Invité

#1 le 11.07.16 21:57

avatar
Invité
on a summer's day
  • Let's go on
  • a great adventure

Il devait être un peu plus de midi, pendant un jour d'été. Il faisait très beau. C'était un jour à sortir, dans le parc certainement. Ou peut-être ailleurs dans la ville ? Tokyo était grande. Tokyo était belle. C'était un jour à sortir, dans les rues pour danser, chanter, jouer.
Ce matin-là, Dracophore s'était réveillé de forte bonne humeur, comme tu avais pu le constater. Tu remarqua que le jeune blond n'avait mangé qu'un bol de céréale ce matin, avant d'aller enfiler quelque chose de convenable. Tu l'observa du coin de l’œil, buvant un café inexistant et lisant distraitement les nouvelles du matin. Il revint rapidement, habillé d'autre chose que son pyjama. L'été était chaud. Ne laissons donc aucune chance à cette chaleur de nous tuer. Si cela était possible, bien sûr. L'adolescent portait une t-shirt, d'un bleu assez clair, accompagné d'un pantalon brun, qui se mélangeait assez bien ensemble. Il fit un tour sur lui-même, comme pour montrer qu'il était prêt, et bien habillé. Tu ne pu retenir un sourire. Bien sûr qu'il ne portait pas de chaussure. Pourquoi l'aurait-il fait ?
Le jeune homme alluma la radio, écoutant attentivement, tandis qu'il plaçait sa potion solaire, pour éviter les brûlures. Sa peau était assez sensible.
Et maintenant, la météo de Tokyo. Un temps clair et ensoleillé est prévu pour toute la semaine. Nous prévoyons plus de 25°C. Ce sera le moment de sortir. Avec un temps pareil, ça ne se refuse pas. Les parc pourront accueillir plusieurs foyers, pour les piques-niques, ce sera....
Le claquement distinctif se fit entendre, celui qui annonçait que la radio était maintenant éteinte. Il se précipita ensuite vers l'un des murs, qui ressemblait à la voie lactée. Il faillit renverser une chaise. Il portait encore un grand sourire sur son visage, et toi, toi tu le regardais d'un air amusé. Le garçon prit une note, qui était accroché. Un liste de course, en vérité. Tu le remarqua surtout lorsqu'il commença à compter l'argent qu'il avait, en regardant les objets qu'il allait acheter. Bien. Il était fin prêt à sortir.
Il se précipita dehors, montant les marches deux par deux, riant, comme toujours.
Aujourd'hui était un bon jour : il allait voir Tobias. Tobias Blom, le zombie. Ils s'étaient rencontré, il y a quelques temps déjà. Dracophore avait rejoint son équipe de Quidditch, et en échange, le zombie lui lisait les romans à l'origine de ce drôle de sport. À l'idée de cette amusante rencontre, tu ne pu t'empêcher de le suivre. Et puis, sans ça, il n'y aurait pas d'histoire.
Il arriva dehors, traversant le hall de l'Agence, puis allant dans les rues de Tokyo. Le soleil l'éblouit quelques secondes, mais il ne s'arrêta pas pour autant. Il prit des petites routes, des allées et ruelles. Dans ce quartier là, il se jouait de la musique, des gens étaient dehors, en train de profiter du soleil, fenêtres et portes ouvertes. Du jazz retentissait, des gens dansaient, des gens riaient. C'était ainsi que devrait être la vie. Mais Dracophore ne le pensa même pas : c'était ça, la vie. Ou la mort. Peu importait. Tant qu'on s'amusait, où était le problème ?
Il déambula dans les rues pour enfin arriver au parc, où était assis son capitaine, son ami. Le blond reconnu immédiatement le zombie, qui était assis sur un banc, à attendre.
Le nécromancien se précipita sur lui, laissant sa peau froide entrer en contact avec le mort-vivant, le prenant dans ses bras.
Aujourd'hui, c'était clairement une bonne journée, et toi, tu te marrais déjà. Mais il faudrait peut-être rappeler à à Dracophore d'acheter ses ingrédients pour les potions. Et qu'il faudrait enfin penser à avoir un boutique. Tu avais vu par ailleurs une boutique à vendre, avec un appartement. Mais comment le lui dire ? Tu n'es que le lecteur, tu n'es pas matériel à ses yeux. Ce serait impossible. Mais je tâcherais de lui faire glisser le message. En attendant, voyons la réaction de Tobias, qui avait probablement sursauté, à cause du froid et de la surprise.

