en partenariat avec...
Nano RoleplayEsquisseJust MarriedMaster PokéThe Holiday ScamGifted
Recherche
Recherche avancée
Annonces
Y'en a pas d'annonces actuellement, si c'est pas malheureux.
En attendant de nouvelles annonces, on t'invite à zieuter les carnets qui n'ont pas encore eu de réponse : Haruki Matsuoka, Zachary Harper, Reina Makoto, Taichi Haru, Nemo Reed, Yukimura Arai

Contre professeur de fortune bon cœur (libre)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty #1le 07.07.19 6:34
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Viktor Von EisenHändler
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) CWaNe6l

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) As64OwE52/100Contre professeur de fortune bon cœur (libre) EeIQN7j  (52/100)
× Présence: présent
× Evolution : Contre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 956
× Avatar : Un cado par Milo :>
× Pouvoir : Vision de la mort
× Croisée avec : son armure
× Logement : Domaine d'Azra'êl & Viktor
× Métier : Croisé, forgeron, dompteur d'ours et amateur de guimauve
× Epitaphes postées : 737
× Øssements416
Masculin
× Inscription : 05/01/2019
× Surnom : l'alligator
"La justice n'est que punition, j'en déciderai le degré et la rendrai"
http://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4248-viktor-von-eisenhanhttp://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4357-le-journal-intime-de-viktor
Contre professeur de fortune bon coeur
Enseigner aux catacombes avait toujours été une envie non dissimulée de Viktor, mais son emploi du temps chaotique et imprévisible l'avait souvent démotivé à se lancer dans l'éducation. Malgré sa résignation face au manque évident de temps libre dans son quotidien, quelques événements dérangeants étaient venus le chercher. Des rumeurs incessantes et effroyablement similaires étaient parvenues à ses oreilles, prétendant que l'un des enseignants en place était un voleur, et non content d'une réputation si mauvaise, doublé d'un menteur compulsif. Le croisé n'avait de toute évidence pas le temps de s'occuper de tous les hypocrites de la terre, mais celui-là avait subtilisé un bijou que le maître forgeron avait lui-même offert à une de ses innombrables connaissances, un crime qui, vous l'aurez compris, était impardonnable et méritait sanction. Viktor seul saurait dire si le malheureux avait eu le temps de fuir Tokyo en entendant que le zombie avait enquêté sans se cacher pour le retrouver, ou s'il avait disparu de la circulation du jour au lendemain pour n'être revu que dans de si nombreuses années...

Quoi qu'il en soit, les pauvres âmes hantant l'université s'était retrouvée sans leur professeur pendant plusieurs jours, ou du moins c'est ce que supposait Viktor, qui ne concevait même pas qu'on puisse remplacer si simplement un être humain. Après une hésitation de quelques dizaines de minutes, il avait décidé d'assurer son cours à sa place quitte à repousser à plus tard d'autres affaires, mais n'y ayant jamais payé attention, il n'avait pas la moindre idée de ce qu'enseignait le dit professeur démis malgré lui de ses fonctions.

C'est pourquoi la porte d'une salle de classe qu'il avait plus ou moins supposé être la sienne s'ouvrait à une heure qu'il supposait être la bonne pour laisser entrer l'armure ambulante et surtout son propriétaire. Il était en réalité venu sans demander la permission ni aux directeurs de l'établissement, ni à qui que ce soit d'autre tout compte fait, mais quiconque tenterait de le déloger de son nouveau poste allait sûrement faire un détour à l'infirmerie avant de rentrer chez lui. Pour son plus grand bonheur, quelques élèves se trouvaient dans la salle, certains assez vieux pour être ses collègues même, mais il n'en avait en réalité cure. Voir certaines de ces innocentes âmes s'étonner de sa présence le remplissait d'une excitation nouvelle. Comme si tout était normal, il prenait place derrière un bureau et posait sa masse sur le même pour partager son savoir. Le chahut naturel que cause les étudiant n'avait pas pour autant stoppé, et Viktor levait assez brutalement la voix sans mauvaises intentions pour se faire entendre.

"Votre précédent enseignant a eu de graves troubles dans sa vie personnelle, et me sentant en partie responsable je viens m'assurer en personne que son cours soit dispensé de sorte à ce que vous ne deveniez pas stupides en son absence." Ne connaissant aucunement les conventions de l'enseignement, et encore moins les convention modernes qui ne s'accompagnaient pas de coups de ceinture comme à l'époque où il apprenait la forge, il avait oublié de se présenter et même de demander un minimum de discipline avant de faire trembler les murs en hurlant par delà le brouhaha. Il fallait croire que sa voix de titan enragé avait un certain côté menaçant puisque le silence était revenu. "Bien, commençons, que vous apprenait-il exactement comme sujet? Non, tout compte fait ce n'est probablement pas intéressant. Que voulez-vous apprendre? Je vous laisse cinq minutes pour trouver un intérêt commun."


auf:
Mc'do l'a dit alors venez comme vous êtes, quel que soit votre rôle à jouer dans cette pièce, l'important c'est de rigodrôler. Sauf si vous voulez que ça parte en drama. Je sais pas vous êtes des êtres humains libres faites vos choix vous-même que diable
Afficher toute la signature


Contre professeur de fortune bon cœur (libre) 4pt6
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty #2le 25.08.19 17:26
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Haruki Matsuoka
Lémure

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) As64OwE0/15Contre professeur de fortune bon cœur (libre) EeIQN7j  (0/15)
× Présence: présent
× Evolution : Contre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty × Age de la mort : 20 Féminin
× Age post-mortem : 21
× Avatar : Makise Kurisu (Steins;Gate)
× Appartement : Gagarine
× Métier : Sans emploi
× Epitaphes postées : 480
× Øssements888
Féminin
× Inscription : 04/08/2019
× Surnom : le ouistiti
Lémure
http://www.peekaboo-rpg.com/t5049-haruki-matsuoka-s-amuser-diteshttp://www.peekaboo-rpg.com/t5096-haruki-matsuoka
Débutons par le début de la journée. Retournons en arrière pour décrire l'enchaînement d'évènements qui a mené à l'instant t. Non sérieusement ? Epargnons nous tout cela. Surtout avec Haruki. Pour que les choses soient bien faite, il faudrait rentrer dans le détail et là sur le moment, il y a mieux à faire. Contentons-nous d'un simple résumé.

Les semaines depuis l'arrivée de la jeune femme dans le Tokyo des morts se suivaient les unes les autres, sans discontinuer. Il n'y avait pas eu de grande révélation sur la raison de sa présence ici. Après tout, comme elle l'avait pensé tout haut ce jour-là, alors que sa mort défilait sur un écran, être dans cet endroit était plus une plaie qu'autre chose. Le fait qu'on la prive du repos éternelle qu'elle avait désiré était un brin frustrant. La Lémure avait toutefois décidé d'accorder quelques temps à ce monde. S'il ne l'avait pas laissé mourir pour de bon, qu'il lui prouve au moins qu'elle avait eu tort. C'était pour cela après tout qu'elle se trouvait là. S'amuser... Quelle idiotie. S'attendaient-ils à ce que s'éveillent en elle une subite envie de faire des conneries en tout genre ? Ils avaient vraiment tiré  le mauvais numéro.

Mais qu'importe. Puisque sa mort définitive était en sursis, il lui fallait bien refaire un semblant de vie. Elle y pensait. Fallait-il retrouver un travail ? S'inscrire dans un groupe quelconque lié aux rares centres d'intérêts qu'elle avait de son vivant ? Essayer d'accomplir quelque chose qu'elle n'aurait pas réussi précédemment ? Après tout, elle avait du temps à tuer. Finalement, ayant entendu parler de l'université, Haruki s'était donné comme objectif d'aller voir à quoi cela ressemblait.

Reprendre des études ? Je ne suis pas chaude à cette idée. Quand je me suis rendue compte de la catastrophe que c'était, même encore vivante, j'ai jeté bien loin cette éventualité. Est-ce que les morts sont plus compétents dans le domaine de l'enseignement ? On va bien voir.

L'avantage non-négligeable de pouvoir assister aux cours voulus et autant qu'on le désirait (notamment une seule fois), pencha en faveur d'un essai. C'est ainsi que la demoiselle avait trouvé le chemin des Catacombes puis celui d'une classe qu'elle choisi un peu au hasard. Enfin pas entièrement non plus. Quitte à choisir un cours, elle en avait pris un, censé étendre son savoir sur le monde des morts. Elle avait écarté les lectures pour personne tout juste arrivée ayant besoin d'être guidée pas à pas. Dans la session choisit, en revanche, on lui apprendrait peut-être quelques petites choses intéressantes sur son nouvel environnement. Mais elle ne savait pas encore que la journée allait sortir quelque peu de la norme.

