Invité

#1 le 23.12.15 21:39

avatar
Invité


Rencontre spéciale




Un soir comme les autres ? Effectivement... Voilà bien des jours que j'étais mort. Drôle de destin n'est-ce pas ? Mourir comme ça du jour au lendemain à cause d'un vampire. Je vous laisse imaginer le résultat quand on m'a annoncé tout ça, quand on m'a expliqué ce que j'étais devenu et les règles à suivre. Pour sûr, cet homme avait bien fait de tout me dire, mais entre le temps de compréhension et le temps où on réalise, il y a un fossé et pour cause, je n'avais réalisé le terrible destin qui s'offrait à moi uniquement lors de ma première soif.

De base, être mort, cela signifie ne plus revoir ceux qui sont vivants ? Et bien non, pour les gens comme moi, c'est pas le cas. Pour se nourrir, nous avons le droit à une semaine sur terre à chaque fois qu'une faim se déclenche. Et autant le dire j'aime profiter de cette " liberté ". La première fois, je vous laisse imaginer la joie qui s'était emprise de moi. Le fait de pouvoir revoir ma soeur était incroyable, et pourtant, je n'ai pas osé quand finalement j'ai vu comment j'avais terminé officiellement : disparu.
Pour ma soeur, ceci semblait être une simple absence et c'est pour cela que je me refusais à l'approcher, pour lui éviter de découvrir l'affreuse vérité. Si par malheur elle apprenait ma mort, comment elle réagirait hein ? C'est donc ainsi que j'ai commencer ma vie de mort, en passant mon temps à aller dans le monde des vivants pour me nourrir et en profiter pour l'aider. Tel un ange, je m'assurais qu'elle allait bien et parfois, via un courrier anonyme, j'arrangeais les soucis financiers, de sorte à ce qu'elle ne manque de rien. Parfois, il m'arrivait aussi de la ' stalker ', dans l'espoir d'avoir le courage d'approcher, mais il n'en est rien. Je ne pouvais pas aller la voir et le lui dire clairement, mot pour mot : je suis mort...

En ce doux soir, je me trouvais comme souvent au cimetière. Assis sur une pierre tombale, je regardais le ciel, imaginant bien des choses. Plutôt solitaire, ceux qui m'avaient acceuillis m'avaient recommandés cet endroit pour être tranquille et c'est ainsi que j'ai élu second domicile quand je veux passer une nuit tranquille. Je passais des heures à admirer le ciel et réfléchir, seul, sans personne d'autre.
Et encore une fois, j'étais là, mais aujourd'hui, sans le savoir, ma solitude allait s'éteindre le temps d'une parenthèse.  Loin d'imaginer la rencontre que j'allais faire, j'étais là, pensif, assis sur cette pierre tombale sans nom. Respirant l'air frais, je repensais encore et toujours à ma soeur, la revoyant comme lors de mon dernier passage. Seule, toussant comme une personne gravement malade. Et moi dans l'histoire, je peux rien faire, si ce n'est lui mettre de l'argent de côté pour qu'elle puisse se soigner comme elle peut. Tsss... Piégé ici, autant le dire, j'en voulais au vampire qui m'avait tué et le pire dans l'histoire, c'est que je ne savais pas de qui il s'agissait.

Calme en apparence, je bouillonnais intérieurement au point d'exploser à tout instant et d'ailleurs, j'eus l'étrange impression d'être observé. N'aimant guère ça, je vins à me retourner bêtement en observant les lieux avant de m'exclamer en douceur.

" Il y a quelqu'un ? "



