Bienvenue jeune vivant !
Le Monde des Morts n'attend que toi, es-tu prêt à passer de l'autre côté ?
Rejoindre l'au-delà
Naviguer sur le Styx
ConnexionConnexion  AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  
Rechercher
Lisbeth voudrait un nouvel avatar
Pinho recherche des partenaires de rps
Tinek cherche plusieurs partenaires pour réaliser ses idées en rapport avec les potions
en partenariat avec...
Nano RoleplayNevada's GodfatherNew Life.comEsquisseTasty Tales

Et ça tourne mal • ft Issui
Liam Gold
nécromancien

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Et ça tourne mal • ft Issui XyYk8hR4/100Et ça tourne mal • ft Issui IUyLEY2  (4/100)
× Présence: présent
× Evolution : Et ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui Empty
Et ça tourne mal • ft Issui 383770BannLiam × Age de la mort : 23 Masculin
× Age post-mortem : 24
× Avatar : Sasuke Uchiwa - Naruto
× Appartement : Michalak
× Epitaphes postées : 441
× Øssements841
Autre
× Inscription : 07/03/2017
× Surnom : l'hippopotame
× DCs : Etsu Morugawa | Toulouze Ka
nécromancien
Et ça tourne mal • ft Issui Empty #1le 28.01.19 22:40
Indulgence
et ça fait mal. au fond. tout au fond
Les couloirs semblaient déserts et silencieux de prime abord, alors que les heures les plus tardives de la nuit s’écoulaient avec une langueur digne d’une danseuse japonaise. Les ombres ne laissaient paraître que des objets étrangers et inconnus, les êtres ne vadrouillant pas sur le carrelage des couloirs de l’agence d’Azazel. C’était le calme plat, le silence et la solitude alors que la fraîcheur du sol s’insinuaient de plus en plus dans les bas de laine que tu portais.

Il n’y avait pas à dire, ce n’était pas vraiment une heure pour sortir. Sauf pour les lève-tard ou les couches-très-très-tôt. Tu n’avais pu voir les aiguilles de l’horloge du salon plongé dans la pénombre alors que tu avais pris deux trois affaires pour finalement quitter l’appartement dans un silence digne d’un enterrement. Les lieux n’étaient plus très chaleureux depuis quelques temps, un grimace funeste s’étirant sur tes lèvres gercées et fines. C’était un peu beaucoup de ta faute, fallait-il l’avouer.

Les pattes d’Edgar traînaient sur le sol en apparence propre, ton bras le serrant avec force pendant que l’autre tenait un gros baluchon emplis de linges aux couleurs sombres et à l’odeur douteux. Une nuit de solitude. Une nuit noire. Une nuit tremblante. Encore des cauchemars. D’horribles cauchemars. Pour une fois, tu n’avais pas crié, ni hurlé. Tu avais pleuré, beaucoup. Mais en silence. Dans la pénombre de ta chambre sentant la fraise et le biscuit à la cannelle, nouvelles parois de ta pièce à vivre. Le chagrin et la douleur avaient enserré ta poitrine avec une telle violence que tu n’avais pu te rendormir, ton corps se recroquevillant sur lui-même comme l’aurait fait un vulgaire cloporte. Mais sûrement était-ce ce que tu étais depuis toujours.

Une larme coula en silence sur le carrelage gelé, tes pieds te menant avec lenteur jusqu’à la salle remplie de machines à laver. Tout semblait sombre et morne à cet instant, après ces rêves, après des horreurs que tu avais vu sous tes paupières humides. Tu ne pouvais même pas en parler. Ou tout du moins, tu ne souhaitais pas en parler. Pas depuis ce fameux jour. Pas depuis ce que tu avais fait. Une autre perle salée roula sur ta peau blême, ton bras tirant à grande peine Edgar pour le serrer contre toi. C’était trop à gérer en une fois. Trop à porter pour l’instant. Trop dur et trop douloureux.

