ConnexionConnexion  
  • AccueilAccueil  
  • PortailPortail  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • connexionSe laisser mouririnscriptionNos fantomesliste des membres
    RèglementContexteGroupesØssementsPoints d'amusement
    Nouvelles épitaphesépitaphes du jour
    Rechercher
       
    forum rpg paranormal déjanté • rp libre • v.3.12
    en ce moment

    Capouccino recherche le grand amour, homme, entre 19 et 25 ans

    Eden Indentshi recherche tout plein d'employés pour son organisation

    Cinemont recherche des personnages enfants

    Cinemont a posté un rp libre dans l'allée des cerisiers

    Alexiel Etsuko cherche plusieurs rps pour son personnage deux en un.

    Alexiel Etsuko a posté un rp libre dans l'appartement Kiss

    Urie Kaneki recherche divers vampires pour rp !

    Event du moment
    Calendrier de l'avent
    du 1er au 24 décembre

    Bienvenue chez les morts ! ~ Eiji Kimura

    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 25 Masculin
    × Age post-mortem : 177
    × Avatar : Dino Cavallone - Katekyo Hitman REBORN!
    × Appartement : Michalak
    × Métier : Mannequin
    × Péripéties vécues : 632
    × Øssements188
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 02/01/2016
    × Présence : réduite

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    24/100  (24/100)
    25Masculin177Dino Cavallone - Katekyo Hitman REBORN!MichalakMannequin63218824Féminin02/01/2016réduite
    avatar
    zombie
    http://www.peekaboo-rpg.com/t2341-oscar-l-warren
    25Masculin177Dino Cavallone - Katekyo Hitman REBORN!MichalakMannequin63218824Féminin02/01/2016réduite
    zombie
    #1 le 24.02.16 23:04



    Bienvenue chez les morts !


    « BORDEL, FUMIER DE… ! »

    L’insulte avait jaillit avec vivacité des lèvres du blondinet qui jeta sa console portable à l’autre bout du lit. Excédé, il regardait d’un œil noir l’objet de sa colère, l’énervement se lisant sur son visage. Il resta ainsi de longues minutes, affalé sur son lit et ses oreillers, pestant toujours intérieurement contre ce foutu jeu. Puis, enfin, la mine boudeuse et l’agacement au fond du cœur, Sebastian se leva.

    Il avait piètre allure. Ses cheveux étaient en bataille, son t-shirt noir trop grand était froissé, son jean trop long et large, ses chaussettes n’étaient pas les mêmes. Pourtant, il n’en avait cure. Insensible à son physique négligé, il se dirigea d’une démarche flegmatique vers le salon, quittant le bazar dans lequel il passait la plupart de son temps.

    Aujourd’hui, ses colocataires n’étaient pas là – quelle chance, quelle aubaine ! Ce n’était pas qu’il ne les appréciait pas, mais… Les relations sociales, lui, il n’y connaissait rien. Maladivement timide, un peu trop paranoïaque, il ne savait pas comment se comporter en communauté et s’en rendait malade. Heureusement, deux de ses colocataires n’étaient que très peu présent. Il voyait également assez peu la personne avec laquelle il partageait sa chambre – et heureusement, puisqu’il y passait la majorité de son temps et que son coin de chambre se résumait à un bazar incommensurable, un capharnaüm de bric et de broc et de miettes de chips.

    Arrivé dans la cuisine, le jeune homme abandonna un instant ses réflexions pour se gratter la tête, cherchant ce qu’il allait bien pouvoir avaler, avant d’ouvrir le frigo pour fouiller à l’intérieur.

    Un mois et demi. Presque deux mois, pensa-t-il.

    Il soupira, las. Un rapide coup d’œil lui avait apprit qu’il n’y avait rien qui le tentait vraiment. Il se contenta donc d’attraper la bouteille de lait et refermer le réfrigérateur, puis se replongea dans ses pensées.

    Bientôt deux mois qu’il était mort. Deux mois qu’il vivait comme un fantôme – sans jeux de mots – à déambuler dans le Tokyo des morts, à s’ennuyer de sa mort comme il s’était ennuyé de sa vie.

