Bienvenue jeune vivant !
Le Monde des Morts n'attend que toi, es-tu prêt à passer de l'autre côté ?
Rejoindre l'au-delà
Naviguer sur le Styx
ConnexionConnexion  AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  
Rechercher
Polka recherche 3 partenaires pour ses idées de rp
Viktor a besoin d'un partenaire de rp pour enquêter sur le devenir des Red Widows
Milo recherche des moins de 16 ans pour rejoindre Enilikes
Ismael cherche un partenaire de rp
Tinek cherche plusieurs partenaires pour réaliser ses idées en rapport avec les potions
en partenariat avec...
Nano RoleplayNevada's GodfatherNew Life.comEsquisseTasty TalesSanctuary of Heart
Aragón J. Stonebow - No HoMo BrO
Aragón J. Stonebow
Nécromancien zombie

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
33/100  (33/100)
× Présence: pause indéterminée
× Evolution :
× Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 792
× Avatar : Dirk Strider
× Pouvoir : Vous faire dire vos pensées en vous regardant dans les yeux
× Croisée avec : Un phoque
× Appartement : SDF
× Métier : Producteur, réalisateur, ex chanteur et acteur
× Epitaphes postées : 48
× Øssements179
Féminin
× Inscription : 31/12/2018
× DCs : Vaska Sorokine
Nécromancien zombie
Terminé #1le 31.12.18 11:55


You Only Die Once !


identité

NOM : Stonebow, anciennement Cromwell
PRÉNOM : Aragón James
DATE DE NAISSANCE : 24 février 1227
DATE DE MORT : 12 mars 1254
NATIONALITÉ : Hispano-anglais
LANGUE(S) PARLÉE(S) :
Parle couramment :
L’anglais - Le castillan - L’espagnol - Le flamand - Le portugais - Le français - L'arabe - L’allemand - Le japonais - Le portugais - Le russe - Le mandarin - Le bengali - Le tchèque - Le bengali - L'indonésien - La langue des signes - Les bases du coréen
RACE : Nécro-zombie
PERSONNAGE DE L'AVATAR : Dirk Strider - Homestuck



physique

Aragón aime son corps, il aime le voir en forme et beau. Il le cultive donc comme un bonzaï, régulièrement et avec attention, afin d’atteindre la perfection. Cela a donc donné, au fil des années, une musculature plutôt imposante et très bien définie, sans l’usage de quelconques potions autre que celle pour cacher son côté moins... appétissant de zombie. Notre JEUNE homme mesure 1m89.74 et possède de plus quelques tatouages sur son épaule et avant-bras droit, qu’il cache parfois sous du maquillage ou en faisant usage d’un quelconque élixir. Sa peau est, quant à elle, plutôt claire (comme tout bon petit anglais).
Notre nécromancien possède des cheveux blonds quasi platine qu’il a hérité de son père, ceux-ci sont coiffés en arrière ou sur le côté, lui donnant l’air de toujours avoir ses capillaires projetés par une bourrasque, il affirme souvent qu’ils améliorent nettement son aérodynamisme. Cela reste à prouver.

Ses yeux à la base ambrés sont cachés derrière ses éternelles lunettes de soleil triangulaires opaques, cependant ils deviennent automatiquement orange lorsque son pouvoir s’applique, alors autant dire que personne n’a jamais vu leur réelle couleur.
Ce bel homme se vêtit souvent d’une tenue prompte à l’exercice, débardeur noir, pantalon de la même couleur, casquette et baskets sont au rendez-vous. Il porte parfois un t-shirt blanc ou une cravate de cette couleur, accompagnée d’une chemise noire sous un gilet de costume orange (lorsqu’il veut être élégant).

En plus d’être beau comme un dieu, Aragón est un adepte de cosplay et les portera souvent dans la rue sans se soucier des regards hautains que peuvent lui lancer les autres, tenue médiévale rose ou noire, masque à gaz peint et écolière japonaise sont au rendez-vous.
Cependant, les weekends de congé sont un moment de relaxation pour notre personnage, il les passe nu sous son peignoir, dans sa maison à boire du chocolat et, basiquement, ne rien faire.

Lorsqu’il se rend dans son « lieu de détente » préféré, il revêtit un t-shirt et des baskets bleu avec un pantalon à bretelles orange. Ses cheveux sont alors, grâce à une potion, teints en rouge et il porte de longues mitaines rayées rouge et orange. Un petit nœud papillon ainsi qu’une barrette en forme de canette de jus d’orange viennent compléter le tout.

Sous sa forme de zombie, l'état de décomposition pourtant ralenti de notre nécromancien est horrifique, atroce et malodorant, quoique bien conservé pour un mort zombifié en 1260. La cause de son décès étant une blessure au cœur, c'est à ce-même endroit que l'état de décomposition est le plus avancé, rendant visible par un trou béant ses organes internes salement amochés et ses côtes. Cependant, le reste de son corps n'est pas en reste. Entièrement chauve, la moitié de son crâne est dépourvue de peau, voire de muscles à certains endroits, portant sur vous un regard à l’œil terrifiant et inquisiteur. Des bouts de chair pendent au niveau de ses jambes, à peine raccrochés aux os par de simples tendons et toutes ses extrémités sont entièrement dépourvues de peau, si ce n'est sa main droite, qui est pour sa part entièrement squelettique. Le peu de beau qu'il lui reste est d'une teinte violacée, parfois verdâtre, et dégage une odeur infecte de cadavre. Heureusement pour Gon, les potions qu'il créé lui-même l'empêchent de révéler sa véritable apparence au grand jour.



pouvoir

Le mensonge, c’est pas bien. C’est pas beau, c’est pas propre. Le mensonge, ça fait une tâche dont la couleur est à la limite du vomitif sur un joli tableau, mais que beaucoup font mine de ne pas voir. C’est dommage, parce que parfois ce sont des histoires entières, des relations très longues, qui sont uniquement posées sur un simple petit mensonge, en un équilibre qui est, de façon surprenante, plutôt durable. Enfin, c’est le cas si Aragón ne traîne pas dans les parages. Y’en a beaucoup qui se demandent pourquoi il porte toujours des lunettes de soleil qui reflètent votre visage, certains disent que c’est un caprice de star, d’autres murmurent que c’est pour cacher une difformité quelconque, certains annoncent même qu’il lance des rayons lasers. La vérité, c’est que Aragón n’aime pas que l’on regarde ses yeux, parce qu’au moment même où vos pupilles rencontreront les siennes, que ce soit en face de lui ou derrière un écran, vous ne pourrez plus vous en détacher à moins que lui-même évite votre regard. Et là, alors que ses iris prendront une teinte brillante et orangée, vous annoncerez tout ce qui trotte dans votre crâne sans aucune retenue, tout ce à quoi vous pensez sortira par votre bouche et aucun mensonge ne pourra passer au travers de vos lèvres. C’est très gênant pour vous, et souvent pour Aragón aussi. Dans tous les cas, si notre nécromancien porte en permanence ses lunettes opaques trempées dans un élixir, c’est pour protéger les autres, et se protéger lui-même. Parce qu’il doute que vous aillez envie que les autres sachent à quoi vous pensez.
Sa particularité est cependant utile. Officiellement connue des Mangemorts, ceux-ci demandent parfois son aide en tant que consultant afin de faire cracher la vérité à certains criminels trop dissidents. Mais appart eux, peu de personnes connaissent le secret d’Aragón. On pourrait considérer que son pouvoir est un problème lors des tournages de films, mais absolument pas. Ses éternelles lunettes sont devenues sa marque de fabrique, et peu nombreux sont ceux qui lui ont jamais demandé de les enlever. Ses plus fervents admirateurs les portent même dans la rue.