Rien.
By (C) Bloody for Never-Utopia.
Invité

#2 le 23.12.15 22:26

avatar
Invité


C'était une nuit comme une autre. C'était le moment que je préférais. J'étais beaucoup plus à l'aise. C'était bien plus facile de devenir aussi discret qu'une ombre. Et puis, c'était comme ça que les meurtres ressortaient le mieux. A la lueur du clair de lune. Ca me manquait pas mal, tout ça. La vie. J'enviais tellement les vampires. C'était maladif. Parfois je me demandais si je les détestais pas. La réponse était sans doute positive. La seule activité dans laquelle j'excellais, on me l'avait prise. Arrachée. Et voilà à quoi j'en étais réduite. Errer comme un fantôme dans un monde de fantôme. Sans plus pouvoir tuer qui que se soit. J'adorais ma vie d'avant. J'étais si vivante. Et maintenant si morte. C'était ridicule. Je me moquais pas mal d'être vivante ou non, sur le principe. Je voulais juste pouvoir tuer. Pour moi, mourir n'avait pas changé grand chose. Même morte il me fallait manger. Même morte il me fallait dormir. Et même maintenant je pouvais encore mourir. Enfin, ça ressemblait plus à de la décomposition qu'autre chose. Mais je ne pouvais plus faire ce qui me plaisait. Et je n'avais aucune envie de me mettre à peindre ou je ne sais quoi. Je n'avais pas vraiment de talent pour ça. Alors je passais mon temps à retrouver d'éventuelles personnes que j'avais pu tuer. Et fallait le dire, j'm'amusais souvent à épier les vampires.

Ce soir-là, je m'étais donc retrouvée au cimetière. Quelle ironie, d'en avoir un ici. J'aurais bien voulu le remplir. Ou au moins aider. Je n'étais pas non plus bouchère. Il y avait ce gars, un vampire. Il venait d'arriver. C'était Josh qui m'en avait parlé. Du coup, j'avais été curieuse de voir de qui il s'agissait. Et il restait là, à rien faire. Enfin, pas visiblement. Ce qui du coup semblait totalement ennuyer Oeil-de-Nuit. Il était encore tout petit. Mais il n'avait déjà plus rien de la bête chétive que j'avais récupéré au fond d'un carton quelques temps plus tôt. Du coup, vu qu'il n'y avait rien d'intéressant pour lui, il baladait autour de moi. S'amusant comme un petit loup. Même si je trouvais qu'il tenait plus du chiot. Mais bon, il n'y avait peut-être pas tant de différence que ça entre les deux espèces à cet âge-là.

Et voilà donc comment je fus repérée. Parce que m'sieur Oeil-de-Nuit avait fait un peu trop de bruit pour que ça paraisse naturel. Donc voilà qui se demandait s'il y avait quelqu'un. Un peu comme dans les mauvais films d'horreur. Ce que je pouvais trouver ridicule ce genre de répliques. Avec elle, tout le charme du bonhomme s'envolait. Et puis sérieusement, qui répondait ? Je ne risquais pas d'être suffisamment stupide pour me pointer devant lui. Et lui dire un truc du genre : " Hey salut ! T'as vu, j'te stalke depuis un petit moment ! " . Impossible. Et puis, je n'étais même pas là pour lui parler. Très peu pour moi les interactions sociales mielleuses. Sauf que vraisemblablement, Oeil-de-Nuit n'était pas tout à fait du même avis. Puisqu'il ne tarda pas à se montrer. Pour grogner. Voilà. La nuit ne me serait plus d'aucune utilité pour être discrète. Je n'avais plus vraiment d'autre choix que de me pointer pour l'embarquer et qu'on s'en aille. Je n'avais pas vraiment envie de papoter. Ce fut donc en le portant que je tournais les talons, dans le but de fuir discrètement.
Invité

#3 le 23.12.15 22:42

avatar
Invité


Rencontre spéciale




Combien de fois je viens ici pour penser seul ? J'ai arrêté de compter, mais quoi qu'il en soit, s'était l'endroit parfait pour ne pas être déranger. Du moins, je me disais ça jusqu'à ce soir... Car j'avais eu l'idiote impression de ressentir une présence et finalement, ouep, il en avait une. Soupirant de lassitude dans un premier temps, je croyais qu'il s'agissait juste d'un clebs et j'eus cette impression qu'il n'y avait que lui. D'ailleurs, durant un moment, c'est ce que je pensais, mais dommage, voilà qu'une personne semble essayer de se barrer en douce avec le chiot. Bizarre... Aurais-je fais peur ? Alors qu'en temps normal je l'aurais laisser filer, là, je ne me sentais pas capable de laisser pisser pour cette fois.

