Bienvenue jeune vivant !
Le Monde des Morts n'attend que toi, es-tu prêt à passer de l'autre côté ?
Rejoindre l'au-delà
Naviguer sur le Styx
ConnexionConnexion  AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  
Rechercher
Merle a posté un mini-event ouvert à tous !
Joyd a posté un rp libre dans "se promener" (plusieurs participants sont attendus !)
Pinho recherche des partenaires de rps
en partenariat avec...
Nano RoleplayNevada's GodfatherEsquisseTasty TalesJust MarriedMaster Poké
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+)
Noriko Tsukuyomi
chimère

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) XyYk8hR33/100Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) IUyLEY2  (33/100)
× Présence: présent
× Evolution : Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty × Age de la mort : 32 Féminin
× Age post-mortem : 289
× Avatar : Yotsuyu / Tsukuyomi de FF XIV Stormblood
× Croisée avec : Lièvre Arctique
× Appartement : Pucca
× Métier : Courtisane
× Epitaphes postées : 255
× Øssements335
Neutre/Sans genre
× Inscription : 30/05/2019
× DCs : Lyriana
chimère
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty #1le 14.06.19 22:50
"Il était une fois un enfant dont la tête était lourde lourde lourde.
Celle-ci tombait et roulait sur le sol, qui était incliné.
Il courait après, les bras tendus.
Les jambes devinrent lourdes lourdes lourdes
Et elles tombèrent aussi et roulèrent au sol.
Il rampa pour tenter de récupérer sa tête au loin,
Mais ses bras devinrent lourds lourds lourds
Et ne resta plus que le tronc, qui roula en bas de la montagne.
Il resta là, et personne ne su jamais qui il était." "L'enfant qui roule - Poême Zombie"

Tout avait commencé par une missive assez bien manuscrite. L'une de mes précieuses chimère avait encore un proche vivant, mais je ne savais pas trop comment jauger cette histoire. Sans doute parce que ce genre de détail n'est pas facile à trouver en l'état. En régle générale, j'allais voir un zombi, totalement au hasard, rarement le même, pour essayer, avec une description, et un objet personnel, de savoir quand la personne allait mourir, faisant passer cette dernière pour une de mes proches. C'était rarement concluant, puisqu'ils pouvaient voir au-delà du fait que je n'avais aucun liens avec. Quand on est assez douée pour la mystification, on peut faire un salto et expliquer avoir fait ça pour quelqu'un qui avait trop peur des zombies. Etrangement ça passait mieux, et cela se finissait en gromellement.

Bien sûr, il y avait paiement, et cela se traduisait non pas en ossements, mais directement en potion d'apparence. C'était vraiment tentant de jouer sur cela, en sachant qu'ils pleuraient souvent ce qu'ils avaient perdu. C'était d'ailleurs leur péché principal, en sachant qu'ils avaient été assez idiots pour croire qu'on puisse revenir à la vie.

Mais cette fois-ci, je n'étais parti voir un inconnu. Du moins pas totalement. Il y avait plusieurs conditions à nos rencontres. La première était que je devais me déplacer dans son domaine. Compréhensible. Je ne connaissais pas grand chose du monde extérieur étant une otage du Yoshiwara, et sachant que j'ai toujours eu un peu peur de l'extérieur de Tokyo.

La seconde était de ne pas lui cacher la raison de mes demandes. Il voulait de la franchise, et ce fut excessivement difficile pour moi de mentir. Sans doute parce que je n'étais pas sur mon terrain de jeu. Le chemin avait été long, et le décor des plus intéressant. La pipe entre les lèvres, je regardai au loin l'immense colisée qui tranchait avec le décor des plus forestiers. Cela m'étonnait toujours de voir l'envie des gens à laisser leur marque. Cela allait m'être utile, bien sûr.

Il y avait un petit chemin menant au lieu, et je le suivi, tout simplement, me demandant ce qu'il avait trouvé sur la personne dont je lui avais laissé l'objet, (un ours en peluche)quelques jours auparavant. Il fallait aussi que je lui paie, bien sûr, mais il n'avait rien dit sur cedit paiement. Aussi, je n'avais rien pris, ne voulant pas transporter toutes mes économies d'un coup. J'allais bien sûr étaler le paiement, comme je le fais souvent dans ces moments là.

Mon instinct me hurlait de ne pas le gruger, pas sans en savoir plus sur lui.Et vu que je ne savais qu'une seule chose sur cet être, et bien, forcément j'y allai presque à reculons. Je n'aimais pas particulièrement l'endroit, mais c'était assez beau. une beauté étrange, où l'odeur de sang me donnait envie d'en savoir plus, de pénétrer dans un lieu qui m'était un vrai danger. Je ne ressens que peu de douleur en soit, mais la sensation de me sentir en danger, ça, c'était grisant. Même si je suis du genre fuyarde.

Je me perdais un peu dans les coursives, aussi, ne sachant plus où aller, je soufflai la fumée, mes yeux bleus perçant au travers, un petit sourire aux lèvres. Ma toilette, mon port altier, tout sembla dénoter en ce lieu. Mais qu'importait en réalité, si j'avais mes réponses ?Il se pouvait qu'il comprenne que je cherche des victimes, après tout, je n'avais pas dit le contraire. Jouer franc jeu est un combat de tous les instants pour moi Je portai ma main proche de mes lèvres, pour la porter un peu plus loin, et poussa la voix.


VIKTOR VON EISEINHANDLER !!

Le cri se répercuta comme un écho ou un ricochet. Ce lieu était sans nul doute remplit d'histoire tragique, et je ne voulais en aucun cas que la mienne se rajoute à celle-ci. Je n'avais pas vraiment de moyens de fuite cette fois. Je n'étais pas du tout avec l'avantage. Aah.. Ce frisson… Il ne me quittait par, et me faisait étirer ce sourire qui ne sortait presque jamais. Continue, encore et encore, remonte moi la colonne vertébrale, prend mes os et déchire ma nuque… Danger inconnu et incongru… Flambe et explose comme une supernova…
Afficher toute la signature


Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Tval
Viktor Von EisenHändler
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) 4DufPZL