Caractère

Aragón, c’est un peu chiant comme nom pas vrai ? Enfin, pour les étrangers en tous cas. C’est pas « Awagon », ni « Alagon », ni « Arrrragon » comme les français se plaisent à le dire. Non, c’est Aragón, en roulant un peu le r et en mettant un peu de force dans le o, comme si vous souleviez un truc un peu lourd, mais qu’en fait ça va, et en prononçant le n à la fin. C’est pas compliqué, si ? Et pourtant y’en a beaucoup qui se trompent sur son prénom à notre pauvre espagnol, alors il préfère souvent son surnom, « Gon ». Se prononce « Gonne », c’est tout de suite moins compliqué. Ou son deuxième prénom, James. Se prononce « Jèïmse » au cas où vous auriez du mal avec l’anglais. Il déconne pas avec les langues notre acteur, pour lui l’idiome, c’est sacré. A un tel point que la seule chose sur laquelle il s’est exercé au cours de sa longue vie, autre que le théâtre et le sport, c’est les langues. Il en connait un paquet, trop peut-être, mais il les connait parfaitement, sans une seule trace d’accent qui pourrait dire d’où il vient. Vous devez vous en doutez, il fait ses propres doublages.

Mais, comme dit précédemment, il n’est pas bon à grand-chose. Inutile en bricolage, nul en orientation, atroce en cuisine, à peine respectable en potions. Ça surprend souvent les gens ça, qu’il soit aussi inutile que les boules décorant le sapin, aillant pourtant vécu quasi un millénaire dans le Monde des Morts. Mais il a jamais vraiment prit la peine de faire des efforts pour apprendre à faire des trucs par lui-même, hormis ce qui l’intéressait et jugeait parfaitement nécessaire, comme les langues, le sport, la dance et le théâtre. Certains appellent ça de la flemme, lui, il appelle ça de l’économie de temps. A l'aise avec chaque époque, ont aurait du mal à croire qu'il est mort au Moyen-Âge, mais bon, il est plutôt adaptatif. Les seules potions qu’il sait faire, c’est certains élixirs cosmétiques qu’il applique sur lui-même, dont celui pour cacher sa zombification, et dont il a lancé la marque, DARAGON®️, parmi les plus chères et efficaces du marché de la beauté. Mais il ne faut pas se méprendre sur son compte, lorsqu’il est bon à quelque chose, il est bon, et le fait à fond.

« Quel talent ! Quelle beauté ! Quel homme ! » Il entend ça souvent Stonebow, depuis plus de cinq-cents ans en fait. Ça fait un moment que les gens ne se tarissent pas d’éloges à son sujet, et à juste titre d’ailleurs. Et pourtant, aussi surprenant que cela puisse paraître, ça lui est pas monté à la tête. Ah si si, j’vous jure. Il est pas narcissique notre Stonebow. Enfin, il sait ce qu’il vaut, il sait qu’il a été l’un des principaux moteur par lequel était tiré le train LGBT+ du Monde des Morts en 1400, il sait qu’il est l’un des acteurs les plus talentueux et adulés de son millénaire et surtout, il sait qu’il est beau comme un Dieu. C’est pas magnifique ça ? Oh, je ne dis pas qu’il est humble, ce serait un énorme mensonge, mais il est pas le genre de gars à commencer une conversation par un « Hey vous avez vu mon film ? J’suis beau pas vrai ? ». Non, lui il va plutôt être le genre de gars à vous offrir un ticket pour son dernier long métrage en sale avec un clin d’œil et un sourire. Il le sait qu’il a quelques qualités notre nécromancien, c’est juste qu’il va pas les étaler sous votre nez comme du Nutella sur une tartine, il va juste poser le pot sur l’étagère et vous dire que c’est bon, et que vous devriez goûter. Parfois il ne vous dira rien du tout, ça arrive aussi, et c’est souvent mieux.

Quelque chose a attiré votre attention dans le paragraphe précédent ? L’homosexualité sous-entendue de notre personnage vous a fait tiquer ? Positivement ou négativement, selon votre personnalité, ce détail anodin pour certains et crucial pour d’autres et l’un des fondements mêmes d’Aragón. Il mange gay, il respire gay, il meurt gay. Il est mort homosexuel et sera tel jusqu’à son dernier souffle. Il n’aime pas les femme non, enfin il les aime bien, en amies ou adversaires. Il les considère souvent meilleures que les hommes, mais il a souvent du mal à les comprendre. Enfin, ce n’est pas comme si elles avaient une réelle importance dans sa vie, autre que celle de vouloir lui voler ses possibles nuits d’ébats. Pour lui, les meilleures femmes sont les chimères, ou les lesbiennes, ou les chimères lesbiennes. Les pires femmes sont Taylor. Taylor, c’est la pire femme. Elle l’a traumatisé au plus profond de son âme dans les années 1980. Franchement, qui ne serait pas éternellement choqué de découvrir un trou béant à la place d’un engin de guerre ? Aragón en tous cas l’a été, et ça l’a marqué à vie. Il ne regrette pas d’avoir réussi à légaliser la loi de genre le moins du monde, mais il se méfie des personnes androgynes et fuit les transsexuels qui se disent hommes comme la peste. Il est tolérant, certains de ses amis son transsexuels, mais jamais il ne s'engagera dans une relation amoureuse avec l'une de ces personnes et ressentira à leur encontre une grande méfiance, considérant qu'ils se mettent à eux-mêmes et au monde. Mais ce qu’il aime encore moins, c’est les homophobes. Traitez-le de tous les noms, si vous touchez à un seul cheveux de sa sexualité, vous finirez avec un œil au beurre noir pour sûr. Ne lui parlez pas non plus « d’essayer » une femme, ou comme quoi il n’aime pas parce qu’il n’a jamais testé, parce que ce gars a 800 ans d’expérience et un poing qu’il risque de vous enfoncer dans la gueule.

