en partenariat avec...
Nano RoleplayEsquisseJust MarriedMaster PokéThe Holiday ScamGifted
Recherche
Recherche avancée
Annonces
Le Deal du moment : -49%
Table de cuisson induction – ROSIERES RPI2S0 ...
Voir le deal
204 €

EPREUVE 2 • Manoir abandonné [La Sérénissime + Valoran's Battlefront]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
Terminé #1le 03.01.19 20:40
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Joshua Rokuro
Roi des Lémures ♛Propriétaire de chenille zombie & Dragon des archives

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
EPREUVE 2 • Manoir abandonné [La Sérénissime + Valoran's Battlefront] As64OwE48/15EPREUVE 2 • Manoir abandonné [La Sérénissime + Valoran's Battlefront] EeIQN7j  (48/15)
× Présence: présent
× Evolution : EPREUVE 2 • Manoir abandonné [La Sérénissime + Valoran's Battlefront] EmptyEPREUVE 2 • Manoir abandonné [La Sérénissime + Valoran's Battlefront] IFGhJr1EPREUVE 2 • Manoir abandonné [La Sérénissime + Valoran's Battlefront] EmptyEPREUVE 2 • Manoir abandonné [La Sérénissime + Valoran's Battlefront] EmptyEPREUVE 2 • Manoir abandonné [La Sérénissime + Valoran's Battlefront] EmptyEPREUVE 2 • Manoir abandonné [La Sérénissime + Valoran's Battlefront] Empty
EPREUVE 2 • Manoir abandonné [La Sérénissime + Valoran's Battlefront] Cflb × Age de la mort : 18 Masculin
× Age post-mortem : 193
× Avatar : Greedling - FMA [fanart par hobermen]
× Pouvoir : absolu /PAN/
× Logement : Duplex de Jojo
× Métier : Roi ♛
× Epitaphes postées : 7917
× Øssements3901
Féminin
× Inscription : 08/02/2014
× Surnom : le koala
× DCs : Luap Jones
Joshua Rokuro
Roi des Lémures
Propriétaire de chenille zombie & Dragon des archives
https://www.peekaboo-rpg.com/t9-joshua-o-je-m-aime-quel-thttps://www.peekaboo-rpg.com/t68-j-suis-grave-open-liens-rps-de-joshua
Epreuve 2 : Manoir abandonné
Ce sujet d'épreuve est l'oeuvre de notre Catherine Horville nationale

Vous aviez prévu des vacances de rêve : la plage, le soleil, les soirées arrosées... Oui, mais non. Sur le chemin, vous vous êtes retrouvés piégés par un orage de tous les diables au fin fond de la forêt... vous et l'autre péquenaud qui s'est perdu aussi n'avez plus qu'à toquer à la porte du manoir pas du tout angoissant que vous avez trouvé.

Binôme : La Sérénissime et Valoran's Battlefront
Cette fois-ci, c'est La Sérénissime qui commence !

A noter que le champion de Valoran nous a prévenu qu'il serait surtout disponible à partir du samedi car il bosse le vendredi, donc pas d'inquiétude si sa première réponse tarde un petit peu ♥️

EPREUVE 2 • Manoir abandonné [La Sérénissime + Valoran's Battlefront] Tumblr_pb1y4uyIXw1usu924o2_500

Rappel des règles


  • Vous avez trois jours pour échanger au maximum 5 réponses rp chacun (soit 10 réponses en tout)
  • L'épreuve se termine donc le 6 janvier à 23h59
  • Les réponses sont limitées à 350 mots maximum
  • Le contenu du manoir est évidemment laissé libre pour que vous puissiez y insérer vos idées les plus éclairées
  • Les champions doivent poster dans le sujet de leur épreuve respective en tant qu'invité (pas besoin de s'inscrire donc, sauf si vous êtes un champion de PaB) en précisant bien leur forum d'origine dans leur pseudo.
    exemple, si Jean-Diego est le champion de Tasty Tales, il poste en tant que "Jean-Diego [TT]"

  • Vous pouvez ajouter en "hors-rp" une présentation rapide de votre personnage ou des aspects importants concernant le contexte de votre forum d'origine, histoire de faciliter la compréhension du lecteur sur des points trop obscurs. (et ça comptera pas dans la limite de mots obvi)