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) XyYk8hR48/100Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) IUyLEY2  (48/100)
× Présence: présent
× Evolution : Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 956
× Avatar : Un cado par Milo :>
× Pouvoir : Vision de la mort
× Croisée avec : son armure
× Logement : Domaine d'Azra'êl & Viktor
× Métier : Croisé, forgeron, dompteur d'ours et amateur de guimauve
× Epitaphes postées : 611
× Øssements159
Masculin
× Inscription : 05/01/2019
"La justice n'est que punition, j'en déciderai le degré et la rendrai"
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty #2le 15.06.19 23:02
Le jouet d'un destin capricieux
Le Colisée était une drôle de relique, imaginée puis dessinée par un esprit incompréhensible, et l'architecte qui avait contre un remarquable salaire construit l'édifice ne pouvait lui-même comprendre comment s'y orienter. Une lourde grille en acier était une entrée des plus communes, qui menait directement au cœur du Colisée, mais se déplacer dans les gradins était un casse-tête à en perdre la raison, les escaliers, portes et couloirs étaient précisément construits pour perdre les inconnus. On pouvait bien évoluer au hasard des murs de pierre et ressortir à côté d'une rangée de gradins, mais parvenir à se retrouver à un endroit précis tenait de l'exploit. Ceci pour une raison bien simple: seul Viktor voulait être absolument libre de ses mouvements chez  lui, notamment pour protéger son trésor. à l'abri du soleil, des tunnels sombres se perdaient sous les fondations et menaient à une sobre mais gigantesque salle en pierre. Dans celle-ci, d'innombrables antiquités et trésors, très peu d'or au final, mais des tableaux et des partitions noyés dans la marais de l'oubli par l'incessant flot du temps. En réalité, il était bien plus probable de tomber sur ces reliques d'un autre temps en se perdant au hasard des détours plutôt qu'en s'efforçant à les dénicher. Viktor était là, à chercher parmi les vieilles étagères en marbre une partition bien précise de violon. Une nouvelle lubie, qu'il avait embrassée sans réelle raison. Il s'imaginait déjà produisant sa propre mélodie, inondant ce monde de sa magnificence, mais une fausse note infiniment irritante vint briser ses doux songes.

On l'appelait, en haut. Le sable et ce qu'il cachait déformaient trop ce qu'il pouvait se raconter au delà pour qu'il puisse identifier une voix et une intonation, ou même des mots, mais l'instinct ou l'expérience lui avaient déjà confirmé que c'était bien lui qu'on demandait. Il prit cinq longues minutes à revenir les bras ballants sur ses pas pour enfin revoir l'astre du jour qu'il abhorrait tant. Il voyait bien que le sable n'était jonché que d'étranges abominations métalliques, machines et haltères, mais il prit le soin de se déplacer en son centre. La lune avait assisté à un sanglant affrontement la veille, et malgré les efforts infinis pour tenter d'en cacher les preuves, une odeur pesante mais indescriptible de barbarie assaillait les poumons des deux seules âmes qui osaient fouler les terres du croisé. L'une d'elles se cachait manifestement parmi les durs sièges de marbre, et Viktor parvint enfin à poser un regard inexplicablement amusé et enjoué sur son interlocutrice.
"JE SUIS PARMI VOUS, MORTELS. QUI VIENT DONC M'INVOQUER?" On aurait pu croire qu'il faisait un puéril concours de "qui criera le plus fort", et on le penserait même à raison. Prenant le temps de dévisager la silhouette, il reconnut Noriko. Si l'atmosphère seule de sa merveille personnelle lui inspirait une certaine joie mauvaise, la voir donnait à son humeur du jour une teinte franchement malsaine.

"Ah, mais viens donc ici bas, nous avons de nombreuses choses à nous raconter, et je refuse de communiquer avec une personne qui ose se trouver plus près du ciel que moi sur mon propre Colisée."

La santé mentale de Viktor était même pour ses plus proches connaissance une zone d'ombre, de par le simple fait que le zombie lui-même s'amusait à brouiller les pistes. Les fous perdaient plus ou moins leur statut d'humain, et le croisé haïssait tellement la majorité de ses compères qu'il appréciait se déshumaniser dans ses relations. Ainsi il prenait une pose familière à tous. Un bras tendant faiblement vers l'horizon, à niveau d'épaule, l'autre qui pointait tout aussi doucement au niveau de sa hanche vers son invitée, tenant comme une invitation.
"Je me sens d'humeur si légère aujourd'hui... M'accorderas-tu cette danse? Plutôt, saurais-tu danser un tango tout en écoutant l'histoire d'une triste femme?"
Codage par Libella sur Graphiorum


Roh jvais pas te manger:
Bon j'avais l'impression que c'était trop long mais en fait c'est assez court Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) 4126741921 Viens donc danser ma belle, si tu l'oses Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) 2336342009
Afficher toute la signature


Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) 4pt6
Noriko Tsukuyomi
chimère

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) XyYk8hR33/100Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) IUyLEY2  (33/100)
× Présence: présent
× Evolution : Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty × Age de la mort : 32 Féminin
× Age post-mortem : 289
× Avatar : Yotsuyu / Tsukuyomi de FF XIV Stormblood
× Croisée avec : Lièvre Arctique
× Appartement : Pucca
× Métier : Courtisane
× Epitaphes postées : 255
× Øssements335
Neutre/Sans genre
× Inscription : 30/05/2019
× DCs : Lyriana
chimère
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty #3le 16.06.19 2:12
Beaucoup pensent que le pire à supporter avec les Zombies, est leur odeur.
Détrompez-vous. Ils sont juste imprévisibles.
Journaliste à "la goutte de sang" journal Vampire


Il n'est pas facile d'appréhender ce genre de personnalité. S'il était d'une humeur joyeuse, j'avais toute les raisons du monde de me méfier. Selon mon expérience, nous avions un contrat signé au sang des suppliciés. Je lui offrait des moyens de remplir ce lieu, et lui me répondait sur mes questions. J'avais réfléchit toute la journée au moyen de ne pas me faire incommoder par l'odeur. Mais cela n'était que le cadet de mes soucis. J'étais totalement insondable, mais il n'était pas mieux. Ce qui commençait par une danse pouvait finir par une lame entre mes omoplates. Et je le savais déjà.


Alors, mon cher, avez-vous apprécié les derniers pilleurs qui ont tenté de errer en vos lieux? Si je me souviens bien, ils étaient trois, en quête d'un Saint je ne sais quoi. Graal? Le paiement était-il à la hauteur?

J'avais appris à ne pas déranger les bêtes féroces qui peuplaient ce monde étrange. Aussi, je fis un pas, puis l'autre, fixant droit devant moi, ne jouant pas trop de ma pipe, de peur de la voir brisée en deux. je n'avais pas envie de courir les rues afin d'en racheter une autre, d'époque qui plus est. Selon les différentes règles, je devais les suivre, si je voulais mes réponses.Traitez moi de folle, mais le chaos était tellement tentant, le fait de me perdre dans sa spirale aussi. Alors j'acceptais la danse terrible et effrayante de cet ancien chevalier.

Et que me réserve cette triste histoire? Des larmes de crocodiles ou de sang ? D'ailleurs il vous faudra me dire ce que vous voudrez pour cette belle histoire, cette fois. Peut-être trouverai-je quelqu'un d'intéressant encore une fois.

Oui, c'était presque de la traite d'humains, mais cela me plaisait. J'avais ce que je voulais, et j'avais un partenaire des plus intéressant. Qu'importe si je devais lui faire confiance pour sortir, ou si je tombai dans je ne sais quel piège, car en réalité, même s'il était un homme, je ne me sentai pas si différente de l'intrigante que j'étais de mon vivant. Ce qui se passe ici reste ici non?

L'odeur de sang me montait à la tête, et je jetai un peu un regard autour de moi, les yeux mi clos. Qui aurait pu regarder dans ces ombres, qui pourrait m'empêcher de détruire la quiétude de tout un monde?Bien sûr, je ne pourrai pas m'attaquer directement aux puissants. Mais s'ils étaient submergés par plusieurs points simultanés, ce serait du pain béni.

