Bienvenue jeune vivant !
Le Monde des Morts n'attend que toi, es-tu prêt à passer de l'autre côté ?
Rejoindre l'au-delà
Naviguer sur le Styx
ConnexionConnexion  AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  
Rechercher
Lisbeth voudrait un nouvel avatar
Pinho recherche des partenaires de rps
Tinek cherche plusieurs partenaires pour réaliser ses idées en rapport avec les potions
en partenariat avec...
Nano RoleplayNevada's GodfatherNew Life.comEsquisseTasty Tales

Merle • L'oiseau rare
Merle Blanc
vampire

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Merle • L'oiseau rare XyYk8hR16/100Merle • L'oiseau rare IUyLEY2  (16/100)
× Présence: présent
× Evolution : Merle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare Empty
Merle • L'oiseau rare Empty × Age de la mort : 25 Masculin
× Age post-mortem : 99
× Avatar : Jack (par Kate) ; Ash (par Valentina Remenar)
× Appartement : Jules Verne
× Métier : Vétérinaire
× Epitaphes postées : 536
× Øssements911
Je ne veux pas répondre
× Inscription : 15/01/2019
vampire
Terminé #1le 15.01.19 21:51

Prologue


AVERTISSEMENT
CERTAINS PASSAGES DE CE RÉCIT SONT SUSCEPTIBLES DE HEURTER UN PUBLIC JEUNE OU SENSIBLE.
MERCI DE VOTRE COMPRÉHENSION, ET BONNE LECTURE.


Merle • L'oiseau rare 19011508153123907916077975

Oraison

L'odeur des fleurs des champs est douce, et pourtant presque enivrante. Je m'agenouille, l'œil fixé sur un coquelicot. Comme souvent, je suis tenté de le cueillir. Et comme toujours, je me retiens de le faire. Je sais qu'il ne faut pas longtemps aux pétales pour se détacher. Et la fleur meurt, trop vite. Alors je me contente de frôler le velours de sa corolle. C'est doux. Une sensation agréable, comme le duvet d'un oisillon.
Je reprends ma déambulation nonchalante. Je n'ai rien d'autre à faire que respirer le parfum délicat diffusé dans le vent... je me laisse tomber dans le blé. Les épis pleins me chatouillent le dos, la paille pique un peu. Je les ai écrasés, c'est ma punition. Les yeux ouverts, je vois les pétales écarlates s'envoler... comme les gouttes de ma vie.


Merle • L'oiseau rare 19011508153123907916077975

C'est l'heure du réveil. Une piqûre dans le cou. Ce n'est rien. Peut-être me prélèveront-ils seulement du sang jusqu'à ce que mon corps épuisé me renvoie dans mes souvenirs. Ou m'injecteront ce liquide qui seul me permet de voir et d'entendre. Ce qui revient au même, je le sais. Cela n'est... qu'un rêve de plus.
C'est une injection. Le liquide est froid dans mes veines. Froid... Encore. Je n'aime pas avoir froid. Je n'ai rien pour me réchauffer. Si je pouvais m'enrouler dans une couverture... si je pouvais serrer mes bras et mes jambes contre moi... Je sens qu'on me soulève. Des mains brutes et fortes, qui pourtant prennent garde à ne pas me blesser. Ce n'est pas le sujet du jour.
Brusquement mon corps plonge dans l'eau glacée. Je la sens me mordre la peau. S'incruster dans chaque pore. Pénétrer ma chair, paralyser mes muscles. Je sens les spasmes de mon épiderme, de plus en plus fort. De plus en plus profond. Puis je sens mon cœur ralentir. Peut-être s'arrêtera-t-il cette fois. Je l'implore. Ralentis... encore... encore.
Suis-je encore vivant ? Mon cerveau me dit que oui. Idiot de cerveau. Vas-tu te taire ? Il me fait mal lui aussi. Ca tourne. Je m'envole. C'est bien non ? Je suis paralysé. Im Westen nichts Neues.
* Mon cœur rate un battement. Puis deux. Vais-je m'endormir ? Un choc. Il repart. Irrégulier. Mais je suis encore là. Laissez-moi dormir !

Merle • L'oiseau rare 19011508153123907916077975

Les noms que mon frère et moi portons ne nous ont pas été donnés par hasard. Tout un symbole, pour une période qui ne devait plus jamais se reproduire. Je n'imagine même pas ce qu'on pu ressentir nos parents lorsque notre état civil a changé. Pour eux-mêmes, ils disent que ça importe peu. Ce n'est qu'un nom. Mais pour nous... Maintenant, j'ai peur. Tout a changé tellement vite. Nous sommes trop vieux pour les Hitlerjugend * mais je fais face à un nouveau problème. J'ai été convoqué par l'université.
Je dois répondre aux questions en allemand. Je maîtrise parfaitement la langue, ce n'est pas ce qui me gêne, même si je dois refréner ma tendance au patois. La femme en face de moi porte un béret gris et un aigle sur son tailleur. Je refuse sa proposition. J'essaie de le faire avec aplomb, mais en réalité, je n'en mène par large. Elle me dissèque du regard, elle insiste. J'ai un profil parfaitement adapté. Par mon sang, mon apparence. Je le sais, je colle à ce concept de race. Mais je refuse. Poliment, j'explique que j'ai déjà effectué mon service militaire, et que je souhaite terminer mes études. Elle me demande mon nom. Je pars en lui laissant un blanc.


Merle • L'oiseau rare 19011508153123907916077975

C'est son tour aujourd'hui. Ca fait quelque temps que j'arrive à le reconnaître. Les intervenants ne sont pas si nombreux. Peu à peu, je réussis à les identifier. C'est un homme, je le sens à la largeur de ses paumes. Il y a quelques femmes aussi. Mais malgré la douceur réputée féminine, lui a plus d'égard pour moi que tous les autres. Les autres... me traitent comme si j'étais de la viande hachée.
Je doute qu'il sache que je pense à lui, à l'instant. Que je pense tout court. Pour lui aussi, je ne suis qu'un outil. Mais peut-être est-il simplement quelqu'un... qui prend soin de ses outils. Pitié... arrête. Ne prends pas soin de moi. Délivre-moi.


Merle • L'oiseau rare 19011508153123907916077975

Main dans la main. Ma valise est prête. Le train pour Limoges part demain. Mais je n'ai pas eu le temps de fuir. Je suis tétanisé. La peur de mourir est plus forte que tout. Lui, se bat. Il refuse que l'on nous sépare. Ils ont dû le saisir à bras le corps pour l'éloigner. Je les regarde le rouer de coups, impuissant. Mon meilleur ami, mon complice. J'ouvre la bouche pour crier qui il est. Que nous ne sommes pas dans l'illégalité. Je n'ai pas le temps, ils l'ont éloigné, hors de ma vue. Quelques minutes plus tard, alors qu'ils m'emmènent, j'entends un coup de feu.
Menotté, j'ai arrêté de marcher, les yeux dans le vague. Ils doivent me traîner, presque me porter. Loin, quelque part, j'ai conscience du choc. Mais je ne réalise pas. Et je ne résiste pas. Déjà, la culpabilité me ronge. Cette arme à sa ceinture, j'aurais le temps de m'en saisir. Je pourrais tirer. Et puis... je mourrais. Ils m'enferment dans une cellule. Je n'ai pu prévenir personne. Ma famille, tronquée d'un de ses membres. Personne ne sera averti. Je ne sais pas ce qui m'attend.


Merle • L'oiseau rare 19011508153123907916077975

Mon propre cri me réveille. Je sens ma peau en sueur, mais le son ne se répercute qu'entre les parois de mon crâne. Incapable de pleurer, seul mon cœur saigne. Pardonne-moi... Je sens des courants d'air, des corps en mouvement autour du mien. Comme à chaque fois que mon cœur accélère. Ils doivent savoir qu'aucune nouvelle aiguille n'a pénétré ma chair. Peu importe. Ils peuvent me faire ce qu'ils veulent. La seule chose qu'ils ne veulent pas, c'est me laisser mourir.

Merle • L'oiseau rare 19011508153123907916077975

Le roulis du train pourrait presque m'endormir. Presque. Même si j'ai fait du mieux pour ça. Calé dans un coin sans confort, enroulé dans mon manteau, je veux juste ignorer ce qui m'entoure. Les pleurs, les supplications... les cris. Certains murmures parlent de ce qui nous attend à destination. Du travail forcé. Un entrainement militaire. Un lavage de cerveau. Une mort atroce. Ils commencent à parler d'exécution. Ca vire à la paranoïa. Quelques uns parlent plus calmement et réussissent à apaiser les esprits. Tous sont des réfugiés, des opposants politiques. Des étrangers ou des indésirables.
Bombe. Ce mot capte mon attention. Ils ont un plan pour s'évader, mais ont besoin de la complicité de tout le monde. De tout le monde ? Au bout d'un moment, je sens l'attention qui s'est dirigée vers moi. Quelques uns me dévisagent ostensiblement. Je comprends leur intérêt, ceux-là ont dû entendu mon nom. Et j'ai les cheveux blonds. Une belle gueule de nazi.


Tu parles allemand, non ?
Positiv, Leiter.*

Et avec un bon accent en plus. Je dois vraiment avoir envie de mourir. Une main se tend vers moi. Sans réfléchir, je la saisis.

Voilà ce qui va se passer...

