Bienvenue jeune vivant !
Le Monde des Morts n'attend que toi, es-tu prêt à passer de l'autre côté ?
Rejoindre l'au-delà
Naviguer sur le Styx
ConnexionConnexion  AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  
Rechercher
Milo voudrait un nouvel avatar
Perséphone cherche des partenaires de rp
Tinek cherche plusieurs partenaires pour réaliser ses idées en rapport avec les potions
en partenariat avec...
Nano RoleplayNevada's GodfatherNew Life.comEsquisseTasty Tales

Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita)
Max J. Jönsson
vampire

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) XyYk8hR0/100Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) IUyLEY2  (0/100)
× Présence: présent
× Evolution : Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) Empty
Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) Empty × Age de la mort : 23 Masculin
× Age post-mortem : 23
× Avatar : Edward Elric - Fullmetal Alchemist (by Azra'ël, Aodhan, et moi)
× Pouvoir : Prédire la météo comme un papy, en fonction des douleurs de son bras ... Quoi c'est pas un pouvoir ? Zut ... hein !
× Appartement : Kiss
× Métier : Mécanicien, ingénieur, bricoleur en général ...
× Epitaphes postées : 115
× Øssements405
Masculin
× Inscription : 12/12/2018
vampire
Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) Empty #1le 26.01.19 19:34

Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ...
01/2019 — ft. @Sōji Okita

Je suis mort depuis plus de six mois maintenant. Mon adaptation à ma nouvelle condition et à ce nouveau monde, quoique très ressemblant au précédent, ne s’est pas faite sans tumultes. Le fait d’y avoir été invité par la force, non pas par la faute du « destin » —si t’en est qu’il existe réellement— mais par celle de ma propre sœur, n’a rien arrangé. Ma peine et ma rage se sont finalement apaisées quand j’ai décidé d’accepter la situation et d’avancer au mieux. Mes rencontres sont pour beaucoup dans cette évolution. J’ai pu apprendre et surtout comprendre que la vie après la mort n’est pas faite que de fous furieux en puissance, mais aussi de tout un éventail de personnalités chatoyantes et amicales, parfois moins, parfois plus, ça dépend. Pour autant, j’ai du mal à me laisser aller à corps perdu avec eux, ils sont trop lointains, trop incertains pour que je leur cède ma confiance sans limites. Je remarque aussi que les voir et les quitter est un profond soulagement, j’ai probablement développé un goût pour les moments de solitude, c’était déjà le cas de mon vivant, ça s’est amplifié en raison et causes de ma mort. Je ne l’ai toujours pas revue et je ne sais pas quand je m’y résoudrai, peut-être jamais, peut-être plus tard. On verra bien, j’évite d’y penser depuis un moment, ça m’a suffisamment pourri l’existence jusque-là.

Je retourne très régulièrement chez les vivants, plus par mélancolie, pas par nécessité non plus. Je fais partie de ces vampires qui varient leur alimentation. Donner la mort n’a pas été une mince affaire. Il m’a fallu apprendre sur le tas, mais surtout faire une introspection et définir des critères qui me soient moralement acceptables. La premières fois, affamé, j’ai mordu sans réfléchir, je suis tombé malade par incompatibilité mais surtout par culpabilité. Je n’ai jamais revu cette femme, je ne sais pas si je la reverrai un jour. Je ne sais pas non plus si j’assumerai mes actes ou bien si je fuirai, par honte et surtout par peur de sa réaction.
Cette fois-ci, je me dirigeais vers la porte de Tokyo, chargé d’objets de ce monde qui n’est plus le mien. Depuis quelques temps, j’avais pour habitude de faire passer des objets entre les mondes, enfin surtout de celui des vivants vers celui des morts, principalement pour mon usage personnel et pour mes finances. J’étais un grand lecteur dans ma vie, je lisais de tout et de rien, de tous les genres, approximativement un ou deux livres par semaine, en complément de lecture plus légères, et de bandes dessinés, comics ou mangas. La littérature des morts n’est pas phénoménale, pas inintéressante, mais moins passionnante en général. Si on exclut les grands auteurs qui continuent après leur mort, en général, il n’est pas rare de les voir stopper leurs activités pour profiter pleinement de cette seconde vie, seuls les vrais passionnés continuent. Par ailleurs, je fais généralement un saut dans un cybercafé pour récupérer les derniers articles de recherche intéressants et suivre l’avancement de mon oncle dans son laboratoire. Je n’ai pas encore osé m’approcher de son université. Il a été très affecté par ma mort, mais depuis peu, il semble se reprendre si j’en crois la qualité de ses articles, ça me réconforte dans un sens.
Sur le chemin du retour, je me rends compte que cette fois, je n’ai mordu personne, mes quenottes restent bien à leur place. Visiblement, ma faim s’est apaisée depuis mes premières semaines post-mortem, je ne sais pas trop ce que ça veut dire mais je m’en satisfais. A la place, j’ai dévoré quelques takoyakis chez mon marchant préféré, ainsi que quelques brochettes de légumes grillés. On en a aussi chez nous, mais ce marchant de rue est mon préféré, j’espère sincèrement qu’à sa mort il continuera de l’autre côté. Par contre, il me connaissait bien avant ma mort, j’ai donc dû me camoufler habilement derrière ma capuche, une paire de gant et une paire de lunettes. Superman avait raison, une paire de lunette suffit à vous transformer en une personne totalement différente. A l’approche de la porte, je m’arrête contre un mur pour finir ma crêpe sucrée au chocolat et aux fruits du Marion crêpes, du quartier d’Harajuku. Là aussi, on en a aussi de notre côté, des crêpes, mais celle-ci sont mes préférées _encore une fois. Chaque visite chez les vivants est une occasion d’assouvir mes petits péchés mignons, notamment culinaires. Je suis un sportif, je n’ai pas à m’en culpabiliser, puis je suis mort, autant en profiter.