" Hey !!! "


Ni une ni deux, je saute par dessus une première tombe, puis une seconde... Purée, moi qui suis flemmard parfois, me voilà à devoir faire le sportif qui s'entraîne au cent mètres haies... Essayant de le ou la rattraper, je cri plusieurs fois pour la stopper, mais elle semble pas de cet avis et c'est donc ainsi que continu la course poursuite.
Oh bien entendu, n'allez pas croire ce que l'on dit, les vampires n'ont pas de super vitesse... Pour le coup, le seul vrai cliché qu'ont les vampires, ce sont des canines quand ils ont faim, c'est tout. Pas de peau qui brille, de charme hypnotique, de super pouvoirs et tout le reste... Non, là, je n'ai que mon corps et accessoirement mon charisme, mais ça, ça ne l'arrête pas.

Ainsi donc, après un moment à courir et me sentant en avoir marre, j'attrape un petit cailloux de la taille d'une balle de baseball et aussi dangereux cela soit-il, surtout si je loupe mon tir et shoot dans la tête , j'essaie de tirer dans ses jambes pour la faire trébucher, ou au pire la ralentir. Et encore une fois, j'essaie de la rattraper à m'en faire perdre mon souffle. Tsss... L'effort la nuit, outre au lit, ce n'est pas ce qui me passionne. Grognant, quand j'arrive enfin à me rapprocher, je termine par sauter et tenter d'attraper ses jambes pour la faire tomber au sol, tombant moi le premier. Qu'importe ce qu'il résulte de la chute, je la tiens fermement dans l'espoir de pas la lâcher bêtement et ce n'est qu'une fois que je me sens apte à parler que je me fais entendre comme il faut.

" T'es qui et tu me voulais quoi hein ? "


On m'a prévenu qu'il y a des gens bizarres, mais j'étais loin d'imaginer tomber sur elle, qui n'a aucune réputation jusqu'à preuve du contraire. J'ai entendu parler de gens qui posent trop de questions, des gens qui torturent les autres par plaisir, mais une fille... Non, je n'ai rien entendu du genre. Ainsi donc, je tente de me redresser pour voir son visage et confirmer s'il s'agit bien d'une fille ou d'un mec pour commencer.

" T'a rien de brisé au moins ? "

Bien qu'en soit je m'en fou, je préférais demander, bien que même si la chute aurait pu être mortel, on n'en meurt pas ici n'est-ce pas ?



Rien.
By (C) Bloody for Never-Utopia.
Invité

#4 le 23.12.15 23:32

avatar
Invité


J'étais bien décidée à ne pas entrer en contact avec gars-là. Vampire ou pas. J'ne voulais surtout pas avoir à subir cette suite de questions. Pourquoi je le suivais ? Même si pour ça il aurait dû s'apercevoir que je le suivais, ce qui n'avait pas l'air d'être le cas. Qui j'étais ? Comme si ça l'intéressait vraiment de savoir qui j'étais. J'ne comprenais jamais cette question. Je n'avais absolument rien de si intéressant. Et je ne voulais pas l'être, intéressante. Je voulais juste me fondre dans la masse. Mais sans vraiment en faire partie. Toutes ces choses que faisaient les gens... Je ne comprenais pas. Je n'en voyais pas la nécessité. Quel intérêt y avait-il a se regrouper, s'entasser dans des lieux qui puaient la transpiration et où l'on se faisait que se frotter aux uns et aux autres. Et ce n'était là que l'un des exemple les plus flagrant de mon incompréhension.

Et actuellement, je comprenais pas du tout pourquoi il avait décidé de me poursuivre. Pourquoi ne pouvait-il pas juste me laisser filer ? Ca aurait était tellement plus simple. Et pas que pour moi. Pour lui aussi. Mais il semblait vraiment ne pas vouloir me lâcher. A tel point, que pour pouvoir aller plus vite, et plus loin, j'avais du reposer Oeil-de-Nuit. Mine de rien, ces bêtes-là, n'étaient pas si légères. Et il n'arrêtait pas de m'appeler. Pourquoi ? Finalement, j'aurais peut être mieux fait de rester à la maison. Le pire, c'était de voir le petit loup galoper avec cet air d'amusement. La sale bête. Tout était de sa faute, était la réponse facile. Et même attendue. Mais même pas. C'était plutôt sa faute à lui. Maudit vampire.

