en partenariat avec...
Nano RoleplayEsquisseJust MarriedMaster PokéThe Holiday ScamGifted
Recherche
Recherche avancée
Annonces
Elena a posté un rp libre dans le musée
Elena recherche un personnage masculin pour un rp négatif

Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd]

Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] Empty #1le 11.05.19 0:20
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Hypnos Sclavak
Nécromancien

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] As64OwE0/100Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EeIQN7j  (0/100)
× Présence: présent
× Evolution : Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EmptyTell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EmptyTell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EmptyTell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EmptyTell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EmptyTell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] Empty
Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] Empty × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Tomura Shigaraki de Boku no Hero Academia
× Pouvoir : Contrôle des Songes
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Voleur professionnel
× Epitaphes postées : 49
× Øssements341
Féminin
× Inscription : 10/04/2019
× Surnom : le molosse
Hypnos Sclavak
Nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4718-hypnos-sclavak-do-n
The last refuge of the insomniac is a sense of superiority to the sleeping world.
Tu cours à en perdre haleine. Tu cours car ta vie en dépend. Tu cours sur cette route goudronnée et infinie. Tu cours sans t’arrêter, sans te retourner… mais il te suit. Il est là, tu le sais, tu le sens. L’air glacé te pique les yeux et fait couler des larmes sur ton visage blanc. Tu n’aimes pas courir, ton cœur n’y est pas habitué, tes muscles non plus. Tu ne vas pas pouvoir lui échapper encore longtemps et pourtant tu n’as pas le choix. Tu dois courir. Alors tu poursuis ta course effrénée dans ce décor sombre et macabre. Tout ici t’effraie et t’angoisse, mais tu n’as pas le temps d’observer autour de toi, tu ne peux que courir, fuir, tenter de t’échapper. La pression qui enserre ton cœur et tes poumons est abominable mais tu ne peux pas t’arrêter. Les larmes dues au vent glacial se changent en larmes de panique car tu ralentis malgré toi. Tes frêles jambes ne peuvent plus soutenir ton poids et tu tombes une première fois. Tu l’entends derrière toi, sa présence hérisse les poils sur ta nuque et tu cries en te relevant. Tu te hisses difficilement avec l’impression que le goudron fond sous tes pieds. Mais ta réussite se solde bientôt par un échec à peine quelques pas plus loin. Tes jambes refusent d’obéir. Tu trembles comme une feuille, tu es la proie seule et affaiblie dans l’obscurité. Et le loup n’est pas loin, il arrive. Tu l’entends… tu entends son souffle rauque et lent. Il n’est pas pressé. Il sait qu’il t’aura tôt ou tard, il n’a qu’à marcher et regarder t’épuiser. Tu entends ses pas lourds. Tu t’arraches les ongles sur le bitume pour te forcer à reprendre ta course, mais rien n’y fait, tes genoux flanchent par deux fois. De la panique, tu passes à la terreur, tu voudrais que ça se finisse vite au moins. Mais il avance encore. Tu sens son haleine nauséabonde et son souffle annonceur de mort qui caresse tes cheveux. Monstre tourbillonnant, concentré de tes pires craintes, c’est un corps noir et difforme aux yeux blancs et fous, il n’a rien d’humain, rien d’animal, rien de réel. Et pourtant tes sensations et tes émotions ne sont jamais aussi intenses que dans tes cauchemars, malédiction d’Hypnos. Il est là. Paralysé, tu hurles ; silhouette rampante sur cette unique route noire, tu veux mourir. Les battements de ton cœur t’assomment, le sang tape à tes oreilles, la terreur broie tes entrailles et tord ton cœur dans tous les sens. Tu veux mourir. Mais tu te réveilles.

Hypnos prit une grande goulée d’air, tout tremblant. Le jeune Nécromancien avait l’impression de ne plus avoir respiré durant de longues minutes. Il appuya sa main sur sa poitrine pour calmer son cœur et reprendre ses esprits. Un petit coup d’œil à son téléphone confirma ses craintes : il avait dormi à peine un quart d’heure. Deux émotions se mélangèrent alors dans sa tête : la terreur du cauchemar encore présent et l’excitation de partir en chasse. En quelques secondes il passa littéralement du rire aux larmes. Son visage encore trempé un sourire hystérique lui monta aux lèvres. Le sourire d’un homme de vingt ans qui en paraît cent. Les cernes ridés autour de ses yeux sont flagrants, il est épuisé continuellement. Quinze minutes de sommeil c’est la seule chose qu’il a pu obtenir après trois jours d’insomnie. Et rien de reposant. Il avait besoin de chasser. Le Nécromancien se hissa hors de son instrument de torture appelé lit et vida un reste de boisson énergisante. Un nouveau tee-shirt, un sweat à capuche noir et le voilà parti. Il sait déjà qui va être sa cible. C’est la troisième fois qu’il s’introduit chez lui, la troisième fois qu’il l’observe dormir et frôle son crâne de ses longs doigts pour épancher ses cauchemars étouffants. Joyd Vorensen. Il ne lui a rien fait, il l’a même aidé dans le temps, lui et son jumeau Thanatos. Il s’en méfiait à vrai dire, mais c’était surtout un choix tactique et facile : il ne connaissait personne d’autres encore ici.

