Bienvenue jeune vivant !
Le Monde des Morts n'attend que toi, es-tu prêt à passer de l'autre côté ?
Rejoindre l'au-delà
Naviguer sur le Styx
ConnexionConnexion  AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  
Rechercher
Polka recherche 3 partenaires pour ses idées de rp
Viktor a besoin d'un partenaire de rp pour enquêter sur le devenir des Red Widows
Milo recherche des moins de 16 ans pour rejoindre Enilikes
Ismael cherche un partenaire de rp
Tinek cherche plusieurs partenaires pour réaliser ses idées en rapport avec les potions
en partenariat avec...
Nano RoleplayNevada's GodfatherNew Life.comEsquisseTasty TalesSanctuary of Heart
[Ouvert aux colocataires] Premières rencontres
Merle Blanc
vampire

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
16/100  (16/100)
× Présence: présent
× Evolution :
× Age de la mort : 25 Masculin
× Age post-mortem : 99
× Avatar : Jack (par Kate) ; Ash (par Valentina Remenar)
× Appartement : Jules Verne
× Métier : Vétérinaire
× Epitaphes postées : 273
× Øssements369
Je ne veux pas répondre
× Inscription : 15/01/2019
vampire
#1le 19.01.19 16:44
HRP:
Suite directe de ce RP : Arrivée à Jules Verne. C'est un léger flash-back par rapport au jour présent.

L'ambiance de l'appartement était tamisée, et volontairement orientée pour faire penser aux fonds marins. Etaient-ils censés se sentir comme des explorateurs à bord d'un submersible ? Cela n'était pas sans me rappeler un livre que j'avais lu lorsque j'étais enfant. Ainsi, l'Agence Azazel décorait ses appartements selon des thématiques littéraires. C'était un concept intéressant, quoique j'aurais préféré tomber sur un contexte plus... aérien. Le tour du monde en quatre-vingt jours par exemple.

Je poussai ma valise devant moi, pour l'abandonner contre un mur quelques pas plus loin. Ma priorité était de me débarrasser du perchoir encombrant, et d'installer au mieux mes compagnons à plumes. Le reste... viendrait ensuite. Je refermai la porte avant que le matou n'ait l'idée de la franchir, et avisai un espace suffisamment grand pour servir mon projet.
Le salon était vaste, vraisemblablement conçu pour une petite communauté. Quatre, cinq personnes ? Je me faisais à l'idée de devoir les rencontrer, avec un sourire. Il ne me fut pas difficile de trouver un espace vide, et je posai le perchoir dans un coin de la pièce. Là, les rapaces avaient la place pour voleter autour du bloc, et de se retourner en vol.
Soulagé, je présentai la main devant le siège. Reconnaissant la texture familière, Ambre s'agrippa à mon gant pour s'en rapprocher, avec sa démarche en crabe qui m'amusait toujours. Puis, d'un petit bond, rejoignit le bois couvert de velours. Ce fut au tour de Perle, qui ne fit aucun chichi pendant le transfert. Je gratifiai chacun des deux d'une légère caresse sur la tête - c'était si doux... avant de me mettre en quête du papier journal qui délimiterait leur territoire.

Les yeux fermés, une longue expiration passa entre mes lèvres. Le voyage avait été long, épuisant. Sur le moment, j'étais heureux de n'avoir encore rencontré personne. Sans doute les autres locataires étaient-ils de sortie. Cela m'offrait au moins un moment de répit avant la découverte des habitants du Japon. J'avais l'impression d'être à l'aube, mais étais arrivé ici en plein milieu de l'après-midi. Le temps de m'installer, je supposai qu'ils ne tarderaient plus.
Détendu, j'avais étendu mes longues jambes sur le canapé, le dos appuyé contre le dossier. Pieds nus, je gouttai à l'atmosphère de ce lieu encore étranger d'une manière que beaucoup auraient du mal à soupçonner. Ma respiration était lente, calme. Mes bras repliés contre moi. J'étais confortablement installé, j'aurais pu dormir.
J'entendais Nemo m'inviter à le rejoindre à bord du Nautilus. L'air était légèrement humide, et frôlait ma peau comme le ferait l'écume. Un léger goût salé, et la danse des poissons multicolores autour de moi. Je me laissai volontiers emporter par les vagues, dériver au gré des courants. Merci de me donner cette chance...

Un poids léger s'appuya  soudainement sur ma main. Je reconnus rapidement la corpulence du petit épervier. J'avais gardé mon gant. Bien que je les aie nourris, il picorait à nouveau entre mes doigts. Je le flattai d'une petite caresse, il aimait décidément ça autant que moi. Il émit une trille familière.
Hormis ce mouvement, je ne bougeai pas. Il prit cela pour une bénédiction, et s'installa plus confortablement. Je sentis ses pattes se replier, et la boule de plumes se poser directement sur le cuir. Il se retrouvait à mi chemin de ma main, appuyé aussi à moitié sur mon torse. Un comportement rare, mais que j'appréciais à sa juste valeur. Il avait certainement besoin d'être rassuré dans un lieu inconnu, mais c'était une marque de confiance inconditionnelle de la part d'un animal à l'origine sauvage. Je sentis mes lèvres s'étirer sur un léger sourire, reconnaissant.

Immobile, servant de nid à une boule de plume d'ordinaire remuante, plongé au cœur de l'océan dans un submersible qui me rappelait mon enfance... je peux le dire, j'étais bien. Peut-être... me suis-je finalement endormi.
Pseudo :

forums partenaires