Invité

#1 le 07.01.16 3:25

avatar
Invité
Narvi Ҩ Issei
He passed his time reading about people he could not be and adventure he could not have
Il tourna encore une page de son livre, pris dans l'histoire. Il remerciait le ciel que le monde spectral soit rempli de si bons bouquins. Il y avait encore sept cents livres de Balzac inédit dans le monde des vivants, du Flaubert, et la suite de la Roue du Temps ! Ce qu'il avait précisément dans les mains. Il connaissait la fin, bien sûr, car grâce aux notes que l'auteur original avait gardé, on avait pu écrire la fin de sa série... Mais l'étudiant chargé de la fin des trois derniers livres n'avaient pas la plume de Robert Jordan et ses phrases étaient simplement répétitives et le tout avait été long. Ici, il redécouvrait l'histoire, encourageait ses personnages préférés et ressentaient enfin quelque chose quand ceux-ci mourraient.

« Oh ! This is going to be so good ! » Se dit-il. Il était excité comme une puce, il avait cru faire un arrêt cardiaque en le trouvant et il avait sauté dessus. Bien sûr, tout cela ne se voyait pas sur son visage. Vu son air ennuyé, il pourrait tout aussi bien être en train d'étudier en détail le cours du ¥ à travers les ages.

Habituellement, il dans son appartement. Ses colocataires étaient des gens plutôt... compréhensifs. Il lui avait laissé investir un placard pour lui tout seul et ne l'avait pas questionné sur son besoin de continuellement s'isoler, les seuls moments où il en sortait, c'était pour faire le ménage, se nourrir ou lire (la lumière y étant trop faible pour lire). Cependant, ceux-ci avaient été fort bruyant aujourd'hui et, dans son besoin de s'exclure, il avait disparu dans cette salle vide. Espérant que celle-ci reste... et bien... vide.

A peine eut-il formulé son souhait qu'il fut déçu. La porte s'ouvrit. Le nouvel intrus ne le vit pas tout de suite, Il était, après tout, juste à côté de la porte et ce qui semblait être un homme assez grand se retrouva dos à lui. La porte claqua (que ce soit fait exprès ou que la porte ait échappé à la main du garçon) et Narvi baissa son livre au même moment où il commença à s'étouffer.

« Was is das Gestank ? » Pensa-t-il, pressant deux doigts sous son nez pour couvrir ses narines.

C'est là qu'il comprit que la personne avec lui était un... zombie ? Il cessa de se couvrir le nez. Si son éducation lui avait appris quelque chose, c'est qu'il était extrêmement impoli de faire remarquer à quelqu'un son odeur corporelle. De plus, même si l'odeur de ce zombie là était bien... dix fois pire que celle de son colocataire, il commençait tout doucement à s'y habituer. Il ravala donc son dégoût premier et commença à se redresser pour partir.

Il attira l'attention de la personne qui venait d'entrer mais avant qu'il ne puisse dire un mot, il tourna la poignée pour sortir... Rien. Il recommença, poussant avec plus de force. Toujours rien. Il prit une grande inspiration pour se calmer (le regrettant tout de suite après) et recommença en utilisant tout son poids. Bien. Maintenant, il se trouvait stupide. Il se tourna vers le zombie pour le regarder droit dans les yeux. Il ne semblait pas très avenant mais, Narvi non plus ne devait pas être le mec le plus chaleureux du monde, alors il n'avait pas à faire de commentaires là-dessus.

« Je n'arrive pas à ouvrir la porte. » Commença-t-il, presque timidement. Pas la meilleure entrée en matière, je vous l'accorde.

Il n'était pas gêné de son incapacité. Juste d'avoir raté sa fuite... Ceci dit, après cette journée, il allait s'enfermer dans son placard et ne plus sortir pour les trois prochaines semaines. Il fusilla son livre du regard. Tout ça, c'était de sa faute.

fiche par century sex.
Invité

#2 le 07.01.16 19:24

avatar
Invité
Entre quatre murs.
Narvi & Issei

L'isolement. Cet irrémédiable besoin d'avoir la sensation d'être seul au monde. Laisser parcourir ses orbes sur tous les paysages et se dire une bonne fois pour toute : « Je suis seul. » C'est cette seule pensée qui pressait toujours l'être zombifié à s'isoler du reste du monde. Parce que les gens n'avaient plus rien à lui apporter à présent. Rien de plus que des ennuis inévitables et des envies de meurtres bien souvent. Encore aujourd'hui ce fut le cas.