    Tout n’était pas tout noir ici, pourtant… Il y avait énormément de choses à découvrir, mais il n’avait pas réellement l’envie de sortir de cet appartement ; Alors, comme durant sa vie maussade, il gaspillait son temps à ne rien faire. Toutefois, et au moins, dans le monde des morts, il n’y avait pas d’école obligatoire. Il n’y avait pas de brimades, ni de coups. Mais il était toujours persuadé d’être le centre de l’attention, d’être moqué et critiqué comme de son vivant… C’était une variable qui s’ajoutait à d’autres et rendait la colocation encore plus dure à supporter, de son point de vue. Non, il n’était vraiment pas fait pour la vie en communauté.

    Il ouvrit le placard et attrapa un paquet de céréales, une cuillère, un bol, et alla poser le tout sur la table basse. Tandis qu’il versait les céréales et le lait dans le bol, il pensa qu’il y avait tout de même quelque chose qu’il avait eu, ici, et qu’il n’avait jamais eu de son vivant. Et une chose précieuse. Un léger sourire flottant sur les lèvres, il songea à cette rencontre qu'il avait faite peu de temps après son arrivée, il se remémora le visage de ce jeune homme roux. Adrien. Il n’aurait jamais cru pouvoir, un jour, se lier avec quelqu’un. Il n’aurait jamais cru sentir son cœur battre avec un autre que le frère qui l’avait élevé de son vivant. Peut-être le blondinet accordait-il sa confiance trop facilement, mais en tout cas, il considérait Adrien comme un ami, et il espérait que ce soit réciproque. Aurait-il pu croire, au moment de se jeter dans le vide, qu'il trouverait dans la mort ce qu'il avait toujours souhaité de son vivant ? Le rencontrer avait allégé la solitude qui pesait sur ses épaules et lui avait rappelé le bonheur de discuter et de rire avec quelqu’un. D’une certaine manière, la joie qu’ils avaient partagé le jour de leur rencontre avait ravivé le cœur morne et fatigué de Sebastian – ce cœur même qui, morose, s’était rompu et l’avait précipité en bas de ce pont pour accueillir la mort à bras ouverts.

    Sebastian soupira en s’affalant dans le canapé de cuir noir et froid, son bol de céréales à la main. Chassant ses pensées, il attrapa la télécommande pour allumer la télévision et mit au hasard une chaîne qui diffusait une émission de téléréalité insipide qui le captiva, tandis qu’il dévorait ses céréales en guise de repas. A vrai dire, il ne savait même pas quelle heure il était ; Qu'il fasse nuit ou jour, à vrai dire, n’avait pour lui pas d’importance tant qu’il ne sortait pas.

    C’est ainsi qu’il se retrouva à petit-déjeuner, à n’importe quel moment de la journée ou de la nuit, regardant d’air captivé une émission de téléréalité bête à pleurer, seul dans ce grand appartement tout de cuir et de rouge décoré.



    Code by OkamiKei

    avatar
    Invité
    Invité
    #2 le 25.02.16 19:42
    Apparemment, Eiji était mort. Âgé de seulement 18 ans, il avait dit adieu au monde des vivants … Cela ne sonnait que comme un mensonge tellement l’histoire semblait invraisemblable et risible.

    Pourtant, alors qu’il s’était réveillé dans une pièce un peu sombre, un homme nommé Joshua et s’étant auto-proclamé « Roi des lémures » vint lui remémorer sa mort et à cet instant, Eiji se souvint …  Le feu … La fumée … sa perte de conscience … Le blondinet serra sa tête entre ses mains … Comment cela pouvait-il être possible !!! Non, un mensonge, ce ne pouvait pas être vrai !! Impossible !!! Puis il releva la tête. Mais alors ?! Pourquoi pouvait-il encore être là ? Il semblait bel et bien vivant, non ?! Il n’était pas fou, n’est-ce pas ?


    De longues minutes de silences furent interrompu par la voix de l’inconnu qui lui expliqua alors où est ce qu’Eiji avait atterri. Le choc fut grand pour cet enfant. Lui qui n’avait pas encore pu profiter de la vie, il allait avoir une longue vie en tant que … mort … Fallait-il en être heureux ou non ? Il réfléchirait à ce dilemme plus tard car pour le moment, il lui fallait rejoindre son nouvel endroit de vie. Joshua lui expliqua où se diriger pis l’invita à quitter la pièce tout en fermant la porte derrière lui.