Voilà donc la salle de classe. Rien de trop surprenant pour le moment. À voir quelques uns, je me croirais presque dans une université normale. Non, décidément, rien qui m'ait manqué. Dire qu'il y en a qui y passe des années entières. Pour quoi en plus ? Ca me fait bien rire. En tout cas, maintenant que je suis là, autant m'installer.

Par réflexe, elle choisit une table où personne n'était encore assis à proximité. Faire ami-ami dans ce genre de situations, ce n'était vraiment pas son délire. Et puis, elle préférait avoir la paix pour observer aussi bien ses "camarades" de classe que son enseignant pas encore arrivé pour l'heure. Seconde manie, elle retira une pochette avec des feuilles et un crayon. Les feuilles devant elle et le crayon dans sa main, elle était parée pour attendre que le professeur point le bout de son nez. Elle écoutait distrairement les conversations d'autres étudiants quand un nouvel individu fit son entrée dans la pièce.

Tiens, en voilà un qui vient en armure. Pourquoi pas après tout. C'est lui que ca regarde. Ah, mais c'est lui notre prof ? Je pense que c'est la première fois que je vois un enseignant donner cours en armure et avec une arme dans les mains autre qu'un tas de polycopiés. Est-ce que c'est légal d'ailleurs ? Hmm, peut-être. Après tout, les lois qui s'appliquent chez les morts ne sont pas forcémment les mêmes que dans le monde des vivants. Il faudra que je me renseigne là-dessus d'ailleurs. C'était pas super là-bas, mais quelques trucs me dérangent ici aussi.

Eh beh. On dirait presque que vous venez d'avouer lui avoir réglé son compte. Faites attention à vos paroles sensei. Ou bien, est-ce que c'est une manière de nous mettre en garde ? Dans tous les cas, l'homme avait réussi à capter l'attention du plus gros de la salle. Je décidais mettre en stand-by mes pensées concernant la législation pour écouter ce que le professeur remplacant visiblement auto-proclamé avait à proposer pour le programme du jour.

Choisir. Ni plus ni moins. Le silence se prolongea, personne n'étant visiblement décidé à suggérer quelque chose. Étaient-ils encore sous le choc de ce remplacement imprévu ou bien n'avaient-ils juste aucune idée d'un sujet à aborder. Personnellement, je sentais quelque chose réagir. Ce n'était certainement pas mon genre. Je détestais être le centre d'attention et lever la main tout au long de mon instrcution était un acte que je répugnais, de même qu'être interrogée. Mais personnage intéressant mérite réaction de ma part. Aussi, je tus la partie de mon cerveau qui mourait d'envie d'analyser les conséquences de mon acte et avant d'accepter de m'en rendre compte, je levais la main pour attirer l'attention.


- S'il s'agit de ne pas nous laisser devenir stupide, des cours de bon sens seraient selon moi une bonne idée.

Je sentais mon coeur battre et désormais, je me rendais compte de ce que je venais de faire mais au moins, c'était fait. Dans la salle, des chuchotements et des petits rires pour certains moqueurs face à ma proposition. Extérieurement, je ne montrais rien si ce n'est un regard vide et un manque de réaction. Mais intérieurement, je  les entendais. Voilà pourquoi je ne voulais pas. Un mélange de crainte d'autre et de colère vis-à-vis de ces idiots qui n'avaient rien de mieux à faire que se foutre de moi. Ou ces autres qui devaient sûrement me regarder avec l'air de dire "Mais qu'est-ce qu'elle raconte celle-là ?" J'en étais certaine, ils me jugeaient. Ils me regardaient. Par précaution, je conservais une attitude détachée, presque hautaine, comme si aucun de ces comportements qu'ils soient vérifiés ou issus de mes angoisses les plus profondes, ne pouvait m'atteindre. Après tout, qu'ils se moquent. Du bon sens, je n'ais malheureusement pas eu l'occasion d'y faire face souvent de mon vivant. Et pas sûr que ce soit offert de manière systématique comme cadeau à l'arrivée dans le monde des morts.
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty #3le 26.08.19 1:32
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Viktor Von EisenHändler
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) CWaNe6l

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) As64OwE52/100Contre professeur de fortune bon cœur (libre) EeIQN7j  (52/100)
× Présence: présent
× Evolution : Contre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 956
× Avatar : Un cado par Milo :>
× Pouvoir : Vision de la mort
× Croisée avec : son armure
× Logement : Domaine d'Azra'êl & Viktor
× Métier : Croisé, forgeron, dompteur d'ours et amateur de guimauve
× Epitaphes postées : 737
× Øssements416
Masculin
× Inscription : 05/01/2019
× Surnom : l'alligator
"La justice n'est que punition, j'en déciderai le degré et la rendrai"
http://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4248-viktor-von-eisenhanhttp://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4357-le-journal-intime-de-viktor
Contre professeur de fortune bon coeur
Le silence qui s'était installé était terrifiant. Certainement pas pour Viktor, lui s'en énervait, mais certains élèves regrettaient déjà d'être venus et le montraient en tirant ces quelques visages qui avouent leur douleur à quiconque pose les yeux dessus. Par chance, une jeune étudiant plus courageuse que les autres osait s'imposer, alors que le zombie cachait involontairement sa rage grandissante. Des railleries et grimaces disgracieuses accompagnaient sournoisement l'intervention, excédant au delà de toute raison l'ancien du village. Non sans grincer les dents, il se devait bien de répondre puisque personne ne protestait à voix haute en prenant le peu de fierté qu'ils avaient bâti pour défendre leurs opinions. Il aurait en temps normal craché du venin moralisateur sur celle qui avait parlé avant d'en recevoir l'autorisation, mais les circonstances rendaient son crime contre l'honneur du croisé excusable.

"Du bon sens oui, vous en manquez tous il semblerait. Je vous ai donné une instruction, celle de débattre d'un quelconque sujet sur lequel j'aurais pu vous éclairer. Vous avez pour la grande majorité d'entre vous décidé d'ignorer mon ordre pour me fixer avec des yeux vides d'intelligence humaine." Viktor se relevait lourdement en faisant crier de douleur les pieds du bureau, y posant une paume et le reste de son poids inimaginable. Il préférait échanger debout, et sermonner aussi d'ailleurs. Le cours qu'il dispenserait serait bien plus personnel qu'utile, mais l'irrespect de la classe méritait une belle correction. "Puisque personne ne reprend votre collègue, j'assume que vous êtes trop pathétiques pour protester vivement ou en accord avec elle, et pour les deux je vous méprise, pas vous cependant demoiselle, je salue votre courage. Le bon sens, ce serait en premier lieu de reconnaître que vous êtes tous, humainement parlant, inférieurs à ma personne. Je conçois que vous ne m'avez probablement jamais vu, mais je me suis présenté comme votre supérieur hiérarchique dans le microsystème de l'enseignement au sein de cette salle, et respecter l'autorité est une base des relations humaines saines. Pour résumer, dans la société "classe", ceux qui ont refusé volontairement de suivre mon ordre et dissuadé les sceptiques sont des nuisibles. Je serai d'une grande clémence et pardonnerai cet affront, le bon sens voudrait que vous m'en remerciez ne serait-ce qu'intérieurement." Il aurait sans doute possible pu continuer pendant de longues heures à expliciter de toutes les manières possibles sa déception ardente face à l'inactivité de tout le groupe, mais ce n'était pas ce pourquoi il était venu.

Il avait pendant près de milles années partagé son savoir et débattu de personne à personne, et trop rarement à des groupes pour que cela se grave dans sa mémoire pour y rester. C'était facilement démontrable de par le fait qu'il ne semblait adresser la parole à personne d'autre que celle qui lui avait répondu quelques instants plus tôt. Par chance, son casque ferré cachait habilement ses yeux pourris qui la fixaient tandis qu'il marchait lentement, pour voyager sur l'espace qui séparait deux murs opposés, les bras croisés dans son dos et le torse droit. Il tentait de lire des émotions sur son visage alors qu'il organisait ses pensées, et reconnaissait un semblant de dédain qui lui plaisait énormément. Le silence presque religieux lui donnait la plaisante impression qu'il avait remis les pendules à l'heure avec les insectes qui ne méritaient pas de recevoir sa sagesse, mais sa vision tordue et malsaine du devoir le forçait à rester. Aussi, il s'immobilisait, et prenait une bruyante et profonde inspiration pour vomir le triste résultat de sa réflexion.

