Invité

#1 le 17.01.16 16:14

avatar
Invité
Pas de chance !
PV. Yui Takahashi



Tu rentrais à l'appartement. Tu ne l'aimais pas trop, tout ces posters de clowns... ces clowns... tu les haïssais depuis que tu les avais découverts dans le monde des morts. Tu arrivais devant la porte et la poussais. Tu avais peur, une peur incroyable mais tu te forçais à continuer de marcher. Tu avais l'impression que les clowns te regardaient, c'était pesant. Tu t'asseyais sur un fauteuil en t'obligeant à ne pas penser à ce qui était près de toi. Tu fermais les yeux. Tu ne venais généralement que pendant la nuit, quand aucune lumière n'était allumée pour ne pas que tu vois ces clowns, ainsi tu avais moins peur. Le noir était presque rassurant ici. Tu espérais un jour pouvoir acheter une maison ou alors un autre appartement, n'importe quoi tant que ce n'est pas une maison de clown. Tu entendis un bruit de pas qui se rapprochait de toi, tu te raidis. Tu criais sans pouvoir te retenir. Tu avais peur des clowns plus que tout et n'importe quel bruit passant trop près d'ici te faisait perdre tes moyens. Tu tentais de te relever mais tes jambes ne t'obéissaient plus. Tu criais une seconde fois. Décidément, tu n'avais aucun contrôle sur toi-même
Invité

#2 le 17.01.16 16:30

avatar
Invité



Ce soir-là, Yui Takahashi avait joué de son Shamisen jusqu'à tard dans la nuit. Beaucoup de choses s'étaient passées ces derniers jours et elle avait rencontré de nouvelles personnes toute la semaine. Elle se sentait plus capable de parler avec les autres que lorsqu'elle était morte. Mais c'était encore tellement éprouvant et Yui s'était donc enfermée dans la salle vide toute la journée. Ses doigts étaient creusés par les cordes de l'instrument de musique et elle avait une crampe à la main.

Yui s'observa dans son miroir de poche tout en marchant vers sa chambre. Son teint était bien pâle depuis qu'elle était un lémure, le maquillage qu'elle mettait contrastait beaucoup. Avec son kimono, elle avait presque l'impression d'être un acteur de Kabuki. Il faudrait qu'elle fasse plus attention le lendemain, il ne fallait pas qu'elle se transforme en clown, elle voulait rester élégante.

La japonaise replaça son miroir dans sa poche et inséra la clef dans la serrure, ouvrant la porte en faisant le moins de bruit possible. Elle s'y glissa et marcha à tâtons vers sa chambre. Mais ses efforts furent réduits à zéro par un cri perçant venant d'un peu plus loin. Yui n'hésita pas, quelqu'un était en danger ou blessé ! Elle clopina sur ses getas jusqu'au cri et grilla une allumette sous son visage pour tenter de voir plus loin, un second cri avait raisonné le temps qu'elle arrive.
Elle crut distinguer dans le noir une silhouette au sol et lui lança aussi fort qu'elle le pouvait :

"Est-ce que ça va ? Êtes-vous blessée ??"

De sa main gauche elle cherche l'interrupteur de la lumière qu'elle finit par trouver et l'enclencha.
Elle resta bête devant cette personne, cela faisait un moment qu'elle vivait là mais elle ne l'avait encore jamais croisé. Etait-elle celle qui occupait la chambre toujours vide où les portraits de clowns avaient été décrochés ? Etait-ce cette mystérieuse personne ?



Invité

#3 le 17.01.16 16:47

avatar
Invité
Pas de chance !
PV. Yui Takahashi



Le bruit se rapprochais et cette fois tu avais juste le souffle coupé. Tu ne savais pas quoi faire alors tu restais juste près du fauteil, au sol. La lumière s'alluma et tu te relevais et replaçais tes cheveux derrière tes oreilles, tu reprenais totalement ton calme quand tu voyais que la personne qui est entrée est une fille des plus normales. Tu inspirais, expires et lui répondis :
"- Désolée... j'ai juste eu un peu peur... j'ai peur des clowns. J'ai pas eu de chance de tomber ici, hein..."

Tu allais t'assoir sur ton lit et invitais Yui à en faire de même. Tu ne la connaissais pas, tu ne connaissais personne qui habitait ici, d'ailleurs puisque tu passais très peu de temps ici. Tu soupirais et te laissais tomber sur le lit en disant à la fille :
"- Moi c'est Miyuki, tu ne me connais probablement pas puisque je passe très peu de temps ici, je viens juste pour dormir et j'ai déjà du mal..."
Invité

#4 le 17.01.16 17:16

avatar
Invité



La personne en face d'elle était en fait une jeune fille et elle semblait pas mal chamboulée. Elle reprit ses esprits et lui parla de sa peur des clowns. Ça, c'était embêtant. Même très embêtant.
Yui lui fit un petit sourire de compassion puis s’assit à ses côtés sur le lit comme elle y était invitée. Elle tritura sa manche de kimono, assez mal à l'aise d'être sur le lit de sa camarade de chambre mais lui offrit tout de même un petit sourire gêné.

