Invité

Terminé #1 le 07.01.16 10:43

avatar
Invité
Narvi Ҩ Sélène

What the heck is that thing ?
Le jeune homme recula brusquement quand l'animal à l'apparence calme fit un saut sur la vitre. Il avait semblé si calme que Narvi avait commencé à le dessiné et s'était saisi lors de son saut. Il posa donc son crayon pour observer encore un peu la grenouille étrange. Il s'agissait d'une grenouille géante, extrêmement grande. Le blond se demandait d'ailleurs, vu les dates de vie sur Terre indiquée sur l'écriteau, pourquoi elle n'était toujours pas tombée en poussière alors que presque aucun fantôme ne durait si longtemps... Et à bien y réfléchir, il se posait une autre question ! Pourquoi n'y avait-il pas plus d'insectes ? Vu le nombre de mouches qui mourraient, leur longévité, et le nombre de petits que chacune faisaient, multipliées par tous les autres espèces d'insectes. Sincèrement, le jeune homme ne comprenait pas pourquoi ils n'étaient pas envahis par les nuisibles... Est-ce que la plupart était trop fragile ? Tombant trop vite en poussière ? Ou alors la faucheuse devait aller personnellement chercher les insectes et ça lui prendrait trop de temps d'aller tous les chercher ? Trop de questions de métaphysique le taraudaient...

Une fois qu'il eut fini son dessin, il partit chercher un autre animal à observer. Il était extrêmement impressionné par les animaux. Il avait un gros livre sous le bras emprunté à la bibliothèque, un carnet de dessins et un crayon gras. Il était passé à l'aquarium et il avait adoré. Il ne pouvait même pas nommer ces créatures et parfois les écriteaux ne satisfaisaient pas son appétit de savoir. Quel genre de personnes mettait ''Espèce Inconnue'' comme explication ? Peut-être que c'était son côté allemand, mais il aimait les explications claires et les classifications.

Il partit voir les prédateurs, suivant toujours une route. Il pouvait voir les tigres à dents de sabres. Son visage resta neutre mais, pourtant, il était excité et ouvrit son carnet à une nouvelle page pour faire un autre croquis scientifique, tentant d'évaluer les distances. Il n'avait pas encore assez d'argent pour s'acheter un appareil photo, tous ses ossements étant partis dans son ordinateur... Quand il pensait que de son vivant, il n'avait jamais connu le moindre soucis financier, toute cette histoire de deuxième chance ressemblait à une régression.

Il se recula pour mieux la queue de l'animal mais, sans le faire exprès, il bouscula quelqu'un. Il se retourna et attrapa la jeune fille pour la stabiliser et éviter qu'elle ne tombe mais, en faisant ça, il lâcha ses affaires, à part son crayon qu'il serrait dans sa main gauche. Une fois qu'il se fut assuré qu'elle soit sur pied, il la lâcha rapidement, conscient que le contact prolongé n'était pas apprécié par la plupart des gens.

« Désolé. » Dit-il en clignant des yeux, observant son visage.

Elle n'avait pas l'air japonaise et était plutôt jolie. D'apparence, elle avait plus ou moins son âge mais à côté d'elle, il pouvait faire office de géant. Il se baissa pour ramasser ses affaires.

fiche par century sex.
Invité

Terminé #2 le 07.01.16 15:49

avatar
Invité

Par un hasard heureux, ou peut-être malheureux, bref un hasard comme il en existe des milliers, Sélène avait appris l’existence du zoo. Et bien qu’elle soit mi-figue mi-raisin à l’idée de contempler les œuvres de Mère Nature alignées bêtement en rang d’oignon dans un ces musées du vivant, elle n’y avait en fait jamais été et mourrait d’envie de découvrir ce genre de lieux, ne serait-ce que pour être moins idiote à l’avenir. Enfin si, elle avait déjà pénétré l’enceinte d’un parc zoologique, mais à deux ans ; cela lui laissait peu de souvenirs, à part une peluche de cuboméduse d’Australie pour laquelle il semblerait qu’elle ait fait un gros caprice.
Attrapant son petit sac en toile fourre-tout, elle s’échappa donc de l’ambiance morose de son appartement post-mortuaire pour aller fangirliser sous le tranquille soleil d’hiver.