Pure curiosité, vous invitez toutes les dames à danser de la sorte, ou est-ce un signe que je suis dans un miasme bien difficile à me dépétrer à être venue ici ? Soyons clairs vous et moi, que nous soyons sur des bonnes bases. Nous sommes tels des marchands vous et moi. Je vous fournis des imprudents, et vous me fournissez des informations. C'est toujours aussi clair dans votre....esprit ?

J'avais mit une petite pause avant le mot esprit, pour une raison que je pensai évidente. Pouvait-on encore avoir un esprit clair avec ce genre de passe temps ? Ou était-ce juste peine perdue? Ah, j'avais envie d'en rire, de me laisser aller à ce danger permanent. Vu de l'extérieur, j'étais tout simplement aussi folle que n'importe quelle autre Chimère. Et c'est sans doute cela qui me fit perdre un peu le sens du temps et de la réalité. Ce Colisée pouvait être un énorme piège qui se referme sur moi. Cela se voyait. C'était plus que visible. Je m'amusai plus que jamais.
Afficher toute la signature


Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Tval
Viktor Von EisenHändler
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) 4DufPZL

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) XyYk8hR48/100Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) IUyLEY2  (48/100)
× Présence: présent
× Evolution : Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 956
× Avatar : Un cado par Milo :>
× Pouvoir : Vision de la mort
× Croisée avec : son armure
× Logement : Domaine d'Azra'êl & Viktor
× Métier : Croisé, forgeron, dompteur d'ours et amateur de guimauve
× Epitaphes postées : 611
× Øssements159
Masculin
× Inscription : 05/01/2019
"La justice n'est que punition, j'en déciderai le degré et la rendrai"
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty #4le 16.06.19 22:31
Le jouet d'un destin capricieux
Elle s'approchait, le visage toujours aussi réservé, mais Viktor reconnaissait que trop bien la faible lueur d'insanité, cachée et lointaine, qu'il rencontrait chaque matin dans le reflet de son visage sur l'eau. Le zombie aurait bien salué le courage de la demoiselle, mais il ne devait pas féliciter son inconscience. Quelques paroles vides de sens parvenaient à ses oreilles, par politesse plus que par intérêt il prenait le temps d'y répondre.
"Apprécié? Pensez-vous donc que je me délecte de la misère humaine? Allons, la justice n'a pas de saveur et même moins de valeur, nous ne nous rendons que des services, les quantifier et les monnayer serait absurde"

Le zombie s'était attendu à voir son invitation rejetée avec un certain dédain, et c'est avec une surprise non dissimulée qu'il refermait délicatement son étreinte, avec son casque pour seul témoin du rictus dément qu'il arborait. Il s'imaginait les violons et les contrebasses, se satisfiant de lui-même comme seul public. Son âme de poète, inattendue pour un homme d'un tel gabarit, lui inspirait milles dessins de danse endiablée dans ce Colisée infernal. Mais tout rêve trouve sa fin, et ce n'était pas la première fois que la voix de Noriko dissipait son brouillard de pensée, pour le ramener dans que la lumière se braque sur une réalité froide et laide.
Que réservait son histoire? Le croisé, et ce malgré toute la bonne volonté qu'il tenta d'y mettre, ne put se retenir de ricaner gravement sous ses robes d'acier. Il prit plusieurs instants à trouver la bonne articulation de ses idées, à partir de maintenant chaque mot comptait. Tout dans le monde n'est que rapport de force, et il fallait dès maintenant rappeler qui pouvait briser l'autre à tout instant, tant sur le plan physique que moral.

"Elle ne réserve rien de certain, la fin doit encore en être écrite. Je ne chercherai pas à vous faire pleurer du sang ni du sel, mais pleurerez-vous peut-être votre dignité?"

Il ignorait copieusement le reste de la phrase. Il avait depuis bien longtemps compris ce qu'était "quelqu'un d'intéressant" aux yeux de la perfide dame, et se raccrochait à sa bonne humeur pour prendre le temps de finir la valse, aussi maladroite fut-elle, l'armure n'étant de toute évidence pas pensée pour permettre une mobilité artistique. Le vieux fou avait tout et rien dit à la fois, c'était sa petite manie perverse, et il déplorait même qu'aucun œil extérieur ne puisse assister à la scène qu'il prenait du temps à mettre en place. Le soleil n'avait rien trouvé de mieux à faire que de darder ses rayons plus violemment qu'un projecteur sur le duo, ce qui était bien inconfortable, mais Viktor tenait réellement à finir sa macabre danse avant de passer au spectacle. Cependant, son invitée semblait mal à l'aise en compagnie de mère Silence que le zombie affectionnait tant, et elle ne put s'empêcher de relancer un semblant de discussion. C'était peut-être une réelle interrogation, mais le colosse y voyait déjà le signe que son interlocutrice se sentait en territoire hostile.

"J'en invite quelques unes, mais devinez vous-même qu'autant me repoussent. Cette maladroite parade n'est en rien un signe, mais je ne peut nier que venir ici était une erreur lourde de conséquence." Viktor prenait le temps de rire franchement quand il se rappelait qu'il devait répondre aux interrogations sur la clarté de ses pensées. "Mon esprit... peut se voir comme un arbre. J'ai tout en bas de vieilles racines, mon expérience et mes fondations, et tout en haut mes feuilles, qui cherchent inlassablement la lumière et un air nouveau. Vous, vous tous j'entends, ne pouvez voir de vos yeux minables que l'écorce, la jonction de ces deux facettes. Tout à toujours été incroyablement clair pour moi, je pense même être d'une lucidité hors du commun, mais tu ne verras jamais qu'un grossier blindage qui cache la riche fertile sève du savoir. Trève de métaphores, tes agissements sont en effet si limpides pour moi que je me doit de te sanctionner aujourd'hui."

Le zombie achevait le disgracieux tango en relevant sa main droite pour la plaquer sur l'arrière du crâne de la pauvre danseuse et la repousser devant lui. Il se sentait tout puissant, avait même l'impression qu'il pouvait mettre le monde entier à sa merci sur ses terres. Il pouvait affirmer à raison que la justice n'avait aucun goût, il sentait renaître en lui l'excitation du bourreau, probablement parce que sa moralité tordue donnait une saveur sucrée à ce qui ne devrait pas en avoir. Mais Viktor savait contrôler ses émotions et réguler ses pulsions, aussi terrifiantes soient-elles, et il aimait bien sûr faire les choses dans le bon ordre.

