Bienvenue jeune vivant !
Le Monde des Morts n'attend que toi, es-tu prêt à passer de l'autre côté ?
Rejoindre l'au-delà
Naviguer sur le Styx
ConnexionConnexion  AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  
Rechercher
Viktor a posté un rp libre dans les Catacombes (université)
Joyd a posté un rp libre dans "se promener" (plusieurs participants sont attendus !)
Pinho recherche des partenaires de rps
en partenariat avec...
Nano RoleplayNevada's GodfatherEsquisseTasty TalesJust MarriedMaster Poké

Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone}
Merle Blanc
vampire

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} XyYk8hR16/100Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} IUyLEY2  (16/100)
× Présence: présent
× Evolution : Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty × Age de la mort : 25 Masculin
× Age post-mortem : 100
× Avatar : Jack (par Kate) ; Ash (par Valentina Remenar)
× Appartement : Jules Verne
× Métier : Vétérinaire
× Epitaphes postées : 693
× Øssements1356
Je ne veux pas répondre
× Inscription : 15/01/2019
vampire
http://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4327-merle-o-l-oiseau-rarehttp://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4339-merle-o-entre-reves-et-passions
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty #1le 02.02.19 15:49
Mes doigts glissent sur le tissu. Cette sensation m'égaie toujours. Je n'ai pas besoin de miroir pour savoir à quoi je ressemble. Le toucher suffit. Je prends le temps d'arranger les froufrous de mes manches, avant de serrer le lacet de cuir qui maintient le jabot sur ma gorge. La chemise est blanche, les couleurs sont ailleurs. Sur mon pantalon à la teinte irrégulière, sur le large foulard qui me sert de ceinture, sur la demi-cape dont je lisse à présent les plumes. Pour cela, je remercie Ambre et Perle. Ce sont leurs pennes et leur duvet que j'ai pu coudre sur les bordures. La mixité de leurs couleurs donne un visuel moucheté du plus bel effet.

C'est l'heure du maquillage. L'appartement est silencieux, la solitude de mon antre me convient. Le crayon affermit mon regard comme celui d'un acteur de théâtre. Ma peau est la scène qui me guide. Le pinceau glisse sur elle comme le pas des danseurs. Une étoile noire prend forme sous mon œil, comme un pentacle aux branches pleines. Mes lèvres se peignent également d'obscurité, qui ne ternit en rien mon sourire.
J'ajuste un demi-masque du côté droit de mon visage, à l'opposé de l'étoile. Bien que plus court, il est assez semblable à celui du fantôme, même si je n'ai pas la présentation d'avoir son talent. Il rehausse parfaitement la dichotomie de mon regard, confondant le bleu nuit à celui d'argent céleste au dessus de l'étoile. S'il s'agit de ma couleur naturelle, c'est bien une lentille qui ici annule l'effet de la potion.
Je prépare le reste de mes accessoires avant la touche finale. Je compte parmi eux des cartes de tarot au dos marqué d'une étoile semblable à celle sur mon visage. A l'exception de l'une d'elles, détachée des autres, elles sont prévues pour s'ouvrir en un éventail intriguant. Les arcanes représentés le sont tout autant. Des bottes cavalières s'ouvrent légèrement au dessus de mon genou. De cuir noir, elles sont ornées d'une structure externe semblable à des os, assemblés comme une cage thoracique.

Un léger soupir s'échappe d'entre mes lèvres. Si je me fie à mon ressenti, cet essai est concluant. C'est l'un des avantages de ce pays, je dois bien le reconnaître. Trouver du matériel pour créer des atours dignes des plus grands films est d'une facilité déconcertante, contrairement à la peine rencontrée sur le vieux continent, bien plus classique.
Et les costumes européens ne font pas exception à la règle. J'ai même déniché une veste de la maison Hugo Boss, et il a fallu bien peu pour que je reconstitue le costume dans son entier. Mais celui-là... je ne le sortirais que lors d'une occasion spéciale.

Silence, toujours. Je me faufile dans la salle de bain pour avoir un aperçu de mon apparence de plein pied. Très convainquant. Pour ma sortie du lendemain, ce costume sera parfait. J'ouvre l'éventail de cartes devant mon sourire devenu depuis quelques jours un peu trop carnassier. Le coup du costume marche toujours, quel que soit ce que l'on cache derrière.

La touche finale. Je trempe les doigts dans du henné noir, qu'une fine brosse vient dissiper en dégradé jusque sur mes poignets. Si le composé chimique responsable de cette coloration artificielle est dangereux pour les vivants, il n'en est rien ici, et c'est un avantage non négligeable. Le noir imprègne ma peau, mais n'atteindra sa teinte optimale que dans quelques heures. Et sera toujours aussi intense demain. Avec les ongles que j'ai laissé pousser en même temps que mes crocs, et taillés en pointe, l'effet est délicieusement dérangeant sans être vraiment monstrueux ou effrayant.