Tes pensées vagabondèrent tandis que tu marquais une pause, non loin de la buanderie. C’était de la tristesse et du remord qui se lisaient dans ton regard. Plus encore en cette nuit alors que tu repensais à cette fichue dispute, survenue avec l’un de tes colocataires. Une satanée dispute qui t’avait poussé à repousser un être cher. La douleur qui lancinait ta poitrine se fit plus forte alors que tu superposais tes actions avec celles passées, dans un autre monde, dans un autre pays, avec d’autres gens. Des petits ruisseaux s’écoulèrent sur tes pommettes rougies, ta main tenant le sac se libérant pour essuyer le flot amer de ces regrets qui coulaient de tes paupières. Y repenser maintenant n’y changerait rien. Alors avances Liam, tu as d’autres chats à fouetter.

Tes pas reprirent, lentement. On put t’entendre renifler dans le couloir - si quelqu’un passait par là – tandis que tu approchais enfin de cette fichue buanderie. Il te fallait laver tout ce linge sale logeant dans ce sac sale que tu avais, qui plus est, traîné sur le carrelage pas si propre que ça. Tu te demandas un instant si tu ne mettrais pas aussi ton t-shirt et son sweat noir dans la machine également, tes plaies suintant désagréablement sur tes bandages que tu avais pourtant changé vingt minutes plus tôt. Plaies qui avaient taché ces vêtements que tu allais laver, vêtements imbibés de larmes et de crème chantilly. Un étrange mélange pour un garçon de ton genre qui finit enfin par entrer dans cette fichue buanderie.

Mais au lieu de trouver un espace vide, tu fis face à la lumière éclatante des éclairages et la stature d’un homme. Un frisson léger te parcourut, le fait d’être pris en plein délit de sanglots plaintifs te faisant rougir alors que tu serrais ton énorme peluche de loup contre ton coeur qui battait à tout rompre. Tes cils battirent un instant, le temps que tu reconnaisses l’homme non loin, un air un peu inquiet peignant ton visage.

- Bon-bonsoir…

Ta voix quelque peu cassé s’éleva à peine dans la pièce alors que tu y entrais réellement, le pas mal assuré. Fallait-il dire que la présence de l’homme en face de toi ne te rassurait pas vraiment ? Non pas qu’il soit violent ou méchant avec toi. Mais seulement, pour une raison que tu ignorais, il y avait un truc inexplicable qui s’était établi entre vous. Sans que tu ne puisses rien y faire. Tes paupières se fermèrent un instant, avant de se rouvrir et de voir à nouveau l’homme non loin. Non, ce n’était pas un rêve. Issui était bien là.

Et maintenant, tu vas faire quoi Liam ? Parce qu’il va falloir le laver ce linge.
Afficher toute la signature


guiltin' tears

Anglais : #3366CC ; Japonaise #6F8DAB
Issui Miura
nécromancien

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Et ça tourne mal • ft Issui XyYk8hR31/100Et ça tourne mal • ft Issui IUyLEY2  (31/100)
× Présence: présent
× Evolution : Et ça tourne mal • ft Issui FBQqP15Et ça tourne mal • ft Issui CvBG396Et ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui Empty
Et ça tourne mal • ft Issui 18714425 × Age de la mort : 25 Masculin
× Age post-mortem : 372
× Avatar : Ookurikara •• Touken.
× Pouvoir : Pyrokinésie.
× Logement : Maison d'Issui
× Epitaphes postées : 210
× Øssements106
Féminin
× Inscription : 19/01/2019
× DCs : Zeno J. Clark
nécromancien
Et ça tourne mal • ft Issui Empty #2le 29.01.19 2:07



et ça fait mal.


