousse à redouter ce que je risquerais d’y lire, mais la première crainte qui me revient est celle qu’il s’agisse en fait du journal de…

« MON JOURNAL !!!! »

… la propriétaire des lieux, je suppose… ?

En me retournant dans la direction d’où nous est provenue la voix, le tableau qui m’apparaît ne manque pas de me rappeler – une bon dieu d’énième fois – l’Esquisse et ses objets vivants. C’est une robe brodée flottant dans le vide, un grand chapeau de feutre l’imitant quelques centimètres au-dessus, et bien entendu, une paire de chaussures que nous connaissons désormais bien pour se charger des bruits de pas inquiétants.

Définitivement à bout quant à toutes ces fantaisies s’efforçant de me remémorer cet univers infect que j’ai amplement mérité de quitter, j’attrape mon compagnon par le bras et me lance sans autre forme de procès dans une ultime course-poursuite où nous serons les coursés et le destin sera notre chasseur. Si l’on a nos chances ? Je ne sais pas, le destin a décidé de courir en talons hauts.

HRP:
Et c'est une fin de tournage pour moi. Merci pour le RP, Orwell, c'était super plaisant ! EPREUVE 2 • Manoir abandonné [Esquisse + Bungou Stray Dogs] 766831277
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
Réponse rapide :

N'oublie pas de valider le captcha avant de partir, sinon le message ne sera pas envoyé :(


forums partenaires devenir partenaire