Prenant d'abord une potion à son réveil pour donner une forme plus humaine à sa condition, révélant alors des cheveux plus courts et moins sales visuellement, une apparence moins verdâtre et évidemment une odeur amoindri. Cependant, Issei ne jugeait jamais nécessaire de diminuer un peu plus son odeur corporelle. Si des personnes avaient choisis de s'essayer à revivre, ce n'était pas son cas. Une personne l'avait forcée sans lui demander son avis, c'était la réalité de ce soi-disant monde d'amusement. Alors tout le monde paieraient en supportant l'odeur qu'on lui avait infligé. Et dans sa solitude, personne n'aurait à s'en plaindre.

Alors une fois que cette étape routinière fut clôturée, le blondinet avait pris le chemin du niveau zéro pour sortir. Cette chambre l'étouffait, il ne comprenait guère pourquoi ses pieds l'y menait encore aujourd'hui. C'était cependant un bon endroit pour entreposer tout ce dont sa vie quotidienne avait besoin. Des potions, des vêtements, des livres, des jeux... Les seule choses qui avaient encore de l'intérêt à ses yeux. Voilà pourquoi il ne désertait pas encore l'appartement. Probablement que ce jour viendrait néanmoins. Surtout lorsque sa présence ne pouvait pas passer les couloirs sans alerter tout ce qui vivait. Des regards se posaient inévitablement sur lui, des chuchotements se faisaient entendre. C'était lassant autant qu'usant, mais supportable. Ce qui l'était moins venait encore des moqueries à peine voilés de groupe d'individus qui seuls ne diraient rien. La lâcheté, n'est-ce pas ?

Et comme toujours, la fierté du zombie se faisait entendre. Et comme toujours, il cherchait ensuite un endroit pour s'isoler.

Traînant un peu des pieds dans l'agence Azazel, c'est par un grand hasard que ses orbes rencontraient cette porte. La pièce vide, pas vrai ? Lentement sa main se posait sur la poignet pour l'ouvrir finalement. Un bref soupir passait ses lippes en se croyant seul au premier regard. Pourtant, malgré son ouïe défaillante, il ne fut guère difficile de remarquer la présence d'une autre entité. Alors ses orbes glissaient lentement en coin sans se mouvoir, remarquant brièvement son geste à ses narines. C'était prévisible, mais toujours aussi énervant en un sens. Ne disant mot, le laissant essayer de partir, sa voix s'adressait finalement à lui. Un demi-tour fut nécessaire pour bien le voir, fixant ensuite la porte en arquant un sourcil.

« Qu'est-ce que tu veux que ça m'foute au juste ? »

Sa voix qui paraissait neutre sonnait cependant légèrement agressive. Un ton que beaucoup prenait pour de l'agression pure et simple, cependant ce n'était là que sa manière de parler « naturellement ». Au fil des jours, des mois, à force de rencontrer tout un tas de personne plus méprisable les unes que les autres, Issei avait instinctivement changé son ton de voix. Certains fuyaient alors avec une seule phrase, lui évitant des prises de têtes inutiles.

« Débrouille-toi tout seul si tu veux sortir, j'suis pas là pour t'aider ! »

Parce qu'après tout, la bête songeait que sa prothèse de bras aurait assez de force pour l'ouvrir quand le moment pour lui de sortir serait arrivé. Cependant ce moment n'était pas encore arrivé et son intention d'aider les autres se faisait bien faible dernièrement. La méfiance, toujours.