    Désormais il devait rejoindre le logement indiqué par « le Roi des lémures » qui se trouvait au niveau -2, -3 et -4. L’appartement avait pour nom « KISS » et il espérait qu’il n’y aurait pas grand monde à l’intérieur.

    Le garçon respira un grand coup puis se dirigea vers l’escalier de l’agence. Il devait descendre deux étages afin de parvenir à la porte du dit appartement pour enfin s’installer et réfléchir. Il descendu donc les escaliers d’un pas léger et tranquille tout en réfléchissant à ce qu’il allait découvrir derrière la porte. Combien de personnes vivaient là ? Etaient-elles normales ? Sympas ? Ou bien est-ce qu’Eiji allait avoir du mal à s’intégrer au vu de son âge et de son caractère plutôt associable. Il allait bientôt le découvrir car le blondinet était bientôt arrivé au bon étage. L’angoisse montait en lui. Il ralenti sa cadence pour retarder l’arrivé à la porte de la porte. Il finit par enfin voir le couloir où se dessinait des portes de chaque logement. Son cœur accéléra à mesure où il approchait de sa future maison.

    Il se tenu droit devant la porte et réfléchit un moment. Devait-il simplement entrer ou bien devait-il sonner ? Quelqu’un allait-il lui ouvrir ? Autant de question pour ce simple geste … qu’est-ce qu’allait être la suite … Après réflexion, il décida de toquer quatre fois puis d’ouvrir la porte. Etonnement, celle-ci s’ouvrit sans opposer de résistance : « Oh, elle n’est pas verrouillée … ». Il entra en informant oralement son arrivé : « Euh … je rentre … » et s’arrêta dans l’entrée pour se déchausser : « Y a quelqu’un ? ». Il regarda l’entrée puis remarqua que l’appartement était dans les tons noirs et rouges. Du cuir, il y avait du cuir noir partout. La décoration ne donnait pas spécialement envie, cela ne lui ressemblait pas vraiment m’enfin, il n’allait tout de même pas faire le difficile alors qu’il venait d’être dirigé vers un endroit où vivre. Sans cette possibilité, où aurait-il pu aller …

    Mort depuis quelques heures … cette pensée lui refroidit vivement les esprits. Qu’allait-il faire maintenant. Un mort. Un fantôme. A cette idée, il avait envie de pleurer. Comment pouvait-il être mort ? Il n’avait pourtant rien fait de mal à tel point de devoir mourir … Il avait causé la mort de ses parents … est-ce que se passé l’avait rattrapé. Payait-il enfin pour cette erreur ? Souvent, il avait souhaité mourir mais il n’en avait jamais eu le courage alors pourquoi maintenant alors que cette idée s’était enfin évadée de sa tête. Pourquoi maintenant.

    Eiji était fatigué de réfléchir à cela. Il ne souhaitait qu’une chose pour le moment, dormir, dormir longtemps et avoir la possibilité de se réveiller de ce cauchemar. Pour faire cela, encore fallait-il que quelqu’un lui indique sa chambre, son lit pour enfin se laisser aller à un sommeil profond.

    Il s’avança encore un peu pour voir quelqu’un assit sur le canapé. Un jeune homme peut être. Il semblait manger quelque chose tout en regardant la télé. Le garçon avait les cheveux blonds et il n’avait pas l’air bien grand. Enfin grand … Disons, pas plus grand que le blond avec son 1 mètre 63. Il ne souhaitait pas réellement aller lui parler mais ce garçon semblait être le seul qui puisse lui indiquer sa chambre et sn lit donc il fallait bien se lancer … Il s’approcha lentement sans faire beaucoup de bruit puis prit la parole : « Dis, Tu peux me donner ma chambre steuplait … ». Oui, pas de bonjour. Il n’était pas ce genre de garçon poli ou du genre à faire attention à ne pas froisser de personne. Il lui avait dit « steuplait » donc ça devrait le faire. Pas besoin de trop de gentillesse, il ne comptait pas se faire d’amis ou quoi que ce soit dans ce monde. Il regarda le garçon tout en attendant sa réaction et surtout sa réponse.
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 25 Masculin
    × Age post-mortem : 177
    × Avatar : Dino Cavallone - Katekyo Hitman REBORN!
    × Appartement : Michalak
    × Métier : Mannequin
    × Péripéties vécues : 632
    × Øssements188
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 02/01/2016
    × Présence : réduite

