Bienvenue jeune vivant !
Le Monde des Morts n'attend que toi, es-tu prêt à passer de l'autre côté ?
Rejoindre l'au-delà
Naviguer sur le Styx
ConnexionConnexion  AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  
Rechercher
Lyosha voudrait un avatar
Viktor a posté un rp libre dans les Catacombes (université)
Pinho recherche des partenaires de rps
en partenariat avec...
Nano RoleplayNevada's GodfatherEsquisseTasty TalesJust MarriedMaster Poké

Aller à la page : Précédent  1, 2
Cupidon est une ordure w/ Elagabal
Elagabal
nécromancien

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 XyYk8hR48/100Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 IUyLEY2  (48/100)
× Présence: présent
× Evolution : Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 FBQqP15Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 CvBG396Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 Empty
Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 I4LUwSc × Age de la mort : 23 Masculin
× Age post-mortem : 565
× Avatar : Hideyoshi Nagashita - Tokyo Ghoul
× Pouvoir : Absorption de la douleur
× Croisée avec : Tamer
× Appartement : Kiss
× Métier : Arnaqueur pro
× Epitaphes postées : 170
× Øssements811
Féminin
× Inscription : 14/11/2018
× DCs : Mitsuko Shinoda, Leone J. Chiaramonte & Pandora R. Bahatoris
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t3918-elagabal-desordre-enflammehttp://www.peekaboo-rpg.com/t3923-elagabal-de-feu-en-feuhttp://www.peekaboo-rpg.com/t4559-elagabal-070-3597-4426#http://www.peekaboo-rpg.com/t4160-deathbook-elagabal
Terminé #11le 12.05.19 15:19
Cupidon est avant tout un petit régisseur de théâtre.
Au fond de toi, la part la plus mauvaise de ton être se réjouit de la réaction du petit zombie. C’est à croire qu’il va s’enfuir en courant dans un torrent de larmes ou chier dans son froc, vu la tremblote qui agite ses épaules.

Pourtant, tu n’arrives pas à profiter de l’instant, à profiter de la peur que tu provoques chez lui. D’abord parce que tu n’es pas plus avancé qu’au réveil, et ça commence sérieusement à t’exaspérer de ne pas avoir de réponse. Et puis, il y a ce quelque chose, ce sentiment étrange qui t’empêche de lui tordre le cou tout de suite, qui te souffle à l’oreille de patienter.

Mais ça aussi, ça t’irrite. Parce que tu n’as jamais, JAMAIS, vu ce zombard de ta mort et que tu n’as pas l’intention de faire ami-ami avec lui et de partager son petit-déjeuner. Au mieux, si ça a été le coup d’un soir, tu comptes bien prendre tes cliques et tes claques sans demander à remettre ça sur le tapis, puisque qu’il n’a visiblement pas été mémorable dans ses performances au pieu.

Quand il se précipite pour se saisir de son téléphone, tu ne lui réponds pas, te contente de t’adosser contre le mur qu’il vient de quitter pour gratter la peau cramoisie de ta gorge.

Au moins, il est assez naïf pour espérer que tu respectes sa vie privée lorsque tu t’en seras emparé. Le mieux, c’est peut-être que tu t’enfuies avec, d’ailleurs. Tu te détaches de la paroi glacée lorsqu’il te tend son appareil.

Vos doigts se frôlent. Tu peux sentir la chaleur de sa peau tout près de la pulpe de ta main, ça t’arrache un frisson et tu fronces encore plus les sourcils - la ride du lion est comme imprimée sur ton visage - sans comprendre ce qu’il se passe.

Ce n’est que le mur et tes omoplates refroidies, tu te dis en grommelant des injures inaudibles. Tu voudrais que l’explication soit aussi simple, que tout ceci ne soit qu’une série de hasards étranges et de circonstances suspectes, rien de plus.

Mais ce n’est pas le cas.

Au début, tu ne comprends pas la nouvelle crainte qui semble s’être emparée du gamin. Pourtant ses proches ont l’air de lui souhaiter plein de bonnes choses, pour lui et son copain. Agacé, tu vires toutes ses notifications, jusqu’à tomber sur une photo.

Tes yeux s’écarquillent, passent de l’écran au mec devant toi.

C’est lui et toi, en calbute, bras dessus, bras dessous et un putain d’air amoureux sur le visage.

Tu ne dis rien.
Ce n’est jamais bon.

Ton regard parcoure le reste des informations à ta disposition : un centre commercial, la vente de chocolat et le concours, tout est résumé dans des articles, illustré par des photos.

Ta vie est foutue pour de bon.

Puis ton œil repère un élément dérangeant. Une grosse tâche métallique au milieu du rose et du rouge des chocolats.

Ton sang ne fait qu’un tour.
T’aurais mieux fait de te barrer sans un mot.
Pas pour toi, mais pour le gamin.

Son portable vole, siffle contre son oreille - tu t’es assez entraîné aux fléchettes en évitant tes clients pour savoir viser, mais tu veux juste entendre le verre se briser et pas seulement lui coller son portable entre les deux yeux.

L’appareil rebondit contre une porte et tu l’achèves d’un grand coup de pied.
Doux bruit se verre éclaté.

— T’as une bonne explication, cette fois ?

Aucune excuse.

