ConnexionConnexion  
  • AccueilAccueil  
  • PortailPortail  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • connexionSe laisser mouririnscriptionNos fantomesliste des membres
    RèglementContexteGroupesØssementsPoints d'amusement
    Nouvelles épitaphesépitaphes du jour
    Rechercher
       
    forum rpg paranormal déjanté • rp libre • v.3.12
    en ce moment

    Capouccino recherche le grand amour, homme, entre 19 et 25 ans

    Eden Indentshi recherche tout plein d'employés pour son organisation

    Cinemont recherche des personnages enfants

    Cinemont a posté un rp libre dans l'allée des cerisiers

    Alexiel Etsuko cherche plusieurs rps pour son personnage deux en un.

    Alexiel Etsuko a posté un rp libre dans l'appartement Kiss

    Urie Kaneki recherche divers vampires pour rp !

    Event du moment
    Calendrier de l'avent
    du 1er au 24 décembre

    You again ? ▬ Akuma

    avatar
    Invité
    Invité
    #1 le 24.09.15 22:21
    shame


    Bon, voilà, j'étais arrivée à la porte. Ou du moins pas trop loin. Je me faisais grave chier. y'avait rien à faire. c'était mort. Beaucoup trop. Alors pour la énième fois j'avais décidé que j'allais tenter de passer de l'autre côté. Avec un peu de chance - en fait il aurait fallu que j'ai l'cul bordé de nouilles - ça allait le faire, cette fois. J'allais tenter, encore, de profiter du moment où quelqu'un allait l'ouvrir - pour entrer ou sortir, peu importe - pour m'y faufiler en toute discrétion. Même si ça ne semblait pas suffisant... Pas pour un brin. C'en était désespérant. Le pire c'était quand je me faisais intercepter avant même d'avoir réellement tenté quoi que ce soit.

    Bref. Je vis quelqu'un arriver pas trop. Enfin, ce n'était pas n'importe qui. C'était lui. omg. J'savais plus vraiment quoi faire. Il était magnifique, pour pas changer. Dans un effort inhumain, je me recontcentrai sur ma tâche. Passer. J'attendis qu'il soit proche de la porte pour me mettre à courir. Courir. Jusqu'à ce que. BOOM. Boom ? Eh merde ! Ouais, je venais de lui rentrer dedans, comme ça d'un coup. Et j'avais jamais remarqué - peut-être parce que je ne l'avais jamais vu d'aussi près - qu'il avait de si beaux yeux. J'étais là, plantée comme une cruche. A moins de quelques pas de lui. Le pire; j'n'avais même pas le courage de lui adresser la parole.

    J'étais déjà entrain de fuir en cavalant, que je me décidais à lui dire bonjour, ou un truc dans le genre. Le relationnel ç'avait jamais été ça chez moi.

    Plus tard, quelque chose comme quelques heures plus loin. Après avoir larvé dans un coin de rue à observer un gars à qui j'avais tranché la tête et les entrailles. Je pris le chemin du bar. Me disant que me rincer la tronche me ferait probablement pas de mal. Surtout suite à la honte que j'avais d'lui être rentré dedans. Comme ça.

    Je n'aimais pas forcément les chats. Mais c'ui là était pas trop cher alors j'aimais bien y aller, de temps en temps. J'm'apprêtai donc à aller m'installer au comptoir sans trop regarder les gens à côté. Ni les bestioles qui grouillaient au sol. Actuellement, la dernière chose à laquelle je m'attendais c'était de retomber sur lui. Et pourtant. Dans tout les sens du terme. Je venais effectivement de lui tomber dessus. Encore.
    avatar
    Invité
    Invité
    #2 le 26.09.15 0:30

    Shame
    Meilin ▽ Words like violence, break the silence. Come crashing in, into my little world. Painful to me, pierce right through me. Can't you understand, oh my little girl.
    Ce n’était certainement pas le meilleur restaurant de tous les temps, il y avait malgré tout pris un doggy bag, pour le principe, et se traînait le petit colis de Candina dans la poche. Lorsqu’il revint dans le monde des morts, Akuma se sentit un peu plus chez lui, et d’une certaine façon, déçu de cette gastronomie. Il se demanda s’il devait partager avec Joshua, pour le principe, après tout il ne l’avait pas vu au bar depuis longtemps. S’il lui manquait ? Akuma ne l’aurait pas avoué, pourtant, malgré ses moments où il se surprenait à vouloir perdre de nouveau l’ouïe en sa compagnie, le géant appréciait Joshua. Il n’en dirait pas plus.