Enfin, si il y parvient. Parce qu’il n’est pas un modèle d’équilibre. Ne lui donnez jamais un plateau avec plus que de l’air dessus, ou il le fera immanquablement tomber au bout de plus de cinq minutes. Il trébuche, tombe, roule sur le sol et se relève comme si de rien était pour reprendre sa course en effectuant un petit salto avant pas piqué des hannetons tout en grâce et en élégance. Il peut tenir sur ses deux jambes si il le veut, voir plus, après tout c'est un danseur. Quand il est dans son personnage, quand il joue un rôle, quand il dance vous ne le verrez jamais tomber « sans faire exprès », pas une fois. Il tient sur ses gros muscles Aragón, en toute circonstance, sauf quand il est lui-même. Là, il tombe comme une chaussette perdue derrière votre machine à laver, il se relève, ne vous en faites pas, mais il tombe quand même, souvent.

Mais être lui-même, ça veut dire quoi au juste ? Être lui-même, ça signifie être jovial, à la limite de l’enfantin, souvent de bonne humeur, aimable, bien élevé, blagueur, dragueur, mais jamais naïf. Il est souvent calme, la plupart des provocations ils les prendra avec un sourire aimable. Sauf si vous touchez à sa sexualité, celle des autres, ou ses amis. Là, attendez-vous au pire, Aragón a des muscles à la limite du gorille, c’est pas pour rien. Il va toujours droit au but, tourner autour du pot n’est pas dans ses habitudes. Il vous aime bien ? Il va vous le dire sans passer par quatre chemins. Il vous aime pas et trouve que vous êtes une trace de boue collée à sa semelle ? Il vous l’annoncera aussi sans faire de détour. Il va vous coller et tenter de vous aider, souvent, à la limite de l’insupportable parfois, il va toujours tenter de faire en sorte que vous vous amélioriez dans ce que vous faites, ne va jamais vous laisser baisser les bras, même si il doit les porter à votre place, et si il veut être votre ami, il le sera, que vous le vouliez ou non. Son franc parler lui a parfois attiré des problèmes, c’est pour ça qu’il porte souvent un masque impassible, froid, un peu « cool » comme disent les jeunes, ça, c’est quand il est pas lui-même, qu’il est professionnel, et ne fait jamais aucune erreur. Ça, c’est quand il ment.

Mentir, il le fait quand il est sur scène, derrière la caméra, quand il joue un rôle. Lorsqu’il signe les autographes de ses fans, à une séance photo. Mentir, c’est professionnel. Ironique, étant donné son pouvoir et le fait qu’il est incapable de dire le moindre mensonge. Mettez sa mort en jeu, menacez quelqu’un, brûlez tout ce qui lui appartient, il sera incapable de dire quelque chose qu’il ne pense pas vrai. Il en est tout bonnement incapable, les paroles resteront bloquées dans sa gorge, refusant de sortir. Aragón, c’est un vrai.


histoire


ACTE I
Avant la mort

Scène première:

Scène première
Lord Cromwell, Aragón

Aragón
Père, vous m’avez demandé.

Lord Cromwell
Oui, fils, il est vrai que je désirais ta présence
A mes côtés en cette triste révérence
Que je fais à cette morne statue d’ébène
Devant laquelle je noie et mes pleurs, et mes peines.

Aragón, prenant place aux côtés de Lord Cromwell
Mais quelle est donc, Père, cette nouvelle qui vous attriste,
Devrais-je faire appel à un quelconque herboriste ?
Quel est donc ce malheur qui votre âme et cœur accable,
Vous, dont l’auguste face est réputée inébranlable ?

Lord Cromwell
Hélas ! Mon fils, je me dois de te faire un aveu.
Maintes fois je t’ai conté ce jour si malheureux,
Où ta mère, venue de la Péninsule Ibérique,
T’a laissé dans mes bras. Et son talent féérique,
L’a guidée, toute de Lord qu’elle était alors vêtue,
Vers les scènes du monde où nulle acclamation n’était tue.
Hélas ! Fils, m’est parvenue la navrante nouvelle
Que d’un corps d’Eve lui fut découvert la tutelle,
Et ceux qui autrefois applaudissaient son talent
Dans les flammes l’ont baignée, un jour entier durant.

Aragón
Quoi ! Moi qui pensait ne jamais retrouver sa trace,
M’agenouille devant son âme, ô déplorable race !
Quelle cruauté impie couvre l’âme des Sieurs
Pour cesser ainsi la course d’un si peu néfaste bonheur !
Je pleurs, je gémis, rien ne consolera ma peine,
Mais en son nom, honneur, et âme devenues lointaine
Je suivrais sa trace sur les scènes du Continent !
Peu importe que je sois Sieur, Lord ou des routes le manant !

Lord Cromwell
Je te l’interdis !

Aragón
Comment ?

Lord Cromwell
Bâtard que tu es, tu ne me déshonoreras point !
Je me sens mourir, voilà pourquoi en tous les recoins
De notre Grande Bretagne je te chercherais épouse,
Sois-en sûr, elle ne sera point une Andalouse !
Tu cesseras de t’exercer avec ce garçon d’écuries,
Des lettres et langages tu apprendras toute l’entière vie.
J’ai été trop doux et mou dans ton éducation.
De ton brillant avenir j’ai déjà creusé le sillon
A l’instant même où de ta mère j’ai appris la fin !
Déleste-toi, je te l’ordonne, de tous tes desseins.

Aragón
Bien, père, si tel est votre désir,
Votre voix est loi, je ne puis qu’y consentir,
Je ferais comme il vous plaira, ainsi le demande l’ordre,
Comme vous le désirez, vous ferez de moi un Lord.
Scène 2:

Scène 2
Aragón, Leeroy

Leeroy
Aragón, mon ami, compagnon et maître,
Voilà une triste nouvelle que vous faîtes paraître,
N’y a-t-il point un moyen, une ruse en ce monde…
Tant de possibilités sur cette vaste terre abondent !

Aragón
Je le désire de toute mon âme, ô triste destinée,
Mais nulle idée à mon esprit de semble s’imposer.
A vous je ne puis mentir, confident de mes pensées,
Je ne veux me résoudre à ce futur insensé.
Père est fou, il désire mon hymen,
Avec une demoiselle, que l’on dit sirène
Mais qui de femme n’a même point l’aspect
Mais dont le père le mien doit tant de respect…
Je ne puis, je ne veux…

Leeroy
Vous marier ?

Aragón
Je ne puis m’y résoudre, c’est impossible !
Oh, Leeroy, j’aime…

Leeroy
Vous aimez ?

Aragón
J’aime ! de cet amour brûlant ! Je ne saurais nommer
Le nom de la personne auquel je me crois destiné,
Car de tous les blasphèmes, le plus terrible est la concupiscence
D’un être de chair et d’Adam, à un autre de toute ressemblance !

Leeroy
Vous aimez donc un homme ?