Je fus rapidement coupée. Une pierre venait de s'écraser, à quelques centimètres de moi. Essayait-il de me tuer maintenant ? C'était la meilleure. J'eus plus qu'envie de m'arrêter. Me tourner, le katana à la main, et répandre ses maudites entrailles au sol. Ô oui, j'en avais envie ! Et là, je me rappelai que je ne pouvais plus. Damn it. Je détestais vraiment ma vie ici. C'était d'un désagréable ! Et bien sûr, le vampire avait profité de mon moment d'hésitation pour se jeter sur moi. Enfin, sur mes pieds. Mais ça revenait plus ou moins au même, non ? A partir de là, tout ce passa très vite. Je n'avais pas vraiment compris d'ailleurs. Mais en tout cas, je me retrouvais bloquée. J'avais beau avoir un peu de force. Il était quelque chose comme deux fois plus grand. Plus lourd. Et plus large que moi. Autant dire clairement, que je m'étais faite avoir comme une bleue. Et qu'il n'y avait visiblement pas de solution pour que je puisse me dégager. Et alors, il m’agressa avec toutes ses questions. Je n'avais pas envie de répondre. Et je ne pouvais même pas espérer conter sur Oeil-de-Nuit. D'ailleurs où était-il ?

« Tu veux bien me foutre la paix ? Je te veux rien. Alors on trace nos chemins séparément. Ok ? »

Ce n'était pas vraiment une question. Et je sentais que ça n'allait pas faire grand effet. J'aurais bien voulu récupérer mon arme. On aurait déjà été sur un pied plus égal. Mais ce n'était pas vraiment gagné. Et j'avais beau tenter de me débattre, ça n'avait pas grand effet. En soit, je n'avais pas peur. Qu'est-ce qu'il allait bien pouvoir me faire ? A l'instant où je pourrais bouger, la donne changerait. Et là, je l'entendis. Ce maudit petit loup. Qui se mit à gronder. Il devait être proche. Avec un peu de chance, il allait créer une diversion.
Invité

#5 le 24.12.15 7:39

avatar
Invité


Rencontre spéciale




Drôle de situation quand même... Une personne semblait me fuir et moi comme un con, je la poursuivais. Pour le coup, regarder autrement, on pourrais croire que je suis le méchant de l'histoire... Bref, après un bon moment à courir comme un chien après son os, voilà que j'avais réussis à la foutre au sol. Je n'avais même pas noté le fait qu'elle avait un katana. Putain, à défaut de mourir, jusqu'à preuve du contraire, on peut souffrir non ? Imaginez tout ce qu'elle pouvait faire avec un truc de ce genre . Me le planter dans le ventre, couper un membre - et pas que le membre pénien - bref, elle pouvait me faire voir n'importe quelle couleur avec un truc pareil. Mais par chance, celle-ci l'avait fait tomber lors de notre chute.

La laissant répondre, j'étais assez surpris. Hm ? Elle m'observait jusqu'à preuve du contraire et là, elle ne veut rien de spécial ? C'est quoi ce bordel hein ? Pour le coup, je croirais presque voir ma soeur un jour quand elle boudait. Cette dernière ne voulait rien savoir ni rien avoir... Bref, si là on était dans un cas similaire, alors elle dit l'inverse de ce qu'elle veut vraiment dire et donc voilà comment je devrais interpréter la chose : Je te voulais quelque chose.
Mais quoi ? Ca reste un mystère. Putain, et en plus, elle se débat un peu, ce qui a le don de m'agacer. Alors que son chiot - qui est en faite un petit loup - approche, je m'énerve sur le coup et à contre coeur, je tente d'immobiliser son crâne en appuyant sur le front violemment afin de faire cogner son crâne au sol tout en parlant d'un ton assez sec.

" Arrête, tais toi... "


Mais bon, autant parler à un canard boiteux, pour l'heure, elle ne semble même pas le comprendre, alors qu'est-ce que je fais ? Dans un élan de violence gratuite, je recogne - mais moins fortement cette fois - sa tête contre le sol, espérant qu'à force de la " bercer " elle se calmera.