Néanmoins, ce fut déjà un miracle que des mots passent ses lèvres tant il avait également pris l'habitude d'ignorer les autres. C'était un fait immuable que le Japonais se permettait de passer sans son chemin sans vous porter d'intérêt que vous lui parliez ou non. Bons nombres de personnes s'étaient alors déjà retrouvées laissé pour compte en s'adressant à lui. Parce que oui, des gens se permettaient de venir aussi bien pour le faire chier, mais aussi pour lui demander de l'aide. Au vu des capacités des zombies à prédire la mort, ce n'était pas extraordinaire que cela, mais c'était irritant. Alors ignorer devenait une habitude quotidienne. Or à cet instant précis, l'homme avait pris le temps de répondre. Incroyable en soi.

Se détournant alors finalement de son vis-à-vis, la monstruosité allait s'asseoir contre un mur non sans fixer la porte à nouveau. C'est vrai que ce serait quand même con d'être coincé ici... Visuellement, le jeune homme donnait la sensation de s'en foutre et pourtant on pouvait sentir un léger doute. Peut-être devrait-il essayer de l'ouvrir quand même ? Juste pour être sûr qu'elle s'ouvre bien... Si la solitude était à ses côtés, probablement que son corps serait resté sans rien faire, s'en foutant royalement, mais là... La solitude ne le guettait pas tant que cet homme se trouvait aussi dans cette pièce.

Ennuyant.
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Invité

#3 le 07.01.16 20:58

avatar
Invité
Narvi Ҩ Issei
He passed his time reading about people he could not be and adventure he could not have
Le jeune homme ne sut comment réagir. Un goût d'orange amère prit place dans sa bouche et il ne sut dire si c'était la voix du garçon qui était naturellement amère ou si c'était sa propre déception... Si il avait été expressif son visage serait passé de timide à malheureux en moins d'une seconde. Bien sûr, il ne s'attendait pas à ce que le garçon en face de lui l'aide pour le plaisir de l'aider mais il s'imaginait que si il était venu ici, c'était pour rester seul... Ou alors peut-être que le zombie avait besoin de méditer et que tant que Narvi restait silencieux, il n'en avait rien à faire de sa présence, qu'il n'était pas vraiment un introverti comme lui.

Il se tourna à nouveau vers la porte tandis que le zombie se désintéressait quelque peu de lui. Narvi recommença à jouer avec la poignée puis se recula pour tenter de donner un coup de pied dedans mais la porte ne frémit même pas.

Le blond était déçu mais il n'était pas du genre à continuer une tâche si il la jugeait inutile. Il abandonna. Faute de mieux, il prit place dans un coin de la pièce, éloigné du zombie, et ouvrit son livre pour recommencer à lire... Cependant, le simple fait de savoir que quelqu'un d'autre était là l'empêchait de se concentrer. Il lut le même paragraphe pendant au moins un quart d'heure avant de fermer le livre, frustré. Il continua cependant de le toucher, effrayé par la légende urbaine comme quoi tout objet oublié, disparaissait.

Il commençait à se sentir nerveux. C'était idiot, il était mort, il aurait dû mieux gérer sa peur des autres et son besoin de ne pas se trouver en situation d’interaction sociale, pourtant, ça le stressait toujours autant... Et c'était encore pire cette fois car non seulement il ne l'avait pas choisi, il n'en avait pas envie et il ne pouvait faire autrement.

Il pourrait insister, lui demander son aide mais le zombie n'avait pas sembler des plus avenants, alors il savait que ce n'était pas la peine d'insister... Alors, à la place, il se mit à tirer sur les piercing qu'il avait à la main comme à chaque fois qu'il avait l'impression qu'il allait imploser et se mit à fixer le zombie. Il le regarda intensément, étudiant chacun de ses mouvements pendant cinq minutes sans cligner des yeux. Un asiatique visiblement, ce qui était bizarre pour un blond mais, après tout, il se les était peut-être teint ou alors il n'était pas que japonais, après tout, il était plutôt grand. Bien moins que lui mais ça ne voulait pas dire qu'il était petit pour autant. Il avait l'air musclé aussi. En toute honnêteté, Narvi aimait bien son apparence, il avait un style intéressant, et il aimait bien ses yeux... Bien sûr, il savait que cette apparence n'était sûrement due qu'aux potions ingurgitées pour avoir l'air plus humain... Les zombies... L'une des nombreuses raisons pour laquelle il était certain qu'il ne s'agissait pas d'un paradis ou encore moins d'une seconde chance pour qu'on puisse s'amuser. Tout ça n'était qu'une blague cruelle et, peut-être, que lui se retrouvait ici car il était puni. On rallongeait une vie dont il n'avait pas spécialement voulu à la base.