N'hésitez pas à poster vos questions si vous en avez, soit dans le sujet explicatif, soit sur la shoutbox de l'interforum, où vous pouvez par ailleurs discuter avec les autres champions EPREUVE 2 • Manoir abandonné [La Sérénissime + Valoran's Battlefront] 2960999066
Terminé #2le 04.01.19 0:51
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Donatello Zenone (LS)
Invité
Bonjour, je suis Donatello Zenone, le champion de la Sérénissime pour l'épreuve du Manoir Abandonné. Pour me présenter en bref, je suis un comte romain envoyé à Venise chez son oncle pour se faire un peu oublier dans les Etats du Pape. Son oncle, c'est le Marquis Catullo Zenone, un scientifique aux expériences inquiétantes et un tout petit peu psychopathe. On se ressemble un peu. Je suis un être assez maniaque, tout en étant un peu déconnecté des réalités, et je fais toujours passer mes intérêts avant toute chose. En clair, je suis un opportuniste. J'ai aussi un petit vice caché que je vous montrerai peut-être. Pour ceux qui veulent voir ma tête, c'est moi:

EPREUVE 2 • Manoir abandonné [La Sérénissime + Valoran's Battlefront] 2s25


Voici mon texte:

Je suis parti à cheval du château de l'Oncle Catullo pour me rendre à Mazzorbo, mais je crois que je me suis un peu égaré. Cette route ne me dit absolument rien, et je suis entré dans une forêt que je ne connais point. Cela, j'en suis certain, parce que d'habitude, il n'y a pas de forêt le long de la route. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, il se met à pleuvoir des cordes. Forcément, sinon, ce n'est pas drôle, n'est-ce pas ? Je ne tiens pas à me présenter chez mes associés complètement détrempé.

J'aperçois soudain ce qui semble être une allée. Sans hésiter, je m'y engage, car s'il y a une allée, il y a forcément quelque chose au bout. Je traverse un petit parc qui est complètement envahi par les ronces et la mauvaise herbe, et je vois vite derrière les arbres et par dessus les futaies une toiture. Elle a l'air un peu branlante, mais un abri est un abri, et à cheval donné on ne regarde pas les dents. Surtout quand je suis mouillé.

C'est un vieux manoir, et il a l'air complètement abandonné. D'ailleurs, la porte d'entrée est entrouverte. Je fais stopper mon cheval et l'attache à un arbre près de la porte avant d'aller la pousser.

"Il y a quelqu'un là-dedans ? Ohooooooh!"

Pas de réponse. Je rentre. La salle dans laquelle j'entre est sombre, mais j'aperçois des restes de mobiliers. Le bois a l'air pourri et complètement vermoulu. Il me semble aussi avoir vu passer un rat par le fond du grand hall d'entrée. Comme c'est charmant ! Il ne manque qu'un bon courant d'air. Ah, mais non, il y est ! Forcément, j'ai ouvert la porte sans la refermer, ce que je me hâte de faire.

C'est lugubre à souhait. Rien qu'à cause de la poussière aussi, je n'aurais pas mis un pied dedans si la pluie ne m'y avait obligé. Comment s'occuper en attendant que ça passe à présent ?
Terminé #3le 04.01.19 19:17
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Varus [VB]
Invité
Présentation:
Bonjour Donatello, je suis Varus de Valoran's Battlefront (et non Battlefield  :> ) !

L'homme que ton personnage va découvrir, n'est plus, comme il va très vite le comprendre,  tout à fait humain. Il n'a rien perdu de sa prestance, a la stature et la démarche sûre d'un combattant. Mais sa peau est trop pâle pour paraître saine. Les tatouages noirs aux allures de runes qui parcourent sa peau renforcent ce contraste. Son regard ne distingue pas la sclère de son iris ou de sa pupille, d'un blanc laiteux et surnaturel, comme luisant de l'intérieur.
La moitié inférieure de son corps est semble-t-il recouverte d'une matière noirâtre et iridescente. Elle semble à la fois souple et gazeuse, ferme et liquide. La même matière recouvre ses mains jusqu'aux coudes, s'arrêtant comme sur son bassin, là où commencent les tatouages. Ce malaise succédera à une observation attentive : c'est loin d'être naturel, et c'est... vivant.

EPREUVE 2 • Manoir abandonné [La Sérénissime + Valoran's Battlefront] 19010407110123907916064402

Pour plus d'informations : http://valoransbattlefront.forumactif.org/t607-varus-le-dernier-gardien



L'appel du comte avait résonné dans le hall désert et délabré du manoir, sans autre réponse que son propre écho. Mais alors qu'il s'était fait à l'idée d'être seul, une voix s'éleva à son tour.

"Qui êtes-vous..."