"Cependant, j'ai dit que j'allais raconter une histoire et je tiens à le faire. Je te conseillerais même de t'asseoir aussi confortablement que le sable le permet. Je te prie également de graver chacun de mes mots dans le plus profond de ta conscience ou je viendrais les marquer au fer rouge sur ton front. Est-tu prête à recevoir ton enseignement?"
Codage par Libella sur Graphiorum
Afficher toute la signature


Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) 4pt6
Noriko Tsukuyomi
chimère

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) XyYk8hR33/100Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) IUyLEY2  (33/100)
× Présence: présent
× Evolution : Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty × Age de la mort : 32 Féminin
× Age post-mortem : 289
× Avatar : Yotsuyu / Tsukuyomi de FF XIV Stormblood
× Croisée avec : Lièvre Arctique
× Appartement : Pucca
× Métier : Courtisane
× Epitaphes postées : 255
× Øssements335
Neutre/Sans genre
× Inscription : 30/05/2019
× DCs : Lyriana
chimère
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty #5le 17.06.19 19:08
Vae Victis - Malheur aux vaincus - Brennos


Vous savez, vous avez parfois cette petite sensation d'électricité qui vous parcours le corps quand vous sentez que vous n'avez pas fait le bon choix ? Et bien étrangement, pour ma part, je ne l'ai absolument pas senti. Ou plutôt, je l'avais pressentie.  Cette armure gigantesque et cette poigne..De fer ? Oh, ce n'est pas le moment de faire des jeux de mots, pas du tout même. Je me sentais partir un peu plus en avant, et je n'avais en aucun cas envie de souffrir cette journée. Enfin, pour souffrir, il faut par définition ressentir de la douleur, et depuis ma transformation, je ne pouvais pas. Nous avons des points communs sans nul doute, mais le colosse zombi n'avait pas répondu à mes questions. Ou plutôt, j'en devinai la réponse.

Je sais me taire quand je le dois. je sais aussi analyser ce qui m'entoure quand il le faut. Je ne peux courir avec cette tenue et mon pied clopinant. Je ne pouvais pas me battre non plus, et si je devais fuir, impossibilité de faire une cartographie détaillée des lieux sans me perdre dans les magnifiques rouages de ce colisée. Je me doutais bien que tôt ou tard, cela allait mal se finir. Mais que voulez-vous ? Quand on a une non vie ennuyeuse. On fait en sorte de la combler. Je ne me sens pas malade mentale, mais beaucoup pourraient en dire le contraire. Mes victimes, Celles et ceux que j'admire comme artiste, ou simplement mes obsessions du moment.

Alors je fis ce que le géant de métal me demanda, tout en me demandant, amis ou ennemi? Nous étions des marchands l'uns pour l'autres, quoi qu'il en dise, ce lieu ne m'intéresse en aucun cas, ni ses richesses, elles sont mercantiles certes, mais ne me donnent pas le frisson d'un sentiment d'accomplissement. Quelque chose clochait, et à bien y réfléchir, j'aurais peut-être dû mieux me préparer. Soyons bonne élève, asseyons-nous, lentement, le dos droit, et les yeux biens ouverts, les oreilles de même.

J'ignorai beaucoup de choses sur les zombies, s'ils savaient voir autre chose que les morts des vivants, ou peut-être ma propre existence, le chaos que je voulais y faire régner. Mais de toute façon, je n'avais honte ni de ma condition, ni de mon but. Car après tout, si l'on commence à douter de soi, c'est là que les mentalités vacilles. la mienne était tel un roc dans une steppe battue par les vents. Si la mentalité du zombie était impénétrable, je pouvais cependant apprendre au fur et à mesure. De quelle histoire allait-il me parler? J'avais plusieurs possibilités en réalité. Soit celle que je lui demandai… Mh, peu probable, mais pourquoi pas? Celle d'une de mes victimes voulant se venger ? Oh, oui, bonne idée, passe par quelqu'un pour avoir un bras armé. Tu pourras me rouer de coups que je ne sentirai même pas la caresse de ton métal chauffé par le soleil et le sable. Le sais-tu ? Si je ne ressens ni honte ni amour, je ne ressens ni douleur ni espoir. Ou alors allait-il, troisième possibilité, me faire une leçon de morale ? Ah! La morale est si malléable en même temps…


Je suis toute ouïe, qu'avez-vous donc à m'apprendre, moi, pauvre petite chose dont on peut se targuer d'écraser sous son pied ?

Je suis naturellement cynique. Mais le sourire en coin que j'arborai était sinon une menace, au moins une provocation. C'était du fait de ma volonté, oui, mais tout simplement, j'étais toujours aussi curieuse. Curieuse de voir si à force de haine ou de colère les gens pourraient devenir autre chose que des pions entre mes mains sur l'échiquier d'un jeu tronqué et brisé par des millénaires de statu quo. Je me souvenais alors d'une phrase, très courte dite il y a bien longtemps par une personne que j'avais connu. Cette personne d'ailleurs à dû voguer sur des flots tumultueux, mais j'espère secrètement qu'elle s'en est sortie pour comprendre à quel point, je fus bien pire que son destin.

Sachez cependant, que je n'ai pas tout mon temps. Vous comprendrez que si j'ai le temps pour une danse dont je ne connais pas les pas, je n'ai le temps pour des frasques personnelles. Si vous avez besoin de quelque chose dites le, et si je vous ai fait quelque chose, et bien, dites le aussi, je suis d'une curiosité maladive… Parlez de moi tel un parasite, ou une sangsue, qu'importe, si votre esprit est aussi torturé et noueux qu'un arbre, le mien est déchainé et imprévisible comme un torrent. Cela nous fait sans doute une idée d'un affrontement probable entre nous, mais sachez que de toute façon, je ne sais me battre et je ne suis pas dans une tenue adéquate. Ce kimono m'a coûté énormément, et je ne voudrai pas le tâcher plus qu'avec votre mirifique odeur...
Afficher toute la signature


Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Tval
Viktor Von EisenHändler
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) 4DufPZL

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) XyYk8hR48/100Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) IUyLEY2  (48/100)
× Présence: présent
× Evolution : Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 956
× Avatar : Un cado par Milo :>
× Pouvoir : Vision de la mort
× Croisée avec : son armure
× Logement : Domaine d'Azra'êl & Viktor
× Métier : Croisé, forgeron, dompteur d'ours et amateur de guimauve
× Epitaphes postées : 611
× Øssements159
Masculin
× Inscription : 05/01/2019
"La justice n'est que punition, j'en déciderai le degré et la rendrai"
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty #6le 17.06.19 21:29
Le jouet d'un destin capricieux
Noriko semblait si obéissante, Viktor en était décontenancé. Tous les humains n'étaient pas aussi calmes en ce genre de situation, et il ne savait si la femme cachait quelque arme secrète dans son sac ou était aussi stupide qu'inconsciente. Il était tout de même heureux de ne pas avoir à la poursuivre, surtout que le soleil incandescent ne le motivait que très peu à s'épuiser physiquement. Il faisait tranquillement les cents pas, tournant autour de son élève d'infortune, qui avait au moins reconnu être moins qu'une bestiole sur le chemin doré du croisé. L'ironique humilité de la chimère n'avait pas son pareil pour user les nerfs de Viktor, et il était pressé de voir ce rictus d'enfant pris sur le fait se tordre de terreur. Il prenait le temps d'écouter les vaines lamentations de l'insolente créature qui prenait le temps de s'inquiéter plus pour son kimono que pour son intégrité. Lorsqu'elle avait fini de déranger l'air vicié avec ses paroles inutiles, le zombie prit une profonde inspiration pour mettre de l'ordre dans ses idées.