Le voyage retour se fait sans embardes, je commence à bien connaitre les vampires qui zonent dans le coin. Au départ, ils me demandaient souvent ce que je ramenais, par crainte que je n’apporte quoique ce soit d’illégal de l’Autre côté (ou bien peut-être que je marche sur les plates-bandes de leur boss, pour certains). Ce n’est plus vraiment le cas, je vais et viens à mon aise maintenant, en bon habitué. Il n’y a plus que des petits regards en coin maintenant, surtout quand je reviens avec une brochette en bouche les canines bien rangées dans mes gencives.
De retour dans l’éclectique Tokyo des morts, entourés de tous ses vampires, zombies et autres chimères (pour les plus reconnaissables), je m’éloigne un peu pour descendre de la mezzanine et rejoindre un banc pas loin dans l’immense hall de l’Agence. Il fait probablement froid à l’extérieur, mais ici là température est agréable. Je retire mes gants et m’étire un peu en poussant mes bras haut vers le plafond dans un petit soupir de soulagement. En général, je reste chez les vivants aussi longtemps que ma condition me le permet. Le retour est souvent un soulagement, l’air est moins âcre ici, et j’éprouve toujours un profond apaisement, tant physiologique que sensoriel en revenant. Alors que je me détends sur mon siège, une balle vient frapper mon pied et au loin, un gamin m’invective en agitant les bras, puis il coure vers moi. Je me lève, le pied ferme sur le mini-ballon, quand il arrive à ma portée, je lui souris et l’empêche dans ses tentatives de récupération en dribblant un peu, ce qui ne manque pas de le piquer à vif. Soudain, une autre voix parvient à mes oreilles, je décide donc de mettre fin au jeu en jonglant un peu avec la balle avant de la renvoyer vers l’un des autres enfants qui me fait signe depuis l’embrasure d’une porte donnant probablement sur une plus grande salle. Quand il la reçoit, il me remercie d’un pouce fièrement levé. Le premier me regarde en faisant la moue puis repart en courant dans un « ouais, ouais ». Si j’avais le temps, j’aurais probablement prolongé le jeu, ça fait un moment que je n’ai pas eu l’occasion de faire un match. A vrai dire, en y repensant, je pourrais me demander pourquoi diable un groupe de gamin jouent à la balle dans le Hall de l’Agence plutôt que dans un parc, mais je préfère évacuer cette question.

« T’as pas bientôt fini d’emmerder ces gamins, et t’es pas fringué pour jouer. » Me dit-il.
« Je le connais ce ‘ouais, ouais’, j’utilisais le même à leur âge, il n’est pas en colère, et tu n’es pas ma mère que je sache, si j’ai envie d’abimer mes vêtements, ça me regarde.
Ouais, ouais … J’ai tes potions au fait.
Et moi tes livres, et surtout les siens. » Lui dis-je en pointant la petite personne qui sort de sa cachette derrière ses jambes, probablement amadouée par le dernier tome de son manga préféré. Elle le récupère et je lui frotte le cuire. Elle bronche un instant avant de s’installer sur le banc, pas loin, pour lire les premières pages.