Fangirl. Le néologisme était justement tellement trop faible, tellement ridicule pour exprimer la première heure de la jeune intellectuelle dans ce parc à la gloire de la faune tombée au champ de bataille de l’évolution. Elle regretta tour à tour de ne pas avoir d’appareil photo, de journal de bord, de carnet à croquis, de caméra et de mémoire eidétique. Telle une fashion victim au milieu des Galeries Lafayette, elle déambulait à grands pas, ne sachant si elle préférait la bouille d’un ancien céphalopode, la crête du Dimetrodon ou la nage hypnotique de l’anomalocaris.

La seconde heure se passa plus calmement, Sélène ayant bousculé plusieurs Zombies et s’étant fait disputé vigoureusement par un des gardiens. Oui, enquiquiner les gens, elle détestait ça. Alors les bancs devinrent ses amis, elle qui était au bord des larmes de se prendre reprendre comme une petite gourgandine de bas étage. Même les pancartes explicatives avaient l’air de réprouver son comportement odieux, se refusant à tout commentaire utile sur certaines espèces méconnues.

La troisième vit Sélène se relever à nouveau, réprimant sévèrement ses élans fanatiques pour observer d’un œil morne toute la diversité qui s’offrait à elle. Elle se devait de ne pas détonner dans cette ambiance morose où des bambins couraient entre les grilles et les palissades et où quelques Zombies dépressifs cherchaient mollement à rallumer une étincelle dans leur post-vie déchue. Elle observa donc avec distance les éléphanteaux nains de Sicile se chamailler
et s’émut à peine de la parade du Dodo.

Elle se tenait lasse à regarder les thylacosmilus et les smilodons se morfondre sous leurs barreaux quand un choc violent la fit basculer vers le sol. Une seconde force mystérieuse la stoppa dans sa chute inexorable, faisant résonner un froissement de papier.

La ‘force’ se trouvait être un jeune homme de pleine constitution et de haute taille. Courts cheveux cachés sous un bonnet péruvien, chemise blanche et cravate verte, typé occidental. Et quelques piercing et autres breloques, mais c’était plus que monnaie courante chez les Morts. Le bloc de feuilles griffonnés tombé au sol semblait lui appartenir, car il s’empressa de le ramasser, non sans glisser un mot d’excuse.

Polie, Sélène se baissa immédiatement à son tour pour l’aider et s’excuser timidement, même si objectivement, elle n’y était pour rien dans cette bousculade. Elle releva la tête un instant pour dédramatiser la situation, captant par hasard le regard de ce maladroit inconnu. Il avait les yeux d’un vert pur et les cheveux blonds. Décontenancée, elle se releva un peu brusquement, et perdit l’équilibre sur une innocente feuille morte qui passait par là.

Alors voilà à quoi elle en était réduite ? A peine morte, et déjà elle se comportait non seulement comme la pire des racailles, mais en plus se ridiculisait en public ? Elle était vraiment la pire des filles.
HRP:
Cela te convient ? Sinon, mp o/
Désolée, c'est pas aussi bien présenté que toi, je verrais ça plus tard.
Invité

Terminé #3 le 08.01.16 2:25

avatar
Invité
Narvi Ҩ Sélène
What the heck is that thing ?
Alors que le pire semblait être passé, la jeune fille s'écroula tout à coup sur les fesses. L'action s'était déroulée bien trop vite pour que Narvi n'aie eu le temps de la rattraper ou voir ce qui l'avait fait tombée. Il fronça encore un peu les sourcils. Il ne contrôlait pas bien ses émotions. Son visage passait de deux émotions : neutre et en colère. Pourtant, il était le genre de personne à sortir très rarement de ses gonds et ce qu'on pouvait confonde comme de l'agacement, n'était en fait que de l'inquiétude.

Il se releva puise baissa vers elle pour lui tendre la main dans une invitation à la relever. Elle avait vraiment de longs cheveux et ses yeux descendirent furtivement vers son décolleté mais il releva très vite les yeux. Il n'était pas du genre à relooker les personnes, simplement, parfois, son regard ne pouvait s'empêcher d'admirer les corps pour en apprécier l'esthétique.