"Ce sera une histoire courte alors, c'est même la tienne. Un jour tu es née, je ne sais pas comment, puis tu est morte, je ne sais pas pourquoi, et surtout tu as commencé à faire trop de vagues autour de toi, je sais comment et pourquoi. Puis un beau jour tu m'as rencontré, un autre on s'est aidés mutuellement, un autre tu as rencontré ma famille, le même tu t'en est pris à nous. Encore un autre jour, je l'ai appris, et aujourd'hui tu viens sur mon territoire, avec ton visage d'inutile raclure qui se croit intouchable, persuadée que tu peux t'en tirer avec des beaux mots."

Viktor prit le temps de s'accroupir devant sa proie, posant le poids de sa masse qu'il faisait tourner depuis un moment comme soutien. Il devait faire de cette leçon la dernière, que plus jamais cette peste ne tente de s'en prendre à sa fille adorée, mais le manque de moyens matériels bridait violemment ses possibilités. Il aurait sûrement pu démembrer sa victime, mais ce genre de spectacle ne l'amusait plus, encore moins après une soirée de beuverie accompagnée par un combat maladroit.

"La douleur est une bonne punition sur le court terme, mais on l'oublie et on veut se venger. Je devrais sûrement t'attacher à une masse de plomb et te faire visiter les fonds marins, mais je te vois comme une gamine. Tu n'es rien d'autre qu'une minuscule saleté qui veut faire du bruit pour se sentir exister, et je te prête déjà bien trop d'attention. Tu n'es rien face à moi, une tique devant l'Éternel, pensant manipuler le monde avec ses fragiles doigts de soie, mais tu n'as encore jamais compris que les autres pensent. Et moi, je pense plus efficacement que toi, parce que tu es une sous-humaine bien trop immature et jeune pour comprendre le monde qui l'entoure. Je t'aurai bien brisé tous les membres, mais avec les potions qui circulent, c'est si futile..."

Viktor se relevait pour reprendre l'air malfaisant que sa carrure seule lui donnait, sans même parler de son aura inquisitrice. Il se tourmentait l'esprit de milles et une manière pour être bien certain que la punition exemplaire d'aujourd'hui préviendrait toute représailles. L'absence de public le gênait énormément, mais de son esprit cruel jaillissaient les unes après les autres des idées si malsaines que n'importe quel vivant en serait horrifié. Ses yeux seuls, pour peu qu'on tentait de les entrevoir derrière la ferraille qui lui servait de visage, témoignaient de son expérience en terme de sanctions exemplaires. Son Colisée lui apparaissait comme une si belle scène pour le drame dont il était l'auteur.

"Malheureusement les gens comme toi n'apprennent pas par la violence, je compte bien te marque par l'humiliation et le déshonneur. Je souhaite que chaque nuit tu trembles en te rappelant de ce jour maudit. Passons, c'est un beau kimono je dois le reconnaître, et je vais également t'informer qu'à partir de cet instant il m'appartient. Tu vas te lever, le retirer et me le donner, ou je viendrais le chercher moi-même. Ne tente même pas de me faire la morale sur la pudeur, nous sommes tous des amas de chairs sanguinolents et ç'aurait le don de m'exaspérer. Je t'aurais bien arraché tes attributs bestiaux pour les afficher comme trophées, mais tes vêtements sont amplement suffisants. Chaque fois que tu ouvriras ta garde-robe, tu te souviendras que celui-là est à moi, parce que tu étais trop stupide et faible pour le mériter, et je me raconterai ma victoire écrasante à tous ceux qui visiteront ma salle de trophées." Viktor était à la fin de son récit dans le dos de l'insolente vermine.
"Qui sait, je pourrait même l'offrir à Frédérica, ce si beau tissu, rien n'est plus précieux au yeux d'un père que le bonheur de sa famille."
Codage par Libella sur Graphiorum


auf:
Hésites pas à me dire par mp si c'est un peu borderline et qu'il faut changer un truc
Afficher toute la signature


Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) 4pt6
Noriko Tsukuyomi
chimère

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) XyYk8hR33/100Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) IUyLEY2  (33/100)
× Présence: présent
× Evolution : Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty × Age de la mort : 32 Féminin
× Age post-mortem : 289
× Avatar : Yotsuyu / Tsukuyomi de FF XIV Stormblood
× Croisée avec : Lièvre Arctique
× Appartement : Pucca
× Métier : Courtisane
× Epitaphes postées : 255
× Øssements335
Neutre/Sans genre
× Inscription : 30/05/2019
× DCs : Lyriana
chimère
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty #7le 18.06.19 18:24
"Frappe deux fois dans les mains, tu me vois
Frappe deux fois dans les mains, je suis là
Ferme les yeux et tourne toi
Frappe deux fois dans les mains, je suis là
Frappe deux fois dans les mains....
Ouvre les yeux... Et souffre en silence..." Comptine, auteur et race inconnue.


Ainsi donc était la belle histoire. Je devais bien me douter qu'un jour, les aléas de la mort m'auraient fait rencontrer quelqu'un qui me briserai, ou du moins tenterai. Cela ne me faisait ni chaud ni froid à dire vrai. Mais il était intéressant de voir les tenants et aboutissants des relations entre les gens qui nourrissaient mon chaos intérieur. Ainsi donc Viktor était lié à Frederica. Je ne pouvais pas tout savoir après tout, mais l'information fut enregistrée pour de bon. Je ne pouvais m'empêcher de sourire à entendre le châtiment qu'il proposait. Mon kimono en guise de trophée, cela avait un certain charme, il fallait l'avouer. Je doute que le zombi, après tant d'années, soit émoustillé par un corps de femme. De ce fait, c'était pour l'humiliation, pure et simple. Gentil que tu es pauvre zombi, je suis né dans un quartier ou l'on vivait plus nu qu'habillé. Alors ton humiliation passe limite pour quelque chose de commun pour moi.

Je regardai toujours avec l'envie de comprendre, parce qu'après tout, c'est fascinant de voir ça. Ce colosse de métal, pourtant si bourru, avait réussi à se lier d'amitié, voire même de paternité, puisqu'il parla de famille, avec une chimère. Adorable, vraiment. Je jouai doucement de mes doigts sur ma joue, tapotant doigt par doigt sur ma peau. Je la sentais se tendre un peu. La potion d'apparence n'allait plus durer longtemps. Ce fut un couac dont je me serai bien passé. Bien que je haisse ma forme bestiale, je ne voulais pas perdre mes oreilles; Question de principe, j'avais déjà perdu un pied dans la manoeuvre.