L'idée me trotte en tête depuis que j'ai commencé les essayages. Mes yeux pétillent encore à cette perspective. Puisque j'ai passé du temps à me préparer, temps gagné sur le lendemain uniquement si je ne dors pas, autant le rentabiliser !
La fraîcheur de la nuit me caresse le visage. Sur mon passage les gens se retournent, me dévisagent. Je leur rends leur attention, leurs saluts, leurs sourires. Dommage, pas un n'a eu suffisamment de curiosité pour m'arrêter. Je continue ma route, je sais où aller.
A proximité d'un parc, je me laisse flotter en respirant les parfums de la fin du jour.  Plantes et fleurs se protègent, se referment, mais restent enivrantes. Je ferme les yeux. L'air que je respire est froid, mais vivifiant, exquis.

En poussant la porte du bar, j'entends une voix gaillarde m'accueillir. Suis-je déjà venu ici sans costume... ? Je suis certain que non.


Ola, drôle d'oiseau ! ... Jester ce soir ?

Joignant deux doigts près de mon œil étoilé, qui se referme pour l'occasion sur un salut dérisoire, je lui réponds sur le même ton. L'éventail de cartes noires vient renforcer les dires du barman et le mystère du personnage. Jester Black.

Ja. Wie geht's ? Un rire me répond, et je m'installe au comptoir. Tu as du schnaps, cette fois ?
Tu crois que j'en importe juste pour toi ?
Riesling dann.
Tu as encore du mal avec le japonais ?
Chassez le naturel...*

Essuyant un verre ballon, il se permet d'interrompre ma citation en riant à nouveau. Je sais qu'il la compléterait volontiers, à force il la connait par cœur. Si seulement... il pouvait la prononcer. Bientôt, je hume le nectar blanc que je fais tourner entre mes doigts d'un noir de jais. Le verre est presque chaud, et l'odeur seule est déjà un pur délice. L'homme derrière le comptoir en profite pour s'approcher de moi et chuchoter sur le ton de la confidence.

Il y a une animation ce soir. Pour toi qui aime la scène, ça tombe bien !

Fermant mon œil saphir d'un air complice, j'acquiesce lentement, avant de tranquillement goûter le fruit des vignobles de ma patrie.


* NdT : En français dans le texte.
Leone J. Chiaramonte
Mascotte de bordel ☽ Preux Sicilien ☾

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} XyYk8hR39/100Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} IUyLEY2  (39/100)
× Présence: présent
× Evolution : Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} 4Ct5J6SOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 131
× Appartement : Van Gogh
× Métier : Psy
× Epitaphes postées : 288
× Øssements1113
Féminin
× Inscription : 21/03/2018
× Surnom : l'anémone
× DCs : Mitsuko Shinoda & Pandora R. Bahatóris
Mascotte de bordel
 ☽ Preux Sicilien ☾

https://www.peekaboo-rpg.com/t3003-leo-when-the-devil-wants-to-punish-his-worshippers-he-uses-the-trick-of-karma-terminehttps://www.peekaboo-rpg.com/t3013-leo-we-re-all-of-us-haunted-and-haunting
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty #2le 12.02.19 20:33
sample33
OISEAUX DE NUIT, BONNE COMPAGNIE
— UN GRANELLO DI SABBIA NEL DESERTO.
Leone ne sait jamais où il va, lorsqu’il décide de sortir et d’aller s’échouer dans un endroit de Tokyo. Ses soirées s’éternisent souvent ; il apprécie l’air glacial et l’ambiance nocturne de la capitale nippone. Quoi qu’on en dise, rien n’est plus pareil, une fois la nuit tombée. Souvent, il fend l’obscurité de sa présence, l’on ne distingue plus qu’un bout de braise qui rougit et avance seul dans l’ombre, bûcher de nicotine qui irradie ses poumons dès qu’il sort de l’Agence.

A côtoyer tant de gens, toute la journée, l’on en vient à savourer la solitude. Le borgne n’a jamais été très sociable, depuis sa mort. Il se contente d’aller et venir, d’une rencontre à l’autre, d’un sourire à une étreinte, avant de finir sa nuit quelque part, partout sauf à l’appartement. Cette sensation de ne pas être chez lui, celle qui dérange les enfants qui passent un mois sans papa maman chez leur grand-mère l’été, il l’accueille avec soulagement. Elle l’empêche de sombrer dans ses cauchemars, l’empêche de dormir autant que l’alcool le plonge dans le plus noir des sommeils.

Leone est éclaté, tente de l’oublier, mais jamais n’est parvenu à recoller les morceaux. Alors il ne pense plus à lui-même, s’acoquine des malheurs des autres pour oublier ses peines, avant que la nuit de lui ouvre de nouveaux sourires, nouvelles voix et rencontres.

Les portes de l’Agence claquent derrière lui, laissant là sa journée de travail. Un instant, il s’arrête devant le bâtiment comme pour mesurer la température du regard. Son œil observe son souffle que le froid matérialise d’une légère brume, qui vient se dilater dans l’air. Il hésite, aimant rentrer tard, certes, mais sans risquer de mourir une seconde fois, de froid, en chemin.

— 'N frìddu ddi lùpi, qu’il peste entre ses dents.

Finalement ses mains gantées viennent redresser le col de son manteau et il se met en route. Le crépuscule tombe déjà sur la cité que l’obscurité ne parvient pas à conquérir, tant les néons grésillent de toute part, il lui faudra un moment avant de trouver un bar qui ne ressemble pas à l’une de ces spécialités japonaises aux couleurs criardes et aux filles à demi-couvertes.