"Reprenons donc sur le sujet, qu'importe votre avis. Le bon sens que j'appellerai désormais la vie en société, est par définition tangible et évolue avec la dite société. Tout d'abord, dans le respect de soi, l'hygiène personnelle en fait notamment partie et à évolué avec le temps. Ensuite, dans le respect d'autrui, humain et autres. Ceux d'entre vous qui sont morts il y a peu risqueraient peut-être de perdre leurs repères ici. Des morts de toute culture se voient pour certains forcés de cohabiter, et le mal nommé "bon sens" peut différer d'une culture à l'autre autour du globe. Sur le même ton, les standards d'aujourd'hui ne sont pas les mêmes que ceux de l'époque durant laquelle massacrer ceux qui nous avaient apporté la médecine et l'algèbre était salué. J'ose espérer que vous avez les codes culturels et historiques pour comprendre ce à quoi je fais référence, sinon quoi je me verrais obligé de vous improviser un cours d'histoire." Conscient qu'il devait tout de même interagir avec des élèves, une habitude qu'il n'avait jamais prise puisqu'il avait la manie de monopoliser la parole, Viktor déployait un effort surhumain pour réprimer son envie de divaguer. Ayant tout de même l'impression de parler à une sorte d'entité ressemblant à un esprit de ruche, il posait la question à ce qu'il supposait être sa représentante, malgré le sinistre accueil des autres, en braquant enfin franchement son regard sur elle et l'accompagnant de son heaume. "Comprenez-vous? Et par vous j'entends chaque individu qui mériterait le tutoiement ici. Je peux encore dans mon immense bonté accorder cinq autres minutes pour que vous puissiez poser la question entre vous, puisque je pense en toute franchise vous intimider."


Bonjour ou nuit mais bonquelquechose:
Enfin quelqu'un répond, un merci est dû et mérité, il est même au milieu de la phrase. Contre professeur de fortune bon cœur (libre) 4126741921
J'ai franchement rien de constructif à dire, hésites pas à utiliser la classe en pnj si ça t'arrange ou faire ce que tu veux, tu es né.e libre
Afficher toute la signature


Contre professeur de fortune bon cœur (libre) 4pt6
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty #4le 27.08.19 10:05
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Haruki Matsuoka
Lémure

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) As64OwE0/15Contre professeur de fortune bon cœur (libre) EeIQN7j  (0/15)
× Présence: présent
× Evolution : Contre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty × Age de la mort : 20 Féminin
× Age post-mortem : 21
× Avatar : Makise Kurisu (Steins;Gate)
× Appartement : Gagarine
× Métier : Sans emploi
× Epitaphes postées : 480
× Øssements888
Féminin
× Inscription : 04/08/2019
× Surnom : le ouistiti
Lémure
http://www.peekaboo-rpg.com/t5049-haruki-matsuoka-s-amuser-diteshttp://www.peekaboo-rpg.com/t5096-haruki-matsuoka
Pas à dire. Il ne semble pas du genre à rire beaucoup. Des  profs qui avaient du caractère, j'ai eu la chance d'en rencontrer un ou deux au cours de ma scolarité. Mais avec un parler aussi franc, sans prendre la peine de mettre des gants, ce doit bien être la première fois. Certainement pour eux aussi. C'est la raison pour laquelle personne ne s'indigne de son comportement. Aussi stupides soient-ils, ils ont encore un semblant d'instinct animal qui leur fait pressentir le danger et leur intime qu'il vaut mieux ne pas se faire remarquer quitte à essuyer quelque méprise que de se rebeller à tort et à travers. Quoique je serais bien curieuse de connaître les conséquences qui attendent un tel insensé. Du reste, l'homme n'est pas que bourru. A voir ce qu'il vient de me dire, je doute qu'il sanctionne une intervention même si c'est pour le remettre en cause, à condition que cette dernière soit amenée correctement. Sans quoi, ce serait montrer ses limites.

Haruki avait développé un brin d'intérêt pour son professeur qui avait été moins ennuyeux en quelques phrases que l'ensemble des conversations qu'elle avait percues avant son entrée en scène. Elle n'en restait pas moins sur ses gardes car s'il ne risquait pas de l'endormir, sa brutalité, en revanche, éveillait ses sens animals. Elle avait toujours été un peu primitive sur certains bords et comme nombre d'animaux qui pouvaient sentir une menace de quelque nature que ce soit, elle se sentait plus farouche et agressive. Nul doute que si l'arme ne faisait pas simplement office de décor, les probabilités qu'un incident suvienne existaient. Or, cette simple probabilité la laissait imaginer que si cette menace était notamment dirigé à son encontre, elle était prêt à violemment y répondre. Fort heureusement, elle avait appris à se contrôler en société et son expression n'évolua pratiquement pas. Tout cela évidemment n'était que prudence et tant que rien ne survenait, elle n'était qu'une élève et lui son enseignant. Ni plus ni moins.

C'est donc avec une attention non-feinte qu'elle écoutait le début d'un cours improvisé sur le sujet à peine choisi. Et sachant qu'il venait lui aussi de découvrir le sujet sur lequel il allait les instruire, il avait l'air à première vue de se débrouiller. Malgré un premier contact assez froid, il donnait désormais son cours comme n'importe quel enseignant le ferait. Peut-être cela aida-t-il à détendre un peu l'atmosphère car les élèves, n'avaient plus à subir directement ses remarques poignantes. Enfin presque plus. Ils pouvaient donc se recentrer davantage sur le savoir qui leur était apporté, comme on le leur avait si longtemps appris. La lémure, elle, écoutait se demandant si ces dires approchaient de la propre réflexion qu'elle pouvait se faire à ce sujet.

L'introduction passée, l'homme en armure marqua une pause durant laquelle il leur autorisa à se concerter et se questionner les uns les autres au besoin. Haruki, ayant vu le heaume se tourner dans sa direction avait, quant à elle, acquiescé. En effet, elle avait bien compris ce qui avait été dit jusque-là. Le tout était de savoir jusqu'à quel point, elle était d'accord ou pas. Mais finalement, avant qu'elle ne relance son interlocuteur, une nouvelle voix se fit entendre dans la salle. La demoiselle tourna la tête pour regarder d'où elle provenait et vit une jeune femme de la vingtaine d'apparence aux longs cheveux blonds remontés en queue de cheval. Ses yeux bleu clair étaient dirigés vers le professeur et elle parlait suffisament fort pour qu'on comprenne qu'elle ne s'adressait pas à un voisin.

- Si le bon sens dépend de la culture et du temps, alors comment savoir qui a raison ? Est-ce qu'il ne devrait pas plutôt être universel ?

Elle n'a pas tort. Je suis d'accord avec ce qu'il a énoncé à savoir que "ce qui est considéré" bon sens varie en fonction du lieu et du temps. Mais voilà. "Ce qui est considéré". Attendons de voir ce qu'en pense cet homme. Mais je dois avouer que je suis plutôt contente qu'elle ait pris la parole. Je préfère nettement écouter les autres débattre que de participer moi-même.

- Mais alors c'est quoi le bon sens en vrai ?

Le voisin de la blondinette, un jeune homme au cheveux noirs légèrement en bataille intervint à son tour, regardant sa collègue puis l'enseignant et de nouveau sa collègue, puisqu'ils étaient les deux seuls à avoir parlé pour le moment, si l'on excluait Haruki qui avait simplement proposé le sujet mais ne s'était pas encore manifestée.

- Si on part du principe du temps et de la culture hein, alors ce serait comme une loi ? Après tout, en fonction du pays la législation n'est pas la même. Dans ce cas, c'est quelque chose qui s'apprend non ? Alors ce serait normal d'avoir des gens qui ont plus de bon sens que d'autres. Enfin... moi je dis ca, c'est ce que je pense. Dans les faits, c'est pas super clair ce que c'est. Pour moi, en tout cas c'est flou...

La plupart avaient juste écouté les deux interventions sans forcémment y réagir mais une ou deux têtes hochèrent légèrement la tête ou murmurèrent discrètement comme pour approuver ce que venait de dire leur camarade. Haruki ne pouvait pas leur en vouloir et sourit même intérieurement.

