Invité

#1 le 01.06.16 0:22

avatar
Invité
Bon.

Du café était nécessaire, ici.

Tout juste avant la fermeture, un client d'apparence fortuné était entré dans sa brocante. En fait, il recevait de ce type de clients la pour une section en particulier toute spéciale où il gardait des antiquités de valeur qu'il retapait personnellement et vendait beaucoup plus cher que le reste. Ce dernier était entré avec une demande bien particulière et Carl avait ce qui lui fallait, précisément. Un sublime buffet en acajou avec les vitres d'origine. Le seul détail? Le meuble était en piteux état et avait besoin d'un sablage, d'un bon gros décapage et d'un nouveau vernis.

Le client lui avait offert une telle somme, Carl avait accepté avec plaisir, sacrifiant ainsi la soirée tranquille qu'il s'était aloué.

Il lui fallait du café car ce soir, il allait finir de travailler très tard.

Il entra dans ce petit café où il avait travaillé avant d'ouvrir sa brocante. Les odeurs n'avaient pas changé un poil. Il reconnu une jeune femme avec qui il avait travaillé, lui envoya la main. Celle-ci après quelques mots alla continuer de s'occuper de son client. Devant lui, un gars qui lui sembla dans la même tranche d'âge que lui attendait sa commande. Aucun autre client attendait derrière lui.

"Dis, est-ce qu'elle t'a fait essayer sa fameuse bombe noisette ou s'il faut être de la vieille génération pour connaître? Si non, fais-moi plaisir... je vais en prendre un et il faut que tu t'en fasses un aussi et que tu goûtes. " dit-il après avoir retiré ses vers fumés qui, le soleil étant bien bas, ne lui seraient plus d'une grande utilité après être sorti du café où il avait l'intention de rester un moment.

Afin de confirmer si le nouveau avait adéquatement été baptisé, Carl se retourna et demanda par dessus le comptoir en prenant une pâtisserie enveloppée et la mettant devant la caisse :

" Eh, AnhLi, il connaît ta célèbre bombe noisette? "

La serveuse ne l'entendit pas, du coup, Carl reporta son attention sur ledit nouveau afin de recevoir l'addition.
Invité

#2 le 15.06.16 6:13

avatar
Invité
L'heure se faisait tardive dans le petit café où travaillait Maltias. Par habitude, le jeune vampire avait gardé un horaire d'oiseau de nuit. Il finissait avant minuit, mais n'irait pas se coucher immédiatement après le travail. Surtout à la quantité de café qui se déversait ici, tel un fleuve noir dans lequel les clients réguliers y plongeait tête la première. Cela faisait deux mois qu'il travaillait ici, et si Maltias avait de l'assurance dans son métier, il était encore assez nouveau vis-à-vis de la clientèle. Pas plus tard qu'hier, un vieux mort lui avait demander le « comme d'habitude ». Maltias n'avait aucune idée de ce dont il s'agissait, et de question en susceptibilité, le client avait finit par s'emporter, ce qui avait énervé le vampire à son tour. Alors qu'ils étaient en train de se raconter plusieurs façons de s'enfoncer le « comme d'habitude » par divers orifices, sa collègue était finalement venue à sa rescousse. Il s'agissait d'un bête café noir aux notes florales et corsé, avec un croissant et une gaufre. Puis deux lait et un sucre à côté du café. Il n'aurait pas pu le dire, tout simplement? Ce n'était pas comme si Maltias s'intéressait à tout ce qui passait dans le coin, et il avait encore moins envie de connaître leurs habitudes. Précisons qu'en d'autres circonstances, il ne les aurait pas trouvé mauvais bougres, mais là, avec sa mort, avec leurs morts; et ces nécromanciens et ces chimères qui rôdaient partout... Il se demandait à chaque fois comment il ne pouvait y avoir d'avantage d'hôpitaux psychiatriques dans la région. Il y avait de quoi devenir fou ici.


Vraiment, il en avait par-dessus la tête de tous ces morts. En revanche, cela ne voulait pas dire non plus qu'il détestait tout le monde. Seulement, se dit-il tout en nettoyant une table pendant un temps mort,  on dirait que les gens, dans l'au-delà, ont la mèche plus courte. Lui-même en premier. Les minutes filèrent, et il n'y avait pas d'autre client qui franchissait la porte.


