en partenariat avec...
Nano RoleplayEsquisseJust MarriedMaster PokéThe Holiday ScamGifted
Recherche
Recherche avancée
Annonces
Elena a posté un rp libre dans le musée
Elena recherche un personnage masculin pour un rp négatif

Hurt my Feelings [flashback]

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty #21le 03.08.19 6:23
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Rizzen Arai
végétal à bien des niveaux 🌱

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 As64OwE28/100Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 EeIQN7j  (28/100)
× Présence: présent
× Evolution : Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 FBQqP15Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 CvBG396Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty × Age de la mort : 25 Masculin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : Lucas Anglade - Graineliers / Riku Kurose - 10 Count
× Pouvoir : Contrôle végétal (pousse à partir de son corps)
× Logement : Maison de Rizzen & Leone
× Métier : Étudiant
× Epitaphes postées : 1973
× Øssements1003
Féminin
× Inscription : 17/06/2019
× Surnom : la laitue romaine
× DCs : Lindsay Grant
Rizzen Arai
végétal à bien des niveaux 🌱
http://www.peekaboo-rpg.com/t4899-rizzen-arai-se-relever-http://www.peekaboo-rpg.com/t4932-rizzen-vegetal-a-bien-des-niveauxhttp://www.peekaboo-rpg.com/t5128-rizzen-arai-deathbook
Hurt my Feelings
Répondre à toutes les questions, parler de toi, de tes doutes, de tes secrets, de tes pensées profondes constitue des exercices difficiles, en plus d’avoir un effet plutôt épuisant sur toi. Au départ, tu souhaitais garder le contrôle autant que possible, résister à aller sur des terrains trop douloureux. Maintenant, tu as abandonné cette idée, parlant sans filtre, bien que tes phrases et tes explications soient assez concises. Incapable de t’étendre davantage, d’aller au fond de tes pensées, il te faut du temps avant de réellement t’ouvrir. Du temps avant d’avoir pleinement confiance. C’est une chance que Leone ait su comment abattre quelque peu tes premières défenses. Cependant, le sentiment de vulnérabilité prend de plus en plus d’ampleur en toi. Il menace de plus en plus de te faire dire stop à un moment ou à un autre. Ça aurait pu être le cas, selon la réaction obtenue en retour de tes aveux sur ton suivi, sur le fait que personne d’autre que les spécialistes n’a touché à ta jambe amputée. Tu redoutais qu’il aille dans le sens de te presser à laisser des proches — qui d’autre à part Rik? — voir cette jambe. Mais il n’en est rien.

Ton regard revient doucement vers le psychologue qui comprend, qui mentionne qu’il ne faut pas forcer. « Je n’ai pas vraiment le choix d’y toucher », dis-tu d’une faible voix. Pour te laver, il le faut. Malgré ça, ses mots te soulagent. Ils te rassurent assez pour qu’après la proposition d’y travailler ensemble, tu sois en mesure d’y répondre positivement. « Je veux bien essayer. » Tu espères vraiment ne pas placer ta confiance en lui pour en être déçu... Avec de tels propos, tu t’attendais à ce que le sujet soit clos, surtout en le voyant ensuite revenir à une page antérieure dans ses notes. Malheureusement, ce n’est pas tout à fait le cas, lorsque les questions surviennent. Du moins, surtout la première.

Il te faut un petit temps de réflexion. Il faut admettre que l’envie de devoir faire un long comparatif ne t’enchante pas. C’est toujours une corde sensible pour toi, et ça t’épuise. « Je n’ai pas une si bonne maîtrise », commences-tu par expliquer, « j’ai encore beaucoup d’amélioration à avoir avec ma prothèse sportive. » Tu peux courir, c’est déjà un bon début et il y a l’envie de te dépasser pour parvenir à un niveau satisfaisant. Ça sera sûrement long et pénible, mais ça viendra. « Je ne peux pas courir à une pleine vitesse, comme avant. » Encore la comparaison. Elle reste, elle ne s’éclipsera pas de sitôt. Et elle fait mal. « Il faut aussi que je m’entraîne sur un terrain plat. Je ne suis pas encore à l’aise avec les inclinaisons et les variations au sol. » Voilà qui devrait dresser un bon portrait de tes capacités actuelles. Il y a en effet place à de l’amélioration et l’envie de les atteindre y est. Cette envie sera sans doute accompagnée de moments de chute, de moment de découragement et de colère. Tu sais tout cela. Pour la suite, ta posture se détend légèrement, tout ton être est moins crispé.

« Donc au quotidien ça se passe bien, oui. » Tu ne comprends pas vraiment ce qu’il attend comme réponse à cette question, à dire vrai. Peut-être devrais-tu demander des précisions, mais comme tu voudrais esquiver ce sujet une bonne fois pour toutes... « Et je vis dans un des appartements de l’Agence : Brossard. Vous savez, celui qui a de l’herbe par terre et des arbres... » Un soupir. Depuis que ton pouvoir s’est manifesté, tu trouves cela des plus ironiques. À croire que tu étais vraiment prédestiné à avoir un don avec la nature. Au moins, tu peux contribuer à la décoration là-bas, ce n’est pas plus mal. « Au début, je ne m’étais pas intéressé aux personnes qui partageaient l’appartement avec moi. Même encore aujourd’hui, je fais ce que j’ai à faire et je me mêle peu à eux. Mais je n’ai pas de mauvaises relations avec qui que ce soit, c’est assez tranquille. » Pour le moment, la colocation ne te dérange pas plus que cela, mais tu sais que tu en viendras à désirer partir, avoir la propre autonomie. C’est juste que tu attends d’avoir un travail, et que tu attends d’être pleinement remis de ton amputation.

« J’ignore si cela répond à vos questions », avoues-tu alors qu’une petite moue prend place sur ton visage, « j’admets ne pas comprendre où vous voulez en venir. »

Codage par Libella sur Graphiorum
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty #22le 12.08.19 1:15
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Leone J. Chiaramonte
Mascotte de bordel ☽ Preux Sicilien ☾

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 As64OwE44/100Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 EeIQN7j  (44/100)
× Présence: présent
× Evolution : Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 4Ct5J6SHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 131
× Logement : Maison de Rizzen & Leone
× Métier : Psy
× Epitaphes postées : 317
× Øssements1469
Féminin
× Inscription : 21/03/2018
× Surnom : l'anémone
× DCs : Mitsuko Shinoda & Pandora R. Bahatóris
Leone J. Chiaramonte
Mascotte de bordel
 ☽ Preux Sicilien ☾

http://www.peekaboo-rpg.com/t3003-leo-when-the-devil-wants-to-puhttp://www.peekaboo-rpg.com/t3013-leo-we-re-all-of-us-haunted-and-haunting
Take a breath.
A nouveau, Leone remarque que les paroles de son patient s’axent autour de la notion de choix. Ce n’est pas étonnant qu’il vive son amputation comme un calvaire qui lui a été imposé, une torture dont il ne peut pour le moment pas se remettre complètement, malgré tous ses efforts pour tenter de se réapproprier son propre corps, et sa réponse positive à l’invitation somme toute professionnelle du Sicilien étire un discret sourire sur ses lippes. C’est déjà tellement positif, comme premier entretien, à son œil.

Il imagine que jusqu’à présent, si tout lui semble presque facile, c’est parce que le jeune spectre a tout bonnement abattu les premières barrières de son handicap tout seul, combattant au quotidien l’amputation qui le rebute pourtant tant.