" Tu vas te calmer oui ? "


On dirais pas que je suis responsable d'une petite soeur pas vrai ? Ou alors si ça se savais, pour sûr que les gens imagineraient des truc... Bref, me disant que ça n'allait pas marcher, je me met dans une position plutôt étrange, plaçant mes jambes au niveau de ses bras, tandis que je positionne mon bassin au niveau de son buste sans l'écraser pour autant, laissant son bas à elle totalement libre ( mais jusqu'à preuve du contraire, impossible de frapper mon dos avec ses pieds, au mieux, avec ses genoux ).
La fixant, je plongeais mon regard dans le sien avant de doucement me saisir de son visage et l'immobiliser, l'obligeant à me regarder dans le blanc des yeux.

" Tu es qui au juste ? Ton comportement me laisse croire que si, tu me voulais un truc, alors s'était quoi ? Réponds moi, je vais pas te bou... te tuer. "


Ne sachant pas qu'elle était au courant de ma vraie nature de vampire, je préférais agir comme n'importe qui ici, normalement. Fixant ses pupilles, je me laissais aller à ce noir profond, couleur ténébreuse et totalement profonde. Silencieux comme une tombe par la suite, afin de la mettre plus ou moins en confiance, je défait ma pression sur ses bras, me laissant en proie à une possible riposte trop bien placé. Mais n'importe qui pourrait se demander pourquoi laisser une telle manoeuvre possible et donc se dire qu'au fond, je ne mentais pas.

" .... Ren Lao.. "


Si elle ne voulait pas se présenter, autant le faire en premier, ça nous ferais gagner du temps non ?


Rien.
By (C) Bloody for Never-Utopia.
Invité

#6 le 24.12.15 10:04

avatar
Invité


C'était ça, la meilleure. Le fait qu'il me demande de me taire. Comme si c'était de bon coeur que je lui avais répondu. Décidément, ce gars commençait à me sortir par les yeux. Mais c'était peut-être un peu ma faute... Mais qui s'y intéressait ? J'n'avais d'ailleurs aucune idée sur ce que je pourrais lui répondre qui ne le rendrait pas plus fou. Je n'avais pas envie d'avoir un jeune vampire sur le dos. Vraiment pas. Allez savoir de quoi il était capable ! Mais finalement, Oeil-de-Nuit ne me fut d'aucun secours. Le gars se contenta de l'ignorer. Ce qui quelque part devait avoir quelque chose de positif... Il n'avait pas cherché à le cogner.

Et après c'était moi la méchante de l'histoire hein ? Je me faisais juste cogner parce que je ne voulais pas dire au fou qui j'étais. Génial. J'étais ridicule. J'étais humiliée. Honnêtement, si un jour je trouvais un moyen, ou même une hypothèse, ça risquait d'être sur lui que je viendrais l'essayer. Au pire il ne mourrait pas, mais je me serais bien amusée. Au mieux, il était mort, et moi vengée. Actuellement, j'étais partagée entre plusieurs sentiments... L'étrangler ou l’éviscérer à main nue ? Pourquoi Diable fallait-il que je sois tombée sur un gars du genre casse-couille ? J'n'avais rien demandée. J'étais juste curieuse, vu que je ne l'avais jamais vu avec ce soir. Et si j'avais bien encore quelque trait humain c'était celui là. Ma putain de curiosité. Eh bien, maintenant je m'en mordais les doigts.

Dans un élan de bonté, monsieur libéra une de mes mains. J'étais un peu à l'ouest. Mais toujours aussi immobilisée. Si ce n'était plus. J'avais une de ses envie de l'étrangler. Ca aurait pu être vite réglé, si seulement il mourrait. En plus, c'était un vampire. Je n'avais pas vraiment envie de mes les mettre à dos... Imaginez la merde que ce serait pour moi si par malheur je tuais un vampire comme ça. Et puis il y eut enfin un moment de silence. Soulageant ma tête. Et je me rendis compte que j'avais mal. Comme une migraine. Avec en plus, un petit bonus tu tournes. Damn it. Il me le paierait. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi il ne me cognais pas plus. A sa place, je me serais très certainement fait la misère. Et par là, j'entends que je lui aurais expliqué que tout l'avantage d'être mort, c'était que la souffrance pouvait durer. Encore et encore.