« Tu t'es fait mal ? » Demanda-t-il calmement, tendant toujours la main. « Si tu veux, on pourrait aller se chercher du chocolat chaud. Je paye, pour me faire pardonner. »

Il pensait justement à faire une pause. Il faisait froid et il pouvait sentir que le bout de ses doigts étaient complètement gelés. Il avait besoin de se réchauffer et il en profiterait pour se restaurer un minimum, ne se souvenant pas de la dernière fois où il avait mangé. Il prendrait bien une pâtisserie où un truc avec des frittes... Mais ce n'était pas une spécialité japonaise... Il commençait juste à en avoir marre du riz. Il n'en avait jamais été un grand fan mais maintenant, il avait juste arrêté d'en manger et jeûnait. A moins d'aller dans un restaurant étranger ou de faire lui-même la cuisine... hm... Du pain et des lasagnes ! Il adorait manger italien. Avec son éducation fortunée, il était habituée à manger des plats différents chaque soir, et quand il avait commencé à vivre seul, il allait plus souvent au restaurant qu'il ne cuisinait, pas qu'il en fut incapable.

« J'ai envie de gâteau. » Décida-t-il. Ses lèvres se plissèrent légèrement en un sourire presque imperceptible, tentant d'encourager la jeune femme.

Il ne se rendait même pas compte que la jeune lémure pouvait très mal le prendre et le considérer comme un genre de stalker un peu chelou.

HRP:
C'est très bien =D Et t'inquiète pour l'apparence...
Sinon, je trouve ton personnage vraiment mignon ! Faudrait qu'on pense à un lien, par après ! Désolée de pas avoir répondu plus tôt j'avais pas vu le post T_T !
Bref si il y a quelque chose qui te gêne, n'hésite pas.

fiche par century sex.
Invité

Terminé #4 le 08.01.16 10:50

avatar
Invité


Fronçant les sourcils de réprobation, le jeune homme ordonna immédiatement à Sélène de se relever en lui tendant une main.

«  Tu t’es fait mal ? Si tu veux, on pourrait aller se chercher du chocolat chaud. Je paye, pour me faire pardonner.
-  Non non, merci et…  »

La jeune fille faillit dire que le chocolat chaud, ou tout autre boisson d’ailleurs, ne soignaient ni les ecchymoses, ni les fractures du coccyx ; mais non seulement elle avait été éduquée à la politesse, mais également elle comprenait que ce geste était surtout pour effacer l’ardoise de son attitude si nuisible. A la place, elle se contenta de hocher légèrement  la tête en souriant un peu, comme le ferait toute jeune fille bien élevée.

Après quelques instants de réflexion, où Sélène s’était laissé aller tête basse, honteuse et pleine d’absolution, l’envie apparemment assez orientée de son interlocuteur s’était précisé vers un gâteau. Un gâteau ? Un gâteau ?! Un gâteau… Mais que lui voulait donc ce drôle, à d’abord la bousculer, puis la gronder et finalement l’inviter ? Perspicace, Sélène regarda discrètement le contenu de son sac pour savoir si quelque chose n’y manquait pas : les pickpockets se donnaient souvent de grands airs pour amadouer et endormir leur victime. Et en plus, avec sa taille et sa carrure, la petite Lémure ne ferait jamais le poids contre lui si une altercation devait éclater.

Etrangement, rien ne semblait y manquer. Mais que cherchait-il, à la fin ? Etait-il si habile, ou avait-il d’obscurs projets ? Les idées se bousculaient dans la caboche fumante de la jeune fille, qui comme à son habitude passait de l’une à l’autre sans discontinuer et sans aucun favoritisme. Et tout en bouillonnant de l’intérieur, la Lémure suivait silencieusement l’inconnu entre les allées, le laissant trouver un lieu de restauration adéquat. Et apparemment, ce n’était pas ce qu’il y avait de plus courant au sein du zoo. En même temps, quand on est mort…