Il fut bientôt dans l'appartement "Kiss". La décoration le dégoûtait lui qui aimait les monochromes sombres mais l'excitation d'utiliser son don vengeur l'emportait. C'était un chat discret qui avança à pas feutrés jusqu'à la chambre de sa cible. Un sourire carnassier découvrit ses dents blanches et il posa doucement ses mains sur le crâne du nageur. Il prit une inspiration, ferma les yeux et vida violemment les cauchemars qui l'assaillaient dans l'esprit du jeune homme. Il regarda avec un petit sourire qui étirait ses lèvres crevassées les sourcils de sa proie se froncer. Ses yeux rouges, gorgés de sang à cause de la fatigue ne quittaient pas le visage du Nécromancien endormi. Il aurait adoré savoir ce qui se passait dans cette tête à cet instant, quels étaient le rêves noirs qui avaient pris possession du pauvre Joyd qui n'avait rien demandé à personne et surtout pas Hypnos...

(c) AMIANTE

Afficher toute la signature



Nightmare

©XynPapple

Spoiler:
Merci Perséphone pour ce superbe vava  Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] 2058150682
Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] Empty #2le 21.05.19 14:54
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Invité
Invité

Il regardait ses mains tremblantes se teinter de rouge. Il les regardait couler de cette horrible couleur de vie. Cet amour et cette haine portant le même drapeau s'accrochant à sa peau. Il ne pouvait pas quitter des yeux la forme immobile qui se laissait entrapercevoir entres ses doigts. Un corps jeune et féminin. Il savait qui s'était. Il savait aussi que c'était fini. Que son cœur avait cessé de battre pour lui. Sa sœur.. Sa petite sœur. Elle devait être immortelle, elle lui avait promis, ils se l'étaient promis. De quoi est elle morte? Est-ce son sang qui tâche sa peau ? L'idée que ca puisse être de sa faute ne l'effleure pas encore. Il se contenta de poser sa main sur l'épaule frêle et de secouer ce corps bien trop figé. Sa petite sœur. Le seul être qu'il ai finalement un jour aimé. Plus que ses parents, que ses chats, que la natation, sa petite sœur est son seul trésors.

Et elle est morte.

Il l'entendit tomber alors. Un horrible son métallique qui vient de rencontrer le sol poisseux. Il ne voulait pas accrocher son regard sur l'objet de sa douleur. Oh non, loin d'être physique, elle lui détruisait les sens, lui martyrisait les pensés, lui annihilait les sentiments. Elle le réduisait en miettes.  Un cris. Un hurlement silencieux qui transperça sa gorge, qui écrasa sa glotte pour ne produire aucun son.

Il avait tué sa sœur.

Il ne pouvait rien lui arriver de pire. Il ne pouvait pas y avoir plus douloureux. Pourquoi est ce que ce n'était pas lui qui était là, trempant dans une flaque carmin. Elle ne pouvait pas mourir ! Lui avait déjà testé, qu'importe s'il recommençait. Elle devait vivre ! Qu'importe le prix.

Éclair blanc.

Un râle, une sueur froide. Un « non » craqué, murmuré. Un prénom. Tout semblait distordu, cassé. Un mouvement sec et un autre froncement de sourcil. Il se sentait étouffé, cette douleur dans la poitrine.  Crise d'angoisse ? Non... Autre chose.

Elle avait ouvert les yeux. Elle avait papillonné des paupières pour plonger son regard dans celui du nageur. Une nouvelle joie s'était emparé de sa poitrine. Elle était vivante finalement. Elle le regardait avec ce petit sourire triste qu'il détestait voir sur son visage. Elle attrapa l'arme que Joyd répugnait à regarder et se trancha simplement la gorge. Une seconde mort. Une mort qu'elle avait choisi. Une nouvelle douleur, une nouvelle horreur. Un nouveau « non » et des larmes.