Le blond continua de le fixer, sans cligner des yeux ou presque. C'était une de ses spécialités. Mettre les gens mal à l'aise en les regardant trop. Il ne faisait pas exprès, il aimait juste avoir quelque chose à regarder. Il pouvait faire ça pendant très longtemps et s'amuser comme un fou.

« Peut-être que si je demande plus gentiment... » Se demanda-t-il.

Il commençait à penser que sa fuite avait été un peu insultante et que c'est pour ça que le zombie ne voulait pas le laisser sortir... Mais sincèrement, tout ce qu'il désirait maintenant, c'était retourner dans son placard... Il décida de le faire avant d'avoir l'envie de se cogner très fort la tête contre un mur. Il détestait quand son esprit vagabondait trop longtemps car il finissait toujours par penser à des choses dont il n'avait aucune de se souvenir... Il commença donc à préparer ses excuses et il se souvint même de vouvoyer son interlocuteur, chose qu'il oubliait souvent. Il se mit donc à parler, sans prévenir, sa voix découpant le silence aussi inopinément qu'une bombe après ce calme.

« Je m'excuse si vous avez mal pris le fait que je tente de m'en aller sans vous avoir dit bonjour. » Commença-t-il. « Je ne cherchais pas à être insultant, je désirais juste être seul. S'il vous plait, pourriez-vous m'aider à ouvrir cette porte ? Peut-être que vous-même serrez plus à l'aise après mon départ. »

Son visage était resté neutre et on aurait dit qu'il récitait un texte d'école mais il était plutôt fier. Ses excuses étaient sincères et il avait été poli.

fiche par century sex.
Invité

#4 le 07.01.16 23:08

avatar
Invité
Entre quatre murs.
Narvi & Issei

Les minutes s'écoulaient lentement. Horriblement lentement alors que cette présence semblait inévitablement le déranger en u sens. Ses orbes se fermaient rapidement, soufflant bruyamment. Ainsi, le zombie laissait cette personne essayer de se d’emmerder toute seule, n'étant encore aucunement convaincu de vouloir l'aider d'une quelconque manière que ce soit. Derrière ses paupières closes, seuls des bruits lui parvenait durant un laps de temps assez restreint et finalement le silence. Probablement avait-il alors abandonné l'idée d'ouvrir cette porte visiblement close ? Ce qui était certain était que sa présence régnait toujours dans la pièce. Un fait qui semblait l'ennuyer intérieurement.

Est-ce que cette porte était-elle donc réellement close à présent ?

Un faible soupir passait ses lippes dès lors que cette pensée s'imposait à son esprit. Être enfermé seul n'aurait rien eu d'autre que le goût d'une liberté, mais dans ce cas, cela sonnait plus comme une punition à vrai dire. Surtout lorsque cette sensation persistante d'être observé ne voulait plus le quitter. Fronçant légèrement les sourcils derrière sa légère franche, la bête se sentait réellement fixé comme une bête curieuse le serait. C'était à nouveau irritant, plus encore que de voir une personne geindre de son odeur. Pourtant aucun son ne passait ses lèvres pour le moment, se contentant de tenir sa position, essayant tant bien que mal de l'éclipser de son monde. Chose qui n'était guère aisée à vrai dire.

L'une de ses jambe se tenait allongée sur le sol tandis que l'autre se recroquevillait vers lui, permettant ainsi d'y poser son avant-bras et de laisser sa tête tomber vers l'avant. Une position dans laquelle un sommeil n'était pas impossible. C'était sûrement l'idée à ce moment précis. Cependant une voix le ramenait à la réalité.