Aragón
Ne blasphémez pas tout haut !
Mais oui, mille fois mieux que tous il vaut,
Que tout l’or, les joyaux, le Paradis,
Tout ces trésors auxquels je suis promis !

Leeroy
Crachez donc ce nom misérable !

Aragón
Vous.

Leeroy
Moi ?

Aragón
Vous, mon ami, mon confident, mon compagnon,
Je ne puis vous mentir, laissez-moi donc à l’abandon
Dans cette vie misérable qui m’attends, je vous en prie dites-le donc à tous,
Pour que tel ma génitrice je brûle de mille feux, plutôt que prendre épouse.

Leeroy
Je ne puis, Seigneur, commettre un tel sacrilège,
Car si vous êtes pécheur, que Dieu nous protège,
Nous sommes deux à mériter les flammes de l’Enfer
Pour avoir désiré ce que Dieu n’a voulu contrefaire.

Aragón
Vous aimez ?

Leeroy, s’approchant d’ Aragón
Je vous aime, vous, et tout votre être et toute votre chair,
Vos cheveux blonds comme soleil et humeur légère comme l’air !
Depuis toujours, depuis jamais, je ne saurais dire,
Mais depuis des années je repousse, et cultive ce désir.

Aragón, embrassant Leeroy
Oh, démon misérable qui nous a bénit de sa lumière sacrilège !
Je ne sais que pensez, que vois-je ? Que fais-je ?
Je vous aime, vous m’aimez, je ne sais comment
Je pourrais nous livrer de ce délicieux tourment !

Leeroy
Dites-le à votre père !

Aragón
Jamais, je préfère encore lui mentir,
Il ne saurait accepter ces, pour lui, sombres déplaisirs
Il n’aurait aucune pitié, pour vous comme pour moi,
Imaginer votre corps brisé déjà me met en émoi.
Non, je mentirais à la terre entière
Si il le faut, ne regardons jamais en arrière,
Je viendrais vers vous la nuit, mon doux et bel amant
Afin d’apaiser nos deux cœurs devenus latents.

Leeroy
Vous ne pouvez point vous trahir vous-même ainsi !
Si ainsi votre cœur vous blesse, partons d’ici !
Faisons comme vous le dites, ne regardons point derrière nous
Et fuyons au plus loin, juste moi, et vous !


Aragón
Je ne puis me soustraire à la destinée qui est mienne,
Je me dois de rester, bien que cela vous peine !
Je mentirais, userais de mille ruses,
Je nierais et tromperais si quelqu’un un jour m’accuse
D’un amour infidèle à la gloire de Dieu
Bien que cela me porte un peu plus loin des cieux !
Je ne puis renoncer à un serment fait déjà
Il y a longtemps, car il me retiens ici-bas !
Mais je vous aime, et vous m’aimez, et c’est tout ce qui importe
Bien que du Paradis nous nous voyions refuser la porte.
Cachons-nous, mon amour, dans cette sombre nuit
Et faisons rougir la lune qui chaque soir devant nous pâlit !
Scène 3:

Scène 3
Lizbeth, Lord Cromwell

Lizbeth
Qu’ai-je put voir, qu’ai-je entendu ?
Si c’était une lettre je penserais l’avoir mal lue !
Mon futur époux cultive donc un amour sacrilège punit de Dieu ?
Que Sodome et Gomorrhe ne faisons-nous donc pas mieux ?
Je me dois de le marier, les attentes de Père sur moi reposent
Mais pourquoi ai-je dût entendre une si terrible chose ?
Je ne puis supporter l’idée de m’unir en un hymen
A ce triste sire, que le Diable l’emmène !
Je…

Lord Cromwell, entre en scène
Que vous prend-il donc, noble dame
A blasphémer ainsi, d’une façon si profane ?
Qui est donc ce triste sire qui mérite une telle haine ?
Ai-je mal entendu, en veut-il à votre hymen ?

Lizbeth
Hélas ! C’est bien pire que cela, mon Seigneur,
Celui qui en veut au mariage et cause toute ma rancœur
Le fait poussé par les Enfers, les Démons et tous ceux haïs de Dieu.
Son impensable péché ne serait qu’être punit par le feu,
Sans quoi, s’il n’est pas néfaste, mon hymen en sera malheureux !

Lord Cromwell
Parle, femme, je ne saurais plus longtemps attendre.
Le mariage de mon fils qui de votre père sera le gendre
Dépend, vous le savez, de ce que vous allez m’annoncer
Cessez ces mots infâmes et le nom du coupable et son crime prononcez.

Lizbeth
Oh, Seigneur ! Rien que d’y penser me glace !
J’y songe seulement, je me trouve gelée sur place !
Le criminel, du nom de Leeroy il me semble,
Oh ! Je prononce son nom, et rien qu’à cela je tremble !
Il désire pousser votre fils vers des domaines insondables,
Punis de Dieu et par-dessus tout profane !
Je l’ai entendu cette nuit dans ses appartements,
L’initier aux péchés même répudiés des gisants !

Lord Cromwell
Comment ! Mon fils, ma chair, mon sang !
Qui semblait accepter son destin pourtant !
Ce serait-il retourné contre par délire ?
La mort de sa mère a-t-elle put ainsi le maudire ?

Lizbeth
J’en doute, mon Lord, que de votre fils il s’agisse de la faute.
Tout repose sur le gamin d’écuries, qui du Démon est devenu l’apôtre !
Il a tiré votre chair dans un sombre chemin, l’a guidé dans une impie demeure,
Mais brûlez le sentier et, n’en doutez pas, c’est la maison qui meurt !

Lord Cromwell
Par mon âme je le jure, je ne saurais laisser impuni
Ce criminel à sombre allure, et qui dans mon dos a agi !
Je l’ai accueilli, élevé, protégé en mon sein
Et pourtant c’est ainsi qu’il me remercie ! Par tous les Saints
Jamais je n’aurais pût y croire ! Je m’en vais de ce pas quérir
Mon fils, Aragón, sur cette affaire il saura m’éclaircir !
Car jamais ma chair ne m’a fait fausse route, et jamais elle ne saura me mentir
Scène 4:

Scène 4
Aragón, Leeroy, Lizbeth, Lord Cromwell

Aragón
Père, que signifie tout ceci ?
Pourquoi sommes-nous tous ici réunis ?
Avez-vous décidé de précipiter l’hymen ?
Qui, je le souhaite, vers un futur bienheureux nous mène ?

Lord Cromwell
Non, fils, la raison est toute autre,
Mais je ne saurais retarder le bonheur qui est vôtre.
Si nous sommes ici, c’est car quelqu’un de quelque chose vous accuse,
Pas vous Aragón, mais Leeroy Wheels, si je ne m’abuse.

Leeroy
De quoi suis-je donc coupable, Lord ?