Laissant le temps à Rizzen de chercher ses mots, de mettre en forme ses pensées, Leone attend patiemment. Lorsqu’il reprend la parole, les sourcils du borgne s’arquent légèrement tandis que son visage se pare de sérieux et d’attention, son unique prunelle rivée sur les traits tendus de son patient, pour qui l’exercice semble loin d’être plaisant.

A nouveau, la comparaison entre sa vie et son état actuel ressurgit. S’imaginant les situations décrites par le jeune homme, Leone opine doucement du chef, sans émettre de commentaire. Pourtant, le fait que Rizzen fasse autant d’efforts pour tenter d’atteindre son ancien niveau, se mettant presque au défi d’y parvenir, s’apparente à une prouesse de forcené. Là où d’autres seraient restés prostrés, ruminant leur malheur en tentant de tout faire pour ignorer cette situation, son patient, lui, ne cesse d’essayer de combattre ce nouveau « soi ».

Mais c’est bien cet antagonisme latent, à l’intérieur même de son propre corps, qui est à l’origine de la plupart des problèmes.

La conclusion de Rizzen amène Leone à relever le regard vers lui. Qu’est-ce que cela signifie, pour lui, « bien », alors qu’il semble rejeter tout ce qu’implique son amputation, ne serait-ce que le regard des autres » ? Le borgne se garde de poser la question, gardant ses interrogations dans un coin de son esprit.

Nouveau hochement de tête à la mention de l’appartement Brossard. Il joue à nouveau avec son stylo, se rendant compte qu’un nouvel habitant des logements de l’Agence a atterri dans son cabinet. Ce n’est jamais évident pour lui de s’apercevoir qu’il est presque voisin des spectres qui viennent lui confier leurs soucis et leurs plus lourds secrets, alors qu’il pourrait un matin ou un soir les croiser dans les escaliers ou l’ascenseur - il a d’ailleurs toujours soigneusement évité Ikura, de peur qu’elle ne le pousse du haut d’un escalier ou ne mette en pratique ses menaces sous-jacentes. Néanmoins, il ne prend pas la peine d’informer RIzzen de leur proximité, ne se ventant que rarement d’être l’un des plus vieux résidents du Van Gogh, et encore moins devant ses patients. Manquerait plus qu’ils aillent à la pêche aux infos, tiens.

Il esquisse un léger sourire face aux précisions au sujet de l’appartement. Etonnamment, le nécromancien semble tout à fait à sa place dans ce logement, du fait de son pouvoir.

Notant ensuite les bribes d’explications sur ses relations avec les autres résidents, l’orbe dorée de Leone remonte rapidement vers Rizzen lorsqu’il confesse ne pas saisir les tenants et aboutissants de leur entretien.

Ne cachant pas sa surprise face à la remarque de son patient, Leone arque un sourcil étonné avant de se redresser.

— Où je veux en venir ? répète-t-il doucement en réfléchissant, son regard dérivant un instant vers le vide, avant de revenir se braquer sur le jeune homme. Si je veux parvenir à… vous saisir - il cherche le terme adéquat un instant - je ne peux pas me contenter d’un bilan médical plat ou d’un simple « mon frère m’a convaincu de venir », vous comprenez ? C’est le but des premières séances, voyez-vous. Ce qui m’intéresse, c’est uniquement vous et votre vision de votre situation : pourquoi avez-vous atterri ici ? Qui êtes-vous ? Quelle est votre vie ? Je ne cherche pas à disséquer un corps, mais bien une personne. Si les soupes aux crevettes vous rendent heureux, ça m’intéresse aussi, achève-t-il dans un léger sourire.

La voix du Sicilien se fait de plus en plus douce, tandis que son regard glisse légèrement sur le col de Rizzen, puis le long de son bras, jusqu’à la petite pousse sur sa main. L’air presque inquiet, il relève rapidement le nez.

— Cela vous dérange ? Vous imaginiez les choses différemment, peut-être ? Sentez-vous libre de dévoiler le fond de votre pensée, l'encourage-t-il d'un ton neutre.

Leone marque une pause posant sa joue au sommet de la main tenant son stylo. Un sourire vient étirer les commissures de ses lèvres.

— A moins que cela vous gêne que je cherche à tout savoir de vous ?

Passant bien vite d’un état à un autre, le Sicilen ne se lasse pas de saisir les perches involontaires que son patient peut lui tendre - là où peu de personnes en dehors de lui en auraient vu d’ailleurs. Au fond, cependant, il est réellement préoccupé de la remarque de Rizzen, craignant de ne pas avoir les réactions ou les paroles adéquates face aux problèmes du jeune spectre.
ft. Rizzen
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty #23le 13.08.19 8:26
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Rizzen Arai
végétal à bien des niveaux 🌱

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 As64OwE28/100Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 EeIQN7j  (28/100)
× Présence: présent
× Evolution : Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 FBQqP15Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 CvBG396Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty × Age de la mort : 25 Masculin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : Lucas Anglade - Graineliers / Riku Kurose - 10 Count
× Pouvoir : Contrôle végétal (pousse à partir de son corps)
× Logement : Maison de Rizzen & Leone
× Métier : Étudiant
× Epitaphes postées : 1973
× Øssements1003
Féminin
× Inscription : 17/06/2019
× Surnom : la laitue romaine
× DCs : Lindsay Grant
Rizzen Arai
végétal à bien des niveaux 🌱
http://www.peekaboo-rpg.com/t4899-rizzen-arai-se-relever-http://www.peekaboo-rpg.com/t4932-rizzen-vegetal-a-bien-des-niveauxhttp://www.peekaboo-rpg.com/t5128-rizzen-arai-deathbook
Hurt my Feelings
Après ta tirade, tu ignores si tu as réellement répondu aux questions qui t’étaient posées. Celles-là, tu as eu plus de difficulté à les cerner, à savoir si tu couvrais tout ce qu’il attendait de toi. Bizarre de savoir que tu t’en préoccupes étant donné que tu restes concis dans ce que tu mentionnes, n’allant quasiment jamais dans le détail. C’est épuisant de parler de tout ce que tu gardais secret, de tes sentiments aussi. Pourtant, il suffit de constater à quel point tu n’as pas réellement résisté face à cette corde sensible pour comprendre que tu en avais grand besoin. Ça te pèse tout comme ça te libère. Les vrais effets bénéfiques ne surviendront pas après une seule séance, mais ils devraient se manifester peu à peu, sans contre partie. Bref, après avoir répondu de ton mieux avec ta compréhension, tes mots expriment de ne pas être certain que c’était bien. De ne pas avoir cerné ce qu’il voulait savoir. Et il semblerait que cette affirmation surprenne Leone. C’est vrai que jusqu’ici, tout se passait bien, donc ça à de quoi surprendre. C’est la déduction que tu te fais, déduction qui est rapidement balayée. Et tu ne t’attendais pas à la suite.

De toute évidence, tu t’es mal fait comprendre. Cependant, ce n’est pas mauvais de l’entendre t’expliquer le but des premières séances. Ça rend le tout plus concret à tes yeux, plus simple à cerner. Même si, d’un autre côté, c’est intimidant. Intimidant de savoir qu’il continuera de creuser à des endroits où tu n’as pas envie qu’il s’aventure. Le bon côté, si on peut dire ainsi, c’est que l’échange est moins impersonnel que tu l’aurais cru. Que Leone ait partagé un peu de sa réalité avec toi a contribué à ce que tu abaisses tes défenses plus vite. Maintenant, il prend du temps pour poser à plat le but des séances. Ce n’est pas plus mal. T’allais réagir quand il te parle de crevettes, mais l’expression qu’il arbore ensuite, en plus des questions, te laisse un instant sans voix. Difficile de rassembler tes pensées, et plus encore face à la suite. Ton regard va se perdre quelque part dans la décoration du bureau tandis que tu songes que tu voudrais bien de nouveau de l’eau.

