Invité

#11 le 27.12.15 22:27

avatar
Invité


Rencontre spéciale





La regardant, je me demandais bien ce qu'elle allait dire ou faire. Vu son comportement agressif jusqu'à maintenant, je m'imaginais bien qu'elle prenne un couteau et paf, me le plante. On serais à égalité au moins, quoi que dans son cas, elle devrait m'ouvrir et non simplement me planter. Lla laissant donc parler séchement, je tentais de comprendre sa blague et une fois tout ça en tête, je riais de bon coeur. La famille Adams... Quelle vanne. Me calmant doucement, je l'observais tailler un morceau de viande pour le petit louvetot qui semblait attendre ça avec impatience. Haha, sacré bestiole. Presque doux en admirant cette scène, je revins à moi quand elle fit une petite remarque.

" Oui... ça vaudrait mieux pour nous. "


La regardant se pencher étrangement, je compris que ses cicatrices n'étaient pas encore parfaite. Je me relevais donc au dernier moment, mais je stoppais mon geste, trahissant mon envie de l'aider. Me grattant la nuque, je tentais alors de simplement trouver un sujet sur lequel rebondir mais impossible... Me remettant assis, je vins alors à devenir pensif. Deux inconnus, qui tentent de briser la glace à leur façon marrant n'est-ce pas ?

" Alors... On parle de quoi ? Famille Adams ? "


Esquissant un léger sourire, je vins alors à regarder le petit louvetot qui s'en donnait à coeur joie avec sa viande. Pensif, je l'observais en repensant à ma soeur qui aurait bien aimer un chiot, malheureusement les seuls chiens qu'elle pouvait voir, s'était des chiens abandonnés, errants, peu enclin à fonder une famille ou être adoptés.

" Il a l'air heureux... "


Le regardant tout en pensant à ma soeur, je le fixais doucement, mes yeux brillant d'une lueur nouvelle, la mélancolie s'y lisant clairement.

" Combien de temps que tu l'as ? Il est ton seul compagnon n'est-ce pas ? "


Redressant le visage vers Meilin, je vins alors à croiser les jambes.



Rien.
By (C) Bloody for Never-Utopia.
Invité

#12 le 27.12.15 23:15

avatar
Invité


Qui aurait cru qu'une semaine après, je serais entrain de discuter avec le gars qui m'avait envoyé à la charcuterie. On serait tous les deux chez moi, entrain discuter tranquillement. Ca paraissait un poil surréaliste. Mais bon, pour l'instant à part moi qui n'avait pas trop cessé de lui envoyer des piques bien pensées, lui semblait être un amour. Par rapport aux souvenirs que j'avais de lui surtout en fait. C'était pas très beau. Mais peut-être qu'en y mettant du mien. Bon, beaucoup de moi. J'allais réussir à être plus ou moins sympa.

« Depuis quelques mois. Je l'ai récupéré dans un carton. Il fallait le voir, la pauvre bête. » expliquai-je tandis que je le regardais manger.

Bah, c'était sûr qu'il avait l'air heureux. Il ne pouvait que l'être. Il avait à manger, un toit. Et de l'amour. Oui, je n'allais pas l'avouer à voix haute. Mais cette petite boule de poil était terriblement attachante. J'évitais soigneusement de lui répondre. Bien sûr que j'étais toute seule. Je m'étais même arrangée pour être toute seule dans ma chambre. Et j'évitais au maximum mes colocataires. Un jour je penserais probablement à me prendre un appartement pour moi. Parce que tout ce rose me ressortait par les yeux à force.