La neige commençait à tomber quand une occasion se présenta à eux. Sélène, toujours la tête penchée et commençant à frissonner à chaque flocon qui tombaient sur sa nuque dénudée faute d’écharpe, jeta un coup d’œil à ce bouiboui d’un autre âge.
C’était un haut étal en bambou verni accolé sous une pergola en bois vermoulu et pourrissante construite de bric et de broc avec des clous rouillés et quelques vis tordues, où des traces de lierre et quelques tiges de vigne sauvage subsistaient, faisant concurrence au lichen.
Le vieil homme asiatique derrière ce comptoir ne dénotait pas dans ce paysage, semblant lui aussi pris dans quelque plante grimpante. A côté de lui fumait d’énormes bouilloires en cuivre aux nombreuses soudures malpropres et oxydées sur une cuisinière hors d’âge. Il fixa Sélène avec un regard étrangement vif et acéré d’aigle, ce qui la laissa interdite et lui fit baisser la tête encore plus basse. Le sol irrégulier d’où sortaient d’énormes racines usées était jonché de gobelets en carton et un peu boueux.
Néanmoins, une délicieuse odeur de chocolat chaud et de café flottait dans l’air.

Elle osa jeter un coup d’œil en direction de son compagnon ; il y avait bien du chocolat, mais pas de gâteaux. Qu’allait-il faire ?
Invité

Terminé #5 le 08.01.16 19:53

avatar
Invité
Narvi Ҩ Sélène
What the heck is that thing ?
Peut-être que Narvi n'était pas la personne la plus douée pour comprendre les gens. Il ne se rendait pas compte qu'il était en train de forcer cette pauvre jeune fille à le rejoindre. Il ne se rendait pas non plus compte qu'il était en train de lui faire peur. Il avait simplement une idée dans la tête et, maintenant, c'était la seule chose qu'il avait en tête.

Ils arrivèrent devant un marchant ambulant. Narvi était étonné de ne pas en voir plus. Après tout, il s'agissait d'un énorme zoo et les morts avaient besoin de manger... Mais peut-être que c'était une méthode pour que les gens sortent manger et repayent un tiquet. Les gens avaient tendance à être moins avare après la mort. Il était content de le voir. Il s'approcha. Pas de gâteaux. En regardant un peu plus, il se rendit compte qu'il s'agissait d'une crêperie. Il regarda toutes les garnitures puis hocha la tête à lui-même.

Il commanda deux chocolats chaud et une maxi-crêpe avec du chocolat, des morceaux de cookies, de la crème fraîche, des kiwis et des fraises. Il avait envie d'un mélange de kiwi et de fraises depuis que la plus petite avait ouvert la bouche. Sa voix était douce comme de la fraise mais il pouvait sentir un arrière goût de kiwi dont l'acidité devait probablement s'accentuer lors des émotions plus négatives. Les seules fois où elle avait parlé, la fraise était dominante dans un goût sucré, doux, et puissant. C'est probablement l'une des raisons pour laquelle il avait entraîné la jeune fille avec lui. Il avait encore envie de l'entendre parler et sentir sa voix sur sa langue. C'était l'un des problèmes de la synesthésie. Si une voix était bonne, on voulait continuer à faire parler quelqu'un mais quand la voix était mauvaise, on finissait toujours pas l'éviter.

Il prit les chocolats chaud pendant que le vieil homme s'occupait de sa commande. Il aimait sa façon de travailler avec sa spatule. Narvi se demandait si il pouvait le faire. Ça semblait difficile mais le vieil homme avait les doigts agiles et la force de l'habitude. Il se tourna vers la jeune femme et lui mit la boisson dans les mains, espérant que ça la réchaufferait car il l'avait vu frissonner. Il se rendit alors compte de quelque chose.

« Pardon. » Dit-il avec sa voix monotone. « J'ai oublié de te demander si tu préférais le café. » Il détestait tellement ça que parfois il oubliait que des gens en buvaient réellement. « J'ai oublié de te demander si tu préférais le café. » Il garda la main sur le gobelet en carton, pas sûr de savoir quoi faire du coup. Ce n'est pas comme si il ne pouvait pas le boire lui-même. Dans le genre estomac sans fond, de son vivant, il était déjà un dévore-économie (pas qu'il n'aie jamais eu à s'en faire). « Et... Tu veux quoi comme crêpe ? » Sur ce coup-là, il allait la laisser commander.

fiche par century sex.
Invité

Terminé #6 le 08.01.16 23:06

avatar
Invité
L'inconnu, bien qu'en quête patissière, se retrancha vers une crêpe aussi remplie qu'elle avait l'air délicieuse, en plus du chocolat chaud.