Ils étaient deux ce soir, car le café marchait bien, et c'était important de garder un bon rythme autant avec les clients que pour le ménage de la place. Sa collègue, AnhLi, nettoyait les machines à espressos pendant que Maltias veillait aux caisses. Un jeune adulte ayant sensiblement son âge entra. Malgré qu'il fut dans le même cas que ces jeunes décédés, Maltias était toujours surpris que la vie pour eux puisse s'être terminée si tôt. Cela avait quelque chose de contre-nature, dans sa tête. Il attendit la commande de son client après avoir déclarer la formulation de politesse. L'italien affichait son petit sourire courtois en gardant un contact visuel avec l'inconnu, mais il ne comprenait rien à ladite bombe noisette que le client lui demanda. Ce moment d'hésitation donna à l'homme blond le temps de retirer ses lunettes et d'héler la partenaire de Maltias. Mais celle-ci ne l'entendant pas, Maltias fut bien malaisé de devoir répondre, bredouille de toute information.


« Je ne sais pas ce que c'est, malheureusement. Par contre je serais très heureux de connaître ce qu'est la bombe noisette, pour la prochaine fois ou l'on m'en demande une. Et c'est certain que je ne manquerai pas d'y goûter, avec un nom pareil ça doit être quelque chose ! »
Invité

#3 le 17.06.16 6:03

avatar
Invité
Quelque chose lui disait que le nouveau du nom de Maltias selon son tag était une marchandise bien fraîche. Il rit doucement, s'appuya sur le comptoir et lui pointa la crème.

"Commence par faire mousser ça. Il faut de la crème là-dedans, sinon c'est pas assez décadent. Ensuite, tu te fais un espresso bien fort que tu vas allonger jusque *prends un verre et lui montre* la.  Ensuite, il faut que tu étages le tout. Tu la verses doucement au centre de ton café en évitant qu'il se mélange et pour finir, tu prends l'essence de noisette qui est la *la pointe* et tu en mets une cuillère à thé au centre. C'est gras et sucré, ton pancréas risque de t'en vouloir, mais je te jure que tu vas voir des anges en buvant ça. Et j'en veux une, s'il te plaît mon brave."


Carl sortit de sa poche l'argent nécessaire à sa bombe noisette. Elle allait lui coûter un brin davantage qu'à l'habitude comme il avait l'intention d'encourager cette fraîche nouveauté du café. Bien sûr, il ferait très attention de superviser tous les mouvements de Maltias.

"Au fait, mon nom c'est Carl. Tu vas vite retenir mon visage."
ajouta-t-il au pauvre nouvel employé qu'il espérait ne pas avoir trop traumatisé.

Spoiler:
Court tel que discuté! o/
Invité

#4 le 23.06.16 23:03

avatar
Invité
Le sourire de Maltias eut un tic au coin de sa lèvre droite, tout comme son cerveau assimilait le défi qu'on lui lançait. Bien sûr qu'il pouvait faire cela. Pourquoi Anh Li ne lui en avait pas parlé plus tôt? Le vampire se mit à songer qu'on ne lui faisait pas confiance ici, et que quelqu'un, quelque part, était en train de se moquer de lui. Maltias dû se ressaisir toutefois, approuvant ce que son client lui disait, et  dû se concentrer sur Carl, ainsi qu'il se nommait. Il aurait un entretien avec Anh Li plus tard...

« C'est bon, monsieur... Carl; je vous prépare ça. Si quelque chose dérape, faites-moi signe, d'accord? »


Autour d'eux, les quelques clients restant écoutaient soit la télé qui jouait un vieux film récupéré quelque part dans le monde des morts ou des vivants, ou bien discutaient entre eux; ou encore lisaient, faisaient des mots croisés ou un sudoku. La lumière était tamisée et les odeurs de pâtisseries, faibles, car il ne restait presque plus rien dans le comptoir. C'était surtout le café qui embaumait, à toute heure. L'italien commença à préparer la bombe noisette tel qu'indiqué. Cependant, vu comme c'était partit, le résultat allait être loin de la perfection, Maltias faisant l'erreur de laisser jongler sa concentration entre la discussion et le café. Il semblait un peu pressé. Peut-être avait-il hâte de finir sa journée? Il s'apprêtait à verser la crème un peut trop vite, et le résultat ne serait pas totalement séparé en couches s'il ne faisait pas plus attention. Plus loin, la clochette de la porte tintait; un ou des clients entraient faire le ravitaillement, eux aussi. Maltias leur jeta un regard, avant de continuer sa science incertaine.