Merle • L'oiseau rare 19011508153123907916077975

Tout était censé se dérouler sans accroc. Le plan était bien ficelé. Pourtant... quelque chose a mal tourné. J'étais encore avec les soldats quand le compte à rebours est arrivé à zéro. En plein cœur de l'explosion. Cette lumière aveuglante, c'est la dernière vision du monde qu'il m'aura été donné de voir. Mais cette douleur... la déchirure de mes membres, l'écartèlement de ma chair... elle continue bien après. C'est ma malédiction. Je ne peux plus voir, ni entendre. Mais je sens tout. Et surtout... je continue à penser.
Mon esprit moribond ne s'articule pourtant qu'autour d'une seule pensée. Je sens tout. Absolument tout. Les morceaux d'étoffe déchirée et les éclats de métal enfoncés dans mes muscles, les miettes de mes os qui percent ma chair, le sang qui coule de mes membres absents. La brûlure caustique qui transforme mon corps entier en brasier et me fait perdre la raison.

Mon corps est propulsé par le roulis du train d'un bout à l'autre du wagon, cognant parfois contre quelque chose de mou... un autre corps. Je m'en rends à peine compte. Le train... ne s'est pas arrêté. Chaque mouvement provoque une douleur plus atroce encore. C'est inéluctable. Je suis déjà dans le noir, mais je ne peux pas supporter cette souffrance un instant de plus. Rideau.


Merle • L'oiseau rare 19011508153123907916077975

Pourquoi ai-je arrêté le piano ? J'étais plutôt doué, juste pas très assidu. Mon ambition se limitait à quelques classiques. Drôle de pensée alors que je fais du tourisme.

Je suis en visite dans le château de Hochkönigsburg.
* Je déambule paresseusement au milieu d'autres visiteurs. Je m'attendais à des ruines, mais il est parfaitement restauré. Les tentures sont colorées comme à l'époque. De salle en salle, je découvre meubles et dorures, et je me sens comme un prince.
Au milieu d'un vaste salon trône un piano à queue. D'un noir brillant, parfaitement lustré. Le couvercle est ouvert. Avec un plaisir coupable, je laisse mon doigt frôler une touche. Lisse et satinée. Le son est juste, et très pur. L'acoustique est parfaite. Je regarde autour. Je suis seul. Je m'installe sur le tabouret. Les notes me viennent toutes seules, sans partition. Mes doigts sautent noires sur blanches, de silences en croches. La sensation un peu lourde des touches s'atténue rapidement, l'instrument se fait mien. Mes mains virevoltent comme si je tapais moi-même les cordes. Le toucher perlé sous mes doigts augmente mon engouement. Je... n'ai jamais aussi bien joué.

Alors que mon concerto prend fin, j'entends un tonnerre d'applaudissements. Je me lève, la tête dans les nuages, et salue le large public qui s'étend devant moi, noyé dans la pénombre de l'auditorium. Ce soir, je me sens comme Beethoven. Et c'est vrai que... comme lui, je suis sourd.


Merle • L'oiseau rare 19011508153123907916077975

Je ne l'entends pas arriver. Mais je le sens. Ces mains... ce sont celles d'un boucher. Il appuie sous mes côtes, tapote jusqu'en bas de mon ventre. Comme les autres fois. C'est la troisième, non, la quatrième ? J'espère juste que ce sera la dernière. Le tranchant de la lame mord ma chair, la perce et la déchire. Elle suit les contours d'une plaie qui n'a pas eu le temps de cicatriser complètement. Ils triturent dans mes viscères. Encore une fois, ils vont me retirer un organe, en couper un autre. Mentalement, je ferme les yeux. La douleur est atroce, mais ce n'est qu'un parasite sur la toile de mes pensées.

Merle • L'oiseau rare 19011508153123907916077975

J'ai croisé une petite fille brune dans la rue. Une pensée amusante m'est immédiatement venue. Elle pourrait s'appeler Sophie. A-t-elle essayé de se faire friser les cheveux sous la pluie ? Elle a un air de petite princesse. J'évite de la fixer trop longtemps, mais très vite, les images d'une vie de château s'imposent à mes yeux. Je l'imagine petite fille modèle, adorable et obéissante, aimant jouer avec ses poupées et sortir dans le jardin. Une vie toutefois un peu trop solitaire pour une fillette, elle rêve de se faire des amies.

La première fois, je lui ai inventé une histoire. Cette fois, je vais le lui demander. Elle tient la main d'une femme, certainement la reine du château. Dans les miennes, se trouve un Teddy Bear. Il est moelleux sous mes paumes, ses poils doux et réconfortants. Idéal pour qui cherche un ami.
Penché vers la petite fille, je lui tends l'ours en peluche avec un sourire. Un présent étonnant, venant d'un étranger. Mais sous les yeux incrédules de sa mère, elle l'accepte, et me sourit à son tour.


Comment t'appelles-tu ?
Sophie.
Es-tu heureuse, Sophie ?
Oui, jusqu'à l'inondation.

Merle • L'oiseau rare 19011508153123907916077975

Rupture. Je sens le liquide chaud qui réchauffe ma peau, une marée qui se répand jusque dans mon dos. Il coule en abondance. Panique autour de moi, je sens le vent quand ils courent, je sens la frénésie de leurs gestes. Ils ont raté leur coup ? Mon cœur est en panique, il bat frénétiquement pour compenser la perte. Il ne fait que l'accélérer. De plus en plus fort. Moi, je suis calme. Je ne sens plus que lui. Et je m'en réjouis. Le froid me gagne. Bientôt, il lâchera son dernier battement. Ils ne pourront plus me retenir prisonnier ici.

Merle • L'oiseau rare 19011508153123907916077975

La brèche est colmatée. La chaleur revient. Non... Je retrouve mes sensations alors que l'oxygène revient alimenter mes organes. Tout mon corps est sensibilisé. J'ai mal partout. Jusque dans les membres que je ne possède plus. Mais pire que tout, la douleur sous mon diaphragme. Intense, intenable. Je ne le situe que trop bien. Ils m'ont encore privé d'un morceau de foie. Je l'ai dit, un boucher. Mon cerveau vrille. Tiens... le silence est assourdissant. C'est vrai... comme Beethoven, je suis sourd.

Merle • L'oiseau rare 19011508153123907916077975

Merci...

Ce mot, je ne peux que le penser. Mais c'est un soulagement. Enfin...
J'ai senti une piqûre. Non, deux piqûres. Très proches, dans mon cou. Quelle différence, une, deux, ou trois de plus. Mais la main qui s'est posée sur moi m'est inconnue. Elle me paraît fraîche, comparée aux autres. Elle vient de dehors. Et est étonnamment douce. Presque caressante sur ce qu'il me reste de joue.
La personne au bout de cette main inconnue s'est penchée sur moi. Ces piqûres, c'est comme un baiser. Je sens le sang qui s'écoule hors de mon corps. Je manque d'oxygène, l'euphorie me  guette. J'ai l'habitude. Mes muscles s'engourdissent peu à peu, la sensation se propage. J'ai la tête lourde. Légère. Je ne sais plus. Je me sens partir. Je voudrais sourire. Ce baiser, j'en ai rêvé si longtemps... Je m'endors, enfin... pour ne plus jamais me réveiller.


Merle • L'oiseau rare 19011508153123907916077975

Epitaphe

Je pose ma plume. L'encre a noirci de nombreuses pages. Je redécouvre que j'ai une belle écriture. Hésitante, tremblante au début, à cause de mes doigts gauches et gourds, elle s'est affirmée au fur et à mesure, allégée en de beaux déliés. J'ai toujours eu les mains, les doigts agiles : je retrouve cette sensation.
Point final ? Non, ce n'est que le début. Je ne fais que commencer cette nouvelle vie, en respectant la première de mes promesses : écrire ce que j'ai vécu. Je me suis découvert une excellente mémoire. Mais elle n'est pas visuelle, ni olfactive. Elle est tactile. Savez-vous comment j'ai choisi cette plume ? Et ce cahier ? En fermant les yeux. Je le sens encore sous la pulpe de mes phalanges. C'est le grain du papier qui m'a inspiré.

Je range le cahier dans un tiroir. Promesse tenue. Celle du partage attendra. Je ne vivrai pas dans le passé. Je préfère que les gens apprécient celui que je suis plutôt qu'ils ne prennent en pitié celui que j'ai été. Je sais que je ne suis pas prêt à assumer ces regards. Tout ce qui compte est le sourire que les lèvres retrouvées peuvent désormais dessiner. Je le sens qui étire les traits de mon visage. Oui... je souris. Verrouiller ce tiroir... c'est comme une promesse d'aller de l'avant.



Légende:
Lexique :

* A l'ouest rien de nouveau : roman de Erich Maria Remarque paru en 1929, décrivant la première guerre mondiale vue par un jeune soldat allemand.
* Jeunesses Hitlériennes
* Affirmatif, Chef
* Château du Haut-Kœnigsbourg : ancien château fort du XIIe siècle situé à Orschwiller dans le Bas-Rhin (Alsace).


Merle Blanc
vampire

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Merle • L'oiseau rare XyYk8hR16/100Merle • L'oiseau rare IUyLEY2  (16/100)
× Présence: présent
× Evolution : Merle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare Empty
Merle • L'oiseau rare Empty × Age de la mort : 25 Masculin
× Age post-mortem : 99
× Avatar : Jack (par Kate) ; Ash (par Valentina Remenar)
× Appartement : Jules Verne
× Métier : Vétérinaire
× Epitaphes postées : 536
× Øssements911
Je ne veux pas répondre
× Inscription : 15/01/2019
vampire
Terminé #2le 15.01.19 21:54


"Je rêve encore."