Ta voix n’est plus sifflante, tu ne comptes plus y aller par quatre chemins. S’il n’a pas compris que tu es résolument mauvais, c’est qu’il a un problème - ou bien qu’il est maso.

Tu l’empoigne par le col de son t-shirt à peine enfilé et l’approche de toi. Tes yeux se plantent dans les siens.

— Tu n’y es pour rien ? C’est bien ça ? tu as un ricanement mauvais. Je vais te donner mon hypothèse : t’es juste un pauvre petit zombie recruté par l’autre taré de boîte de conserve pour me nuire.

Tu le rapproches encore.

— Mais je vais te dire une chose : personne ne me nuit impunément.

Encore. Peut-il sentir le souffle de ta voix ulcérée ? La pointe de désespoir qui se fraie un chemin dans tes prunelles.

Tout près.
Plus près.
Trop près.

C’est presque dérangeant. Tes yeux dans les siens, c’est comme un souvenir douloureux, ça te lance, fait battre ton vieux cœur d’un rythme incontrôlé.

Tu le lâches finalement, l’envoie valser sur le lit en priant pour qu’il se cogne contre un pied et te foute la paix, histoire que tu mènes l’enquête.

Tes doigts préoccupés viennent masser tes tempes. Trop d’informations à digérer.

Tu veux qu’il soit loin de toi.
Alors pourquoi se besoin de sentir son contact ?

— Tu t’habilles et on décolle, gamin, je veux savoir ce qu’il s’est passé.

Quitte à le tenir en laisse, tu l’embarqueras, ton regard l’informe qu’il n’a pas vraiment le choix.

Tu te diriges vers tes fringues, enfile ton pantalon, dont tombe ton propre téléphone. Tu pestes et le déverrouille.

Cauchemar.
C’est un cauchemar.

Quelqu’un a pris possession de ton corps pendant une nuit, ce n’est pas possible autrement.

Avec effroi, tu découvres des tonnes de sms dégoulinants de sentiments roses et pailletés, rehaussés d’émoticônes colorées, à un certain « mon amour ♥ » : « jtm trop », « c’est fou, j’ai jamais ressenti ça avant », « lol on est dans la même pièce mais je suis trop heureux d’avoir ton numéro ».

Et puis le : « viens-là que je te remercie », le dernier message, qui achève de te faire vriller.

Tu gueules un bon coup. Des trucs en turcs que personne ne peut comprendre, parce que là, pour le coup, t’es vraiment au fond du trou.

C’est pas toi. C’est pas toi. C’est pas toi.
Impossible.

Ton propre téléphone vole à travers la pièce - il a connu pire - et tu regrettes l’absence de fenêtre dans cette pièce - c’est quoi ce mec ? Un zombie qui loge dans un caveau ? - qui t’empêche de tout envoyer valser à l’extérieur.

Nouveau regard vers Milo.

— Tu m’as fait boire un philtre d’amour, c’est ça ? Pourquoi ? Tu m'veux quoi à la fin ?

Tu ponctue ta phrase par un grondement et un grand coup de pied dans le lit.

Tu ne serais pas autant traumatisé par les flammes que tu ferais bien cramer l’endroit pour enterrer toute preuve.

BY MITZI
Milo J. Campbell
zombie

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 XyYk8hR18/100Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 IUyLEY2  (18/100)
× Présence: présent
× Evolution : Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 Empty
Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 Empty × Age de la mort : 17 Masculin
× Age post-mortem : 46
× Avatar : Shinichi Okizaki - Nana
× Pouvoir : /
× Croisée avec : /
× Appartement : Jules Verne
× Métier : Jongleur de feu
× Epitaphes postées : 363
× Øssements343
Neutre/Sans genre
× Inscription : 15/11/2018
× Surnom : le pomelo
× DCs : Lyochat
zombie
http://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t3921-milo-let-it-burnhttp://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t3928-milo-burn-with-me-babehttp://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t3931-milo-jack-firephonehttp://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t3930-milo-jack-o-lantern-db-perso-pro
Terminé #12le 13.05.19 15:26
C'est la panique dans la tête de Milo. Absolument. Totalement la panique. Son cœur bat à mille à l'heure dans sa poitrine. Il le sent presque à la limite de s'échapper de sa cage thoracique, qui pourtant est en bon état grâce aux potions. Il déglutit difficilement.

Il s'est passé quelque chose hier, quelque chose de fou à en croire tous les messages qu'il a reçu. Et ce quelque chose implique visiblement un grand rapprochement entre lui et ce guerrier furieux qui fixe son téléphone avec un air de plus en plus inquiétant. Le frisson qui s'est répercuté dans son corps quand ils se sont échangé l'objet est-il le fruit du dégoût, du hasard ou de cette journée oubliée ?

Que s'est-il passé ? Pourquoi Milo a mal partout comme s'il avait couru un marathon ? Pourquoi a-t-il aperçu un bleu sur sa pommette en voyant son reflet sur l'écran de son téléphone ? Et surtout, grande question encore sans réponse, qui est cet homme ? Son amoureux ? Son coup du soir ? Va-t-il lui casser la gueule ?

Milo sent la peur revenir insidieusement, envahir son corps et paralyser ses membres.