Il est la première personne que j’ai rencontré dans ce monde, à l’exception du Roi et des morts de la salle d’attente avec qui je n’ai pas vraiment parlé à cette époque. Il est nécromancien et mon premier fournisseur d’antidouleurs. Je ne sais pas si je peux le qualifier comme un ami, il m’a guidé les premières heures, puis jours, il m’a donné des potions gratuitement, sans me connaitre au final. On se voit, de temps en temps et on discute, c’est peut-être une forme d’amitié, difficile à dire. Depuis peu, il héberge une jeune nécromancienne d’une dizaine d’années, fauchée dans la jeunesse. Il est maintenant ce qu’il appelle un adulte « accompagnateur » ou un truc du genre … Ce fut soudain, mais il fait bien ce qu’il veut, il en est visiblement au stade de sa vie où il veut former des jeunes pousses comme on l’avait fait avec lui.
Quand il a pris cette décision, il m’a proposé de faire de même avec un jeune vampire. J’ai ri et refusé, j’étais à peine capable de m’occuper de moi-même à ce moment, c’était inenvisageable, et je suis encore loin de ce genre de considérations. Toutefois, c’est toujours plus simple avec les enfants, ils font moins de faux semblants que les adultes. Paradoxalement, pour moi, c’est moins difficile de leur faire confiance.

« Qu’est-ce que tu comptes faire avec des livres sur la médecine douce, du thé ?
— ll veut appliquer les concepts de la médecine douce des humains à ses potions, gnagnagna … » Dit la jeune fille en mimant sa bouche de la main. J’étouffe un rire incontrôlable en observant la tête furieuse du nécromancien, puis j’essuie une larme du coin de mon œil, sous mes lunettes.
« Elle cache bien son jeu derrière sa timidité … » Je ris encore avant de me lever. « J’vais boire un coup, j’imagine que je ne t’invite pas ? » Dis-je en rangeant les quelques potions dans mon sac.
« Non, on a à faire.
— On va acheter des plantes … pour le thé. »

J’esquisse à nouveau un sourire rieur, mais je me retiens pour ne pas le froisser. Je serre sa main, puis la petite main de la gamine en m’accroupissant à son niveau et je m’éloigne un peu plus avec pour mission de trouver un coin ou boire un verre pour faire passer mes différents repas de mort chez les vivants, toujours sous le coup de l’insolence de la protégée du nécromancien.

Note : Max parle en bold parce que son auteur manque d'originalité — #1 ; 1600+ w


HRP:
J'avais pas d'inspiration pour le titre ... Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) 3965502052 Si tu en as un meilleur, dit le moi et je change le titre du topic Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) 4126741921. Aussi j'ai jugé que Soji devait être en mode sneaky observation, donc je te laisse toute l'amplitude que tu veux pour agir :).
Sōji Okita
zombie

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) XyYk8hR26/100Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) IUyLEY2  (26/100)
× Présence: absent
× Evolution : Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) Empty
Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) Icones10 × Age de la mort : 24 Masculin
× Age post-mortem : 174
× Avatar : Yamato no Kami Yasusada
× Appartement : Lascaux
× Métier : Employé du Refuge
× Epitaphes postées : 143
× Øssements199
Féminin
× Inscription : 16/08/2017
× DCs : Thorolf Auðunarson, Arthur L. Pendragon & Orpheus Ioannis
zombie
Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) Empty #2le 02.02.19 13:00

Feat Max

I need you

Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) Bannso10

Les jours de repos ne sont pas des jours de repos. Caché derrière un pan de mur, Soji observe de loin ce que les morts appellent "La Porte". Un nom plutôt banal pour ce qui sert de lien entre le monde des vivants et le monde des morts. Cette fameuse porte est un désire caché que nombreux morts aimeraient pouvoir franchir pour retourner là où ils étaient auparavant. Depuis le temps que le capitaine du Shinsengumi est mort, il a oublié à quoi ressembler son époque, son monde, sa vie avant la morte. Il n'y a plus que des flashs, des brides de souvenir, des cauchemars. De ce monde où le brouillard tombait sur les ruelles sombres d'Edo, il se souvient de l'odeur âcre du sang qui empestait chaque recoin de rue jusqu'à envahir chaque morceau de nourriture. A cette époque, le sang était une partie du quotidien. Sans avoir été un vampire, Soji saurait parfaitement dire quel goût possède ce liquide rougeâtre que certains convoitent pour rester en vie.
En parlant de vampire, de sa position, le japonais était en train de les épier. Observant chacun d'entres eux, apprenant à les connaître de loin, il savait dire lequel était fiable et lequel serait le moins. Pourtant, il n'avait pas besoin d'un vampire fiable, il avait besoin du meilleur, du plus compétant et surtout, celui qui comprendrait pourquoi il fait ça. Nombreux sont les vampires qui passent ses portes, nombreux sont ceux qui y font les crocs parfaitement visible et reviennent sans eux, les bras vides. D'autres reviennent avec quelques affaires, pour eux. Puis, il y a les derniers. Ses vampires qui passent cette porte dans le but de se nourrir, mais qui reviennent les bras chargés d'objet qui seront un peu plus loin donnés à des fantômes. Ses vampires, ce sont ceux que Soji recherche mais ils sont rares. Tellement rare qu'il faut du temps pour les repérer et surtout, pour être sûr de leur bon sentiment.