Quelques longues secondes passent avant que tu parviennes à parler. « En fait... quand je disais que je ne savais où vous vouliez en venir plus tôt, c’était pour les questions précédentes. Pas pour tout. » Un léger rougissement apparaît sur tes joues, tes yeux ne reviennent pas vers lui non plus. Tu n’as jamais vécu une situation qui t’amenait à être embarrassé si souvent. « Mais un résumé ne fait pas de mal. Je comprends, oui. Même si... même si ça fait beaucoup d’un coup dans tout ce que je dois affronter. » Autant être honnête : parler autant de tout le volet amputation vient te chercher dans tes émotions les plus profondes et les plus douloureuses. Aborder des sujets plus légers te ferait du bien, pour cette fois. À la base, tu ne voulais pas dire le moindre mot concernant tes blessures... Au final, tu ne contrôles plus rien. « Ça ne me dérange pas. Du moins, pas... hum... » Trouver les bons mots constitue un défi. Après quelques secondes de réflexion, tu reprends, croyant avoir trouvé une bonne formulation. « Je ne suis pas à l’aise de parler de sujets sensibles pour moi, bien que j’aie conscience que c’est pour le mieux et que c’est ce qu’il faut. » Doucement, ton regard revient enfin vers Leone. Ça aura pris du temps, cette fois. « Je n’imaginais rien en particulier quant aux séances. Je veux juste aller mieux », termines-tu en fermant les paupières quelques instants.

« Mais je sais que ça prendra du temps. J’ai sans doute trop attendu avant de faire le premier pas », reprends-tu lentement, ouvrant les yeux. Au fond de toi, tu redoutes de ne pas être en mesure d’aller mieux, de ne pas être capable de t’ouvrir assez pour permettre à ton psychologue de réellement faire son travail avec toi. Ce n’est pas qu’une question de confiance en lui, il y a aussi la confiance en toi-même. Peut-être devrais-tu lui en glisser un mot. Non? Ta voix qui s’élève, plus neutre que précédemment, moins chargée en émotion, démontre que l’envie de s’aventurer sur ce chemin n’y est pas du tout. Malheureusement. Ce que tu peux être idiot parfois. « Pour info, je suis végétarien. Et je bois beaucoup d’eau pour un mort... sûrement parce que je suis un jardin sur pattes. » Un fin sourire prend place sur tes lèvres. Cette fois, tu espères vraiment que la réorientation de conversation fonctionnera. Il y a plusieurs petites choses qui ont été esquivées et pour une première fois, disons que ce n’est pas si mal? Une sieste ne fera pas de tort, une fois rentré. Néanmoins, au lieu d’essayer par des moyens détournés d’obtenir ce que tu veux, il serait peut-être temps de le dire clairement.
« Pour aujourd’hui, j’aimerais ne plus parler de mon amputation et du monde sportif. Si ça ne vous dérange pas. » Ce n’était pas trop tôt!

Codage par Libella sur Graphiorum
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty #24le 18.08.19 22:57
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Leone J. Chiaramonte
Mascotte de bordel ☽ Preux Sicilien ☾

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 As64OwE44/100Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 EeIQN7j  (44/100)
× Présence: présent
× Evolution : Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 4Ct5J6SHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 131
× Logement : Maison de Rizzen & Leone
× Métier : Psy
× Epitaphes postées : 317
× Øssements1469
Féminin
× Inscription : 21/03/2018
× Surnom : l'anémone
× DCs : Mitsuko Shinoda & Pandora R. Bahatóris
Leone J. Chiaramonte
Mascotte de bordel
 ☽ Preux Sicilien ☾

http://www.peekaboo-rpg.com/t3003-leo-when-the-devil-wants-to-puhttp://www.peekaboo-rpg.com/t3013-leo-we-re-all-of-us-haunted-and-haunting
Take a breath.
Sans le moindre sentiment de culpabilité, Leone ne détourne pas son regard du visage fuyant de son patient. Un léger sourire aux lèvres, il espère néanmoins avoir clarifié les doutes qui semblaient planer dans l’esprit de ce dernier. Peut-être aurait-il dû se montrer plus transparent auparavant ? Chaque patient est unique, mais le schéma des séances est à peu de choses près similaire d’une personne à l’autre, s’axant tout d’abord sur la vie de chacun pour finalement faire ressortir les problèmes les plus enfouis, une fois que la confiance s’est tranquillement installée. S’il donne parfois l’impression d’aller un peu vite, ce n’est pourtant pas son intention et il n’hésite pas à faire quelque pas en arrière lorsqu’une corde trop sensible est atteinte.

C’est surtout parce qu’il sait que ses mots et ses actions ont des conséquences qu’il s’est légèrement emporté dans ses précisions. Au fond de lui subsiste le souvenir des thérapeutes qu’il a consulté de son vivant et sa plus grande peur est de faire subir à ses patients ce qu’il n’a lui-même pas pu supporter.

Surtout qu’une fois dans l’au-delà, que vous reste-t-il ? Dans le cas de Rizzen, un frère, mais ce n’est visiblement pas suffisant.

Attendant impatiemment la réponse de son patient, le Sicilien reste suspendu à ses lèvres, son œil glissant rarement au-delà de la mâchoire de son patient.

Finalement, il brise le silence. Avant même qu’il n’ait terminé de s’expliquer, Leone note avec surprise l’embarras qui s’empare des traits du jeune spectre - et le rosissement ravissant qui embrase ses joues -. Il ne s’attendait pas vraiment à cette réaction. Prêtant néanmoins attention à ses paroles, il cille un instant, gêné à son tour.

— Oh je vois, excusez-moi, je vous ai mal compris, s’empresse-t-il de répondre.

Laissant à Rizzen le soin de s’exprimer sur la suite des explications, il garde ensuite le silence, opinant simplement de la tête tout en se penchant quelque fois sur ses feuilles. Peut-être que malgré tout, sa propre franchise aura amené son patient à porter un nouveau regard sur leur entretien, ou du moins à en faire part à Leone.

L’affrontement est le terme adéquat, dans ce genre de situation. Non seulement le jeune homme doit affronter le regard et les questions d’un parfait inconnu, mais il doit aussi affronter ses propres émotions, peurs et pensées, des plus simples aux plus inavouables. Chaque séance est comme un match à plusieurs manche, tandis que le bureau du thérapeute s’apparenterait - parfois littéralement - à un ring.

S’épanchant sur le sujet, livrant son trouble au borgne, le jeune homme développe son ressenti sur leur séance, parle de ses attentes comme de ses difficultés, que Leone prend soin d’inscrire sur le papier. La conscience qu’à Rizzen de son propre état le rassure, son désir d’aller « mieux » également. Cela ne peut présager que du bon, la volonté de guérir ou d’aller de l’avant étant souvent la meilleure des motivations, à laquelle le Sicilien se fera une joie de donner des fondations solides.

L’entendant parler du temps qu’il a pu mettre avant de le contacter, Leone relève le nez vers lui.