La voix de baryton qui s'était fait connaître était assombrie d'un écho propre, inquiétant, renforcé encore par le vide de la salle. Comme une voix d'outre-tombe, qui avait dû autrefois être mélodieuse mais qui aujourd'hui ne laissait qu'un arrière-goût sur la langue, associé à un mot : sinistre. La tonalité employée, même, n'était pas celle d'une question. Comme si ce qui la motivait n'était pas de la curiosité, juste... une formalité.

Les yeux enfin accoutumés à la pénombre du lieu, le romain put enfin découvrir le responsable d'un si charmant accueil. Un homme assez grand était appuyé le dos contre la pierre de la rambarde, du côté extérieur des escaliers. Un homme, il était permis d'en douter. Sa peau, ses yeux et ses longs cheveux, dont la blancheur était renforcée par l'éclairage blafard, lui donnaient un air de spectre. Sa chevelure dénouée, cachait partiellement son torse nu, que l'on devinait marqué de manière magistrale. Le bas de son corps semblait se fondre dans l'ombre.
Le regard inexpressif de la créature faite homme fixait le nouvel arrivant, en attente d'une réponse. De biais, la tête simplement tournée vers lui. Les yeux comme surlignés de deux larmes noires. Il était patient, son immobilité seule valait une menace. Il observait l'homme. Son expression, ses réactions. Ses vêtements détrempés. Mais il ne fit pas un pas vers lui.
Terminé #4le 04.01.19 23:46
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Donatello Zenone (LS)
Invité
Tiens donc. Il semblerait bien qu'il y ait bien quelqu'un dans cette bicoque qui n'attend qu'un coup de vent assez fort pour s'écrouler. Curieux. J'aurais pourtant été prêt à parier qu'ici, les seuls habitants devaient être des cafards et des cancrelats. Mais ne jugeons pas. Il peut fort bien s'agir d'une bonne âme désargentée ou d'un pauvre diable égaré qui comme moi a fuit la tempête et s'est réfugié ici avant moi. Par contre, je suis comte romain moi. Je ne fricote pas avec les pécores du cru.

Ca commence bien. Il est torse nu. Sûrement un paysan du coin. Ou alors, il a de l'avance, il a mis ses frusques à sécher dans un coin. Avec les courants d'air qu'il y a dans cette baraque, je ne doute pas qu'il sera bien vite sec. Mais je ne tiens pas non plus à attraper la mort en l'imitant. Pas assez chaud, et il fait humide. Il y en a qui ont eu des pneumonies pour moins que ça. Comme je suis quelqu'un de raisonnable, je vais rester habillé quand même, et tant pis pour les gouttes que j'ai pris sur le nez.

Cependant, ses jambes... C'est quoi ça ? Ce sont des varices ? Ou son habit est vraiment si mal fichu ? Je n'en sais rien, et avec l'obscurité, on voit mal en plus.

"Hé bien, c'est chez vous ici mon brave ? Il faudrait penser à entretenir le jardin si c'est le cas. Je ne parle même pas de la bâtisse... Ce doit être un vrai refuge à termites et à souris. Est-ce que ce seraient eux qui auraient rongé votre chemise par hasard ?"

Je crois que j'ai oublié un petit quelque chose aussi... Me présenter ? Quelle tête de linotte je fais quand je m'y mets.

"Ah oui, j'oubliais : Comte Donatello Zenone, Seigneur de Civitavecchia, et serviteur de Sa Sainteté le Pape. Et vous, qui êtes-vous donc mon brave ?"
Terminé #5le 05.01.19 12:41
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Varus [VB]
Invité
Plus de détails:
Varus apparaît comme une personne n'ayant que peu d'équipement ou de possessions personnelles. Mais il en a toutefois quelques unes qu'il est bien de noter. (Je rajoute des détails au fur et à mesure, oui... Et oui, j'économise des mots.  EPREUVE 2 • Manoir abandonné [La Sérénissime + Valoran's Battlefront] 39365762 )

D'ordinaire, il porte une longue écharpe rouge qui rend égaie un peu sa silhouette et rend son teint un peu moins blafard, mais tel que le voit Donatello à cet instant, il ne la porte pas. Son front est orné d'un bijou d'argent terni, incrusté d'une pierre de belle taille, rouge et opaque. Un pendentif pend sur son torse, un simple rubis taillé en losange. Son torse justement est ceint d'une large courroie de cuir faisant penser à celles utilisées par les archers comme carquois. Mais ici, nulle flèche. Le cuir est serti au niveau du cœur par une pierre circulaire et cyanurée, dont les veinures semblaient pulser.