Alors lentement les orbes jaunes sur fond noires s'ouvraient à nouveau, glissant sur les traits de son vis-à-vis assis dans un coin opposé. Un grognement cru se faire entendre, brisant son silence. Effectivement, l'entité avait grognée comme pour prévenir qu'elle était ennuyé.

Si les excuses semblaient sincère, cette méfiance ne le poussait toujours que vers une seule solution : Manipulation. Parce que le sentiment de méfiance entraînait souvent une légère paranoïa en un sens. Manquer de confiance envers les autres pouvait être totalement justifié, mais aussi contraindre une personne à se tromper sur certaines personnes. C'était le cas pour Issei et pourtant, que pouvait-il faire d'autre ?

« Si t'avais été vraiment insultant, tu serais entrain de gerber des tripes de sang dans un coin de cette pièce ou tu serais passé à travers la porte ! Mais je vois toujours pas pourquoi je devrais te filer un coup de main, alors fous-moi la paix et arrête de me fixer, j't'ai pas donné mon autorisation me semble ! »

Toujours sa voix sonnait agressive, ne changeant guère son ton et ne s'essayant même pas à vrai dire. Les autres ne méritaient pas un tel travail sur soi de sa part après tout. A bien y réfléchir, le zombie préférait instaurer un sentiment négatif chez autrui voir de peur plutôt que d'essayer d'être sympa. Il fut alors bien loin le bon fils humain que sa mère avait mis au monde.

Son regard se détournait alors de son interlocuteur indésirable, se posant à nouveau sur la porte. Inévitablement pour ne pas mentir. Il persistait ce doute de ne plus pouvoir en sortir, c'était ennuyeux à n'en pas douter.

« Tch, fait chier putain ! »

Se redressant finalement, arrêtant de tergiverser entre l'aider ou non, ne faisant finalement cela que pour lui-même en un sens, la monstruosité allait vers la porte non sans râler un peu. Ouais, c'était réellement chiant comme situation et cela ne faisait que l'énerver sans raison véritable.

En arrivant vers cette dernière, sa main se portait à la poignée, tirant dessus de toute ses forces, essayant tant bien que mal de faire céder la bête. Et pourtant... Rien. Même sa prothèse ne semblait lui être d'aucune utilité actuellement. Il était temps de pouvoir s'en faire une soi-même en métal, ce serait plus pratique que cette vieille chose. Ce n'était pas le propos cependant. Sur sa tempe venait naître visiblement une veine, signe qu'il était agacé maintenant. Alors se reculant un peu, c'est un coup de pied retourné qui venait s'abattre sans ménagement dans cette dernière, mais toujours rien.

« ARGH PUTAIN !! MAIS C'EST QUOI SON PROBLÈME, BORDEL !! »

Comme un enfant qui ne sait contrôler sa colère.
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Invité

#5 le 08.01.16 0:48

avatar
Invité
Narvi Ҩ Issei
He passed his time reading about people he could not be and adventure he could not have
Les oranges devinrent acide, c'est comme ça que Narvit sut qu'il ferait mieux d'arrêter de parler. Le zombie venait de le menacer. Ça aurait dû l'inquiéter mais, il n'avait pas peur. Pas qu'il ne pense pas le jeune homme capable de mettre à exécution sa menace, simplement, il était incapable d'imaginer celui-ci en train de le faire. Il continua donc de l'observer avec ses grands yeux verts, sans sourciller.

Le zombie finit par péter un câble et partit se défouler sur la porte. C'est du moins comme ça que le blond, si peu en proie à ses émotions, le vit. Il finit par donner un coup de pied à la porte et lui hurler encore dessus. Narvi ne fit que le suivre des yeux, ne perdant pas une miette du spectacle mais ne réagissant autrement pas.

En plus, il commençait à faire chaud. Ne désirant pas ajouter l'odeur de sa propre transpiration à la fragrance corporelle du zombie, il se mit à retirer son bonnet, sa veste, et remonta les manches de sa chemise. Le tout, très calmement. Il les plia ensuite au-dessus de son lit, tenant de toujours garder un contact avec, devenant légèrement paranoïaque...