— Il n’y a pas vraiment de bon moment, si l’on vous avait forcé à venir il y a quelques mois, vous vous vous seriez peut-être braqué, qui sait ? il marque une légère pause. L’important est d’avoir fait ce premier pas.

Certes, si le problème avait persisté pendant plusieurs années encore, cela serait devenu compliqué et bien plus difficilement vivable, mais dans le cas présent, le temps a peut-être permis à Rizzen de prendre conscience de son état, jusqu’à faire seul le deuil de sa jambe amputée.

Le ton vibrant avec lequel son patient lui adresse ensuite la parole le pousse à chercher son regard. Observant son sourire un instant, le Sicilien note néanmoins les quelques informations que Rizzen lui accorde, avant de lui confier une ultime requête.

Il garde le silence un instant, le temps d’ajouter une ligne à sa feuille, avant de relever le regard vers son interlocuteur.

— Aucun problème, je ne voudrais pas forcer les choses. Tapotant doucement son stylo plume contre sa joue, il réfléchit rapidement, avant d’ajouter : si vous ne vous sentez pas capable de me répondre ou si vous trouvez que je vais trop loin, sentez-vous libre de me le faire savoir !

Souriant, il espère ne pas s’être montré trop indélicat pour cette première séance.

— Et si vous me parliez de votre pouvoir, dans ce cas ? commence-t-il avec un nouveau sourire. J’avoue que c’est intriguant, ce n’est pas tous les jours que l’on peut admirer quelque chose comme ça !

Nouvelle pause.

— Vous désirez peut-être encore de l’eau ? N’hésitez pas à en demander, surtout.

Comprenant que son patient risque peut-être de se dessécher sur place, Leone le regarde d’un air à la fois curieux et inquiet. Certes, il est impossible de mourir dans ce monde, mais ce n’est pas pour autant qu’il a envie de voir Rizzen se mettre à faner sur place.
ft. Rizzen
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty #25le 19.08.19 8:39
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Rizzen Arai
végétal à bien des niveaux 🌱

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 As64OwE28/100Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 EeIQN7j  (28/100)
× Présence: présent
× Evolution : Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 FBQqP15Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 CvBG396Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty × Age de la mort : 25 Masculin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : Lucas Anglade - Graineliers / Riku Kurose - 10 Count
× Pouvoir : Contrôle végétal (pousse à partir de son corps)
× Logement : Maison de Rizzen & Leone
× Métier : Étudiant
× Epitaphes postées : 1973
× Øssements1003
Féminin
× Inscription : 17/06/2019
× Surnom : la laitue romaine
× DCs : Lindsay Grant
Rizzen Arai
végétal à bien des niveaux 🌱
http://www.peekaboo-rpg.com/t4899-rizzen-arai-se-relever-http://www.peekaboo-rpg.com/t4932-rizzen-vegetal-a-bien-des-niveauxhttp://www.peekaboo-rpg.com/t5128-rizzen-arai-deathbook
Hurt my Feelings
Premier malentendu entre vous, si cela peut être réellement appelé ainsi. Tu n’as pas été assez clair dans ta formulation et ça a mené à une mauvaise interprétation. Il faudra faire un peu plus attention, tout simplement. Voilà pourquoi tu réponds brièvement à Leone que ce n’est pas grave quand il excuse, poursuivant ensuite. C’était un peu gênant sur le moment, mais rien d’insurmontable. Quelque chose qui est rapidement derrière toi. Pas la peine de s’en préoccuper plus longuement, d’autant plus que comme tu viens de l’affirmer, mettre les bases ne fait pas de tort. Ça te permet d’y réagir, de t’exprimer un peu plus. Au début, tu aurais pu croire que ça ne serait pas très intéressant, mais le psychologue prend des notes. Alors il y a des infos qui lui paraissent pertinentes. C’est toujours quelque peu étrange de parler avec une personne qui écrit, mais le thérapeute a bien démontré, depuis le début, que tu as toute son attention. Donc ça ne te dérange pas. Vos regards se croisent quand tu exprimes une forme de regret de ne pas avoir pris les devants avant pour consulter un spécialiste. Ce qu’il te dit te rassure. « Il est vrai que j’étais beaucoup plus fermé que je le suis actuellement. Je croyais... ne pas avoir besoin d’aide. » Le déni, il doit sûrement voir des tonnes de patients qui le cultivent et n’en démordent pas.

La suite est plus facile à dire. Au moins, tu ne te prends pas de remarques quant au fait que tu es végétarien et que tu continues de l’être dans la mort. Ou alors ça ne viendra pas tout de suite... N’y songeant pas plus, tu formules enfin la demande que tu aurais peut-être dû faire avant. C’était éprouvant, bien que tu sois parvenu à gérer, en quelque sorte. Un sourire soulagé passe sur ton visage suite à la réponse de Leone. « Je le mentionnerai alors, merci. Je me disais que c’était plus simple de répondre à tout, mais c’est éprouvant. » Ce que tu ne pouvais pas savoir, étant donné qu’il n’y a qu’avec ton frère que tu parles de sujet sensible. Puis, depuis votre mort, tu évites un peu, craignant de lui en mettre trop sur les épaules. Désireux aussi de te débrouiller par toi-même, de ne pas avoir à te reposer sur quelqu’un. C’est visiblement un échec...

Parler de ton pouvoir te convient, en comparaison au reste. Ton psychologue semble vraiment intéressé, ce qui te fait... plaisir? C’est une première ce sentiment face à ton pouvoir. Rik t’agace quand vous en discutez, mais c’est surtout parce qu’il y a la jalousie non dite. Cette jalousie parce que lui est un simple spectre. Chacun votre source de jalousie envers l’autre. Bref, face à la question quant à l’eau, un sourire franc anime tes traits. « Si je disais oui, ce serait plus du caprice que du réel besoin », affirmes-tu doucement, ton regard vers ton interlocuteur. « J’ai besoin de boire plus depuis l’apparition de mon pouvoir, mais je dirais que c’est comme quand j’étais vivant. » Pourquoi y avait-il une part d’inquiétude dans l’expression de Leone? Il peut y avoir tellement de réponses à cette question... En révélant plus d’information, ça devrait aider. Ou pas, mais si ce n’est pas le cas, tu poseras la question directement.

« Mon pouvoir est de faire pousser de la végétation sur moi. Parfois je ne contrôle pas la poussée, mais je peux l’arrêter par ma volonté. » Ce qui a été fait plus tôt, avec cette pousse sur ta main. Heureusement que tu parviens à arrêter les poussées, sinon ça te viderait de ton énergie, en plus de te faire des plaies plus ou moins importantes chaque fois. « Ça peut être des arbres ou des fleurs, et si je retire correctement les racines de sous ma peau, il est possible de les planter et la vie suit son cours. » C’est bien la seule vie dans ce monde, d’ailleurs. Tu dois être un bon engrais de base, étant mort... « Je peux aussi contrôler la forme de la végétation, par exemple faire s’emmêler plusieurs branches ensemble. Évidemment, plus c’est gros et plus les racines prennent de la place. Ça me blessera. » Soupir. C’est la partie moins plaisante de ton pouvoir, celle dont tu te passerais volontiers. Tu espères un jour trouver une solution, trouver un moyen de réabsorber les racines en trop. Ça prendra du temps, assurément. « Voilà pourquoi je ne vous montrerai pas l’étendue de ce que je peux faire. En plus, ça me demande beaucoup d’énergie. » En vue de son intérêt, tu n’aurais pas été contre le fait de lui montrer ce que peut donner une branche de cet arbre, mais ce sera pour une autre fois. Tu prends alors une pause, essayant de rassembler tes idées. Ton discours manque de structure... Cependant, il s’agit de la première fois que tu dois dresser un portrait de ton pouvoir. « C’est difficile de vous donner toutes les informations sur le vif. » Tu es pensif quelques instants. « J’ajouterais que j’utilise souvent mes pousses pour apprendre à faire des potions. Ça semble plutôt bien fonctionner. » Si tu suivais des cours, ça aiderait à progresser plus rapidement...