#2 le 12.07.16 16:55

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 21 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Princess Bonnibel Bubblegum - Adventure Time
× Appartement : Lascaux
× Métier : Fleuriste
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 389
× Øssements 252
× Age IRL : 20 Féminin
× Inscription : 30/04/2016
× Présence : complète
× Surnom : l'abricot
× DCs : Miu Nagareboshi
zombie
http://www.peekaboo-rpg.com/t2001-ebiko-kaiyoutei-flower-girl http://www.peekaboo-rpg.com/t2048-ebiko-kaiyoutei

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
0/100  (0/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 21 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Princess Bonnibel Bubblegum - Adventure Time
× Appartement : Lascaux
× Métier : Fleuriste
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 389
× Øssements 252
× Age IRL : 20 Féminin
× Inscription : 30/04/2016
× Présence : complète
× Surnom : l'abricot
× DCs : Miu Nagareboshi
zombie
On a summer's day- Cold hands -

BLOM Tobias

SCOFFER Dracophore

La pénombre. Il n’y a que ça, tout le temps. Je m’extirpe difficilement de mon lit. Atsuhito est-il encore là ? Je ne sais pas. A tâtons, j’attrape la bougie sur ma table de nuit et je cherche ma boîte d’allumettes.

“Où est-ce qu’elle est encore passée ?” maugrée-je en m’éclairant à la lueur de mon portable qui vient de finir de s’allumer.

Heureusement que j’ai été le recharger hier chez Domen et Giuliana. Il faudrait vraiment qu’ils pensent à installer l’électricité chez nous, parce que sans fenêtres c’est un peu compliqué. Lorsque j’arrive finalement à éclairer la pièce avec la chandelle, je vois que mon colocataire n’est plus là. Il brille encore une fois par son absence matinale. Je baille bruyamment, sans crainte de réveiller qui que ce soit et je pars à la recherche de vêtements propres sous mon lit. Il faudra que je glisse ma pile de vêtements sales à côté de celle d’un de mes colocataires pour qu’il aille à la buanderie à ma place, comme d’habitude.

Aujourd’hui, je me suis levé plus tard que d’ordinaire, n’ayant pas besoin d’aller travailler au café, toutefois, c’est toujours plus tôt qu’un matin de congé ordinaire. J’accuse le coup de la veille où je suis rentrée tard, mais j’ai une bonne raison de sortir de mon lit : je vais retrouver Draco, ou Dracophore comme je l’appelais au début. Je m’en souviens parce que je l’ai noté. Je me suis très vite habitué à son étrange pouvoir et parfois, il m’arrive même de ne pas l’oublier. Draco, c’est un enfant qui a cent-vingt-cinq ans de plus que moi. La notion d’âge n’a plus vraiment de valeur une fois qu’on est mort, à part pour certaines personnes. Je ne me souviens plus de comment nous en sommes arrivés là, mais j’ai commencé à lui lire des romans et lui a accepté de venir jouer au Quidditch avec moi. Bon je l’oublie régulièrement jusqu’au moment où je regarde mon fond d’écran, c’est vrai. D’ailleurs c’est pour ça que je garde cette photographie de lui, d’autres membres de l’équipe et moi à cet endroit.

Glissant quelques Øssements dans ma poche - de quoi payer à manger au Nécromancien - je sors de l’appartement en sifflotant. Il ne faut pas bien longtemps pour rejoindre le parc où nous nous sommes donnés rendez-vous, même si nous aurions tout aussi bien pu nous retrouver à l’Agence. Toutefois, je n’ose pas l’attendre à la sortie, peut-être qu’il y avait une bonne raison et que je ne m’en souviens tout simplement plus. C’est un peu effrayant d’oublier des choses comme ça. Une fois arrivé à destination, pas de trace du gamin aux cheveux blancs.

“Bon bah je vais l’attendre.”

Je hausse les épaules. Lui me trouvera bien. En attendant, il fait beau et déjà chaud, je m’installe donc à l’ombre sur un banc. Il n’y a pas grand monde à cette heure-là. Je vérifie l’heure d’un rapide coup d’oeil à mon portable. Je suis en avance, encore une fois.
Je me suis perdu dans la contemplation d’une flaque d’eau où se reflète le ciel bleu. Avec la chaleur qu’il fait, elle aura disparu avant la fin de la journée. Soudain, je sens des bras glaciaux se refermer autour de moi. Après un bref sursaut de surprise, je rends son étreinte au Nécromancien et lui ébouriffe sa tignasse déjà désordonnée.