Le réveil se fit violemment. Ce n'était pas la première fois mais il aimerait franchement que ce soit la dernière. Il se redresse, le souffle court. Les yeux embrumés de larmes et un trou sans fond dans le ventre. Il n'en pouvait plus. Il ne pouvait plus voir sa sœur mourir inlassablement de manière toujours plus horrible. Il se fichait de sa propre vie. Elle ne comptait pas mais sa petite sœur était et restera intouchable. Mais il n'avait pas ce pouvoir. Pas dans le monde des rêves, là-bas, il n'avait aucun contrôle.

Il ne prit pas le temps d'essayer de se calmer. Il n'était pas seul, c'est tout ce qu'il savait. Il tourna brusquement la tête vers cet être blanc aux yeux luisants. Il le connaissait. Mais d'où ? Tout semblait flou mais il le voyait, il le regardait au travers de ses larmes.

-C'est à cause de toi ?

Qu'est ce qu'il disait ? Ca n'avait pas de sens. Comment est ce que ca pouvait être lui le responsable de ses cauchemars ? Par contre.

-Qu'est ce que tu fous là ?

La fatigue peut-être, la peur sûrement. Il tendit la main devant lui, il ne savait pas ce qu'il voulait vraiment, il était trop tôt. Ou trop tard. Mais il avait besoin de retenir l'albinos. De fermer son poing sur on haut.

Qu'il était lent.
Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] Empty #3le 23.05.19 2:45
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Hypnos Sclavak
Nécromancien

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] As64OwE0/100Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EeIQN7j  (0/100)
× Présence: présent
× Evolution : Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EmptyTell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EmptyTell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EmptyTell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EmptyTell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EmptyTell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] Empty
Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] Empty × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Tomura Shigaraki de Boku no Hero Academia
× Pouvoir : Contrôle des Songes
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Voleur professionnel
× Epitaphes postées : 49
× Øssements341
Féminin
× Inscription : 10/04/2019
× Surnom : le molosse
Hypnos Sclavak
Nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4718-hypnos-sclavak-do-n
The last refuge of the insomniac is a sense of superiority to the sleeping world.
Es-tu sadique? C'est une question que tu ne t'étais encore jamais posée et pourtant elle te vient à l'esprit. C'est d'abord une pensée fugace qui traverse la rive, dérivant doucement sur l'eau, mais au moment où elle allait disparaître quelque chose la retient. Elle s'accroche là, quelque part, dans un coin de ta tête et refuse de s'en aller. Prends-tu du plaisir à faire souffrir les autres? Ton sourire perd un peu de son superbe, même si tes mains ne tremblent pas. Il est des questions qu'il ne vaut mieux ne pas poser et il est des réponses que l'on ne souhaite pas connaître. Pourquoi penser à ça maintenant? Non, tu n'es pas sadique. Bien sûr que non. C'est de la survie, tu as besoin de le faire, tu as besoin de sommeil. Le sommeil est vital mais pour toi il est nécessaire, il y a si longtemps que tu n'as pas dormi d'un sommeil reposant. Qui pourrait te le reprocher? Tu te mords la lèvre: Joyd. Joyd aurait le droit de te le reprocher puisqu'il subit ce que tu fuis en ce moment-même. Egoïste... oui tu l'es. Sadique non. Le plaisir que tu y prends n'est que de l'excitation quant à ta future récompense, c'est tout. Oui c'est tout. Soudainement, tu n'as plus envie de savoir ce qui se passe dans la tête de ta proie. Tu ne veux pas entendre ce qu'elle entend, voir ce qu'elle voit.

Le rythme cardiaque du jeune homme chétif s'accélère. Il se passe quelque chose, quelque chose qu'il ne contrôle pas. Joyd serait-il en train de se réveiller? Il est habitué à la sueur, aux paroles et gémissements que les cauchemars entraînent mais c'est une voix réveillée qui s'adresse à lui. L'albinos écarquille les yeux et bascule en arrière. Il faut fuir, fuir hors de sa portée. Mais Hypnos n'est un félin gracieux que dans l'obscurité et la discrétion, à la lumière du jour il n'est que le vilain petit canard boiteux. Il n'avait d'ailleurs pas prévu pareil scénario. Il se renverse gauchement mais le poing musclé se referme sur son tee-shirt. Non. Tout mais pas ça. Ses souvenirs se mêlent à la réalité, hallucinations découlant de son manque de sommeil. C'est le poing du prêtre qui l'attire à lui et saisit son visage d'enfant dans sa main immense. Contact. Peau. Toucher. Ses poils se hérissent, il aimerait se débattre mais le mot n'est tout simplement pas fait pour lui car sa force est nulle. Pourtant son dégoût est monstrueux, il ne veut pas qu'on le touche, que la peau d'un autre être humain frôle son épiderme d'une pâleur extrême. Il panique en essayant de se défaire de la poigne du nageur musclé. Il devient soudainement la victime, la proie. Dans le monde éveillé, Hypnos n'a plus aucun pouvoir, plus aucune force. Son sourire a définitivement disparu et il réussit à reprendre assez de souffle pour siffler:

