en partenariat avec...
Nano RoleplayEsquisseJust MarriedMaster PokéThe Holiday ScamGifted
Recherche
Recherche avancée
Annonces
Le Deal du moment : -40%
Maillot de football Third Paris Saint-Germain – ...
Voir le deal
54 €

Vos réactions aux textes des participants

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant
Vos réactions aux textes des participants Empty #1le 02.01.19 18:42
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
La Faucheuse
Maître de la mort

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Vos réactions aux textes des participants As64OwE0/0Vos réactions aux textes des participants EeIQN7j  (0/0)
× Présence: présent
× Evolution : Vos réactions aux textes des participants EmptyVos réactions aux textes des participants EmptyVos réactions aux textes des participants EmptyVos réactions aux textes des participants EmptyVos réactions aux textes des participants EmptyVos réactions aux textes des participants Empty
Vos réactions aux textes des participants Empty × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Pouvoir : omnipotente
× Epitaphes postées : 2998
× Øssements1105
Autre
× Inscription : 15/03/2014
La Faucheuse
Maître de la mort
Si vous avez envie de crier votre amour ou de rire à gorge déployée, hésitez pas à réagir aux textes postés par les autres champions, ou même à commenter le votre Vos réactions aux textes des participants 2782890776
Vos réactions aux textes des participants Empty #2le 05.01.19 0:43
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Kaoren [ES]
Invité
Bien, ce premier jour d'interforum touche à sa fin, et le moins que l'on puisse dire, c'est que les candidats sont au niveau ! L'interforum est vigoureux, il est véhément, il est éminent, il est immarcescible ! Oserais-je dire ? Il est anthologique !

Dans cette cohue de textes, il va sans dire que certains m'ont plus ou moins marqué, tant dans le premier que dans le second thème, et plutôt que de m'attarder sur des RPs en entier, j'ai décidé de vous faire un petit florilège des citations qui m'ont le plus touché pour diverses raisons !

Je tiens tout de même à préciser qu'ayant moi-même un RP en cours et beaucoup de conversations à suivre sur la Shoutbox, je n'ai pas encore réussi à tout lire, et que je me suis en gros limité à tout ce qui a été posté ce 4 janvier avant 20h.

Par ailleurs, ces citations, et surtout leurs explications sur pourquoi je les apprécie, peuvent contenir maints spoilers (comme à peu près tout ce qui sera posté dans ce sujet, normalement). J'invite donc tous ceux qui voudraient lire les textes par eux-mêmes à le faire avant. Je sais que ça sert à rien de dire ça parce que vous allez quand même continuer, mais au moins, vous pourrez pas justifier que c'est ma faute.

Les citations en question :



Épreuve 1


« (je suis obligé de l’écrire, elle me fixe collée à mon épaule pendant qu’elle me dicte ; aie pitié de moi) » - Akkhi (MKK)
Assez figurative de l'humour global qui règne dans la lettre du scribe d'Akkhi (parce que j'aurais pu en prendre un tas, c'est une avalanche de rires), j'aime beaucoup l'accélération soudaine de la phrase avec cette juxtaposition du "aie pitié de moi" qui inspire l'idée que le scribe se dépêche de terminer son commentaire en pressentant que sa maîtresse a des doutes sur ce qu'il écrit. J'arrive vraiment à me figurer le type qui remue sa plume à toute vitesse en mode cartoon, ce qui accentue l'effet comique. (Bon, dit de façon aussi didactique, ça doit pas paraître si drôle, mais ça risque d'être comme ça dans toutes mes explications.)

« Vous êtes tous le cadeau de quelqu'un. » - Sansar (CR)
Celle-ci, je la trouve assez touchante, surtout avec le sourire attendri de Ronce qui s'ensuit derrière. Camouflée sous une phrase à l'aspect démagogue, on peut lire l'impulsion d'un vieil homme affaibli et qui ne peut se retenir d'écrire que ces enfants qui lui écrivent sont un petit cadeau pour lui. Je sais pas si je surinterprète, mais je trouve ça joli à lire comme ça, et le sourire de Ronce comme le sourire complice d'une personne qui le connaît bien et qui sait ce qu'il a voulu dire par là.


Épreuve 2



« À cheval donné on ne regarde pas les dents. Surtout quand je suis mouillé. » - Donatello (LS)
Là, j'adore la transition entre la vérité générale énoncée sur une troisième personne impersonnelle et la précision à la première personne qui fait mention au cas précis de Donatello. Comme si, dans son inexorable orgueil, il se dressait comme un facteur déterminant à prendre en compte par les gens dans le choix de leur comportement. C'est dit d'un air hobereau absolument délicieux à lire !

« Un éclair manque d’accrocher ton attention » - Istvan (TT)
Le caractère d'Istvan est génial dans son flegme à toute épreuve, et cette phrase l'illustre magnifiquement dans son aspect décalé, entre l'image très forte de l'éclair et cette expression toute banale qu'on a généralement l'habitude de lire dans les situations les plus posées, et surtout pas avec un tel objet. Se figurer Istvan qui s'en fout de voir le ciel se déchirer dans un éclat resplendissant, ça n'a pas de prix.