Identité

NOM : Blanc / Weiß
PRÉNOM : Merle / Amsel
DATE DE NAISSANCE : 21/06/1919
DATE DE MORT : 09/04/1945
NATIONALITÉ : Français (Alsacien)
LANGUE(S) PARLÉE(S) :
Français (langue natale)
Alsacien (langue natale)
Allemand (langue natale)
Anglais (bonne maîtrise - pré-mortem)
Japonais (maîtrise moyenne - post-mortem)
Braille (maîtrise moyenne - post-mortem)
Tenji (en cours d'apprentissage)
Quelques dialectes parmi les langues thaïes, altaïques et birmanes (en cours d'apprentissage)
RACE : Vampire
GROUPE SANGUIN : AB -
PERSONNAGE DE L'AVATAR : Jack (illustré par Kate) ; Ash (par Valentina Remenar)



Résumé

Couleur de peau : légèrement hâlée
Couleur des cheveux : Blancs / Blonds foncés*
Couleur des yeux : Gris clair / Indigo-noir*
Corpulence : Athlétique (~61 kgs)
Taille : Moyenne (1m76)
Style vestimentaire : Années 40
Habitudes :
- Il a un air rêveur. Cette impression est renforcée par la teinte de ses yeux, lesquels affichent souvent un demi-sourire.
- Il ferme souvent les yeux, sans raison apparente. Cette habitude va souvent de pair avec la suivante.
- Parfois, il se tient juste immobile. Mais son immobilité est tellement parfaite qu'elle en est presque inquiétante.

*cf développement



Précisions

Merle a un certain nombre de petits "secrets", dont il ne parle pas ou peu, quoiqu'ils ne soient pas forcément ou particulièrement honteux. A lire après le développement, si possible !

Spoiler:
- Il abhorre la solitude. S'il peut apprécier d'être seul pour certaines activités, la plupart du temps il cherche de la compagnie. De fait, il apprécie la vie en collocation, et sort beaucoup, ne restant jamais longtemps seul dans l'appartement. Cela ne signifie pas pour autant qu'il parle beaucoup.*
- Il est très - trop - tactile. Il a littéralement la sensibilité à fleur de peau. Et que ce soit avec les objets ou les gens, il a toujours besoin de toucher pour apprécier réellement quelque chose ou se l'approprier. En revanche, il fuira tout contact inattendu venant de l'extérieur.
- Il est un brin transformiste. Qu'il s'agisse de changer de sexe ou d'apparence complète, il teste. D'autres sensations, ses propres limites. (Il se fournit donc en potions à intervalles réguliers.)
- Il mène une vie multiple. Vétérinaire pour animaux sauvages (et chimères ? Merle • L'oiseau rare 1005599819 ), parfois accompagnateur pour jeunes vampires. Ce que l'on ignore c'est qu'il est occasionnellement oiseau de nuit, pour combler les envies que peuvent susciter les trois points précédents.
- Il ne parle jamais de son passé.* En dehors de l'Agence, il est facile de penser qu'il en a honte, car quand on aborde le sujet, il rougit facilement. Il avancera toujours que le passé ne compte que pour ce qu'il apporte à l'avenir. Il sait qui il est, et ça lui suffit.
- Il est passionné d'oiseaux, et en particulier de rapaces. Bon, ça, ce n'est pas un secret, il a même à son cabinet une volière avec un faucon gerfaut et un épervier. Et tout l'équipement qui va avec. Fauconnier ! Autant dire qu'en termes de soins, c'est ça, sa véritable spécialité.
- Il est fasciné par les chimères. Orienté par sa tendance au lyrisme et sa vision onirique, c'était inévitable. Mais chut ! Un peu comme les animaux sauvage, pour pouvoir les approcher il ne faut pas qu'elles sachent qu'on s'intéresse à elles.


* Les développements sont faits uniquement pour la fiche, il ne parlera pas autant ni si facilement. En dehors de l'Agence connaître son histoire relève de l'improbable / impossible.


Rencontre

Vous n'êtes qu'un étranger pour lui, et réciproquement. Mais vous avez entendu parler de lui, et sa curiosité envers autrui le pousse dans une certaine mesure à satisfaire celle des autres. Vous le voyez vêtu comme il en a l'habitude, en jeune homme bien élevé des années 40. Mais ce qui vous interpelle le plus est son regard. Il vous parait mélancolique, jusqu'à sa couleur... indéfinissable. Etrange. Il n'exprime rien de triste cependant. Au contraire, il sourit. Et la voix qui s'élève, grave et douce, un peu suave, correspond à la même description. Rêveur. C'est le terme qui correspond le mieux à celui qui se présente devant vous.

Que je me décrive ? Vous parlez d'une colle ! Il rit. Vous savez depuis combien de temps je ne me suis pas regardé dans un miroir ? Il fait un léger geste de la main, reniant ce qu'il vient de dire. Je n'ai pas l'habitude de parler beaucoup, mais pour vous, je vais jouer le jeu.

Je sais que je ne suis pas très grand, d'aucun dirait que je suis plutôt fin. Certains ont plaidé cette raison pour ma dispense au service militaire. Mais c'est faux. Nul n'en était dispensé, et quoiqu'ils en disent, j'ai déjà manié un fusil. Mon potentiel ne s'est simplement jamais exprimé dans les armes, la violence, ou l'exercice physique.
Contrairement à ce que pourraient suggérer ses paroles, il ne laisse entendre aucune trace d'amertume. A l'inverse, il semble parfaitement serein, en paix avec ses défauts et le jugement des autres.

D'instinct, j'aurais dit que je ne me soucie pas de mon apparence, mais ce serait un joli mensonge, et je crois qu'il suffit de me regarder pour le comprendre. Cela peut sembler paradoxal avec ce que j... Enfin. C'est surtout que j'aime les détails impromptus, qui surprennent sans vous sauter à la face.

Mon style vestimentaire fait un peu désuet dans ce monde, j'en suis conscient. Même si le temps passe, je reste attaché à mon époque, vous l'avez déjà constaté. Un veston par-dessus une chemise et un pantalon droit, parfois accompagné d'une veste, c'est ce que j'ai l'habitude de revêtir. En revanche la cravate ou le nœud papillon, ce n'est que pour les évènements.
Mais ne vous y trompez pas, je sais aussi m'adapter. Ces vêtements que vous nommez "jeans", "t-shirts" et "baskets" font aussi partie de ma garde robe.
Il baisse légèrement les paupières, mi-amusé, mi-gêné. Je crois que je ne me ferai jamais à ce mélange des langues.

Vos yeux se portent malgré vous sur un détail que vous aviez déjà noté. Il a mentionné apprécier les "détails impromptus". Visiblement ses cheveux en font partie, cela ne vous a fait réagir qu'à retardement. Son regard pétille lorsqu'il réalise le sujet de votre attention, et il soulève les petites tresses pour les mettre à hauteur de sa frange, renforçant la bipolarité de leur couleur.

Ca me fait plaisir de voir que vous l'avez remarqué, ce n'est pas si évident. A dire la vérité, lorsque mes cheveux ont repoussé, j'ai eu la surprise de les découvrir blancs. Seule une mèche, bien cachée à l'arrière de mon crâne, est restée de ce blond foncé un peu fade.
J'ai du mal à faire confiance aux "nécromanciens", mais me regarder dans le miroir était trop perturbant. Alors j'ai demandé une potion pour retrouver ma couleur naturelle. C'est l'alchimiste qui s'est occupé de moi, qui a remarqué la rescapée. Et qui m'a fait une suggestion. Parce que cela m'amusait, je l'ai écouté.
Depuis, je me suis habitué à mon apparence, mais je garde cette petite originalité. J'ai donc le plus souvent les cheveux de ce blond qui me caractérise. Et cette mèche devenue blanche par inversion, je l'ai laissée pousser pour qu'elle soit visible. Je pense que vous vous rallierez à mon avis : tressée, elle apporte un contraste sympathique.


Les yeux mi-clos, il a également remarqué la sorte d'attraction qu'ils ont exercé sur vous en guise de première impression. Quand il reprend, c'est pour parler d'eux.

D'ordinaire, j'ai les yeux d'un gris très clair. Mais la potion d'inversion a un effet secondaire : elle les assombrit. D'un gris d'orage au noir, en passant par une sorte d'indigo que j'aurais du mal à décrire autrement. Cela dépend du dosage. Je l'avoue, je n'ai pas souhaité éliminé cet effet secondaire, ma foi, lui-même plutôt plaisant. Ce n'est pas la pire excentricité qu'il m'ait été donné de voir, et c'est un bon indicateur. La posologie idéale pour ma morphologie donne ce gris indigo si particulier. Je l'ai intégré comme une partie de moi.

Il se permet une légère pause. Il semble avoir la vingtaine bien tassée, mais vous savez que même physiquement, il paraît déjà plus jeune que l'âge réel de son décès. Et sa façon de parler, claire et posée, indique un vécu plus important que cela. Il n'est pas difficile de deviner son époque d'origine, vous en aviez déjà fait la déduction. Il précède votre question concernant son vécu.

Autrefois, j'étais plutôt solitaire. J'avais peur du changement, j'en devenais introverti. Je n'assumais que difficilement les rêves qui se dessinaient dans mon esprit, et ai renoncé à bon nombre d'entre eux. Pour ainsi dire, je n'avais aucune ambition.
La seule que j'ai assumée était celle d'une passion, qui ironiquement, allait parfaitement de pair avec mon nom. Mais là encore, ce n'est que grâce à mon frère que j'ai osé franchir le pas. J'ai commencé à réaliser que mon travail n'était pas vain, et que mes rêves valaient peut-être la peine que je me batte pour eux.

C'est quand ce début de confiance en moi s'est installé que... tout est arrivé. La terreur a succédé à la peur, ruinant le travail que j'avais fait sur moi depuis des années. Dans ce contexte, j'aurais peut-être pu devenir quelqu'un. J'aurais pu agir. Mais j'en ai été incapable. Je n'ai été que spectateur jusqu'à la fin. Je n'ai pas peur de le dire car je le vois nettement aujourd'hui : j'étais lâche.
Et ce n'est que lorsque j'ai été privé de la capacité d'agir que j'en ai retrouvé la volonté. Mes souvenirs, mes rêves, ont égayé mes journées, que le qualificatif "morne" est bien loin de pouvoir représenter. Cela resterait des rêves, à jamais. Mais quelque part entre la souffrance et le désespoir, je ne m'étais jamais montré aussi positif.