“Pile à l’heure dis donc !”, je reniflai - un comble pour un zombie, même parfumé au caramel - avant de sourire, “Et bah, tu y es pas allé de main morte avec la crème solaire.”

Je ris. Étonnamment, ma peau de suédois est moins sensible au soleil que la sienne, que j’ai déjà vu virer au rouge écrevisse après un entraînement, preuve à l’appui je dois avoir une photo de lui quelque part.

“Tu devrais peut-être réfléchir à une potion pour régler ce problème.”, je fais une pause, le relâchant, “Bon, qu’est-ce qu’on fait ?”
Invité

#3 le 13.07.16 3:47

avatar
Invité
on a summer's day
  • We shall go
  • in the dark streets

Dracophore lâcha Tobias, tandis qu'il rigolait encore, doucement. Oui. Il pourrait penser à une potion pour anti-soleil. Mais c'était bien mieux de penser à sa prochaine blague. D'ailleurs, tu savais de source sûr que la prochaine cible du petit démon... pardon !, du nécromancien, n'était autre que le Roi lui-même : Joshua Rokuro ! Le garçon aux cheveux de neige se demandait comment il allait s'y prendre : piéger le fauteuil, la porte ou une armoire ? Quel serait l'effet : teinture instantanée, grimace forcée ou antigravité ? Tant de possibilité. Et tant de travail. Mais pour ça, il fallait le matériel. Et un lieu pour travailler. Au moins, on pouvait dire que Draco testait toutes ses potions avant de les vendre !
Le fantôme s'assit à côté du blond et prit un air sérieux , ce qui était chose rare et qui te surprit fortement. “Il faut que j'achète des ingrédients, pour mes potions. Et pour les tiennes. Et que je me trouve un atelier. Et que je vende mes potions.”, dit-il. Il haïssait cordialement les responsabilités et celles-ci ne l'aimaient guère. C'était comme les mathématiques : elles étaient méchante avec lui. Tout du moins, c'était ses propres mots. “Ça craint” et ceux-là en faisaient partis aussi.
Néanmoins, fidèle à lui-même, Dracophore refusa de se laisser abattre. Son piège se déroulerait, avec ou sans atelier ! Un grand sourire revient, ce qui te rassura tout de même, sur le visage du plus âgé des garçons. Ce dernier sauta à pied joint, sur le pavé en face du banc en bois, ce qui fit tout de même sursauter quelques passant. Ses bras étaient en l'air, et le jeune homme ressemblait presque à un sportif qui venait de faire un exploit et qui attendait des applaudissements. Presque.
Draco se retourna rapidement vers Tobias et lui agrippas une main, le tirant doucement, pour éviter de lui faire mal. Après tout, ils devaient bien aller quelque part, au final. Ils n'allaient tout de même pas rester ici à ne rien faire !
Allez ! Viens, j'ai vu un super endroit, l'autre jour !
L'éternel enfant rit, voulant emmener le zombie dans ses découvertes : il avait vu une vieille boutique de nécromancien quelque part, pas loin du parc, d'où le rendez-vous à cet endroit. Apparemment, l'ancien propriétaire avait disparu. C'était mystérieux ! Ça ne pouvait être que marrant. Et puis, les fantômes n'existaient pas. Enfin, si, justement. C'était bien ça, le truc. Ils étaient les fantômes. Donc, ça aurait été dur de ne pas savoir. Pire, il serait dur pour un endroit d'être hanté. Oh ! Il faudrait que le jeune homme aille dans une maison hanté !, pensa-tu, pendant une fraction de seconde. Après tout, ça pourrait être intéressant ? Mais une autre fois, je n'écris pas ça, pour l'instant ! Je suis l'auteur, je décide encore ce que nous allons faire, après tout ! Comment ça, non ? Je ne vous permet pas de critiquer. Non mais.
Ah bah. Bravo ! Voilà que Dracophore kidnappe son ami, le traînant, encore, dans les petites ruelle.s. Mais enfin ! Suivez-le ! Nous n'allons pas rester ici ! Ils sont les personnages principaux de notre récit ! Par ailleurs, il faudrait penser à lui faire demander quand sont les prochaines entraînements de Quidditch.
J'ai oublié quelque chose, maintenant que j'y pense. Oh, ça ne devait pas être important. Je vais laisser ma collègue reprendre le relais, car nous mourrons tous d'impatience de connaître les faits, les gestes et l'opinion de notre ami Tobias.
Je sais pas pour vous, mais pour moi, c'est bien le cas.