Pour une courte histoire, elle me paraît bien longue et ennuyeuse. Ainsi donc, si j'en suis votre logique... Ah.. La logique. Je me penchai un peu plus presque pliée totalement en deux Tu dois bien te sentir seul mon grand pour finir à faire ça. Je ne te connais pas, effectivement, mais dans un sens, si tu es zombie actuellement, c'est que tu as eu la bêtise de croire que l'on pouvait revenir à la vie. Outrage? Hérésie, plutôt, oui, je trouve que dans un sens, faut un certain courage. Je suis bien plus jeune que toi. Et je ne me targue pas d'avoir ta sagesse. Mais pour le coup. Va savoir ce que tu peux apprendre d'une jeunette comme moi.

Il était dans mon dos dorénavant. je devais être très prudente. Offrir à Fréderica mon kimono. Quelle bonne idée, après tout, pourquoi pas ? Vas-y mon grand, offre lui ce tissu, le obi qui va avec, mon ras de cou qui semble m'étrangler à chaque fois que je parle, cette pipe longue qui va de toute façon choir sur le sable. Tu veux cela ? Mais tu n'auras pas mon honneur. Parce que pour l'avoir, il aurait encore fallu que j'en ai de base. Et je n'en ai guère. Je me redressai alors, droite comme une digne représentante de mon rang. Nous pouvions avoir notre fierté, Courtisane. Je reculai de deux pas, comme si une mélodie de Shamisen accompagnait mes mouvements. Profites bien de ce spectacle, Viktor Von Eisenhädler, peu pourraient en profiter de la sorte. De mouvements amples, et calculés, jouant avec les manches larges de mon vêtement, les yeux de glaces mi clos, fixant la carcasse de métal devenue presque incandescente. Je vais te faire hurler à mort de rage et de haine.

L'on apprend les tours de passe passe au Yoshiwara, comment faire passer un objet d'un endroit à un autre, en utilisant ce qui nous sert le plus. Notre vêtement. Pris dans les plis du Obi, et juste avant que je ne fasse tomber ce dernier, je pris la dernière fiole qu'il me restait, pour la passer dans la manche et la faire revenir jusque ma main, alors que je me retourne, dos à lui, pour faire choir lentement sur mes épaules désormais nues ce qui me couvrait, je me tournais à nouveau, le kimono ouvert sur ma peau blanche exposée au soleil. Un oeil clos, un clin d'oeil même, la fiole ouverte entre mes lèvres. D'un coup de tête, j'avalais son contenu et presque immédiatement, tout ce qui me servait de vêtement tombèrent. je n'étais plus tangible. Cela avait certes beaucoup d'inconvénients, mais j'avais compris quelque chose avec ce lieu. Si je passe en ligne droite, je ne pourrais pas me perdre. Inutile de courir, de toute façon, je ne pourrais pas.

Moi aussi, je vais te raconter une histoire mon grand. Je ne suis pas idiote au point de venir dans un lieu sans imaginer un moyen de fuir. Bon, j'admet, je suis totalement nue désormais, mais tiens, je suis généreuse. Offre donc ce magnifique kimono à ta fille... Et surtout dit lui bien que j'ai adoré notre rencontre. Chaque jour, je me souviendrai en ouvrant ma garde robe, que Frederica aura un morceau de moi avec elle... C'est tellement grisant...

Je pensai me retourner et partir au plus vite, mais une douleur me saisit le coeur et la respiration. Cela ne pouvait pas plus mal tomber ! Peu de chose me font mal, pour ne pas dire rien en fait, puisque je ne ressens plus de douleur depuis mon injection. Ce qui, au passage est très mauvais, car je me brûle ou me claque les portes, bref, qu'un détail, mais finir avec les doigts brisés sans comprendre où on s'est brisé ces derniers, ça le fait moyen. Et bien là, mes petits, la douleur, était bien réelle. mon apparence ! Ma belle et délicate apparence me fuyait entre les mains. Tombant à genoux, je n'avais qu'un seul réconfort. Je pouvais passer à travers tout. Mais cette fois-ci, j'étais dans le plus simple appareil, le corps scindé en deux, noir et blanc, les cheveux de même et arborant ces ridicules oreilles de lièvre Arctique ! Véritablement une mauvaise journée. Mais je ne me sentais pour autant pas malchanceuse. Quelqu'un d'autre devait bien hurler intérieurement de voir son but lui échapper.

Sans rancune, mon grand ? Ce fut un plaisir de marchander avec toi.

Auf:
Non, non, c'est parfait ! Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) 2336342009
Afficher toute la signature


Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Tval
Viktor Von EisenHändler
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) 4DufPZL

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) XyYk8hR48/100Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) IUyLEY2  (48/100)
× Présence: présent
× Evolution : Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 956
× Avatar : Un cado par Milo :>
× Pouvoir : Vision de la mort
× Croisée avec : son armure
× Logement : Domaine d'Azra'êl & Viktor
× Métier : Croisé, forgeron, dompteur d'ours et amateur de guimauve
× Epitaphes postées : 611
× Øssements159
Masculin
× Inscription : 05/01/2019
"La justice n'est que punition, j'en déciderai le degré et la rendrai"
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty #8le 18.06.19 23:57
Le jouet d'un destin capricieux
Tout était bien trop facile, bien trop lisse, le petit tour de passe-passe digne d'un magicien de comptoir n'impressionna sûrement pas Viktor, et le corps nu de Noriko ne lui inspirai pas bien plus de fascination. Il avait dans le regard une froideur effrayante et désintéressée, celle de la mort diras-t-on, mais surtout celle d'un homme qui a vu tant d'horreurs et de merveilles du passé que celles du monde actuel lui paraissent insupportablement fades et décolorées. Il était cependant émerveillé par le dédain que vouait la chimère à son propre honneur, mais c'était une fascination morbide, il admirait en réalité ce qu'il voyait comme une bête sauvage sans dignité. Plus que de l'indifférence, c'était vraiment une profonde et marquante insolence insouciante qui habitait la démone.

"J'ai bien trop vu et entendu en milles années pour me voir enseigner quoi que ce soit sur n'importe quel sujet, à l'exception près que l'on pourrait m'apprendre à m'intégrer à cette triste ère des communications par machines." Viktor souriait toujours. Il revoyait dans son esprit des images construites par son imagination des bonnes époques où les humains se devaient encore d'échanger de personne à personne. "Hélas, c'est une leçon qui ne m'intéresse pas."