Lord Cromwell
Vous êtes coupable, sombre mécréant,
D’avoir, alors que je vous accueillait, je fus ignorant,
Poussé mon fils dans une sombre voie :
Traître à son sexe, Dieu, et son propre choix.

Leeroy
Comment ?

Lord Cromwell
Ne tentez point de mentir, Dieu a été témoin
De vos… ébats blasphématoires qui, poussés au plus loin,
Ont prit mon fils, ma chair, dans vos filets de péché !
Qui, si par le feu il le faut, par le feu il en sera libéré !

Leeroy, saisissant le col d’Aragón
Aragón ! Regardez-moi ! Dites un mot !
Révélez donc à votre père tout ce que nous partageons !
Nous serions libérés avec ou sans la grâce de Dieu,
Mais je vous en prie, du monde vers nous sont tournés les yeux !

Aragón, au public
Je ne puis prononcer un son, je demeure interdit,
Que devrais-je choisir, terrible amour ou prospère vie ?
D’un côté mon père qui tout attend de moi,
Et ma mère dont la mémoire doit prospérer au travers de mes choix !
Cet hymen que je me dois d’honorer avec peine
Et toute la paix et prospérité qu’il amène !
Et de l’autre mon amour, mon tout, mon être,
Celui sans qui je ne peux ni mentir ni paraître !
Celui sans qui ma vie serait d’un banal sans égal
Et qui avec délice me tire encore et toujours vers le mal !
Mais que je ne peux m’empêcher d’aimer, maudit soit mon cœur !
Je voudrais détruire cette chose dont je suis le misérable porteur !
Le regard de mon père se fait inquisiteur,
Si il soupçonne quelque chose, ce ne sera plus que lui, mais moi qui meurt !
Je ne peux me résoudre à une si sombre destinée !
Je ne désire être ni mort, ni damné !
Je ne sais que dire…

Leeroy
M’aimes-tu ?

Lord Cromwell
L’aimez-vous ?


Aragón
Non.
Scène 5:

Scène 5
Aragón, Lizbeth

Lizbeth
Lord que vous êtes, voilà déjà des années
Qu’au-travers de l’hymen nous avons été mariés,
Que votre père, bénit soit-il, a rendu l’âme,
Et que vous êtes à l’abri du misérable profane.
Il a brûlé vif un jour entier durant,
Son corps détruit, son âme partie, et pourtant
Je vois toujours en vous cette triste figure,
Au fond de vos yeux de la mélancolie la piqûre.
Quel est donc ce mal qui vous accable, dites-le moi donc !
Pour que ce malheureux maléfice je tente de rompre !

Aragón
Lizbeth, ma femme, vous annoncez là ce que vous pensez acquis,
Que j’ai pleuré mon père quand il nous quitta; que je vous ai promis
Un amour inconditionnel que rien ne saurait dissoudre ni détruire;
Et que j’ai haït cette âme dont j’avais tenté de m’enfuir.

Lizbeth
Je le pensais acquis, je le pensais vrai,
Vos paroles mon esprit en doute mettraient,
Si je ne vous savait pas homme si honorable,
Si fidèle à lui-même, si honnête et véritable…

Aragón
La vérité, Lizbeth, c’est que je ne fais que mentir,
Depuis le fatal jour où Leeroy brûla d’aucune joie je ne puis plus jouir.
Je n’ai point versé de larme lorsque feu mon père nous quitta,
De la seule rage pécheresse mon poing alors trembla.
Je ne vous voue aucun amour autre qu’une amicale tendresse,
Car mon cœur à un autre appartient, et constamment se trouve en détresse
Pour avoir menti à l’être qui m’était le plus cher en cette basse terre,
Me laissant dans une vie d’une constante et morne misère !


Lizbeth
Vous éprouvez donc de l’amour pour cet être empli de péché !
Moi qui croyais que notre hymen vous en aurait à jamais lavé !
Que le feu dans lequel il brûla détruirait vos pensées infâmes,
Et que vous sentiriez de l’amour pour une fille d’Eve, pour une femme !

Aragón
Je ne puis, comprenez, noble demoiselle,
Aimer d’un amour qui demande le charnel,
Car mon corps et cœur lui appartiennent
Bien que cela blesse, et vous emplisse de peine…

Lizbeth
Peine, peine ! Ce n’est point ce que j’éprouve !
Je suis humiliée, souillée, je me jetterais aux douves
Si la volonté de mon propre père ne me retenait point,
Si je n’avais pas un devoir, un honneur et un destin !
Lavez cette souillure que sur moi vous avez fait !
Donnez-moi un fils, héritier, un garçon en tout point parfait !
Et je ne penserais plus à vos désirs charnels impies,
Je fermerais les yeux sur les révélations d’aujourd’hui.

Aragón, sortant sa dague
Non, femme, vous m’avez ouvert les yeux,
Je ne puis rester sur cette terre que pour peu.
Cette vie que rien n’a à m’offrir autre que de la peine,
Je la quitte, m’en déleste, dans cette demeure vous serez reine.
Prenez mes bien dont l’hymen vous fait cadeau,
Tout mon or, pierreries et tous mes joyaux,
Je n’en veux plus, je vous les laisse, grand bien vous en fasse,
Je m’en vais reposer à jamais, aussi solide et froid que la glace.

Lizbeth
Que faites-vous, misérable en plein délire !
Ne faites point  cela, vous n’en serez point plus libre !
Posez cette instrument de mort et revenez vers moi,
Vous saurez vous contenter, et vous emplir de joie !

Aragón
Non, il suffit, le mensonge vient à son terme.
Cessez de nourrir votre injuste et fausse peine.
D’un coup au cœur j’en finis de ma triste vie,
La seule vérité que je m’accorde est celle sur laquelle je gis.
Que j’aime, que je l’aimais, et l’aimerais toujours,
Qu’il m’a fait dont un terrible et passionnant amour,
Que malgré mon mensonge en mon cœur il aura toujours sa place,
Et qu’en celui-ci je plante ma dague, pour que dans cette seule vérité enfin je trépasse.
Que l’Enfer me poignarde encore une fois en plein cœur,
Mais qu’il me laisse voir une dernière fois son véritable possesseur.  
Adieu.

"Waw, dit la chimère en remontant ses lunettes sur son nez. C'est...

- Mauvais ? complète Gon en levant un sourcil.

- Original, un tantinet narcissique ? le corrige la femme en lui donnant les feuilles.

- Le public pensera aux deux à la fois, ou peut-être juste le deuxième. On ne refait pas une réputation, répond le blond en haussant ses épaules.

- Et t'as écrit la suite ? veut savoir la femme.

- Je suis en  plein dedans, l'informe son interlocuteur. Ma vie a été longue est pleine d'embûches, d'aventures trépidantes, et nombreuses péripéties, je dois faire des choix.