#4 le 13.07.16 22:47

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 21 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Princess Bonnibel Bubblegum - Adventure Time
× Appartement : Lascaux
× Métier : Fleuriste
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 389
× Øssements 252
× Age IRL : 20 Féminin
× Inscription : 30/04/2016
× Présence : complète
× Surnom : l'abricot
× DCs : Miu Nagareboshi
zombie
http://www.peekaboo-rpg.com/t2001-ebiko-kaiyoutei-flower-girl http://www.peekaboo-rpg.com/t2048-ebiko-kaiyoutei

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
0/100  (0/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 21 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Princess Bonnibel Bubblegum - Adventure Time
× Appartement : Lascaux
× Métier : Fleuriste
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 389
× Øssements 252
× Age IRL : 20 Féminin
× Inscription : 30/04/2016
× Présence : complète
× Surnom : l'abricot
× DCs : Miu Nagareboshi
zombie
On a summer's day- You can fly! -

BLOM Tobias

SCOFFER Dracophore

Proposer à Draco de faire une potion utile, c’est quelque chose de vain. Je devrais pourtant le savoir. Ce Nécromancien préfère mettre au point des farces, des potions pour jouer des tours à tout le monde, pas trouver une solution à un de ses problèmes. C’est comme ça, je suis condamné à sentir son parfum crème solaire dès que nous mettrons le nez dehors cet été. Assis à côté de moi, il énumère tout ce que nous avons à faire aujourd’hui. Trouver des ingrédients pour ses potions. Trouver des ingrédients pour mes potions. Et grande nouveauté du jour, trouver un local pour qu’il y installe sa boutique ! Surpris par cette initiative, je le regarde comme s’il venait soudainement de me dire qu’il voulait devenir une chimère. Quoique, je serais moins surpris s’il m’annonçait ça.

Se relevant d’un bond, et pas le plus discret du monde, Draco fait se retourner les quelques passants présents vers nous, me faisant sourire. Lui-même à un grand sourire sur son visage, présage d’une idée qui lui trotte dans la tête et qu’il veut appliquer. Je n’ose pas le questionner, mais avec un peu de chance il me fera part de ses projets, comme souvent. Entre lui et le petit zombie aux cheveux verts, je ne peux pas m’ennuyer ! D’ailleurs, le voilà qui m’attrape par la main, m’obligeant à me relever et à le suivre je ne sais où.

“Allez ! Viens, j'ai vu un super endroit, l'autre jour !” s’écrit-il.

“Ah ? Où ça exactement ?”

Mmmh… S’il parle du fameux local pour une potentielle boutique, je sens que je vais devoir l’aider avec la paperasse. Mais peu m’importe, après tout il me fait don de mes potions pour retrouver une apparence humaine, alors je lui dois bien ça. Je crois que j’ai essayé de le payer les premières fois, mais il a refusé. Il me semble. Le seul problème avec un fournisseur de potions comme lui, c’est quand j’arrive au bout de ma réserve et que je n’arrive plus à me souvenir de qui je dois aller voir. Enfin, je n’ai jamais été véritablement coincé, la seule fois où j’ai vraiment oublié, j’ai trouvé ce que je cherchais chez quelqu’un d’autre - et le prix m’a fait très mal au porte-monnaie.

Entraîné à la suite du petit Dracophore, je découvre des ruelles de Tokyo que je ne connaissais pas. Il semble savoir exactement où il veut aller et je le suis sans protester.

“Oh, regarde ! Un marchand de glaces, on pourra repasser par là après !”

Je bave intérieurement en voyant les nombreux parfums proposés et les glaces que les clients ont dans les mains en repartant. Elles sont énormes, exactement le genre de glaces que j’aime. Sans parler de l’énorme pancarte en italien qui annonce “GELATERIA”. Certainement un autre exemple de Nécromancien qui ne gagne pas sa vie sur le dos des zombies. Non pas que je n’apprécie pas ceux qui nous permettent d’arrêter de pourrir, mais il y a une grande différence entre eux qui font cela pour l’argent et ceux qui ont vraiment à coeur de nous aider.

Je serre un peu plus sa main avec l’espoir de la réchauffer et le suis encore. Il y a de plus en plus de monde dans les rues et je vois de nombreuses échoppes attirantes. Même la température ambiante semble augmenter, ce qui n’est pas vraiment agréable quand on est en plein processus de putréfaction. Je me rassure en me disant que dans quelques années ce sera pire et que je serai obligé de mettre beaucoup plus de parfum que je ne le fais maintenant. Je retiens un soupir : pour le moment tout va pour le mieux, je suis un gamin du monde des morts, alors autant sourire.