Eh bien voilà, c'est un début. Forcémment c'est flou si vous ne vous êtes jamais posé la question. Mais si déjà, vous le reconnaissez et que pour la première fois vous êtes amené à réfléchir dessus, ca ne peut que faire du bien. Oh, le chemin est encore long avant d'arriver à rendre les gens censé et ce n'est pas comme si je m'étais donné comme objectif de changer le monde. J'ai bien vu l'inutilité de la chose à plusieurs reprises. Mais bon, puisqu'il n'y avait rien d'autre de prévu. Alors, alors. Voyons comment la discussion va se poursuivre.

Spoiler:
Je t'en prie ! Si j'avais su que je ferais un heureux, j'aurais répondu plus tôt xD

Ca fait un moment que je l'avais vu mais j'ai hésité plusieurs fois avant de répondre, pas à cause de Victor je te rassure =x
J'étais pas sûr de savoir ce que tu voudrais comme RP et si mon perso t'aurait convenu donc bon, mais faut croire que ca va !
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty #5le 27.08.19 23:31
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Viktor Von EisenHändler
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) CWaNe6l

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) As64OwE52/100Contre professeur de fortune bon cœur (libre) EeIQN7j  (52/100)
× Présence: présent
× Evolution : Contre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 956
× Avatar : Un cado par Milo :>
× Pouvoir : Vision de la mort
× Croisée avec : son armure
× Logement : Domaine d'Azra'êl & Viktor
× Métier : Croisé, forgeron, dompteur d'ours et amateur de guimauve
× Epitaphes postées : 737
× Øssements416
Masculin
× Inscription : 05/01/2019
× Surnom : l'alligator
"La justice n'est que punition, j'en déciderai le degré et la rendrai"
http://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4248-viktor-von-eisenhanhttp://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4357-le-journal-intime-de-viktor
Contre professeur de fortune bon coeur
Enfin les langues se déliaient, et ce coup-ci non pas pour médire sur les autres. Viktor levait déjà un doigt comme les anciens patriarches éduquant les plus jeunes, mais le voisin de la courageuse élève répondait avant l'enseignant, ce qui n'eut pas son pareil pour l'enrager, et il avait en plus le culot de dire qu'il n'était pas sûr de ses positions. Viktor avait franchement tenté d'abandonner son acide verbal pour enseigner sainement, mais de graves problèmes de discipline ne pouvaient être ignorés.

"Vermine, toi qui ne mérites pas le titre d'humain... Ta voisine m'a posé une question, aussi stupide soit-elle, le débat se créait entre elle et moi, et tu es venu t'immiscer dans notre conversation sans mon autorisation. Je comptais l'assagir en quelques phrases, et tu oses m'interrompre pour avouer que tu ne comprends même pas le sujet dont tu discutes avec ta voix de crécelle insupportable. J'ose espérer pour ton intégrité physique que tu ne me retrouveras pas au hasard des rues ce soir." Comme pour faire comprendre que ses menaces n'étaient pas creuses, le croisé faisait racler bruyamment la masse sur le bureau pour l'accrocher à sa ceinture. Bien qu'on lui ai irrespectueusement volé son droit de réponse, il se le réappropriait en mettant de côté la remarque du gamin. "Quant à votre remarque mademoiselle... Il en découle une innocence puante qui m'étonne de la part d'étudiants. Je ne peut pas comprendre que vous puissiez encore attendre qu'il y ai une division indéniable et absolue entre le bien et le mal, ou plutôt le bienséant et l'interdit dans ce cas-ci, dans les relations humaines. Il n'y a aucune autorité supérieure qui a dicté ou pensé un bon sens que tous devraient suivre, c'est irréaliste. Chercher le bon sens universel relève d'une naïveté affligeante, rentrez vous une bonne fois pour toutes dans le crâne qu'il n'y a pas de réponse aux questions sur l'éthique humaine, parce qu'aucune morale intrinsèque, innée et commune ne nous donne de code à suivre. Les humains ont créé leurs systèmes, les ont étiquetés justes en dénonçant ceux des autres. Personne n'aura raison, puisque tous auront tort selon leur voisin." Viktor avait dit tout ce qu'il avait à répondre à la pauvre hère. Le petiot avait malgré tout soulevé des points intéressants, et le zombie rebondissait dessus bien qu'il avait insulté celui qui les avait présenté les idées.

"Sa remarque n'était pas le bienvenue, mais elle alimente le débat, je suppose. Comparer la bienséance à une loi est, il me désole de l'admettre, bien vu. On peut transgresser le bon sens, je pense même le faire souvent, et être socialement puni, ou alors s'en tirer sans problème. Pour contextualiser, prenons l'exemple d'il y a quelques instants. Le bon sens voulait que cet insecte ne parle pas, il l'a fait et sera sanctionné s'il ne se terre pas chez lui. Quant à moi, je vous épargne ce que ma colère insinue dans mon imagination, mais la violence est de toute manière contre les règles de vie, et pourtant je ne ferais face à aucune conséquence, vous pouvez me croire sur parole. Les individus qui violent les règles du bon sens commun seront souvent ostracisés puisque seront imprévisibles et donc craints, à moins de parvenir à imposer leur vision personnelle de celles-ci. En effet, le bon sens s'apprend: notre entourage nous éduque en permanence, à moins que l'on soit assez sage pour définir sa propre ligne de conduite, mais vous en êtes sans doute possible très loin."

Viktor était satisfait de ses réponses, et se félicitait du fait que ses exemples étaient on ne peut plus concrets. Ses réponses le rendaient selon lui détestable pour tous, et terrifiant pour les plus impressionnables, et c'était mieux ainsi. Il retournait s’asseoir, soupirant de bonheur, heureux d'avoir instruit quelques idiots.

"J'ai bien peur d'avoir fait le tour du sujet, il est en réalité bien inintéressant et surtout indébattable. Votre bon sens me semble détestable, ou alors sieur vole-parole est une exception, auquel cas je ne ferai pas de généralisation."

Il regardait par la fenêtre. Neuf cents-années de vie lui avaient appris à lire une heure précise en se servant de la position du soleil selon la période de l'année. Celui-ci lui apprenait qu'il avait encore amplement le temps de dispenser un peu de savoir à ces ignorants esprits. Comme pour le signaler, il soulevait au prix d'un effort musculaire impressionnant ses jambières ferrées pour les poser sur le bureau aussi confortablement qu'il pouvait se le permettre.

"Maintenant, quel autre sujet vous tiendrait donc à coeur?"


auf:
Ne t'inquiète donc pas je n'attendais rien de personne Contre professeur de fortune bon cœur (libre) 4126741921
Pis il est très bien ton perso c'est quoi c't'histoire
Afficher toute la signature


Contre professeur de fortune bon cœur (libre) 4pt6
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty #6le 30.08.19 9:45
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Haruki Matsuoka
Lémure

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) As64OwE0/15Contre professeur de fortune bon cœur (libre) EeIQN7j  (0/15)
× Présence: présent
× Evolution : Contre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty × Age de la mort : 20 Féminin
× Age post-mortem : 21
× Avatar : Makise Kurisu (Steins;Gate)
× Appartement : Gagarine
× Métier : Sans emploi
× Epitaphes postées : 480
× Øssements888
Féminin
× Inscription : 04/08/2019
× Surnom : le ouistiti
Lémure
http://www.peekaboo-rpg.com/t5049-haruki-matsuoka-s-amuser-diteshttp://www.peekaboo-rpg.com/t5096-haruki-matsuoka
Elle en resta muette. Il lui fallait digérer ce qu'elle venait de voir. Et autant dire que le plat passait très mal.

Si on omet un instant, et je dis bien un instant, les absurdités qu'il vient de sortir, il n'en reste pas moins à traiter sur le personnage en lui-même. Est-ce qu'il ne sait faire autre chose que d'attaquer ses interlocuteurs et les menacer ? Regardez-moi ces pauvres gamins qui n'osent même plus lever la tête. En quelques minutes, il te les a détruit. Honnêtement, je me fiche royalement qu'on me présente un quelconque papier attestant de ceci ou cela. Je veux du concret. Je veux des compétences. Et cet homme là en la matière en est dénué. Ou du moins, si c'est le sujet qui lui posait problème, il aurait dû simplement admettre que ce n'était pas son champ de compétence. Quand on fanfaronne en laissant les élèves choisir le sujet, c'est qu'on doit avoir la confiance d'avoir derrière soi, un bagage suffisant. Lui, je ne sais pas d'où il tire sa confiance, mais soit il a perdu son bagage en cours de route, soit il est parti les mains vides. Piètre. Misérable.