Et là, il me balançait son nom. Et je crus comprendre ce qu'il cherchait. Ma confiance. Il pouvait courir pour l'avoir. Surtout qu'il ne m'apprenait rien. Et encore moins quelque chose avec de l'intérêt. Je ne voyais pas en quoi mon nom allait l'aider. Mais si je ne coopérais pas un minimum, ma tête allait exploser.

« MeiLin. »

S'il osait me demander plus que mon prénom j'allais sérieusement trouver un moyen de lui sauter à la gorge. Je détestais vraiment sensation de faiblesse. Je ne pouvais rien faire pour sauver ma peau actuellement. Je n'avais pas le bras assez long pour atteindre sa gorge. Et quand bien même, j'étais un poil sonnée, contrairement à lui. Alors les choses se seraient vite terminées... Il aurait fallu que j'attrape mon katana. Mais il avait dû tomber derrière moi. Donc aucune chance pour que je l'attrape discrètement. J'étais piégée.
Invité

#7 le 24.12.15 10:16

avatar
Invité


Rencontre spéciale




J'avais pété un câble... Il faut dire ce qu'il en est. Pour une raison que j'ignore, j'avais agis comme ça, sur un coup de tête. M'enfin, celle-ci ne semblait pas être du genre à crier comme une fillette. Pourtant, quand bien même ceci étant évident, je ne captais même pas son envie de me mettre plus bas que terre, m'étriper, me buter. Non, pour l'heure, j'observais ses yeux et après un petit moment, voilà qu'elle me sors enfin son prénil. Meilin ? Ok c'est un début. Laissant mes yeux se noyer dans les siens, après cette contemplation, je termine par y voir quelque chose qui m'intrigue : le néant. Elle semblait si vide, si morte et pourtant, elle est là, son coeur battant, sa respiration effleurant mon visage. Serions nous similaire d'une certaine façon ?

Aussi étrange cela soit-il, je jette un bref regard vers le petit chiot et je retourne mon attention vers ce qui semble être la maîtresse. Bon, que faire ? La laisser filer ? Ou rester ainsi et laisser croire qu'on copule à notre façon ? Naaaah... Dans un cimetière, ce serais sale, très sale même. Honnêtement, sur une échelle de 10, combien on met sur un couple qui baise dans un cimetière ? Perso, je ne met même pas - 10... Bref, après un instant à la fixer, je relâche en douceur son crâne, le reposant gentiment au sol, et je me redresse doucement. Oui oui, j'abandonne ma position de pur dominant et lui re-offre sa liberté de bouger.

" ... Désolé. "


Bah quoi, j'allais pas lui dire " bien fait " en plus de ça si ? N'ajoutant rien de plus sur le coup, je regardais autour de nous et vins me gratter la nuque. Drôle de situation quand même, il n'y à pas à dire, en un rien de temps, le monde devient dingue de nos jours. Bref, revenant à moi, je vins à tendre la main pour attraper son katana et observer la chose. Sans le dégainer, je remarquais une certaine beauté à l'objet. Prenant le fourreau, comme un con, je lui tendais, celle-ci ayant la poignée de l'épée à sa portée, ne me rendant pas compte qu'en un rien de temps, elle pourrait dégainer et peut être même, me porter un coup qui autrefois aurait été mortel.
Désormais, c'est juste un coup qui te fait chier et espérer de mourir... Mais en vain. Bref, me penchant vers elle, je vins alors à essayer d'être plus " gentil ".

" Pourquoi tu m'observais ? "


Ouep parce que j'avais cette impression. Tant pis si j'avais tort.


Rien.
By (C) Bloody for Never-Utopia.
Invité

#8 le 24.12.15 11:12

avatar
Invité


Il allait sérieusement falloir que j'entraîne mon loup. Il fallait qu'il soit bien plus discret. Sinon, quel était l'intérêt d'avoir un loup ? EN plus, un loup aussi vaillant qu'un chat. Mais c'était un autre débat. En tout cas, je n'étais vraiment pas contente. Surtout que maintenant, il faisait quoi ? Il grondait comme un hamster. Vous avez déjà vu un hamster en colère ? Eh bien, Oeil-de-Nuit devait être à peu près aussi impressionnant. Et le ridicule m'attrapait encore. Franchement, j'en avais un peu marre. Mais je n'étais même pas certaine que se soit sa faute. C'était à croire qu'en ce moment j'avais la poisse. Halloween avait été un véritable carnage. Et je priais les Dieux pour ne plus avoir à supporter pareilles choses.