Tiens... Et si c'était de cette façon que disparaissait les objets ? Peut-être qu'eux-même allaient disparaître dans un abysse sans fond, rester dans cette pièce comme deux objets perdus et ils finiraient par tomber en poussière, mort de faim... Il se demandait où il irait après être tombé en poussière. Finiraient-ils enfin par disparaître ou allait-il se retrouver dans un autre endroit ? Est-ce que ce garçon continuera à être un zombie ou une réincarnation le guérirait-il ? Il ne formula pas ses pensées, quelque peu angoissantes, à voix haute.

« On essaye à deux ? » Demanda-t-il en se levant.

Il était calme et sa voix était presque douce bien que sans émotions. Il ne s'approchait pas du jeune homme sans sa permission, non pas à cause de son odeur, bien qu'elle ne soit toujours pas agréable, il commençait tout doucement à s'habituer à force de se tenir à côté de lui dans une pièce fermée à double tour, mais celui-ci semblait tenir à son espace et étant lui-même quelqu'un de peu sociable, il ne voulait pas outrepasser ses limites.

« Je m'appelle Narvi, enchanté. » Dit-il soudainement. Il se rappelait soudainement que c'était un bon moyen de commencer une discussion de se présenter. Il ne pensait pas que le zombie allait lui répondre, mais au moins il aurait fait son devoir de politesse.

Il avait décidé qu'il aimait bien le zombie. Il avait l'air d'avoir le sang chaud et même si Narvi n'avait pas spécialement envie de rester avec lui trop longuement, il devait avouer que c'était amusant de le regarder.

fiche par century sex.
Invité

#6 le 10.01.16 19:14

avatar
Invité
Entre quatre murs.
Narvi & Issei

Le hasard aimait à jouer avec les nerfs des être vivants. Oui, il aimait à rendre des situations impossibles à supporter ou tout bonnement horripilante à souhaits. Mais le hasard savait aussi bien faire les choses parfois. Seulement ce « parfois » n'existait que trop peu souvent aux goûts du zombie. Actuellement, quand on regardait bien la scène qui se déroulait, le hasard avait très mal agit à son sens et cela ne faisait que l'énerver d'avantage. Notamment quand cette porte récalcitrante ne semblait guère décidée à céder sous ses menaces verbales et physiques vaines. Ainsi un long soupir passait ses lippes et ses narines, inspirant profondément avant d'expirer plus encore.

Et finalement la voix de son vis-à-vis qui s'était un peu alléger en vêtement, se faisait entendre encore. Une réponse faisait du tac au tac, ne laissant pas les secondes s'écouler comme d'ordinaire.

« T'vas supporter d'être à côté de moi plus de deux minutes sans geindre ? J'sais pas pourquoi, mais j'en doute un peu ! »

Amer. Parce que l'être zombifié n'était plus que cela après tout. Amer et solitaire. Les autres le rendaient aussi malades que son odeur pouvait le faire sur eux. La gentillesse et l'aide n'étaient que des façades, Issei le savait bien. Oui, il le savait mieux que quiconque, il le savait parfaitement. Seul un zombie pouvait comprendre un zombie et encore...

Néanmoins, vu que le choix ne semblait être guère de leur côté concernant l'emprisonnement actuel, un pied se déplaçait sur le côté, laissant un peu d'espace à son interlocuteur. Ainsi, s'il souhaitait tout de même tenter l'expérience de venir près de son corps et inévitablement plus près encore de son odeur, libre à lui.

C'est à peu près à ce moment-là qu'une phrase incongrue tombait dans le silence qui régnait à nouveau. Narvi. Son nom donc et cela arrachait un haussement de sourcil au blond qui le fixait un instant. Un long instant où sa pensée balançait entre lui répondre et l'ignorer. Pourtant contre toute attente, plutôt que de sa faire appeler « Hé » ou « Toi là » ou bien encore « Hé la mauvaise odeur là » sa voix fendait l'air à son tour.

« Issei. »

Clair et concis, ce n'était pas le moment de dire qu'il était enchanté là ou ce ne fut clairement pas tout à fait le cas.