« J'ai revu des milliers de fois cette scène. Cette même scène. Encore et encore. Inlassablement. Une boucle sans fin d'un vinyle oublié dans un coin. D'un disque trop usé qui continue de tourner. Cette scène est devenue aussi familière que cauchemardesque. »

Ce n'est que le bruit d'un tambour usé. D'une vieille machine à laver. Elle boucle, elle aussi, sans fin alors qu'assis, tu l'observes. Perché sur un meuble, les pieds se promènent vaguement dans le vide. Ne touchant plus le sol. Et tu y vois un instant de paix, Issui. Une sécurité aussi. Une liberté brève peut-être. Il n'y a plus cette sensation de froideur. Seulement l'air qui passe sous eux. C'est comme si tu pouvais oublier le bois.
Le feu.
Une seconde de répit alors que tes yeux se fixent. Longuement, ils regardent ce linge tourner dans un sens. Puis dans l'autre. N'est-ce pas une image de la vie ? De la Mort aussi ? Être ballotté éternellement contre son gré. Sans rien pouvoir contrôler. Incapable de changer cela. Le quotidien de l'être humain. Qui ne peut rien faire d'autre, qu'endurer. Endurer encore. Un peu plus à chaque seconde. À chaque jour qui s'écoule. À chaque nuit perdues. Des nuits de peurs et de vides. De solitudes et de peurs. Des nuits entières à éviter les bras de Morphée. Comme s'ils étaient devenu la peste. L'Enfer sur Terre. Un obstacle trop dur à surmonter. Un mur trop haut. Tu n'arrives pas à le dépasser. Simplement parce que tu n'essayes pas de grimper. Tu te contentes de rester en bas. À ses pieds. En le fixant sans arrêt. Comme tu fixes cette machine à laver.

Dans un silence morne.

Un silence qui se brise. Si aisément. Si facilement. Le silence disparaît rapidement. Souvent trop rapidement à ton souhait. Il s'évapore à la présence de l'autre. Une présence dont tu te serais passée, mais lorsque tu lèves les yeux, Issui... c'est son regard que tu croises. Une seconde à peine. Une demi-seconde même. Comme à chaque fois qu'il est là. Comme à chaque fois qu'il se tient face à toi. Il détourne les yeux. Fixe le sol. Il se défile à ton regard froid et cela te rend si partagé. Depuis ce jour tout est si partagé le concernant.
Parce qu'il pleure.
Encore cette fois. Tu aurais envie de dévoiler la colère. La haine et la rage. La froideur et le mur que tu représentes. Tu voudrais pouvoir lui balancer des horreurs sans hésiter. Comme tu le fais si souvent. Pourtant il pleure. Et ses pleurs te rendent incertain. Fébrile. Déboussolé. Tu as vu les gens crier. T'insulter. T'ignorer. Même te frapper. Mais voir un homme pleurer, c'était bien la première fois.

Un reflet de ce que tu vois parfois dans le miroir.

Sa voix bégaye et un soupire s'échappe. Incontrôlé et incontrôlable. Tu sens un nerf s'user déjà. Une corde tendue, s'effriter. Ce mec met tes nerfs à rudes épreuves à chaque fois. Alors tu hésites. Tu déglutis. Tu laisses ta langue vagabonder dans ta cavité buccale. Indécise. « Salut. » simple et direct. Il est sortit de lui-même. Comme si c'était la seule réponse convenable à avoir.
L'unique.
Une main se perd dans la crinière ambrée et sans descendre de ton perchoir, tu le fixes. De longues minutes. Lui et son loup. Lui et son sac de linge. Il ne bouge pas. Il ne fait rien. Et tu fronces les sourcils, agacé. « Tu comptes rester planté là ? Si t'as une machine à faire, viens là. » il a pleuré, Issui. Tu le sais bien, tu le vois, mais tu ne sais pas quoi faire. Quoi dire. Comment réagir. Tu ne sais même pas si tu dois dire quelque chose. Faire quelque chose ou même t'en préoccupé. Tu ne sais pas si tu dois l'ignorer. Ou faire un pas. Rester là ou t'en aller. Lui hurler dessus ou … être gentil. Quelque part, vous vous ressemblez. Quelque part, vous vous comprenez sûrement. Cependant, tu ne le laisses pas le savoir. Tu ne le laisses pas t'approcher assez. Pour panser des plaies. Colmater des brèches.