"Moi, c'est Miyuki. Tu ne me connais probablement pas puisque je passe très peu de temps ici, je viens juste pour dormir et j'ai déjà du mal..."

La brunette hocha la tête en signe de compréhension et regarda autour d'elle. Les clowns étaient tout autour et même elle qui n'en avait pas peur était mal à l'aise avec eux. Elle imaginait très bien celui qui les avaient ramené à la vie mettre ce genre de décorations. C'était un original et il avait sûrement voulu donner de la vie ainsi. Pas de chance pour Miyuki.
Yui posa son Shamisen délicatement sur le lit à côté d'elle et se décida enfin à parler. Miyuki semblait à l'aise avec les autres personnes et ça l'impressionnait, elle voulait faire des efforts pour la remercier de lui avoir adressé la parole.

"Je m'appelle Yui Takahiro."

Elle était rassurée que Domen ne soit pas réveillé. Elle ne lui avait que très peu parlé car il l'impressionnait : il était étranger et son sourire l'éblouissait.
Elle tenta de faire un sourire à la Domen à Miyuki pour lui remonter le moral autant que possible.

"Ce doit en effet être assez compliqué d'être dans cette chambre. On dirait qu'on t'a fait une mauvaise blague..."

Ce n'était pas très étonnant, elle se rappelait du personnage qui l'avait accueilli et il était tout à fait probable qu'il l'ait fait exprès.
Du bout de ses doigts, Yui effleura son instrument.



Invité

#5 le 17.01.16 18:24

avatar
Invité
Pas de chance !
PV. Yui Takahashi



Yui avait l'air de compatir. Tu étais souvent seule puisque de ton vivant tu étais pauvre et les gens fuyaient les gens comme toi. Tu étais aussi solitaire ici, tu ne savais pas vraiment comment approcher les gens, tu te sentais souvent si seule et dans la rue tu croisais des couples ou des groupes d'amis tandis que tu avançais sans personne avec qui parler ou rire... Yui dit que c'était comme si on t'avait fait une mauvaise blague, tu lui répondis :
"- Si c'est une blague, alors la personne qui me l'a faite est terriblement sadique"

La fille avait l'air plutôt jeune mais elle pouvait avoir n'importe quel âge, si ça se trouve elle avait 146 ans ou même plus, elle est peut-être ici depuis le début... Tu dis alors :
"- Au fait, j'ai 15 ans, et toi ?"

Tu aimerais aussi savoir comment elle étais morte mais il ne fallait pas être trop curieuse sinon elle ne te parlerait plus, tu perdrais ta seule potentielle amie. Si ça se trouve elle était morte horriblement, torturée ou quelque chose comme ça... Tu avais une mine fatiguée, tu étais très fatiguée, tu avais passé la journée dehors assise sur un banc, mais même si tu avais dormi ce n'était pas reposant

Invité

#6 le 18.01.16 21:32

avatar
Invité



Miyuki se perdit dans ses pensées quelques instants et Yui se demanda un instant ce à quoi elle pouvait bien penser, sûrement quelque chose de sombre vu la mine qu'elle tirait. Alors Yui se perdit dans les siennes à son tour.

Elle secoua la tête pour se reprendre et hocha la tête, c'était une vraie peur apparemment alors l'idée de la blague n'était pas la meilleure. Yui revoyait sa précédente assomption bien qu'elle eut été un peu ironique.

Les japonaises s'observèrent un instant en silence puis Miyuki le brisa. Assez rapidement.

"Au fait, j'ai 15 ans, et toi ?"


Yui rougit un petit peu, embarrassée de ne pas s'être présentée plus correctement.

"Ah ! Oui ! Excuse-moi ! Je m'appelle Yui Takahashi, je suis un Lémure et j'ai vingt ans. Je suis morte il y a huit mois maintenant."

Déjà huit mois... du temps s'en était passé depuis qu'elle avait fait ses premiers jours ici. Elle afficha un léger sourire rêveur à cette idée puis se ressaisis.
Yui, comme Miyuki, était fatiguée mais elle était heureuse d'enfin rencontrer cette colocataire mystérieuse... Huit mois qu'elle dormait dans cette chambre sans même ne l'avoir croisé ! C'était assez surprenant tout de même ! Yui pouvait tout de même remarquer la fatigue dans les yeux de son interlocutrice et elle se demanda s’il était temps de la laisser,  elles pouvaient se rencontrer une autre fois, dans un autre endroit que celui-ci et à une autre heure. Elle avait tellement de questions à lui poser mais elle ne voulait pas l'embêter en la gardant ici à parler au lieu de dormir.