EPREUVE 2 • Manoir abandonné [La Sérénissime + Valoran's Battlefront] 19010406580223907916064381

(A noter que les tatouages n'apparaîtront jamais sur les fan-arts, mais sont bien présents. La description précise est accessible grâce au lien donné au dessus !)



La remarque frisait l'insulte. Mais elle ne provoqua chez le concerné qu'un vague haussement de sourcils. Un instant, l'homme continua son observation sans répondre. La posture qu'il avait adoptée était clairement défiante, et les contours de son corps rendus flous à la lumière incertaine. Finalement, une petite impulsion lui fit quitter le confort relatif de la pierre. Il se tourna vers le noble tout en décroisant les bras. Lentement, il avança vers lui.
Son regard semblait encore plus froid de face. Son visage était gravé dans le marbre, au sens propre comme au figuré, donnant à l'homme une expression indéchiffrable. Tout simplement parce qu'il n'exprimait
rien.

Durant son approche, son interlocuteur eut l'occasion de le détailler à son tour. Le bijou à son front, le simple pendentif pendu au bout d'un cordon de cuir. L'encre qui noircissait sa peau. La large courroie et cette pierre dont les pulsations évoquaient celles d'un cœur... Impossible toutefois de distinguer clairement l'ombre inquiétante qui se mouvait en même temps que lui, enveloppant ses bras et ses jambes. Plus il cherchait à la cerner, plus sa silhouette lui échappait.
Si certains détails pouvaient conforter le romain dans l'idée d'avoir affaire à un homme et non à une manifestation de l'au-delà, d'autres pouvaient le faire douter. Il n'avait rien de
normal. S'il paraissait de plus en plus concret, il paraissait aussi de moins en moins humain.

Parvenu à une distance respectable, suffisante pour ne pas passer pour un manque de respect, l'hôte s'inclina légèrement, la main sur le cœur.

"Varus." "... de Ionia, dernier Gardien, Flèche de la vengeance, cauchemar des Noxiens."

Ce qui avait complété la présentation du prétendu Gardien n'était clairement pas sa voix. Tout aussi sombre, le son émanait de lui, mais il avait déjà fermé la bouche. Semblable à l'écho funeste qui se manifestait lorsqu'il parlait, mais qui se serait exprimé cette fois, sans lui.
Lorsque l'homme se redressa, il adressa au visiteur un sourire, soulignant toute l'ironie de la situation et de cet étalage de titres sans signification. Un sourire sans joie, désagréable. Même sans les crocs que le noble parvenait désormais à distinguer sous ses lèvres, il était clairement malsain.
Terminé #6le 05.01.19 14:43
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Donatello Zenone (LS)
Invité
Ah, il sort de l'ombre pour venir me saluer avec les égards dus à mon rang. Tout n'est donc pas perdu. C'est curieux ce tatouage. Un peu volumineux aussi. Cela me rappelle mon beau-frère, Firmino da Morgloria, qui est capitaine de marine. J'ai déjà vu un tatouage avec une ancre de navire sur son biceps. Du coup, je me demande quand même dans quoi il peut bien travailler et si ce machin peut avoir une quelconque signification, mais pour l'instant, c'est trop sibyllin. 

Par contre, il a bien dit gardien ? Ai-je bien entendu ? Donc, c'est lui qui garde la bicoque et le parc, en toute logique. Il y a ensuite son histoire de flèche, et là j'ai pas tout compris, je crois. Il se venge en tirant sur les souris et les chauves-souris à l'arbalète ? Avec des muscles comme les siens, personnellement, je prendrais un gros maillet pour leur courir après et les transformer en purée après les avoir acculées dans un recoin de la pièce. 

"Ah, c'est vous le gardien de cet endroit ? Enchanté mon bon Varus !"

Je m'incline aussi, de façon formelle, mais je n'ai pas mon chapeau pour une belle révérence. C'est quand même curieux cette pierre sur son front. Enfin, je dois reconnaître que je ne suis jamais très au fait des dernières modes, et que j'y suis assez imperméable. Je ne suis pas un de ces bourgeois vénitiens. 

"Sans indiscrétion, vous gardez quoi ici ?"

Où ai-je mis mon briquet ? Je sens le poids de cet instrument de fer qui pèse dans l'une des poches de ma veste. Je sors un sachet d'amadou, que j'ouvre devant moi après m'être agenouillé. Ensuite, je commence à faire glisser ma dague sur le briquet pour obtenir une jolie flammèche. Déjà, on y voit très mal, et je voudrais bien sécher un peu moi. Toute cette pluie dehors m'a bien détrempé.