Le mouvement est trop rapide. Le zombie ne le voit pas, il sent un souffle d'air frôler sa joue et entend le bruit de son téléphone qui se fracasse sur le mur. Une larme roule sur la joue de Milo. Une première suivie de nombreuses autres. Un sanglot silencieux secoue ses épaules. Il est terrifié. Sa voix se bloque dans sa gorge, il est incapable de répondre. L'inconnu se précipite sur lui et chope le col de son tee-shirt. Leurs regards se croisent et les iris noyés de larmes de Milo capitulent face à la colère dévastatrice de l'autre, il baisse les yeux, s'avoue vaincu.

Ses mots se fraient un chemin dans l'esprit apeuré de Milo. La boîte de conserve ? Ces mots éveillent un lointain souvenir dans son esprit, un souvenir douloureux à en croire les picotements qu'il sent sur sa joue, fantôme d'une claque de chevalier.

- J-je sais pas de quoi tu parles, je sais pas qui c'est personne ne m'a embauché, articule rapidement Milo entre de grandes inspirations pour retrouver son calme.

Ses mains serrent le poignet du guerrier accroché à son tee-shirt. Qu'il le lâche. Qu'il le laisse respirer. Par pitié. Leurs yeux se croisent à nouveau.

- Lâche moi, tu m'étouffe ... s'il te plait ...

Il ne sut pas si c'est sa supplique fut entendue, toujours est-il qu'il fut jeté en travers du matelas telle une poupée de chiffon. Milo reste immobile quelques secondes, le temps de retrouver un semblant de sang-froid. Il sent un objet sous son bras, il l'attrape doucement et le fait tourner entre ses doigts. C'est une sorte d'amulette. Il n'a aucune idée d'où elle vient mais elle le rassure et là maintenant, tout de suite, il a terriblement besoin d'être rassuré. Il sert le bijou contre son cœur et essuie ses larmes d'un revers de bras. L'ordre du guerrier lui fait l'effet d'un coup de fouet. Il saute du lit, glisse l'amulette dans la poche du premier jean qu'il trouve et l'enfile en vitesse. Il ne prend pas la peine de changer de tee-shirt, pas le temps, pas l'envie, pas le courage.

Les jurons l'interrompent au moment où il attrape un pull. Il se fige, jette un coup d’œil à l'inconnu. Non non non pas encore. Il se recule prudemment, ses bras contre lui. Il ne comprend pas un traitre mot de ce que l'autre raconte mais il a l'air encore plus en colère - pour changer. Son téléphone fait aussi un vol plané à travers la pièce et Milo - qui reste un gamin espiègle malgré la gangue de peur dans laquelle il est enfermé - se fait la réflexion que cet homme doit dépenser une certaine somme dans les réparations de ses possessions s'il réagissait toujours comme ça. Cette pensée, alliée au fait qu'ils étaient maintenant séparés par le lit - ce qui lui offrait une relative sécurité, redonne du baume au cœur du zombie, il reprend confiance, peut être à tord mais c'est déjà ça. Il serre les poings.

- Si j'avais fait boire un filtre d'amour à quelqu'un, j'en aurai pas choisi un qui serait capable de me casser en deux à son réveil, je l'aurai pas non plus ramener dans mon lit en sachant que la potion allait cesser son effet et surtout, je me serait arrangé pour m'en souvenir aussi ! Parce que là, tu conviendras que j'en tire pas grand chose de positif de cette fameuse histoire !

À bout de souffle, Milo stoppe sa tirade enflammée. Il a peut être un peu trop pris la confiance. Ses yeux brillent de colère et de crainte mêlée. Il ne sait pas si c'est le fait de se sentir en sécurité ou cette amulette dans sa poche mais il se sent pousser des ailes.

Espérons que la chute ne soit pas trop rude.
Elagabal
nécromancien

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 XyYk8hR48/100Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 IUyLEY2  (48/100)
× Présence: présent
× Evolution : Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 FBQqP15Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 CvBG396Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 Empty
Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 I4LUwSc × Age de la mort : 23 Masculin
× Age post-mortem : 565
× Avatar : Hideyoshi Nagashita - Tokyo Ghoul
× Pouvoir : Absorption de la douleur
× Croisée avec : Tamer
× Appartement : Kiss
× Métier : Arnaqueur pro
× Epitaphes postées : 170
× Øssements811
Féminin
× Inscription : 14/11/2018
× DCs : Mitsuko Shinoda, Leone J. Chiaramonte & Pandora R. Bahatoris
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t3918-elagabal-desordre-enflammehttp://www.peekaboo-rpg.com/t3923-elagabal-de-feu-en-feuhttp://www.peekaboo-rpg.com/t4559-elagabal-070-3597-4426#http://www.peekaboo-rpg.com/t4160-deathbook-elagabal
Terminé #13le 13.05.19 17:09
Cupidon est avant tout un petit régisseur de théâtre.
Ah.

Il s’est mis a chialer.

D’ordinaire, ça ne te dérange pas plus que ça, mais ça participe peut être au fait que tu l’as lâché plus rapidement que prévu, sans oser lui esquinter le visage - juste pour le moment, tu te dis. De grosses larmes lui dévalent ses joues de gamins et au fond de toi, t’as l’impression d’être le méchant de l’histoire.

Ça ne contribue pas vraiment à améliorer ton humeur.

Aucune réponse. Toujours aucune. Pourtant, t’as l’impression que tu peux croire ce qu’il te dis, que tout ceci n’est pas que de la comédie. Tu enfiles tes affaires sans un mot de plus, réfléchissant.