    Finalement, il sentit quelque chose doucement se fracasser contre son torse. Il n’avançait pas pourtant. Il baissa le regard, lentement, et croisa celui bleu de la demoiselle. Il mit quelques temps à se souvenir, plus que d’habitude, toujours cette fatigue agaçante, et peut-être parce qu’il ne la connaissait pas tant. Il attendit. Qu’elle s’excusa, qu’elle dise quelque chose, pour une fois. Mais rien, aussitôt elle partit dans l’autre sens. Son prénom lui revint ; était-ce Merlin ? Il ne fallait pas lui en vouloir pour ce petit oubli. Le vampire haussa simplement les épaules, un peu curieux, un peu habitué. Elle le regardait toujours de loin, mais jamais elle n’avait cherché à lui faire du mal, il devait s’agir de cela, n’est-ce pas ? Il se rappela des mots de son petit frère de substitution sur ce bout de femme. Pour autant, s’il le notait dans un coin de son crâne, il n’avait jamais eu affaire à elle, il ne voyait pas l'intérêt de lui toucher deux mots. Elle ne lui semblait pas dangereuse pour le moment.

    Ah, le doggy bag lui brûlait un peu la main. Il changea la position de l’objet, puis repartit en direction d’Il Crepusculo. Avant cela, il fit la rencontre de la harpie verte, après cela, il s’assied dans un bar bruyant aux miaulements saccadés. Sa nourriture avait disparu, partagée avec Kiko.

    Clac clac. Firent ses doigts à son oreille.

    Malgré les sons ambiants, il garda ce réflexe. Son ouïe était toujours là, ça le rassura. Lentement, suavement, avec toute la grâce du monde, un chat monta sur son épaule, ronronna puis se fraya un chemin contre son cœur, agrandissant le col de sa chemise. C’était un habitué, un rouquin, un vieux au pelage usé. Akuma sentait ses petites griffes se perdre dans les fibres de sa chemise blanche. De toute manière, elle était foutue : le sang dessus ne disparaitrait pas. Une simple goutte, quelle barbarie. Le géant observait d’un œil morne la barmaid, sans forcément l’observer elle, et gratta d’une main le crâne du chat tandis que de l’autre, il buvait une gorgée de café. Il en ramenait souvent ici, alors il était gratuit.

    Puis, une seconde fois, il sentit quelque chose doucement se fracasser, contre son flanc. Appuyé au comptoir, il passa à la position tournée vers ce qui venait de le cogner. Ses sourcils se levèrent un peu, toujours le même petit bout de femme, étrange, aussi muette qu’il avait été sourd. Ses yeux cernés fixèrent ses iris bleutées. Elle ne disait toujours rien. Elle lui rappelait ces chats sauvages, en quelque sorte. La comparaison lui fit étirer un sourire, un peu flippant, il fallait dire.