"Lâche-moi!"

Dans un mélange de russe et de japonais. Il était là, celui qui avait violé l'intimité d'autrui, celui qui avait teinté son sommeil de rêves ensanglantés, il était là à s'offusquer d'une telle réaction. Personne ne devait le toucher c'était sa seule obsession, il avait oublié les rêves, les cauchemars et la chasse il ne cherchait qu'à mettre de la distance entre la main qui tenait son tee-shirt et lui, étirant le tissus à l'en faire craquer. Il avait l'air d'un adolescent mal nourri à côté des muscles de l'autre Nécromancien... Et les mots se mélangeaient encore dans sa bouche paniquée:

"J'ai rien fait, laisse-moi pu*ain!"

Il ferma les yeux un bref instant, le temps de superposer sa vision à ses hallucinations: il voyait la main plus grande qu'elle ne l'était, calleuse et couverte d'une toison blonde. Elle ne tenait pas seulement son tee shirt elle avait saisi ses cheveux blancs pour faire basculer sa tête en arrière, pour le forcer à regarder son agresseur dans les yeux. C'était un tourbillon de souvenirs et de panique, était-il l'agresseur ou l'agressé? Qui était la victime ici? Trop de sensations et d'émotions se bousculaient en lui, il avait désespérément besoin de dormir, de dormir sans cauchemarder, pourquoi personne ne pouvait le comprendre? Et pourquoi ce foutu bras était-il aussi musclé bordel?

(c) AMIANTE

Afficher toute la signature



Nightmare

©XynPapple

Spoiler:
Merci Perséphone pour ce superbe vava  Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] 2058150682
Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] Empty #4le 29.05.19 0:33
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Invité
Invité
Et malgré tout. Malgré le réveil bien trop récent, brutal et tôt, il arriva à refermer le poing sur le haut de son adversaire. Il s'en étonna lui-même en haussant légèrement les sourcils mais il ne lâcha rien. Un instant il secoua la tête pour se débarrasser des dernières poussières de sommeil. Il n'avait jamais eu de soucis pour se réveiller vite, le sommeil étant un besoin vital plus qu'un plaisir. Il dormait quand il était fatigué ou déprimé, jamais pour le plaisir de faire une sieste ou pour passer le temps. Mais quand il dormait mal, qu'il faisait des cauchemars, qu'il se réveillait en larmes alors le sommeil devenait un clavaire. Et ces dernières nuits étaient des calvaires, l'une après l'autre. Horribles.

Il ne sentait pas la force qu'il mettait dans le poing qui se refermait sur ce t-shirt. Il n'en avait pas vraiment confiance hagard comme il était. Mais il n'eut aucun mal à entendre la demande de l'éclair blanc. Elle était trop forte, il y avait trop d’énergie dans sa demande. Elle ne lui plus pas. La voix était perçante, pressante, impérieuse. Dans un réflexe surpris, il lâcha sa proie ou son agresseur. Il n'en savait rien. Il lâcha juste.

Et la voix reprit. Il avait rien fait ? Une once d’énervement, la fatigue sûrement, le choc aussi, il ferma à nouveau la main sur la crevette blanche. Sur son poignet cette fois. Et il siffla, la voix toujours enraillée :

-C'est de ta faute.

Il le tira vers lui. Pas trop fort, mais assez pour le faire réagir. Cauchemars et réalité se mélangeaient doucement.

-C'est à cause de toi qu'elle est morte.

Il sentait ses mots lui brûler la gorge. Ca ne devait jamais arriver et pourtant, au fin fond de sa poitrine un espoir coupable avait fleuri. L'espoir que si elle mourrait … Il la reverrait. Il s'en voulu à l'instant même où il réalisa. Et pourtant, il ne s'en débarrassa pas. Elle restait collée à ses côtes. Elle lui grignotait les intestins mais l'espoir était toujours là.