Tu dois comprendre ce qu’il s’est passé.
Tu dois comprendre pourquoi son toucher t’électrise au milieu de toute la violence que tu te sens obligé de déployer envers lui.

Tu ne l’entends pas se plaindre, te bouche inconsciemment les oreilles. Tu ne veux pas l’entendre se plaindre, gémir, parce que tu ne sais pas quel effet sa voix peut avoir sur toi. C’est peut-être un nécromancien-zombie, peut-être qu’il a un pouvoir lui permettant de modifier la mémoire des autres. Tu n’en sais foutrement rien et ça commence à te courir sur le haricot.

Ton regard se tourne à nouveau dans sa direction, détaille son comportement, son physique, alors qu’il s’habille en toute hâte - le genre de regard qui peut rapidement être mal interprêté. Mais il n’est ni assuré ni adroit. Soit il est dans le même bourbier puant que toi, soit il joue très bien la comédie.

Claquement de langue rageur.

Tu ne prends pas le temps de te précipiter pour vérifier l’état de ton propre téléphone, te contentant de pester en enfilant le reste de tes affaires. Le nez pincé, tu ignores les réaction du zombie, trop occupé à élaborer un plan pour que ta dignité se trouve tirée de cette affaire de plus en plus louche.

Mais il prend la parole, dérange le calme de tes pensées. Tu relèves le menton, te redresse, sweat sombre enfilé sur un t-shirt noir.

Tes yeux se plantent dans les siens comme on jauge la résistance d’un cafard. Il est sérieusement en train de te faire une scène, l’abrutit ? Il n’a pas compris que d’un mouvement, tu peux lui envoyer le premier objet à ta portée dans la tronche histoire de lui refaire le portrait.

Non, le petit zombie se croit simplement en sécurité. Juste parce qu’entre vous se dresse un meuble.

Meuble que tu te fais un plaisir de retourner à deux mains pour lui envoyer dessus - 700 ans d’exercice, après tout. Quelques pas te permettent de fendre l’espace, t’appuyer bien fort contre les lattes de bois pour mieux lui siffler ta haine au visage. Avec un peu de chance, il se tordra le bras, se pètera une côte, t’en sais rien et tu t’en contrefous parce qu’il commence à te taper sur le système.

— T’es p’t’être juste limité, qu’est-ce que j’en sais moi ? T’as l’impression que je m’intéresse à ta vie ou à tes sentiments ?

Pause.

Ton attitude répond pour toi, le roulement de tes épaules alors que tu étires tes muscles tendus lui hurle : « rien à foutre », et ton regard ne trahit aucune émotion, bien que tes sourcils demeurent résolument froncés.

Tu saisis ta veste en jean au vol et quitte la chambre. Trop peu d’espace pour que tu ne finisses pas par la détruire en te servant de la tête de l’autre merguez. Trop peu d’espace pour te laisser le temps de souffler. Trop peu d’espace pour que tes neurones fonctionnent à peu près normalement alors que tu es à proximité de lui.

La porte claque derrière toi et tu te retrouves dans ce que tu penses être un appartement de l’Agence. Nouveau flot de jurons. Tu n’aimes pas cet endroit ni les souvenirs qui s’y trouvent. T’as jamais aimé tout ce qui touche à ce gouvernement usurpé, de toute façon.

Une voix nasillarde se fait entendre et tu te diriges vers la source du bruit. Une télévision dirige le journal local, centré sur les événements tokyoïtes. Tes yeux se plissent lorsque tu essaie de lire le titre du bandereau d’information : « BREACKING NEWS : une saint valentin sportive pour les clients du Shibuya 109 ! »

La présentatrice commente ensuite les images qui défilent à l’écran. Un magasin de chocolats. Des chocolats. Des cœurs. Encore des chocolats et des cœurs… tu distingues l’imposant croisé au milieu de la foule, tes doigts s’enfonçant instinctivement dans le canapé comme pour en arracher le rembourrage. Puis tu te vois toi, distingue quelques visages qui te semblent familiers mais que tu ne connais ni d’Eve, ni d’Adam, avant  de reconnaître l’autre tête bleue. Puis la journaliste passe au grand moment de l’événement, une course.

A poil.
Dans la neige.
Mais heureux, selon les images, à l’exception d’un autre couple qui aurait clairement dû se faire exclure pour tricherie.

« Les grands vainqueurs, Milo et Bayezid, prouvent au monde entier qu’il n’est pas impossible de vivre l’amour fou lorsque deux natures nous séparent : l’un est zombie, l’autre nécromancien, ont-ils confié à notre correspondant présent sur les lieux. Si ce n’est pas une belle preuve d’amour et une belle conclusion pour cette journée si spéciale, dédiée à tous les tourtereaux du royaume des morts ! »

Le reportage se termine sur l’image d’un podium et d’une galoche digne du mariage du siècle. La télécommande finit sa course contre l’écran, qui s’éteint comme pour ne pas faire les frais de ta colère.

A nouveau, tes mains viennent trouver tes tempes pour les masser. C’est un bordel sans nom et sans limite qui va non seulement nuire à ta réputation, mais aussi à ton commerce. Mais le pire dans tout ça, c’est que tu ne sais pas POURQUOI tu as participé à cette vaste blague, ni COMMENT tu as pu finir dans le plumard de l’autre tâche bleue.