Invité

#7 le 19.01.16 17:18

avatar
Invité
Pas de chance !
PV. Yui Takahashi



Yui te dit qu'elle était ici depuis huit mois. Elle était morte plus tard que toi, que ce soit en âge ou dans le temps. Elle avait l'air assez vieille vu sa tenue pourtant. Elle te dit aussi que c'était une Lémure, tu avais passé pas mal de temps en lémure mais maintenant tu étais devenue une fière Nécromancienne, tu appartenais à ceux que tu respectais tant. Tu ajoutais pour l'informer :
"- Je suis morte il y a un peu plus d'un an... je crois. Puis je suis Nécromancienne, mon pouvoir c'est la télépathie !"

Tu gardais pour toi toute ton histoire. Ca te mangeait de l'intérieur, ce secret. Tu aurais voulu pouvoir en parler avec des gens mais pas avec quelqu'un que tu ennuierais. Tu t'étais promis de ne le raconter qu'à quelqu'un de confiance mais il fallait que tu le fasse, absolument, alors tu dis :
"- Je peux t'embêter un peu avec mon histoire... j'aimerais me confier à quelqu'un, j'ai pas vraiment d'amis ici, je suis seule depuis que je suis ici, j'ai bien croisé quelques personne mais on ne s'est pas reparlé"

Tu espérais qu'elle accepte, après tout elle avait l'air assez gentille, alors pourquoi te priver ?

Invité

#8 le 26.01.16 22:45

avatar
Invité



Un peu plus d'un an... elle était donc plus âgée que Yui. Celle-ci en était étonnée, cela voulait dire qu'elle vivait dans l'appartement vraiment depuis qu'elle était arrivée. C'est fou qu'il ait fallut tant de temps pour qu'elles se croisent. Un coup du destin ?
Yui se méfiait du destin, il faisait de drôles de coups parfois... Etait-ce parce qu'elle devait se méfier de cette fille-là ?
La brunette observa l'autre jeune fille puis se dit qu'après tout, cela importait peu puisqu'elle n'avait plus de destin. Mais quand même... mpf mpf mpf ! Ne pas penser ! Ne pas penser !! Télépathie ! Qu'est-ce que je suis sensée penser ?? Qu'est-ce que la plupart des gens pensent ?

Yui s'affola un instant et rougit violemment, cela voulait-il dire que Miyuki pouvait lire en elle comme dans un livre ouvert ? C'était embarrassant, très embarrassant. Elle ne se sentait pas intelligente et était sûre que ses pensées étaient des plus stupides. Et si Miyuki la jugeait là-dessus ?

Pourtant l'autre fille avait bien d'autres préoccupations. Elle lui demanda de se confier à elle.

"J'aimerai me confier à quelqu'un, j'ai pas vraiment d'amis ici, je suis seule depuis que je suis ici..."

Cela fit battre un peu plus fort le coeur de Yui, elle était touchée. Elle aussi se sentait un peu seule depuis qu'elle était ici. Elle avait beau être au Japon, Miyuki était la première japonaise avec qui elle parlait autant et sa langue lui avait manqué. Et puis elle était loin de la juger, Yui se sentit un peu honteuse de ce qu'elle avait pensé tantôt, Miyuki n'était pas assez mesquine pour se moquer de quelqu'un d'autre, ce qu'elle voulait était une oreille attentive car personne ne pouvait écouter ses pensées à elle.

Yui sourit d'un air encourageant.

"Bien sûr. Pour être honnête, moi aussi je me sens un peu seule. Je suis contente de t'avoir rencontrée. Laisse-moi juste le temps d'aller chercher un verre d'eau."

Elle releva le bas de son kimono et trottina en chaussette dans la cuisine pour prendre un pichet d'eau et deux verres. Sa gorge était sèche due à la nervosité de sa rencontre. Elle espérait que Miyuki n'ait pas changé d'avis entre temps.




HS:
Désolé pour le temps !! J'étais à l'étranger et j'ai oublié de prévenir :/
Invité

#9 le 27.01.16 14:38

avatar
Invité
Pas de chance !
PV. Yui Takahashi



Yui accepta ta demande, tu étais heureuse. Tu repassais dans ta tête toute ton histoire pour la raconter à Yui sans erreur. Ton histoire avait été longue... trop longue... Elle était partie cherché de l'eau et quand elle revint tu étais perdue dans tes pensées et ne la remarqua qu'après une minute. Tu commençais ton récit en disant :

"Je suis née à Tokyo, c'est une belle ville. Mes parents ne m'ont jamais vraiment voulue, je ne sais pas vraiment pourquoi ils m'ont donné la vie, surement pour faire de moi leur chien ? En tout cas tout ce que je faisais c'est faire la manche, parce que oui, je vivais dans la misère."