Il se haït à ce moment là. Et il en voulait à l'intrus qu'il n'arrivait pas à remettre, pas encore. Un capharnaüm d'émotions principalement négative, la fatigue, la peur et la colère obscurci le contrôle et le jugement de Joyd. C'était la fin.

Les yeux écarquillés, les larmes aux bords des paupières, son souffle lui échappa. Un soupir qui vint doucement caresser le visage de son interlocuteur. C'était le déclic. Un souffle qui déclencha la tempête. Il sentit ses poumons se contracter sans qu'il ne fasse rien. Il sentit son souffle se bloquer dans sa gorge. Il avait l'impression qu'il venait de plonger, il n'avait plus le droit d'inspirer, il ne devait pas ouvrir ses poumons, l'Eau si engouffrerait sans qu'il ne puisse l'arrêter. Il ne devait pas inspirer. Il ne pouvait pas inspirer. L'apnée prenait sa place.

Mais lui en face, lui qui prenait le revers de la médaille, l'autre côté du pouvoir. Lui dont l'apnée n'était pas une seconde nature, comment est ce qu'il pouvait vivre cette absence, cette interdiction. Lui qui ne pouvait plus que suffoquer... ?
Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] Empty #5le 04.06.19 2:21
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Hypnos Sclavak
Nécromancien

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] As64OwE0/100Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EeIQN7j  (0/100)
× Présence: présent
× Evolution : Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EmptyTell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EmptyTell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EmptyTell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EmptyTell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EmptyTell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] Empty
Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] Empty × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Tomura Shigaraki de Boku no Hero Academia
× Pouvoir : Contrôle des Songes
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Voleur professionnel
× Epitaphes postées : 49
× Øssements341
Féminin
× Inscription : 10/04/2019
× Surnom : le molosse
Hypnos Sclavak
Nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4718-hypnos-sclavak-do-n
The last refuge of the insomniac is a sense of superiority to the sleeping world.
Pendant un instant, un bref instant il sentit l'étreinte qui lui semblait mortelle s'amoindrir. En l'espace de quelques secondes il posa un oeil froid et calme sur la situation: il étaient encore dans l'appartement du nageur, il fallait qu'il en sorte vite ou il aurait de vrais problèmes. Mais ledit nageur l'attrapa de nouveau et la vision du jeune Nécromancien vacilla. Encore et toujours cette main immense, solide, cette main invincible contre laquelle il ne pouvait pas lutter, contre laquelle il était impuissant. Il se mit à crier. La panique et la peur le rendait fou. Car il était redevenu gamin. C'était une main qui tirait son tee-shirt de la même façon, les doigts frôlant la peau de son maigre torse. Il avait les yeux rouges et cernés. Il voulait dormir, on l'en empêchait... pourquoi déjà? Le sommeil lui ouvrait ses bras et ses yeux se fermaient tous seuls mais il payait chacun de ses affronts. On le soulevait du sol... ses pieds touchaient-il le sol de l'appartement Kiss à cet instant? Certainement, mais Hypnos n'en avait pas conscience. Il ressentait d'un seul coup le manque de sommeil comme une drogue vient brutalement rappeler à son corps dépendant qu'il a besoin d'elle plus que tout au monde. Hypnos avait besoin du sommeil calme et reposant plus que tout en cet instant mais chaque fois que ses yeux se fermaient il avait l'impression qu'on lui matraquait le dos et que ses lèvres étaient rongées par l'acide.

Il se débattait avec la rage du désespoir mais toute la rage du monde ne pouvait rendre son corps faible un tant soit peu résistant... du moins pas assez pour contrer ce bras musclé d'un nageur aguerri, sportif de haut niveau. Sa voix lui parvint pendant qu'il tentait d'arracher des lambeaux de peau avec ses ongles à défaut d'avoir la force nécessaire pour s'échapper de la douloureuse étreinte. Sa faute? un éclair de culpabilité l'assaillit. Oui c'était sa faute. Il était faible. Il avait échoué à créer une bombe. Il s'était tué, emmenant avec lui son frère jumeau. Oui c'était sa faute. Il volait les rêves pour ne laisser qu'une traînée de sombres et douloureux cauchemars... c'était de sa faute en effet. La culpabilité avait un goût âcre dans sa bouche. Non pas âcre. Acide. Comme celui qui lui avait brûlé les lèvres des années auparavant, oui c'était cela. Mais la voix de Joyd retentit de nouveau. Qu'elle est morte? Quel cauchemar Hypnos avait-il bien pu réveiller dans ses sombres pensées. Etait-ce sa mère? Non, non il ne fallait pas penser à un lien si fort, c'était douloureux, étouffant. Ce devait être son amante, oui. Hypnos s'efforçait de s'en persuader, il n'avait jamais été amoureux alors il était plus facile pour lui de gérer cette culpabilité là: il avait offert à Joyd un sombre rêve dans lequel mourait sa dulcinée... C'était triste mais il s'en remettrait. C'était plus gérable pour lui de penser cela, il ne voulait pas s'interroger sur la perte d'un lien maternel ou fraternel. C'était trop douloureux, trop compréhensible pour lui. Il n'avait rien fait de mal, il fallait qu'il s'en persuade.