Haruki se mit à rire intérieurement. D'un rire amer face à la situation. Face à sa propre naïveté. Elle avait cru bon de montrer un brin d'intérêt pour cet homme, de croire qu'il avait peut-être un petit quelque chose mais non. Au final, il avait balayé le tout de manière grandiose en quelques minutes. Peut-être dans d'autres domaines était-il davantage à sa place, peut-être était-il capable. Mais pour l'heure, il n'avait montré aucune qualité, bien au contraire. Toujours en son fort intérieur, le rire fit place à un soupir las.

J'en ais assez. C'est toujours pareil. Est-ce que le monde est vraiment aussi perdu, ou est-ce que le Ciel s'amuse à mettre sur mon chemin des abrutis ?

Oh, elle n'avait pas été très gentille non plus. Elle savait très bien qu'un sujet pareil était sensible.

Mais là est tout l'intérêt d'un  débat et les gens civislisés s'efforcent de dégager tout sophisme de leur argumentation, comme une personne raisonnée se doit de mettre de côté le sentimentalisme. Un vrai débat ne peut commencer qu'à ce moment sans quoi ce ne serait qu'une suite d'arguments basés sur des sentiments personnels et des réponses faites de même. Combien de fois les débats ou même de simple conversation deviennent des attaques envers le parti adverse parce que le premier s'est senti blessé dans ses croyances personnelles ?

Il n'était pas compliqué pour quelqu'un de faire un faux pas mais cet homme, aux yeux de la Lémure était un splendide exemple à ne pas suivre. Qu'il joue les enseignants mettait la jeune femme de plus en plus hors d'elle. Depuis qu'il avait commencé à répondre aux questions et qu'elle avait comprit qu'il ne fallait rien attendre de ce cours, la rage grandissait à une vitesse fulgurante. Surtout, ce qui acheva de l'insupporter, était ce qu'il avait osé faire à cette classe. Elle-même de son vivant, avait connu le plaisir d'instruire et, si elle n'avait jamais envisagé sérieusement une carrière dans l'enseignement, elle avait toujours eu à coeur l'éducation. Pour elle, ce qu'il  venait de faire était presque injustifiable.

Oh putain, je vais me le faire.

L'enseignant venait de regagner sa place et poser sa question, goutte d'eau qui fit déborder le vase. La demoiselle se leva brutalement, les pieds de la chaise raclant au passage le sol dans un bruit qui résonna à travers la salle de nouveau silencieuse. Une flamme azure dans le regard, elle pointa son regard glacé en direction des fentes dans le heaume derrière lesquelles devaient se trouver les yeux.

- Les individus qui violent les règles du bon sens commun seront souvent ostracisés puisque seront imprévisibles et donc craints, à moins de parvenir à imposer leur vision personnelle de celles-ci, commenca-t-elle à réciter.

Les yeux s'étaient tournés vers elle et paralysés, ses pairs la regardaient comme si elle avait perdu la tête. Pourquoi reprenait-elle la parole ? Maintenant qui plus est. Certains espéraient qu'elle se taise car ne souhaitant pas voir l'homme en armure visiblement dangereux, se fâcher pour de bon. Une poignée d'autres semblaient juste fascinés semblant encore se demander si son attitude relevait d'un courage sans borne ou d'une folie tout aussi grande.

- Puisque c'est ca, jouons selon vos règles. Je vais dès lors, non pas vous "proposer" mais vous "imposer" ma vision des choses. Celle-ci commence par désapprouver vos méthodes. Qu'importe pour moi que vous soyez professeur ad vitam aeternam ou pour une heure, vous avez choisi d'endosser ce rôle. Dès lors vous avez un devoir envers le savoir que vous désirez transmettre. Les méthodes peuvent différer mais l'objectif doit rester le même. L'étudiant à la fin doit avoir acquis quelque chose.

Mais vous, qu'avez-vous fait ? Votre première inquiétude a été la hiérarchie au sein de la classe. Présenter un cadre et des règles peuvent être pertinents mais ils doivent être présentés au préalable. Vous n'avez fait que blâmer des individus pour une faute qu'ils n'avaient pas conscience de commettre. Et du blâme et des insultes. Est-ce que vous même vous rendez compte de la teneur de vos paroles ? L'insulte est inutile, elle n'est là que pour compenser la pauvreté d'un discours.


Elle tourna  momentanément la tête vers les autres élèves et regarda tout particulièrement les deux qui avaient pris la peine de prendre la parole. Son expression à leur encontre s'adoucit quelque peu.

- Moi, j'ai beaucoup apprécié de vous voir oser prendre la parole. Ta question sur l'universalité du bon sens me paraissait justifiée. Et reconnaître que le sujet était pour toi flou, c'est le genre de choses que j'ai envie d'entendre. Des élèves qui se cachent par honte de ne pas savoir et qui ne veulent pas montrer cette ignorance ne peuvent pas apprendre. Si toutes vos questions ne trouvent pas réponse dans le cours et que vous souhaitez poursuivre la conversation, attendez-moi en sortant et je répondrais au mieux de mes capacités.

Elle se retourna vers l'homme en armure, ses traits se durcissant de nouveau.

- Alors voilà ce que je vous "impose" sensei. Soit, vous acceptez de me donner la parole pour que je partage du moins partiellement mon opinion, soit je peux quitter cette classe maintenant et inviter les intéressés à venir réaliser un vrai débat en ma compagnie aillleurs. Et posez-vous la question à savoir : est-ce que vous, vous êtes prêt à peut-être apprendre quelque chose de moi ?
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty #7le 30.08.19 16:36
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Viktor Von EisenHändler
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) CWaNe6l

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) As64OwE52/100Contre professeur de fortune bon cœur (libre) EeIQN7j  (52/100)
× Présence: présent
× Evolution : Contre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 956
× Avatar : Un cado par Milo :>
× Pouvoir : Vision de la mort
× Croisée avec : son armure
× Logement : Domaine d'Azra'êl & Viktor
× Métier : Croisé, forgeron, dompteur d'ours et amateur de guimauve
× Epitaphes postées : 737
× Øssements416
Masculin
× Inscription : 05/01/2019
× Surnom : l'alligator
"La justice n'est que punition, j'en déciderai le degré et la rendrai"
http://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4248-viktor-von-eisenhanhttp://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4357-le-journal-intime-de-viktor
Contre professeur de fortune bon coeur
Viktor enrageait encore, encore et toujours même. Il avait sous les yeux le pinnacle de l'insolence, et ce qu'il voyait comme une absurdité infinie le mettait hors de lui. Par respect, il laissait tout de même l'ignorante finir sa tirade, mais uniquement parce qu'il abhorrait ceux qui coupent la parole à un tel degré qu'il refusait d'en faire partie peu importe ce qu'on crachait sur sa personne. En l’occurrence, ce n'était pas tant sa personne que sa mentalité qui était visée, mais s'en prendre à quoi que ce soit qui lui soit lié, c'était l'attaquer lui. Viktor était ce genre de personne qui s'énervait très facilement, mais qui devenait de plus en plus froid tant que la haine montait, et il était d'un stoïcisme effrayante quand il se relevait en frappant sa paume contre le bureau, le fracas partant se perdre dans les salles voisines. Une fois redressé, il fixait droit dans les yeux sa représentation de l'image même de l'irrespect.

"Comprends-tu, et c'est une demande sincère, à quel point tu n'es PERSONNE?"

C'était une introduction courte, une question qui ne demandait pas de réponse, mais il fallait bien comprendre que les attaques du zombie n'étaient jamais insipides. Quand il insulte quelqu'un, il pense sincèrement ses différentes injures et s'impose lui-même en tant qu'argument d'autorité dans l'espoir qu'on prenne enfin conscience de sa grandeur auto-perçue. Il ne le cachait même pas, il se voyait presque comme un dieu vivant de l'humanité, et était fermement convaincu que tout le monde pouvait le devenir, mais attendait de tous que chacun connaisse la place qu'il leur attribuait implicitement.

"J'ai vécu de très nombreuses, d'innombrables années, j'ai appris de maîtres et de mes propres échecs. En réalité, je sais ce qui vous rend si insupportables." Viktor se mettait à marcher lentement de côté, accompagné du cliquetis de sa plate, ses yeux assassins toujours braqués sur la même, refusant aux premiers abords de cligner. "On vous apprend dès l'enfance que tout le monde est égal. C'est faux, incroyablement stupide et aberrant. Je suis l'incarnation même de la sagesse, j'ai vu et entendu bien assez de vérités pour que ma parole soit SACRÉE, et toi, toi qui n'existe pas en dehors de ton cercle d'amis, tu penses pouvoir m'instruire alors que TU PRENDS DES COURS? J'en perd mon latin, mais comment peux-tu humainement ne pas comprendre que je suis indéniablement supérieur à vous tous?" Comme pour imager sa prétendue omniscience, il levait les paumes vers le ciel. "Je suis parti de rien, mon corps et mon esprit, et j'ai bâti un sanctuaire dévoué à la survie de l'art et des trésors perdus par les âges, je... Je suis la définition même d'un self-made-man, et tu penses pouvoir M'INSTRUIRE?