« Elle ne put retenir un ricanement moqueur quand elle vit l'inconnue sursauter pour une simple feuille morte qui lui avait effleuré l'épaule. » - Amalia (IE)
Celle-ci, je ne m'attarde pas sur sa formulation qui est somme toute assez classique, mais je voulais la présenter parce que j'aime beaucoup l'idée dans le contexte. La dite inconnue (Tahiri pour la citer) termine son post précédent sur la sensation d'une main qui se pose sur son épaule en entrant dans le manoir, et nous, rôlistes suivant l'interforum que nous sommes, on se dit que c'est évidemment l'introduction du second personnage qui doit participer au RP. Mais le second personnage commence directement son post dans le manoir, de son côté, ce qui lui donne un aspect assez déroutant jusqu'à ce qu'on ait cette phrase, qui nous donne alors l'explication de la sensation qu'a ressentie Tahiri. En cela, j'ai l'impression qu'elle se joue de moi comme elle se joue des peurs de l'inconnue qui vient d'entree dans le manoir, et ça permet une forme d'identification assez particulière dont je tiens à saluer l'audace de la manœuvre (qu'elle fût volontaire ou non, je lis ce que je veux encore une fois).

« Vague d'inquiétude, pendant une seconde, qui mousse en écume sur les parois de ton crâne en écho de "Et si ?" jusqu'à ce que tu fronces les sourcils. » - Savannah (PSMV)
J'ai trouvé la prose de Savannah globalement très agréable à lire dans le décalage constant qu'elle semble avoir avec le naturel. Je ne trouve pas ça le moins maladroit du monde, ça contribue vraiment (et ce pour des raisons que j'arrive pas entièrement à m'expliquer) à me donner une vision unique du personnage. C'est une écriture osée, et soyons francs, toutes les tournures qu'elle utilise ne me parlent pas, mais j'ai pris beaucoup de plaisir à lire son RP avec Alyaa (qui y est pour pas mal elle aussi) dans cette dimension étrange. Cette phrase que j'ai citée, elle illustre parfaitement ce décalage, en passant d'une paire de constats émis par des propositions averbales directement juxtaposées suivies d'une métaphore introduite dans une proposition beaucoup plus longue et posée ponctuée elle-même d'une interjection au discours indirect libre, le tout se terminant sur une action énoncée didactiquement dans une dimension quasiment descriptive. On passe d'un extrême à l'autre entre chaque proposition, et ça donne vraiment l'impression que Savannah oscille entre plein d'états d'esprit jusqu'à aboutir finalement sur son pessimisme. Et j'aime ça.

« Une bouffée de poussière le prit à la gorge, lui déclenchant une quinte de toux ponctuée d’insultes. » - Milo (PaB)
Je termine sur cette phrase assez simple, mais qui parvient à donner avec beaucoup de concision une image très BD-esque (adjectif validé par moi-même) dans une association qui ajoute l'impression que le personnage tousse carrément ses insultes, ce qui, en plus de suggérer qu'elles sortent totalement malgré lui (ce qui ajoute une petite touche d'empathie envers le personnage), figure le tout dans une image assez drôle (sans ternir la dite empathie pour autant, un équilibre qui, je vous le jure, est pas simple à trouver).


Voilà, c'est tout ! Si vous avez d'autres commentaires sur d'autres textes, eh bien... ce sujet est là pour ça, je l'invente pas. Au plaisir de vous lire, vous les commentateurs, mais aussi vous autres qui vous apprêtez à nous pondre encore d'autres textes ! Et moi, j'ai une réponse à faire, maintenant.
Vos réactions aux textes des participants Empty #3le 05.01.19 20:01
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Amalia Reano [IE]
Invité
Ce que j'aime beaucoup dans ces épreuves, c'est le mélange d'univers et le passage d'un contexte à un autre dans les épreuves solos et l'obligation de faire coexister deux contextes ensemble dans les minis-rps. J'ai commencé à lire des textes, j'arrive pas à me décider encore mais j'adore passer d'un style d'écriture à un autre donc merci pour ces lectures divertissantes!

(Kaoren, pour te répondre spécifiquement, oui tout était prévu, merci de ta remarque ça me touche beaucoup <3 )
Vos réactions aux textes des participants Empty #4le 05.01.19 23:16
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Sona Buvelle [VB]
Invité
Yopla !

Comme ce genre de zone c'est mon rêve depuis que je RP je me voyais mal ne pas prendre quelques minutes pour laisser un petit feedback. Malheureusement je n'ai pas pu tout lire, et encore moins dans des conditions optimales. Je vais donc commenter ce que j'ai lu et qui m'a le plus parlé. Comme je suis fort dans le ressenti j'espère que ce sera clair car j'aurais du mal à expliquer le pourquoi du comment. BREF : Voici les RPs qui ont fait vibré ma corde sensible.