Il fallait qu'il empêche cette main de le toucher ainsi, il lâcha la tension un instant pour reprendre ses efforts avec plus de vigueur. Juste le temps d'un soupir, il sentit le souffle du nageur caresser son visage et se mit à pousser de toutes ses forces pour se débarrasser de celui qui avait été la proie et qui se changeait désormais en chasseur. Mais quelque chose n'allait pas. Il ne pouvait plus respirer. Sa bouche s'ouvrait comme celle d'un poisson en dehors de l'eau sans que l'air ne s'y engouffre. La main devint un problème lointain, ce contact corporel qui générait tant de panique encore quelques secondes auparavant n'était plus qu'un souvenir parmi tant d'autres. Il fallait qu'il survive.

Il faut que tu survives, il faut que tu respires, il faut vivre peu importe le coût! Tes yeux se remplissent de larmes et tu te laisses tomber sur le sol. Plus rien n'a d'importance sauf ça! Vis, survis, bats-toi! Tu veux crier mais tu ne peux pas, tu veux pleurer, hurler, entendre ta voix grésillante mais aucun son ne sort. Tu plaques sur ton cou et sur ta poitrine tes mains pâles, tu enfonces dans ta chair tes ongles vernis de noir mais la douleur n'a pas d'autre effet que sa seule existence: il n'y a pas de déclic, pas de libération. Il est là le sommeil que tu as tant recherché. Il est là juste devant toi à quelques centimètres. Il te suffit de tendre le bras et de le saisir... vas-y, regarde! Tu n'as qu'à t'endormir, fermer les yeux. Laisser ton corps s'endormir pour toujours, privé d'oxygène, privé de culpabilité, privé de douleur et de cauchemars, privé de tout! Elle est là ta véritable libération. Tes yeux gorgés de sangs papillonnent: tu aperçois la forme du nageur face à toi. Que lui arrive-t-il? Lui aussi est-il dans le même état que toi? A-t-il goûté à cette suave et enivrante sensation de laisser aller? De fermer les yeux pour toujours, pour le sommeil le plus long et le plus reposant d'une vie...?

(c) AMIANTE

Afficher toute la signature



Nightmare

©XynPapple

Spoiler:
Merci Perséphone pour ce superbe vava  Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] 2058150682
Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] Empty #6le 26.06.19 0:45
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Anonymous
Invité
Invité

L'apnée. Il la connaissait si bien. Il reconnaissait sans difficulté les sensations, la brûlure du manque dans les poumons, l'incapacité d'ouvrir ses bronches pour les faire fonctionner. Il connaissait tout ça, c'était habituel, c'était toujours la même chose. Loin d'être masochiste il avait pourtant fini par apprécier cette douleur. Il pouvait sans soucis imaginer l'eau glisser sur sa peau, obstruer ses oreilles, l'isoler du monde. Ce moment intense où il pouvait juste oublier, laisser se noyer ses pensées, ses inquiétudes et ses peurs. Le Silence était juste parfait, parfois coupé par l'éclat d'une bulle d'air à la surface. Juste cette bulle pour vous rappeler qu'à un moment, il faut respirer.

C'est peut-être seulement à ce moment là qu'il se rendit compte. Son pouvoir s'était déclenché. La fatigue, la peur, la panique. Cet éclair blanc.

Qu'est ce qu'il faisait la encore ? Pourquoi est ce qu'il était là ? Qu'est ce qu'il s'était passé. Comment est ce qu'il en étaient arrivés là ?