“Dis, en parlant de potions… Tu crois que tu pourrais faire voler un balai ?”

Je m’interroge. Depuis mon arrivée ici c’est une question que je me pose. Et que je lui ai peut-être déjà posée vu que j’oublie des choses en sa présence. Je me promets de noter la réponse dans un coin, histoire de ne pas la reposer plus tard.
Invité

#5 le 14.07.16 19:15

avatar
Invité
on a summer's day
  • we're like the
  • mad hatter and alice

Dracophore en resta figé ! Un glacier ! Il ne l'avait pourtant pas vu la première. Non, vraiment, les gens ouvraient des commerces un peu partout ; c'en était perturbant ! C'en était fantastique, aussi. Parce qu'alors, en rentrant, ils étaient sûr devenir s'arrêter ici. Mais malheureusement, il était bien connu que le portefeuille de l'adolescent était quelque chose... d'assez léger. Mais bon, un jour, oui, un jour, Draco aurait de l'argent. C'était une promesse à lui-même ! Entre temps, il faudrait d'abords qu'il apprenne à économiser. Mais il avait de bons amis qui pouvaient le mettre sur le droit chemin. C'était une bonne chose. Néanmoins, il n'allait pas les faire payer ! Ça ne se faisait pas !
C'est donc après avoir acquiescé  qu'ils reprirent leur route, toujours guider par l'éternel enfant, qui allaient entre les sombres ruelles, qui ressemblaient parfois à d'étroits jardins, d'une beauté impensable. Alors, bien sûr, à déambuler, le garçon à la peau de glace avait failli oublier sa destination ! Et ils reprirent par une large route, où d'autres échoppes les attendaient, allant juste plus lentement, pour pouvoir profiter des différentes propositions. Si tu avais eu du mal à les suivre, tu peux noter que maintenant, tu pouvais les dépasser avec aisance. Tu remarqua aussi que Tobias sera son emprise sur la main froide de Dracophore. Ils auraient pu ressembler à un couple, à des amoureux. Mais toi, tu la connaissais la vérité : c'était impossible. Tobias était peut-être bisexuel, mais il n'avait aucune attirance pour son ami, tout du moins, Dracophore n'en avait aucune pour le zombie. Le garçon aux cheveux de neige n'avait jamais été attiré de façon romantique par qui que ce soit, que ce soit physiquement ou émotionnellement. Draco aimait, il aimait même beaucoup trop, mais pas de cette façon. Donc, il ne sert à rien de s'y attarder plus encore. Mais certains passants les prirent tout de même pour des amoureux.
La température montait, plus la journée avançait, plus il faisait chaud. C'en était atroce. Personne ne pouvait humainement survivre à une température pareille ! Heureusement qu'ils étaient déjà mort, sinon ils auraient brûlé sur place. Ou fondu, au choix. Mais ils continuaient à marcher, jusqu'à la belle boutique en vente. Et puis, il y eut une question, qui surpris l'alchimiste. Et toi aussi, par ailleurs :
- Dis, en parlant de potions…
- Euh, oui. Bien sûr. Les potions !
- Tu crois que tu pourrais faire voler un balai ?
Et là ce fut le drame, arrêtant toute chose, il se stoppa net, n'avançant plus du tout. Toi, tu avais la mâchoire à terre, et Dracophore. S'il avait tenu quoique ce soit dans ses bras, ce serait tombé par terre. Il agrippa alors Tobias par les épaules, le fixant droit dans les yeux. On voyant dans les yeux du nécromancien, des étoiles, qui brillaient.
- Tu es un génie !”, dit-il, secouant légèrement le zombie. “Viens ! On va aller la fabriquer tout de suite !” L'adolescent n'avait pas terminé sa phrase qu'il partait déjà dans la direction de l'agence, avant de se stopper, une nouvelle fois, net. “Non. D'abords la boutique.” Et il reparti dans la direction initiale.
Dracophore pensait, en toute sincérité, qu'il pouvait  faire cet exploit. Ce serait fabuleux ! En plus de pouvoir jouer au Quidditch, plusieurs blagues étaient possible ! Par ailleurs, en parlant de Quidditch.
Au fait !”, tandis que le plus âgé se colla au bras du plus jeune. “Tu sais quand sont les prochains entraînements, Tobinou ?”
Écoutez. Tobinou, c'est nouveau, j'y peux rien. Dracophore est parfois pris d'une volonté propre. D'ailleurs, il suffit de voir son visage, complètement. Débile. Et mignon. Shit.
Je travail comment avec des conditions pareilles, moi ?