« Je peux vous laisser cette pousse si vous voulez », termines-tu sur un rire, ne croyant pas du tout que cela pourrait l’intéresser. Même si tu as songé dès son apparition à le lui demander.

Codage par Libella sur Graphiorum
Afficher toute la signature


Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Signa11
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty #26le 27.08.19 13:09
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Leone J. Chiaramonte
Mascotte de bordel ☽ Preux Sicilien ☾

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 As64OwE44/100Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 EeIQN7j  (44/100)
× Présence: présent
× Evolution : Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 4Ct5J6SHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 131
× Logement : Maison de Rizzen & Leone
× Métier : Psy
× Epitaphes postées : 317
× Øssements1469
Féminin
× Inscription : 21/03/2018
× Surnom : l'anémone
× DCs : Mitsuko Shinoda & Pandora R. Bahatóris
Leone J. Chiaramonte
Mascotte de bordel
 ☽ Preux Sicilien ☾

http://www.peekaboo-rpg.com/t3003-leo-when-the-devil-wants-to-puhttp://www.peekaboo-rpg.com/t3013-leo-we-re-all-of-us-haunted-and-haunting
Take a breath.
Quelque peu rassuré que le quiproquo ait été rapidement enterré dans un coin de votre discussion, Leone écoute avec attention le jeune spectre lui livrer ses impressions, dévoilant au passage quelques informations qu’il note soigneusement, pour un usage futur.

Baissant les yeux vers ses notes, le psychologue se laisse aller au gré des paroles de Rizzen, lui apportant d’éventuelles réponses à ses doutes, ses craintes. Son regard, lorsqu’il revient enfin se planter dans l’orbe dorée du Sicilien, laisse entrevoir une légère lueur plus assurée.

— C’est souvent le cas, il ne faut pas précipiter les choses, c’est contre-productif. C’est comme tout dans la vie, quelque part : il faut se sentir prêt avant de faire le grand saut, puis apprendre à marcher avant de chercher à courir. L’important, c’est que vous vous soyez écouté, vous-même, et qu’aujourd’hui vous ayez été à même de faire le premier pas.

Se fendant d’un nouveau sourire encourageant, Leone se montre plus prudent vis-à-vis de son patient. Comprenant que certains sujets sont pour le moment trop difficiles à aborder - quoi que Rizzen ait fait cet effort pendant un moment -, il ne rechigne pas un seul moment, inscrivant sur le papier comme dans son esprit les premières limites à leur échange. Content que sa réponse positive ait l’air de soulagé le jeune homme, le borgne opine légèrement du chef.

— Ne vous en faites pas, je n’ai aucunement envie de faire de ces discussions un calvaire pour vous et je comprends que ce sujet soit difficile à exprimer. Je vous avais demandé d’être sincère avec moi, il y a un moment, et bien cela vaut également pour vos limites et envies : s’il est trop dur pour vous d’aborder certains sujets ou si au contraires certains vous semblent nécessaire, n’hésitez pas à me le dire.

S’il avait été nécromancien, il aurait bien voulu être en mesure de lire dans les pensées des autres. Sa vilaine curiosité ayant toujours été l’un de ses plus grands défaut - quoi qu’il s’emploie à respecter les frontières personnelles et les espaces vitaux… en général -, voir qu’un certain vampire boule à facette parvient sur grand écran à faire ce qui lui prend en général plusieurs semaines ou mois de thérapie l’a tout simplement dévasté - et rendu très jaloux, lui aussi voudrait briller comme ça. En vérité, Leone voudrait tout simplement savoir ce que pensent les gens pour mieux s’adapter à leur comportement, pour mieux les envisager et les comprendre. Aussi malsain un tel pouvoir serait-il, il lui serait plus qu’utile.

Hochant la tête avec un sourire, Leone ne se lève donc pas pour remplir à nouveau le verre de son patient. Néanmoins, sa comparaison lui arrache une moue perplexe. Comme de son vivant ? Parce qu’il buvait déjà des litres d’eau ? Notant simplement qu’il faudrait penser à l’avenir à lui proposer un verre d’eau avant le début des séances, le psychologue ne se formalise pas du reste, écoutant simplement Rizzen livrer plus de détails sur son pouvoir.

Il est donc un jardin sur pattes. C’est une première. Le Sicilien n’avait jusqu’alors jamais vu de pouvoir en lien avec la nature, ou du moins pas d’aussi près. Attentif au moindre détail, sa joue vient naturellement trouver le sommet de ses phalanges tandis qu’il observe Rizzen et tente de mettre des images sur les explications de ce dernier. S’il décide un jour de se lancer dans le commerce de potion et qu’il parvient à obtenir les plantes qu’il désire sur sa peau, il gagnerait un temps et un gain monstrueux par rapport aux autres.

Quelqu’un a-t-il déjà fait des recherches sur les pouvoirs des nécromanciens ? Qui sait, peut-être révèlent-ils quelque chose sur leur propriétaire, peut-être sont-ils influencés par leur psyché ? L’idée traverse momentanément le thérapeute, sans qu’il ne décroche son regard du visage de son interlocuteur.

Plissant l’œil, Leone se crispe lorsque Rizzen évoque d’un air distrait le fait de retirer les racines. A-t-il conscience de s’amputer à chaque fois d’une petite partie de lui-même ? Ou bien voit-il ces pousses comme un parasite, un corps complètement étranger au sien ? Reportant ces questions sur le papier, le Sicilien ne peut s’empêcher d’éprouver une intense curiosité à ce sujet, sans pour autant chercher à briser son engagement auprès de son patient.

S’imaginant sans mal son patient devoir s’arracher la peau à cause de quelque grosses racines, le Sicilien ne peut s’empêcher de grimacer à cette image. Le jeune homme, en revanche, se contente de soupirer, comme s’il s’était fait à cette douleur avec le temps.

— Oui, je comprends parfaitement, commence-t-il en dardant sur la main de Rizzen un air songeur. Loin de moi l'envie de vous forcer à vous faire du mal pour satisfaire ma propre curiosité, rassurez-vous.

Assemblant petit à petit les pièces du puzzle étonnant qu’est le pouvoir de son patient, Leone ne se lasse pas d’en apprendre davantage, souriant lorsqu’il apprend qu’effectivement, c’est plutôt utile pour la fabrication de potion. Un herbier ambulant, c’est tout de même extrêmement pratique.

La proposition de Rizzen le fige sur place. Un peu surpris, il se fend d’une moue embarrassé.

— C’est vrai ?

Tentant de reprendre son assurance - parce qu’il est un peu sensé être psy -, il s’éclaircit la gorge avant d’offrir son plus grand sourire au jeune homme.

— Si vous le voulez bien, j’en prendrai grand soin. On pourra voir ça à la fin de la séance, si vous voulez… sauf si vous préférez vous en débarrasser maintenant, reprend-t-il en réfléchissant rapidement.