Encore une fois, la logique te ramène à lui pour l’ériger en seul fautif.

Grognant dans l’appartement inconnu, tu retournes le chercher pour l’empoigner à nouveau par le col - une habitude, il faut croire.

— Tu me suis et tu la ferme. On va au Shibuya. Pas l’choix.

Au moins, t’as le mérite d’être une personne directe et franche, s’il faut te trouver quelques maigres qualités.

Un moment, tu restes là, planté, à le fixer sans rien dire, son pouls battant à quelques millimètres de ta main.

Puis une idée te traverse l’esprit.
De celles que l’on regrette.
De celles qui feraient mieux de ne jamais germer.

Sans lui demander son avis, tu plaques tes lèvres contre les siennes, avec plus de colère que de passion.

Juste pour savoir si c’est lui qui réveille ton cœur battant.
Si toutes ces preuves de votre relation incongrue ne sont que les indices de sentiments partagés durant une nuit.

Peut-être pour comprendre ce qu’il a de si spécial.

Tu ne sais pas, desserres simplement ta prise.

Tout feu tout flamme, comme toujours.
BY MITZI
Milo J. Campbell
zombie

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 XyYk8hR18/100Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 IUyLEY2  (18/100)
× Présence: présent
× Evolution : Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 Empty
Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 Empty × Age de la mort : 17 Masculin
× Age post-mortem : 46
× Avatar : Shinichi Okizaki - Nana
× Pouvoir : /
× Croisée avec : /
× Appartement : Jules Verne
× Métier : Jongleur de feu
× Epitaphes postées : 363
× Øssements343
Neutre/Sans genre
× Inscription : 15/11/2018
× Surnom : le pomelo
× DCs : Lyochat
zombie
http://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t3921-milo-let-it-burnhttp://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t3928-milo-burn-with-me-babehttp://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t3931-milo-jack-firephonehttp://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t3930-milo-jack-o-lantern-db-perso-pro
Terminé #14le 14.05.19 23:43
Réputation du message : 100% (1 vote)
Milo sent la colère remplacer la peur. Elle brûle au fond de ses prunelles, tend ses muscles et serre ses poings. Ses sourcils se froncent. Il en a assez. Lui aussi est perdu, lui non plus n'y comprend rien. En plus, le guerrier a détruit son téléphone dans sa rage et Milo ne sait rien de ce qu'il se passe. Absolument rien. Et il n'aime pas ça. Cette histoire le concerne aussi. Il espère qu'après sa diatribe enflammée, l'autre comprendra enfin qu'ils sont dans le même bateau et qu'ils feraient mieux de s'entraider.

Milo idiot.

Enfant stupide.

Ta naïveté fait peur à voir. T'as sûrement perdu ton instinct de survie en même temps que ta mémoire ou quoi ?

Leurs regards se croisent. L'instant se suspend. Une poignée de seconde, colère contre colère. Milo frissonne. Cela remue quelque chose en lui, ces yeux fixés sur lui. Toujours cet écho lointain qui fuit dans sa mémoire. Il ne flanche pas, se tient droit. Quelle allure il a avec son tee-shirt de pyjama trop grand et ses yeux encore rouges de larmes. Il essaye de se sentir grand, fort et -

Instant rompu.

Explosion.

L'inconnu saisit le lit à deux mains et l'envoie sur Milo qui se recroqueville en poussant un cri de terreur. Il lève ses bras pour se protéger du choc. Un gémissement de douleur lui échappe quand son dos heurte - encore - le mur. Voilà de quoi agrandir sa collection de bleus. Il tente de repousser le matelas derrière lequel il est coincé, en vain, malgré ses muscles, l'autre a quand même le dessus sur lui, encore.

Les mots de l'autre lui parviennent comme étouffés, assourdis mais il en comprend parfaitement le sens. Il va devoir affronter ça seul. L'autre part, d'un pas rageur et claque la porte, abandonnant Milo, en position fœtale derrière son lit retourné. Il reste quelques secondes comme ça, le cœur à nouveau affolé - s'est-il une fois calmé depuis son réveil ? - puis s'extrait de son coin. Il promène un regard fatigué sur le chaos qu'est devenu sa chambre. Il ramasse son sweat, un truc jaune poussin avec une grande capuche. Il est trop grand pour lui, mais il s'y sent en bien. Rassuré.

Il n'ose pas sortir. Il sait qu'il va devoir, que l'autre va vouloir le trainer quelque part. Il enfile ses rangers, les lace lentement. Il prend son temps, comme si ralentir ses gestes finira par stopper le temps et le sortir de ce cauchemar.

Il sort de sa poche l'amulette qu'il a trouvé tout à l'heure, il la serre entre ses doigts et finit par la passer autour de son cou, dans ses vêtements. Son contact sur sa peau avait quelque chose de rassurant. Il respire profondément. Calme enfin son cœur. Un sourire affleure même ses lèvres. Cet instant est surréaliste. Il est là, debout au milieu de sa chambre détruite, la main sur une amulette qui vient d'on ne sait où.