Le Sicilien aime les découvertes, explorant depuis des années les recoins les plus perdus de la ville, à la recherche de nouveauté. Il a parfois l’impression d’être un animal en cage, le Leone, lui avant si fougueux et curieux, se laissant enfermer depuis plusieurs dizaines d’années dans un cabinet parfois trop petit pour lui, ses patients et sa conscience.

Alors il se perd, s’en amuse et se faufile dans les rues. Tout en pianotant sur son téléphone, il se laisse emporter par les transports vers le centre, là où convergent tous les désirs. Depuis des années, peut-être trop, celui de Leone se résume à la boisson. Bien que ses excès soient derrière lui, l’on ne renonce que difficilement à ses habitudes et, du reste, tremper ses lèvres dans l’alcool demeure un plaisir que la mort n’a pas pu lui arracher.

Le borgne laisse presque la foule l’avaler, le guider jusqu’à ce qu’il trouve un refuge digne de ce nom, où il pourrait laisser reposer son esprit au fond d’un verre trop de fois vidé, trop de fois rempli.

Son choix se porte sur un bar à l’écart. Européen dans son style, il arrache un sourire à Leone, qui n’hésite pas longtemps avant de laisser derrière lui le froid du soir. Retirant ses gants doucement, le contraste entre l’extérieur et la chaleur qui irradie la salle fait rougir les joues du Sicilien. L’endroit lui semble familier, comme s’il était déjà venu avant. Cela ne l’étonnerait pas, vu son âge, mais il est bien incapable de mettre un nom sur la tête du barman.

Observant attentivement les alentours, il choisit de s’installer au comptoir. Rien de mieux pour un premier verre, peut-être un second. Il finirait peut-être sa nuit au Bchobiti, qui sait. D’ici-là, il pouvait au moins compter sur la qualité de l’endroit pour ne pas se laisser aller à une ivresse trop soudaine.

Il n’avise pas tout de suite le costume de son voisin, s’écroulant d’abord sur son tabouret. Il adresse un petit sourire au barman et commande un pastis, histoire de bien commencer la soirée. Il n’a aucune idée de la nationalité de l’européen qui lui fait face, mais s’en contrefiche bien, tant qu’il n’est pas Italien.

Son œil vient ensuite se poser sur les doigts de son voisin. Noirs, comme enduits de suie, ils intriguent le Sicilien qui détaille l’ensemble du costume du jeune homme à côté de lui. Un instant, il s’interroge sur sa profession - hésitant entre croque-mitaine et cosplayer - mais se contente de lâcher un léger sifflement admiratif.

— Che figata ! murmure-t-il, avant de reprendre en japonais : y’a du boulot, bravo.

Lui-même adepte des changements d’identités sous couvert de déguisements colorés, il n’a cependant ni la patience ni la minutie qu’à certainement nécessité l’élaboration du maquillage du jeune homme. A côté de lui, la veste de costume bordeaux du vampire dénote complètement, tranchant sur l’obscurité du costume de son voisin.

Leone sourit puis détourne le regard, regardant le barman le servir et le Cognac perdre sa couleur ambrée pour un jaune pâle, presque délavé. Dieu qu’il aime la France, sa langue, ses filles et ses alcools - même si rien ne vaut le Fernet-Branca.

Il savoure un instant l’odeur du breuvage comme on le ferait avec un bon vin, avant de savourer une première gorgée d’alcool. L’avantage de celui-ci, c’est qu’on le retrouve dans tous les coins du monde, y compris dans l’au-delà.

Au bout d’un moment, la salle s’agite, comme si quelque chose allait se passer. Leone lance un regard interrogateur au gérant, qui secoue la tête comme pour lui faire croire qu’il ne sait rien. Fronçant les sourcils, le Sicilien se penche vers son voisin.

— Ma… il y a quelque chose de prévu, ce soir ?

Sourire ravi face à la perspective de se laisser entraîner dans une soirée des plus amusantes.
Merle Blanc
vampire

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} XyYk8hR16/100Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} IUyLEY2  (16/100)
× Présence: présent
× Evolution : Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty × Age de la mort : 25 Masculin
× Age post-mortem : 100
× Avatar : Jack (par Kate) ; Ash (par Valentina Remenar)
× Appartement : Jules Verne
× Métier : Vétérinaire
× Epitaphes postées : 693
× Øssements1356
Je ne veux pas répondre
× Inscription : 15/01/2019
vampire
http://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4327-merle-o-l-oiseau-rarehttp://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4339-merle-o-entre-reves-et-passions
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty #3le 17.02.19 23:27


Oiseaux de nuit,
bonne compagnie
J'ai fermé les yeux. Je ne m'en aperçois que lorsque j'entends le bruit caractéristique d'une longue journée. Mes paupières se soulèvent pour me permettre de discerner la personne qui vient d'arriver.
L'homme s'est installé avec une certaine lassitude, mais ne s'impose pas. Ses cheveux ont l'élégance et les reflets des queues de pies. Son iris gauche, précieux, fait écho au mien. Lui d'or moi d'argent. L'ennui s'évapore peu à peu de ses gestes.