A-t-il déjà eu la main verte ? A part pour arracher ou acheter des fleurs destinées à ses dulcinées, il n’en a pas le souvenir.

Il ne faut jamais dire jamais.
ft. Rizzen
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty #27le 29.08.19 4:26
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Rizzen Arai
végétal à bien des niveaux 🌱

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 As64OwE28/100Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 EeIQN7j  (28/100)
× Présence: présent
× Evolution : Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 FBQqP15Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 CvBG396Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty × Age de la mort : 25 Masculin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : Lucas Anglade - Graineliers / Riku Kurose - 10 Count
× Pouvoir : Contrôle végétal (pousse à partir de son corps)
× Logement : Maison de Rizzen & Leone
× Métier : Étudiant
× Epitaphes postées : 1973
× Øssements1003
Féminin
× Inscription : 17/06/2019
× Surnom : la laitue romaine
× DCs : Lindsay Grant
Rizzen Arai
végétal à bien des niveaux 🌱
http://www.peekaboo-rpg.com/t4899-rizzen-arai-se-relever-http://www.peekaboo-rpg.com/t4932-rizzen-vegetal-a-bien-des-niveauxhttp://www.peekaboo-rpg.com/t5128-rizzen-arai-deathbook
Hurt my Feelings
Ton regret de ne pas avoir consulté plus tôt est rapidement chassé par Leone. Ce qu’il te dit fait du sens. Il est donc inutile de te marteler toi-même avec cela ou de continuer de croire que le premier pas aurait pu être fait avant. En hochant doucement la tête, tu lui réponds. « Vous avez raison. Je suis assez... » Tu cherches ton mot. Un mélange de content et de satisfait, mais ça ne te vient pas. Tant pis. « Satisfait de moi-même finalement. » Ce n’est pas facile, clairement. Tu l’exprimes aussi, étant soulagé de savoir que tu peux te permettre d’être vraiment honnête et de pouvoir poser tes limites, dans une certaine mesure. Un jour ou l’autre, il faudra affronter les sujets les plus délicats, sauf que tu crois qu’à ce moment, tu seras préparé en conséquence. Pas comme aujourd’hui. « Je serai honnête alors, tout sera plus facile. » Un sourire prend place sur tes lèvres. Vraiment, tu penses que tu ne pouvais pas tomber mieux. Est-ce à cause de l’attirance physique que tu as l’impression de pouvoir lui faire déjà pleinement confiance? Malgré le fait qu’il peut à tout instant s’amuser de ladite attirance? En tout cas, tu ne voudrais pas d’un autre psychologue, surtout pas après ce qu’il a fait plus tôt pour te faire comprendre que tu n’es pas seul dans ta situation et qu’il l’a déjà vécue. Ça contribue assurément à te faire avoir confiance. Puis, n’est-il pas beau avec ses sourires? Oh oui.

Parler de ton pouvoir à un psychologue ne te dérange pas plus que ça. Il n’essaie sûrement pas d’exploiter ton pouvoir ou le fait que tu sois en mesure de concocter des potions. Surtout le deuxième, tu débutes à peine alors le niveau n’y est pas du tout. Puis, Leone semble très intéressé, t’écoutant avec attention. Ton regard ne le lâche pas vraiment, se perdant dans ses traits que tu aimes détailler. Et cette façon qu’il a de poser sa joue sur ses doigts, hum... Par contre, tu assistes à d’autres réactions moins positives de sa part, mais tu peux comprendre que ça ne lui plaît pas d’apprendre que son patient doit se blesser pour une plus grande utilisation de son pouvoir. S’il s’en était réjoui, autant dire que tu n’aurais pas apprécié. Ou s’il avait absolument tenu à voir tes capacités en action. C’est donc un soulagement d’apprendre que sa curiosité ne va pas si loin. Un sourire en réponse, puis tu enchaînes sur une autre explication. « Quand j’ai peur, je ne contrôle pas non plus les pousses qui peuvent être des branches. En fait, c’est comme ça que j’ai découvert mon pouvoir. » Ton regard vient se poser sur le début de plante sur ta main tandis que tu te remémores ce moment. « Mon imbécile de frère, distrait comme il est, a failli se jeter devant une voiture en traversant sans regarder. Je sais qu’on ne peut pas mourir ici, mais je l’ai arrêté parce qu’une branche a poussé très rapidement à partir de la paume de ma main pour s’enrouler sur son bras. Ça a été compliqué de m’en débarrasser, les racines remontaient sur mon avant-bras... » Nouveau soupir. Au moins, l’incident a été évité et c’est tout ce qui compte.

L’histoire racontée, tu proposes à Leone de garder la pousse, puisqu’elle semble vraiment le fasciner. Néanmoins, tu ne croyais pas obtenir une réponse positive, alors en entendant la question et en voyant cette expression qui passe sur son visage, tu en es toi aussi surpris. Il se reprend sans attendre, te faisant de nouveau sourire. Surtout face au fait qu’il en prendra grand soin et à ce grand sourire qui te fait presque rougir. Tu comprendrais qu’il n’ait pas le pouce vert. En tout cas, il ne te vient pas à l’esprit qu’il accepte simplement pour paraître poli, sauf que tu précises tout de même. « Ne vous sentez pas obligé surtout, bien que vous me semblez honnête. Ça peut attendre à la fin de la séance oui, ce n’est pas pressé de la retirer. » Et puis... en attendant à la fin de la séance, ça te permettra de passer plus de temps en sa compagnie, non? Te voici de nouveau pensif après cette réflexion, essayant de la chasser pour te concentrer sur la discussion. Jusqu’à quel point dois-tu détailler ton pouvoir? Après tout, c’est de l’ordre du privé ce que tu fais avec et tu ne vois pas en quoi ça l’aidera pour la thérapie... « Est-ce que vous avez besoin de plus de précisions ou d’information au sujet de mon pouvoir? Il me semble avoir fait le tour des grands points. »

Peut-être a-t-il d’autres questions à ce sujet ou sur d’autres sujets, tu es ouvert. Tant que ça ne concerne pas ton amputation ou le monde sportif, tu ne te sens vraiment pas d’en reparler...

Codage par Libella sur Graphiorum
Afficher toute la signature


Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Signa11
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty #28le 19.10.19 14:28
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Leone J. Chiaramonte
Mascotte de bordel ☽ Preux Sicilien ☾

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 As64OwE44/100Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 EeIQN7j  (44/100)
× Présence: présent
× Evolution : Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 4Ct5J6SHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 131
× Logement : Maison de Rizzen & Leone
× Métier : Psy
× Epitaphes postées : 317
× Øssements1469
Féminin
× Inscription : 21/03/2018
× Surnom : l'anémone
× DCs : Mitsuko Shinoda & Pandora R. Bahatóris
Leone J. Chiaramonte
Mascotte de bordel
 ☽ Preux Sicilien ☾

http://www.peekaboo-rpg.com/t3003-leo-when-the-devil-wants-to-puhttp://www.peekaboo-rpg.com/t3013-leo-we-re-all-of-us-haunted-and-haunting
Take a breath.
Le regard de Leone glisse vers son patient dont les traits passent rapidement d’une émotion à une autre, preuve qu’au moins, il est ouvert aux paroles du thérapeute. Une moue bienveillante collée sur son demi-minoi, il opine légèrement du chef tandis que le jeune homme met des mots sur ce qu’il ressent.