Aujourd'hui, je revis. Ces rêves qui m'ont bercé vont devenir réalité. C'est une promesse que je me suis faite. Tout ce qui me passe par la tête, je le réaliserai. Si je n'ai pas le temps aujourd'hui, je le ferai demain. J'ai tout le temps dont je peux rêver. Et ce monde m'offre encore de nouvelles raisons de m'extasier. Je vais de passions en frissons, et cherche à découvrir et me rapprocher des lieux comme de ses habitants.

La rancœur ? Elle n'a pas sa place dans le mien. Le monde est bien trop vaste pour s'attarder sur le passé. J'ai vingt-cinq ans et je les aurais éternellement. On me pense naïf, et c'est un peu vrai : pour chaque nouvelle découverte, je conserve précieusement mon âme d'enfant.
Je ne sais pas qui, je ne sais pas pourquoi, mais on m'a donné une chance. Et cette chance, je vais la saisir.


Il soupire longuement, baissant la tête et les yeux. Prononcer son crédo à haute voix parait le rendre plus concret, comme un engagement, une promesse. Serment qu'il s'est déjà fait, sans nul doute, à lui-même.

Pour conclure, je dirai simplement que je suis fier de ce que je suis et de ce que je deviendrai. Je trouverai toujours de nouvelles choses pour m'émerveiller. Je peux avoir souvent l'air absent, mais il n'y là rien d'inquiétant. Ce sourire, je le sais présent dans mes yeux dès que mon attention se porte sur mon entourage, qu'il soit présent ou non sur mes lèvres.

Un rêveur. Après son petit discours, cette impression n'en est que renforcée. Contrairement à beaucoup, il ne s'est pas laissé dévoré par son passé et le prend pour ce qu'il est : le passé. Mais bien qu'il pense en avoir terminé et s'apprête à mettre fin à l'entretien, vous le prenez de court avec une question qu'il n'attend pas. Bien renseigné ou bluff, allez savoir...  Vous lui demandez tout de go s'il aime se transformer en femme*.  Ses yeux darkslateblue vous regardent sans ciller, mais la rougeur de ses joues donne à son visage de rêveur un air tout à fait charmant.

Comment en avez vous attendu parler ? Je n'en ai pas dit un mot à quiconque...

Dans le mille. Bien sûr, qu'il n'en parle pas. Mais il y a toujours au moins une personne au courant. Cela fait partie de ses secrets les mieux gardés. Oserez-vous aborder les autres ? Allez, juste pour le voir rougir encore un peu... il est si mignon. C'est justement cela qui fait que vous y renoncez.
Fier de votre petite victoire, vous le quittez avec un sourire. Lui reste, un peu déstabilisé par ce revirement soudain. Les détails impromptus, n'est-ce pas ? Qui sait, peut-être aurez-vous l'occasion d'en reparler...


Légende:
* cf l'encadré des Précisions


Observation

Les dossiers des fantômes sont tous tôt ou tard, classés et rangés, selon leur époque et la nature de leur décès. Celui-ci a été ressorti des archives par un psychologue, car le patient a fait une demande particulière lors de son retour à Tokyo. Il a émis le souhait de parler avec un spécialiste. Un rendez-vous a donc été fixé.
Sur le dossier figurent trois noms distincts, sans qu'il ne soit précisé lequel est le véritable patronyme du concerné : Merle BLANC, Amsel WEIß et Friedrich WEBER. Les deux premiers étant fondamentalement les mêmes, le spécialiste penche pour un pseudonyme et assume que le dernier désigne son identité réelle. Il se renseignera avant l'entretien.
Il a rajouté lui-même le numéro de téléphone dans le dossier. Mentionné comme "A ne contacter qu'en cas d'urgence". Afin de lui rappeler son rendez-vous, il appelle. Cela ne décroche qu'au bout de plusieurs longues sonneries.


Veuillez patientez un instant, que je finisse avec mon patient.

C'est vrai. Il est vétérinaire. "Faune sauvage et exotique". Cela explique le feulement sourd et rauque qu'il entend à l'autre bout du fil. Ce n'est certainement pas un chat. Le calme revient.

Que puis-je pour vous ?

Diligemment, il bat le rappel. Après un silence un peu trop long pour être naturel, la voix répond simplement, d'un ton presque joyeux.

C'est vrai, c'est aujourd'hui.

A l'heure fixée, le psychologue voit arriver le jeune homme. Il est loin de la description que l'on peut faire d'un cas psychologique. Il salue le médecin de manière avenante, malgré ce qui l'attend. Il a une démarche sûre, un sourire qui se lit plus dans ses yeux que sur ses lèvres, il semble pour ainsi dire, pleinement épanoui. Et la même impression se dégage de lui, même au moment où il lui demande de faire un résumé de sa vie pré-mortem.

Je suis né à la fin de la première guerre. On ne peut pas dire que ce soit le meilleur contexte, mais j'avais la chance d'avoir une famille aimante. Thibault et Adelaïde Blanc, mes parents. François, mon frère.  Mon frère... Vous savez, c'est grâce à ses encouragements, que j'ai pu commencer mes études vétérinaires. Etudes qui se sont bien vite retrouvées écourtées par mon service militaire, mais ça compte. Je me suis engagé de manière précoce, pour le suivre.

Malheureusement, quand je suis revenu dans ma famille, tout avait déjà commencé à changer. Vous devez comprendre de quoi je parle. C'était en 1939. Strasbourg est une ville frontalière, et le danger se ressentait jusque derrière nos lignes fortifiées. L'évacuation avait commencé. Mais parce que François et moi revenions tout juste de l'armée et que nous avons émis le souhait de reprendre nos études, nous avons pu rester. Rétrospectivement, c'était une erreur. Mais comment pouvions-nous savoir ?

L'année suivante, la Blitzkrieg
* scellait nos destins. Sincèrement, les accords de l'armistice étaient loin de notre quotidien. L'armée allemande s'est installée chez nous. Bien que nous parlions déjà sa langue, elle nous l'a imposé. J'ai moi-même dû arracher affiches et écriteaux en français des murs de l'université. Ceux qui étaient "trop français" ont été contraints à l'exil. Nous aurions pu, nous aurions être de ceux-là. Mais notre famille était déjà assimilée Volksdeutsche *, et a été priée de changer de nom. Par peur ou par facilité, nous avons accepté cet état de fait, et sommes devenu la famille Weiß : Diebold, Adelheid, Franz, et moi-même, Amsel. En réalité... c'était dur. Très dur à accepter.

Et puis... est venu l'enrôlement de force dans la Wehrmacht
*. François et moi étions trop vieux pour les Hitlerjugend *, mais pas pour ça. Cela concernait notre père, également. C'est là que nous nous sommes réellement accordés pour partir. Mais c'était déjà... en quelque sorte... trop tard.
J'ai été arrêté.
Bien qu'il n'ait pas arrêté de parler depuis le début, d'un ton qui se veut détaché et égal malgré l'émotion qu'il suscite, le psychologue note ici un passage sous silence. De là, tout s'est passé très vite. Avant de devenir au contraire, très lent. J'ai été mis dans un train direction Dachau. Je ne savais pas ce que ce nom signifiait. Personne n'en avait idée. Un camp de travail, un camp de redressement. Pour les gens qu'ils estimaient devoir remettre dans le 'droit chemin'. Nous en étions loin.

Il y avait des résistants dans le train. Ils m'ont offert au pied levé la seule chance que je n'aurais jamais de faire partie de leurs rangs. Je me suis un instant laissé bercer par cette illusion. Le plan consistait pour moi à déposer une bombe dans le wagon des gardes, ce qui serait une diversion suffisante pour nous permettre de nous échapper avec les autres prisonniers. Sauf que la bombe... a explosé trop vite, trop tôt.
A partir de là, je ne savais plus où j'étais ni ce qui se passait. Ce n'est que depuis que je suis ici que je suis capable de recoller quelques morceaux.
A ces mots il laisse entendre un rire ambivalent : est-il joyeux ou sarcastique ? Le trait d'humour noir ne peut cependant échapper au praticien. Littéralement.

J'ignore pourquoi ils m'ont laissé en vie. Je n'ai appris qu'en arrivant ici que l'on m'attribuait un autre nom. Friedrich Weber. Ils ont dû me prendre pour un Aryen pure souche, je ne vois que ça.


Les raisons, le médecin peut se les figurer, en plus de celle qu'il vient d'avancer, subjectivement valide aux yeux des nazis. Après quelques recherche, ce Weber s'est révélé être un allemand pur sang, un SS exemplaire, décrit comme en tous points loyal au Reich. Même si son identité était un faux, le fait d'avoir survécu à l'explosion démontrait une grande résistance, en plus de posséder un groupe sanguin extrêmement rare.

Toujours est-il que le train a continué jusqu'à sa destination. La suite... vous la connaissez.

Non, il ne la connait pas. Il ne peut que vaguement l'imaginer. Et vu sa conclusion hâtive, c'est justement de cela qu'il espérait entendre parler. Dachau... Rien que le nom fait frissonner. Il est inutile de lui forcer la main.

Ce que je peux vous dire, c'est ce qui m'a permis de tenir. Tout ce temps sans bouger, sans lumière, sans son, sans odeur, je l'ai passé à rêver. Grâce à ça, à mes histoires, à mes souvenirs, la souffrance  passait au second plan, et devenait presque... supportable. Malgré sa volonté, il a la gorge serrée. Le dire, c'est quand même quelque chose. Il le répète, comme s'il venait de réaliser. J'ai passé... deux ans à rêver.