Un nouveau soupir résonnait de sa part, une main passant dans sa nuque pour gratter le cuir chevelu d'un doigt. Un tic qu'avait bien souvent le zombie en tout temps et à partir du moment ou une situation l'ennuyait ou demandait sa concentration. Ce qui fut le cas à cet instant précis.

Alors ses mains se posaient sur la poignée à nouveau, jetant un bref coup d'oeil à Narvi pour laisser entendre sa voix à nouveau. C'est fou comme le Japonais pouvait tout aussi bien clairement vous ignorer que vous parler.

« Tu comptes faire quoi pour m'aider au juste ? Fin tu voyais les choses comment ? »

Son regard glissait sur son corps un instant, semblant chercher à évaluer sa force physique. Cependant, ce n'était guère dans ses capacités de pouvoir juger de cela. Alors son sourcil s'arquait à nouveau, soupirant d'énervement. Un rien mettait ses nerfs à rude épreuve pour ne pas mentir.

« Bon... Peut-être qu'on devrait essayer de passer à travers plutôt... »

Bien que cela semblait vague la manière dont ils pourraient réaliser cela à vrai dire.
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Invité

#7 le 10.01.16 22:16

avatar
Invité
Narvi Ҩ Issei
He passed his time reading about people he could not be and adventure he could not have
Au fil de la conversation les oranges s'étaient recouvertes de chantilly dans la bouche du garçon. Non pas comme si le ton du zombie était devenu plus gentil, plutôt comme si il était incertain. Narvi ressentit un élan de sympathie quand le zombie lui dit qu'il ne parviendrait sûrement pas à rester à côté de lui sans geindre. Il fronça un peu les sourcils.

« Je n'ai pas l'habitude de geindre. » Dit-il en se levant.

Il n'allait très certainement pas se plaindre pour quelque chose qui n'était pas de la faute d'une personne. Même si celui-ci avait voulu devenir un zombie (Peut-être pour devenir mannequin ? Narvi avait lu quelque part qu'ils devenaient de plus en plus fréquents Et encore, là, il s'agissait d'une supposition très improbable. La réponse la plus commune étant que le zombie avait cherché à revivre peu après être arrivé ici et s'était fait avoir par un nécromancien mal intentionné... Il s'agissait de la raison pour laquelle Narvi évitait de boire ce que proposait les nécromancien et n'avait encore acheté aucune potion). Personne ne voulait vraiment sentir mauvais, et c'est pour ça que le blond garda ses commentaires pour lui.

Il fut surpris en entendant le prénom du garçon. Issei. Les oranges furent plus puissantes l'espace d'un instant. C'était un mot qu'il avait l'habitude de dire, sa voix était expérimentée. Il appréciait sa voix fruitée et légèrement acide.

Il se perdit dans ses pensées, ne pensant pas que le zombie lui adresserait à nouveau la parole mais fut surpris lorsque ce fut le cas. Il fronça les sourcils.

« J'espérais qu'en s'y mettant à deux, on pourrait, si pas la casser, faire un trou dedans. C'est du bois, ça ne doit pas être si solide que ça... Après, c'est qu'un espoir. Ça obligera l'agence à changer de porte mais... » Il ne compléta pas la phrase. Il s'en fichait un peu, maintenant. En plus, il n'était pas un grand fan de cette agence. Sérieusement ? Ces gens prenaient des gens morts parfois de manière très violentes et ils les mettaient juste dans des appartements avec d'autres inconnues. Pas de moyens pour trouver ses ancêtres ou de psychiatres entraînés pour vous venir en aide d'office... Cette agence n'était clairement pas très douée...

Il s'approcha finalement d'Issei, posant ses affaires sur le sol. L'odeur avait déjà pris place partout dans la pièce alors il n'y eut pas vraiment de différence entre se retrouver au bout de la pièce ou à côté de lui. Il n'eut aucune réaction en se retrouvant dans l'espace qu'il lui avait accordé.

« A trois ? » Proposa Narvi.

Il n'était pas sûr que ça marcherait mais en combinant leur force, il espérait pouvoir déglinguer cette porte.