#6 le 01.08.16 19:34

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 21 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Princess Bonnibel Bubblegum - Adventure Time
× Appartement : Lascaux
× Métier : Fleuriste
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 389
× Øssements 252
× Age IRL : 20 Féminin
× Inscription : 30/04/2016
× Présence : complète
× Surnom : l'abricot
× DCs : Miu Nagareboshi
zombie
http://www.peekaboo-rpg.com/t2001-ebiko-kaiyoutei-flower-girl http://www.peekaboo-rpg.com/t2048-ebiko-kaiyoutei

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
0/100  (0/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 21 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Princess Bonnibel Bubblegum - Adventure Time
× Appartement : Lascaux
× Métier : Fleuriste
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 389
× Øssements 252
× Age IRL : 20 Féminin
× Inscription : 30/04/2016
× Présence : complète
× Surnom : l'abricot
× DCs : Miu Nagareboshi
zombie
On a summer's day- Hearts are never broken -

BLOM Tobias

SCOFFER Dracophore

Alors que nous avancions d’un bon pas, Draco se stoppe soudainement. Et voilà, j’ai déjà dû poser cette question un demi-milliard de fois et cela doit faire un demi-milliard de fois qu’il me dit qu’il ne peut pas faire ça… Aussi, lorsque le nécromancien m’attrape par les épaules pour me secouer en me disant que je suis un génie, je suis perdu. Moi ? Un génie ? Je souris, je suis simplement un joueur de quidditch qui aimerait bien que son sport ressemble un peu plus à l’original.

“Viens ! On va aller la fabriquer tout de suite !”

Apparemment enchanté par cette idée, je le vois repartir vers l’Agence Azazel d’un bon pas. Amusé par ce départ précipité, je l’appelle.

“Ahem… On ne devait pas-”

Coupé en plein milieu de ma phrase, je vois qu’il s’est lui-même souvenu qu’il avait autre chose à faire. C’est un véritable gamin, distrait par le moindre papillon qui passerait à côté de lui.

“Non. D'abord la boutique.”

Il s’arrête net pour repartir dans la direction dans laquelle nous allions. J’explose de rire en le voyant aussi perturbé. Mais il a l’air de penser que c’est possible. Il faut que je le note. Tout en le suivant, j’attrape mon portable dans ma poche et rajoute une petite phrase à propos des balais volants dans un mémo. Ce mémo, c’est celui des choses dont je dois me souvenir mais que je vais oublier parce que Draco est Draco. Depuis le temps, c’est une jolie liste de points plus ou moins importants mais que je n’ose pas supprimer.

Venant s’accrocher à mon bras - il n’a donc pas peur que je finisse par tomber en morceaux avec cette chaleur ? - il me pose à son tour une question qui devait lui trotter dans la tête depuis un petit moment le connaissant.

“Au fait ! Tu sais quand sont les prochains entraînements, Tobinou ?”

Je réfléchis. Je sors presque tous les jours pour m’entraîner de mon côté et aussi pour faire prendre l’air à Kvast et Drottning, mais j’ai été obligé de définir des jours d’entraînement avec des horaires pour mon équipe de quidditch. Si mon ancien capitaine me voyait en train de gérer ma propre équipe, il n’en croirait certainement pas ses yeux. Il faut dire que je n’étais pas un modèle de ponctualité et d’organisation de mon vivant…

“Mmh voyons… Il me semble que c’est dimanche prochain. Il faudra que je vérifie. Mais si tu veux demain après le boulot je serai dans le parc.”

Ok, mon organisation n’est toujours pas au point. J’oublie les dates, je me mélange. Enfin au moins je fais l’effort de tout noter, ce qui est assez nouveau. Sauf que pour le moment je n’ai pas envie de vérifier. Je suis plutôt préoccupé par la température extérieure et par le soleil qui cogne ; j’espère que les effets des potions de Draco vont supporter tout ça et me permettre de garder une apparence humaine toute la journée. En tous cas, je suis bien content d’avoir un glaçon vivant - enfin vivant, c’est vite dit - collé à moi.