Il n'avait pas tort, parce qu'il ne pouvait absolument pas envisager qu'il puisse se tromper. il retournait s'asseoir, fouettant l'air à l'aide son poignet pour continuer.

"Je me suis écarté du sujet et je m'en excuse, mais j'attends tut de même que tu comprennes ces simples faits. Tu oses questionner mes méthodes, et je l'ai dit c'est uniquement parce que tu t'es vue inculquée dès ton arrivée dans ce monde pourrissant que tous les humains se valent. Alors, tu penses pouvoir discuter d'égal à égal avec ma personne. Non, tu ne le pourrais pas en étant sincère avec toi-même si tu comprenais enfin qu'on t'a menti. Un élève doit apprendre d'un enseignant qu'il comprend être son maître, c'est limpide et c'est comme ça que j'ai appris à devenir l'humain que je suis. Moi aussi, j'ai été apprenti, mais j'ai compris seul parce que c'était évident que celui qui mérite de me transmettre son savoir est plus sage que moi. Mes méthodes, comme tu les appelles, sont celles qui m'ont construit. Les tiennes, ou celles que tu entend me faire suivre, ne porteront AUCUN résultat. L'hypocrisie permanente qui camoufle votre infériorité ne vous permettra pas d'évoluer plus loin qu'un esclave du travail, manipulé joyeusement par une société sans visage en secouant les barreaux de sa cage, un grand sourire aux lèvres, pour les aduler et les appeler sa liberté."

Il l'avait hurlé sur tous les toits, il haïssait l'hypocrisie au delà de toute raison, et cela signifiait qu'il devait être honnête avec lui-même, notamment en reconnaissant ses torts. Viktor se remettait très rarement en question bien entendu, mais s'il faisait une erreur il l'admettait sans se cacher et sans même qu'on tente de lui faire l'avouer. Par réflexe, il s'accoudait sur la table pour frotter ses doigts gantés là ou sa barbe serait s'il ne la protégeait pas d'un casque et fixait la masse qu'il faisait jongler malgré son poids sans arrière pensées dans sa main libre.

"J'admet avoir été dur avec vous. J'ai attendu de votre part que vous compreniez déjà qu'il faille imprimer mes paroles, et j'ai recadré violemment ceux qui dépassaient des bornes que vous ne pouviez pas percevoir. Je suis ici par choix et par devoir moral, et ne suis pas habitué à enseigner à des masses, ceux qui viennent me demander conseil ou services comprennent d'eux mêmes leur place dans la discussion."

Il avait trop parlé de lui-même, et s'en rendait presque compte, mais faire sa propre éloge est incroyablement plaisant en soi, puis l'était d'autant plus qu'il ne se vantait que de faits ou d'actes qu'il avait réellement accomplis. Cependant, il donnait sans rancœur un droit de réponse à tous, bien qu'il ait perdu depuis quelques siècles la capacité d'admettre avoir tort.

"Tu ne m'imposeras rien, tu as parfaitement le droit de me répondre." Pour renforcer ses propos, il braquait de nouveau ses globes oculaires meurtris vers elle, et relevait la tête pour les fentes les révèlent l'intégralité de leur disgracieuse apparence."Et j'aurai le devoir de t'expliquer en quoi tu as tort ou raison. C'est ça et certainement pas plus, mon rôle aujourd'hui."
Afficher toute la signature


Contre professeur de fortune bon cœur (libre) 4pt6
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty #8le 02.09.19 15:47
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Haruki Matsuoka
Lémure

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) As64OwE0/15Contre professeur de fortune bon cœur (libre) EeIQN7j  (0/15)
× Présence: présent
× Evolution : Contre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty × Age de la mort : 20 Féminin
× Age post-mortem : 21
× Avatar : Makise Kurisu (Steins;Gate)
× Appartement : Gagarine
× Métier : Sans emploi
× Epitaphes postées : 480
× Øssements888
Féminin
× Inscription : 04/08/2019
× Surnom : le ouistiti
Lémure
http://www.peekaboo-rpg.com/t5049-haruki-matsuoka-s-amuser-diteshttp://www.peekaboo-rpg.com/t5096-haruki-matsuoka
Oooook... J'ai sous-estimé le cas. Non sérieusement, j'aimerais vraiment rencontrer un jour une personne capable de m'expliquer comment on peut en arriver à ce stade. Je fais bien l'effort de l'écouter mais honnêtement, je me demande si je dois rire ou pleurer là, maintenant. Dieu me garde de devoir utiliser de la salive pour argumenter avec ce genre de phénomène sur pattes. Et qu'il semble bien lancé pour continuer en plus ! Je croise les bras sentant que ca va être long. Autant en profiter pour revenir mentalement sur quelques unes de ces remarques.  

Le début de son monologue avait début par... ? Ah oui ! Est-ce que je comprenais à quel point je n'étais personne ? Me voilà bien blasée d'entrée de jeu. Si je voulais, je pourrais le titiller encore un peu sur son manque de précision. Personne, personne, c'est vaste. Si on parle d'un point de vue identitaire, je suis bien quelqu'un. On m'a donné un nom et un prénom à la naissance, j'ai une histoire. En ce cas, je ne suis pas personne. Personne d'un point de vue global ? Sachant que cela n'enlève rien à la proposition précédente, éloignons-nous un peu en terme d'échelle. Qui suis-je pour l'humanité ou ce monde ? Mon empreinte sur cette terre en tant qu'individu est ridicule. Mais je n'ai jamais eu la prétention du contraire. Je ne suis pas non plus personne. Je ne suis ni plus ni moins que moi. Quant à n'être personne peut-être pour lui, alors là, c'est le cadet de mes soucis. Aussi pour répondre à sa question si vague, non je ne comprends pas à quel point je suis personne.

J'ai vécu de nombreuses années, appris de maîtres et de mes échecs. Mais encore ? Ainsi donc, il saurait quelque chose. Je ne pus empêcher un coin de mes lèvres de se soulever dans un sourire moqueur. Il n'y avait pas à dire. Il venait de prouver une fois de plus son incompétence avec cette phrase prétentieuse. Je sais pourquoi vous êtes insupportables ! C'est parce que vous avez été élevé avec l'idée que tout le monde est égal ! Raté. Je ne pense pas -et ce depuis belle lurette-, que tous sont égaux. Incarnation de la sagesse... Plus de fleurs s'il-vous-plait ! Oh, nouvelle erreur de sa part ! Je n'ai pas de cercle d'ami. Non, en fait je commencais presque à m'amuser. Il alternait erreur de jugement du moins me concernant, et les lancés de paillettes à son égard. Et hop, nouvelle erreur de jugement ! Oui, monsieur je prends des cours. Mais sachant que vous venez à peine de nous rencontrer, vous n'avez aucune idée de nos compétences et il n'est pas impossible de trouver un élève plus compétent que soi. Un proche, de mon vivant, a fait éprouver cette sensation à des enseignants plus d'une fois. Malheureusement, les mauvais profs y voient toujours une attaque à leur ego. Donc est-ce que je pense pouvoir l'instruire ? S'il ne me prouve pas sous peu être capable, je pense en effet pouvoir lui apprendre une ou deux petites choses.

Tiens, est-ce qu'il serait enfin prêt à lâcher le morceau ? Ah non, il fallait encore une petite pique de plus. Une affirmation de plus selon laquelle mes méthodes assurément ne fonctionneront pas. Mais... pas possible ! Il a fini ? Et sur une note presque positive avec ca !


Comme elle en avait décidé, quand bien même cela lui démangeait encore de traduire ses pensées oralement, la demoiselle se contint. Si elle devait le faire, ils n'en finiraient plus et s'éloigneraient du sujet encore davantage. Aussi, la jeune femme se contenta de décroisa les bras, avant de prendre la parole, occultant toute la tirade de l'homme en armure.

- Merci. Pour commencer, j'aimerais revenir sur la définition du bon sens, car il est bon de savoir ce que l'on manipule.