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    24/100  (24/100)
    25Masculin177Dino Cavallone - Katekyo Hitman REBORN!MichalakMannequin63218824Féminin02/01/2016réduite
    avatar
    zombie
    http://www.peekaboo-rpg.com/t2341-oscar-l-warren
    25Masculin177Dino Cavallone - Katekyo Hitman REBORN!MichalakMannequin63218824Féminin02/01/2016réduite
    zombie
    #3 le 01.03.16 19:46



    Bienvenue chez les morts !


    TOC ! TOC ! TOC ! TOC !

    La porte de l’appartement s’ouvrit. Enfoncé dans le canapé en cuir du salon, Sebastian était bien loin de s’imaginer qu’un inconnu, fraîchement arrivé du monde des vivants, venait de pénétrer dans le logement. Il n’entendit pas non plus ses appels – peut-être était-ce dû à l’insonorisation excessive des murs... Ou à sa trop grande concentration devant l’abrutissant programme de télévision.

    L’inconnu était un jeune blond, très légèrement plus grand que lui. Il déboucha dans la pièce dans laquelle se trouvait déjà Sebastian, lequel ne remarqua même pas sa présence, ses yeux ronds fixant l’image devant lui, absorbé dans la contemplation d’une émission inintelligente. Alors, l'observant, l’inconnu s’approcha, sans trop faire de bruit. La suite est prévisible. Car soudain, sa voix s’éleva dans la pièce et brisa brutalement le silence rythmé par le ronron de l'émission télévisée.

    Sebastian fit un bond. Prenant soudainement conscience de la présence d’un étranger à quelque mètre de lui, abruptement tiré de sa concentration et au comble de la terreur, il hurla de frayeur tandis qu’il bondissait hors du canapé. Ses mains lâchèrent le bol qui se renversa sur lui et le canapé avant d’exploser par terre. Puis il se retrouva là, debout et entièrement taché de lait chocolaté, tremblant et avec la chair de poule, devant l’inconnu qu’il observait avec des yeux terrorisés.

    De longues secondes s'écoulèrent. Très longues. Une éternité.

    Puis, enfin, son cerveau fut en mesure de comprendre ce qui se passait et les paroles de l’étranger. Il avait pu entrer, donc la porte devait être restée ouverte - tout le mérite de ce manque de prudence revenait certainement au dernier colocataire qui avait quitté les lieux sans fermer. Puis il avait dit quelque chose comme : « Dis, tu peux me donner ma chambre steuplait », donc… Donc… Il avait une bonne raison d’être là ? Euh… Un nouveau colocataire ?

    Un mélange de surprise et de crainte se lisait sur le visage de Sebastian. Le blondinet n’avait pas entendu dire qu’un nouveau venu les rejoindrait. En même temps… Comment ceux qui s’occupaient de la répartition des chambres auraient pu le prévoir ? A moins qu’ils n’aient un agenda avec les dates des futurs décès – ce qui serait, en somme, vraiment effrayant – ils ne pouvaient pas se préparer aux nouvelles arrivées dans le Monde des Morts.

    Sebastian se rendit soudainement compte qu’il crevait de chaud. Que ses vêtements le brûlaient, à vrai dire. Et, alors qu’il baissait la tête pour constater les dégâts, il se remémora l’ignoble hurlement qu’il avait poussé, de surprise. Le fard lui monta aux joues, et il eut soudainement honte. Très honte. S’il avait pu se cacher dans un trou de souris, il l’aurait fait sans hésitation.

    « Ah, euh b-bonjour » Bredouilla-t-il.

    Il se baissa pour ramasser les morceaux de bol au sol – et surtout, pour soustraire son visage rouge aux yeux de l’inconnu.

    « Euh, je suis désolé, je… Je ne m’attendais pas à ce que quelqu’un arrive, enfin… »

    Qu'est-ce qu'il avait chaud. Et qu'est-ce qu'il avait honte. Dans tout ça, il n'avait même pas répondu au nouvel arrivant.