Depuis quelques temps, le capitaine avait déjà repéré un vampire. Un jeune vampire qui était apparu depuis peu. Un jeune mort, c'était la seule chose qui lui était venue en tête. Ce mort semblait être l'homme parfait pour l'aider, mais il devait encore attendre, ce n'était pas le bon jour. Dès que le Refuge ne le demandait pas, Soji courrait à La Porte dans l'espoir de le voir. Aujourd'hui, il était là.
Encapuchonné, caché derrière une paire de lunette et des gants au main, Soji pouvait parfaitement dire que c'était lui. Des vampires aux cheveux blonds, il n'en avait pas vu des masses. Peut-être que cette race faisait partis de l'élite en terme de beauté, ce vampire sortait du lot par rapport aux autres, il avait ce charme qui plaisait au japonais. -certains doivent penser que Soji est un stalkeur ... c'est le cas. on pourrait le prendre pour un pervers ... c'est délicat comme question, mais il n'a pas de vue sur un vampire, pour sa défense- Comme tous les autres, le mort franchit la porte et partit pour ce monde inaccessible, un monde sans vie. Le membre du Shinsengumi avait dû mal à imaginer que la paix pouvait habiter ce monde, qui n'avait fait que connaître la guerre. Si la vie côtoie la mort, c'est la mort qui donne la vie. Pour la première fois, Soji s'était sentit plus vivant que jamais en venant dans ce monde, même si ses compagnons lui manquaient et que cette maladie l'a poursuivit.

Quelques heures plus tard, le vampire qu'attendait notre cher employé était enfin revenu. Comme à son habitude, il n'était pas rentré les mains vides. Les autres vampires le regardaient en chien de chasse, certains méfiants de la bleusaille qui pouvait leur piquer leur travail ou plutôt, le travail du boss. Le Roi des vampires ... Dans un sens, Soji n'avait pas confiance en cet homme dont il n'avait entendu que des rumeurs. Est-ce que tous les vampires lui faisaient aveuglément confiances ? Deux rois ... Dans la tête d'un ancien "employé" du Shogun, c'était inconcevable qu'un pays soit régit par deux entités supérieurs. D'un mouvement de tête, il chassait l'idée qui aurait pu naître dans son esprit et il se concentrait à nouveau sur son observation. Avant que l'acheteur ne vienne, le jeune vampire se mit à jouer au ballon avec des jeunes ectoplasmes qui s'amusaient non loin. En le voyant faire, le japonais se mit à penser qu'il aurait pu faire un bon employé pour le Refuge, mais il n'était pas là pour ça.
Le client venait d'arriver avec une petite fille. Cette petite fille, Soji l'avait déjà vu puisqu'elle avait forcément vécu au Refuge au vue de son jeune âge. En la voyant, il était heureux de constater qu'elle était tombée sur un très bon aidant qui semblait savoir bien s'entourer. L'entrevue entre les deux parties ne dura pas longtemps, le client semblant être pressé de repartir, ou plutôt était-ce l'inverse ? Soji n'aurait su le dire de sa position. Quand les trois fantômes se séparèrent, le jeune fantôme en profita pour sortir de sa cachette.

Vêtu modestement d'une longue cape noire, qui cachait son katana, le tout surmonté par une longue écharpe blanche; on pouvait entendre claqué les talons de ses belles chaussures noirs qui n'avaient pas encore été souillé par les ectobabies. D'un air décidé, le sourire aux lèvres, son regard bleuté ne lâchait pas sa proie du regard. A quelques pas de son but, Soji ouvrit la bouche pour interceptée le colis qui semblait décidé à quitter l'endroit.

_ Excusez-moi, mais serait-il possible de vous parler ?

Cessant d'avancer, Soji se tenait droit comme un piquet. Ses longs cheveux noirs aux reflets bleutés étaient attachés en queue, par habitude. Son visage aussi doux que celui d'une femme arborait un tendre sourire, celui-ci invitant l'interlocuteur à ne pas avoir peur ... Ou peut-être cela aurait-il l'effet inverse ?