Il sentait une pulsion désagréable au plus profond des abysses de la raison qui lui restait. Probablement le sentiment qu'il avait le moins connu au monde, la culpabilité. La fillette ne semblait pas gênée par sa punition, mais le géant n'avait évidemment pas menti quand il disait la voir comme un enfant, et il se voyait comme un bourreau condamnant trop sévèrement une bêtise. Lui-même avait une habitude très persistante de chercher le conflit, mais surtout parce qu'il ne pouvait que gagner. Les rares défaites du zombie n'étaient que des sursis pour la gagnant, et les sept mers pouvaient témoigner du terrifiant fait que Viktor avait jusque là toujours eu le dernier mot quand il s'impliquait. Noriko était différente, c'était assez incompréhensible pour le croisé, mais elle semblait excitée par la défaite, lui qui se savait fou était décontenancé par une telle attitude incompréhensible. Les fous ne comprennent qu'eux-mêmes mais ne se comprennent pas entre eux, il faut croire. Viktor ramassa une longue pipe de bois tombée au sol avec une souplesse plutôt étonnante pour sa carrure. Elle était d'une extravagance abominable, mais nul doute qu'elle était fonctionnelle. Il tira de sa ceinture une pochette en tissu étrange, vida approximativement sa nouvelle trouvaille et la bourra avec une poudre rouge des plus suspectes. Un des nombreux remèdes naturels qu'il avait l'habitude de voir brûler dans sa main pour inspirer les vapeurs, mais une curiosité inutile le poussait à faire une expérience tout aussi inutile. Alors que son enthousiaste victime continuait à proférer des insanités, il coinçait la pipe entre les fentes de son casque et ses dents d'argent, et surtout versait sur sa main gauche un sombre liquide visqueux, probablement encore plus suspect que ses remèdes de grand-mère. Fouettant tranquillement sa main gauche avec sa jumelle, il embrasa d'une manière remarquable la première. Viktor n'avait pas vraiment à s’inquiéter pour son armure, il savait et allait la réparer, et il était morbidement ironique qu'il ait encore moins à prendre soin de sa main. Approchant un doigt embrasé du fourneau, il prenait enfin une première bouffée de fumée nauséabonde, après un silence d'une longue dizaine de secondes. Il avait déjà supposé que l'intruse était partie, tout en gardant cependant le kimono dans son champ de vision, et le diable seul vit un très rare visage qui exprimait son étonnement, alors qu'elle se tenait à genoux, arborant d'hideuses oreilles inhumaines.

"Sans aucune rancune ma petite, tu as reçu ton châtiment et je n'ai plus à te haïr. Tes excroissances animales m'apparaissent maintenant bien trop disgracieuses pour mériter le titre de trophée." Il tendit la main pour ramasser l'élégant habit qui traînait innocemment sur le sol, mais réalisant que les flammes qui y dansaient pouvaient compromettre l'intégrité du kimono, il s'empressa de se débarrasser du simili-napalm d'un mouvement subtil pour enfin mettre la main sur son butin.

"Maintenant que ces tristes affaires sont derrière nous, parlons d'avenir. Tu n'es pas stupide, juste immature, et j'ai de toute manière bien assez d'ennemis qui attendent de voir un javelot dévorer leurs poumons. Je ne suis pas au fait de ta relation actuelle avec ma fille, mais nous pourrons sans problème reprendre nos affaires si vous avez ou allez enterrer la hache de guerre" Viktor arborait le même rictus mauvais qui l'accompagnait dans ses nuits de carnage. "Et puis, je ne veut pas être seul à voir le monde brûler avec un oeil amusé."
Codage par Libella sur Graphiorum
Afficher toute la signature


Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) 4pt6
Noriko Tsukuyomi
chimère

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) XyYk8hR33/100Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) IUyLEY2  (33/100)
× Présence: présent
× Evolution : Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty × Age de la mort : 32 Féminin
× Age post-mortem : 289
× Avatar : Yotsuyu / Tsukuyomi de FF XIV Stormblood
× Croisée avec : Lièvre Arctique
× Appartement : Pucca
× Métier : Courtisane
× Epitaphes postées : 255
× Øssements335
Neutre/Sans genre
× Inscription : 30/05/2019
× DCs : Lyriana
chimère
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty #9le 19.06.19 20:07
Je n'ai qu'un désir, celui de te voir tomber
ô monde infâme que je pensai à ma portée.
Je tombe dans un tourbillon de poussière
Comme autant de cendres jetées à la mer.

Épitaphe inconnue

J'avais plusieurs impressions simultanées. Je ne sentais pas le vent ou la chaleur, ni le soleil et ses rayons. L'intangibilité à ses points positifs, comme celui de ne pas se faire trancher comme un vulgaire fruit trop mûr, mais aussi bien des désagréments. Non, je ne parlerai pas de nudité, puisqu'après tout, c'était un peu mon métier. Non, c'était le fait de voir ma possession la plus importante finir entre les lèvres décharnées d'un zombie pluri centenaire. Passant tout ce qu'il peut dire sur ma mentalité, après tout ce n'est que subjectif, je restai un instant à méditer sur ces paroles. Nous étions d'accord sur pas mal de points, qui me semblaient d'importance.

Pourquoi continuer d'en vouloir à quelqu'un qui ne fait que suivre ses instincts ? je suis moi-même ainsi, je suis très mal placée pour en vouloir. Sur l'entrefaite, je pensai pouvoir fuir directement, comme à mon habitude, mais, ma tirade de fuir recueilli une réponse qui me fit froid dans le dos. Alors que je ne puis plus rien ressentir. Je me retournai lentement, l'oreille droite d'abord, et le visage, puis le buste et enfin le reste du corps.

Je croisai les bras sous ma poitrine, n'ayant plus rien à fumer, je me sentais assez démunie. Il fallait que je passe mes nerfs. Le plus vite possible, mais je n'avais rien. Mon stratagème s'était quelque peu retourné contre moi. Cela faisait cruellement plaisir de remarquer que cette carcasse désormais fumante, se fichait de mon corps. Un vent de liberté m'étreignit, et je m'approchai à nouveau, de toute façon, n'ayant aucune crainte pour mon intégrité.

Enterrer la hache de guerre, mh? Comment t'expliquer cela, mon grand. Frederica me hante depuis quelques temps, maintenant. J'ai perdu le compte des années, mais je me souviendrai toujours de cette sensation de danger qui me prit les tripes pour me sur élever à ce niveau de conscience. Je n'ai rien contre toi, en fait. Au contraire, j'aimais bien rendre un semblant de justice en envoyant ceux qui se pensaient capable de piller dans ce lieu sordide. Je m'accroupis, et fixait le sable, la main sur la joue, quelque peu désabusée.Nous avons chacun nos vices, et moi, pour le moment, c'est Frederica Braincroft. Ce n'est pas de l'amour, ou de la haine. Puisque tu as réussi à me pousser dans mes derniers retranchements, et que tu es d'accord sur le fait que cette apparence est juste le fruit d'un caprice du destin, je vais t'expliquer ce que nous avons comme relation.

Je m'étendis quelque peu, me dos craqua un instant. Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas sentie aussi bien en réalité, quel paradoxe. j'en avais pour six heures. Bon, sans doute minorée de vingt ou trente minutes actuellement, mais j'imaginai tellement la sensation de passer à travers les objets. Je me doutais que dans un sens, il n'en avait que faire de ce que je ressentais. Aussi, c'est précisément pour cela que je voulais lui expliquer. Car c'était sans nul doute le cadet de ses soucis.