- Rappelle-moi pourquoi tu veux faire une pièce de théâtre sur ta vie déjà ? Nan parce que, faut avouer que ça, c'est quand même vachement narcissique, fait remarquer Amber avec un rire.

- Parce que je veux que le monde connaisse a vérité, dit Gon en se levant de sa chaise. Depuis que j'ai prit ma retraite en tant qu'acteur et chanteur, les magazines ne font que diffamer à tour de bras. Alors je veux au moins... raconter la vérité, c'est quand même ma vie, j'ai mon mot à dire là-dedans.

- Et cette pièce... commence la femme

- Qui sera adaptée en film, souligne l'homme.

- Cette pièce qui sera adaptée en film, elle sortira quand exactement ? demande sa manager en soufflant.

- Après ma mort, répond Aragón sans une once de rire dans la voix.

- Après... ta mort ? répète Amber, surprise.

- Oui, je suis un zombie Amber, et j'ai 792 ans, lui rappelle le nécromancien. Si je suis aussi bien conservé c'est parce que j'ai eu la chance de m'entraîner aux potions assez tôt, mais ça va pas durer. Les spécialistes me l'ont dit, et je le sens, je vais bientôt tomber en poussière. Ma véritable forme se dégrade à vue d’œil, mes potions sont de moins en moins efficaces. T'y crois toi, que tout ça c'est parce que j'ai cru ce nécromancien quand il m'a dit que Leeroy était toujours en vie ? Que j'ai but ses paroles quand il a annoncé qu'il avait des visions du Monde des Vivants ? Si je n'avais pas été si naïf et désespéré, nous n'en serions pas ici.

- Alors ta retraite de la scène... cette pièce... réalise alors sa confidente en fronçant ses sourcils.

- Je veux qu'on me laisse en paix pour ce qui sera probablement ma dernière année de mort, Amber, avoue l'ancien acteur. Vu que j'exerce toujours en tant que producteur et réalisateur, je serais pas entièrement libre... Mias je vais passer les meilleurs mois de ma vie, je vais faire ce que je veux, boire ce que je veux, bouffer ce que je veux, aller où je veux. Je m'en fous royalement de me mettre tout le monde à dos, je veux juste... m'amuser, il souffle en appuyant son front contre la fenêtre.

- Mais... Mais... bégaye la femme. Mais tu t'amuses déjà ! Tu as des fans, des films, des disques, tu es célèbre dans tout le Monde des Morts ! Tu peux pas juste...

- Si, je peux, l'interrompt le zombie. Justement. Je veux faire du strip-tease pendant mes moments de détente dans un bar du centre-ville ? Je le fais. Je veux échanger mon fric contre la drogue du Bchobiti ? Je le fais. Je veux me bourrer la gueule ? Je le fais. Je veux coucher un soir avec un gars que je reverrais plus jamais ? Je le fais... Bon, je le faisais déjà, mais tu vois ce que je veux dire.

- Tu comptes le dire à tes fans ? s'informe l'employée, inquisitrice.

- Que je suis un zombie et que je quitte la scène parce que je vais mourir ? Ils l'apprendront en voyant ma pièce si ils ne le suspectent pas déjà, il lui répond et passant sa main dans ses cheveux. Comment je me suis retrouvé à boire cette potion qui m'a fait comme je suis, comment j'ai mené des groupes sociaux à la victoire, comment je suis passé de simple troubadour à une star internationale, comment j'ai découvert mon pouvoir... tout. Au fait je t'ai raconté comment j'ai découvert mon pouvoir ? il demande soudainement, se tournant vers elle avec un visage illuminé.

- Oui, tu me l'as déjà...

- Alors voilà, l'interrompt à nouveau la star avec un grand sourire. C'était dans un bar, tu vois ? Enfin, une taverne à l'époque, quand t'étais même pas née. Et là je discute avec un gars mignon, vraiment mignon, du genre chevalier mort en guerrier ou je ne sais plus trop quoi. Et là, je le regarde du coin de l’œil, et je me dis "Ah si seulement j'avais le courage de l'approcher..." et là, BOOM !

- Il se tourne vers toi... commence Amber.

- Ouais, et il me regarde dans les yeux... continue le blond.

- Et il te dit...

- "Vu qu'y'a ni Enfer ni Paradis, j'veux t'fourrer contr' l'mur toute la nuit !" ! s'exclame le producteur et éclatant de rire. Ah, j'adore cette histoire !

- Je m'en étais rendue compte, étant donné que tu me l'as racontée une bonne dizaine de fois, souligne la femme en se levant et se dirigeant vers la porte. Bon, fais comme tu veux. Mais n'oublie pas que t'as rendez-vous dans une heure pour le tournage de "Penwood" dont, je te rappelle, tu es le réalisateur. Alors sois à l'heure.

- Ppffff, moi ? Pas à l'heure ? s’esclaffe l'homme en remontant ses lunettes de soleil sur son nez. Tu me connais, je serais mort plutôt qu'en retard !

- Fais quand même attention à toi, lui demande la femme en fermant la porte. Le monde a les yeux posés sur toi."



derrière l'écran

PRÉNOM/surnom : Batman
AGE : BatAge
Comment t'es arrivé sur PaB ? Dans ma Batmobile
Le smiley que tu préfères ici ?
Tes mangas préférés ? Flemme. Ceci est un DC, pour plus d'info rendez-vous ici.



Joshua Rokuro
Monseigneur Jojo ♛ roi des lémures et dragon des archives

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
48/15  (48/15)
× Présence: présent
× Evolution :
× Age de la mort : 18 Masculin
× Age post-mortem : 193
× Avatar : Greedling - FMA [fanart par qtt-art]
× Pouvoir : absolu /PAN/
× Logement : Duplex de Jojo
× Métier : Roi ♛
× Epitaphes postées : 6568
× Øssements2870
Féminin
× Inscription : 08/02/2014
× Surnom : le koala
× DCs : Luap Jones
Monseigneur Jojo roi des lémures et dragon des archives
Terminé #2le 31.12.18 12:06
Ca Homestuckize PaB
Max J. Jönsson
vampire

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
0/100  (0/100)
× Présence: présent
× Evolution :
× Age de la mort : 23 Masculin
× Age post-mortem : 23
× Avatar : Edward Elric - Fullmetal Alchemist (by Azra'ël, Aodhan, et moi)
× Pouvoir : Prédire la météo comme un papy, en fonction des douleurs de son bras ... Quoi c'est pas un pouvoir ? Zut ... hein !
× Appartement : Kiss
× Métier : Mécanicien, ingénieur, bricoleur en général ...
× Epitaphes postées : 110
× Øssements332
Masculin
× Inscription : 12/12/2018
vampire
Terminé #3le 02.01.19 10:09
Hello U Doki Doki !

Je n'ai pas encore tout lu, mais déjà bravo, j'aime beaucoup.
Mention spéciale pour l'histoire et sa forme, c'est original !