- Je commence en trichant un peu en parlant d'un membre de mon forum : le RP de la lettre de Noël entre Nunu [VB] et Cath [PaB]

Un condensé de choupinerie. Nunu est attendrissant et le côté maternel de Cath qui joue le jeu pour vendre du rêve à un gosse qu'elle ne connaît même pas, juste car ses lettres transmettent toute sa joie de vivre. J'ai fondu '-' Très léger mais pas vide, c'était vraiment touchant.

-Lettre au Père Noël entre Onesimo IV da Morgloria[LS] et Swenn Milazzo [CI]

Deux personnages qui se prennent à leur propre jeu : chacun veut troller l'autre et ils se retrouvent à vraiment y mettre du cœur pour toujours aller plus loin dans ce contact épistolaire. J'ai adoré le détachement dont ils ont fait preuve et qui ne rend leur "complicité" que plus intrigante. J'ai eu des petits sourires et on rentre bien dans le délire de ces deux personnages hauts en couleur.

- Comédie musicales : les "feel good movies" Il y en a plusieurs et ils étaient bien mais bon, je vais mettre en avant ceux de Poppy [PaB] et de Taiyah [HS]:

Ca m'a mis du cœur à l'ouvrage. On m'a transmis une quantité d'énergie positive phénoménale ! Une vraie p'tite scène de comédie musicale où le monde entier est heureux et ça se propage vachement bien ! Merci beaucoup pour les sourires que vous avez mis sur mon visage.

-Toujours dans la comédie musicale mais complètement différent dans ce que j'ai ressenti : Implicite et Explicite du Dr.Donatien Elpida [IE]

Waw ... J'étais vraiment dedans et ça m'a retourné. Complètement. Je sais toujours pas quoi dire mais franchement, c'était super réussi. Comme tu le dis en intro, pas besoin d'un pegi car la subtilité est bien maitrisée mais derrière cela on sent toute l'horreur et la souffrance qui peuvent se passer derrière. Bref : je vais mal dormir mais pour une bonne raison : j'ai pris une vraie claque de RP.

-Les RPs en Enfer : Diana Markova [ME]

Pareil, l'immersion s'est faite sans aucun accroc. En peu de mots on voit une vraie évolution de la situation sans que le texte ne soit précipité. La difficulté de la routine, le mensonge et frustration qui s'amplifient. Une chute inexorable, elle accepte de faire "comme tout le monde", de faire tout ce qu'on lui demande dans un espoir vain. La tentative de rébellion, l'utilisation du suspens, les citations au bon moment.
De bout en bout j'ai eu de l'empathie pour le personnage principal.
En y réfléchissant, je pense que ça m'a parlé car même si c'est "l'enfer" il n'était pas si irréaliste que cela dans son ressenti.

-Autre RP en Enfer : Oyun [MKK]

J'ai été transporté. Sans connaître l'univers et avec uniquement la petite mise au point j'ai vraiment suivi le RP avec beaucoup d'intérêt. Le mysticisme qui l'entourait m'a vraiment attiré et captivé. J'y ai vraiment vu un cauchemar avec toutes les images fortes que l'on y retrouve. Tout est interprétable et intriguant, on a envie d'en apprendre plus, d'essayer de décrypter et de prendre conscience de tout ce qui entoure le personnage en même temps que lui.


Voili voilou, j'espère ne pas avoir laissé trainer des fautes partout. Je n'ai pas abordé de texte dans les manoirs car j'avoue ne pas les avoir lus bien attentivement pour l'instant (j'y remédierais promis).
J'ai choisi ces posts de façons purement subjective, sur base de ce qui me plaît le plus : transmettre un truc : que ce soit un message, une émotion ou le plaisir des belles lettres. Ceux-ci sont ceux qui m'ont coupé le souffle, fait sourire ou souffrir.

Merci aux auteurs pour leur partage,
Merci aux lecteurs,
Merci à ceux dont je n'ai pas encore lu les RPs, je re-posterais sûrement une ou deux autres fois.
Vos réactions aux textes des participants Empty #5le 06.01.19 1:42
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Kaoren [ES]
Invité
Deux jours déjà, que ça passe vite ! Sauf quand vous passez littéralement la journée devant l'interfo', auquel cas vous le sentez vraiment passer (et vos yeux vous supplient d'arrêter, mais c'est parce qu'ils ne comprennent rien à l'art de toute façon).

Avec tous les nouveaux textes qui ont été publiés entre-temps et tous ceux que je n'avais pas eu le temps de lire la dernière fois, il va sans dire qu'un tas de nouvelles citations ont captivé mon attention et m'ont supplié de les ajouter à ma petite chronique. Ce que je vais faire de ce pas puisqu'elle a l'air de générer un début de succès. J'en profite pour remercier les retours d'Amalia, d'Eelis, de Luciole, de Sona et de Varus, ils me touchent sincèrement ! J'ai l'impression d'être bon à quelque chose.

