Bienvenue jeune vivant !
Le Monde des Morts n'attend que toi, es-tu prêt à passer de l'autre côté ?
Rejoindre l'au-delà
Naviguer sur le Styx
ConnexionConnexion  AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  
Rechercher
Elena a posté un rp libre au musée Nezu
Milan cherche encore un ou deux partenaires
Artémis cherche de premiers rps
Pinho recherche des partenaires de rps
Tinek cherche plusieurs partenaires pour réaliser ses idées en rapport avec les potions
en partenariat avec...
Nano RoleplayNevada's GodfatherNew Life.comEsquisseTasty TalesJust Married

A walk in the parc (LIBRE)
Chiara Vecchietti
vampire

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
A walk in the parc (LIBRE) XyYk8hR44/100A walk in the parc (LIBRE) IUyLEY2  (44/100)
× Présence: présent
× Evolution : A walk in the parc (LIBRE) 4Ct5J6SA walk in the parc (LIBRE) EmptyA walk in the parc (LIBRE) EmptyA walk in the parc (LIBRE) EmptyA walk in the parc (LIBRE) EmptyA walk in the parc (LIBRE) Empty
A walk in the parc (LIBRE) Empty × Age de la mort : 31 Féminin
× Age post-mortem : 560
× Avatar : Rhaenys Targaryen par Blatterbury
× Pouvoir : Multitâches de l'extrême
× Croisée avec : Un atlas
× Appartement : Lascaux
× Métier : Blogueuse, Accompagnatrice
× Epitaphes postées : 123
× Øssements701
Féminin
× Inscription : 21/12/2018
vampire
A walk in the parc (LIBRE) Empty #1le 01.05.19 15:40


Rp libre

A walk in the parc

Deux adultes et deux enfants flânant dans le parc, profitant de sa beauté printanière et du retour des beaux jours. C'était un tableau dont l'ordinaire tranchait avec le chaos habituel du monde des morts. À première vue, on aurait pu croire qu'il s'agissait d'une famille normale, arrachée à la vie mais réunie dans la mort. Banal, tranquille. Seulement même un simple regard révélait quelques points qui contredisaient cette théorie.

Tout d'abord, il y avait leurs vêtements: la femme portait une longue robe rouge de style renaissance avec d'amples manches et des broderies dorées. Ses cheveux étaient eux relevés en une coiffure complexe pour laquelle beaucoup auraient dû faire appel à un coiffeur. L'homme, ensuite, portait des vêtements plus récents, mais tout de même franchement désuets, rappelant le 19ème siècle plutôt que l'époque actuelle. Ses cheveux bruns étaient mêlés de blanc, en particulier au niveau des tempes, et lui arrivaient jusqu'aux épaules. Il n'y avait que les deux garçons qui ne juraient pas avec le 21ème siècle, vêtus chacun d'un jeans et d'un t-shirt. Le plus jeune des deux avait retiré son pull et l'avait noué par les manches autour de sa taille.

Ensuite, il y avait leur manière de parler. Quelqu'un connaissant l'italien aurait pu remarquer que les adultes utilisaient parfois des expressions franchement désuètes, en particulier la femme. Elle avait l'accent de Florence, alors que lui parlait un italien teinté d'espagnol. Les enfants, eux, parlaient avec l'accent de Rome, mais inséraient parfois des mots d'espagnol dans leur italien.

Enfin, la dynamique du petit groupe n'était pas celle d'une famille épanouie. L'ainé des deux enfants parlait peu, souriait encore moins. Il observait son environnement avec une méfiance non déguisée et ne réagissait que rarement, même quand son frère ou l'un de ses gardiens s'adressait directement à lui. Le cadet, lui, était tout le contraire de son frère. Tantôt collé à l'un de ses deux gardiens, tantôt parti en flèche pour aller voir quelque chose de plus près, il avait une expression qui mêlait curiosité et inquiétude. Il semblait avoir envie de découvrir chaque détail de tout ce qui l'entourait, mais avoir peur de perdre les deux adultes de vue ne fut-ce qu'un moment. Il parlait presque en continu, le plus souvent pour commenter ce qu'il voyait ou poser question après question. Quant aux adultes, leurs sourires tranquilles masquaient une vigilance sans défaut: ils étaient attentifs au moindre problème qui pouvait se présenter.

La raison pour cette vigilance? Celestino et Antonio étaient deux jeunes vampires arrivés dans le monde des morts à peine quelques mois plus tôt qui commençaient à peine à se faire à leur nouvelle existence. Etant donné que les deux enfants n'avaient aucun parent proche de ce côté de la mort, Chiara et Enrique, amis de longue date et tous deux vampires, les avaient pris sous leur aile. Si le plus jeune des frères s'était immédiatement accroché à eux comme à une bouée de sauvetage, percer la carapace de son ainé avait été bien plus dur et il commençait à peine à leur faire confiance. Cette sortie était l'une des premières dans un lieu plutôt peuplé, une manière de rétablir en douceur le contact avec le monde extérieur. Antonio semblait très bien réagir à cette sortie, mais Celestino avait des airs de bête aux abois. Enfin, comparé à son mutisme immédiatement après son arrivée, il avait tout de même fait des progrès immenses.

Pour la vingt-septième fois depuis le début de leur promenade, quelque chose attira l'attention d'Antonio, qui détalla sur les pelouses. Chiara le regarda courir avec un sourire amusé, attendant qu'il revienne vers eux... seulement il n'avait pas l'air de vouloir s'arrêter.