Son sourire achève de conforter le Sicilien, persuadé à présent qu’il n’a pas commis trop d’impairs à l’égard de son pauvre patient, qu’il n’a pas hésité à pousser dans ses retranchements dès la première séance. Quelque part, la partie la plus amusée de son esprit ne peut s’empêcher de lui suggérer que c’est bien cette façon d’agir, de rompre les limites imposées par le professionnalismes pour aller jusqu’à entrer en contact avec le nécromancien, qui a aidé ce dernier à mieux se sentir face à ce psychologue aux allures de pirate et à l’accent prononcé.

Loin de vouloir aller plus loin ou de chercher à désemparer plus que nécessaire Rizzen, Leone ne dévoile pas ses pensées à ce sujet. Si son patient remet les pieds dans son cabinet, le borgne aurait tout le temps d’abuser à outrance de l’attirance qu’il éprouve.

Toujours aussi proche, mais les mains sagement posées sur les accoudoirs de sa chaise et son stylo posé sur son carnet, il écoute attentivement le nécromancien parler de son fascinant pouvoir, visiblement provoqué par ses émotions. Intérieurement, il ne peut s’empêcher de sourire en repensant à cette fleur apparue tout à coup, comprenant soudain la raison qui se cache derrière cette éclosion soudaine.

S’il continue à jouer avec les émotions de Rizzen, Leone ne peut s’empêcher de s’imaginer finir avec un jardin entier de fleurs et plantes ramenées de leurs séances…

Un sourire mutin s’étire sur ses lippes amusées l’espace d’un instant seulement, alors que son patient entame le récit de l’accident qui a provoqué l’apparition de son pouvoir. Hochant à nouveau la tête, le psychologue imagine sans mal la scène. Finalement, le fait que son pouvoir ait été déclenché par une émotion aussi forte que la peur - même irrationnelle dans ce monde - de voir mourir son frère prend tout son sens.

Son soupire n’est pas non plus très difficile à comprendre, mais Leone se garde d’entamer à nouveau une discussion au sujet du jumeau de Rizzen, l’heure tournant sur le cadran au creux de son poignet, auquel il jette quelque coups d’œil rapides de temps à autres.

Excité à l’idée de pouvoir observer de plus près son pouvoir, mais aussi la pousse qui en est issue, et parce que le naturel revient à la charge un peu trop facilement chez lui, le borgne ne peut s’empêcher de témoigner son intérêt pour la future plante.

— Obligé ? Non, du tout, si je n’en voulais pas je n’aurais pas accepté, nous avons décidé d’être honnête l’un envers l’autre, non ? Et bien je ne vous mens absolument pas lorsque je dis vouloir garder cette pousse.

Nouveau sourire à l’attention de son patient, rapidement chassé pourtant par l’hésitation. Ah. Mais au Japon, ça ne se fait pas d’accepter aussi vite un présent… sans rien donner en échange, qui plus est, du moins, c’est ce qu’il lui semble. Le cérémoniel de politesse japonais a encore tant de variables qu’il lui est impossible de s’approprier qu'il en criserait presque.

Il hésite à lui en parler.

— Non, merci pour tous ces renseignement, j’avoue que cela relève aussi de ma propre curiosité, mais ce sont des renseignements très intéressants, je pense, même pour nos séances. N’hésitez pas à me parler des moments où votre pouvoir s’est manifesté, surtout.

Réfléchir aux causes de ces moments incontrôlés pourrait effectivement s’avérer enrichissant dans le cadre de leurs échanges.

Sous un masque d’impassibilité, Leone est cependant loin d’être aussi assuré qu’il n’y paraît, véritablement soucieux d’avoir commis une sorte d’impair culturel, le genre de chose qu’il s’efforce d’éviter autant que faire se peut dans son métier. Mais en parler à son patient améliorerait-il les choses ? Il se le demande bien.

Leone ou comment passer un siècle ou presque au Japon sans en connaître les usages.

Et puis merda, hein.

Loin de vouloir paraître mal éduqué ou complètement à côté de la plaque, le Sicilien joint ses mains sur ses genoux en cherchant le regard de Rizzen, comme pour y lire une réponse.

— C’était impoli de ma part, peut-être, d’accepter comme ça ?

Une préoccupation sincère s’étale sur son visage, sourcils arqués par l’interrogation et le doute.
ft. Rizzen
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty #29le 21.10.19 3:21
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Rizzen Arai
végétal à bien des niveaux 🌱

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 As64OwE28/100Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 EeIQN7j  (28/100)
× Présence: présent
× Evolution : Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 FBQqP15Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 CvBG396Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty × Age de la mort : 25 Masculin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : Lucas Anglade - Graineliers / Riku Kurose - 10 Count
× Pouvoir : Contrôle végétal (pousse à partir de son corps)
× Logement : Maison de Rizzen & Leone
× Métier : Étudiant
× Epitaphes postées : 1973
× Øssements1003
Féminin
× Inscription : 17/06/2019
× Surnom : la laitue romaine
× DCs : Lindsay Grant
Rizzen Arai
végétal à bien des niveaux 🌱
http://www.peekaboo-rpg.com/t4899-rizzen-arai-se-relever-http://www.peekaboo-rpg.com/t4932-rizzen-vegetal-a-bien-des-niveauxhttp://www.peekaboo-rpg.com/t5128-rizzen-arai-deathbook
Hurt my Feelings
Cette première séance se déroule mieux que tu l’appréhendais. Certes, il y a eu des moments plus difficiles, il aura fallu briser tes défenses, mais au final, ce ne fut pas des plus ardu. Leone a un je ne sais quoi qui te plaît bien et qui te met en confiance pour te confier. Un je ne sais quoi autre que l’attirance physique ressentie. Tu ne portes pas attention au temps qui passe, bien que tu commences à te douter que la fin sera pour bientôt. Au moins, il y aura moyen de rester un peu pour la pousse, c’est déjà ça. C’est selon s’il a d’autres clients après toi, aussi. L’éventualité de devoir te presser ne te plaît pas.

Bref, après avoir parlé en long et en large de ton pouvoir — du moins, c’est l’impression que tu as — tu enchaînes sur la pousse sur ta main. C’est un peu la surprise que Leone accepte de l’avoir. Tu croyais qu’il te trouverait étrange ou qu’il ne voudrait pas s’en encombrer. Puisqu’il paraît honnête, tu n’insistes pas davantage, et il te reprend quant au fait que vous vous êtes dit plus tôt d’être honnêtes un envers l’autre. « Oui c’est vrai. Je suis content alors que vous soyez vraiment intéressé à la garder. » Un sourire se dessine sur tes lèvres en réponse au sien. Pourquoi es-tu si content? Peut-être parce que lui laisser une part de toi te fait plaisir. Bien que tu ne considères pas ces pousses comme une vraie part de toi. C’est plutôt compliqué à ce niveau. Quelque chose dont il vous faudra discuter éventuellement, sans doute. Ça serait important pour que tu comprennes tes propres réflexions un peu contradictoires sur le sujet.