C'est seulement à cet instant que Sélène commença à se demander ce qu'elle faisait là, à côté d'un parfait inconnu qui lui avait apparemment commandé un chocolat chaud. Sans raison, à part celle de l'avoir bousculée. Et le fait qu'elle se soit ridiculisée.

Le chocolat arriva à point nommé, mais le jeune homme eut soudain un doute, se rendant enfin compte qu'il n'avait rien demandé à la pauvre Lémure, qui ne savait sur quel pied manger. La bienséance lui demandait de refuser poliment tant que l'inconnu n'insistait pas, mais elle commencait à avoir ment froid, avec son absence d'echarpe ou de vrai manteau, à défaut de  son blouson doublé qui ne la couvrait plus du tout.

Avec un petit merci très discret comme il le fallait, elle prit le chocolat avec un empressement non feint. Le liquide qu'elle absorba à petites gorgées la réchauffea presque immédiatement. Elle en avait bien besoin, ce jeune homme était vraiment un as ! Et puus soudain, elle s'exclama :

« Je m'appelle Sélène.

Elle tendit la main délicatement... Avec son gobelet vude. Rouge de honte, elle s'empressa de tendre l'autre main. Mais quellz.imbécile faisait-elle ! Aue devait croire  son interlocuteur, lui si gentil avec elle ! Elle se.sentait mal à l'aise de lui faire subir ça et ne savait pas comment se rassurer.

Elle sourit doucement à son compagon, demandant si elle pouvait gouter un peu de sa.gargantuesque crêpe.

HRP:
Désolée cnest nul T.T mais.c'est sur min portable, je vois pas.ce.quz j'écris et pis voilà et pis j'ai envie de dodo et voilà et désolée.
Invité

Terminé #7 le 09.01.16 0:12

avatar
Invité
Narvi Ҩ Sélène
What the heck is that thing ?
La jeune femme semblait heureuse de son chocolat alors Narvi le lui laissa, sirotant le sien en attendant sa crêpe. Il y eut un long instant de silence le temps que la jeune fille finisse son chocolat. Narvi, n'étant pas un grand bavard lui-même, attendit.

La jeune fille sembla brusquement retrouver ses esprits et sauta en lui montrant son gobelet vide tout en se présentant puis changea de main en rougissant. Le blond cligna des yeux, son attention se portant à nouveau sur sa petite stature et son air d'enfant. La plupart des hommes devaient la trouver mignonne avec son air gêné, voire attendrissante. Il se contenta d'analyser son attitude, n'y attribuant aucun jugement pour le moment. Elle semblait sympathique et amicale et, ça, ça le touchait. Il tendit sa main à son tour et serra la sienne avec délicatesse. Définitivement pas japonaise où le serrement de mains ne se faisaient pas.

« Narvi von Drake. » Se présenta-t-il, la regardant droit dans les yeux.

Il la lâcha rapidement, il n'était pas le plus grand fan des contacts prolongé et se tourna vers le vendeur. Ses mouvements étaient hypnotiques. Il était désormais en train d'emballer la gargantuesque roulade. Narvi le paya une fois qu'il eut fini, ainsi que deux quoi reprendre un chocolat chaud, il avait fini le sien, après tout. Il prit le tout et se retourna vers la jeune fille et lui tendit sa crêpe. Il n'avait pas répondu lorsqu'elle avait émis l'envie de goûter mais il n'avait aucun problème avec le fait de partager sa nourriture, même lorsqu'il y avait contact de salive.

« Prends la première bouchée, tu pourras me dire comment c'est et si tu veux quelque chose. » Ce n'était pas la première fois qu'il mangeait une crêpe mais c'était le genre de choses qui n'étaient pas bonne partout.

Il se mit à boire son chocolat, se brûlant un peu la langue, appréciant la chaleur qu'elle lui apportait. Il poussa un soupir de soulagement. Il n'avait pas vraiment froid, il aimait ce genre de température, mais il appréciait néanmoins le contraste.

« Tu n'es pas japonaise. » Dit-il brusquement, ne faisant pas attention à la politesse. « Je dirais que tu es européenne. Je me trompe ? Je viens d'Allemagne. »

Pour lui, il s'agissait là d'une politesse. Il n'avait pas posé directement la question, il l'avait simplement invitée à en dire plus si elle le désirait.