Le seul sens qu'il n'a pas évoqué est le toucher. Le seul qui lui restait. Les expériences effectuées par les Nazis ont été répertoriées, mais jamais de façon exhaustive. Il est impossible de savoir quel traitement il avait réellement subi. La seule certitude : c'était inhumain. Cruellement mutilé et incapable de réagir, un corps considéré sans âme, il était un sujet idéal, docile et silencieux, pour tous types de tests. Faisant écho à ses pensées, son patient reprend la parole, avec une tonalité étrangement douce.

Ironiquement, le "mannequin vivant" que j'étais leur était plus précieux que la vie de centaines de gens parfaitement valides.

Sa voix est triste, mais le psychologue le voit dans ses yeux, pas pour lui-même. Un corps sans âme... Son corps lui a été rendu dans l'au-delà, mais d'âme jamais il n'a été privé. Il note pour lui-même que la sensibilité physique et psychique de son patient est exceptionnelle. Le paradoxe est frappant. Il était - et est toujours - bien plus humain que ses bourreaux.

Et j'ai un regret : je n'ai aucun moyen de savoir qui m'a délivré.

Il sourit, et c'est loin de l'idée d'un sourire forcé. La psychologie humaine peut réserver bien des surprises. Ce drôle d'oiseau porte bien son nom. Malgré l'horreur suggérée, il semble vivre en harmonie avec ses souvenirs, les assumant parfaitement. Et le médecin doute qu'il en ait perdu un seul. Les tests ont révélé une excellente mémoire. Quoique principalement basée sur les sensations tactiles... évidemment.

Compréhensif, il prend le parti de passer à la suite. Il lui propose un café, un thé, histoire de lui accorder un répit. Puis quand il est prêt, il lui demande cette fois d'exposer sa vie post-mortem. Une bonne façon de revoir son jugement s'il a tiré trop hâtivement les conclusions sur sa sanité d'esprit.


Je pense m'être bien adapté. Quoiqu'être accueilli au Japon, par un Japonais, était plutôt un choc, je dois l'avouer. Mais le choc... Le psychologue note : à cette mention, toute trace de trouble potentiellement laissé par son récit précédent a disparu, ne laissant que le jeune homme ouvert qui est entré dans son cabinet : il rit. ... était partagé, je crois !

J'ai appris ce que j'étais, et l'idée de boire du sang m'était difficile. J'ai très vite envisagé d'avoir recours à des poches, mais mon séjour au Japon m'a fait voir la suite de la guerre. J'ai suivi l'exemple de mon bienfaiteur et me suis rendu sur les sites d'Hiroshima et de Nagasaki. J'ai soulagé les souffrances de personnes qui nous rejoindraient de toute façon tôt ou tard. Je ne me suis pas fait à l'idée de tuer, mais il n'y a qu'ainsi que je le supporte.

Je suis ensuite retourné sur ma terre natale, et j'ai aidé à la "reconstruction" ou plutôt "restructuration" des infrastructures dans le monde des morts. C'était une surprise de découvrir que le conflit n'avait pas eu lieu de ce côté. Nous ne faisions que reproduire les conséquences architecturales d'une guerre étrangère à ce monde. C'était plutôt étrange. Mais il y avait bien assez de personnes dans mon cas pour que je ne me sente pas seul.

Après cette période de transition, j'ai repris mes études à l'université - ou plutôt aux Catacombes - de Strasbourg. J'ai achevé le seul rêve que j'avais concrètement exprimé lorsque j'étais vivant. Je suis devenu vétérinaire, avec une spécialisation dans la faune sauvage, et en particulier en ornithologie. Mais ça, vous le savez déjà, ce doit être écrit dans mon dossier.
Sa bonne humeur doit être contagieuse, car le médecin ne peut retenir un sourire lorsqu'il hoche la tête.
Durant cette période, j'ai continué à participer à l'effort d'après-guerre, à ma manière. De fait, j'ai souvent tué plus qu'il ne m'était nécessaire pour me nourrir. Je ne m'en vante pas alors j'ignore si les autres vampires approuvent ces excès... Je sais juste que je n'ai eu aucun ennui jusque là.

Mon doctorat et ma spécialisation en poche, j'étais libre de voyager. Et je ne m'en suis pas privé. Je revenais régulièrement en Alsace pour me ressourcer et rassembler les fonds pour mon prochain voyage, mais mes clients savaient que je ne prenais des rendez-vous que durant une période déterminée.

Quand j'ai besoin de sang, je me rends si possible en zone de guerre. Plus difficilement en zone sinistrée. Vous commencez à comprendre pourquoi. Quand c'est impossible, pour des raisons d'ordres géographiques ou pécuniaires, ce sont les hôpitaux qui reçoivent ma visite. Il n'est pas difficile de prétendre à un déguisement pour distraire les patients. Là-bas, je ne fais que répondre à un souhait que les vivants n'ont pas le droit de pratiquer. Ici où là, ce n'est pas rare que je reçoive la bénédiction du mourant lui-même.


Il soupire, un sourire aux lèvres. Il avoue tuer plus que de raison, le sourire aux lèvres. Pour autant cela ne saurait être classé dans un comportement psychotique ou psychopathe. Il essaie de répondre à ses besoins primaires en agissant pour le mieux dans le monde des vivants. Un vrai merle blanc.

C'est ma vie, jusqu'ici. Je ne suis revenu au Japon que très récemment, et je ne peux pas prétendre avoir beaucoup de connaissances en dehors de mon cabinet. La raison de ma venue est simple : la curiosité. Si j'avais du mal au moment de mon arrivée à voir le Japon autrement que comme un ennemi, il y a eu, en particulier ces dernières décennies, un engouement entre la France et le Japon que je ne saurais renier. Alors je laisse quelque temps l'Alsace aux bons soins des anciens Résistants, et je pars à la découverte du Soleil levant.

La conclusion se fait, encore une fois, tout sourire. Mais c'est au tour du psychologue de le surprendre. Certes, il lui a présenté une vie plutôt "bien rangée", si l'on excepte les euthanasies - et encore. Mais il n'a pas dit un mot sur ses activités parallèles ou encore... son intérêt pour les chimères*. Le jeune homme toussote.

Par parallèle, vous entendez le fait que j'accompagne parfois les jeunes vampires à la surface ? Bien sûr, j'ai oublié de le mentionner... mais je n'ai pas encore trouvé de refuge auquel m'adresser ici.

Le praticien prend quelques notes, encore. Ce n'est pas du déni, juste de la discrétion. Ce Merle sait très bien à quoi il faisait allusion, mais considère que c'est de l'ordre de sa vie privée. Et il a bien raison. En ce qui le concerne, secret médical. Après tout, il est ici pour s'amuser !

Après le départ de son patient, le psychologue note simplement en bas d'un rapport pour l'essentiel vierge : RAS.


Légende:
* cf l'encadré des Précisions

Lexique

* Guerre éclair : Stratégie militaire qui fait ici référence à la Bataille de France, au cours de laquelle les Allemands ont écrasé le Luxembourg et la Belgique, et fait une percée en France par Sedan, aboutissant à la signature de l'Armistice du 22 juin 1940.
* Peuple Allemand / Allemand par le peuple : ce terme désigne les populations vivant hors Allemagne et n'ayant pas la nationalité allemande, mais définies ethniquement ou culturellement comme allemandes.
* Force armée : Armée du IIIe Reich
* Jeunesses hitlériennes


derrière l'écran

PRÉNOM/surnom : Lhûn
AGE : 33 ans
Comment t'es arrivé sur PaB ? L'interforum donne des idées !
Tes mangas préférés ? Death Note, Code Geass... Pourquoi les mangas ?
Le smiley que tu préfères ici ? Merle • L'oiseau rare 2676966351 (Comment je trolle, il est sur le mien celui-là. Merle • L'oiseau rare 2969837192)
En vrai : Merle • L'oiseau rare 766831277 (J'en proposerais / piquerais bien quelques uns Merle • L'oiseau rare 2960999066 )




Âdalarasi Sivakani
Zombie chimère

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Merle • L'oiseau rare XyYk8hR18/100Merle • L'oiseau rare IUyLEY2  (18/100)
× Présence: présence réduite
× Evolution : Merle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare Empty
Merle • L'oiseau rare Empty × Age de la mort : 24 Féminin
× Age post-mortem : 148
× Avatar : starfire ▬ DC universe
× Pouvoir : visions & hurlements.
× Croisée avec : saumon, méduse et moufette.
× Appartement : Kiss
× Métier : yogi et danseuse
× Epitaphes postées : 1218
× Øssements78
Masculin
× Inscription : 17/05/2018
× Surnom : le scarabée
× DCs : Cassian / Léandre / Brendan
Zombie chimère
Terminé #3le 16.01.19 20:18
Je viens lire !
J'ai entendu parlé de toi par Etsu mais ça sera moi ton bourreau aujourd'hui Merle • L'oiseau rare 2985912174 (enfin tu me connais de la CB de l'interforum)