Tout en discourant, Haruki se tourna vers ses camarades. La tournure qu'avait pris les choses surtout avec l'élan de folie de leur enseignant, n'avait pas aidé à les rassurer. Mais au moins, certains semblaient juste contents de ne plus être pris pour cible par cet être hors norme et que la demoiselle en reprenant la parole accapare le plus gros de son attention.

- Je suis d'accord avec le fait que le bon sens soit tangible et qu'il évolue. Mais uniquement par rapport aux données que nous avons en main. En effet, le bon sens c'est une capacité à juger. Il est donc à associer avec tout ce qui est raisonnement, logique. En effet, quelqu'un qui fait preuve de bon sens cherchera à prendre une décision sans se faire influencer d'une quelconque manière que ce soit.

La Lémure quitta sa place sans se presser et se dirigea vers le tableau passant sans vergogne à côté du bureau qu'avait retrouvé le professeur d'un jour. Là, elle attrapa une craie et se mit à écrire sur l'ardoise sombre fixée au mur.

- Et c'est là qu'on peut revenir sur la question posée plus tôt par la demoiselle. Est-ce que le bon sens ne devrait pas être universel ? En effet, si chaque individu a les mêmes paramètres en main pour pouvoir évaluer une situation donnée et s'ils font réellement preuve de bon sens à savoir qu'ils jugent sans se faire influencer, alors ils devraient tendre vers le même résultat. Ce qui peut en revanche différer, c'est le chemin emprunté pour y parvenir. Les débats peuvent servirent notamment à échanger sur ces différentes options et savoir laquelle serait la plus approprié au contexte.

Elle se retourna pour faire face à l'ensemble de la classe et la craie en main, elle pointa ses camarades pour les faire participer. Après tout, c'est pour leur faire partager qu'elle prenait la peine d'expliquer tout cela. Peu lui importait finalement l'autre individu farfelu. Elle aimait enseigner et encourager les gens à évoluer. S'ils en savaient ne serait-ce qu'un peu plus tout à l'heure, ce serait toujours un pas de plus.

- Considérant que ce que je viens de vous présenter la situation idéale, qui peut maintenant me donner un problème qu'il verrait. Ce qui pourrait empêcher que cette situation ne se réalise ?

Elle n'était pas sûre qu'on lui réponde. Après tout peu d'entre eux avaient daigné s'exposer jusqu'à présent. Mais bon, elle ne leur en voudrait pas. Elle-même n'aimait pas vraiment être le centre d'attention. Aussi, elle prévoyait de continuer le cours si personne n'osait se manifester. Au moins, Haruki leur aurait donné la possibilité de s'exprimer. C'est toujours plus enrichissant d'avoir un cours dynamique après tout. Contre toute attente, une voix familière s'éleva. La blondinette s'était de nouveau manifestée. Visiblement, elle semblait intéréssée par le sujet.

- Eh bien, vous parliez de juger sans influence. Alors, je présume que si quelqu'un se fait influencer, il n'arrivera pas au résultat.

- Très bien. Evidemment on parle ici de théorie. Dans les faits, en fonction du débat, l'individu peut arriver au même résultat que les autres comme on peut arriver au bon résultat une fois en mathématique. En revanche, si la méthode -ici le bon sens- laisse à désirer, on peut difficilement la juger valide. Mais oui, le plus souvent, un individu qui ne fait pas preuve de bon sens parce qu'il s'est fait influencer ne pourra pas arriver au "bon" résultat.
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty #9le 06.09.19 1:18
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Viktor Von EisenHändler
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) CWaNe6l

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) As64OwE52/100Contre professeur de fortune bon cœur (libre) EeIQN7j  (52/100)
× Présence: présent
× Evolution : Contre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 956
× Avatar : Un cado par Milo :>
× Pouvoir : Vision de la mort
× Croisée avec : son armure
× Logement : Domaine d'Azra'êl & Viktor
× Métier : Croisé, forgeron, dompteur d'ours et amateur de guimauve
× Epitaphes postées : 737
× Øssements416
Masculin
× Inscription : 05/01/2019
× Surnom : l'alligator
"La justice n'est que punition, j'en déciderai le degré et la rendrai"
http://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4248-viktor-von-eisenhanhttp://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4357-le-journal-intime-de-viktor
Contre professeur de fortune bon coeur
Viktor regardait la scène effarante se déroulait sous ses yeux inconvaincus. Les acteurs lui paraissaient exécrables et les rôles tout autant, ce qu'il avait pris pour du courage chez celle qui se levait n'était qu'une insolence démesurée. Elle osait même dépasser le bureau qu'il avait clamé sien, semblant l'ignorer. Le croisé quelque peu belliqueux réprima à la force de son esprit une envie flagrante de l'attraper par quelque bout de chair ou de tissu pour la renvoyer autant vers sa place que vers le sol. Plutôt, un grognement guttural accompagnait son expiration, déformé par sa décomposition et ce qui la renfermait, pour que le monde extérieur puisse s'effrayer d'un râle inhumain. Elle ne semblait pas dérangée, tant mieux pour elle, mais Viktor se relevait doucement pour la mépriser, la tête posée sur ses épaules de titan, braquant vers l'élève la fausse indifférence qui cachait son regard haineux. Les frêles et incapables mains de la petite semblaient se refermer sur une craie, dont il était presque surprenant qu'elle puisse la soulever, et la faisaient danser sur l'ardoise pour y dessiner quelques motifs inintéressants.

Elle parlait. Ça l'amusait, de monopoliser la parole? Viktor était lui-même profondément bavard de nature, mais préférait s'entendre plutôt que les autres, ce qui était évidemment d'autant plus marqué aujourd'hui puisqu'il considérait ceux de sa classe stupides. Toujours dans cette obsession de faire disparaître le zombie, elle tendait son minuscule doigt vers des comparses, par peur de désigner l'armure immobile sûrement. Posant des questions insipides, pour récolter des réponses creuses ou des interrogations nouvelles qui construiraient un arbre de prétendue philosophie dont les racines ne se nourriraient pas de raison mais d'intuition. Le cruel ancêtre s'amusait du fait que personne ne semble vouloir répondre à son injonction, mais une voix dans son dos lui faisait serrer les poings. Il fallait nécessairement qu'un de ces rats vienne la sauver de l'embarras qu'elle méritait, les yeux de Viktor devenait d'autant plus lourd qu'il croisait les bras pour éloigner l'envie d'agripper le manche de son arme séculaire qui reposait tranquillement contre le triste sol. Les mots prononcés n’intéressaient pas le prétendu professeur, qui de base n'était pas en accord avec les axiomes établis.

Inutile de répéter pourquoi, rien ne le ferait changer d'avis, et pour lui le fameux "bon sens", dont tout le monde semble parler en ayant une définition personnelle divergente, n'est qu'un code pré-établi de comportements à adopter sans se poser de question une fois une situation analysée et comprise. De fait, il s'opposait presque parfaitement à l'idée, apparemment acceptée de tous les minus, que le bon sens était un code de lecture. Partant de ce constat, Viktor abandonnait l'idée de les instruire, n'ayant pas la patience nécessaire pour déconstruire le fondement de leur discussion stérile. Croire que l'interprétation de faits peut-être déformée par la culture, ou le bon sens, l'enrageait plus il y pensait. Lui-même s'était tiré de son endoctrinement en réfléchissant de manière humaine, se voir annoncer indirectement par des incultes que c'était le bon sens ou même une influence extérieure et non sa propre force morale qui lui auraient fait prendre conscience de l'horreur de ses actes lui donnait une envie fulgurante de détruire. Un pulsion étrange, très humaine, l'envie de briser pour se calmer l'envahissait, et ne pouvant pas même hurler des injures autrement plus insultantes que les précédentes sans déranger la moitié de la ville, il respirait profondément en tentant de se concentrer sur les travaux auxquels il retournerait une fois ce cirque dépossédé de sa personne. Une fois partiellement calmé, il rouvrait les yeux qu'il avait involontairement fermés pour les reposer avec certes moins de poids sur celle qui voulait lui voler sa place.

Elle était contente d'être la, ça se lisait sur son visage. Viktor retrouvait là cette passion qui l'aimait, quand il présentait quelque science à des néophytes intéressés à grand renforts de mouvements de mains. La différence résidait cependant dans leur manière, ils l'avaient déjà tout deux compris, mais malgré la resplandissance de la petite, Viktor savait qu'il avait raison. Ne pas s'imposer ou être déjà vu comme un maître savant face à des apprentis promettait un échec dans leur instruction, quelle qu'elle soit. Un débat ne peut nourrir que des personnes qui reconnaissent la capacité de l'autre à raisonner et tirer des conclusions sages, et tous les étudiants se savaient incertains de leurs positions, voire se considéraient eux-mêmes sots. Elle pouvait se démener autant que son esprit le lui permettait, rien ne sera tiré de ces heures perdues, ainsi l'avait prophétisé ce qu'ils pouvaient bien appeler un vieux con.