HRP:
T'en fais pas ! Si il y a un problème je te le dirai *_* !

fiche par century sex.
Invité

Terminé #8 le 13.01.16 7:56

avatar
Invité
Contre toutes attentes, le dénommé Narvi - Sélène n'avait jamais entendu pareil prénom -  lui proposa avec simplicité la première bouchée de sa crêpe, comme s'il doutât que ce met fut comestible. Quel étrange personnage. Sélène refusa avec un gracieux sourire, tentant d'analyser cette situation peu commune. D'habitude, le contact était passé à merveille avant que la jeune Lémure soit confrontée à pareille tentation, et toute question de bienséance devenait un peu superflue.

La surprenant dans ses réflexions intenses du pourquoi et comment,  le jeune homme s'exclama :

« Tu n'es pas japonaise

Cela tombait sous le sens rien qu'en la regardant, mais le fait était qu'ils se trouvaient tous deux dans le zoo du Tokyo des morts, donc le doute était passablement permis; d'autant que la pullulation des tatouages et autres petites métamorphoses matériels pouvaient laisser présager l'usage peu rare de chirurgie esthétique chez les défunts.

Je dirais que tu es européenne. Je me trompe ? Je viens d'Allemagne.

France.

Répondit platement la jeune fille, tant par habitude que par légère vexation. En effet, son interlocuteur n'avait pas pris cure de son début d'échanges de politesse hypocrites et n'avait pas le moins du monde insisté pour cette histoire de crêpes, préférant siroter bêtement un chocolat.

Agacée, elle mordit avec hargne dans la galette de pâte débordante de fruits.

Waouh.

Sélène n'avait pu s'empêcher de s'exclamer : cette gourmandise était au sommet du goût. Non seulement la pâte, à la carnation appétissante, laissait décortiquer sans faux semblants chaque ingrédient qui la composait, mais aucun d'eux ne prenait le pas sur un autre. Les fruits, découpés en lamelles plus ou moins grosses, avaient l'air tout juste cueillis de leur tige et regorgeaient de ses petits arômes propre à chacun et dont les anciens regrettaient de les voir disparus dans nos plantations actuelles. Le tout donnait un mélange détonnant, qui la faisait voyager d'une contrée à l'autre, l'artisan ayant fait de son mieux pour ne pas mélanger tout le monde ensemble dans une salade de fruits cacophonique.

Oups.

La Lémure venait d'avaler la derniere bouchée de ce nectar de crêpe.

HRP:
Voilà j'ai répondu. Comhe tu as du le voir, encore sur téléphone donc c'est tres moyen. J'espère que cela te.contentera ! Pour la crêpe hmm... Je pensais, pourquoi pas, que si seconde pour Narvi il y a, qu'elle ne soit pas tres bonne, illustrant le fait que le vendeur commence à etre un peu gateux xD
Mais apres c'est juste une idee si tu n'en as pas. Et je suus restée très vague parce que... Parce que je sais pas quel gout est censé avoir une Bonne crêpe. En tous cas j'aime bien celles à la fleur d'iranger.
Invité

Terminé #9 le 13.01.16 11:10

avatar
Invité
Narvi Ҩ Sélène
I love animals but I would love being your friend a lot more
Alors que c'était la jeune fille qui lui avait demandé de goûter sa crêpe, elle semblait tout à coup en colère qu'il la lui donne. Il ne comprenait pas ce qu'il avait fait de mal mais elle semblait tout à coup de mauvaise humeur, l'acidité du kiwi s'étant mélangé à quelques épices. Il se recula, un peu inquiet. Il ne savait pas comment il l'avait froissé mais il connaissait les femmes. Du moins, il connaissait les crises de colère de sa mère. Elle pouvait passer d'un calme olympien à l'hystérie. Le blond en était venu à penser que les jeunes femmes, soumises à leurs hormones, ne pouvaient pas toujours contrôler leurs changement d'humeur.