Pour avancer.

Détournant le regard en soupirant une nouvelle fois, tu tapotes la place à tes côtés. Sans un mot tout d'abord. Puis tu oses laisser échapper : « Viens là, je vais pas t'bouffer. Et... si t'as envie de causer, je t'écoute, mais évite de trop pleurer. » tu risquerais de te laisser dépasser.  

panic!attack
Afficher toute la signature


J'habite un désastre sous la colère des Dieux
Liam Gold
nécromancien

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Et ça tourne mal • ft Issui XyYk8hR4/100Et ça tourne mal • ft Issui IUyLEY2  (4/100)
× Présence: présent
× Evolution : Et ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui Empty
Et ça tourne mal • ft Issui 383770BannLiam × Age de la mort : 23 Masculin
× Age post-mortem : 24
× Avatar : Sasuke Uchiwa - Naruto
× Appartement : Michalak
× Epitaphes postées : 441
× Øssements841
Autre
× Inscription : 07/03/2017
× Surnom : l'hippopotame
× DCs : Etsu Morugawa | Toulouze Ka
nécromancien
Et ça tourne mal • ft Issui Empty #3le 14.02.19 22:20
Indulgence
et ça fait mal. au fond. tout au fond
J’ai mal… tellement mal…

Les mots ne passèrent pas la barrière de tes lèvres, coincés entre tes amygdales, dans le fond de ta gorge. Ils ne purent passer la barrière de tes lèvres et résonner dans la pièce où le battement du tambour de la machine à laver vrombissait avec ennui. Rien ne sortit d’entre tes lèvres, ta gorge restant serrée par la douleur, l’amertume, la surprise. Tu ne pus rien dire mais ton regard en disait long, bien plus long que tu n’aurais pu le voir. Pourtant, tu ne vis rien, rien du tout.

Un hochement de tête et te voila en train d’avancer. Tu n’avais pas envie de parler. Ni envie de pleurer. Tu l’avais trop fait déjà, beaucoup trop. Et tu ne voulais en aucun cas importuner l’homme qui te faisait face. Tu souhaitais juste que les choses passent, se tassent, disparaissent et te laissent tranquille. Seulement, tu savais pertinemment que les choses n’allaient pas se produire ainsi. Bien sûr que non. Tu allais encore en prendre plein la poire encore longtemps.

Dans un silence morne, tu allas mettre ton linge dans une machine à laver. Tu avais poser Edgar contre le mur, assis par terre. Il semblait t’attendre, doux réconfort dans cette nuit morose. Seule réconfort. Tu appuyas sur les boutons, mis une dose de lessive avant d’enclencher l’engin qui se mit en branle. Le linge tourna dans le tambour, dans un bruit assourdissant. Bien plus que certains de tes soupirs douloureux. Tes yeux noirs restèrent coincés sur la surface vitrée, comme hypnotisés avant que tu n’ailles rejoindre ton énorme peluche que tu attrapas tout en t’installer au sol, le dos collé contre un appareil. Pas loin d’Issui.

Le silence était étrange. Doux mais amer. Tranquille mais lancinant. Tu ne savais pas comment tu te sentais à cet instant. Tu ne savais même pas quoi dire, ni quoi faire. Mais tes yeux eux, sales traites qu’ils étaient, firent ce qu’ils savaient faire de mieux : verser des larmes. L’homme t’avait pourtant dit de ne pas pleurer. De ne pas te mettre dans de tels états. Si seulement… si seulement tu pouvais faire autrement.

Tes paumes vinrent effacer ces perles salées roulant sur tes joues. Avec maladresse. Avec détresse. C’était plus fort que toi. C’était trop fort pour toi. C’était comme te retrouver face à un ennemi trop puissant que tu n’arrivais pas à affronter, ni à vaincre. Tu avais beau essayé, à chaque fois tu échouais. À chaque fois, c’était pareil. Tu perdais à tous les coups.