"Un instant, je vous prie."

La flamme part, je range le briquet et la dague, et je prends l'amadou en soufflant dessus. Le feu part enfin.
Terminé #7le 05.01.19 15:45
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Varus [VB]
Invité
Les quiproquos se cumulaient, mais cela semblait n'avoir que peu d'intérêt pour l'homme aux yeux blancs. Il était toujours aussi calme, et ne répondit aux questions que par un silence. Le noble l'avait noté, il avait la carrure d'un combattant. Mais clairement pas la prestance ou l'assurance d'un simple soldat. Quant à passer pour un majordome ou un concierge... peu lui importait visiblement.

L'attitude du Gardien s'était quelque peu adoucie après leur échange de convenances, quoique succinct et biaisé. Les titres exposés n'avaient de sens ni l'un ni pour l'autre, il importait seulement de retenir l'essentiel. Pour autant qu'il soit capable de l'exprimer, l'homme pouvait paraître quelque peu déconcerté par les réactions désintéressées du noble.
Qu'ils se soient mal compris était une chose. Mais Donatello avait assimilé l'apparence particulière de son interlocuteur pour ce qu'elle était, simplement. Sans y porter le moindre jugement de valeur ou d'esthétisme. Échanger avec une entité que d'aucun jurerait sortie droit des enfers ne le perturbait pas le moins du monde.

C'est peut-être cela, qui anima le regard impassible d'une braise de curiosité. L'homme le regarda embraser l'amadou avec la plus grande des attentions. Donatello gardait la flamme ainsi précieusement allumée au creux de ses mains, comme si elle suffirait à le réchauffer. Varus lui fit un signe de la main.


"Suivez-moi."

Et il tourna les talons, sans attendre la moindre confirmation. La proximité, même temporaire du Gardien, avait réchauffé l'atmosphère alentour, sans que son hôte ne puisse l'expliquer. La température chuta à nouveau lorsqu'il s'éloigna. Et avec elle, l'humidité pénétrante revint.

L'endroit où il se rendait était tout simplement un salon, de taille assez modeste. Ses murs étaient suffisamment conservés pour être un minimum isolants. Le petit salon était de fait, plus sec et moins froid que le hall. Les meubles n'étaient en revanche, à l'image du reste du manoir, que ruines. Une cheminée trônait contre un mur de la pièce, des branches empilées dans son foyer. Détail insolite, une grande écharpe rouge était étalée sur des vestiges de chaises, sans doute pour sécher.


"J'allais l'allumer quand vous êtes arrivé."

Le bois toutefois, paraissait bien trop humide pour prendre facilement. Amadou ou non.
Terminé #8le 05.01.19 16:13
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Donatello Zenone (LS)
Invité
Comme c'est fort aimable que de m'inviter à entrer. Tiens, pendant que je marche, je ramasse un vieux bout de bois, et je sors un mouchoir de ma poche. Je l'enroule autour et je suis ce grand gaillard quand même un peu bizarre. Il y a un petit quelque chose dans la démarche, je ne sais pas... Une fois mon mouchoir ficelé sur ce qui doit être un montant de rampe d'escalier, je mets mon amadou dessus et je souffle  pour que le feu prenne sur le tissu. J'ai beau être un comte romain, j'ai l'habitude. Le feu et moi, c'est une vieille histoire.

Fiat Lux ! Que la lumière soit, et la lumière fut ! Je le suis en levant bien ma torche et en chassant un peu les araignées sans rien dire. Il ne faudrait pas vexer un hôte si aimable, ni si charmant. Même ces restes de rideaux qui pendouillent m'ont l'air assez inflammables. Il ne faudrait pas qu'ils prennent feu par le plus grand des hasards. Ce serait fort fâcheux, et on devrait se passer d'un bel abri. Bel abri... J'exagère peut-être un peu quand même là. Quatre murs branlants, un toit qui part presque de guingois, c'est surtout que je fais à la guerre comme à la guerre.

Oh une cheminée. Il a même préparé un petit feu. C'est très bien, on va pouvoir sécher un petit peu. Mais je n'enlèverai pas ma chemise ! Je ne tiens pas à ce qu'un rat me la vole. Ils sont gros comme des lièvres dans cette bicoque. Du coup, j'imagine sans peine des mites comme des libellules.

"Ah, c'est à vous ça ?"