IdentitéPour moi, le prénom Merle n'est pas un prénom mais bon, j'ai été vérifié, et c'est le cas, donc tu n'as aucunement besoin de justification et c'est bien de ce côté. C'est même très joli comme patronyme. Merle • L'oiseau rare 1190858452
C'est volontaire, ces âges relatifs aux guerres ? Merle • L'oiseau rare 2815383975 J'imagine que oui, au vu du prologue. Mais petit accrochage dans le profil sur l'âge post-mortem qui équivaut à 100 ans pile (n'as-tu pas entendu du centenaire de la première guerre cette année, malautru ? Merle • L'oiseau rare 1175393300) Sinon, pour la date de la mort, 26 ans est correct.
De mon point de vue, il y a beaucoup trop de langues. Certaines sont bel et bien en accord avec la nationalité de ton personnage comme le français, l'alsacien et l'allemand. Le japonais, l'anglais sont en accord avec la mondialisation et son entrée dans le monde des morts. Or pour moi, ton personnage est plutôt jeune pour connaître tout le reste. Une à trois autres langues oui, mais pas autant. Ce n'est pas justifié dans l'histoire en plus. Merle • L'oiseau rare 3209851839
Bon, je n'ai pas accès aux avatars donc est-ce que tu pourrais y joindre des liens comme ce sont des OCs ? Merle • L'oiseau rare 2960999066 En tout cas, les artistes sont précisé(e)s, c'est bien. Mais si tu réserves deux avatars (qui d'ailleurs, se fait plus souvent dans le cas des zombies à deux apparences même s'il peuvent pallier le manque d'avatars, certes) il faut bien veiller à ce qu'ils se ressemblent énormément et pas juste relativement. Donc comme je ne les ai pas trouvés, tu y veilleras, hein ?
Super pour le groupe sanguin, par contre ! Mais tu ne le gâtes pas, ceci dit. Merle • L'oiseau rare 4151510438
PhysiqueLe blond, je suis pour. Le blanc, bon, certes, les canities précoces existent mais c'est tout de même assez rare donc j'espère que ça ne date pas non plus de la naissance parce que ça, c'est pas précisé et il faudrait. Merle • L'oiseau rare 3209851839 Ca serait dommage finalement que ça en pâtisse sur son sourire angélique et sa beauté car j'avoue le trouver beau. Je te donnerais des pistes sinon mais on en reparlera plus tard. On appelle aussi cette fermeture des yeux les battements de paupières. Merle • L'oiseau rare 2815383975 /paf
L'IMC, c'est bon et personnellement, je ne le trouve pas si petit que ça puisque je fais la même taille. Merle • L'oiseau rare 4151510438
Pour les yeux gris, on n'a pas la couleur originelle mais elle se devine suite à la désignation nazi donc c'est bon, je t'embête pas avec ça !
Précisions J'ai donc respecté ta volonté de lire plus tard. *ne veut pas se faire spoil quoi*
Son amour pour le toucher est un peu paradoxal, je trouve, mais j'imagine que c'est pour travailler sa mémoire tactile davantage. Vétérinaire pour animaux et chimères, c'est intéressant en revanche mais est-ce qu'elle, voudrait l'approcher ? Merle • L'oiseau rare 1175393300
Oiseau de nuit, on parle bien du fait de rester éveillé la nuit ? Ca peut vraiment combler son ennui ? Merle • L'oiseau rare 4126741921 (du coup je veux bien savoir ce que tu entends par là et pas une transformation en oiseau, hein. Auquel cas, recours aux potions.) Je préfère demander donc désolé la demande te paraît un peu loufoque.

En revanche, il y a une petite antithèse dans les précisions et l'histoire où le psychologue pense que le personnage n'est pas dérangé à parler de son passé et dans les précisions, tu dis que si. Bon, ça ne peut-être que l'impression du psychologue qui est fausse donc pas vraiment une erreur mais ça m'interpelle, j'avoue.
CaractèreJ'aime beaucoup les caractères rédigés à partir de situation donc forcément, il me plaît. Et de toute façon, ça se sent que ce type d'écrit est efficace puisqu'on a déjà par l'apparence décrite des éléments de sa personnalité (apparente).
Donc nous avons un physique rédigé dans le caractère. Très bon choix de mêler les deux. Je n'ose jamais mais je devrais vu qu'encore une fois, c'est efficace !

Par contre, ta fiche est un vrai labyrinthe puisque les premiers éléments sont contredits par les suivants parce que t'as dit que c'était justifié dans le développement. T'es vraiment un filou. Merle • L'oiseau rare 3334275834 Bon, du coup, finalement, on a affaire au syndrome de canitie subite et c'était ce que je comptais te proposer comme option. Donc la justification s'est apportée sans intervention, c'est bon. Merle • L'oiseau rare 798748180

Une petite erreur sur l'âge de ton personnage qui n'a pas vingt-cinq ans mais vingt-six. S'il n'y avait pas de retour à faire sur la fiche, on s'en serait dispensé mais autant en profiter. Merle • L'oiseau rare 2815383975

Rah et tu me fais languir avec tes précisions, sadique. Merle • L'oiseau rare 2935886327 Mais je ne lirai qu'après.

Histoire J'ai lu bien avant le prologue mais je pense que le commentaire prend plus sa place à ce moment-ci de la correction pour rester dans la thématique puisqu'il s'agit d'un avant-goût de l'histoire. Le style est en tout cas très joli et j'aime beaucoup. Autrement, par les métaphores, si je les ai bien comprises, j'ai tout de même l'impression que tu tends à jouer un peu avec le contexte du forum. Je pense que l'histoire m'ôtera de ces à-priori, en tout cas. Merle • L'oiseau rare 2929307098 J'ai remarqué, sinon, qu'il y avait un jeu entre les textes bleus et violets mais pour le moment, je n'arrive pas à accrocher les violets avec quelque chose donc il me tarde de lire l'histoire !
Par ailleurs, je ne m'attendais pas à ce que ça soit violent déjà dans le prologue donc un avertissement serait le bienvenue, je pense. Merle • L'oiseau rare 4126420999 Bon même si moi, je n'ai pas de gros problèmes avec ça.

Bon, comme je l'ai dit, il y a un peu un jeu sur le contexte du forum et le personnage de Joshua parce qu'on ne sait pas comment Josh classe ses dossiers. Mais bon, sur ça, on fera l'impasse. Par contre, on a jamais dit que le monde des morts prenait des patients parce qu'ils le sentent bon de le faire. C'est aux fantômes à le faire. L'Agence a des attributions bien plus "importantes" malheureusement donc la visite doit venir de son initiative mais ce n'est pas un voeu de l'Agence.
J'ai demandé à Joshua. C'est possible s'il rencontre un souci avec un mangemort mais vu ton personnage, je ne sais pas si ça pourra être possible...

Effectivement le service militaire n'a durée qu'un an de 1928 à 1935 mais en 1935, il est repassé à deux ans. En 1935, ton personnage était encore dans seizième année ce qu'il veut dire qu'effectivement, il a fait son service en 1939 à l'âge de 20 ans mais a subi deux ans de service et pas un... Merle • L'oiseau rare 3209851839 Donc il faudrait qu'il le débute en 1937 pour revenir à son domicile. Merle • L'oiseau rare 2935886327
Autrement, les autres éléments sur la guerre sont corrects et développent un peu de ma maigre culture, au passage. Merle • L'oiseau rare 2815383975

Mais effectivement, si il n'a rien à se reprocher, pourquoi est-il transporté jusqu'à Dachau ? À la rigueur, si un membre de sa famille avait fauté, oui, il aurait été envoyé dans des camps de travail (selon Wikipédia). Enfin, ça, je laisse passer mais en revanche, s'il n'a commis aucune faute, ça ne passe pas. Et là est en revanche le problème de la récit à la première personne dans l'histoire car elle fausse les vrais événements objectifs à mon goût. Mais on a toujours moyen de se dépatouiller donc vraiment, ça doit figurer.

Le train qui repart oklm ? Merle • L'oiseau rare 4126741921 Bon j'imagine que c'était un wagon bien plus loin que l'avant du train et on repart avec justement, l'avant. Par contre, c'est bien, comme on avait déjà le prologue, tu n'es pas revenu sur les détails concernant sa torture dont on n'avait plus tant besoin que cela. Deux ans, ça me paraît énorme mais bon... C'est un super homme, voilà tout !

Le post-mortem est en tout point bon, pour sa part et bien travaillé selon le contexte. On a aussi tous les éléments nécessaires à la race vampire de ton personnage. Merle • L'oiseau rare 798748180 (même si des éléments sont aussi retrouver dans le prologue) Par contre, j'ai peiné à comprendre pourquoi retourner à Strasbourg mais avec ce que tu dis après, ça fait sens donc je suis un peu bête. Bon disons qu'on a une raison pour son retour au Japon, au moins.


(un gif pour son amour des chimères et des oiseaux Merle • L'oiseau rare 4151510438)

encore un effort


Bon, le plus gros est dans l'identité et l'histoire. Il y aussi un petit cafouillage en gras dans le caractère. L'identité, j'ai bien veillé à tout mettre en gras et l'histoire, j'ai fait de mon mieux. Bon courage !
Merle Blanc
vampire

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Merle • L'oiseau rare XyYk8hR16/100Merle • L'oiseau rare IUyLEY2  (16/100)
× Présence: présent
× Evolution : Merle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare Empty
Merle • L'oiseau rare Empty × Age de la mort : 25 Masculin
× Age post-mortem : 99
× Avatar : Jack (par Kate) ; Ash (par Valentina Remenar)
× Appartement : Jules Verne
× Métier : Vétérinaire
× Epitaphes postées : 536
× Øssements911
Je ne veux pas répondre
× Inscription : 15/01/2019
vampire
Terminé #4le 17.01.19 16:07
Bonjour,

Déjà, je voudrais te remercier du temps pris pour analyser ma fiche. On dirait que tu l'as appréciée, mais pour la juger, on dirait que je ne t'ai pas facilité la tâche. Merle • L'oiseau rare 2782890776 Ca se sent que tu as galéré à rassembler les infos, mais j'en assume la responsabilité.