Lorsque celle-ci se mit, en plus, à avaler sa crêpe, il décida d'en commander une autre. Si elle voulait cette crêpe là, il était heureux de la lui donner. Il prit donc une nouvelle crêpe, exactement la même, et se mit à la manger. Il grimaça. Il avait cru qu'elles étaient bonnes mais la pâte était trop salée, mal cuite. Il y avait trop de chantilly. Il continua de la manger mais, arrivant à la moitié, il décida de la jeter. Si de son vivant, il se forçait toujours à tout finir, depuis qu'il était dans le monde des morts et que... il n'était même pas sûr que la nourriture soit réelle ? Il n'en avait plus rien à faire. La vie avait été courte et, maintenant, il n'était pas question qu'il se force à manger quoique ce soit. Il avait banni pratiquement tous les légumes de son régime alimentaire et ne mangeait plus qu'esthétiquement.

« Tu as aimé ? » Demanda-t-il, pour être sûr, lorsqu'elle eût fini. Peut-être qu'elle avait un problème aux papilles gustatives ? Il laissa le sujet glissé, et décida de changer de sujet.

Maintenant, il ne savait pas quoi faire, ils avaient fini de manger, la jeune fille semblait plus heureuse mais... Que devait-il faire ? La sociabilisation n'était pas son fort. Et, très honnêtement, maintenant, il n'était pas sûr de comment passer un peu plus de temps avec la jeune fille. Déjà, qu'en étant tout à fait honnête, il l'avait peut-être entraîné contre son gré. Him ? Socially awkward ? Please darling, you don't know the half of it...

« Je n'avais pas fini mon tour du zoo... Je voulais aller voir les lièvres-wallaby... On dirait des mini-kangourous... Si tu veux, tu peux m'accompagner. »

Il se mit à tirer sur les piercings sur sa main, intimidé par sa demande.

HRP:
Nan c'était une bonne idée x)
Et aussi, je tiens à signaler que je ne suis pas du tout du même avis que Narvi au sujet des femmes xD ! Oh et si tu veux tirer le dé du hasard, tu peux =D ! C'est toujours amusant.

fiche par century sex.
Invité

Terminé #10 le 14.01.16 8:22

avatar
Invité
Le jeune homme reprit donc une crêpe, sous les yeux effarés de Sélène. Quelle mauvaise personne elle était, enchaînant les bourdes les unes après les autres. Sa mère avait bien raison de parfois soupirer "mais qu'est-ce qu'on va faire de toi ? " . Elle était irrécupérable. Goinfre, égoïste, impolie, susceptible, maladroite et encore impolie. Elle était bien la dernière personne à fréquenter.
D'ailleurs, son ami semblait penser itou, grimaçant et la machoîre attristée, comme si sa crêpe était la pire chose au monde. Bien sûr, seule l'impertinence impardonnable de Sélène pouvait perturber le bout de Paradis qu'était cette sucrerie.

Elle baissa encore plus bas la tête, tandis qu'il jetait sa crêpe. Tiens, elle avait l'air un peu trop cuite ici, mais crue là. Mais en attendant, elle allait cesser le martyr de ce pauvre Narvi, et c'était tant mieux. La Lémure sourit même à cette idée.

Dans le silence relatif qui s'était installé entre eux, il proposa innocemment d'aller voir les lièvres-wallabies ensemble. Sélène retint un "heiiiiin ?!" assez peu correct. Était-il fou ? Ou masochiste ? Elle le faisait tourner en bourrique depuis le début ! Mais que se passait-il dans cette tête dévorée de pierçing ?

Elle leva la sienne vers lui, interrogatrice. Ses yeux verts l'hypnotisèrent un instant. Il avait vraiment un beau regard, qui, selon les canons souvent établis pour son espèce et son origine, devaient faire tourner le petit cerveau des femelles en âge de.procréer. Oui, Sélène réfléchissait en termes de techniques de reproduction pures, en bonne intellectuelle qu'elle était. Mais bien sûr, elle restait une femelle de la dite espèce, et cette vérité universelle se rapela à elle assez brusquement quand elle comprit qu'elle le fixait depuis bien deux secondes de trop.
Elle rougit assez violemment, autant d'être rappelé à ses obligations primitives que de peur d'être prise sur le fait de l'avilissement de ses hormones, et baissa la tête. Il tripotait un peu nerveusement les bijoux plantés sur ses mains. Lui aussi était donc mal à l'aise ?

Quoique qu'en effet, à leurs âges, demander à un membre de son espèce de se balader avec toi, cela pouvait rester assez cocasse.

HRP:
Et encore une chute xD c'est vraiment traître du zoo en plein hiver