Je viens de voir l'écharpe. Il n'avait donc pas de chemise. Par contre derrière moi, je sens que l'ambiance se réchauffe tout d'un coup, et un sourire se dessine. Puis je me retourne, et... Oh, merde... Les rideaux ont vraiment pris feu, et ça commence à lécher les planchers de l'étage supérieur et les poutres.

"J'ai pas fait exprès !"
Terminé #9le 05.01.19 16:46
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Varus [VB]
Invité
Bois vert ou bois humide, qu'importait désormais. La chaleur qui montait depuis le hall commençait à se faire bien plus intense que la flambée prévue par le Gardien. Les yeux vides fixèrent un instant Donatello, sa torche, puis les flammes dont la lueur était projetée jusque dans le petit salon.
Egal à lui-même, il se rapprocha simplement de son bien, pour enrouler à nouveau l'écharpe autour de son cou. Il prit même le temps de s'attacher les cheveux, dans un calme olympien. Ceci fait, il regarda à nouveau le noble, puis sa torche, puis le feu. Bientôt les flammes commenceraient à lécher le parquet, et pourraient atteindre rapidement ce petit havre improvisé.
L'excuse quant à elle, sonnait maladroite, presque puérile. Littéralement comme un enfant pris la main dans le sac de bonbons.


"Vous serez bientôt réchauffé."

Aussi étonnant que cela puisse paraître, l'homme n'esquissait pas un geste pour se diriger vers la sortie. Il observait simplement son interlocuteur, tournant parfois le regard vers l'ouverture de la porte.

"A moins que vous ne préfériez la pluie."

C'était le comte, entré le dernier, qui se trouvait le plus proche de la sortie. De celle du salon comme celle du manoir. Et potentiellement, s'il pouvait le comprendre, il en barrait l'accès. L'homme en face de lui était imperturbable, il semblait seulement... attendre.

Un craquement dans le hall. Témoignage de l'incendie qui s'était désormais étendu jusqu'à la toiture. Une poutre venait de se rompre. Le ruissellement de l'eau ne suffirait certainement pas à éteindre un incendie de tissus et de bois centenaires. Bientôt même la pièce principale serait impraticable.
Terminé #10le 05.01.19 17:30
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Donatello Zenone (LS)
Invité
Quoi ? Quoi ! Pourquoi il me regarde comme ça d'abord ?! Ouais bon et alors ?! Je suis pyromane, et après ?! Ca arrive les accidents ! Surtout quand on les aide un peu à arriver. Et puis pourquoi il a fallu que je rentre dans un bâtiment aussi inflammable d'abord ? Me jugez pas hein ! C'est pas moi qui ai choisi d'entrer dans cette ruine ! C'est la faute à la pluie ! Je sais pas si ça va brûler dehors, mais en tout cas dedans, c'est bien parti pour.

C'est un joli feu qui a démarré là, en plus. Je suis assez fier de mon ouvrage, pour le coup. Ca me rappelle les palais romains qui partaient en fumée pendant la nuit après mon passage.  Mais c'est pas là le problème !

Je les ai vues ses dents ! Ainsi que ses jambes qui n'en sont pas ! C'est sorcellerie que cela ! De l'hérésie ! Quel pacte avec les forces infernales peut donc être à l'origine de pareils changements corporels ? Il croyait que j'avais pas vu les signes sibyllins peints sur son corps ? A Rome, c'est comme ça qu'on fait avec les sorcières. J'ai déjà vu comment l'Inquisition les faisait partir en fumée!

"Tu ne m'auras pas, engeance du Malin !"

Bon, maintenant que j'ai dit ça et que les masques sont tombés, il faudrait voir à ne pas trop traîner par ici. Surtout que l'incendie progresse vite. Une poutre vient déjà de se casser la gueule.

"Vade retro créature des Enfers !"

Je me retourne, et je cours vers la fenêtre la plus proche. Je plonge à travers épaule en avant. La vitre, son cadre, et les volets vermoulus derrière, tout explose. Je roule dans l'herbe détrempée du parc, et je tire ma dague en courant vers mon cheval. Quand je l'atteins, je sectionne les rênes pour ne pas avoir à les délier, je saute en selle, et je plante mes talons dans les flancs du canasson pour qu'il détale au galop très vite et très loin !

"Tu ne m'auras pas ! Mais je suis toujours autant perdu moi... C'est où Mazzorbo déjà ?"
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
Réponse rapide :

N'oublie pas de valider le captcha avant de partir, sinon le message ne sera pas envoyé :(


forums partenaires devenir partenaire