Joshua Rokuro
Monseigneur Jojo ♛ roi des lémures et dragon des archives

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
48/15  (48/15)
× Présence: présent
× Evolution :
× Age de la mort : 18 Masculin
× Age post-mortem : 193
× Avatar : Greedling - FMA [fanart par qtt-art]
× Pouvoir : absolu /PAN/
× Logement : Duplex de Jojo
× Métier : Roi ♛
× Epitaphes postées : 6568
× Øssements2870
Féminin
× Inscription : 08/02/2014
× Surnom : le koala
× DCs : Luap Jones
Monseigneur Jojo roi des lémures et dragon des archives
Terminé #4le 02.01.19 12:45
Je viens lire !
YO J'ARRIVE AVEC LA MOTIVATION CA Y EST !

Identité AH BAH OUI S'IL EST SI VIEUX C'NORMAL QUE LA FICHE SOIT SI LONGUE OOOOOOOOOKKKKKKKK   Je lui calcule donc 27 ans d'âge de la mort, et 890 ans post-mortem Tu penseras à rajouter ça dans ton profil ?
Pour la nationalité ça passe mais ça reste un petit peu tiré par les cheveux komem, l'Angleterre et l'Espagne sont pas hyper liés à l'époque
Autrement sur les langues vu l'âge ça paraît possible Par contre du coup pour son espagnol j'imagine qu'il parlait le castillan de son vivant et qu'il a suivi l'évolution de la langue jusqu'à l'espagnol moderne ok non il vivait pas en espagne dukou, mais pareil pour l'anglais du coup, il parlait moyen anglais ?

Physique COMME UN BONZAI ? J'espère qu'il se taille pas avec des ciseaux quand même
1m89.74
C'est extrêmement précis ou c'est parce que t'as voulu changer le nombre en oubliant d'enlever le précédent ?  
Putain le cosplay Pour un mec né au Moyen-Âge il est hyper à l'aise avec la modernité jpp
L'apparence zombie est assez succinte mais bon Faut voir quand est-ce qu'il a été transformé, aussi

Précisions Le pouvoir cool, je croyais trop avec ses lunettes qu'il était comme Scott Summers
Le pouvoir manque peut-être un peu de limites, hormis le fait que ce soit gênant Mais en même temps il est pas si cheaté que ça et met pas trop les autres en danger donc ça va

Pour les lunettes par contre pour moi ça existe depuis beaucoup plus longtemps que le XVIIIème par contre Pour moi c'est plus XIIème-XIIIème, et encore ça c'est pour les lunettes qui corrigent la vue, celles d'Aragon sont pas correctrices donc j'pense qu'il a pu allègrement s'en procurer bien avant sans pour autant les avoir inventées  

Caractère Ouais et bah moi je dis Aragon comme le poète, et paf
Bon bah ça fait du bien de découvrir qu'il est un peu nul quand même, vu qu'il a un physique de rêve. On peut pas tout avoir
il va juste poser le pot sur l’étagère et vous dire que c’est bon, et que vous devriez goûter.
... Ca reste hyper narcissique jpp

Alors, du coup, si j'ai bien compris, c'est une icône LGBTQ+ mais il rejette les hommes trans parce qu'il considère que ce sont des femmes ? C'est pas un peu embêtant pour son image auprès de la communauté ? Ou il se bat seulement pour les droits des homosexuels ? Bon, peut-être que l'histoire va m'éclairer là-dessus

Histoire Bon du coup "lord" au XIIème c'est un petit peu anachronique mais visiblement leurs paroles sont transcrites en langage moderne anyway
Bon le théâtre et moi ça fait deux, je risque de pas comprendre la moitié de ce qui se dit je te préviens Là de ce que j'ai compris sa mère l'a laissé pour devenir une grande artiste et au final les gens l'ont brûlée parce qu'elle était pécheresse ? Mais jor y'avait pas trop d'actrices à l'époque, donc elle était jor troubadour ? ok ui le mot apparaît par la suite pour le désigner lui, donc je considère que c'est bien ça

Au-delà de ça, y'a juste un point qui peut coincer au regard du contexte historique, c'est que l'homosexualité est pas encore condamnée par l'Eglise au XIIème siècle, c'est le siècle suivant que ça apparaît En théorie c'est réprimé pour les clercs, mais il y a même pas de mesure prise pour la punir pour eux, alors je pense que la société s'en carre la nouille qu'il pécho son pote Après, son père peut tout à fait décider d'appliquer à l'excès les textes et refuser que son fils soit homo, pareil pour Leeroy du coup il peut considérer que "c'est contraire à ce que Dieu veut blablabla" mais c'est juste que la majorité de la société pense pas du tout comme ça encore donc personne, à part le père, ne les juge, en théorie

On peut considérer du coup que c'est juste le père et ses enseignements qui les pousse à envisager la fuite, puis la dissimulation, et qu'il lui trouve une épouse aussi extrémiste que lui, du coup ça implique pas de modifications à faire sur ton texte, juste j'préfère le préciser quand même parce que ça reste un comportement super minoritaire encore à l'époque... Basically si ça se passait un siècle plus tard c'était vraiment niquel

IL A MENTI A LA FIN DE LA SCENE 4 OMG ET ILS ONT BRULE SON CHERI
La mort est bien là, t'auras le badge du club des suicidés

J'aime l'idée de la pièce de théâtre du coup, et elle est très bien écrite d'ailleurs, mais j'te cache pas que j'étais soulagée de voir que toute l'histoire était pas écrite sous cette forme parce que j'aime trop pas le théâtre Le tout reste super cohérent par rapport au milieu dans lequel il évolue dukou, et j'aime bien qu'à bientôt 9 siècles il soit conscient qu'il est proche de la tombée en poussière.

Au final ce qu'il a fait dans le monde des morts est évoqué très rapidement, mais on a bien compris que le résultat c'est qu'il est bg et connu et blindé et gay comme un phoque

Par contre bah... Il manque la transformation en zombie ? Pourquoi c'est arrivé (alors qu'il s'est suicidé) ? Quand c'est arrivé ? Depuis quand il l'est, toussa toussa.


deux-trois p'tits détails

Juste deux-trois petits détails s'tu veux bien
Déjà, le truc manquant principalement, c'est la transformation en zombie, ses raisons et la situation du truc dans sa timeline parce que Si tu veux en profiter pour détailler un peu plus son apparence zombie ce serait parfait (vu qu'apparemment il en est à un point super avancé )

J'veux bien aussi que tu m'éclaires sur comment il a mené des groupes LGBT alors qu'il est apparemment pas tolérant envers les hommes trans ? Enfin c'est ce que je comprends de la mini-phrase au milieu du caractère, si c'est pas ça ça mérite peut-être un peu plus de détails pour pas prêter à confusion

Dernier point un peu embêtant, ça paaaaaaasse tel quel si on considère que ses proches sont extrêmes et en avance sur leur temps, mais j'trouve quand même que 1150 c'est un peu tôt pour qu'il soit autant dénigré pour son homosexualité alors que l'Eglise a pas encore pris cette décision et a même pas encore tant que ça d'influence sur la société J'pense 100 ans plus tard ce serait plus cohérent Après je conçois que tu sois pas forcément prête à rajeunir ton perso, mais juste bah à ce moment-là tu feras gaffe si tu évoques ça en rp, garde bien à l'esprit que c'était pas encore le regard porté par le reste de la société sur l'homosexualité.