Alors, relevant la tête pour me le regarder, je crus voir une lueur de sympathie dans son regard. C'était la première fois qui faisait attention. Même si en soit ce n'était pas comme si c'était ce que j'avais cherché à regarder en premier. Il devait sans doute faire parti de ces personnes qui avaient profité de la mort pour se refaire une nouvelle peau. Sauf que visiblement, ça ne le réussissait pas vraiment. Pour ma part, je n'avais pas vraiment changé. Comme on dit, chasse le naturel, il revient au galop. J'avais pris une chaise pour m'y asseoir, en attendant que l'autre ait fini de manger. Et ne sachant absolument pas sur quoi rebondir, je basculais la tête en arrière, les yeux rivés sur le plafond.
Invité

#13 le 27.12.15 23:32

avatar
Invité


Rencontre spéciale





Peu bavard tout les deux, voilà ce que nous sommes. Pensif pour ma part, la miss me contente de me dire comment elle l'a trouvé. Hm ? Dans un carton ? Effectivement, c'moche et pourtant, pour le coup, je m'imagine la miss le receuillir. C'est chaleureux à voir et je me surprends même à sourire bêtement comme si cette image me rendait heureux. Au final, peut-être n'est-elle pas si froide ? Tout comme moi, après tout, quand on cherche un peu et qu'on apprends mon histoire avec ma soeur, ne peut-on pas QUE affirmer que je suis gentil ? Bref... Elle s'assoit face à moi, regardant le louvetot qui se régale. Puis moi, je reviens à moi, lui lançant un bref instant.

" Faible... "


Non pas elle, mais je vins alors à regarder à tour de rôle sa personne, puis le petit animal.

" Il avait l'air faible dans un carton non ? Seul... Livré à lui-même. Perdu... N'est-ce pas ? "


Essayant de décrire ce que j'imaginais, j'essayais de simplement lui faire comprendre que j'étais capable d'imaginer cela et pour cause : je l'ai ressentis aussi ce sentiment.

" Un petit être qui n'a aucun rapport avec soit, qui n'est pas de notre famille, ou de notre sang et qui pourtant... Nous donne envie de le protéger, le voir grandir et le surveiller. C'est pour ça que tu l'as aider non ? "

Espérant la faire parler, finalement, je vins à regarder dehors en douce. Pensif de plus belle, je serrais un poing avant de finalement me calmer et revenir sur ma chaise. Je ne devais pas craquer et pourtant, je me demandais si elle allait me demander quelle était la chose que moi je voulais protéger plus que tout.



Rien.
By (C) Bloody for Never-Utopia.
[/quote]
Invité

#14 le 28.12.15 13:00

avatar
Invité


A vrai dire, je ne savais pas trop à quoi j'avais pensé quand j'avais recueilli Oeil-de-Nuit. Il m'avais juste fait de la peine. Là, tout seul dans son carton. Le pire c'était qu'il avait l'air d'attendre quelqu'un. Peut-être bien qu'on vienne le chercher. Que ceux qui l'avaient abandonné revienne. Et j'avais eu de la peine. J'étais partie. Et puis finalement il ne voulait pas sortir de ma tête, avec sa petite bouille. Alors j'étais retournée le chercher. Me disant que s'il n'était plus là tant mieux. Mais que s'il y était toujours j'allais le ramener à la maison. Et du coup, je devais avoir l'air ridicule avec mes sacs de courses remplis de croquettes pour chie et de viande. Parce que je n'avais aucune idée de ce que ça pouvait bien manger un loup. Et je l'avais remis sur pattes. Mais j'avoue que je ne m'étais jamais trop demandée pourquoi je l'avais vraiment fait. Il avait sans doute juste. Mais d'un côté, je trouvais que ça avait quelque chose de personnel.

« Il ne méritait pas ce qui lui arrivait. Il vaut mieux que la plupart des gens, qui sont morts. C'est juste un animal, il ne doit même pas comprendre la moitié des choses qui lui arrivent. Et puis, c'est un loup. Ce sont de bons chasseurs.  »

Voilà, fait bien passer ton côté charognard omniprésent avant cette once de bonté qu'il peut y avoir en toi. T'es trop orgueilleuse pour avouer que si tu l'as récupéré c'était parce que quelque part tu trouvais qu'il te ressemblait. Même si tout ce que que j'avais dit était vrai aussi. Parce que disons-le clairement, tu étais une nana comme ça. J'avais su qu'il pourrait être pour moi un compagnon formidable. Alors j'avais sauté sur l'occasion. Et puis, je repensais à ce que Ren avait dit. C'était personnel, comme du vécu.