Une griffe noire dessine lentement le contour de mon verre, en relève la bordure. Je la suis des yeux, distraitement. Je perçois les imperfections du verre du bout de l'ongle. Mon autre main est posée sur le comptoir, et n'a pas besoin de bouger pour que les veinules du bois prennent forme dans mon esprit. J'aimerais sentir la sève couler sous l'écorce. Mes doigts jouent avec une écharde.

J'entends l'homme passer sa commande, dépassant le léger brouhaha du bar d'une voix sombre et veloutée, alourdie d'un fort accent. Un méditerranéen. Les yeux toujours à demi fermés, un trait d'ironie étire mes lèvres derrière mon verre. Je me délecte d'une nouvelle lichée quand il me confirme inopinément ses origines italiennes en s'adressant à moi. Mes yeux s'ouvrent un peu plus, et dévisagent l'étranger un instant, pétillants.

Vielmols merci.*

Même si mon ravissement reste discret, le compliment me touche sincèrement. Rencontrer un amateur est un vrai bonheur. Ce court échange donne un aperçu supplémentaire du travail qu'il félicite, puisqu'il ne pouvait pas apprécier toute la complexité du maquillage asymétrique en contemplant mon seul profil. Adoptant l'attitude mutine de mon personnage, je ferme un œil, puis l'autre. Leur disparité et l'effet qu'ils procurent est très différent d'un côté à l'autre du masque. Lui... n'en a qu'un. Ma canine s'enfonce légèrement dans ma lèvre.

Le temps reprend son cours et quelques instants suffisent pour que je m'immobilise à nouveau, yeux clos et verre en main. Cascade volatile dans ma gorge, l'alcool envahit à nouveau mes papilles. Le liquide roule entre ma langue et mon palais, je ne l'avale que par petites gorgées pour profiter de la sensation, le gardant juste le temps nécessaire pour qu'il rafraîchisse mon œsophage.
J'entends l'agitation un peu plus loin, comme un bruissement de foule. Je tourne subrepticement la tête, au moment exact où mon voisin choisit de réduire la distance entre nous. Même sans le voir je le sais, il est proche, très proche.
A l'instar du riesling, son haleine me rappelle les cépages ensoleillés, en plus fort. Version eau-de-vie. Le cognac qu'il a commandé semble une bonne cuvée. Impatient de savoir si ma déduction est exacte, j'ouvre les yeux. Son visage est juste en face du mien. Sa proximité me donne envie de le toucher. Mais il parle le premier. Un léger sourire flottant sur mes lèvres, je me fais un plaisir de répondre.


C'est un concours de mime.

Un néophyte penserait aisément que ma tenue était préméditée pour l'occasion. Mais je n'étais pas plus informé que mon compagnon amateur de bon crûs avant de m'installer ici. Contrairement à ce qu'indiqueraient ces préjugés, baladin n'est pas mime. Le noir rompt avec la candeur de la gestuelle. Mais je ne suis pas prêt de suivre la moindre tendance. Le mime n'a besoin que d'un sens. Je crois que mon humeur discrète et communicative trahit mes intentions concernant cet évènement.




* NdT : Merci beaucoup en français alsacien.
Leone J. Chiaramonte
Mascotte de bordel ☽ Preux Sicilien ☾

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} XyYk8hR39/100Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} IUyLEY2  (39/100)
× Présence: présent
× Evolution : Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} 4Ct5J6SOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 131
× Appartement : Van Gogh
× Métier : Psy
× Epitaphes postées : 288
× Øssements1113
Féminin
× Inscription : 21/03/2018
× Surnom : l'anémone
× DCs : Mitsuko Shinoda & Pandora R. Bahatóris
Mascotte de bordel
 ☽ Preux Sicilien ☾

https://www.peekaboo-rpg.com/t3003-leo-when-the-devil-wants-to-punish-his-worshippers-he-uses-the-trick-of-karma-terminehttps://www.peekaboo-rpg.com/t3013-leo-we-re-all-of-us-haunted-and-haunting
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty #4le 21.02.19 14:41
sample33
OISEAUX DE NUIT, BONNE COMPAGNIE
— UN GRANELLO DI SABBIA NEL DESERTO.
L’ouïe du Sicilien, quoi qu’endommagée, reconnaît une langue qu’il pas entendu depuis littéralement un siècle. Laissant légèrement apparaître sa surprise, il se contente de sourire, sans émettre le moindre commentaire. C’est la langue des villages ravagés de l’Est de la France, celle d’un territoire balloté entre deux cultures, celle de ses compagnons perdus. Elle lui rappelle la guerre, fait poindre un soupçon de nostalgie dans le regard du Sicilien.

C’est un idiome doux qui écharde son cœur, ravive les douleurs et les souvenirs qui ne se lassent pas de le hanter. Pourtant, c’est peu dire qu’il aime l’entendre. Ce serait mensonge de prétendre que l’alsacien n’évoque que des sentiments négatifs chez lui. Cœur partagé entre engouement et affliction. Déchiré, comme toujours, plus encore lorsque cette funeste époque lui revient en mémoire.

Le borgne s’amuse de la disparité de leurs apparences. Il se doute que quelque potions ont dû permettre à son interlocuteur d’arriver à l’effet, mais c’est saisissant, surtout lorsqu’il peut contempler de face le jeu du masque, qui dévoile deux iris aux couleurs distinctes. Son sourire s’agrandit. C’est l’histoire de deux dépareillés, dans un bar… La soirée semble commencer à la manière d’une bonne blague.