La lassitude gagna sur le reste. La lassitude et la douleur. Tu laissas tes yeux pleurer, dans un silence suffoquant au possible. Il n’y avait rien à faire d’autre. Rien à faire de plus. Rien du tout. Tes doigts s’accrochèrent davantage au tissu humide de cette peluche trop grande pour toi, comme si elle t’empêchait de couler totalement. Comme si elle te permettait de garder la tête hors de l’eau. Sûrement que c’était le cas.

- Désolé. Il faut croire que… je ne sais faire que ça.

Ta main vint machinalement arrêter la course d’une larme sur ta joue, sans pour autant interrompre le flot abondant de tes canaux lacrymaux. C’était inutile. Et vain. Horrible. Une image sombre s’ancra dans ton esprit, te fendant davantage le coeur. C’était horrible.

- C’est juste… ça fait juste trop mal. Ça fait trop mal.

La douleur. Les souvenirs. Le présent. Les remords. Trop de choses. Beaucoup trop de choses. Tellement de choses. Qui te donnent envie de disparaître. Si seulement tu pouvais disparaître. Ça serait tellement plus simple. Tes bras se serrèrent sur la peluche, ton visage se cachant dedans. Oh Liam…

- Je veux juste que ça s’arrête…

C’était juste horrible...
Afficher toute la signature


guiltin' tears

Anglais : #3366CC ; Japonaise #6F8DAB
Issui Miura
nécromancien

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Et ça tourne mal • ft Issui XyYk8hR31/100Et ça tourne mal • ft Issui IUyLEY2  (31/100)
× Présence: présent
× Evolution : Et ça tourne mal • ft Issui FBQqP15Et ça tourne mal • ft Issui CvBG396Et ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui Empty
Et ça tourne mal • ft Issui 18714425 × Age de la mort : 25 Masculin
× Age post-mortem : 372
× Avatar : Ookurikara •• Touken.
× Pouvoir : Pyrokinésie.
× Logement : Maison d'Issui
× Epitaphes postées : 210
× Øssements106
Féminin
× Inscription : 19/01/2019
× DCs : Zeno J. Clark
nécromancien
Et ça tourne mal • ft Issui Empty #4le 18.02.19 11:11



et ça fait mal.


L'amertume d'une vie. D'un passé et d'un présent. Des sentiments sombres et un trou béant. Ce sont des choses, des émotions que tu pouvais comprendre. Tu le pouvais, mais tu ne le faisais pas. Parce que les autres étaient un poison sans fin. Un poison lent et douloureux. Un cercle vicieux. Tu ne voulais pas qu'il pleure. Simplement parce que tu ne sais jamais comment te comporter. Quoi dire et quoi faire. Tu cherches seulement à éviter ce que tu ne sais pas gérer. La nature humaine. Tu l'observes faire. Quelque part, tu espères. Qu'aucune larme ne coule. Qu'aucun pleur ne retentisse encore.
Ne pleure pas.
C'est ce que tu aimerais dire. Affirmer encore. Ordonner surtout. Avant même de pouvoir le dire encore, il est trop tard. Il pleure encore. Dans le bruit apaisant de la machine qui s'enclenche, il s'approche. S'asseyant à tes côtés. Au sol. Avec cette énorme peluche. Et il pleure. À nouveau. Tu soupires, Issui. Incapable de faire autrement. Un pied vient se poser sur le bord de ton perchoir. Un coude se posant sur le genou surélevé à présent. Et ta main vient frotter tes yeux. Ton front. Un long souffle s'échappe de tes lèvres. Sa voix résonne. Elle te donne mal au crâne. C'est trop dur.

Un sentiment similaire.