« Ce que tu décris, tu l'as vécu. » affirmai-je

Il venait de mourir. Je le savais. En fait j'en savais plus sur lui que lui en savais sur moi. Même si je n'allais pas lui balancer ça comme moi. Il n'avait probablement pas été un monstre dans son vivant. En plus, il venait de mourir. Tout devait un peu se chambouler dans sa tête rousse. Surtout qu'il est un vampire. Donc il devait réapprendre à vivre. Il était encore humain, lui. Après tout.
Invité

#15 le 28.12.15 15:27

avatar
Invité


Rencontre spéciale





Combien de fois je la revois chaque jours hein ? Cette image de ma soeur seule, n'ayant plus d'accroche ? Soupirant de lassitude, je vins doucement écouter la miss qui me racontait un peu comment elle avait protégé ce petit être à quatre pattes. Elle était aimante visiblement, ou alors, cela était de la pitié pure, dans laquelle de la bonté se cache. Bref, restant silencieux, je vins à réfléchir à tout ça, puis finalement, elle me balance un petit commentaire. Elle avait compris, j'ai vécu cela ou l'ai vu de près pour le comprendre mieux que personne. De toute façon, il n'y a qu'en vivant les choses qu'on les comprends n'est-ce pas ? Silencieux comme la mort pendant un bref instant, je joins mes mains avant de finalement redresser le visage.

" Une soeur... "


Elle elle avait un louveteau, et moi, j'avais une soeur dans mon cas. Même si elle s'en foutait, je comptais bien lui éclairer un peu la tête. Histoire qu'elle comprenne éventuellement ma façon de penser et agir.

" ... Une soeur vivante... Malade, faible physiquement sans que cela lui soit mortel jusqu'à preuve du contraire. "


Je lui laissais imaginer la suite. Le fait que je jouais le rôle du frère protecteur qui n'est plus à ses côtés désormais. Me mordant une lèvre, je détourne le regard et regarde la petite boule de poil qui semble enfin avoir terminé sa viande. Souriant en coin, je vins alors à fixer la miss dans les yeux.

" Et toi ? As tu laisser des gens derrière toi après ta mort ? Parle moi un peu de toi... "




Rien.
By (C) Bloody for Never-Utopia.
[/quote]
[/quote]
Invité

#16 le 28.12.15 20:07

avatar
Invité


Je ne comprenais pas. Encore. Je n'avais jamais eu d'attaches dans le monde des vivants. Enfin, pas d'attaches vivantes. Je n'avais ni famille ni ami. Alors, pour le coup, ma mort n'avait été une perte pour personne. En fait, ma mort faisait partie de celle qui ressemblait à un soulagement pour les hommes. J'avais vécu en monstre à abattre. Alors je ne pouvais pas comprendre ce que sa vie était. Et vice-versa. Même si, par contre, à moi aussi ça me manquait. En l'écoutant parler, je me rendis compte à quel point nous étions différents tous les deux.

« Personne. J'suis de ces personnes qu'on est content de voir morte. » répondis-je avec ce sourire narquois.

C'était si ironique la façon dont les rôles s'étaient inversés. J'étais devenue la victime, et lui le bourreau. J'avais eu envie d'exploser de rire, en me rendant compte combien Ren avait l'air du pauvre petit gars qui menait sa vie tranquille. Et qu'on avait arraché à ça. Le bon citoyen qui ne faisait pas de mal à une mouche. Alors que moi, je ne savais même plus combien de vie j'avais prise. Parce que ça me plaisait. Parce que ça me rendait vivante. Et puis, pour la beauté de la chose. Et ce gentil petit gars voulait en savoir plus sur moi. Ca aussi c'était marrant. S'il avait idée. P't'être bien qu'il aurait fuit. La queue entre les jambes. Et je trouvais si décalé, quand on savait que c'était moi qui voulait le fuir, à l'origine. Plus je le regardais plus je me disais que si on s'était rencontré de notre vivant, je l'aurais tué. Et ce avec un certain plaisir. De toute façon, je me voyais mal lui annoncé comme ça, d'un ton monocorde que dans la vie, j'étais meurtrière.
Invité