Le jeune homme lui sourit pour enfin lui répondre. Leone s’attarde sur les traits de son visage, fins, ils révèlent une certaine délicatesse, tout comme ses gestes. L’on croirait que tout chez cet inconnu masqué est calculé, du bout de ses griffes noires à la moindre esquisse de sourire. Cette attitude, qui ne permet en aucun cas de prévoir à l’avance les réactions du personnage, perturbe quelque peu Leone. L’habitude de sonder les gens, que voulez-vous ?

Il médite un instant la réponse obtenue - un concours de mime, pourquoi pas ? - et porte à nouveau son verre à ses lèvres. Paupière close, il savoure. L’agitation naissante attise sa curiosité, le projette des années en arrière, quand les bars de ce genre, qui sentent les alcools forts et le bois, pullulaient. Certaines choses ne changent jamais.

L’unique œil du sicilien se pose sur l’étonnant costume, heureusement placé à sa gauche, de sorte qu’il puisse le détailler sans avoir à se tordre le cou. Les commissures de ses lèvres se retroussent légèrement en un sourire qu’il ne cherche pas à réprimer, dévoilant son amusement. Finalement, sa question tombe. Son verre claque doucement contre le bois.

— Et vous comptez participer ?

Son interlocuteur n’est pas vraiment déguisé en mime, mais l’on ne sait jamais - de plus, il n’a aucune idée des références qui ont pu servir à la conception du costume d’ombre et de lumière.

Dans un coin de son esprit, Leone annote l’adresse de ce bar, se promettant d’y revenir et de se tenir au courant des activités organisées. D’amusement, son œil se plisse et il reporte son attention sur le reste de la salle, d’un air distrait. Il y a des jours où vos pieds vous conduisent exactement là où vous devez être. C’est un peu ce qu’il s’est passé, dans le cas de Leone.

— J’aurais du mal, à la place des participants… murmure-t-il.

S’il n’hésite pas à se laisser aller, lorsqu’il est costumé, quitte à s’afficher en public, c’est loin d’être le cas tout le temps. Il préfère l’anonymat et le rang de spectateur, dans ce genre de situation.

Mais c’est bien à ça que servent les costumes et les masques. A se cacher, cacher qui l’on est vraiment pour exposer une chimère aux yeux des autres. Afficher un autre soi, celui que l’on veut. Se glisser dans une autre peau. Parfois s’y perdre, aussi.

Sa prunelle dorée vient à nouveau détailler son voisin tandis qu’une nouvelle gorgée de Cognac embrase son col. Il desserre sa cravate d’un doigt, comme pour sceller officiellement la fin d’une longue journée de travail.

En vérité, un masque en dit long sur son détenteur, pour qui sait observer avec attention.
Merle Blanc
vampire

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} XyYk8hR16/100Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} IUyLEY2  (16/100)
× Présence: présent
× Evolution : Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty × Age de la mort : 25 Masculin
× Age post-mortem : 100
× Avatar : Jack (par Kate) ; Ash (par Valentina Remenar)
× Appartement : Jules Verne
× Métier : Vétérinaire
× Epitaphes postées : 693
× Øssements1356
Je ne veux pas répondre
× Inscription : 15/01/2019
vampire
http://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4327-merle-o-l-oiseau-rarehttp://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4339-merle-o-entre-reves-et-passions
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty #5le 01.03.19 21:49


Oiseaux de nuit,
bonne compagnie
La mélancolie de l'homme en face de moi ne m'a pas échappé, l'on dit que j'ai le même regard. Les yeux tournés vers le passé. Je ne regarde que le présent. Et il me montre ce visage dont l'œil couvert ne suffit pas à masquer la flamme brûlante de son âme. Ma main s'avance sur le bois... puis recule vers mon verre, caressant les ridules écaillées. Mes doigts se perdent dans une veine profonde avant de rejoindre le pied du ballon. La bordure contre mes lèvres, je laisse les dernières gorgées noyer ma langue avec délices. La voix de l'italien revient vers moi. Je rouvre les yeux sans avoir eu, encore une fois, conscience de les avoir fermés. Mon sourire incurve un peu plus mes yeux et mes lèvres.

Gànz. Le noir rencontre le Blanc.*

J'appuie légèrement ma joue sur mes doigts repliés, mon regard voilé par mes cils. Mes doigts font tourner mon verre vide, lentement, mais je ne le vois pas. Le trouble est léger, imperceptible. Bien qu'européen, suivre ma manière de parler et comprendre mes paroles ne doit pas être instinctif. La tête penchée, je reprends en japonais, avec un air d'excuse.


Je compte y participer en effet.

Mon compagnon semble intrigué autant qu'attiré par cette épreuve qui ne peut être considérée autrement que bon enfant. Il desserre sa cravate, officialisant la détente, et un instant je le crois prêt à se jeter dans l'arène. Mais ses paroles contredisent mon anticipation. Il semble donc que je sois le seul fauve que l'on relâche depuis le comptoir. Une griffe ténébreuse court sur mes lèvres peintes d'obscurité. Mes yeux dépareillés ne peuvent cacher mon amusement.

Vous me plaignez ?

