Bienvenue jeune vivant !
Le Monde des Morts n'attend que toi, es-tu prêt à passer de l'autre côté ?
Rejoindre l'au-delà
Naviguer sur le Styx
ConnexionConnexion  AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  
Rechercher
Lisbeth voudrait un nouvel avatar
Pinho recherche des partenaires de rps
Tinek cherche plusieurs partenaires pour réaliser ses idées en rapport avec les potions
en partenariat avec...
Nano RoleplayNevada's GodfatherNew Life.comEsquisseTasty Tales

Est-ce si faible d'avoir besoin de toi ? | Ft. Kacem
Lyra Wainwright
zombie

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Est-ce si faible d'avoir besoin de toi ? | Ft. Kacem XyYk8hR10/100Est-ce si faible d'avoir besoin de toi ? | Ft. Kacem IUyLEY2  (10/100)
× Présence: présent
× Evolution : Est-ce si faible d'avoir besoin de toi ? | Ft. Kacem EmptyEst-ce si faible d'avoir besoin de toi ? | Ft. Kacem EmptyEst-ce si faible d'avoir besoin de toi ? | Ft. Kacem EmptyEst-ce si faible d'avoir besoin de toi ? | Ft. Kacem EmptyEst-ce si faible d'avoir besoin de toi ? | Ft. Kacem EmptyEst-ce si faible d'avoir besoin de toi ? | Ft. Kacem Empty
Est-ce si faible d'avoir besoin de toi ? | Ft. Kacem Empty × Age de la mort : 7 Féminin
× Age post-mortem : 85
× Avatar : Tsubomi Kido ©Issui
× Logement : Maison d'Issui & Lyra
× Métier : Graphiste & Prof d'arts-martiaux & Chef des Passeurs d'Aurore
× Epitaphes postées : 59
× Øssements263
Féminin
× Inscription : 24/12/2018
× DCs : Abel Loneheart
zombie
Est-ce si faible d'avoir besoin de toi ? | Ft. Kacem Empty #1le 17.04.19 18:35


Est-ce si faible d'avoir besoin de toi ?

Terreur.

    C'était la seule et unique chose qu'on pouvait lire dans les yeux de la jeune femme. De la terreur, peut-être couplée à de la rage et de la haine. Mais cette horreur restait dominante dans son esprit. Sur le sol, sa silhouette rachitique s'agitait, et ses cheveux tombaient de chaque côté de son corps malgré qu'elle n'en ai pas assez pour qu'ils la masquent vraiment. La simple vision d'une parcelle de peau stigmatisée ou blessée lui donnait la nausée. Où étaient ses potions ? Qu'est-ce qu'elle en avait fait ? Elles semblaient épuisées. Comme si elle avait oublié d'en récupérer, parce qu'elle savait que ce n'était pas donné. Mais... ça ne lui ressemblait pas. Ça ne lui ressemblait pas de manquer autant d'attention. Ses doigts squelettiques tâtaient le sol un peu au hasard, comme si sa vue était trop trouble pour lui permettre de correctement voir. Il fallait qu'elle se rende à l'évidence qu'elle n'avait plus rien. Les potions de vieillissement étaient toujours là, elle. Mais adulte ou enfant, tout ça n'avait aucune importance face au monstre qu'elle était à l'heure actuelle.

Elle avait peur.
Elle avait peur d'elle-même.