Je sais avoir pris un risque avec un récit décrivant un point de vue exclusivement interne, mais j'ai laissé parler mon inspiration. C'est vrai, ce n'est pas l'idéal pour une fiche de personnage, mais je n'allais pas me forcer à écrire d'une façon différente. Les éléments essentiels se retrouvent un peu dispatchés et peut-être difficiles à visualiser clairement, je m'en excuse.
Le subjectif joue beaucoup, et fausse parfois certains éléments (car il peut y avoir des différences entre ce que le perso croit et la réalité), mais j'ai toujours apportés les éléments nécessaires à la compréhension objective. C'est subtil, oui. Trop, visiblement. Mais expliciter les éléments calfeutrés serait trahir l'esprit du personnage, et faire perdre son intérêt au récit.

Mais je suis là pour recadrer et préciser les choses, modifier celles qui ont besoin de l'être. Alors, c'est parti ! Je sens que je vais bien m'amuser à te répondre, tout comme pour moi il y en a un peu partout et tu m'as bien embrouillé.  Merle • L'oiseau rare 1920128749



En introduction, je voudrais juste resituer (avec ton commentaire je comprends que ce n'est pas si évident) l'ordre de ma fiche. La lecture se fait idéalement dans l'ordre suivant :

1- Prologue
2- Identité, apparence
3- Description (Rencontre)
4- Histoire (Observation)
5- Précisions

Pour moi le Prologue est l'Observation forment l'histoire comme un tout, et il en va de même pour la globalité de la fiche. Du coup ton analyse par rubrique était en ce sens assez perturbante. (Ca t'oblige à faire des retours arrières, mais vu que tu laisses ce que tu as écrit précédemment, ça crée des contradictions.)
J'ai préféré privilégié le côté narratif au côté purement descriptif, et je suis plutôt content du résultat ! (La taille des encadrés dissuade une longue description, ce qui a aussi orienté mon choix. Je préférais amplement "prendre la place" de développer de manière compréhensible plutôt que de restreindre au minimum.)

PS : Je suis si sadique que ça ? Merle • L'oiseau rare 2929307098

Allons-y !

• Cela fait partie des anecdotes de la création, mais Merle m'a été donné par un générateur de noms (français/allemand). Après m'être renseigné, quoiqu'il s'agisse d'un nom rare (Merlin en dérive), il a été majoritairement donné dans les années 20-40... en Alsace ! Parfait donc. J'étais tombé amoureux du nom dès que je l'ai vu, voir que ça collait était une grande satisfaction. Merle • L'oiseau rare 798748180
D'ailleurs, je retiens :
Merle • L'oiseau rare 19011712260823907916080055
Merci Eliot. Merle • L'oiseau rare 2181828163

• Pour l'âge, honte à moi. C'est dérivé d'une erreur que j'ai faite à la base (j'avais noté quelque part 1928), et d'autres en ont découlé. J'en ai oublié dans ma correction, et j'ai bêtement recopié. 100 ans tout rond... Ca me donne envie de lui donner 1919 en date de naissance. Merle • L'oiseau rare 2960999066  

• Pour les langues, c'est vrai que ça fait beaucoup, même si, étant trilingue (+ anglais) de son vivant (jusqu'à 24 ans), il a largement le temps d'en apprendre d'autres en plus de 60 ans. Les dialectes orientaux sont indiqués comme non maîtrisés, mais leur apprentissage est en soi justifié par ses voyages. Si ça fait tout de même trop, je peux aisément retirer cette ligne.
Je tiens à préciser que le braille comme tout le monde le sait, est une langue écrite. Le tenji est le braille japonais. Elles, sont justifiées par sa tendance à beaucoup utiliser son sens du toucher. Dois-je le/les retirer aussi, ou cela suffit ?

• Je t'ai envoyé par MP les galeries des artistes pour mes avatars, j'attends ton opinion. Merle • L'oiseau rare 2960999066 Je les mettrai bien sûr en lien au bottin. J'avais quand même longuement réfléchi et montré ces images à plusieurs personnes pour arrêter mon choix, dont Catherine et Teo. J'espère que tu te rallieras à l'opinion générale vis-à-vis de leur ressemblance. :3

• Le groupe sanguin est une des justifications (comme tu as dû le comprendre) au fait qu'on le garde en vie aussi longtemps. Et en tant que vampire, ça va encore car il y a toujours le groupe O pour compenser la rareté de son propre groupe. Merle • L'oiseau rare 3244213463  *note tout de même une question - voire deux - pour la FàQ à ce propos...*

@Âdalarasi Sivakani a écrit:son sourire angélique et sa beauté car j'avoue le trouver beau
Merle • L'oiseau rare 2181828163 Merci ! Merle • L'oiseau rare 798748180

• Pour la couleur des cheveux et des yeux, tu as lu l'explication dans la description, donc c'est tout bon, non ?

• Son "amour pour le toucher" lui vient du fait que, justement, avant sa mort, il n'avait plus que ça. Les aveugles voient leurs autres sens se développer, imagine quand tu n'en as plus qu'un (même s'il ne s'appelle pas Shiki). Il a retrouvé les autres, celui-là reste celui sur lequel il est le plus focalisé, et il a besoin de toucher (comme un aveugle) pour assimiler complètement son environnement. En revanche, être touché est une autre histoire, surtout s'il ne s'y attend pas. Ca semble peut-être paradoxal, mais vu ce qu'il a vécu, c'est logique.

• Vétérinaire pour chimères était un troll. Merle • L'oiseau rare 2782890776  Il est vétérinaire pour animaux sauvages, c'est déjà pas mal. Après, si une chimère veut se faire soigner, étant en premier lieu un médecin (même pour animaux), et ayant des connaissances sur les spécificités pouvant être liées à l'état de chimère... il ne va pas refuser ! Merle • L'oiseau rare 2782890776

• Concernant l'oiseau de nuit, c'est au sens figuré évidemment. Majoritairement. Car ça peut très bien être interprété au sens propre. Les potions de transformation qu'il se procure peuvent aussi servir à ça. L'expression est on ne peut plus adaptée. Merle • L'oiseau rare 2782890776

• Concernant sa psychologie, hm... Point assez délicat. J'ai bien précisé "en dehors de l'Agence Azazel", c'st à dire ceux qui sont déjà au courant, comprenant un éventuel psychologue. Donc son entretien pourrait effectivement être canon. Je modifierai pour que ce soit plus clair. Et le psy se trompe effectivement, car en ce sens, Merle a déjà accepté de lui parler, et le fait pour avoir l'esprit libre ensuite.
Sinon, effectivement, il reste, et restera toujours très secret sur son passé pré-mortem. ("Je préfère que les gens apprécient celui que je suis plutôt qu'ils ne prennent en pitié celui que j'ai été.") Cela, évidemment, peut être amené à changer en fonction de ses rencontres.

• Pour la partie "Rencontre" (oui, si j'ai changé le titre c'est qu'elle n'inclut pas que le caractère, quel filou ! Merle • L'oiseau rare 2782890776 ), je suis content que ça t'ai plu, merci ! Merle • L'oiseau rare 798748180  A priori, tout est clair maintenant ?

• Son âge, héhéhé. Je m'y attendais. Dans sa tête il est bloqué à 25 ans (comme moi). C'est complètement subjectif, oui, mais c'est lui qui le dit après tout. Merle • L'oiseau rare 2782890776  C'est exprès, ce n'est pas une erreur.

• As-tu compris le but des couleurs dans le Prologue ? C'est un élément complètement facultatif, mais qui pouvait (selon moi en tout cas) aider à la compréhension du texte. Et je mettrais un avertissement pour les lecteurs sensibles. Et merci encore, je suis heureux que la lecture t'ai plue.  Merle • L'oiseau rare 3117243060

• On arrive sur les détails vraiment problématiques à mon sens. Je vais modifier un peu le contexte de la séance chez le psy pour la placer à l'initiative de Merle. Ca colle relativement bien avec la fin du prologue et l'idée qu'il estime tôt ou tard avoir besoin de faire le point. (Mieux vaut ça - plus logique et moins compliqué à justifier - que le mangemort.)
J'avais posé une question (mais vague) sur les dossiers de l'Agence, mais j'ai peut-être un peu trop improvisé. Donc mea culpa. Puisque ça ne respecte pas vraiment le contexte, je changerai ça, pas de problème.

• Aaah, on me reprend sur la loi Paul Painlevé ! Je l'avoue, je m'y attendais un peu. C'est un élément qui est arrivé assez tardivement dans l'histoire, et qui a manqué tout remettre en question. Du coup j'ai un peu grugé c'est vrai, en prétendant qu'il avait été recensé avant le changement de loi.
Ca a été vu, ça paraît capilotracté... alors ça va changer. Le truc maintenant est que j'ai deux solutions :
- soit je le rajeunis un peu, et avec l'Alsace sous la coupe allemande, il n'aura juste pas fait son service militaire. Ca m'arrange dans le sens où ça me permettrait de fêter son 100e anniversaire avec vous. Merle • L'oiseau rare 3946617890  Ca m'arrange moins pour le côté réaliste de son implication en zone de conflits.
- soit je le vieillis un peu : dans ce cas, les dates du service collent avec le début de la guerre. Sauf que du coup, soit il paraîtra vraiment plus jeune que son âge (âge de sa mort), soit il fait que je change d'avatar (et je n'ai pas envie).
J'hésite. Merle • L'oiseau rare 2929307098 Pour ça, j'aimerais en rediscuter avec toi.

• Content de t'avoir appris des choses. (Quoi exactement ? Merle • L'oiseau rare 3166822915 )

• Pour le train, je le voyais comme ça, oui. Le but d'une diversion n'était pas forcément d'immobiliser le train, mais potentiellement d'isoler un/des wagon(s). Le train a sans doute ralenti, sans être contraint à un arrêt complet. Ou s'il s'est arrêté, il est reparti. (Mais Merle n'avait déjà plus forcément la faculté de discerner ces détails.)
Au passage. Dans l'histoire que Merle ignore, la diversion a effectivement réussi, dans le sens où plusieurs personnes ont pu s'échapper du train. Peut-être est-il fait mention quelque part sur une tombe sans corps ou un monument, d'un Amsel Weiß mort pour la France ce jour-là.