    Code by OkamiKei

    avatar
    Invité
    Invité
    #4 le 21.03.16 16:55

    Le garçon ne savait plus où il en était. Il ne comprenait plus rien de ce qui lui arrivait. Que penser, que faire ? Ce qui se passait était impossible d’un point de vue scientifique et durant sa courte vie, il n’avait jamais pensé qu’après la mort il pouvait y avoir une vie … Et le voilà désormais mort mais en vie dans un autre monde … Comprenez le caractère étrange de cette pensé et au combien il se torturé l’esprit à comprendre.

    Puis maintenant, il était là, se dirigeant vers son nouveau logement alors qu’avant, il n’était qu’un enfant parmi tout ceux de l’orphelinat. Il allait rencontrer des gens dans cet endroit, il le savait bien mais cela était tout de même différèrent.

    Il frappa quatre coups et puis il entra directement car de toute façon, il était maintenant chez lui donc à quoi bon faire l’étranger et attendre, comme un con, dehors. Il jeta de grands coups d’œil dans l’appartement et informa tout de même de son arrivé sans que personne ne lui réponde. N’y avait-il personne ? Pourtant, étant donné que la porte était ouverte, il devait forcement y avoir quelqu’un. Il se permis donc de rentré et entendu du bruit. Une télévision. Quelqu’un regardait la télévision et ne faisait même plus attention à quoi que ce soit l’entourant. Il ne semblait pas bien grand donc d’un côté, Eiji fut rassuré. Le blond s’approcha et posa une question à l’autre pour qu’enfin il le remarque.

    Soudain, la personne se leva d’un bond du canapé tout en laissant tombé ce qu’il avait dans les mains … Ohlalah … Qu’est ce qui venait de se passer … Sa voix était aussi effrayante que cela ? Il manqua de justesse d’éclater de rire. Un blanc s’installa entre les deux … Euh … Et … Eiji regarda de plus près le garçon, il venait de renverser sur lui un bol qui semblait contenir du lait. Peut-être que cela le brulait, il devrait peut-être se déshabiller avant que la chaleur du liquide lui brûle la peau. Le garçon sembla rougir et c’était très visible … Euh … il le salua en bégayant un peu. Eiji ne put se retenir plus longtemps de rigoler. Ça façon d’être était vraiment trop drôle ! Le blond n’avait jamais vécu ça avant. « Euh, je suis désolé, je… Je ne m’attendais pas à ce que quelqu’un arrive, enfin… ». Toujours en train de rigoler, le dernier arrivant plaça ses mains devant sa bouche pour tenter de s’arrêter de rire : « Désolé … pfff haha … » Il reprit une grande bouffée d’air et tapota sa joue. (Allez Eiji, reprend toi !)

    Il regarda de nouveau le garçon qui penchait pour ramasser les morceaux du bol cassé qu’il avait fait tombé lus tôt. Il n’avait toujours pas répondu à sa question. Il s’approcha de lui et s’abaissa aussi pour ramasser les morceaux. Oui oui, il lui arrivait, par moment d’être sympa. Puis il avait tellement ri que ça lui avait ôté les soucis du moment alors pour le remercier d’une manière indirecte, il pouvait bien lui offrir son aide, non ? Il lui dit alors : « Va te changer … Tu vas te bruler avec ses vêtements … » Puis il récupéra les morceaux qui se trouvaient dans les mains du garçon sans lui laisser le choix : « Dépech’ j’aimerais aller dormir après … ! ». Il ramassa donc un par un les morceaux en faisant attention à ne pas se couper. Manquerait plus que sa bonne action l’amène à se couper … Il se releva et regarda autour pour trouver la cuisine et s’y dirigea. La poubelle … la poubelle … Fallait trouver la poubelle maintenant. Sans savoir si le garçon allait l’entendre, il cria : « La poubelle … Elle est où ‘tain ? ». Perdre du temps dès son arrivée … Rien de tel pour énerver quelque peu le garçon mas il n’en ferait rien. Il n’allait pas se mettre les gens à dos dès son arrivée.
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 25 Masculin
    × Age post-mortem : 177
    × Avatar : Dino Cavallone - Katekyo Hitman REBORN!
    × Appartement : Michalak
    × Métier : Mannequin
    × Péripéties vécues : 632
    × Øssements188
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 02/01/2016
    × Présence : réduite

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    24/100  (24/100)
    25Masculin177Dino Cavallone - Katekyo Hitman REBORN!MichalakMannequin63218824Féminin02/01/2016réduite
    avatar
    zombie
    http://www.peekaboo-rpg.com/t2341-oscar-l-warren
    25Masculin177Dino Cavallone - Katekyo Hitman REBORN!MichalakMannequin63218824Féminin02/01/2016réduite
    zombie
    #5 le 01.05.16 2:02



    Bienvenue chez les morts !