Mon doigt d'ébène vient pointer le verre de cognac, auparavant bien rempli. Ce faisant, j'effleure les propres doigts du grand brun. Le frisson remonte de mon extrémité jusque sans mon échine, ne s'arrêtant qu'à peine au niveau de ma nuque. Je ne l'ai pas cherché, mais sa peau est chaude, à l'image de son hâle gorgé de soleil. La pointe de mon ongle est posée contre la silice.

L'alcool ne vous retient pas.

Lentement, ma main se retire, attentive, pour revenir enlacer sa jumelle autour de ma propre coupe. Mes yeux cherchent ceux de mon interlocuteur, pour l'impliquer plus profondément dans mon questionnement, et ne pas songer à ce contact que j'ai envie de reproduire, de prolonger. J'imagine l'expression de chacun de mes yeux contradictoire, comme dans le miroir. Mais sombre ou clair, ils ne mentent pas, étoiles épinglées sur une toile opposée. Rêveurs, joueurs, calmes, passionnés, rien ne peut dissimuler l'éclat du sourire que mon visage tait.




* NdT : Allemand / Alsacien, puis Français.
Leone J. Chiaramonte
Mascotte de bordel ☽ Preux Sicilien ☾

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} XyYk8hR39/100Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} IUyLEY2  (39/100)
× Présence: présent
× Evolution : Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} 4Ct5J6SOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 131
× Appartement : Van Gogh
× Métier : Psy
× Epitaphes postées : 288
× Øssements1113
Féminin
× Inscription : 21/03/2018
× Surnom : l'anémone
× DCs : Mitsuko Shinoda & Pandora R. Bahatóris
Mascotte de bordel
 ☽ Preux Sicilien ☾

https://www.peekaboo-rpg.com/t3003-leo-when-the-devil-wants-to-punish-his-worshippers-he-uses-the-trick-of-karma-terminehttps://www.peekaboo-rpg.com/t3013-leo-we-re-all-of-us-haunted-and-haunting
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty #6le 18.03.19 19:43
sample33
OISEAUX DE NUIT, BONNE COMPAGNIE
— UN GRANELLO DI SABBIA NEL DESERTO.
D’aucuns pourraient penser que le Sicilien et son voisin tout de blanc et noir vêtu forment un bien étrange duo. Malgré leur air dépareillé, Leone a pourtant tout sauf l’impression d’être assis à côté de quelqu’un qui incarnerait « l’autre ». Etrangement, il lui semble reconnaître quelque chose de familier sous le maquillage dont le jeune homme est fardé, derrière son masque de marbre.

Il apprécie la chaleur qu’il trouve dans son regard, complétement différente de l’impression que peut donner son costume. Sa voix est douce, en rien comparable à la froideur qu’il semble incarner. Trop douce, peut-être, pour celui à qui il manque une partie de l’ouïe. Mais le borgne se concentre toujours sur les paroles dignes d’intérêt. Ecoute avec attention le moindre murmure, pour peu qu’il soit porteur de sens.

En revanche, Leone n’a pas encore l’esprit assez embrumé pour ne pas reconnaître les échos des langues qu’il a pu autrefois entendre. S’il n’est pas sûr de la signification du premier mot, il entend le reste, savoure le français - qu’il aime sans toutefois parvenir à prononcer la moindre palabre correctement.

Entre l’allemand, l’alsacien et le français, Leone est incapable de discerner la nationalité de son voisin. Cela-dit, celui-ci n’a pas l’air d’avoir d’accent allemand, du moins pas en français, mais peut-être est-il mort il y a des centaines d’années et maîtrise à la perfection plusieurs langues.

Impossible de voir sous les masques, dans ce monde.
Ou presque.
Encore faut-il savoir les fissurer.

Un léger rire lui échappe en réponse à la remarque de son interlocuteur.

— N’est-ce pas ? répond-t-il en français, son accent italien, presque absent en japonais, revenant au galop.

Il darde un œil - l’unique - amusé sur le jeune homme, guettant sa réaction. Certains Français, comme Gabrielle, s’amusent de son accent, tandis que d’autres s’en offusquent, au grand dam du Sicilien. C’est qu’ils sont réputés pour leur susceptibilité, mine de rien.

L’affirmation de son voisin le surprend. Certes, il aurait pu deviner aisément que la scène était faite pour lui, mais tout le monde n’a pas l’âme d’un comédien ou d’un mime. Sa question lui arrache un nouveau rire - il lui en faut peu.

— Loin de là. Ce n’est pas à la portée de tout le monde, de sortir du rôle de spectateur.

Le contact le surprend. Ou, du moins, l’effleurement des peaux. Il arque un sourcil et tourne la tête vers son interlocuteur, comme pour l’interroger en silence. Ce n’est pas qu’il n’apprécie pas qu’on le touche, pour une raison ou une autre… mais il est rare que ce soit si spontané. C’est presque innocent, à tel point que Leone n’est pas sûr de pouvoir l’interpréter pour le moment, le contexte pouvant entrainer des confusions non nécessaires.

Alors il laisse faire, laisse ces doigts inconnus frôler son épiderme, sans chercher à tirer de conclusions hâtives. Mais cela l’intrigue.

