Bienvenue jeune vivant !
Le Monde des Morts n'attend que toi, es-tu prêt à passer de l'autre côté ?
Rejoindre l'au-delà
Naviguer sur le Styx
ConnexionConnexion  AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  
Rechercher
Lisbeth voudrait un nouvel avatar
Pinho recherche des partenaires de rps
Tinek cherche plusieurs partenaires pour réaliser ses idées en rapport avec les potions
en partenariat avec...
Nano RoleplayNevada's GodfatherNew Life.comEsquisseTasty Tales

just a quiet evening | with Abel
Eschyle A. Goodsir
vampire

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
 just a quiet evening | with Abel XyYk8hR0/100 just a quiet evening | with Abel IUyLEY2  (0/100)
× Présence: présent
× Evolution :  just a quiet evening | with Abel Empty just a quiet evening | with Abel Empty just a quiet evening | with Abel Empty just a quiet evening | with Abel Empty just a quiet evening | with Abel Empty just a quiet evening | with Abel Empty
× Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Nagito - Danganronpa
× Appartement : Lascaux
× Epitaphes postées : 67
× Øssements295
Féminin
× Inscription : 07/02/2019
vampire
 just a quiet evening | with Abel Empty #1le 13.02.19 16:30
 just a quiet evening | with Abel G694


just a quiet evening

La vie est démesurément longue, démesurément courte.

feat Abel

La vie ici est ennuyeuse. Je n’arrive vraiment pas à m’y faire ! Je ne pensais pas que me faire des potes serait aussi compliqué !

Après, je ne parle pas la langue.

Et d’ailleurs, à mon humble avis, vu tous les étrangers présents dans cette ville, tout le monde devrait être obligé de parler/apprendre l’anglais plutôt que le japonais. C’est vraiment débile.

Toutefois, je refuse de broyer du noir comme un idiot dans ma chambre. Je ne suis pas un branleur. Et puis, si je veux qu’un jour les choses changent pour moi – même si j’ai plus ou moins l’éternité devant moi et ne suis pas pressé – il faut que je me bouge le cul.

Je me force alors à sortir de mon plumard – avec difficulté, certes, il est étrangement confortable – pour me traîner jusqu’à ma douche. L’hygiène est quelque chose d’extrêmement important pour moi. Il arrive de me laver deux fois dans la même journée. Et non, je n’exagère pas.

C’est pas comme si j’avais autre chose à faire, aussi.

Une fois propre et parfumé, je m’habille correctement – mais simplement – et prends mes affaires, composées de mon téléphone, de mon portefeuille et de mes clefs. Je vérifie tout une dernière fois – j’ai en effet horreur de devoir faire demi-tour car j’ai oublié quelque chose – avant de quitter la pièce pour de bon.

J’ai envie de boire, ce soir.

Comme un peu tous les soirs, en fait. Que ma vie est nulle !

Qu’à cela ne tienne, je m’en fous. De toute manière, personne ne me connaît – tant mieux pour eux, je suis un cauchemar – et personne ne me jugera car je vais presque tous les jours fourrer mon nez dans les bars de la ville.

Je marche dans la rue depuis une bonne vingtaine de minutes, m’arrêtant devant chaque café, l’analysant avant de passer mon chemin car il ne me convient pas. Impossible pour moi de me décider ! Je veux un bar jeune et branché pour rencontrer des gens comme moi, de mon âge. Dans mon délire.

Mon choix s’arrête sur un endroit plutôt charmant. Après une dernière hésitation, je franchis le seul et détache mon écharpe. Ah ! Ça fait du bien ! Dehors il faisait vraiment froid, j’ai horreur de ça ! Je balaie la salle d’un regard bleu ciel. Puis me dirige vers le comptoir où je pose mon derrière sur un tabouret. Je saisis la carte non loin et la lit entièrement, n’omettant aucune boisson. Parfait ! Ils ont du bon ici pour un prix abordable. Ça fait plaisir.

Maintenant, plus qu’à attendre qu’un serveur vienne prendre ma commande.