En parallèle y'a juste le détail des lunettes dans les précisions, j'pense que ça existait déjà quand il est mort, surtout si elles sont pas correctrices, la technique de taille de verre/pierre est déjà au point vers le XIIème normalement Enfin bref c'est pas non plus le détail le plus gênant donc le changement est pas impératif si tu préfères qu'elles soient bricolées
Aragón J. Stonebow
Nécromancien zombie

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
33/100  (33/100)
× Présence: pause indéterminée
× Evolution :
× Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 792
× Avatar : Dirk Strider
× Pouvoir : Vous faire dire vos pensées en vous regardant dans les yeux
× Croisée avec : Un phoque
× Appartement : SDF
× Métier : Producteur, réalisateur, ex chanteur et acteur
× Epitaphes postées : 48
× Øssements179
Féminin
× Inscription : 31/12/2018
× DCs : Vaska Sorokine
Nécromancien zombie
Terminé #5le 02.01.19 15:43
ALORS MADAME tout d'abord merci à toi et Max pour les compliments et voici donc les modifications faites :

Pour l'apparence de zombie, j'ai écrit ça :
Sous sa forme de zombie, l'état de décomposition pourtant ralenti de notre nécromancien est horrifique, atroce et malodorant, quoique bien conservé pour un mort zombifié en 1260. La cause de son décès étant une blessure au cœur, c'est à ce-même endroit que l'état de décomposition est le plus avancé, rendant visible par un trou béant ses organes internes salement amochés et ses côtes. Cependant, le reste de son corps n'est pas en reste. Entièrement chauve, la moitié de son crâne est dépourvue de peau, voire de muscles à certains endroits, portant sur vous un regard à l’œil terrifiant et inquisiteur. Des bouts de chair pendent au niveau de ses jambes, à peine raccrochés aux os par de simples tendons et toutes ses extrémités sont entièrement dépourvues de peau, si ce n'est sa main droite, qui est pour sa part entièrement squelettique. Le peu de beau qu'il lui reste est d'une teinte violacée, parfois verdâtre, et dégage une odeur infecte de cadavre. Heureusement pour Gon, les potions qu'il créé lui-même l'empêchent de révéler sa véritable apparence au grand jour.
Et pour expliquer pourquoi il s'est transformé en zombie, j'ai été plutôt vague mais j'ai mit ça :
T'y crois toi, que tout ça c'est parce que j'ai cru ce nécromancien quand il m'a dit que Leeroy était toujours en vie ? Que j'ai but ses paroles quand il a annoncé qu'il avait des visions du Monde des Vivants ? Si je n'avais pas été si naïf et désespéré, nous n'en serions pas ici.
Par contre je sais pas si l'était de décomposition s'accorde bien à la date donnée O_o

Pour ce qui est de la transsexualité, j'ai ajouté que "l'incident Taylor" était arrivé en 1980, donc après la légalisation des trucs LGBT et aussi ça :
Il est tolérant, certains de ses amis son transsexuels, mais jamais il ne s'engagera dans une relation amoureuse avec l'une de ces personnes et ressentira à leur encontre une grande méfiance, considérant qu'ils se mettent à eux-mêmes et au monde.

J'ai avancé la date de naissance et de mort de 100 ans, pour faire le truc de l'église étou plus cohérent

Après pour les lunettes c'est parce qu'officiellement les lunettes de soleil ont été créées à cette date selon ce que j'ai trouvé... mais bon je pense que t'en sais plus que moi sur le sujet UwU donc je mets juste pas de précision par rapport à son port de lunettes
Afficher toute la signature


#FF8000 quand la star s'adresse à vous ~
Joshua Rokuro
Monseigneur Jojo ♛ roi des lémures et dragon des archives

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
48/15  (48/15)
× Présence: présent
× Evolution :
× Age de la mort : 18 Masculin
× Age post-mortem : 193
× Avatar : Greedling - FMA [fanart par qtt-art]
× Pouvoir : absolu /PAN/
× Logement : Duplex de Jojo
× Métier : Roi ♛
× Epitaphes postées : 6568
× Øssements2870
Féminin
× Inscription : 08/02/2014
× Surnom : le koala
× DCs : Luap Jones
Monseigneur Jojo roi des lémures et dragon des archives
Terminé #6le 03.01.19 10:58
Ok ok du coup niveau dates c'est plus cohérent pour l'histoire, pour l'apparence zombie c'est niquel et la transphobie est expliquée et intervient après sa période icône LGBT, ça marche

Pour le pouvoir je rajoute au bottin mais je sais pas trop comment le nommer, j'ai mis ça au même niveau que la détection de mensonges d'Alaska, tu me diras si ça convient ou si y'a une autre appelation qui te va mieux

tu es validé !

Félicitations, tu peux désormais aller rp !

A son arrivée dans l'au-delà, ton personnage aura également été placé pendant une semaine dans un des appartements de l'Agence Azazel :

L'appartement Jolly Jumper
En te rendant dans le sous-forum qui y correspond, tu trouveras un sujet de "flood privé" réservé pour la discussion avec tes colocataires, n'hésite pas à t'y présenter pour nouer de premiers liens sur le forum

En parallèle, pense à aller recenser ton avatar dans le bottin pour ne pas qu'un futur nouveau te le pique, et à remplir les différents champs de ton profil. Tu pourras éventuellement aussi te créer un carnet spectral pour qu'on vienne te demander des liens et des rps, et surtout qu'on sache où tu en es dans ta vie sur le forum !

Puisque ton personnage a déjà vécu +700 années dans l'au-delà, il a vraisemblablement déjà gagné quelques points d'amusement d'avance ! Je t'en donne 26 pour rester réalistes tout en te permettant de profiter du système de points. Si tu ne sais pas du tout de quoi je suis en train de parler, je t'invite à lire le sujet en question, les PA te seront probablement utiles dans le futur si tu souhaites faire évoluer ton perso !

Enfin, même si on n'a pas envie d'y penser à peine validé, tu peux aussi passer faire un tour dans ce sujet afin de prévoir une éventuelle disparition de personnage en cas de reboot, de départ ou d'inactivité future

Je pense que tu es assez submergé de liens pour le moment, je te laisse profiter du forum, étant donné que tu es officiellement un Nécrozomb !
Pseudo :

forums partenaires