C’est un peu comme si ce drôle d’oiseau se parait de plumes extravagantes en une extériorité trompeuse, pour mieux attiser la curiosité de qui s’intéresse d’assez près à lui.

Quant à sa remarque, elle le prend de court, presque comme une accusation, étire à nouveau un sourire sur ses lèvres.

— Je ne voudrais pas vous voler la vedette !

Lui adressant un clin d’œil - il est un instant aveugle - le Sicilien s’esclaffe à nouveau. En vérité, il est loin d’être né pour la scène, préférant de loin le rang d’observateur. Oh, il peut passer des nuits à se donner en spectacle devant la moitié de la population nocturne tokyoïte, mais savoir que l’on a un public rend la chose moins authentique, à ses yeux.

Moins vivante, quelque part.
Et dieu sait qu’il aspire à la vie.

Il la voit. Pétillante, dans les yeux joueurs - jeux également - de son voisin. Marque de l’audace qui caractérise celui qui n’aspire qu’à la liberté, qu’à ce qui lui plaît.

Et dans ces yeux clair-obscur, qui ne manquent pas de le jauger, il se voit certainement, se reconnaît peut-être.
Merle Blanc
vampire

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} XyYk8hR16/100Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} IUyLEY2  (16/100)
× Présence: présent
× Evolution : Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty × Age de la mort : 25 Masculin
× Age post-mortem : 100
× Avatar : Jack (par Kate) ; Ash (par Valentina Remenar)
× Appartement : Jules Verne
× Métier : Vétérinaire
× Epitaphes postées : 693
× Øssements1356
Je ne veux pas répondre
× Inscription : 15/01/2019
vampire
http://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4327-merle-o-l-oiseau-rarehttp://www.peekaboo-rpg.forumactif.com/t4339-merle-o-entre-reves-et-passions
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty #7le 03.04.19 20:58


Oiseaux de nuit,
bonne compagnie
Les accents latins sont à mon cœur les plus beaux qu'il m'est donné d'entendre. L'accent italien ne fait pas exception, et la démonstration de français me fait légèrement hocher la tête, que je garde penchée comme pour savourer l'éclat du langage.
Je ne connais pas l'italien pour tenter la pareille sans paraître offensant. Ma maîtrise du japonais est à peine suffisante pour m'accommoder au quotidien, et je le sais empreint d'une sonorité étrangère, parfois étrange. Marquée par la France, il arrive pourtant qu'elle laisse sceptique mes interlocuteurs.
Chaque langue a une saveur, et les mélanges sont bienvenus à mon oreille.

Le silence pare nos échanges d'un halo de quiétude. Il ponctue nos observations et s'y intègre, indispensable pour moi, pour lui. Il a toujours été un bon ami, je ne suis pas pressé de le chasser. Je m'imprègne de l'atmosphère. Ce petit courant d'air qui frôle mon épiderme, la légère humidité qui la fait frémir. La fragrance particulière du lieu, celle subtilement musquée de mon interlocuteur. La fragilité du verre, la veinule du bois qui revient encore une fois sous mes doigts... Je ne soutiens pas vraiment le regard de l'homme qui me fait face, pourtant je le regarde. Mes yeux ne voient pas que
lui.

Je redresse la tête. Son affirmation a une résonance étrange, pourtant cela provoque un léger étirement de mes lèvres. Mes doigts tournent autour de mon verre. Mes yeux se fixent dans le sien avec franchise, sans fard ni armure. Un élan de complicité, un partage que je sais réciproque bien que ma bouche exprime ce qui est à l'entendre, une évidence.

Chacun est acteur de sa propre vie.

Mes doigts contre ma joue viennent conclure ma phrase alors que se ferme une paupière noire sur mon œil onirique, ne laissant que l'éclat d'argent répondre à l'or de mon vis-à-vis. Acteur, je le suis. Mais je ne jouerai jamais aucun autre rôle que le mien.

Je ne vous en voudrais pas.

Espiègle, peut-être un peu. A le voir ainsi, je suis convaincu qu'il en serait capable. Qu'il me suive ou non dans ce jeu, il en vaut la chandelle. Je ne suis qu'un amateur sous le voile de la nuit, et n'ai pour briller qu'un peu de poudre d'étoiles. C'est à présent mon œil crépusculaire qui le regarde.

Mes iris dévoilent à nouveau leur dichotomie quand une feuille glisse dans ma direction sur le bois du bar. Ma posture change au moment où mes doigts s'en saisissent, ayant tout juste le temps de faire un signe de tête au client qui a fait le relais avant qu'il ne disparaisse de mon champ de vision. Ma vue a surpris un air plus désapprobateur qu'interrogateur sur son visage, alors je ne le cherche pas. Mes yeux et mon attention sont déjà tournés sur le formulaire d'inscription, noirci de quelques - quoique peu de - noms.
Peu de règles, aucune promesse. Les inscrits seront seulement appelés à tour de rôle, aléatoirement. Le papier est trop fin pour paraître satiné. Je sens mes doigts opposés au travers de la cellulose. Je longue les bordures de la feuille, retenant malgré tout la sensation du grain filigrane sous mes doigts. Il suffirait d'un rien pour le froisser. Il n'y a que quelques lignes à lire, j'ai dépassé le temps imparti. Je pose la feuille entre l'homme et moi. Il est toujours aussi proche.