Son regard sombre plongea dans le noir à la recherche de cette ancre qui lui ramènera à coup sûr les pieds sur terre. Il la trouva vite et comprit encore plus vite quand ses yeux se posèrent sur la forme tremblante et recroquevillée de l'albinos dont la bouche aux lèvres craquelées s'ouvre et se ferme sans un son. Cette grimace, il la connaît bien. Celle de la douleur de la brûlure des poumons, du manque d'air. Qu'est ce qu'il avait fait ?

Il fini enfin par lâcher le col de l'intrus et recula jusqu'à ce que son dos rencontre le mur de la minuscule chambre. Il avait utiliser son don. Sans qu'il s'en rende compte il avait utilisé son don. Il s'en voulait.

D'un coup, d'un clignement de paupière, il coupa tout, laissant à nouveau le Souffle se déverser dans ses poumons, dans ceux de son adversaire, de son … acolyte. Discrètement, il reprend sa respiration. Ce soulagement qui soulage sa gorge comme un verre d'eau après une déshydratation. Il passa la main sur on visage pour étaler les larmes dont il n'avait pas conscience d'avoir laissé couler.

L'image de sa sœur revint lui sauter au visage. Il secoua la tête. Une nausée et une angoisse impérieuse lui étreignit les entrailles. Un soupire à fendre l'âme et un frisson glacé plus tard, il se reconcentra. Il n'alluma pas la lumière, il observait juste. Cette crinière blanche en bataille, ce corps rachitique, ses doigts fins et se regard fou.

Il l'avait côtoyé... Dans une autre vie.

-Qu'est ce que vous faites là ?

Non, il ne demandera pas pardon. Il n'est pas en tord, pas plus que lui... L'autre... Celui au nom invraisemblable...

-Qu'est ce que tu fais là...

Il lui en voulait terriblement. Il ne pouvait pas lui pardonner. Et surtout, il était intimement convaincu que toute cette nuit était de sa faute.

-Pourquoi tu es mort, Hypnos ?

Ils n'avaient jamais été confidents, ils n'avaient pas partagé une amitié. Ils s'étaient servis de l'un et de l'autre. Et pourtant. Ils étaient là et Void venait de poser une question complètement saugrenu.
Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] Empty #7le 03.09.19 23:43
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Hypnos Sclavak
Nécromancien

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] As64OwE0/100Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EeIQN7j  (0/100)
× Présence: présent
× Evolution : Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EmptyTell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EmptyTell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EmptyTell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EmptyTell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] EmptyTell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] Empty
Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] Empty × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Tomura Shigaraki de Boku no Hero Academia
× Pouvoir : Contrôle des Songes
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Voleur professionnel
× Epitaphes postées : 49
× Øssements341
Féminin
× Inscription : 10/04/2019
× Surnom : le molosse
Hypnos Sclavak
Nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4718-hypnos-sclavak-do-n
The last refuge of the insomniac is a sense of superiority to the sleeping world.


L'air lui manquait et la suffocation était atroce. L'appel d'un sommeil éternel était irrésistiblement attirant à ses yeux, mais c'est à ce moment que la douleur prit fin. L'air s'engouffra dans ses poumons avec violence et nécessité. Son agresseur recula et Hypnos s'effondra sur le sol. Il respirait enfin! Une goulée d'air ne lui suffisait pas, il en prix deux, puis trois sans laisser à son corps le temps de comprendre ce qu'il s'était passé, il respirait bordel! Sa main glissa sur sa cage thoracique qui se soulevait à un rythme rapide et saccadé: il vivait, il n'était pas mort! Pourtant, il y avait bien longtemps que le jeune Nécromancien n'avait pas ressenti une telle pulsion de mort envers lui-même. Mais Hypnos avait l'habitude après tout, son corps n'était jamais en adéquation avec son esprit, l'un des deux lui faisait toujours défaut et c'était souvent le premier. Le garçon à genou se laissa tomber en arrière pour s'adosser contre le mur, opposé à Joyd qui se remettait peu à peu de son cauchemar et de sa tentative de défense quelques peu violente. C'était maintenant qu'Hypnos devait fuir, maintenant qu'il devait prendre ses jambes à son cou et se volatiliser avant que le nageur ne comprenne vraiment qui il était et ce qu'il faisait ici. Mais son corps n'était pas encore bien sûr que tout danger était écarté et qu'on ne le priverait pas d'air de nouveau. Il tenta de se hisser sur ses jambe, prenant appui de son faible bras sur le sol mais ce dernier se contenta de trembler avant de flancher: inutile de chercher à fuir, il était pris au piège de son propre corps le temps qu'il se remette de sa traumatisante expérience qu'il surnommerait désormais "poisson hors de l'eau". Il entendit la voix de Joyd, elle lui paraissait être un cri qui fendait le bruit de fond de leur respiration hachée. 