C'est peut-être ça, le problème. Il te ressemble bien trop. Ses mots, ils pourraient être les tiens. Dans un élan de faiblesse, tu pourrais les laisser sortir. Lui... il pleure facilement, il parle facilement aussi il faut croire. Et tu ne sais plus où te mettre. Où fuir. Il souhaite juste que cela s'arrête. Combien de fois as-tu déjà pensé à cela ?... « Je t'ai pas dit de ne pas pleurer ?... » c'est tout ce que tu trouves à dire d'abord. Ne sachant pas comment aborder la situation. Comment faire face à ce gringalet. Tu fermes les yeux, crispé. Soupirant encore. « Qu'est-ce qui s'est passé encore ? Tu sais que t'es fatiguant ? À chaque fois c'est comme ça, Liam. Tu ne te dis jamais que tu devrais t'endurcir ? Depuis le temps... » ça pourrait paraître dur. Parfois ta voix sonne froide. C'est la personne que tu es, Issui. Pourtant on l'entend aussi. Cette note douce. Qui tente d'être de bon conseil.
Sans y arriver.
Parce que c'est également une des choses que tu ne sais faire. L'intelligence et la curiosité intellectuelle ne sert pas à grand chose. Dans ce cas-là, il faut de l'humanité. Une compréhension de l'autre. Une des choses que tu as fuis depuis ta mort. Que tu fuis encore. Grognant légèrement, tu frottes ton front plus fort pendant une brève seconde. Tu aimerais partir. Et à la fois, tu ne peux pas lui tourner le dos. Ce sentiment encore. Il t'énerve autant qu'il t'interpelle. « Si tu as des problèmes avec quelqu'un... tu sais que... enfin je t'autorise à me demander de l'aide si tu en as vraiment besoin. » des rectifications. Comme si c'était nécessaire de garder un mur.

D'ériger une barrière.

Tu ne sais pas ce qui lui arrive. Mélange contraire de curiosité et d'ennui. Quelque chose que tu connais bien depuis quelque temps. C'est comme avec ce renard. Oui, Liam te fait le même effet que lui. Ou presque. C'est similaire dans tout les cas, tu le sens. « Qu'est-ce qui te fait mal, Liam ? » elle sonne douce. Un peu froide toujours, mais il y a ce détail. Un brin de chaleur. Presque inaudible. Qui s'échappe de tes lippes pourtant.  

panic!attack
Afficher toute la signature


J'habite un désastre sous la colère des Dieux
Liam Gold
nécromancien

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Et ça tourne mal • ft Issui XyYk8hR4/100Et ça tourne mal • ft Issui IUyLEY2  (4/100)
× Présence: présent
× Evolution : Et ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui Empty
Et ça tourne mal • ft Issui 383770BannLiam × Age de la mort : 23 Masculin
× Age post-mortem : 24
× Avatar : Sasuke Uchiwa - Naruto
× Appartement : Michalak
× Epitaphes postées : 441
× Øssements841
Autre
× Inscription : 07/03/2017
× Surnom : l'hippopotame
× DCs : Etsu Morugawa | Toulouze Ka
nécromancien
Et ça tourne mal • ft Issui Empty #5le 21.02.19 21:34
remords
et ça fait mal. au fond. tout au fond.
Un soupir. Les larmes coulaient et tu ne pouvais rien n’y faire. Il ne pouvait rien y faire. Les larmes coulaient, tombant sur tes vêtements humides, sur ta peluche humide. Elles coulaient, lentes et amères, déchirant toujours plus les lambeaux de ton coeur qui ne demandait qu’un peu de répit. Juste un peu. Parce que c’était trop, beaucoup trop pour lui. Seulement, tu ne pouvais cesser de pleurer. Au grand damne des autres.