#17 le 05.01.16 16:15

avatar
Invité


Rencontre spéciale





Questions en suspension, je la laissais voir ce qu'elle allait dire. Celle-ci pouvait aisément ignorer , mais je me doutais qu'elle ne ferait pas ça, ou du moins, j'espérais... La regardant dans le blanc des yeux, je m'étais dis qu'elle réagirait à mes confessions, mais rien... Elle ne semblait pas attendris. Passant outre donc, je la laissais parler. Et là, je fus surpris de sa réponse. Quel genre de personne peut-être être désirée morte ? Personne n'est-ce pas ? Excepté des cri... non, serait-elle cela ? Restant silencieux pendant un petit temps, cette nouvelle question me turlupinait dans la tête. Elle se tait et je n'ai pas de réponse. Grimaçant légèrement, je vins donc à me faire un peu plus insistant.

" Que faisais-tu dans ta vie, pour sembler si... détestable ? "

Question direct et sans détours, je me demandais bien ce qu'elle allait dire tient. Fixant sa personne, je me redressais pour alors prendre de la " puissance ". Quelqu'un debout étant toujours plus fort qu'assis.

" Quel genre d'être étais-tu pour penser que le monde aime le fait que tu sois morte ? Une voleuse ? Quelqu'un qui a fait du mal à autrui ? "

La curiosité est un vilain défaut et pourtant...



Rien.
By (C) Bloody for Never-Utopia.
[/quote]
[/quote][/quote]
Invité

#18 le 09.01.16 19:50

avatar
Invité


Il semblait si curieux, si seulement il savait. Au fond, ça me faisait doucement rire. J'étais pourtant persuadée que c'était écrit quelque part en très gros caractère sur mon visage. A moins que ce qui faisait généralement fuir les gens, c'était moi. Et une histoire d'ondes négative ou je ne savais trop quoi. C'était peut être ça qui y jouait. Et lui, ne sentait donc rien du tout ? Je n'avais vraiment pas envie de lui raconter quoi que se soit sur moi. Au mieux il allait s'enfuir, au pire, il allait me prendre en pitié ou pour une sorte de bestiole à dompter. Et il était juste hors de question que la dernière solution se réalise.

« Qui sait ? » répondis-je simplement.

La meilleure solution restait à mes yeux encore de le laisser dans son ignorance. J'étais persuadée que lui aussi préférerait rester dans l'ignorance s'il savait. Ou alors il allait absolument vouloir en savoir plus sur moi, et allait devenir un véritable pot de colle. J'espérais vraiment que non. Déjà que dans tous les cas, je n'étais pas sûre qu'il ne s'attache pas à moi. Et je ne parlais pas spécialement d'amour. Mais allez savoir vous, s'il n'allait pas chercher à faire le grand frère sur moi ? Puis mon regard se porta sur Oeil-de-Nuit qui jappa, comme pour en redemander. Je soupirais. Je me relevai pour aller ramasser la planche. Je m'étais arrangée pour vite lui tourner dos, comme ça, ma légère mais perceptible grimace lui échapperait. Je n'avais aucune envie qu'on en revienne à ça. Du coup, ma planche à la main, je partis dans la cuisine. Me doutant qu'il ne volerait rien de ce qui trainait là.

« Tu veux de l'eau ? » demandai-je, plus par politesse que par plaisir.  
Invité

#19 le 11.01.16 1:10

avatar
Invité


Rencontre spéciale





Je tente d'en savoir plus sur elle, mais rien n'y fais. Elle ne semble pas vouloir coopérer, ou trouve ça drôle de ne pas me dire ce qu'elle est, ou était. Soit... Mais je n'aime pas trop cela. Je n'iniste pas sur le coup et alors que j'allais parler, le petit louveteau jappe. Haha, brave bête. Meilin se redresse et se dirige vers la planche me tournant le dos. Froide, toujours égale à elle-même, je me contente donc de rester là, réfléchissant sur son sort.