Comme hier, avec mon mini-RP en cours, mes bavardages sur la shoutbox et mon petit rush de minuit pour poster les thèmes au plus vite sur Esquisse, je n'ai pas eu le temps de lire absolument tout ce qui a été posté à cet instant (donc lisez aussi le commentaire de Sona juste au-dessus, il est bien). Cette fois, je me suis arrêté à tout ce qui avait été posté avant 22h pour les RPs (thèmes 1 et 2) et avant 14h pour les one-shots (thèmes 3 et 4). En somme, il va y avoir surtout du RP, mais quand même un peu de comédie musicale et de voyage en enfer, rassurez-vous.

Enfin, après une énième spoiler alert, il est temps de lancer cette nouvelle série de citations !

PS : Cette fois, c'est encore plus long.

Les citations en question



Épreuve 1


« Yo Ho ho ho, » - Freak (HWG)
Je commence simplement avec celle-ci, qui exprime toute la désinvolture et l'indifférence totalement assumée du personnage en rendant ce "Ho ho ho" neutre au possible car l'assimilant simplement à une alternative à l'expression "Yo" barrée juste à côté. On lit "Ho ho ho" avec la même tonalité qu'on lirait "Diastéréoisomère", la platitude la plus totale, ce qui est un comble pour ce rire légendaire (et supposément expressif). Moi, ça me fait marrer en toute simplicité.

« Illustre Père Noël, qu’avez-vous souhaité pour Noël ? » - Narcisse (DL)
Le fait que celle-ci suive la lettre de Sansar qui disait aux enfants "Vous êtes tous le cadeau de quelqu'un" (cf. trois posts plus haut) me fait un joli petit pincement. Le personnage de Narcisse est en proie au doute alors qu'il se confronte à la sagesse d'un vieil homme, et après avoir lu que ce vieil homme ait trouvé son cadeau dans les enfants autour de lui (si on l'interprète comme je l'avais fait), alors à travers cette formulation "Qu'avez-vous demandé pour Noël ?", on peut aussi lire "Quel est ce bien que vous procurent ces enfants ?" et par extension quelque chose comme "Comment puis-je m'en sortir spirituellement grâce à eux ?", un petit échange implicite très touchant... et qui n'est pas fini !

« Aie confiance. » - Sansar (CR)
Je pourrais citer la lettre que lui renvoie Sansar dans sa quasi-intégralité, mais cette conclusion se suffit presque à elle-seule. Ces deux mots disent à la fois "Trouve les réponses par toi-même", "Ne te décourage pas" et "Je le sais parce que j'y ai été". En termes de concision, on fait pas mieux à part "Kamoulox".

« J'observe les grands arbres qui me font face, ils sont aussi grands que les châteaux des plus grandes nations, parfois plusieurs fois plus grands. » - Grégoire Boisdefer (ADM)
Hyperbole sur hyperbole sur hyperbole, cette phrase d'apparence insolite parvient à mêler une rêverie enchanteresse dans ces arbres qui dépassent toute forme de cohérence et le sentiment d'admiration qui semble leur être voué, le tout dans une déclaration à la formulation assez enfantine dans la gradation d'hyperboles et le vocabulaire limité à la répétition du simple adjectif "grand". En somme, toute cette phrase respire la magie de Noël à laquelle le personnage de Boisdefer semble s'abandonner dans son aventure.

« Pour Venise, j'ai plus simple. Trouve un ottoman. » - Onesimo IV da Morgloria (LS)
Ah, les lettres d'Onesimo... Sona y a fait allusion, et j'aurais aimé le faire moi-même dans mon post précédent. Je ne trouvais juste pas de citation à prendre individuellement. Entretemps, il a posté ça. Je sais vraiment pas par où commencer, avec cette citation. Elle mêle cet air hautain de toujours mieux savoir à une touche de xénophobie évidente dans un conseil donné avec le mépris le plus total (sous-entendu : "Trouve un barbare, ça a l'air de mieux te parler que la civilisation"), et je trouve ça absolument délicieux à lire.

Épreuve 2


« Avec l’orage, personne ne l’entendrait. Ni ce stupide vase malencontreusement entreposé juste derrière la vitre et qui vint éclater au sol. Tout irait bien. » - Tiha (CI)
La mauvaise foi du personnage de Tiha qui sort de cette phrase, où elle se persuade que son plan est le bon même pendant qu'elle énonce la raison pour laquelle il est compromis en insultant carrément le vase responsable de l'accroc, doublée d'une pointe d'ironie dans le décalage entre les deux expressions juxtaposées "éclater au sol" et "Tout irait bien", m'inspire sans faute un véritable sentiment de compassion envers elle, ça la rend carrément touchante dans son petit caractère. J'ai envie d'aller lui tapoter l'épaule.