    Tandis qu’il ramassait les morceaux de bol cassés, ses yeux fixant obstinément le sol, Sebastian se mordillait la lèvre, en proie à une vive honte. Il avait honte de cette gênante situation, du cri qu’il avait poussé, de sa réaction. Et, plus encore, du rire de l’inconnu. Oh, c’était pourtant un rire sincère qui semblait dénué d’arrière-pensées ! Mais la paranoïa qui était tapie au fond du cœur du blondinet s’était emparée de lui et avait transformé ce petit rire en une insoutenable moquerie. Récupérant les morceaux étalés, il resta silencieux, s’efforçant d’oublier comme il était si facilement la cible de railleries et à quel point il avait la sensation de brûler, ce foutu t-shirt chaud n’arrangeant rien.

    Alors qu’il ne s’y attendait pas, le nouvel arrivant se pencha et, dans l’intention de l’aider, commença à ramasser également les débris. Etonné, Sebastian lui jeta un regard en coin avant de reporter son attention sur le sol, trop gêné pour oser rencontrer son regard.

    « Va te changer, lui intima-t-il. Tu vas te bruler avec ses vêtements … »

    Cela se voyait-il tant que ça, qu’il avait la sensation de brûler, de prendre feu ? Peut-être se consumait-il réellement ? Bah, après tout, il était déjà mort. Mais la douleur qu’il ressentait était bien réelle et éclipsait ces autres pensées plus rationnelles. Redressant la tête, hésitant, Sebastian entrouvrit les lèvres pour protester, et ce, malgré la justesse des paroles de l’inconnu. Toutefois, celui-ci lui prit des mains les morceaux qu’il avait déjà ramassé, en insistant :

    « Dépech’ j’aimerais aller dormir après … ! »

    Le plus jeune hocha la tête et se releva, puis se dirigea vers sa chambre. Lorsqu’il pénétra dans la pièce, il retira avec hâte son t-shirt pour constater que la brûlure avait laissé une sacré marque rouge sur sa peau. Il grimaça puis enfila un t-shirt propre avant de rejoindre son nouveau colocataire qui semblait chercher la poubelle. Sebastian lui ouvrit le placard dans lequel elle se trouvait, puis attrapa une éponge pour nettoyer le contenant de son bol qui s’était déversé par terre plus tôt avant de revenir dans la cuisine ranger l’éponge. Il se lava les mains et se tourna vers le jeune homme qui devait s’impatienter.

    « Euh, bienvenue, commença-t-il enfin maladroitement. Si tu veux, je peux te montrer ta chambre, ajouta-t-il d’une toute petite voix, il reste un lit de libre. C’est par là… »

    Sebastian invita le jeune homme à le suivre, puis se dirigea vers l’une des chambres qui n’était qu’à moitié occupée.

    « Ce sont des chambres de deux, j’espère que ça ne te dérange pas. »

    Ils arrivèrent devant la porte. Par précaution, le blondinet toqua et ouvrit délicatement la porte – bien qu’il sache qu’il n’y avait personne à l’intérieur, ses colocataires étant tous absents. Il s’effaça pour laisser le nouveau prendre connaissance de la pièce et attendit dehors en se tordant les mains de gêne. Il ne s’était pas lui-même présenté et il ne connaissait toujours pas le nom de son nouveau colocataire.

    « Si jamais tu as besoin, n’hésites pas… Je peux te faire visiter les autres pièces si tu le souhaites. »



    HRP : Je suis vraiment désolée pour le temps de réponse !
    La motivation est revenue, je ne sais pas si la qualité est là mais l'envie est présente.
    Encore désolée ♥


    Code by OkamiKei

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    forums partenaires