Un vouvoiement, il ne l'avait donc pas reconnu. Mais ça n'allait pas durer, il le savait. Il ne paniquait plus, c'était trop tard. Il posa ses deux iris rougeâtres sur son interlocuteur, attendant la sentence de son jugement avec un calme qui lui ressemblait plus. Un tutoiement. Il commençait à le remettre. Hypnos baissa les yeux et se mordit la lèvre. Il aurait aimé être ailleurs, n'importe où plutôt qu'ici, mais il lui fallait assumer son choix de chasse. Il plaqua de nouveau son regard rouge dans les yeux sombres du Danois. Hypnos, il avait prononcé son nom, ça avait dû lui revenir complètement alors. Mais la question posée pris au dépourvu celui qui répondait à ce prénom. Il fronça les sourcils, la bouche entrouverte, prête à répondre à tout sauf à ça. A la place de Joyd, il n'aurait pas demandé ça, mais peut-être qu'il n'avait pas fait le rapprochement, pour le moment. Le Nécromancien agita ses doigts sur le sol pour voir si ses moyens lui revenaient peu à peu mais il ne savait pas s'il serait capable de s'échapper. Et puis à quoi bon maintenant que son identité était découverte? S'il était amené à revoir Joyd, la confrontation n'en serait que retardée, c'était absurde. Il abandonna cette idée tout en réfléchissant à ce qu'il allait répondre. Il referma sa bouche et prit le temps d'observer la petite chambre d'étudiant dans laquelle il se trouvait. Ce n'était pas une question qu'il s'était déjà posé. Comment était-il mort, ça c'était la question logique, celle qu'on aurait dû lui poser. Pas pourquoi. Il ne comprenait pas. 

Il inclina la tête en avant pour que ses mèches blanches et ondulées dissimulent un tant soit peu les cernes autour de ses yeux injectés de sang. Il avait sommeil. Sa lèvre inférieure rongée par l'acide tressauta tandis qu'il s'interrogeait. Pourquoi était-il mort? Et même pourquoi étaient-ils morts...? A cause de lui. Il le savait maintenant et la culpabilité avait un poids qu'il n'avait jamais soupçonné. C'était sa faute à lui, son erreur de calcul et il avait entraîné avec lui son frère, celui-là même qui l'avait toujours protégé. Etait-ce ainsi que Hypnos l'avait remercié? En s'accrochant à lui dans la mort? Sa respiration ne s'arrangea pas et il plaqua une main sur sa poitrine. Pourquoi avait-il de nouveau l'impression de manquer d'air? Quel était ce poids invisible sur ses épaules? Il prononça alors les mots à voix haute, plus pour lui que pour Joyd. 

"Parce que j'ai échoué. Et mon erreur nous a coûté la vie, à Thanatos et à moi."

Il cessa de fuir le contact visuel pour plonger ses yeux dans les pupilles obscurs du sportif qui lui faisait face. 

"Notre bombe... Ma bombe... a explosé. Pas vraiment là où on le voulait."

Il était concentré sur ses sentiments, sur sa personne. Il avait presque oublié qu'il venait de torturer psychologiquement celui-là même qui lui avait posé ces drôles de question. Oublié que son lien fraternel était le même que celui de Joyd avec sa petite soeur, il était trop concentré sur sa propre personne et son égoïsme l'empêchait de retourner la question à celui qui avait été sa proie et s'annonçait désormais plutôt dans le rang des chasseurs. Il se dit naïvement que c'était le moment de détourner les soupçons. 

"T'étais en train de faire un cauchemar quand je suis rentré je savais pas quoi faire... c'est toi qui m'empêchait de respirer d'ailleurs? C'est quoi c'délire c'est ton don de mort?"

C'était ainsi qu'il appelait ça, ces fameux pouvoirs de l'autre monde. Des dons de mort, qu'est ce que c'était de plus après tout? 


(c) AMIANTE

Afficher toute la signature



Nightmare

©XynPapple

Spoiler:
Merci Perséphone pour ce superbe vava  Tell me what you see in your nightmares... [ft. Joyd] 2058150682
  • Citer
  • Editer
  • Supprimer
Contenu sponsorisé
Réponse rapide :

N'oublie pas de valider le captcha avant de partir, sinon le message ne sera pas envoyé :(


forums partenaires devenir partenaire