« halloween »
Abel Loneheart
vampire

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
 just a quiet evening | with Abel XyYk8hR10/100 just a quiet evening | with Abel IUyLEY2  (10/100)
× Présence: présent
× Evolution :  just a quiet evening | with Abel Empty just a quiet evening | with Abel Empty just a quiet evening | with Abel Empty just a quiet evening | with Abel Empty just a quiet evening | with Abel Empty just a quiet evening | with Abel Empty
 just a quiet evening | with Abel Empty × Age de la mort : 17 Masculin
× Age post-mortem : 26
× Avatar : Shintaro Kisaragi / Kagerou Project | ©Issui
× Pouvoir : Stupidité
× Croisée avec : Une manette
× Logement : Appartement
× Métier : Barman
× Epitaphes postées : 524
× Øssements807
Féminin
× Inscription : 27/10/2018
× DCs : Lyra Wainwright
vampire
 just a quiet evening | with Abel Empty #2le 07.03.19 16:47

 just a quiet evening | with Abel Large

Just a quiet evening | Eschyle

Abel avait un peu froid.

    Mains dans les poches, la mine renfrognée, il avançait vers son lieu de travail en crachant à chaque pas sa haine contre le monde, tandis qu’il gratifiait d’un regard noir quiconque croisait le sien.

Non, il n’était pas en colère.
Ou peut-être un tout petit peu.

    La journée avait commencé de la manière la plus banale du monde, pourtant. A peine levé, il avait attrapé son ordinateur portable -spécialement fait pour les gamers, il ne faut pas plaisanter- et ne s’était pas fait prier pour démarrer Life is Strange. Le jeu avait beau exister depuis quelques années, Abel venait de le découvrir. C’est vrai, après tout, il était déjà mort au moment de la sortie de ce dernier, en 2015. Et il devait admettre qu’il n’en décrochait plus. C’était le genre de personne qui allait chercher à tout savoir, tout explorer, de sorte à ce que le jeu soit fait à 100%. Il ne voulait manquer aucun détail, aucun élément important pouvant lui donner le moindre indice sur l’intrigue. Il avait accroché au style graphique et au genre du jeu, là où habituellement, les Point and Clic n’appartenaient pas à sa catégorie favorite.
    Et puis il avait reçu un message de son supérieur déclarant qu’il devait venir travailler aujourd’hui. Pourquoi ? Parce qu’un de ses collègues avait un empêchement et ne pouvait pas se déplacer. Et dans sa fainéantise extrême, le vampire avait juré. Longtemps. Pourquoi lui et pas quelqu’un d’autre, hein ? Ce n’était pas comme s’il était le seul à avoir le droit de rester chez lui aujourd’hui. Une pensée obscure lui traversa l’esprit. Et si… et si c’était juste parce qu’on aimait le torturer avec l’alcool ? Même si ce n’était sûrement pas le délire de tout le monde de rire de quelqu’un faisant une crise de panique à ce sujet, il se disait que des fous dans ce genre existaient et, venant de ses collègues, il s’attendait à tout.

Et évidemment, quand avait-il reçu ce message ?
Vers 17h30. Il devait être là dans pas moins d’une demi-heure, pas plus.
Alors qu’il était encore en pyjama, totalement négligé.

    Lui qui avait cru pouvoir profiter de sa journée, il pouvait encore tirer une croix dessus. Si on lui proposé de venir pour jouer de la guitare, pourquoi pas. Mais là, on lui demandait de servir des clients. Et il n’avait toujours pas eu les moyens de changer de boulot alors pour le moment, il lui fallait faire avec. Mais plus le bar gagnait en renommée, moins il appréciait ça. Ceux qui travaillaient avec lui devenaient de plus en plus exécrables. Mauvais.
    A son départ, sa Shiba l’avait regardé avec des yeux attristés. Comme s’il l’abandonnait, qu’il ne voulait plus lui accorder le moindre signe d’attention. Et ça faisait mal au coeur à Abel qui, après tant d’années, ne savait toujours pas résister aux tentatives manipulatrice de son chien qui était, disons-le, très intelligent ? Il ne pouvait pas l’emmener avec lui… il aurait aimé, vraiment. Et ce soir-là, Irina ne pouvait pas venir s’occuper d’elle alors il était obligé de la laisser seule, au milieu de son appartement. Autant dire qu’aucun des deux n’était ravi. Il n’avait pas d’autre choix, pourtant…