• Je l'ai mentionné un peu plus haut, s'il a survécu aussi longtemps, c'est aussi parce qu'on a voulu qu'il survive. C'était, on est d'accord, complètement artificiel. Du coup, si je dois le dire avec une certaine noirceur, les expériences n'allaient pas jusqu'au seuil fatal atteint pourtant pour d'autres personnes. Merle lui-même relève ce paradoxe.

• Et, c'est cool ! Au moins un gros morceau que je n'ai pas à retoucher ! Merle • L'oiseau rare 2651935965

• J'aime beaucoup le gif. Merle • L'oiseau rare 2955130718  (Pauvre oiseau... J'espère que mon merle ne finira pas comme ça.)

Maintenant que j'ai dit ce que j'avais à dire... Je vais m'atteler aux modifications ! J'attends encore ta réponse pour le service militaire, mais le reste sera fait rapidement !

A très vite ! *file*
Merle Blanc
vampire

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Merle • L'oiseau rare XyYk8hR16/100Merle • L'oiseau rare IUyLEY2  (16/100)
× Présence: présent
× Evolution : Merle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare Empty
Merle • L'oiseau rare Empty × Age de la mort : 25 Masculin
× Age post-mortem : 99
× Avatar : Jack (par Kate) ; Ash (par Valentina Remenar)
× Appartement : Jules Verne
× Métier : Vétérinaire
× Epitaphes postées : 536
× Øssements911
Je ne veux pas répondre
× Inscription : 15/01/2019
vampire
Terminé #5le 17.01.19 19:40
C'est modifié !

J'en ai profité pour corriger une coquille qui s'était glissée dans la mise en forme, et ne devait absolument pas aider à la compréhension de son apparence. Merle • L'oiseau rare 4126420999  Il s'agit de la couleur de ses yeux (indigo) qui avait été remplacée par la couleur du texte (darkslateblue). Ca devrait aider ! Merle • L'oiseau rare 3046809302

En espérant que ce soit bon, cette fois. :3
Joshua Rokuro
Monseigneur Jojo ♛ roi des lémures et dragon des archives

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Merle • L'oiseau rare XyYk8hR48/15Merle • L'oiseau rare IUyLEY2  (48/15)
× Présence: présent
× Evolution : Merle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare IFGhJr1Merle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare Empty
Merle • L'oiseau rare Cflb × Age de la mort : 18 Masculin
× Age post-mortem : 193
× Avatar : Greedling - FMA [fanart par cynicalkittycat]
× Pouvoir : absolu /PAN/
× Logement : Duplex de Jojo
× Métier : Roi ♛
× Epitaphes postées : 6988
× Øssements3056
Féminin
× Inscription : 08/02/2014
× Surnom : le koala
× DCs : Luap Jones
Monseigneur Jojo roi des lémures et dragon des archives
Terminé #6le 18.01.19 11:07
Blbl tu feras gaffe sur les âges dans le profil du coup il est bien mort à 25 ans ce coup-ci avec le changement d'année de naissance Merle • L'oiseau rare 2960999066 (ouais je chipote)

Pour les yeux honestly ça paraissait zarbi de les qualifier en bbcode mais j'me disais que c'était p'têt pour être vraiment HYPER ACCURATE jor tu me les aurais donnés en hexadécimal j'aurais fait "ok Merle • L'oiseau rare 4151510438" Cela dit la diff entre indigo et darkslateblue est pas énorme non plus donc je pense qu'on a quand même compris son apparence Merle • L'oiseau rare 1126230839

Sur le service militaire je pense que ça le fait, je pense que j'ai ENFIN compris le problème qui se posait avant (en gros comme il avait 20 ans en 38 il aurait du revenir en 40 et tu voulais qu'il revienne avant, c'est ça ?) et je pense que si tu veux pas du tout le vieillir, avec un enrôlement volontaire à 18 ans en 37 ça le fait Merle • L'oiseau rare 3209851839 Enfin je suis pas spécialiste de l'armée mais je pense qu'on pouvait s'enrôler et quitter l'armée après Merle • L'oiseau rare 3209851839 Par contre ça fait de lui un réserviste, mais le fait qu'il soit pas réquisitionné pour le combat après s'explique par Vichy i guess Merle • L'oiseau rare 3209851839

Du coup j'attends juste le retour de Lars sur l'ava Merle • L'oiseau rare 3209851839 J'espère que ça devrait arriver d'ici ce soir, il est sûrement occupé en ce moment sorry, sinon si ça traîne trop je m'arrangerais pour valider quand même Merle • L'oiseau rare 1302590589 mais bon ça me gêne un peu de le mettre devant le fait accompli tu vois, même si c'est lui qui a pas recensé son avatar, de base Merle • L'oiseau rare 2929307098
Merle Blanc
vampire

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Merle • L'oiseau rare XyYk8hR16/100Merle • L'oiseau rare IUyLEY2  (16/100)
× Présence: présent
× Evolution : Merle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare Empty
Merle • L'oiseau rare Empty × Age de la mort : 25 Masculin
× Age post-mortem : 99
× Avatar : Jack (par Kate) ; Ash (par Valentina Remenar)
× Appartement : Jules Verne
× Métier : Vétérinaire
× Epitaphes postées : 536
× Øssements911
Je ne veux pas répondre
× Inscription : 15/01/2019
vampire
Terminé #7le 18.01.19 11:27
Merle • L'oiseau rare 3180126568

Merci !

Cela fait en effet de lui un réserviste, mais l'Alsace est à partir de 39-40 dans une situation particulière car frontalière (Strasbourg a subi une évacuation de masse malgré la ligne Maginot), puis a été annexée par l'Allemagne (de manière illégale, puisque non citée dans les textes de l'Armistice, elle devait sous la juridiction de Vichy).
C'est pour ça que je voulais qu'il revienne chez lui avant que tout ça n'arrive, car s'il avait encore été dans l'armée lors de la déclaration de guerre, il y serait très certainement resté. Mais du coup il a bien failli être enrôlé du côté adverse. Merle • L'oiseau rare 2960999066

En fait, je me suis fait piéger à vouloir être trop précis. Merle • L'oiseau rare 1005599819

Pour l'avatar, dans le pire des cas j'ai Jack, Ash est un secondaire. (Et je pourrais continuer d'utiliser sa version aux cheveux blancs, que Lars n'utilisera sans doute jamais.) Et puis, oui, de toute, c'est sa faute. Merle • L'oiseau rare 3117243060 *salaud*
Joshua Rokuro
Monseigneur Jojo ♛ roi des lémures et dragon des archives

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
Merle • L'oiseau rare XyYk8hR48/15Merle • L'oiseau rare IUyLEY2  (48/15)
× Présence: présent
× Evolution : Merle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare IFGhJr1Merle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare EmptyMerle • L'oiseau rare Empty
Merle • L'oiseau rare Cflb × Age de la mort : 18 Masculin
× Age post-mortem : 193
× Avatar : Greedling - FMA [fanart par cynicalkittycat]
× Pouvoir : absolu /PAN/
× Logement : Duplex de Jojo
× Métier : Roi ♛
× Epitaphes postées : 6988
× Øssements3056
Féminin
× Inscription : 08/02/2014
× Surnom : le koala
× DCs : Luap Jones
Monseigneur Jojo roi des lémures et dragon des archives
Terminé #8le 18.01.19 12:52
Lars m'a rép' entre temps donc c'est good, pour lui ça le fait aussi si tu prends ceux au cheveux blancs, il m'a dit qu'il n'en aurait pas besoin, donc ça peut se goupiller comme ça.
On y arrive Merle • L'oiseau rare YNxj4lV

EDIT : et je verrouille la fiche du coup pour qu'on puisse plus rép' et que le hide reste en hide o/

Tu es validé !

Félicitations, tu peux désormais aller rp !

A son arrivée dans l'au-delà, ton personnage aura également été placé pendant une semaine dans un des appartements de l'Agence Azazel :

L'appartement Jules Verne
En te rendant dans le sous-forum qui y correspond, tu trouveras un sujet de "flood privé" réservé pour la discussion avec tes colocataires, n'hésite pas à t'y présenter pour nouer de premiers liens sur le forum  Merle • L'oiseau rare 4037558674

En parallèle, pense à aller recenser ton avatar dans le bottin pour ne pas qu'un futur nouveau te le pique, et à remplir les différents champs de ton profil. Tu pourras éventuellement aussi te créer un carnet spectral pour qu'on vienne te demander des liens et des rps, et surtout qu'on sache où tu en es dans ta vie sur le forum !

Puisque ton personnage a déjà vécu +70 années dans l'au-delà, il a vraisemblablement déjà gagné quelques points d'amusement d'avance ! Je t'en donne 10 pour rester réalistes tout en te permettant de profiter du système de points. Si tu ne sais pas du tout de quoi je suis en train de parler, je t'invite à lire le sujet en question, les PA te seront probablement utiles dans le futur si tu souhaites faire évoluer ton perso !

Enfin, même si on n'a pas envie d'y penser à peine validé, tu peux aussi passer faire un tour dans ce sujet afin de prévoir une éventuelle disparition de personnage en cas de reboot, de départ ou d'inactivité future Merle • L'oiseau rare 2960999066

Je pense que tu es assez submergé de liens pour le moment, je te laisse profiter du forum, étant donné que tu es officiellement un Vampire !
Contenu sponsorisé
Terminé #9
Pseudo :

forums partenaires