Spoiler:
Je l'aime bien ton titre de RP ! Par contre, je m'excuse pour le retard, ma semaine a été plus compliqué que prévu Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) 2929307098 J'espère que ma réponse t'ira  Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) 4271482974
Afficher toute la signature


Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) Signat12
Max J. Jönsson
vampire

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) XyYk8hR0/100Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) IUyLEY2  (0/100)
× Présence: présent
× Evolution : Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) Empty
Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) Empty × Age de la mort : 23 Masculin
× Age post-mortem : 23
× Avatar : Edward Elric - Fullmetal Alchemist (by Azra'ël, Aodhan, et moi)
× Pouvoir : Prédire la météo comme un papy, en fonction des douleurs de son bras ... Quoi c'est pas un pouvoir ? Zut ... hein !
× Appartement : Kiss
× Métier : Mécanicien, ingénieur, bricoleur en général ...
× Epitaphes postées : 115
× Øssements405
Masculin
× Inscription : 12/12/2018
vampire
Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) Empty #3le 11.02.19 1:10

Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ...
01/2019 — ft. @Sōji Okita

Un jour ou l’autre, il faudra que je discute avec cette gamine. Ça ne fait pas bien longtemps qu’elle le suit, mais je suis pratiquement certain qu’elle doit avoir des détails croustillants à m’apprendre sur mon cher nécromancien. Je pourrais très bien en apprendre plus en lui posant des questions directement mais ça tendrait à justifier les siennes, qui sont déjà bien trop nombreuses. Il me demanderait probablement des informations sur ma vie, sur ma prothèse, pourquoi je ne veux pas devenir son rat de laboratoire pour la création d’une potion qui me permettrait d’abandonner mon « appendice métallique ». La prochaine fois, j’apporterai quelque chose d’un peu plus palpitant qu’un livre à cette gamine, même si c’est un bon livre. J’ai des moyens limités quand je passe la Porte, notamment financiers et si je me débrouille jusque-là, certains objets me restent inaccessibles à moins de les voler. L’avantage d’être mort —ça me fait mal de l’admettre— c’est bien que je n’ai plus d’identité, je risque difficilement de recevoir une amande ou bien une comparution en justice … et quand bien même.

Mes deux amis s’éloignent assez vite et puisque nous allons dans des directions différentes, en me retournant, je me rends compte que je les ai vite perdus de vue. Sur la mezzanine, l’un des vampires gardiens a suivi notre échange avec le nécromancien, ça ne m’étonnerait pas qu’il me demande ce que je fous d’ici quelques jours.  Entre ceux qui craignent les transfuges d’éléments interdits comme du sel, et ceux qui en font leur business, les tensions existent et ne sont pas près de s’éteindre. Peu me chaut ce qu’ils pensent, je n’ai pas l’intention de m’arrêter, ni d’abandonner mon privilège de vampire —voyager entre les mondes (avec ou sans la Camarilla)—, ni de me soumettre à leur petit air de caïds tortionnaires. La situation est en fait plus complexe. Il y a très probablement une part de ces vampires sincèrement attaché à éviter les passages frauduleux et ainsi conserver une certaine intégrité, il serait problématique que les instances des Morts commencent à trop mettre leurs nez dans la régulation des Portes. Au contraire, il existe clairement un marché parallèle du sel (et pas que) ; il est certain que ces vampires ne souhaitent pas voir la concurrence apparaitre et encore moins partager leur terrain de jeu.

Je détourne le regard de la mezzanine et je commence à me diriger vers la sortie du hall pour rejoindre une rue commerçante. Au bout d’un moment j’entends des bruits de pas, ou plutôt de chaussure claquant sur le sol du hall. Je ne m’arrête pas vraiment à ce détail, le hall est souvent bruyant, c’est loin d’être surprenant. Comme à chaque fois que je viens par ici, je croise beaucoup de fantômes. Les mains bien au fond de mes poches, je trace généralement ma route sans m’arrêter ni même m’intéresser aux fantômes évoluant autour de moi. Il faut dire qu’ils ne s’intéressent pas plus aux autres ectoplasmes non plus. Cette fois ne fait pas exception, les mains dans mes poches, je me dirige vers la sortir en planifiant le reste de ma journée. C’est là qu’un bonhomme se plante devant moi, à quelques pas, l’air assez déterminé pour attirer mon attention. Il arbore une cape noire plutôt sobre et longue, ainsi qu’une écharpe blanche qui fait un contraste assez fort. Pourtant, je ne l’avais pas remarqué avant qu’il ne bloque ma route, je dois avoir un léger déficit d’attention ou un peu trop de fatigue accumulée.
Je ne le connais pas, ni d’Adam ni d’Ève, je suis donc un peu surpris qu’il m’interpelle de cette façon. Il s’excuse, probablement pour le dérangement, puis il me demande s’il pourrait éventuellement me parler, en y mettant les formes, le tout droit comme un piquet avec le sourire et une bouille chaleureuse. Je le regarde un moment en cherchant à déterminer ses intentions, difficile à dire comme ça. Je n’ai pas la moindre idée de qui il est, et je serais bien incapable de déterminer quelle espèce de fantômes il représente. Je fais tomber ma capuche sur mes épaules et relève mes lunettes sur mes cheveux, juste derrière ma mèche rebelle qui pointe fièrement.