« Les yeux vides fixèrent un instant Donatello, sa torche, puis les flammes dont la lueur était projetée jusque dans le petit salon. » - Varus (VB)
Dans la famille des auteurs dont j'avais envie de parler la dernière fois mais pour lesquels j'ai pas trouvé la phrase qui tue : Varus. Dans le genre écriture audacieuse, je me dois de lui tirer une petite révérence. Ses textes qui s'efforcent de rester dans un point de vue assez externe, et surtout, externe au personnage de Varus, m'en font sortir avec l'impression de finalement ne pas du tout le cerner, ça lui donne une aura de mystère qui l'enrobe d'un aspect à la fois fascinant et effrayant. Même les premiers mots de son RP disent "L'appel du comte avait résonné dans le hall désert et délabré du manoir, sans autre réponse que son propre écho." Le comte n'a pas l'air confronté à un personnage, mais à un lieu, voire carrément à une ambiance, et la voix de Varus est même introduite en disant "une voix s'éleva à son tour". Quant à la phrase que j'ai citée - parce que c'est quand même de ça que je suis censé parler - ce que je lui trouve de fascinant, c'est qu'en la lisant, j'ai l'impression de suivre le regard de Donatello conformément à celui d'une entité supérieure le prenant malgré lui, une entité aux yeux vides, comme pourrait l'être sa culpabilité quant à son méfait. En cela, lorsque Donatello se décrit derrière comme un personnage sans états de conscience, j'ai presque du mal à le croire, juste parce que j'ai lu la façon dont Varus semble l'avoir fait regarder l'incendie. J'ai pas vraiment de mots, je suis même pas entièrement certain de tout ce qui provoque cet effet en moi, mais je tiens à le partager ici, j'ai trouvé cet instant formidable.


Épreuve 3


« Personne ne « put your hands up » et Taiya galopa en fredonnant jusqu’à sa chambre. » - Taiya (HS)
Magnifique traduction de l'incompréhension de l'entourage de Taiya quant à son comportement, j'ai beaucoup aimé l'utilisation de la citation en anglais qui crée une rupture dans la phrase en ne s'y accordant pas du tout, à la fois dans la cohérence des temps et des personnes, et aussi dans le simple fait que ça change de langue, qui font juste voir la fantaisie de Taiya comme une expression totalement étrangère et n'ayant rien à faire dans la situation. Une comparaison super propre.

Épreuve 4


« Je préfère l'enfer à l'humanité. » - Alpheratz (EP)
Alpheratz, Alpheratz, Alpheratz... Je sais pas si je suis très subjectif à son sujet étant donné que j'avais déjà adoré sa participation à l'interforum précédent, mais là, je me suis retrouvé sous une demi-douzaine de citations que j'avais envie de partager. Je me suis contenté de la plus parlante d'entre toutes, celle sur laquelle vous vous êtes sans doute attardés vous-mêmes tant elle est mise en évidence, et qui traduit l'état d'esprit du personnage de Béatrice dans une ambiguïté à travers laquelle vous pouvez relire tout le texte. D'un côté, vous avez la version qui paraît la plus légitime, où elle trouve les humains pires que les démons qu'elle pourrait rencontrer en enfer, et de l'autre, la version beaucoup plus sombre où elle refuse de se parer d'humanité quitte à aller en enfer. Quand on relit le tout, on découvre un véritable mépris de toute la race humaine, et on est en droit de se demander pourquoi Béatrice est guidée aux enfers. Et quand on relit son dialogue avec le passeur dans cette vision, la phrase "ceux qui comprennent que l'humanité ne vaut plus rien", censée décrire ceux qui peuvent se rendre en enfer sans en payer le prix, peut tout aussi bien se mettre à décrire les personnes qui ont tout simplement mérité l'enfer en abandonnant leur humanité comme une chose sans valeur. Le texte se termine même sur "ces gens qu'elle haïssait profondément", et là encore, on oscille entre si sa haine est légitime ou si la haine est une mauvaise chose (qui plus est un péché capital). En relisant, j'ai été totalement dérouté pendant tout le texte, prêt à accepter les deux lectures à la fois, ce qui m'a mené à ressentir une empathie certaine pour un personnage qui hait. Et j'admire ça.

« Ce ne sont pas des épreuves que vous traversez, mais rien que des preuves de comment vous avez erré. » - Fyodor (BSD)
Autre phrase à côté de laquelle on ne peut pas vraiment passer tant elle est mise en évidence et centrale à la structure du texte, cette leçon de morale qui peut se traduire par "Vous n'avez rien accompli, vous avez montré une énième fois comment vous accomplissiez les choses" porte une attaque à l'orgueil du personnage de Fyodor, et surtout, à son obstination à être ce qu'il est, qui sera le leitmotiv dans ce texte, étant présentée comme la raison même de sa propre déchéance. En plus de sa morale très propre, j'apprécie beaucoup l'utilisation du verbe "errer" à la fin, pour ajouter d'une part une connotation animale ou bestiale, et d'autre part le simple sentiment qu'on n'arrive jamais nulle part en suivant ce chemin qu'est l'obstination.