Le guerrier déboule à cet instant, en furie comme à son habitude. Le sourire de Milo disparait et la crainte reparait dans ses iris. Une main enserre son col, encore, il se fait trainer jusque dans le salon. Aller à Shibuya ? Mais pourquoi ? Le zombie commençait à en avoir assez de se faire trimballer comme ça. Vraiment ras le bol ! Il allait protester, se débattre quand l'autre s'arrête et le fixe. Milo lui rend son regard un tantinet inquiet. Cet homme est tellement imprévisible dans sa colère, tellement imprévisiblement violent que le zombie craint qu'il ne lui mette une dérouillée spontanée, pour calmer ses nerfs.

Mais non.

Les lèvres qui s'écrasent sur les siennes sont agressives, mais brûlantes et étrangement familières. Milo se fige, la poigne autour de son cou se desserre. Toutes ces sensations, son cœur qui accélère à nouveau - et pas de peur cette fois, le sentiment qu'enfin, les choses sont rentrées dans l'ordre. Instinctivement, les bras du zombie se glissent autour de la nuque de l'autre, ses yeux se ferment un instant et il répond au baiser enflammé avec timidité et douceur.

Une poignée de seconde s'écoulent avant qu'il ne réalise vraiment ce qu'il se passe. Ses mains prennent appui sur le torse de l'autre et le repoussent avec force. Ses joues sont écarlates, sa respiration hachée et ses yeux trahissent une incompréhension absolue. Sa gorge est serrée à nouveau. Un ouragan rugit dans sa tête. Ses sourcils se froncent, la colère s'empare à nouveau de lui.

- Mais ça va pas bordel ! Mais stop ! Tu peux pas jouer avec les gens comme ça, tout détruire et les embrasser après ... et qu'est ce que tu m'as fait ? Pourquoi ça fait ça dans ma tête et là ?

Il frappe sa propre poitrine, rageur. Poitrine où bat un cœur désordonné reflet d'un esprit nageant dans un océan d'incompréhension.

- Depuis qu'on s'est réveillés t'es furieux parce que t'es persuadé que je t'ai fait quelque chose alors que ... j'ai quand même tenté de te faire comprendre que j'avais rien à en tirer de cette histoire. Oui, j'ai bien compris que tu t'en foutais de ce que je ressentais ou quoi mais, il t'est pas venu à l'idée qu'on était tous les deux sous l'emprise de je ne sais quel sort ? Et que du coup, on pouvait essayer de comprendre ensemble plutôt que tu me traines n'importe où pour m’embrasser ... Qui me dit que c'est pas toi le pervers dans l'histoire ?

Sa voix se perd dans les aigus sous le coup de la colère. L'autre peut lui jeter une table dessus, il s'en fiche, il en a marre de se faire marcher sur les pieds, qu'on ne lui demande pas son avis. Alors il peut bien se faire casser la gueule, au moins il aura dit ce qu'il avait à dire.
Elagabal
nécromancien

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 XyYk8hR48/100Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 IUyLEY2  (48/100)
× Présence: présent
× Evolution : Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 FBQqP15Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 CvBG396Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 Empty
Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 I4LUwSc × Age de la mort : 23 Masculin
× Age post-mortem : 565
× Avatar : Hideyoshi Nagashita - Tokyo Ghoul
× Pouvoir : Absorption de la douleur
× Croisée avec : Tamer
× Appartement : Kiss
× Métier : Arnaqueur pro
× Epitaphes postées : 170
× Øssements811
Féminin
× Inscription : 14/11/2018
× DCs : Mitsuko Shinoda, Leone J. Chiaramonte & Pandora R. Bahatoris
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t3918-elagabal-desordre-enflammehttp://www.peekaboo-rpg.com/t3923-elagabal-de-feu-en-feuhttp://www.peekaboo-rpg.com/t4559-elagabal-070-3597-4426#http://www.peekaboo-rpg.com/t4160-deathbook-elagabal
Terminé #15le 15.05.19 17:31
Cupidon est avant tout un petit régisseur de théâtre.
Tu n’as pas imaginé toutes les sensations étranges qui sont venues réchauffer ton être. Les frissonnements au contact de sa mains, l’étrange culpabilité qui te tiraillait lorsque tu t’imposais à lui pour mieux le menacer, t’empêchant de le frapper directement.

Ce baiser est comme une promesse. Celle de la vérité. Tu sais que tu as déjà goûté à ces lèvres auparavant, et tu te laisses ensorceler à nouveau, tu le laisse passer ses bras autour de ton coup, se livrer à toi comme tu le fais.

Tes mains lâchent son col, descendent mollement pour agripper sa taille, tes doigts s’enfoncent dans l’épais tissu de son sweat, comme pour t’assurer qu’il ne disparaisse pas sous ton étreinte. Ta tête n’est plus qu’un vaste foutoir où s’éparpillent des pensées contradictoires et où ne cesse d’apparaître le nom de cet inconnu qui t’enflamme au point de te faire regretter la violence dont tu as fait preuve à son égard.

Ça en serait presque doux.

Et addictif.
Terriblement. Addictif.

Cette fois, c’est au zombie de rompre l’instant, en te repoussant avec vigueur. Aucune protestation de ta part. Tu mets un moment avant de revenir à toi, clignant des yeux à plusieurs reprises alors que tes doigts dessinent le contour de tes lippes abîmés, creusées par la maladie qui t’as ravagé avant ta mort.

Tremblements incontrôlables rapidement dissimulés dans la large poche de son sweat alors que tu détournes le regard.