« Je ne pense pas qu’on nous ait déjà présenté. Je me trompe ? » A vrai dire, il est d’usage de se présenter ou au moins de donner son identité (pour peu que ça serve à quoi que ce soit, on peut aussi mentir), à moins qu’il attende mon approbation avant d’en dire plus. En général, on n’attend pas mon accord pour me parler, on se contente d’enchainer. Que ce soit pour me demander de réparer un truc inutile, par curiosité (parfois malsaine) au sujet de mon bras, pour me demander plein de détails à ce sujet, ou pire parfois pour me proposer un prix contre ce dernier (on croit rêver), en général, on n’attend pas mon approbation. Sans le quitter des yeux, d’un air plutôt neutre, je ne me sens pas menacer ou dans une position qui devrait insuffler une forme de peur en moi, j’ajoute : « Me parler à quel sujet ? »

Vous me trouverez probablement trop méfiant. Je ne suis pas associable, je ne pense pas en tout cas, mais j’ai rarement une confiance indéfectible envers les gens, même envers mes « amis » ou proches, il reste toujours une pointe de méfiance en moi. Alors avec un parfait inconnu, je ne risque pas de baisser ma garde. Peut-être un ancien client insatisfait par l’une de mes réparations, ou bien trop satisfait au point de scruter mon retour depuis le monde des Vivants … Non, son visage ne me dit vraiment rien, ou bien il en a changé depuis, va savoir dans ce monde de fous. Je préfère le laisser dévoiler ses attentes avant de faire mon choix entre passer mon chemin ou bien lui donner le temps qu’il demande.

Note : Max parle en bold parce que son auteur manque d'originalité — #2 ; 980+ w
Sōji Okita
zombie

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) XyYk8hR26/100Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) IUyLEY2  (26/100)
× Présence: absent
× Evolution : Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) Empty
Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) Icones10 × Age de la mort : 24 Masculin
× Age post-mortem : 174
× Avatar : Yamato no Kami Yasusada
× Appartement : Lascaux
× Métier : Employé du Refuge
× Epitaphes postées : 143
× Øssements199
Féminin
× Inscription : 16/08/2017
× DCs : Thorolf Auðunarson, Arthur L. Pendragon & Orpheus Ioannis
zombie
Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) Empty #4le 21.02.19 12:58

Feat Max

I need you

Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) Bannso10

Son regard océan l'observait en silence, scrutant chaque parcelle de ce fantôme, qui était jusqu'ici, un parfait inconnu. Sans même savoir son nom, ni même son prénom, Soji pouvait déjà en dire long sur lui, rien que sur sa race et sur certaines de ses habitudes. Répugnant, n'est-ce pas ? Si le capitaine avait dû mal à suivre son temps, disons qu'il était toujours cloîtrer dans des habitudes de son ère, celle-ci n'étant pourtant pas si vieilles que cela par rapport à d'autre. Loin de vouloir ce plaindre, il n'arrivait pas à comprendre la volonté de certaines personnes à vouloir s'habituer à une chose qui ne leur appartient plus, le temps. Si pour lui, les espions étaient monnaie courante, il valait avouer qu'ils étaient nécessaire à la survie de certaines personnes. Maintenant, le travail était nécessairement accompli par soi-même, quitte à devoir se faire dévisager par le premier venu. Heureusement pour lui, sa présence était comme celle d'une fourmi ouvrière dans une fourmilière, en somme, il était difficile de deviner quel était son but.
Pourtant, l'homme en face de lui, même s'il a retiré sa capuche et ses lunettes, laissant ses cheveux couleurs blés respiraient, semblait bien plus méfiant que les précédents vampires qu'il avait déjà abordé. La méfiance était une preuve que cette personne était bonne, ou alors qu'elle trempait dans des deals un peu trop sombre pour faire confiance au premier venu, ce qui étonnerait davantage le zombie qui n'aurait rien vu venir. Immobile, de sa position, il écoutait les paroles de son interlocuteur, qui avait complètement raison quand au fait de se présenter, mais loin de vouloir gâcher son temps, Soji avait plutôt opté pour la rapidité. Son sourire se dessinait un peu plus sur son visage, cet homme lui plaisait de plus en plus, -non pas dans le sens que vous pouvez potentiellement imaginer-. Sans rien dire pour le moment, son corps se penchait lentement en avancer, ses cheveux retombant sur son visage. Signe de politesse chez les japonais, il s'était courbé pour que son interlocuteur excuse son impolitesse.