Ça expliquait pourquoi tu étais autant radine, tu n'aimais pas dépenser des sous à tort et à travers. Tu continua après une brève pause :

"Je faisais aussi les poubelles pour nous nourrir. Je mangeais très peu, alors j'ai été habituée à faire taire la faim, alors ici je sens à peine que je dois manger, je le fais plus par nécessité que par envie."

Tu ne ressentais presque pas la faim, encore moins que les fantômes normaux. C'était à la fois un handicap et un avantage. Tu pris une inspiration :

"Puis un jour... je me suis suicidée, j'en avais marre de vivre dans la misère, alors pour moi c'était la meilleure solution. Je me suis jetée sur la route et je suis passée sous un camion"

Tu te sentais gênée plus que jamais par toutes ces révélations que tu venais de lui faire, maintenant elle savait tout de toi. Une larme perla au coin de ton oeil et tu l'essuya rapidement. Involontairement tu activais une "discussion télépathique" entre toi et elle.

Invité

#10 le 29.01.16 23:20

avatar
Invité



Yui baissa les yeux solennellement, aussi silencieuse qu'une tombe, lèvres pincées et mains enserrées.
La confession de Miyuki posait de nombreux problème à sa compatriote. Yui n'était peut-être pas la personne idéale à qui se confier, elle fût comme écrasée sous la culpabilité.

Si Miyuki avait vécu dans la pauvreté, ce n'était pas le cas de Yui qui avait grandi dans la campagne, dans une famille au passé aristocratique qui avait su se reconvertir au bon moment en tirant profit de sa bonne situation dans la région. Loin du tumulte de Tokyo, épargné par le monde citadin, la famille Takahashi avait prospéré assez pour pouvoir s'offrir plusieurs kimonos chacun. Yui en possédait quatre, plus un de très bonne qualité.
Cette fois, le rouge qui lui brûlait les joues était un tout autre genre de gêne. C'était la honte. La honte que pouvait ressentir un japonais face à son échec, face à l'échec de sa société. La société japonaise, son pays, avait rejeté Miyuki comme elle rejetait toute personne trop en marge de la société. Mais si Miyuki s'était retrouvée à la rue ce n'était pas à cause de ses propres échecs à elle, c'était la faute de ses parents. Dans une société idéal, Miyuki aurait dû être capable de suivre une éducation et de vivre dans une famille correcte et ce en dépit de sa famille.

À cet instant, pour la première fois depuis qu'elle était morte, Yui regretta de ne plus pouvoir interagir avec le monde des vivants. Elle voulait pouvoir y retourner et tendre la main à quelqu'un dans le cas de Miyuki.
Celle avait grandi dans l'ignorance, dans un monde d'illusion façonné par son propre pays.
Yui avait toujours été généreuse et avait toujours tendu la main aux autres. Mais elle se rendait maintenant compte qu'elle n'avait été que polie. Jamais n'aurait-elle prit le courage de se sacrifier pour quelqu'un comme Miyuki.
Elle se sentait lâche et honteuse.

Face à la dureté de sa vie, Miyuki avait été poussée au suicide. Le suicide, aux yeux de Yui comme de la plupart des japonais, était le dernier recours. Généralement nourrit par l'échec, c'était le dernier moyen de se racheter, d'obtenir un minimum de fierté. Sauf que cet échec n'était pas seulement celui d'un individu mais également celui de son pays, de sa nation, de Yui. Le suicide était de fait un tabou pour le fier Japon.

Yui, dans une posture humble, serrait sa main si fort qu'elle aurait presque pu se briser. Comme l'était son esprit en ce moment.
Il y eut une longue minute de silence durant laquelle Yui resta les yeux baissés sur ses genoux. Cette honte l'écrasait.
Puis, le temps passant, elle eut enfin le courage de relever les yeux vers son interlocutrice et soutenu le regard humide de celle-ci quelques instants avant de le détourner sur son épaule. Elle n'était pas assez courageuse pour le lui dire, elle ne savait même pas quoi lui dire exactement. Il y avait tellement de choses qu'elle n'arrivait pas à formuler. Des choses comme "je suis désolée Miyuki, j'aurai voulu pouvoir t'aider", "j'aurai voulu faire plus lorsque j'étais vivante, comme d'habitude je ne m'en rends compte que trop tard", "je ne te laisserai pas seule cette fois-ci, tu peux compter sur moi".
Mais les mots restèrent coincés dans sa gorge trop serrée.