Résultat:

Pile/1 : La porte est défoncée, on a fait un gros trou mais on peut sortir.
Face/2 : La porte est visiblement faite d'un matériel spécial, elle ne bouge même pas malgré notre puissant coup de pied. Peut-être qu'on devrait crier pour tenter d'alerter quelqu'un ?
fiche par century sex.

#8 le 10.01.16 22:16

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1883
× Øssements 1619
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1883
× Øssements 1619
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
Le membre 'Narvi von Drake' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard

'PILE OU FACE' :
Invité

#9 le 13.01.16 14:53

avatar
Invité
Entre quatre murs.
Narvi & Issei

Les minutes s'écoulaient à priori plutôt lentement à présent. Enfermé dans cette pièce comme un rat, l'idée d'y être n'était pas un problème en soi, mais lui le restait toujours au fond. Peut-être parce que ses orbes le fixaient sans demander son avis ou bien tout simplement parce que c'était ennuyeux d'être avec quelqu'un à présent. La solitude avait fait son office durant tout ce temps, ne donnant plus guère d'espoir au zombie de pouvoir s'entendre avec autrui. C'était une cause perdue en soi.

Néanmoins, il fut évident que se prêter main forte relevait du bon sens à cet instant bien précis. Alors mettant de côté ses rancoeurs une seconde autant que sa méfiance, Issei offrait un espace dans sa bulle pour laisser l'inconnu s'y glisser tout simplement. Cela ne durerait pas longtemps, tout du moins l'homme semblait l'espérer fortement parce que cette idée de le laisser s'approcher, l'ennuyait de plus belle. Probablement devait-il le prendre pour un idiot qui avait essayé de revivre dès son arrivée ici... Ce n'était pourtant même pas le cas, mais l'être zombifié se garderait bien le droit de ne pas le mentionner. Personne n'avait le droit de savoir ce qu'il en était réellement après tout.

Soupirant alors légèrement, écoutant ce que Narvi avait à répondre à tout ceci, c'est un pas en arrière qui se faisait voir de sa part. Un pied qui permettait de prendre un peu d'élan dans l'espoir de défoncer cette porte enfin.

« A trois. »

Comme pour s'assurer que tout était bien compris entre eux alors.

« Un, deux... »

Sa jambe s'armait déjà pour mettre sa force dans cette dernière, se penchant légèrement sur le côté pour se faire. De biais, avec la tenue de son bras, la monstruosité pourrait adoucir le contre-coup si cela ne fonctionnait pas et ainsi ne pas tomber lamentablement au sol. Un instant humain en soi. C'était souvent le geste qu'arpentait ceux qui voulaient frapper d'un coup de pied.

« Trois ! »


Alors le coup partait finalement, frappant de plein fouet sans ménagement dans la porte qui... Ne bougeait pas d'un pouce. Sa jambe se posait à terre à nouveau, soufflant lourdement alors.

« Tch, saloperie !! »

Ronchonnant comme à cette l'habitude qui semblait s'être installée chez lui, son corps se tournait à l'opposé de ladite porte, passant une main dans sa crinière avant de rester ainsi planter. La réflexion semblait prendre son esprit un long moment, laissant le peu d'imagination et de stratégie que le zombie semblait avoir, faire son cheminement. Cela semblait pourtant être peine perdue alors que ses idées n'étaient que toutes vaines au final. Aucune bonne idée ou idée de génie ne s'imposait à son esprit et dont il aurait pu être fier.

Si d'ordinaire, le Japonais trouvait toujours moyen de se sortir de tout, cela devenait compliqué tant cette pièce était vide de tout. Si une table avait surgit dans un coin, peut-être auraient-ils pu s'en servir pour essayer de la jeter sur la porte, encore que, même ainsi cela semblait vain à bien y penser.

Un nouveau soupir. Décidément, ils n'étaient pas sortit de l'auberge visiblement.

« Fait chier bordel !! »

© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


#10 le 13.01.16 14:53

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1883
× Øssements 1619
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1883
× Øssements 1619
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
Le membre 'Issei Fukuda' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard

'TOUT PEUT ARRIVER' :