_ Veuillez excuser mes manières, mais loin de vouloir vous déranger sans être sûr que vous ayez du temps, j'ai préféré vous aborder directement.

A la fin de ses mots, son corps commençait déjà à se redresser pour revenir à sa position initiale. Pendant ce court temps, son sourire n'avait pas disparu et à l'inverse, les traits de son visage s'étaient légèrement détendu, heureux de constater que son vis-à-vis avait un peu de temps à lui accorder.

_ Je me présente : Soji Okita, membre employé au Refuge.

Si son nom figuré dans de nombreux livres d'histoires, il n'était pas dit que le vampire en face de lui le connaisse, surtout au vu de sa couleur de cheveux, indiquant qu'il n'était pas d'origine japonaise … A moins qu'il n'use de potion. Un détail qui laissait le japonais sur la touche quand à savoir si son interlocuteur allait fuir à l'entente de ce nom maudit. Pour éviter cela, il s'empressait de reprendre la parole pour annoncer le pourquoi de sa venue.

_ Si je me permet de prendre un peu de votre temps, c'est pour espérer avoir accès à vos services en tant que vampire.

Loin de tout dire au travers de ses mots, Soji savait que ce peu d'information réussirait à le faire rester. Enfin, c'était ainsi qu'il le voyait, en réalité, il était loin de connaître de cette personne.
Afficher toute la signature


Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) Signat12
Max J. Jönsson
vampire

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) XyYk8hR0/100Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) IUyLEY2  (0/100)
× Présence: présent
× Evolution : Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) EmptyRencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) Empty
Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) Empty × Age de la mort : 23 Masculin
× Age post-mortem : 23
× Avatar : Edward Elric - Fullmetal Alchemist (by Azra'ël, Aodhan, et moi)
× Pouvoir : Prédire la météo comme un papy, en fonction des douleurs de son bras ... Quoi c'est pas un pouvoir ? Zut ... hein !
× Appartement : Kiss
× Métier : Mécanicien, ingénieur, bricoleur en général ...
× Epitaphes postées : 115
× Øssements405
Masculin
× Inscription : 12/12/2018
vampire
Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) Empty #5le 31.03.19 20:56

Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ...
01/2019 — ft. @Sōji Okita

Il me fait face, il a l’allure d’un jeune homme peut-être déjà meurtri par le temps, et pourtant une mine relativement radieuse. Un masque probablement, après tout dans le monde réel, de l’autre côté du voile, il n’est pas rare de s’affubler d’une carapace solide. J’en avais une, moi-même, et d’ailleurs je l’ai toujours. La confiance est une chose qui se gagne et ne se réclame jamais. Il avait aussi une allure d’un autre temps, des habits d’un autre temps, même des manières d’un autre temps, laissant paraître une distanciation entre son temps et ce temps.
Son nom ne me disait pas grand-chose, mais je ne suis pas une référence en célébrités japonaises de l’époque actuelle, encore moins de celle qui ont précédées la mienne et à vrai dire, ça m’importe peu. Il me suffirait d’une recherche sur l’internet des morts, accompagnée d’une autre sur celui des vivants —à l’occasion d’une prochaine visite— pour en savoir au moins autant sur lui que lui-même. Rien n’est vraiment plus secret aujourd’hui, et encore moins quand on est mort avant l’avènement des réseaux et que l’on a une petite ou grande notoriété.

Il s’appelle Soji, il est un peu plus petit que moi, comme une grande majorité des japonais (et des encadrements de portes japonais anciens). Rien de bien étonnant et là encore, rien à pointer plus spécifiquement. J’étais moi-même un étranger au Japon, parfois admiré pour ma différence, parfois conspué pour la même raison, souvent observé comme un phénomène de foire, notamment dans les campagnes un peu reculées (ou je ne passais presque jamais les encadrements de porte). Il s’excuse, à plusieurs reprises, de ne pas s’être présenté, de peut-être me déranger. Les mains toujours dans mes poches, je le laisse faire comme le suggère sa culture. Il ne sert à rien de brusquer les cultures, quand on nait, vit et meurt avec une culture et des habitudes, on en change rarement après la mort …