“On arrive bientôt ? J’ai faim moi…”
Invité

#7 le 08.08.16 15:57

avatar
Invité
on a summer's day
  • i will
  • stay with you

Dracophore hocha la tête simplement, au rythme de chacun de ses pas, porté par l'euphorie dû à la compagnie de son ami, porté par la chaleur enivrante du soleil d'été, porté par la musique qui battait au creux de son cœur. Le plus vieux des deux avait une envie folle de danser. Ça devait se voir à son sourire. Ou pas. Après tout, le garçon aux cheveux blancs souriait tout le temps, comme s'il cachait quelque chose. Ce quelque chose, c'était toi, un passé détonnant, déprimant, qui déconne. C'est pas ta faute, c'est pas la sienne. Juste un mur qui s'est construit entre vous lorsque vous, tu ?, êtes mort. Un refus d'exister pour vous deux. Mais ça n'a pus réellement d'importance aujourd'hui, car il vit sans toi, tu n'es plus qu'une ombre qu'il a oublié et c'est peut-être mieux ainsi.
Donc, les entraînements étaient prévus pour dimanche. Il serait là, comme d'habitude. Et il reverrait tout le monde. Certains seraient plus que heureux de le voir, d'autres moins. C'était ainsi. On ne pouvait pas plaire à tout le monde. Mais au moins, tous ensemble, ils avaient, à peu près, un véritable esprit d'équipe et de manière générale, il n'y avait pas de problèmes entre eux. Et c'était déjà pas mal.
En réponse, Drake dis un simple “d'accord”. Il n'y avait pas besoin de plus.
Et ils continuèrent à marcher. Après tout, la boutique n'était pas loin. Ça aurait été triste de s'arrêter maintenant ! En vérité, le chemin qui avait été emprunté avait été un large détour, car la boutique n'était pas si loin de l'Agence Azraël.
Et pourtant, ne rien remarquer. Dracophore était un champion à ce niveau-là. Mais c'était pas sa faute : il était assez tête en l'air. Mais qu'importe. Le principale était de continuer, bien que la route fut, plus ou moins, longue. Et puis, on fait avec ce qu'on a. Je dois bien faire durer l'histoire, je gagne ma croûte comment, moi, hein ? Oui, bon. Je m'éloigne du sujet.
“ - On arrive bientôt ?” La voix s'était élevée, à côté de Draco, quelques instants après qu'elle lui ai répondu. “J’ai faim moi…” et le ventre de Draco fit écho aux paroles du zombie.
“ - On dirait que moi aussi !” dit le nécromancien en riant. Puis, il pointa un restaurant, où une bonne odeur sortait des cuisines. “On a qu'à manger là ! Ça sent super bon ici !”
Et puis, ils n'étaient pas pressés.

#8 le 10.08.16 22:28

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 21 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Princess Bonnibel Bubblegum - Adventure Time
× Appartement : Lascaux
× Métier : Fleuriste
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 389
× Øssements 252
× Age IRL : 20 Féminin
× Inscription : 30/04/2016
× Présence : complète
× Surnom : l'abricot
× DCs : Miu Nagareboshi
zombie
http://www.peekaboo-rpg.com/t2001-ebiko-kaiyoutei-flower-girl http://www.peekaboo-rpg.com/t2048-ebiko-kaiyoutei

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
0/100  (0/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 21 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Princess Bonnibel Bubblegum - Adventure Time
× Appartement : Lascaux
× Métier : Fleuriste
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 389
× Øssements 252
× Age IRL : 20 Féminin
× Inscription : 30/04/2016
× Présence : complète
× Surnom : l'abricot
× DCs : Miu Nagareboshi
zombie
On a summer's day- We are just normal girls -

BLOM Tobias

SCOFFER Dracophore

L’estomac du nécromancien grogne exactement au même moment, si ça ce n’est pas un signe du destin nous indiquant qu’il est grand temps de faire une pause-bouffe, je ne sais pas ce que c’est ! Le timing idéal. Draco, jamais à court d’idées, me montre une pizzeria en me proposant d’aller manger là-bas. Pizza. Parfait. J’adore les pizzas.

“Bonne idée, on y va ! Je t’invite !”

Presque en sautillant, impatient de goûter un peu à tout - et surtout de me remplir l’estomac -, je m’approche du fameux restaurant en traînant mon aîné à ma suite. Qu’est-ce que je vais bien pouvoir commander ? A l’odeur, tout ce qu’ils servent à l’air délicieux, mais on ne sait jamais, il vaut mieux être prudent au moment de choisir, surtout avec une carte majoritairement en japonais, même si je sais que j’aime un peu tout.