Si vous avez une plume...

Ecarlate, la perle vient s'effacer derrière l'inclinaison de mes lèvres.
Leone J. Chiaramonte
Mascotte de bordel ☽ Preux Sicilien ☾

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} XyYk8hR39/100Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} IUyLEY2  (39/100)
× Présence: présent
× Evolution : Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} 4Ct5J6SOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} EmptyOiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 131
× Appartement : Van Gogh
× Métier : Psy
× Epitaphes postées : 288
× Øssements1113
Féminin
× Inscription : 21/03/2018
× Surnom : l'anémone
× DCs : Mitsuko Shinoda & Pandora R. Bahatóris
Mascotte de bordel
 ☽ Preux Sicilien ☾

https://www.peekaboo-rpg.com/t3003-leo-when-the-devil-wants-to-punish-his-worshippers-he-uses-the-trick-of-karma-terminehttps://www.peekaboo-rpg.com/t3013-leo-we-re-all-of-us-haunted-and-haunting
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty #8le 06.05.19 16:03
sample33
OISEAUX DE NUIT, BONNE COMPAGNIE
— UN GRANELLO DI SABBIA NEL DESERTO.
C’est amusant comme le silence est parfois bienvenu. Souligne les échanges, les prolonges, alors que l’on croirait qu’il les ponctue et y met fin. Les voix naissent du silence avant d’y mourir en un écho qui invite à renouveler l’expérience. C’est une chose que Leone a compris il y a longtemps, d’autant qu’il préfère un long silence à des flots de paroles inutiles.

Son voisin lui fait une remarque à la fois simple et pleine de sens. Le genre de phrase sur laquelle on pourrait méditer un moment, mais à laquelle il sourit simplement.

— Certo, répond simplement le Sicilien, vous marquez un point. Ce n'est pas plus mal de rester spectateur dans ce genre de situation, cela-dit, cela-dit.

La suite de l’échange, cependant, le rend plus qu’indécis. Se grattant une barbe absente, Leone fait mine de réfléchir, tout en pesant les pour et les contres. N’est-il pas venu se détendre, après tout ? Quel meilleurs moyen de s’oublier que de se laisser aller à une bonne session de légèreté ?

Un sourire mutin point sur ses lèvres, écho à la malice qui anime les traits à la fois irréguliers et pourtant presque parfaits de son voisin.

— En vérité, vous gagnez certainement avec une longueur d’avance, rien que pour le costume.

Ce n’est pas la remarque d’un mauvais perdant, ou celle d’un lâche. Il est sincèrement admiratif du travail réalisé par ce drôle de personnage pour donner à l’ensemble de son être un effet aussi saisissant.

Le bruit du froissement de papier n’est pas assez fort pour attirer l’attention du borgne, mais ce sont les mouvements, pourtant presque lents, de son voisin qui lui font à nouveau tourner la tête. Surprenant à son tour le regard étrangement fasciné par son camarade de boisson de la soirée, il ne se gêne pas pour le fixer d’un air mauvais jusqu’à ce que l’autre s’en trouve tout embarrassé.

C’est le temps qu’il faut à l’origine de ce léger accroc pour glisser la feuille - visiblement celle destinée à l’inscription à l’événement - vers le Sicilien. Celui-ci baisse le regard pour en détailler les consignes, plus que brèves.

A la demande de l’homme aux prunelles, Leone fouille les poches de son pantalon puis de sa veste pour en sortir un vieux stylo-plume. Le genre de relique héritée d’un autre temps, le genre de souvenir qu’il affectionne tout particulièrement.

— Ce qui s’en rapproche le plus, uniquement, répond-t-il avec un nouveau sourire.

Laissant à l’énigmatique inconnu le soin de s’inscrire, lui-même hésite un moment avant de prendre sa décision. Finalement, lorsque la feuille et le stylo-plume lui reviennent, c’est avec un grand sourire qu’il appose son nom à la suite de celui de son voisin.

Quel sens aurait sa mort, un siècle après, s’il ne prenait pas le temps de faire face aux délicieux défis qui se présentent à lui. Non pas animé par la compétition, mais par l’envie de s’égarer un instant dans les joies de ce concours, il se garde bien de retenir son sourire face à l’image qui s’offre à lui : un borgne aux airs de pirates jouant les mimes. Il est certain de perdre, mais malgré tout cela lui plait bien.

— Vous m’avez convaincu ! s’esclaffe-t-il alors qu’il fait à son tour la feuille d’inscription à la personne la plus proche de lui.

Enlevant sa veste, il ne lui reste que sa chemise noire sur ses épaules carrées. Savourant l’instant, détendu, finalement, à l’idée de participer au concours, il étire un instant ses omoplates quelque peu douloureuses et achève d’une traite son verre.

A nouveau, il se retourne vers son voisin de siège.

— Vous êtes un habitué ? s’enquiert-il. Une vedette, peut-être ?

Son sourire est simple, franc, ne cachant aucune ironie ou moquerie. Il s’interroge seulement sur la raison de la présence de l’inconnu et de l’origine du soin qu’il a investi dans son costume.
Contenu sponsorisé
Oiseaux de nuit, bonne compagnie • {Merle - Leone} Empty #9
Pseudo :

forums partenaires