J’avais envie de lui dire qu’il ne me dérangeait pas, mais c’était à la fois vrai et faux. Une rencontre incongrue est toujours un peu dérangeante puisqu’on y perd aussi le contrôle des événements. Je n’avais pas prévu grand-chose pour aujourd’hui. Comme après chacune de mes visites prolongées chez les vivants, j’allais probablement flâner, somnoler et me restaurer de la nocivité de mon ancien environnement sur ma nouvelle condition. Rien de bien palpitant en somme, je peux à la fois me reposer et écouter, pour peu que le discours ne soit pas trop alambiqué il est même probable qu’il retienne mon attention et que je l’écoute dans sa totalité.

De ses propres dires, Soji est employé au Refuge. Pour être très honnête, je ne sais pas grand-chose de cet endroit, si ce n’est qu’il accueille ceux qui meurent alors qu’ils ne sont pas en mesure de se suffire à eux-mêmes. Je ne sais pas si je me suffisais à moi-même quand je suis mort. Pour autant, je n’aurais pas pu me présenter à ce Refuge, j’étais déjà trop vieux. Ça ne me dit pas vraiment ce qu’il y fait, ni ce qu’il me veut mais c’est déjà un gage de … confiance ? Ou pas, non en fait, ça ne prouve rien du tout, surtout pas de ce côté du voile. Je suis peut-être trop suspicieux.
Il en vient finalement à sa demande, les langues se délient finalement et ses mots me surprennent un peu. Je fronce des sourcils, d’un air à moitié pensif, à moitié méfiant. S’attribuer les services d’un vampire veut tout et rien dire à la fois. Il n’est pas rare que les intentions des individus qui nous font une offre si spontanément soient peu claires, et qu’ils aient eux-mêmes d’autres souhaits moins avouables. Je sais ce que c’est, je dois mon état et ma présence en ces lieux aux mêmes services et aux mêmes arrangements potentiels. Autant dire que je n’ai pas la moindre envie de trainer dans ce genre d’histoires ou de plan, à moins qu’il ne me demande juste de récupérer du lait au chocolat et des petits gâteaux pour ses protégés … C’est loin d’être clair son affaire. Je le regarde un moment, comme pour le jauger, mais ce Soji n’a pas l’air d’être de ce genre de gars que l’on jauge à l’œil.

« Max, vampire de son pays, fruit d’un amour obsessionnel. » Hop, plantons —si j’ose dire— le sujet et les limites. Peut-être un poil trop subtil comme introduction mais s’il a de la suite dans les idées, il devrait comprendre où se trouve ma ligne rouge —si j’ose dire, encore. « Enchanté. » On n’est pas des bêtes tout de même, il n’a pas l’air méchant ou d’avoir un mauvais fond, mais peut-être quelques faux semblants. « Il va falloir être un peu plus précis. Je connais le Refuge de nom, et pour être sincère, sans chercher à vous vexer, ça s’arrête plus ou moins là. Quel genre de ‘services’ vous recherchez au juste ? »

Je jette un œil vers la mezzanine, un jeune vampire, un peu comme moi, un arrivant récent, vient de se faire épingler par un garde de la Porte. Un gars un peu crétin franchement, le genre de brute qui en impose mais qui vacille au moindre échange au minimum soutenu. Il jette un coup d’œil dans le hall et recrache un nuage de fumé par la bouche, le regard mauvais, à la recherche de ‘resquilleurs’ probablement (enfin répondant à ce qu’il qualifie de resquilleur). Je n’ai rien à me reprocher et certainement pas peur de ces gars-là, mais il a le don de m’agacer et je risque d’ouvrir ma grande gueule alors que le sort du bougre ne m’intéresse guère plus que celui d’un autre. Je reprends ma marche, mes mains toujours profondément fourrées dans mes poches et j’invite Soji à me suivre. Nulles craintes dans ma démarche, mais nous devrions être plus à l’aise ailleurs pour discuter et prendre un bol d’air frai à la surface ne me fera que du bien.

« Je vous invite à prendre un verre, Soji ? Vous aurez tout le temps qu’il vous semblera nécessaire pour m’expliquer ce que je peux faire pour vous. Et croyez bien que j’ai des limites bien définies et que je suis loin d’être le plus agréable des hommes à convaincre … »


Autant être honnête jusqu’au bout.

Note : Max parle en bold parce que son auteur manque d'originalité — #3 ; 1000+ w
Contenu sponsorisé
Rencontre inattendue à la Porte ... Toc-toc ... (ft. Sōji Okita) Empty #6
Pseudo :

forums partenaires