Rarement dans ma vie, je porte quelqu'un dans mon âme. Ce n'est ni de l'amour, ni de la haine, c'est juste compulsif, je dois la voir, je dois étreindre sa chair, je dois la faire devenir totalement... disons... à ma botte. Pour cela, j'utilise tout et n'importe quoi tant que le chaos est généré. Mais sache que je ne lui veut pas de mal en tant que tel, puisque je ne tente pas d'attenter à son intégrité. Je suis bien trop fascinée par ce regard, ces formes et son caractère. Je charnel, mon grand, cela a été ma marque de fabrique pendant pratiquement mes 32 années de vies. Alors en terme de déshonneur... Ce n'est pas de la bêtise. Mon corps, mon coeur, mon âme, tout cela m'est tellement futile finalement.

Je remarquai que plus j'en parlais et plus mon sourire s'étirait. Une obsession malsaine m'avait étreint à nouveau, me donnant cette chair de poule liée au danger qu'elle représentait. En gros, tu m'as donné ce que je voulais mon grand, à être comme tu es. Et ma perte de vêtements ou de pipe est juste un moyen supplémentaire d'arriver à mes fins. Je restai un moment silencieuse, fixant le sol, me demandant jusqu'où pourrait aller le chaos si lui et moi étions ligués contre ce monde décidément trop lisse et trop pur. Je passai mes doigts dans ma chevelure bicolore, dardant de mille feu de haine pour mon propre corps.

Il me restait encore du temps à tuer, si tant est que la mort peut tuer le temps. Je baissai un peu plus le visage, penché vers la carcasse de métal qui avait violé ma pipe sans vergogne. Je n'avais pas forcément de ressentiment pour Viktor. Ce géant avait ses convictions comme j'ai les miennes. Aussi, je me redressai et m'avançai vers lui, sans dire mot, pour le traverser comme un spectre bien caricatural.

Soit pactisons toi et moi. Mettons ce monde dans un chaos comme il n'en a jamais connu. Comptons les flammes et les pleurs. Ces gens pensent que la mort est une vie paisible. Mais il faut encore mériter la paix qui nous prend dans ses bras. Je ne mérite pas cette paix, alors pourquoi aurais-je droit au calme éternel? Pour m'ennuyer éternellement ? Non, mon grand... Toi et moi, si tu le désires, on va accomplir de grandes choses. Et je paris qu'un certain roi va s'en faire des cheveux blancs...
Afficher toute la signature


Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Tval
Viktor Von EisenHändler
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) 4DufPZL

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) XyYk8hR48/100Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) IUyLEY2  (48/100)
× Présence: présent
× Evolution : Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) EmptyLe jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 956
× Avatar : Un cado par Milo :>
× Pouvoir : Vision de la mort
× Croisée avec : son armure
× Logement : Domaine d'Azra'êl & Viktor
× Métier : Croisé, forgeron, dompteur d'ours et amateur de guimauve
× Epitaphes postées : 611
× Øssements159
Masculin
× Inscription : 05/01/2019
"La justice n'est que punition, j'en déciderai le degré et la rendrai"
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty #10le 20.06.19 1:19
Le jouet d'un destin capricieux
Cette femme avait un problème. C'était la première pensée qui vient à l'esprit tout aussi problématique de Viktor. Il avait mis bien trop de temps à comprendre que Noriko semblait ressentir une attirance malsaine envers le danger. C'était assez incompréhensible pour le zombie, mais il avait probablement déjà trop souffert pour en tirer une satisfaction ou l'inverse. Elle avait beau y mettre des mots, ce qu'elle ressentait pour Frédérica était toujours incompréhensible pour Viktor, mais il gardait bien en tête qu'il avait trempé dans une époque où les relations humaines étaient milles fois plus simples, avant de rejeter ces dernières au profit d'un mode de vie miraculeux de nomade. Il avait beau se faire des amis et d'innombrables ennemis en Tokyo, rien pour lui ne valait les rencontres au hasard des chemins et les amitiés souvent sans lendemain, encore plus belles si un réseau de connaissance transmettait des salutations et des nouvelles entre tous les membres sur plusieurs années. Il avait tant appris de ses voyages qu'il ne blâmait pas les autres pour leur ignorance.

"Tu as une obsession malsaine pour ma fille, je ne vais pas embellir les faits. Mais ainsi soit-il si elle y consent. Je compte repartir d'ici quelques mois en Afrique, pour me rappeler la bonne époque. Une aventure en quelque sorte, longue de trois années. Je compte vous emmener toutes deux avec moi, on en apprend énormément sur les gens quand on doit partager leur quotidien et leurs situations de crise. J'ose également espérer que l'air frais soignera ta lubie pour ma vipère"

Elle semblait avoir remarqué que Viktor l'avait dépossédé de sa pipe. Il comprenait bien qu'on pouvait voir cet acte comme un vol honteux, mais l'idée du terme de possession de Viktor ne semblait pas coller à ceux du bien-pensant. Pour le croisé, on possède ce que l'on sait protéger soi-même, que ce soit en engageant des gardiens ou en maniant une hallebarde. Il voyait déjà la pipe comme la sienne, parce qu'il savait qu'aucun homme sur la terre des morts n'allait le mettre au sol sur l'arène. Ceux qui avait tenté avaient de toute manière disparus dans des circonstances en aucun cas étranges, un colosse comme lui n'avait que faire de la subtilité. La chimère le traversait, lui et son armure. Une sorte de parade nuptiale moderne sûrement, mais Viktor ne portait aucun intérêt à la chair, elle prit cependant fin quand le lapin hors de son terrier reprit la parole. Quelque chose le dérangeait énormément dans les paroles de la perfide chimère.

"Je ne peut que remarquer... Tu me parles comme si nous étions camarades, ou quelque chose de la trempe. Plutôt, j'ai l'impression que tu me vois comme un égal. Je me dois de mettre au clair que tu n'as probablement pas la moitié de ma puissance. Je n'ai pas vraiment de don pour la diplomatie, et tu as sans aucun doute plus de relations que moi, mais j'ai une force physique bien plus écrasante que les petits complots sauront en créer."

Viktor était tiraillé entre deux émotions dont il aurait pu se passer, la méfiance et l’orgueil. Il ne pouvait évidemment pas montrer à tout le monde la force physique dont il parlait, qui n'était bien sûr pas celle de ses bras, et il savait que les seuls à l'avoir vue s'accumuler au fil des années étaient tombés en poussière. Naturellement, l’orgueil l'emporta. Il vers les bords du Colisée, et s'approchait d'une porte qui ne semblait pas plus extravagante que les autres. Pour la deuxième fois aujourd'hui, il se servit de lui-même et de son armure comme d'une torche pour se préparer à explorer les fatalement très, très sombre tunnels qui couraient sous le monument.

"Mais tu pourrais sûrement m'être utile. Je t'invite à admirer une magnifique scène. Une portion de tout le travail de ma deuxième vie, et même le chemin pour y accéder. Tu comprendras que ce n'est pas le graal, ni mon art et mon or que l'on envie, les voleurs viennent pour s'approprier le pouvoir. Diables, Dieux, et peut-être toi savent quel pouvoir."
Codage par Libella sur Graphiorum
Afficher toute la signature


Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) 4pt6
Contenu sponsorisé
Le jouet d'un destin capricieux Ft Viktor (Warning 16+) Empty #11
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Pseudo :

forums partenaires