« Si c'est un cauchemar, tu vas te réveiller. Et sinon... » - Chaiki (TT)
Dans un texte où la tension va crescendo dans l'esprit du personnage, cette phrase est l'ultime preuve du désespoir de Chaiki qui se jette après un raisonnement quasi-enfantin dans les flammes au risque de simplement en crever si ce n'est pas un rêve, parce qu'elle n'a même plus ça à perdre. La formulation est proche de celle qu'on retrouve souvent chez les personnages voulant se persuader qu'ils ne sont pas dans un rêve (en se pinçant par exemple), ce qui lui donne un caractère totalement prémédité, et donne ainsi l'air à Chaiki d'avoir considéré et accepté la deuxième partie du raisonnement, qu'elle passe sous silence comme si son surmoi - puisque le texte est écrit à la deuxième personne, il semble être ancré dans le point de vue de la petite vois qui parle dans sa tête - n'arrivait pas à croire qu'elle ait pu arriver à une telle folie.


Voilà, voilà... plus de 2000 mots, j'ai fait plus de l'équivalent d'une épreuve entière rien qu'avec ça. Et la précédente devait tourner à 1000-1500, donc ça fait deux. J'espère que ça ne vous imposera pas trop de lecture (ou en tout cas pas de lecture chiante, que ce sera plaisant à lire), et à bientôt pour de nouvelles lectures !
Vos réactions aux textes des participants Empty #6le 06.01.19 2:01
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Istvan [TT]
Invité
Kaoren, je te l'ai déjà dit... Mais je vais te le redire.

J'admire, et j'aime beaucoup, la manière que tu as de réussir à décortiquer et à parler d'une des choses les plus simples sur cette planète : une phrase. Juste une phrase. Il ne te faut rien de plus et tu arrives quand même à trouver l'essence d'un texte avec une simple suite de mots qui peut avoir l'air parfaitement anodine, alors du coup.

BRAVO.
(et aussi je suis très touchée d'être citée dans tes commentaires) (voilà) (bizous sur ta tronce)
Vos réactions aux textes des participants Empty #7le 06.01.19 14:41
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Varus [VB]
Invité
Je l'avoue, je n'ai pas encore lu tous les textes, loin de là. Je ne me vois donc pas encore commenter quoique ce soit. Est-ce que j'aurais la foi de le faire ? Peut-être pas de manière aussi développée. Mais après avoir lu ce petit pavé paragraphe sur moi, je crois que ça serait la moindre des choses que de rendre la pareille aux participants de cet événement.

Merci beaucoup pour ce commentaire, Kaoren, c'st à la fois rassurant, flatteur, et encourageant. (Et ça signifie que pour toi au minimum, j'ai réussi mon défi ! Vos réactions aux textes des participants 4161136590 ) Merci merci merci ! Vos réactions aux textes des participants 2181828163
Vos réactions aux textes des participants Empty #8le 06.01.19 18:26
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Invité
Invité
On en veut d'autres ! demon
Vos réactions aux textes des participants Empty #9le 06.01.19 23:12
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Sona Buvelle [VB]
Invité
Bimbamboum bande de choupinous !

Pas d'intro : on passe direct à la nouvelle vague de commentaires sur les RPs avec lesquels j'ai eu une bonne harmonie.

Le premier lu ce matin : La soirée déguisée de Tia Soleil de Nuit [MKK]

J'ai vraiment voyagé pendant ma lecture. Transporté dans cette fête exotique, j'ai suivi avec attention tout ton récit. La danse avait un rendu réussi, transmettant toute l'ivresse des festivités ! En cette période sombre de révision ce genre de rayon de soleil c'est tellement agréable à lire. Je souligne aussi l'authenticité car le personnage est très humain.

Soirée déguisée de Nachtgewalt [FS]

Ambiance aux petits oignons ! On sent bien qu'en profondeur on a un personnage subtil, qui a une importance certaine et les quelques dialogues suffisent amplement à installer la tension nécessaire. Perso j'ai cru voir des scènes de bal masqués avec une pointe de James Bond -> On sait qu'il est là. Il sait qu'on sait qu'il est là. Reste à savoir qui prendra les risques en premier. Et le changement est juste parfait ~

Soirée déguisée de Sydonia [Esquisse]

Je n'oserais pas dire que j'ai compris l'Esquisse. Mais si des vieux penseurs ont raison : je sais que je ne sais rien. Et franchement la lecture de ce RP m'amène plus de question que de réponse : et c'est une bonne chose. Si je comprends bien il peut se passer tout et n'importe quoi, les lois régissant l'Esquisse ne sont pas à la portée du premier venu et les conséquences des évènements qui s'y passent sont très inattendues. Si je me trompe... Bah tant pis.
Si j'ai juste : ce RP est super car avec un petite interaction on comprend toute l'absurdité complexe de cet univers. (Quand je dis absurde ce n'est pas péjoratif... Déformez pas mes paroles siouplait).

Comédie musicale de Ulrich [TT]

L'authenticité de ce RP m'a vraiment plu. Le personnage n'est pas forcément le plus aimable mais il est très humain : il a ses défauts mais ce n'est pas du tout un cliché. On ne voit pas tant que c'est une fiction, on pourrait vraiment croire à une scène quotidienne. Et franchement c'est pas évident avec si peu de rendre une fiction réaliste. Surtout en casant une chanson. Belle prouesse !