« Tonio! »

Ni une ni deux, elle saisit un pan de sa robe et s'élança à la poursuite du jeune fugitif. S'il se retournait pour découvrir qu'il ne reconnaissait plus personne, il paniquerait assurément et elle tenait à éviter ça. Enrique, lui, suivait à une allure plus modérée avec Celestino. Ce qui devait arriver finit par arriver: le petit vampire ne regardait pas où il allait et fonça dans quelqu'un qui se trouvait sur son chemin. Il poussa un petit cri de surprise plutôt que de douleur et s'arrêta net. Instinctivement, il chercha quelqu'un à qui se raccrocher, laissant à l'Italienne le temps de le rattraper.

« Regarde où tu cours, Tonio, tu vas finir par te faire mal, sinon. »

Elle ne porta pas tout de suite son attention sur l'autre victime de la collision, soucieuse de vérifier si son jeune protégé n'avait pas été trop secoué. Apparemment pas, heureusement.


codage par Laxy Dunbar.


HRP:
Pour plus d'infos à propos d'Enrique, Celestino et Antonio, c'est par ici
Afficher toute la signature


Illustration avatar par Blatterbury

Chiara parle italien en italique (quelle originalité, pas vrai?)
Arthur L. Pendragon
nécromancien

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
A walk in the parc (LIBRE) XyYk8hR28/100A walk in the parc (LIBRE) IUyLEY2  (28/100)
× Présence: absent
× Evolution : A walk in the parc (LIBRE) EmptyA walk in the parc (LIBRE) EmptyA walk in the parc (LIBRE) EmptyA walk in the parc (LIBRE) EmptyA walk in the parc (LIBRE) EmptyA walk in the parc (LIBRE) Empty
A walk in the parc (LIBRE) Iconea12 × Age de la mort : 23 Masculin
× Age post-mortem : 755
× Avatar : Amajiki Tamaki - MHA
× Pouvoir : Seraph
× Appartement : Gagarine
× Métier : Gardien
× Epitaphes postées : 231
× Øssements118
Féminin
× Inscription : 26/06/2017
× DCs : Orpheus Ioannis, Soji Okita & Thorolf Auðunarson
nécromancien
A walk in the parc (LIBRE) Empty #2le 04.05.19 14:56

Strike a match and i'll burn you to the ground

We are the jack-o-lanterns in July

Feat des gens


Lentement, ses jambes l'avaient emmené en dehors de sa bibliothèque, loin de la poussière et de l'odeur des vieux manuscrits. Arthur sortait, pour une fois, depuis plusieurs jours, peut-être plusieurs semaines. Capable de dormir parmi les antiquités, comme celle qu'il était, il retournait très peu à l'Agence tant que la nécessité ne se faisait pas sentir. Aujourd'hui, sous le soleil, c'était un de ces rares jours où sa tête sortait prendre de la vitamine D. Aussi pâle qu'un fantôme sous son capuchon, il se baladait entre les morts, esquivant le moindre contact avec eux, chose qui n'était pas simple à cause de ses ailes qui cachaient sous sa cape. Si une personne s'approchait un peu trop de lui, ses yeux noirs comme la cendre se révélaient de sous leur cachette pour dévisager le coupable, celui-ci fuyant aussi vite qu'il le pouvait.
Après plusieurs minutes de marche dans la foule, ses pas atteignirent enfin un endroit où le monde était moins compact. Tokyo étant une ville massive en matière de population, il était facile de dire qu'elle est la capitale du nombre de personnes par centimètre carré, ce qui n'a aucun sens. C'était pour ce genre de raison que le Mongol détestait sortir, la population est étouffante, les êtres humains en général le sont, voire pire, ils sont angoissants. Une boule au ventre, il continuait de marcher dans ce nouveau lieu, le parc Yoyogi. Un endroit charmant quand on prend le temps de lever la tête pour observer le paysage, ce qui n'était pas son cas. La tête base, concentré sur les pieds des passants et sur ce qui se trouvait au sol, Arthur esquivait le moindre signe qui pourrait faire croire qu'il avait envie de sociabiliser. Le pire serait qu'il croise une chimère … Forte heureusement, ce fut autre chose qui le sortit de sa bulle.

Dans son dos, ou plutôt dans ses ailes, quelque chose, voire quelqu'un rentra en contact avec lui. Incrédule, l'ancien fut déboussolé et manqua de tomber, son poids plume ne l'aidant pas à rester solide sur ses deux pieds. Alors que sa tête était en train de se tourner pour observer le coupable, il eut le temps d'entendre une autre personne, celle qui devait être la tutrice du sale gosse. Sourcils froncés, ses pupilles noisette tendaient à nouveau vers le cendré, dévisageant l'avorton qui se trouvait non loin de lui. La femme aux allures de femme de la cour s'était précipité pour aider le coupable plutôt que la victime, n'adressant même pas un regard, ni même une parole, l'enfant était un bien plus précieux apparemment. Les mains dans les poches, le corps fin du guerrier se redressait pour s'élever de toute sa hauteur, tout comme sa tête qui en fit de même, essayant de surplomber les deux êtres misérables qui se dressaient devant lui.

« Ne pensez-vous pas qu'il est nécessaire de s'excuser avant de s'occuper de cet enfant ? On ne vous a jamais appris la politesse, femme. »

Son visage étant en partit caché par le capuchon, son sourire tordu était quand même visible tout comme ses yeux qui la regardaient sans une once de pitié. Sous leur couverture, ses ailes se mirent à bouger, démontrant de son mécontentement.

« Qu'allez-vous faire pour vous excuser de cet affront ? »

Le japonais haché par son fort accent de mongol révélait d'une excellente maîtrise de la langue malgré tout. Son ton était presque effrayant et les esprits les plus faibles fuyaient déjà la présence du mort. Avec impatience, il attendait de voir la réaction de sa nouvelle victime.
notes
Pseudo :

forums partenaires