Il a réellement embrassé ça ? Tu baisses les yeux. Les ferme. Les rouvre. Bordel. Ce mec doit vraiment avoir des penchants douteux pour s’être laissé faire par ta face d’hachis Parmentier. Et pourtant, sans comprendre pourquoi, t’as presque envie de lui sauter au cou.

Rien. Rien de tout ça n’est normal.

Les éclats de la voix de Milo t’arrachent à tes pensées. Il a les joues rougies par ton geste, par le sien aussi, peut-être, tandis que sur ton visage ne s'affiche qu’une expression désintéressée. Tu te réfugies dans ton mutisme pour mieux échapper à l'inconnu. Pourtant, tu le regarde avec attention, dessine du regard le contour de ses traits. Oh, cette fois, tu peux parfaitement lire la colère sur son visage. Il est passé bien vite de la prostration à l’ire incontrôlée, pour quelqu’un qui s’est permis de te sermonner pour tes éclats d’humeur.

Il est presque mignon.

Ton cœur rate un battement et tu manques de t’étouffer en accusant le coup de tes propres pensées. C’est comme une torpille lâchée en plein dans ton estomac, qui vient écarquiller tes yeux. Toi ? Toi, Elagabal, tu viens sérieusement de penser ça ?

Il faut clairement s’inquiéter de votre état et trouver l’origine du problème au plus vite, avant que tu ne te mettes à délirer plus.

Surprise, panique, incompréhension se succèdent dans le regard que tu darde sur Milo. Sur ce petit zombie capable de réveiller des émotions bien enfouies en toi.

As-tu vraiment joué avec lui ? Pourquoi est-ce que tu as fait ça ? Tu ne réponds pas, incapable de lui donner de réponse, incapable de les trouver toi-même. T’as juste voulu vérifier s’il se passait bien quelque chose entre vous. Essayer de raviver vos mémoires atrophiées.

« Vos ». Parce que t’as bien saisi qu’il n’en mène pas plus large que toi.

La réponse est positive.
Mais incomplète.
Il se passe définitivement quelque chose entre vous. Quelque chose d’électrique, d’incontrôlable et surtout d’inconnu. Mais quoi exactement ?

Tes poings se serrent dans ta poche, tes ongles viennent se planter dans ta peau alors que la colère de la tête bleue se déverse enfin contre toi. Douleur pour te contrôler. Douleur pour ne pas penser à ce qu’il te dit.

Comme si ça te faisait mal qu’il puisse penser tout ça de toi.
Terriblement. Mal.

Le son de sa main contre sa cage thoracique attire ton regard vers lui. Tu fixes l’emplacement de son cœur sans comprendre. Donc lui aussi est sous l’effet d’un vous-ne-savez quoi qui fout le bordel dans vos émotions.

Grognement mécontent. Evidemment il devait retourner la situation en ta défaveur -la faute à qui ? - pour t’accuser d’être un détraqué sexuel. Ta main vient trouver tes cheveux, s'y perd. T’arrives pas à réfléchir correctement, ça te perturbe et te hérisse.

Pourtant, t’arrives pas à lui en vouloir.
Tu te fais pitié. On croirait une demoiselle éconduite après un simple baiser, déjà prête à se donner comme une fleur.
Simple baiser. Mais baiser foutrement agréable.

Tu échappes un juron, tourne le dos à l’inconnu plus si inconnu que ça, pour réfléchir. Après un instant, tu parviens à mettre des mots sur tes pensées en grommelant en direction du zombie.

— Écoute, j’fais des efforts, j’te crois. Par contre, faut qu’ce soit réciproque.

Ça te fait mal de lui dire ça, de te montrer faussement calme, alors que t’es mort de trouille face à l’inconnu. Mort de trouille face à ce qui vous attend.

Que cherches-tu à présent, Bayezid ? La vérité ? Ou préfèrerais-tu croire que ce que tu as ressenti plus tôt n’est en rien une illusion ? Tes yeux se plissent alors que ton esprit cartésien accuse le coup. Plus rien n’a de sens.

Encore moins ce toi et lui.
Ce vous qui fait palpiter ton cœur.

Il faut que vous trouviez la source de ce souk et que vous y mettiez un terme une bonne fois pour toutes. Au pire, tu lui feras avaler une potion d’amnésie bien calibrée et vous trinquerez en saluant l’oubli. C’est ce que tu te dis, te répète, mais il y a cette partie de ton cœur qui se serre à cette pensée.

As-tu seulement envie de l’oublier ?

— Shibuya, tu répètes en te grattant le menton, on y était tous les deux hier, c’est là qu’un truc a déconné.

Tu ne sais pas te comporter avec autrui, c’est un fait. Mais encore moins avec lui. Dois-tu le forcer à te suivre ? Ce n’est peut-être pas la meilleure idée du siècle.

Optant pour un calme apparent, une impassibilité fausse, tu ouvres le pas en te dirigeant vers la sortie de ce trou à rats d’appartement.

Sans lui adresser un regard de plus, tu ajoutes comme pour le convaincre de te suivre sans te pousser à employer des moyens plus extrêmes :

— Et s’il faut t’embrasser à nouveau pour comprendre ce bordel, je le ferai.

Tu franchis le seul de l’appartement avec une mine faussement impassible. Haussement d’épaules en apparence désintéressé.