Bon : j'ai pas beaucoup lu aujourd'hui, et pas de façon méthodique : un RP par-ci un RP par-là. Si vous n'êtes pas dedans c'est sûrement que je ne l'ai pas encore lu dans les bonnes conditions. Désolé si l'analyse est brève mais c'est toujours sur le ressenti et c'est compliqué de mettre des mots dessus en gardant l'émotion que j'avais à chaud.

Encore merci à vous tous qui avez partagé vos écrits c'était un bon moment de lecture.
Vos réactions aux textes des participants Empty #10le 07.01.19 1:04
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Kaoren [ES]
Invité
Et c’est hélas déjà la fin de cet interforum ! Un week-end bref (comme tous les week-ends, puisqu’ils font tous la même durée), mais intense ! Toutefois, l’aventure ne s’arrête pas là ! En plus de pouvoir poster dans les boîtes à textes (dans lesquelles vous n’allez pas tarder à me voir apparaître, entendre sitôt que je me serai débarrassé de mes exam’s), vous pouvez désormais prendre le temps d’aller lire toutes ces participations plus drôles, touchantes ou profondes les unes que les autres, et il va sans dire que je continuerai de vous accompagner avec de nouveaux commentaires pendant tout ce temps !

Aujourd’hui, je dois vous avouer ne rien avoir lu de nouveau dans les thèmes 3 et 4 par rapport à hier, et n’avoir pas encore entamé les thèmes 5 et 6, exception faite des textes de mes propres membres (par favoritisme éhonté). Toutefois, n’allez pas croire que je n’ai rien lu pour autant. En effet, j’ai lu tous les RPs. Littéralement tous, à l’exception de ceux de la boîte à textes. Ainsi, j’ai quand même pu récupérer une petite flopée de nouvelles citations à vous partager.

Je remercie une énième fois tous ceux qui me complimentent sur ces petits commentaires (que je prends beaucoup de plaisir à écrire moi-même, coucher ça par écrit me permet parfois de mieux visualiser d’où viennent certains sentiments que j’ai vis-à-vis des textes), et je remercie bien sûr tous ceux qui écrivent, tous ceux qui commentent à côté de moi, c’est tout aussi intéressant à lire (t’es super, Sona), et bien sûr tous les organisateurs, de la Sérénissime à Peek a Boo, pour avoir rendu tout ça possible. Et puis aussi tous les participants des éditions précédentes sans lesquels l’événement n’aurait peut-être pas perduré. Et puis aussi tous ceux qui les ont poussés au RP, parce que sinon - *se fait sortir*

On est partis avec la troisième fournée de commentaires, qui sera par conséquent la fournée définitive en termes de RP. Remarquez tout de même que certains textes m’ont beaucoup plu sans que j’en dégotte une phrase à mettre en évidence – là, tout de suite, je pense au RP entre Nunu et Catherine, mais c’est pas le seul – et que le fait de ne pas trouver des citations à vous dans ce commentaire ne constitue en aucun cas une preuve que j’aie moins été happé par vos écrits. Et à l’inverse, être cité pour une phrase ne signifie pas que tout le RP me plaît, nyahaha !

Sans plus de bavardages (déjà plus de quatre cent mots sa race de pingouin), on est partis avec les citations !

Les citations en question



Épreuve 1


« J'aimerais bien pouvoir te parler jusqu'à ce qu'on ne puisse plus. » - Charlotte (TT)
Je commence avec cette phrase, qui s’apparente à une pure tautologie (parce quand on pourra plus, on pourra plus, c’est logique), mais qui prend tout son sens quand on la replace dans son contexte. L’existence d’un pouvoir chez Charlotte qui l’empêche de parler à une personne qui lui a trop souvent menti ajoute un nouveau sens au verbe « pouvoir », ce qui offre à cette phrase une véritable signification (j’aimerais que tout cet échange soit vrai et sincère) tout en la gardant dans une formulation proche de celle d’une évidence, ce qui lui donne un caractère beaucoup plus naturel et légitime.

« C’est eux qui ont cassé ta main pour pas que tu fasses du piano ? » - SergKita (ME)
La formulation très enfantine de cette phrase (oui, les formulations enfantines servent à plein de trucs) dans cette question à l’aspect assez naïf contraste violemment avec l’âge et l’expérience de la personne qui la pose, et le fait qu’elle soit posée ainsi semble assimiler l’acte cruel qu’elle évoque à quelque chose de naturel et de compréhensible pour un enfant de l’univers de Metro. En ce sens, sans même évoquer la situation là-bas (c’est fait juste après, mais ça marche même sans ça), cette phrase nous plonge directement dans l’idée que c’est la mouise là-bas, tout en assimilant ceux qui la vivent à des personnes qui n’ont pas la force de la vivre (à savoir, encore une fois, des enfants).

