Invité

#1 le 01.06.16 16:08

avatar
Invité
une once de chaleur
WITH Gretel. ♥


C'était le soir et la nuit couvrait entièrement la ville encore animée par la journée qui venait de s'achever. Il y avait les boites qui résonnaient, les putes qui traînaient sur les trottoirs et les insomniaques. Ceux qui ne trouvent plus la raison de dormir, leur vie à eux se passe durant la nuit, car c'est quelque chose la nuit. C'est silencieux surtout, ça leur fait des vacances. Toi, tu fais partie des gens perdus, des êtres qui n'étaient plus vraiment là, les égarés qui arpentent la ville en espérant trouver quelque chose d'intéressant à voir ou à faire. Tu n'en avais rien à faire de cette seconde vie que t'offrait cette mort. Non vraiment rien à faire " Connard connard connard ".

Te laissant couler dans la brume d'une rue silencieuse, tu déambules comme une ombre à la recherche d'une proie. Tu n'arrivais jamais à te tenir éternellement droit et cela aggravait ton image à un point monstrueux. Tu faisais peur et tu utilisais cet atout avec mesquinerie et gaminerie d'un garçon un peu trop con. Ton souffle se coupe, une rafale de vent propulse tes cheveux en avant. Tu fixes dans la pénombre une silhouette bien familière. Une chevelure mauve descendant en cascade le long d'une échine subtile et droite. Tu touches tes lèvres devenues bleues à cause de la fraicheur de la nuit. Et c'est vrai que depuis cette soirée bien animée, tu t'en voulais d'avoir ainsi jeter une gamine qui n'avait en aucun cas mériter ce châtiment vile et méchant.

Tes jambes s'articulent comme celles d'une vieille marionnette rouillée, personne ne prend le métro si tard, personne n'est assez fou pour se promener dans les galeries sombres et sinistres d'un parfait décor de film d'horreur, sauf Gretel apparemment. Et si on jouait un peu ? Rien de bien méchant. Tu te le promet. Juste une jolie peur bleue pour attiser un peu le feu de ce lien au bord du gouffre. Une étrange rencontre bercée au creux des folies du diable et des pleurs d'un ange. Bon allez, Joyeux Halloween en avance.

Elle rentre dans le fameux labyrinthe, tu la pistes, silencieusement, avec la même grâce que le vent. Tu yeux filtrent parfaitement la luminosité faible et écailleuse. Tu rampes contre le mur, suivant parfaitement le bruit de ses talons qui s'amusent à se claquer joliment sur le sol en dalle. Tu adores le bruit des femmes qui marchent avec pudeur. Ce bruit-là, il se loge dans ton cerveau comme la mélodie de Chopin que tu écoutes sur le rebord de la fenêtre de ta chambre. Toi et elle, viviez sûrement dans le même immeuble. Tu es même certain. C'est une coïncidence que tu trouves plus que ravissante.

Commençons le jeu des ombres.

Tu pousses un souffle rauque qui résonne dans les galeries puis s'en suit le claquement de tes jolies chaussures cirées. Elles aussi avaient une sublime mélodie. Tu continues de respirer aussi fort, juste pour attirer son désarroi. Tu t'amuses à faire de petits bruits. De simples bruits quelconque. Après tout, la moindre petite chose normale peut vite devenir bien plus angoissante que le zombie du coin " I seee youuuu ". Une voix étouffée, méconnaissable. Bonne chance Gretel, ce soir, on joue et bien s'il te plaît.
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Invité

#2 le 01.06.16 19:42

avatar
Invité
Une once de chaleur.
♥ Félix ♥
Quelle journée de merde.
Gretel avait travaillé toute la journée aux archives. Elle s'était proposée pour nettoyer le bazar immense que formait les piles de papiers. Mais elle se demandait sérieusement si c'était une bonne une idée au final. Elle passait ses journées au sol à trier des papiers sur des fantômes encore plus vieux que le monde lui-même. Puis les gens étaient si ingrats. Ils lançaient des regards froids et hautains, ou d'autres passaient sans même baisser les yeux. Ils passaient tous et pouvait l'observer dans le besoin d'un coup de mains. Mais, bien sûr, personne ne daignait se stopper. Pourquoi quand on peut juste continuer sa route?
Pour une fois que la vampire se décide à aller de l'avant, à essayer de s'intégrer en prenant un job, elle se sent complètement découragée. Elle s'attendait à autre chose. C'est un boulot aux archives, en même temps, à quoi elle s'attendait ?

Gretel soupire et pousse la porte des archives avec fatigue. Elle plonge la main dans son sac et attrape son rapeltout. La fumée rouge remplit la boule en plastique ce qui fait froncer les sourcils de la vampire. Qu'avait-elle oubliée ? Elle se stoppe, entourant son écharpe autour de son cou pour réfléchir. Le linge ? Non elle l'a emmené ce matin à la laverie. Alors ranger l'appartement ? Elle l'a fait hier. Peut-être sa commande à la librairie ? Elle devait seulement arriver la semaine prochaine...
Pendant qu'elle lutte à trouver ce qui lui échappe, son ventre gargouille. Le visage de Gretel s'illumine : elle devait passer par le super-marché se racheter des gelées fruités ! C'est sur cette pensée qu'elle y court, fourrant son rapeltout au fond de son sac.