Tu l’entendis soupirer, tes bras se resserrant sur la peluche avec ce malaise et cette profonde faiblesse. Faible et démuni. Faible et apeuré. Juste un gamin à qui on avait tout pris et à qui on n’avait laissé que les morceaux brisés d’une vie passée. Trop dur. Trop compliqué. Trop triste. Il ne semblait pas y avoir d’échappatoire à cette douleur qui était la tienne. À ces tourments qui te tiraillaient les entrailles. Il ne semblait pas y avoir de solutions. Peut-être y en avait-il aucune ? Qui sait ? Peut-être était-ce là ton châtiment. Pour avoir fauter de la sorte.

Sa voix semblait résonner dans la buanderie, rebondissant contre les murs pour arriver jusqu’à tes oreilles. Pire claire que l’écho d’un carillon dans une église, la voix d’Issui te faisait glisser dans une mélancolie malsaine dont tu n’arrivais pas à sortir avec facilité. Une pente raide sur laquelle tu n’arrivais pas à t’accrocher avant que tu ne touches le fond, te fasses mal et te lamentes sur tes blessures. Tu savais qu’il avait raison. Il n’était pas le premier à dire cela. Tu savais qu’il avait raison, qu’il fallait que tu fasses des efforts. Tu savais qu’il avait raison et le ton dur de sa voix laissé transparaître, entre deux effluves de lassitude, un certaine tendresse que tu ne pensais pas mériter. Il avait raison Issui, cruellement raison.

- Je sais…

Tes mains vinrent effacer les traces de larmes sur tes joues rougies, tes bras te démangeant avec force pendant que tes yeux ne laissaient plus échapper une seule perle salée. Fini de pleurer. La tristesse et l’amertume étaient toujours là pourtant, collées contre tes côtes entre la lancinante douleur et les remords. Mais il n’y avait plus de larmes. Pour l’instant. Tes perles sombres allèrent observer tes paumes humides un moment, rougies et chaudes avant que tu ne remarques cette tâche caractéristique sur ta manche. Tes manches. Un faible sourire se dessinait sur tes traits déformés alors que tu serrais à nouveau Edgar contre ton coeur, seul réconfort qui te restait. Ça ne te permettait pas de faire face à Issui et ses paroles, de l’affronter comme il se fallait. Mais tu pouvais l’écouter, l’entendre et lui répondre. À cet homme étrange dont tu te sentais à la fois très proche mais qui ressemblait à un étranger. Tu osas un regard dans sa direction, ses mots s’entrechoquant dans sa tête. Il n’était pas méchant, pas vraiment méchant. Dur dans sa façon de faire. Dans sa façon de parler. Pas méchant. Presque gentil. Mais tu savais parfaitement que tu ne pouvais aller au-delà des limites de cette étrange relation que vous aviez actuellement. Car plus… tes bras te démangeaient à en mourir. C’était tellement douloureux.

- Personne ne m’a fait de mal…

Pas à toi. Pas à toi… mais aux autres…

- J’ai fait du mal aux gens…

Aux gens. À ces gens à qui tu tiens. Le remord se fait plus fort. Ta gorge se serre. Et la peau de tes bras est brûlante.

- Ma mère est morte par ma faute… et maintenant… elle n’est plus là…

Et le sang coule sans qu’on s’en aperçoive.
Afficher toute la signature


guiltin' tears

Anglais : #3366CC ; Japonaise #6F8DAB
Issui Miura
nécromancien

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Et ça tourne mal • ft Issui XyYk8hR31/100Et ça tourne mal • ft Issui IUyLEY2  (31/100)
× Présence: présent
× Evolution : Et ça tourne mal • ft Issui FBQqP15Et ça tourne mal • ft Issui CvBG396Et ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui EmptyEt ça tourne mal • ft Issui Empty
Et ça tourne mal • ft Issui 18714425 × Age de la mort : 25 Masculin
× Age post-mortem : 372
× Avatar : Ookurikara •• Touken.
× Pouvoir : Pyrokinésie.
× Logement : Maison d'Issui
× Epitaphes postées : 210
× Øssements106
Féminin
× Inscription : 19/01/2019
× DCs : Zeno J. Clark
nécromancien
Et ça tourne mal • ft Issui Empty #6le 25.02.19 18:30



et ça fait mal.