    Et c'était tout son corps qui tremblait et son esprit qui se remémorait en boucle le jour de sa mort comme un film qui ne voulait plus s'arrêter. L'explosion qui l'avait emportée, celle-là même qui lui avait arraché ses souvenirs pour que finalement, la mort ne vienne brutalement les lui rendre. Elle aurait préféré ne jamais savoir qu'elle était morte. Elle aurait préféré ne jamais être aussi naïve. Elle se sentait nulle, pitoyable. Alors qu'est-ce qu'elle attendait pour appeler à l'aide ? Elle ne voulait pas appeler à l'aide. Surtout pas dans cet état. Même si ça signifiait sortir complètement couverte, vêtue d'un drap qui la rapprocherait plus que jamais du fantôme qu'on peut décrire dans les récits pour enfants. « Je ne suis pas faible ! Je ne peux pas me permettre de laisser les autres me voir dans cet état ! ». Et ça tournait en boucle dans son esprit. L'héroïne qu'elle pensait être ne voulait être redevable à personne.
    Et comme si ça ne suffisait pas, il lui manquait autre chose. Autre chose que ses potions si chères à ses yeux. La montre à gousset d'Aymerick, qu'il lui avait donnée avant de disparaître subitement du jour au lendemain. En fait, elle n'avait jamais comprit ce que ça signifiait. Et elle n'avait jamais pu l'ouvrir, parce qu'elle était bloquée par quelque chose. Il lui avait dit que ça servait à rien de forcer, qu'il n'avait lui-même jamais réussi à l'ouvrir. Il avait juste voulu qu'elle considère ça comme son ultime cadeau. « Pour être sûr que tu m'oublies pas », avait-il ajouté. Et elle n'avait comprit que lorsqu'il était parti. Depuis, c'est ce qu'il lui restait de plus précieux. Elle ne savait même pas si elle devait être en colère après lui, lui en vouloir. Il lui manquait beaucoup. Et malgré tout, elle avait quand même réussi à perdre ce qu'il lui avait confié.

Elle se sentait vraiment ridicule.

   À genoux, elle fixait la porte du boxe qui lui servait de chambre, un air de supplice gravé sur tout son visage. Elle était perdue. Elle ne savait pas quoi faire. Son souffle était court, respiration haletante comme si elle frôlait la crise de panique. Et elle se traîne, elle fait l'effort de fouiller une dernière fois ses affaires. En vain. Pas de montre. Pas de potions. Rien.
    Chutant de nouveau au sol, la jeune femme se prit la tête dans les mains, retenant tout ce qu'elle pouvait pour ne pas hurler de rage. Et dans sa confusion elle n'entends pas frapper, elle n'entends pas qu'on ouvre la porte et qu'on s'approche d'elle. Depuis combien de temps cette personne était-elle ici ? Combien de temps avait-elle frappé ? Elle ne savait pas. Elle ne savait pas mais ça ne la préoccupait pas. Parce qu'on l'avait vue. On avait vu son apparence véritable, celle qu'elle considérait comme inhumaine, monstrueuse. Mais elle ne voyait pas encore la lueur d'espoir qui avait franchi les ténèbres de son désarroi. Il lui faudrait quelques minutes avant de comprendre que cette fois, elle n'aurait pas le choix. Elle devrait compter sur quelqu'un.

-Va t'en... avait-elle murmuré, d'une voix étranglée. Ne me regarde pas ! J-Je suis...

    Elle n'avait pas pu finir sa phrase, parce que les sanglots avaient étouffé ses paroles. Il fallait qu'elle se calme. Qu'elle respire. Une bonne fois pour toute.

-...et merde.

   C'est tout ce qu'elle avait pu dire, alors qu'elle tentait de se redresser, de retrouver son équilibre. Doucement, elle essaya de lever les yeux sur cet inconnu. Elle ne voulait pas qu'il la voie comme ça. Qu'il voit son visage brûlé, couvert de cicatrices, ses cheveux trop peu nombreux, sa silhouette d'une maigreur hallucinante. Mais elle n'avait pas le choix. C'était tout ce qu'elle pouvait faire.

-Ça me fait mal de dire ça mais... je vais avoir besoin de ton aide.

   Elle déglutit. A cet instant, c'était comme si un torrent de larmes silencieuses se déversaient sur son visage, océan de peur et de haine envers ce qu'elle était elle-même.

-Tu peux... essayer de me trouver une potion qui modifie l'apparence ? J't'en supplie... je peux pas sortir comme ça.
Awful
Pseudo :

forums partenaires