« Merci d’avoir joué le jeu. » - Narcisse (DL)
Bon, c’est la quatrième fois que j’évoque ce RP (vous pouvez commencer à considérer qu’il m’a globalement plu), mais j’ai quand même fait une fixette sur cette phrase. Non contente de conclure tout cet échange d’une manière assez touchante, le fait qu’elle évoque un jeu, qui s’avère un jeu de rôle auquel se prêtent les deux interlocuteurs, la rend très riche de sens même en dehors de ce RP précisément pour offrir une perception du jeu de rôle que l’on peut appliquer à tous ceux que l’on fait. Passer un bon moment ensemble sous la peau d’un autre personnage. Et le tout en incluant un petit clin d’œil mignon à son partenaire de RP. Oserais-je dire, c’est méta-RP.

« Hikari. Ça sonnait vraiment bien. » - Erik (TE)
Conclusion d’un RP dans lequel le personnage d’Erik s’est successivement pris d’affection puis d’aversion pour une autre personne (Taiya pour la citer), cette petite tournure dans laquelle il maintient son affection pour un détail qui concernait son interlocutrice sans accepter de l’évoquer elle directement permet avec beaucoup de concision et de simplicité de faire ressentir un remords qu’il n’arrive pas sérieusement à assumer. Comme quoi, elle va lui manquer elle aussi.

Épreuve 2


« L’endroit avait cette aura particulière des lieux où l’on ne vit pas » - Pritika (MKK)
Je suis heureux que Pritika ait finalement pu mener à bien son RP ne serait-ce que pour cette phrase. La périphrase « où l’on ne vit pas » utilisée à la place du traditionnel « abandonné » ajoute selon moi énormément de sens à cette expression, en y ajoutant d’une part la connotation de l’inconnu (les lieux où l’on ne vit pas étant généralement des lieux nous étant moins familiers) et en y présentant d’autre part le fait que l’on n’y vive pas comme une action grâce à l’utilisation d’un groupe verbal avec un véritable sujet (même impersonnel) plutôt qu’un simple adjectif, ce qui semble motiver une raison de ne pas y vivre, et stimuler inconsciemment un aspect plus inquiétant au lieu. Cette phrase se démarque dès qu’on la lit, et nous marque dès qu’on s’y approfondit. C’est propre. (J’aime pas utiliser « nous » plutôt que « moi » dans ce genre de phrases parce que mon avis est pas absolu, mais là, ça sonnait mieux. /crève)

« Calvaeir... » - Mizuko (AND)
Ce mot, que signifie-t-il ? « Calvaire » ou « Cavalier » ? Quelle est la forme de la menace qui pèse sur les personnages qui le découvrent ? On ne sait pas, mais on se fait des idées, et je trouve ça beaucoup plus efficace en terme d’immersion et d’identification que de directement nommer la menace. (Et là, j’espère que c’est volontaire ou je vais passer pour une andouille…)

« Non mais à quoi je ... pense ... » - Lise Gray (DL)
Si l’idée de terminer la visite du manoir par le réveil d’un rêve a été massivement utilisée par nos membres au point de ne plus me faire de véritable effet après une ou deux lectures (en vérité dès la première, rapport au fait qu’on avait un thème de rêve commun dans un lieu hostile dans l’édition dernière qui m’a vite fait envisager ce genre de fin), je dois quand même saluer cette façon d’engager la chute. D’une part, cette phrase crée une transition en douceur vers le réveil en envisageant déjà l’idée que tout se passe dans sa tête (ce qui fait que cette fin rapidement devenue prévisible ne donne pas l’air de nous être posée comme une véritable surprise, et c’est un bon moyen de ne pas s’enfoncer dans les stéréotypes qu’on utilise). D’autre part, la question posée dans cette phrase peut trouver un tas de raisons d’être posée par rapport à ce qu’on a lu juste avant dans le paragraphe : « Qu’est-ce-qui me prend de continuer sans mes Pokémons ? », « Qu’est-ce-qui m’a pris de m’aventurer dans ce manoir ? », « Pourquoi je suis aussi hautaine et méprisante depuis tout à l’heure ? » ou même « C’est quoi cette histoire de malade ? » ne sont que quelques exemples de ces questions qui semblent lui venir par avalanche au moment où elle se réveille, ce qui crée un sentiment de désorientation totale assez proche de celui qu’on a au moment de l’éveil, le tout dans une formulation assez progressive (renforcée par l’utilisation des points de suspension) qui nous invite à nous attarder quelques fractions de seconde de plus sur cette phrase et suivre le réveil en douceur pendant qu’on cherche des réponses à toutes ces questions.
Et puis Lise utilise un Lucario, donc elle est forcément cool.

Et voilà ! J’espère que ça vous a plu encore une fois, et je vous dis à très bientôt pour un prochain épisode !
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant
Réponse rapide :

N'oublie pas de valider le captcha avant de partir, sinon le message ne sera pas envoyé :(


forums partenaires devenir partenaire