Une faute. Sa voix résonne. Faible et délicate. Elle suinte de ses remords. Elle suinte de sa peine. Elle dégueule ce qui le ronge. Le mal-être. La souffrance. Tellement proche. Tu le ressens, Issui. L'un comme l'autre, vous êtes proches. Sans le vouloir. Sans le comprendre. Vous vous ressemblez. Sans y penser. Sans le remarquer. Tu le fuis. Sans hésiter. Parce que ses pleurs te font peur. Parce qu'encore une fois, ça pourrait être les tiens. Étrange similitude lointaine.
Les ressemblances.
C'est à l'image du miroir. Celui qui se tient toujours devant toi. À cet instant, en entendant sa voix, tu le vois. Il est identique à ce miroir. Celui-là même que tu brises chaque matin. Incapable de l'endurer. Incapable d'y voir ton propre reflet. Tes propres faiblesses. Tes propres souffrances. Tu souhaiterais le détruire. Qu'il disparaisse de ta vue. Qu'il s'éteigne en silence. Pour ne plus le confronter encore. Tu aimerais, Issui, mais tu ne peux pas le faire.

Stupide gentillesse.

Doucement, les sourcils se froncent. Cherchant à comprendre. Analysant ce qu'il vient de dire. Sa mère est morte par sa faute. C'est une situation qui vous éloignent. Il a fait du mal aux autres. Toi, tu as subi la violence d'autrui. Des opposés. Soudainement, il t’apparaît si vague. Pour la première fois, tu ne le comprends pas. Pour la première fois, tu n'es pas obligé de le fuir.
Pour t'échapper.
Il ne pleure plus, mais elle vibre. Assourdissante. Bruyante. Sa plaie béante, tu l'entends. Dans les vibrations de sa voix. Tu l'as voie clairement. Dans le tremblement de son corps. Et tu entreprends un soupire, encore. Fermant les orbes un moment. Il ne reste alors que le tintement de la machine. Du rouage qui s'exerce non loin. C'est reposant. Apaisant. Calme, mais tu ne peux pas laisser Liam sans réponse. Dans le noir. « Liam... Qu'est-ce que tu as fait ? »

Une curiosité.

D'ordinaire, elle ne vient que pour apprendre. Des choses. Des langues. Des livres. Cette curiosité que tu as, elle n'est qu'intellectuelle. Alors pourquoi. Tu te demandes, mais cette question s'est envolée. Elle a brisée le mur érigé. Une brèche s'est créée pendant une seconde. Ce sentiment atroce qui t'étreint, ce n'est pas de la pitié. Tu le sais et tu ne saurais dire ce qu'il en est. L'incompréhension. Elle se lit sur ton visage avant de mourir dans une mine froide. Tu as ouvert la porte. Tu as fait un pas, Issui.
C'est trop tard.
Pour faire machine-arrière. Tu as demandé, maintenant, tu veux savoir. « Je ne vais pas commencer à te sortir des phrases cruellement stupides pour t'apaiser. Alors explique-moi. Que je puisse comprendre. » que tu puisses dire quelque chose. Tu n'y as jamais réfléchi. Jamais pensé. Blesser les autres c'est être humain. Cela fait partie de chacun. Croire que l'on ne blesse personne est une erreur que tu n'arrives pas à cerner. Mais il parle de mort. Il parle d'une fin. Être coupable de la fin de quelqu'un. Certaines personnes vivent avec. Les autres ne peuvent pas. Ça, tu le conçois, Issui.

Malgré le retard.
L'isolement et l'enfermement.
Tu n'es pas vide de tout.
Et perché sur cette machine.
Tu es incapable de le laisser là.
 

panic!attack
Afficher toute la signature


J'habite un désastre sous la colère des Dieux
Contenu sponsorisé
Et ça tourne mal • ft Issui Empty #7
Pseudo :

forums partenaires