Enfin dans le métro direction appartement Van gogh pour dessiner. Elle se fait un plaisir à faire une liste des choses qu'elle va faire une fois arrivée chez elle. Puis c'est une fois sur le quai du métro qu'elle réalise qu'il n'y personne, pas un rat pour danser. Elle fronce les sourcils en serrant sa main autour de la bretelle de son sac. Ça va, ce n'est rien. Personne ne peut l'atteindre, personne ne peut lui faire du mal. Gretel inspire, expire doucement pour se motiver en marchant. Il n'y avait que le bruit de ses chaussures claquant contre le sol ciré du métro qu'on entendait. Si elle se concentre assez, elle peut entendre son coeur nerveux battre. Elle marche en accélérant le pas pour arriver plus vite à sa destination quand elle entend un bruit. Elle n'est pas sûre de pouvoir l'identifier mais elle n'est pas folle à ce point : elle a entendu quelque chose. Quelqu'un a poussé ce bruit. Elle déglutit en se stoppant par réflexe. Elle n'ose pas trop chercher du regard, trop peur d'apercevoir une ombre qu'elle ne veut pas voir. Puis s'en suit des bruits de pas résonnant dans ce sous-terrain. C'est un léger cri de peur qui s'échappe d'entre les lèvres de Gretel. Elle serre encore plus la bretelle avant de reprendre sa marche sans traîner. Son coeur bat à rompre sa poitrine.
Et quand la vampire pensait qu'elle ne pouvait pas avoir encore plus peur, c'est là qu'une voix brise le silence. Elle décide d'accélérer le pas car la nervosité est entrain de lui briser la poitrine.

hors rp:
face : gretel marche trop vite et se ramasse. pile : elle demande à voix haute qui est là d'une voix tremblante.

#3 le 01.06.16 19:42

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1865
× Øssements 1513
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1865
× Øssements 1513
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
Le membre 'Gretel Krauss' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


'PILE OU FACE' :
Invité

#4 le 08.06.16 23:59

avatar
Invité
une once de chaleur
WITH Gretel. ♥


Le cliquetis de ta proie file de plus en plus vite, tel une biche, les oreilles dressées et aux aguets. Ton ombre te suit, elle traîne les pieds, elle en a quand même une peur marre de toutes ces bêtises, de toute cette mascarade derrière laquelle tu caches ton instabilité. Tu n'as clairement aucun ami, aucune connaissance où aller boire un café, un soda, rien, quedal. Juste la compagnie des lettres, des vieux bouquins. Tu n'as que faire des gens qui ne prennent même pas le temps de soulever la couverture meurtrie de ton histoire, de ton visage. Et depuis que tu t'es épris de ses lèvres, tu ne penses qu'à ces dernières non pas pour violer à nouveau leur pudeur mais pour les entendre siffler des paroles que tu espères douces et tendres. Car cela fait bien longtemps que tes oreilles ont pu entendre une mélodie si féminine, si éphémère. Tes pattes résonnement de plus en plus fort. Les bourrasques de vent font valser tes cheveux, ton sourire reste intact mais quelque peu soucieux voir amer. Vous voilà nez à nez avec le colosse de fer.

Un bruit sourd qui écrase tes oreilles sous le supplice de la douleur. Ce son qui résonne à l'infini dans ces cavernes rendant l'ambiance encore plus lourde et pesante. Tu as juste une hâte : pouvoir tirer ton as de ton paquet et venir lui offrir un sourire, une poignée de main sobre voir plus chaude que d'habitude. Tu dois te faire pardonner après tout. Les goujats ne sont que des malfrats, groupe social dont tu fais malheureusement parti, mon petit Félix. La machine s'arrête. Ta voix s'élève une nouvelle fois dans le néant « La tête sur un trottoir tu dis ? Ah et les jambes, les jambes ! Dans le jardin du voisin ! ».

S'en suit un rire froid dont tu connais le secret. Seul toi, elle et le mastodonte des ténèbres règnent dans ce décor, un décor grisâtre et froid. Tu peux parfaitement observer depuis le mur où tu te caches. Puis, tu peux te délecter de sa chute aussi. C'était si niais, si confus et maladroit. Elle s'en mêle les pinceaux puis tombe et certes, comme un étron. Tu ne peux t'empêcher de rire face à cette vue grotesque. Tellement fort que tu en oublies ta farce pour venir lui saisir la main afin de l'aider. C'est fou qu'elle était mignonne cette Gretel.

Je lance le dé:

Pile - Un véritable psychopathe arrive et le duo s’engouffre dans le métropolitain.
Face - Le courant se coupe totalement, la station vient de fermer.
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


#5 le 08.06.16 23:59

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1865
× Øssements 1513
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1865
× Øssements 1513
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
Le membre 'Félix Jenkins' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


'PILE OU FACE' :