Finalement, monsieur décida d'être sympa il me lâcha. Me laissant alors libre de mes mouvements. Alors, mon premier réflexe fut de me jeter sur ma précieuse arme. Sauf que soit je n'avais pas été assez rapide, soit il avait largement anticipé la chose. En tout cas, il l'avait entre ses mains. J'étais sans doute encore un peu sonnée. Mais maintenant qu'il ne me tenait plus, je ne me ferais plus avoir. J'allais au moins lui rendre ce qu'il m'avait fait. Mais je n'étais pas assez stupide pour me jeter sur lui pendant qu'il l'avait entre ses mains. Il devait s'attendre à ma réaction. Ou pas. J'n'en savais rien. Il n'avait pas l'air de vouloir s'en servir. Mais plutôt de l'observer comme une oeuvre d'art. Je ne comprenais plus vraiment ce qu'il se passait. Pourquoi les gens ne pouvaient pas clairement dire les choses ? Maintenant il s'excusait. Après m'avoir agressé. Il fallait savoir, il voulait me cogner, ou il voulait faire copain-copain ? Et je n'avais aucune idée de laquelle de ses deux solutions me semblait la plus détestable.

Et maintenant, voilà qu'il me tendait mon arme. Franchement, il jouait à quoi ? J'étais un peu perdue. J'avais pas l'habitude d'intéragir avec les gens. Et encore moins quand ces dits gens s'amusaient à me compliquer la tâche. Parce que disons le clairement, pour moi il n'y avait pas tant de complexes dans les relations humaines. Tu aimes quelqu'un ou non. Tu veux le tuer ou non. Et tu agis en conséquence ! C'était aussi simple que ça ! Et là, monsieur ressemblait au Dr Jekill, et à Mr Hyde en même temps. C'était plus que ce que je pouvais assimiler. D'ailleurs, à mon sens ça ressemblait beaucoup à un piège. Et voilà qu'il recommençait avec ses questions. Pendant que moi, j'arrachais la lame de son fourreau. J'hésitai vraiment à le trancher en deux maintenant. Mais je ne le fis pas. Je voulais savoir ce qu'il avait derrière la tête avant. De toute façon, maintenant que je l'avais entre les mains, j'étais tout à fait confiante. Persuadée d'avoir le dessus.

« A quoi tu joues ? Comme si c'était moi la méchante de l'histoire ! » grommelai-je.
Invité

#9 le 24.12.15 13:02

avatar
Invité


Rencontre spéciale




Passer du coq à l'âne, c'est tout moi et actuellement, elle en avait la preuve. Alors qu'il y a quelques minutes de ça je semblais énervé et la cognais comme si j'allais lui fracasser le crâne jour et nuit, là, je jouais le gentil en espérant gagner sa confiance. Double erreur étant donner que je lui passais sa lame. Ni une ni deux, la demoiselle attrape sa lame et la sort de son fourreau, me le laissant entre les mains. Hm ? Elle va me trancher ? Putain de merde, pourquoi est-ce que j'ai pas une super vitesse comme flash hein ? Au lieu de ça, j'ai juste une paire de canine trop grandes qui poussent quand j'ai faim. Traduction, si elle me tranche la gorge, je le sentirais passer. Plissant les yeux, je l'écoute en douceur, sans faire de geste brusque.