Je ne suis pas encore très bon niveau lecture du japonais, c’est mon plus gros problème d’ailleurs, même si j’essaye de m’y mettre. Je dois avoir plusieurs livres qui traînent sous mon lit et à un moment j’ai essayé de suivre des cours à l’Université… Mais on ne va pas se mentir, c’est beaucoup plus intéressant d’aller courir dehors avec Kvast que de rester enfermé avec des gens plus étranges les uns que les autres. Surtout les chimères, elles vous fixent longuement, vous foudroient du regard au moindre mouvement vers une autre femme et c’est limite si elles ne vous attendraient pas au moment de partir pour hurler et vous détruire la cervelle. Pas toutes évidemment, mais il y en a TOUJOURS une.

Je choisis la première place à l’ombre et m’y installe, impatient de pouvoir commander quelque chose, même si comme prévu, je ne comprends pas un traître mot du menu. Le reposant sur la table, je soupire. Tant pis, on verra bien ce que le serveur propose.

“Dis…” je lance en observant la rue dans laquelle nous nous trouvons et les passants, “ Cette rue me rappelle quelque chose. On ne serait pas juste à côté de l’Agence ?”

Je fais cette réflexion à voix haute parce qu’il me semble reconnaître le quartier maintenant que je suis assis. De la part de mon compagnon, ce long détour ne m’étonnerait pas du tout. En soit ça ne me dérange pas, c’est une journée tranquille, pas besoin de se presser, mais la situation me fait plutôt sourire.
Invité

#9 le 24.08.16 3:40

avatar
Invité
On a summer's day
  • a moment to love
  • a moment to hate

“-  Je crois bien, oui !
Le jeune garçon aux cheveux d’argent rit en remarquant sa bêtise. Fort bien, au moins, ils auront fait une belle balade. C’était mieux que rien, n’est-ce pas ? Et finalement, ça n’a plus d’importance, parce qu’à cette fameuse boutique, ils y étaient presque ! Alles, pourquoi se précipiter ? Après tout, l’échoppe n’allait pas s’envoler. Enfin, tout du moins, littéralement. Et puis, si jamais elle était déjà louée, ce serait tant pis.
Dracophore n’était pas du genre à se laisser abattre par ce genre de chose ! Surtout qu’elle lui arrivaient souvent, ne pouvant se faire remémorer. Un jour, il aurait le contrôle de son pouvoir et tout irait bien ! Enfin, il espérait.
Après tout, un accident était, avec ce garnement, tellement vite arrivé. Et souvent, le nécromant n’était pas loin. Alors forcément, le fantôme finissait par avoir une belle réputation… (Notez tout de même la pointe d’ironie ! Et ça vaut pour toi aussi, William… surtout toi, en fait.)
L’amnésique (permanent) était heureux de se voir offrir un repas de la part de Tobias. L’alchimiste était connu pour manger des kilos de sucreries, mais il pouvait faire avec les repas salés sans aucun problème. Enfin, le zombie avait de la chance que cet enfant comprenne la valeur de l’argent, sinon on était mal parti. Très mal parti. NÉANMOINS. Néanmoins quoi déjà ? Ah oui ! (Oui, bon, à force de parler, je finis par m’y perdre. Oui, bah j’y peux rien si le lecteur s’ennuis ! Bah oui ! Cette partie de sa vie est quand même chiante. Oh, c’est bon, hein, la ferme, William.) Je disais donc, (avant d’être grossièrement interrompu par William)(Tu l’as cherché, mon gars…), que le plus vieux n’avait pas hésité à prendre une grande part d’une pepperoni. C’était bon, ça. Ah bah, maintenant j'ai faim…
Bref, les deux jeunes gens reprirent leurs diverses conversations, parfois laissant le grand demeuré…. gamin faire de grands gestes qui étaient (souvent) encombrant, mais pas dérangeant.
Mais au fond, la vie à ce gosse est plutôt ennuyeuse. J’aimerais qu’il se passe quelque chose d’extraordinaire. Comme un braquage ou un concours télé… ou un combat de super-héros. Ah, que la mort est terne et ennuyante. Enfin bon, c’est pas que j’ai parlé pour rien dire, mais quand même. Et puis bon, c’est court. Mais j’ai répondu.
Quoi, ça vous pose un problème un joueur qui communique directement via son bel écrit ? Non mais parce que si ça vous dérange, je le ferais plus.