" Je veux bien... S'il te plait. "


La froideur dont elle fait preuve, je la reconnais étant pareil avec un inconnu.; Mais pour une raison que j'ignore, elle, c'est différent. Silencieux comme la faucheuse, je me redresse et me dirige vers elle. Je ne sais pas pourquoi, mais je veux en avoir le coeur net. Apparaissant derrière elle, je lui laisse le temps de se retourner éventuellement et me découvrir. Oh non, j'allais pas la violer, cependant, je devais en être sûr. Sans un bruit, je vins donc à essayer de la maintenir calme en faisant un signe de la main, puis je vins déposer une main proche de son coeur. Ouep, cela signifie juste au dessus d'un sein, mais ça c'est qu'un détail... Je me recul immédiatement avant de simplement soupirer.

" ... Tu le ressens ce froid n'est-ce pas ? "


La solitude, qu'on accepte ou non, mais le froid de la solitude. Celle qui nous rends heureux ou triste selon nos états d'âme. Ce vent glacial qui nous gèle de l'intérieur, qui nous fait rugir de douleur même si on ne veut pas l'avouer. Ce mal qui nous ronge et qui nous perturbe ou nous consumme de l'intérieur.

" Si je te dis que je veux juste te comprendre, pour justement que cette compréhension ne soit pas alliée à de la pitié... Tu accepterais de m'en dire plus sur toi ? Meilin ? "


Entêté ? Effectivement, pourtant, j'espérais qu'elle le voit, ce regard qu'elle a du voir de nombreuses fois . Celui de la personne qui n'a rien, si ce n'est sa propre personne pour avancer, celui qui n'a rien à perdre, qui c'est rendu compte de son statut peu enviable. Fixant la belle, je la laisse répondre ou agir comme bon lui semble.




Rien.
By (C) Bloody for Never-Utopia.
[/quote]
[/quote][/quote][/quote]
Invité

#20 le 12.01.16 19:10

avatar
Invité


Franchement, plus ça allait, moins je comprenais où il voulait aller. Ou où il voulait en venir. Etait-il quelqu'un que je connaissais avant ? Je ne me souvenais pas l'avoir tué. Ni d'avoir eu un ami aussi entêté. Même si la question à se poser était plutôt sur le fait que j'ai eu un ami. Ca non plus je ne m'en souvenais pas. C'était donc probablement que ça n'avait jamais existé. Logique. Basique. Donc que me voulait-il ? J'avais vraiment beaucoup de mal qu'on puisse juste vouloir parler avec quelqu'un juste parce qu'on en a envie. Généralement, pour moi c'était une corvée. Du coup, j'étais contente d'avoir pu me lever et le laisser quelques instants. Mine de rien, il était stressant. Parce que je ne comprenais pas. Un peu comme l'autre, Takane.

Et puis, alors que je remplissais un verre avec l'eau du robinet. Il parla. Quand était-il arrivé là ? J'aurais dû faire attention, je n'étais toujours pas certaine de pouvoir lui faire confiance. Même si de toute évidence mon petit louveteau n'était pas du même avis du tout. De quel froid parlait-il ? Chochotte. JE trouvais qu'il faisait presque trop bon ici. Alors il poursuivit son explication, une main sur ma poitrine. J'étais à deux doigts de lui couper cette maudite main. Sauf que je n'avais rien à disposition. Et qu'en plus de ça, j'étais quand même curieuse de comprendre ce que signifiait se charabia.

« Je n'ai pas froid. Le froid ne rentre que lorsqu'on lui laisse la possibilité de le faire. Ou quand c'est une chose nouvelle. Le froid ne mord plus, une fois qu'on sait comment s'en dépatouiller. Il suffit de mettre une veste. » répondis-je en lui tendant le verre d'eau.

Je comprenais de quel froid il parlait. De cette solitude. Seulement, à moi elle m'allait véritablement bien cette solitude. Et le froid m'avait quittée depuis un petit bout de temps. On ne peut pas avoir froid éternellement. Ou alors, c'est qu'on a pas compris qu'il suffit de couvrir pour qu'il ne soit plus un ennemi. Ca faisait trop longtemps pour que je me souvienne vraiment comment c'était avant.