Ne faisant que ça depuis des dizaines de minutes, il se rasseyait lourdement, admettant à contrecœur que sa remplaçante savait mieux capter les ignares ingrats devant lui. Pas nécessairement pour être entendu, il grommelait dans sa barbe frustrée.

"Continuez donc, vous m'amusez. Non de par votre intelligence, rassurez-vous, bien au contraire. "


Auf:
Sincèrement désolé du retard, j'ai du me forcer un peu car ce que j'écrivais ne me plaisait vraiment pas et j'abandonnais bien vite.
Juste au cas où, ne prends pas ça personnellement ou quoi que ce soit c'est vraiment mon problème
Afficher toute la signature


Contre professeur de fortune bon cœur (libre) 4pt6
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty #10le 10.09.19 9:43
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Haruki Matsuoka
Lémure

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) As64OwE0/15Contre professeur de fortune bon cœur (libre) EeIQN7j  (0/15)
× Présence: présent
× Evolution : Contre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) EmptyContre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty
Contre professeur de fortune bon cœur (libre) Empty × Age de la mort : 20 Féminin
× Age post-mortem : 21
× Avatar : Makise Kurisu (Steins;Gate)
× Appartement : Gagarine
× Métier : Sans emploi
× Epitaphes postées : 480
× Øssements888
Féminin
× Inscription : 04/08/2019
× Surnom : le ouistiti
Lémure
http://www.peekaboo-rpg.com/t5049-haruki-matsuoka-s-amuser-diteshttp://www.peekaboo-rpg.com/t5096-haruki-matsuoka
Voir ce personnage qui s'était tant imposé, désormais bien sagement assis à son bureau, relève presque de la surprise. Il aurait pu intervenir plus tôt mais le voilà seulement qui ronchonne sous son heaume. Oh, il peut bien se foutre de moi si ca lui chante. Je n'attends pas spécialement de félicitations ou quoi que ce soit du genre. C'est aussi en quelque sorte un caprice de ma part de me trouver ici. Non, je ne leur apprends pas n'importe quoi mais dans l'absolu, j'aurais pu me préparer davantage. Non, même avec davantage de préparation, je n'avais jamais vraiment trouvé la solution à mon problème. Une incompréhension, une frustration, qui m'avaient si souvent fait abandonner l'idée de parler sérieusement avec autrui.

- Je pense qu'un exemple pour illustrer un peu le tout serait le bienvenue.

Je fermais les yeux, pour parvenir à mieux me concentrer. Ne plus voir mon environnement et me laisser inconsciemment distraire, pour mieux visualiser les possibilités. J'avancais un peut à tâtons parce que ce que je m'apprêtais à faire n'était pas évident et j'en avais conscience. Comme dans un cours de mathématiques, il s'agissait pour moi de créer un problème à leur soumettre. Il fallait que je leur donne la possibilité de penser par eux-mêmes au lieu de simplement leur servir du contenu. C'était à eux d'exercer leurs capacités. Toutefois, il fallait également leur présenter un problème adapté. De fait, je me devais de moi-même ratisser ce que j'allais leur proposer. Il serait présomptueux de ma part de penser couvrir tous les possibles mais je devais avoir exploré moi-même au mieux le sujet.

Or, ceux-ci sont multiples. Il fallait donc renouveler le processus. Choisir une bonne situation n'était pas chose aisée. Quand utilisait-on le bon sens ? Dans quelles conditions ? Pour un début, il valait mieux éviter les sujets impliquant trop de facteurs dont certains sensibles sans quoi, ils risquaient de buter complètement. Hmm... J'avais bien une idée mais je pesais encore un moment le pour et le contre. Finalement, je me décidais, sachant qu'il y avait un moment où de toute manière l'expérimentation m'avancerait plus que de tergiverser sur les mêmes paramètres.


- J'ai trouvé, alors écoutez-bien et prenez le temps de réfléchir à tout ce que vous pouvez. Je préfère que vous preniez quelques minutes de réflexion seul avant d'en parler ne serait-ce qu'entre vous.


Haruki n'avait pas encore abordé le sujet et faisait tourner sa craie entre ses doigts fins, observant les visages qui la regardaient en retour, se demandant pour quelques uns avec curiosité ce que cette demoiselle avait pu préparer pendant le laps de temps où elle était restée silencieuse. Tant qu'elle ne leur demandait pas de sortir une feuille et de prendre des notes. Tant qu'elle ne m'interroge pas. Les pensées étaient multiples mais ils finirent tous par l'écouter quand elle reprit la parole. C'était l'avantage quand on était en classe par choix et non par obligation. Même si ce n'était pas nécessairement la matière pour laquelle ils étaient venus, ce qui expliquait les quelques dissidents dont l'attention n'était pas entière, ces étudiants avaient au moins envie de se cultiver. Cela ne suffirait pas. Avoir envie de se cultiver était une chose. Se servir correctement de ses neurones en était une autre.

Un léger sourire passa sur le visage de la lémure qui en plus de pouvoir partager son point de vue, allait par le biais de son expérience, pouvoir s'ils jouaient le jeu, observer des réactions. Elle était curieuse de savoir ce qui allait se dire. Où leur mènerait leur réflexion ? Elle se remit à marcher, d'un pas tranquille laissant le temps peut-être pour les plus éveillés, de voir avant l'heure quel problème allait leur être posé ?

- Certains d'entre vous ont-ils déjà eu affaire que ce soit par le biais de films, livres ou autre à des univers post-apocalyptiques ? Êtes-vous déjà allé campé, pour les moins novices, sachant les risques liés à ce genre d'expéditions ?

Les laissant se remémorer leurs expériences respectives liées à ce qu'elle venait de demander, Haruki en profita pour aller chercher une chaise vide à l'un des bureau et après avoir fermée la porte sous les regards interrogateurs, elle cala la chaise sous la poignée.

- Vous êtes désormais pris en hotage dans une salle de laquelle vous ne pouvez vous échapper. Chaque mois, le groupe se verra fourni une quantité de nourriture juste suffisante pour tenir jusqu'au mois suivant si elle est répartie comme il faut. Et ici, il n'y a aucune règle. Que faites-vous ?

Dans cette situation, ils sont "libres". Une liberté dont ils n'ont peut-être pas l'habitude. Mais comment vont-ils la gérer ? Il n'y a pour le moment personne pour gérer à leur place, leur dire quoi faire. Leurs personnalités, ce qu'ils étaient avant de devenir hostages, ce qu'ils vont devenir ou redevenir pendant ce temps. Ce qu'ils vont expérimenter. Il me tarde d'observer tout ca.

- Ah, et pendant que vous réfléchissez au problème, faites-vous aussi une petite fiche sur laquelle vous noterez vos centres d'intérêt, votre profession ou ce dans quoi vous étudiez, vos points forts, vos points faibles, vos goûts, vos peurs... Ca peut être vrai ou fictif, peu importe. Mais pour le moment, je veux qu'une fois terminée, vous laissiez cette fiche retournée, que personne ne la voit.


Les uns surpris par cette nouvelle demande ne voyant pas encore pourquoi la jeune femme leur faisait faire ca. D'autres qui, cette fois, voyaient un nouvel intérêt dans ce cours qui devenait un peu plus stimulant, s'apparentant presque à un jeu. Toujours plus intéressant qu'un discours au tableau et des explications certes bien amenées mais qui restaient pour certains encore vagues. Dans l'enseignement, il fallait savoir diversifier les méthodes d'apprentissage pour toucher le plus d'élèves possibles. Ils étaient tous différents et chacun était plus à l'aise avec une méthode qu'avec une autre.

Leur laissant du temps pour réfléchir et compléter leur fiche, la demoiselle aux yeux clairs retourna en direction du bureau. Lui tournant le dos pour pouvoir malgré tout continuer à regarder les élèves, Haruki s'assis à demi sur le bord du meuble, les jambes tendues devant elle s'adressant seulement à l'homme en armure. Sa voix ne comportait aucun mépris ou moquerie mais plutôt de la simple curiosité.

- Et vous sensei ? Que feriez-vous dans cette situation ?
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
Réponse rapide :

N'oublie pas de valider le captcha avant de partir, sinon le message ne sera pas envoyé :(


forums partenaires devenir partenaire