Ça te déplairait tant que ça, de recommencer ?
BY MITZI
Milo J. Campbell
zombie

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 XyYk8hR18/100Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 IUyLEY2  (18/100)
× Présence: présent
× Evolution : Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 EmptyCupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 Empty
Cupidon est une ordure w/ Elagabal - Page 2 Empty × Age de la mort : 17 Masculin
× Age post-mortem : 46
× Avatar : Shinichi Okizaki - Nana
× Pouvoir : /
× Croisée avec : /
× Appartement : Jules Verne
× Métier : Jongleur de feu
× Epitaphes postées : 363
× Øssements343
Neutre/Sans genre
× Inscription : 15/11/2018
× Surnom : le pomelo
× DCs : Lyochat
zombie
http://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t3921-milo-let-it-burnhttp://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t3928-milo-burn-with-me-babehttp://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t3931-milo-jack-firephonehttp://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t3930-milo-jack-o-lantern-db-perso-pro
Terminé #16le 19.05.19 2:07
Milo a senti les mains de l'autre sur sa taille. Tout son corps a frissonné de ce bref contact et s'est tendu à sa rencontre. Il en voulait plus, il avait besoin de plus. Une envie, un désir venu du fond de ses entrailles qui faisait écho à toutes les sensations que le guerrier faisait naitre en lui depuis son réveil. Son cœur avait repris sa course effrénée dans sa poitrine. Se séparer de lui, briser cette étreinte dans laquelle il aurait voulu se perde lui avait demande plus d'énergie et de volonté qu'il aurait escompté.

À aucun moment la difformité de la gorge du guerrier ne l'avait repoussé. Il se contemplait chaque matin dans le miroir depuis près de cinquante ans. Il voyait son visage dévoré par les flammes, ses yeux rougeoyant comme des braises encore vives, ses cheveux épars et grisâtres. Non, cette gorge déchiquetée ne le dégoutait pas, ne l'effrayait pas. Il trouvait même cela touchant, il avait envie de l'apprendre à accepter, peut être pas à aimer mais au moins à accepter cette part de lui, comme on réapprend à un blessé à marcher. Lentement, patiemment, tendrement.

Tout à sa colère, Milo ne voit pas le trouble qui agite son voisin, il a presque oublié les mains autour de ses hanches, il veut simplement savoir. Lui ouvrir les yeux. Lui faire comprendre qu'on avance beaucoup plus vite en marchant les uns avec les autres que les uns contre les autres.

Le grognement du guerrier lui arrache un frisson. Son pied droit se décale prudemment vers l'arrière. Il est prêt à détaler. À fuir pour protéger sa vie. Il a déjà fait la rencontre très violente de son lit à peine dix minutes plus tôt, il ne tient pas à renouveler l'expérience avec la table du salon ou quelqu'autre meuble qui soit. Le corps tendu comme un arc, Milo appréhende la réaction de l'autre. Son juron lui arrache un sursaut. Mais, quand il voit que l'autre se retourne, sa tension disparait et ses bras se relâchent. Il entrevoit le bout du tunnel.

- J'en ferai, je veux comprendre.

Il se retient de faire remarquer qu'il ne fait que ça, des efforts, depuis le début. Il n'a pas envie de déclencher une nouvelle guerre alors que la trêve vient d'être signée.

Shibuya.

La clé de l'énigme ?

- Je me souviens y être allé c'est vrai mais étrangement, j'en ai aucun souvenir. Il s'est passé quoi ? T'as d'autres infos ?

Genre sur mon téléphone qu t'as éclaté.

Mais il se contient toujours en faveur de cette trêve et aussi pour sa survie. L'autre ne répond pas, ne l'entend pas. Il se détourne et Milo l'observe se diriger vers la porte. Il observe son dos qu'il sait musclé qui s'éloigne et ne sait quelle démarche adopter. Il décide finalement de le suivre espérant ne pas se faire refouler.

Les mots qu'il entend le figent sur place. Ses joues prennent immédiatement une couleur écarlate au même titre que ses oreilles et l'ensemble son visage, on pouvait presque voir de la fumée s'échapper de ses oreilles.

- M-mais p-pourquoi tu dis ça ? Enfin je ...

Une voix au fond de lui soufflait qu'il n'était pas contre recommencer. Après tout, ça n'avait pas l'air d'être la première fois. Et être dans ses bras avait été si agréable et tendre. Les gens sont rarement tendres avec Milo, de part sa condition de zombie mais aussi parce qu'il faisait le pitre tout le temps. Pourtant, il avait terriblement besoin de tendresse, de bras dans lesquels s'endormir, de quelqu'un pour l'aimer ...

- Fin oui d'accord ... si ça peut aider - pire excuse Milo assume juste au pire - mais comme ça n'a rien fait - menteur - la première fois, je pense pas que ça aide là ...

Il passa une main nerveuse dans ses cheveux bleus et se glissa à la suite du guerrier dans le couloir. Il marchait vite pour suivre l'autre, tentant de faire passer le trouble qu'avait jeté cette déclaration. Il enfonça ses mains dans la poche de son sweat jaune, tordant ses doigts en cachette.

- Et du coup ... à part Shibuya ? T'as appris d'autres trucs ?

Il glisse un regard en coin à l'autre alors qu'ils se dirigeaient vers la sortie et peut-être, vers d'éventuelles réponses.
Contenu sponsorisé
Terminé #17
Aller à la page : Précédent  1, 2
Pseudo :

forums partenaires