    Et quand il était sorti, il avait plu. Beaucoup plu. Abel ne s’y était pas attendu. Habillé de son sweat rouge habituel, de son pantalon un peu trop grand, il avait bravé le froid sans trop de problèmes parce que ce dernier ne l’affectait pas. Enfin, à son goût, il n’était pas assez puissant pour lui faire quelque chose. Mains dans les poches, il avançait, crachant et râlant parce qu’il avait dû stopper son jeu prématurément, perdant sa sauvegarde. Il avait dû s’habiller rapidement, prenant à peine le temps de rassembler ses affaires. Il avait même manqué de casser sa guitare. Et ça, il ne l’aurait pas pardonné. Il aurait certainement rejeté la faute sur son supérieur, parce qu’il l’avait obligé de se dépêcher. Et Abel n’aimait pas se dire qu’il avait tort. Parce qu’il était toujours trop têtu pour l’accepter.
    Il avait senti la première goutte de pluie frapper son visage alors qu’il était à mi-chemin de sa destination. L’air blasé, lassé, presque épuisé, il avait haussé les épaules sans pour autant se presser. Il s’était dit que ce n’était pas trop grave, qu’au pire il serait un peu mouillé mais il se négligeait parfois tellement qu’il s’en moquait éperdument. Il n’y avait qu’à voir ça, avec son visage creusé de cernes et ses cheveux constamment décoiffés, leurs mèches se livrant une bataille constante et interminable. Et puis une autre goutte de pluie était venue rejoindre sa jumelle. Puis une autre. De bruine, on était passé à averse. Une veritable averse. Le genre d’averse qui avait éveillé chez le garçon un sentiment de rage mêlé à de la panique, et l’avait poussé à courir le plus vite possible. Il avait glissé dans les flaques, avait manqué de voir sa tête venir embrasser le sol un bon nombre de fois. On l’avait cogné, bousculé, il avait cogné, bousculé. Et quand il avait fait face à la porte de l’établissement où il travaillait, il était tellement trempé que l’eau continuait de s’écouler sur le sol. Son humeur était massacrante. Et pour l’une des rares fois de sa “mort”, personne ne lui avait rien dit.

    Et maintenant il se tenait là, derrière le bar, à distribuer des boissons sans âmes dans ses vêtements gelés qui le faisaient grelotter. Il regardait de temps à autre sa guitare, déposée dans un coin de la salle, inaccessible. Dès que quelqu’un voulait y toucher, pensant qu’elle était libre, il se ruait vers cette personne et ses yeux aussi tranchants que l’acier et froids comme la glace la dissuadaient de tenter quoi que ce soit. Il n’était vraiment pas d’humeur, aujourd’hui. Comme il l’était rarement en ce moment. Rester chez lui était une sorte de délivrance, un moyen de s’éloigner le plus possible de ce qu’il détestait. On lui disait que ce n’était pas en restant prostré dans son coin que les choses allaient changer. Mais à quoi bon ? Qu’est-ce que ça lui apporterait, que les choses changent ? Il avait l’impression qu’on l’avait déjà trop massacré.
    C’est nonchalamment qu’il serpente entre ses collègues et s’approche des différents clients. Il a à peine la force de parler. Il râle, il traîne des pieds, on ne lui dit rien et on se contente de le regarder. Certains l’observaient avec de la pitié, d’autres de la médisance. Il s’en foutait. Il se foutait de tout, aujourd’hui. Il finit par s’approcher d’un client, un jeune homme aux cheveux blancs qu’il aurait d’ordinaire fascinant s’il n’était pas aussi fatigué et désespéré. Il le regarda à peine, tête baissée, comme s’il cherchait ses mots. Ces derniers temps, le moindre petit évènement avait tendance à le faire déprimer, peu importe l’impact ou le lien que ça avait sur son passé.

-Qu’est-ce que… j’vous sers ? Articula-t-il, dans un anglais parfait.

    Dans son bar, on parlait tous Anglais. Parce qu’il savait que certaines personnes n’étaient pas familières avec le japonais, ou ne l’avaient tout simplement pas apprit. Et comme c’était sa langue natale, il avait toujours eu des facilités à s’exprimer avec.
Pseudo :

forums partenaires