" Hm.. De nous deux, c'est toi qui m'observais et qui court par la suite quand je te repère hein. Donc à défaut d'être la méchante de l'histoire, tu es la plus suspecte. Et en soit, je me tue à te le demander, mais je veux juste savoir ce qui te prends de m'espionner. "


Doucement, je fis un pas vers l'avant et une fois à portée, je vins tendre la main vers sa lame pour l'attraper. Encore une fois, il n'y avait aucun geste brusque de ma part, rien pour l'énerver ou déclencher une riposte. Je tentais juste de décliner la lame afin de ne pas avoir de mauvaise surprise. Cependant, j'avais beau refermer ma main sur le bout de la lame, si elle agissait brusquement, si elle faisait un geste trop violent, elle ne me couperait pas légèrement... elle pouvait me découper les doigts et la main avec.
Plongeant mes yeux dans les siens, je cherchais ce que j'y avais vu, avant de finalement soupirer en douceur.

" On peut discuter comme des morts civilisés ou on va s'entre-torturer pour le fun ? "


Détournant la lame, au moindre geste brusque, je retirerais ma main de sa lame et frapperais avec le fourreau, mais avouons le, je voulais éviter ça, car frapper gratuitement, j'ai pas de raisons de le faire n'est-ce pas ? Agissant avec lenteur, j'attendais une possible réponse avant de finalement comprendre.

" Pas très bavarde sauf si on te force la main hm ? .... Bienvenue au club, Meilin... "




Rien.
By (C) Bloody for Never-Utopia.
Invité

#10 le 24.12.15 14:25

avatar
Invité


Je détestais sa façon de toujours tenter de tourner les choses à son avantage. Enfin, toujours je ne pouvais pas vraiment l'affirmer. Je ne le connaissais pas. Et j'étais relativement sûre de ne pas en avoir envie. Il cherchait probablement à me manipuler pour faire Dieu sait quoi de moi ensuite. Même s'il avait raison, c'était moi qui l'avait suivi, et qui était restée plantée, cachée, à l'observer. Si on allait chercher au fond, la vraie raison, c'était parce que je n'avais vraiment rien d'autre à faire de ma vie. Mais sinon, c'était parce que ça m'amusait d'observer les gens. C'était quand même beaucoup moins dangereuse ( et moins divertissant d'ailleurs ) que de les tuer ces gens. Il était vrai aussi qu'en principe je suivais surtout mes anciennes victimes. Voir comment elles avaient changées était tout ce qui me restait. Mais je faisais régulièrement des exceptions. Pour les vampires. Parce qu'ils me fascinaient. Mais je me voyais très mal lui balancer ça comme ça. En tout cas je ne comptais certainement répondre à toutes ces questions. Mais s'il fallait qu'on discute pour qu'il me foute la paix, pourquoi pas.

« Si tu arrêtes avec tes question pourquoi pas. » soupirai-je

Je l'avais laissé baissé mon arme. S'il voulait ma confiance, il fallait aussi que j'ai la sienne. Sinon, ça allait encore virer au vinaigre. Quoi que ça pourrait être intéressant, maintenant que j'étais prête à me défendre. Je n'avais aucune envie de perdre plus de temps dans ce... Ce quoi d'ailleurs ? Je ne savais pas vraiment comment nommer ça. Au moins, c'était une rencontre. Et ça me fatiguait. Je n'aimais pas les gens. Enfin, je n'aimais pas interagir avec eux. C'était toujours si compliqué ! Comme ce gars-là. Qui changeait d'un coup du tout au tout. Moi au moins, je restais égale à moi-même. Ce qui m’intéressait chez les gens, c'était de pouvoir répandre leurs entrailles. C'était super glamour.

Wah. Il avait eu la révélation du siècle. Je n'aimais pas vraiment papoter. Et lui non plus, si j'en croyais ce qu'il me racontait. Se moquait-il de moi? Pourquoi s'acharnait-il sur moi alors ? Ca le faisait marrer ? Encore quelque chose que je ne comprenais définitivement pas.

« Alors pourquoi tu ne veux pas juste me laisser filer ? »

Ma foi, on serait tous les deux contents, et moi plus jamais je ne m'approcherais de lui. End of the story. Tout est bien qui fini bien. Sauf que je commençais à comprendre, ça ne pourrait pas être aussi simple que ça. Il n'allait pas me lâcher avant d'avoir eu ce qu'il voulait. Mais peut-être que si je faisais preuve de bonne foi. Alors d'un signe de tête, j'indiquais le fourreau qu'il avait dans sa main. Si je rangeais le katana. Ce serait probablement un bon début.