Ensuite, tu t’assures que ton interlocuteur n’a plus d’autres questions ou besoin d’informations quant à ton pouvoir, ne sachant plus quoi dire à ce propos. S’il t’avait relancé, ça aurait aidé. Un sourire plus timide fait son apparition sur ton visage après ses mots. « Je crois que c’est normal d’être curieux face à cela. Ce n’est pas tous les jours qu’on voit des plantes pousser sur quelqu’un », dis-tu en riant. « J’aimerais bien avoir plein contrôle de mon pouvoir cela dit. J’imagine que ça viendra avec de la pratique et du temps. » Les poussées imprévues te saoulent, c’est le moins qu’on puisse dire. Tu voudrais ne plus les subir, sauf que ça ne fait pas si longtemps que tu es un nécromancien. Avec des études aux Catacombes, ça aiderait la cause... « J’essaierai de penser à ces moments alors. Il y en a quelques-uns, mais j’ignore s’ils sont tous pertinents. » Il vaut peut-être mieux faire un tri dans ceux qui sont les plus marquants, mais il te dira ce qu’il en pense.

Pour la suite, tu ne t’attendais pas à une telle question. En effet, Leone revient sur la pousse, te demandant si c’était impoli d’accepter ce cadeau. Une légère surprise passe sur ton visage, avant de se changer en nouveau sourire plus amusé. Ton côté taquin te hurle de le faire marcher pendant quelques instants, mais ne sachant pas définir les limites de votre échange — après tout, c’est une première — tu n’oses pas. Une prochaine fois, peut-être. « Non du tout, ne vous en faites pas. Je suis certes japonais, mais j’ai passé tellement de temps à l’étranger, à apprendre d’autres mœurs et coutumes que je ne suis pas si formel. » Ton jumeau et toi n’êtes pas très attachés aux traditions japonaises. Un peu moins toi que lui cela dit. Bref, tu ajoutes une autre précision. « Et je suis un esprit assez rebelle. J’ai tendance à rejeter tout ce qui est trop rigide. D’où le fait que j’avais une relation assez conflictuelle avec ma mère... » Soupir. Pourquoi fallait-il qu’elle revienne sur le sujet. L’envie n’y est pas du tout. « Par contre, j’admets que je n’ai pas la motivation en ce moment pour parler d’elle. J’en aurais trop à dire, je crois. »

Au moins, tu en as conscience. Il faudra un jour ou l’autre l’aborder pour être plus serein, bien que tu te maudis de n’avoir jamais pu réellement la confronter. Il te faudra apprendre à vivre avec le fardeau de tout ce que tu mourais d’envie de lui dire. « J’ignore combien de temps il reste, mais est-ce qu’on s’occupe de cette pousse? » Tentative de changement de sujet faite.

Codage par Libella sur Graphiorum
Afficher toute la signature


Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Signa11
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty #30le 24.10.19 9:05
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Leone J. Chiaramonte
Mascotte de bordel ☽ Preux Sicilien ☾

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 As64OwE44/100Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 EeIQN7j  (44/100)
× Présence: présent
× Evolution : Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 4Ct5J6SHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 EmptyHurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty
Hurt my Feelings [flashback] - Page 3 Empty × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 131
× Logement : Maison de Rizzen & Leone
× Métier : Psy
× Epitaphes postées : 317
× Øssements1469
Féminin
× Inscription : 21/03/2018
× Surnom : l'anémone
× DCs : Mitsuko Shinoda & Pandora R. Bahatóris
Leone J. Chiaramonte
Mascotte de bordel
 ☽ Preux Sicilien ☾

http://www.peekaboo-rpg.com/t3003-leo-when-the-devil-wants-to-puhttp://www.peekaboo-rpg.com/t3013-leo-we-re-all-of-us-haunted-and-haunting
Take a breath.
Bien qu’il puisse paraître d’un naturel direct, il arrive à Leone de douter de l’image qu’il véhicule, soucieux de ne blesser personne, encore moins ses patients. C’est pour cela qu’il tient à clarifier ses propos, à insister sur sa bonne foi, le tout avec la maladresse qui caractérise les gajin.

Si le léger sourire de Rizzen rassure quelque peu son esprit agité, cela ne suffit pas à écarter tous les doutes qui planent sur son comportement. Devrait-il lui avouer qu’il n’a jamais vraiment cherché à cultiver de jardin depuis sa mort ? Il ne vaut mieux pas, son patient pourrait presque s’imaginer qu’il souhaite tuer ce petit bout de lui en le noyant sous des trombes d’eau.

— Effectivement ce n’est pas commun, j’espère que vous avez les pouces verts en tous cas, avec tout ce qui vous pousse dessus ! ironise le Sicilien avec un léger rire, essayant de se détendre.

Hochant plus sérieusement la tête face aux hypothèses de Rizzen, Leone ne les confirme pourtant pas, trop préoccupé par sa question - c’est que certains patients ont la fâcheuse tendance à ne pas apprécier son côté trop ouvertement occidental, dont il ne veut ni ne peut cependant se défaire.

L’air surpris, le jeune homme lui répond pourtant de sorte à le rassurer. L’air de rien, les informations qu’il lui livre en guise d’explications viennent tout naturellement trouver leur place dans le dossier mental qu’il a déjà commencé à construire au sujet de son patient.

Echappant un rire soulagé, Leone s’enfonce dans son siège en écoutant la suite des paroles du nécromancien qui lui fait face.

— Ne vous en faites pas, je n’ai pas l’intention de vous faire parler de sujets qui ne vous conviennent pas tant que vous ne vous en sentez pas prêt, assure-t-il d’un ton bienveillant.

Il marque une pause, prend un instant pour trouver ses mots.

— Vous me rassurez, en tous cas, je bouscule parfois les coutumes de ce pays, j’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur, ajoute-t-il dans un sourire.

Marquant une pause, il reprend rapidement :

— Pour en revenir à votre pouvoir, sa maîtrise dépend complètement de son détenteur, cela peut prendre plus ou moins de temps, mais petit à petit vous aurez plus de contrôle sur ces pousses, tout comme sur vos émotions, peut être…

Il se permet un nouveau clin d’œil malicieux.

— Tous peut-être pas, non, mais ça c’est à vous de voir, je ne souhaite pas me montrer intrusif et vous demander un rapport complet de chaque manifestation, mais certains événements peuvent avoir un impact particulier sur votre pouvoir, signifiera quelque chose… comme aujourd’hui, peut-être ?

Un sourire taquin étire les commissures de ses lèvres, mais il ne laisse pas planer plus longtemps les sous-entendus, passant rapidement à autre chose.

La proposition de Rizzen lui arrache un hochement de tête positif après avoir brièvement regardé sa montre. Oui, la séance touche à sa fin. Ce qui signifie qu’il va devoir trouver le moyen de charcuter son patient, ou quelque chose dans le genre.

Se levant de son siège, il vient déposer son carnet et son stylo-plume sur son bureau.

— Vous avez raison, il est temps de s’y attaquer.

Réfléchissant à la manière dont ils vont devoir s’y prendre, Leone a du mal à imaginer la scène. Pire, il commence à se demander si c’est vraiment une bonne idée.

Revenant vers Rizzen, il se penche vers la pousse, une moue préoccupée sur le visage. Sourcils froncés, il fait part de ses interrogations à son patient, grattant d'une main une barbe imaginaire.

— Comment ça se passe, exactement ? De quoi vous servez-vous pour extraire les plantes ? N’allez-vous pas avoir mal, encore une fois ?

Perplexe, le psychologue s’imagine mal prendre des sécateurs pour s’occuper de cette pousse sur la main de son patient. Il cherche donc sur le visage de Rizzen les réponses à ses inquiétudes, scrutant ses traits de son orbe ambré.
ft. Rizzen
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Contenu sponsorisé
Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Réponse rapide :

N'oublie pas de valider le captcha avant de partir, sinon le message ne sera pas envoyé :(


forums partenaires devenir partenaire