    Miaw. S’exprima le félidé, sortant sa tête de la chemise un peu déboutonnée du géant. Ses yeux émeraudes se posèrent sur la demoiselle, aussi perplexes que ceux d’Akuma. Lui, il avait une voix, comparés aux deux autres. Finalement, le vampire ne prit pas la parole, et sans se soucier de l’effet qu’il donnait avec ce chat dans sa chemise, il regardait l’arme de la jeune femme. Ah, cela éveillait son intérêt. Il pencha la tête de côté, lentement. Son index se pointa, tout proche de son visage, et pourtant visant ce qui était derrière, suavement. Sa question se fit silencieuse, et voyant qu’elle ne répondait pas, il prit la parole, de ce vieil accent russe rocailleux, et de son japonais faussement mauvais :

    « Toi savoir te servir de ça ? Pourtant, toi pas avoir yeux en face trous aujourd’hui. Toujours cogner moi. »

    Son élocution légendaire, avait encore frappé.
    (c) AMIANTE


    avatar
    Invité
    Invité
    #3 le 26.09.15 19:58
    shame


    Je me sentais conne. Y'avait pas d'autres mots. J'savais pas vraiment ce que j'avais aujourd'hui, j'étais probablement juste distraite. Mais de là à percuter quelqu'un deux fois, c'était tout de même un peu ridicule. Deux fois. Deux fois, j'lui étais rentrée dedans. Et le même jour en plus. j'aurais pus laisser des mois - même des années entre les deux -, mais non, il avait fallu que j'fasse ça à seulement quelques heures d'intervalles. Si je m'attendais à le croiser là ! Cette fois, je n'allais pas vraiment pouvoir fuir. Donc, la meilleure idée que j'eus fut de le dévisager. J'enviais d'ailleurs énormément ce maudit chat qui s'était loger dans sa chemise. omg son torse. Finalement ce n'était pas si mal qu'il soit là. S'étant logé là, il avait déboutonné la chemise, d'un ou peut-être deux boutons, mais ça dévoilait déjà un peu de chair. Je crois que finalement j'peux m'y habituer à lui rentrer dedans systématiquement.

    En vrai je me faisais un peu pitié avec mes réactions de fangirl, m'enfin, l'était quand même grave sexy l'Akuma.

    J'aurais vachement aimé pouvoir fuir discrètement. Mais visiblement, il en avait décidé autrement. Lui aussi m'avait dévisagé. Puis soudainement il pointa son doigt sur moi. omg il m'a frôlé ! Et là, il me parla. A moi. C'était genre merveilleux. Il avait cet accent russe qui démultipliait son charme, son charisme. Bon, il avait un japonnais approximatif, très caricaturale des faits. D'ailleurs, je me rendis compte qu'il parlait de mon katana, qui pendouillait dans son étui au bout de mon épaule.

    Il me fallut un certain pour lui répondre. Pour me décider à le faire, et pour trouver quoi dire.

    « Ah... Oui je sais m'en servir. Plutôt pas trop mal, d'ailleurs. Ca t'intéresse ? »

    Wow. J'avais fait une phrase entière, sans bégayer, construite et tout. J'étais fière de moi, et en même temps je me faisais un peu - beaucoup - pitié. On aurait dit une collégienne. Mais bon au moins, disons que je lui avais enfin adressé la parole. Et si le kendô l'intéressait, on allait devenir copains. Bon, il s'était quand même un poil foutu de ma gueule. Sauf que j'avais pas vraiment les capacités relationnelles pour vraiment y répondre sans trop le prendre mal. J'aurais bien voulu lui parler de mon katana, et du kendô en général. Si seulement j'étais du genre pipelette. Or j'étais plutôt tout le contraire... Une carpe ou quelque chose dans ce goût-là. Muette.
    avatar
    Invité
    Invité
    #4 le 29.09.15 0:04

    Shame
    Meilin ▽ Words like violence, break the silence. Come crashing in, into my little world. Painful to me, pierce right through me. Can't you understand, oh my little girl.
    Akuma pensait de plus en plus sérieusement qu’elle était muette, ou bien malade au point d’en devenir aphone. Puis, elle fit entendre sa voix, c’était assez doux comme son, un peu tremblant, suave sur certaines fins de mots. Le vampire aimait écouter les voix et leur moindre tonalité, cela en disait long sur le possesseur, et cela lui tenait à cœur. Il ne pouvait les entendre avant, pas même la sienne, et malgré les années passantes, le géant ne perdait pas cette habitude. Pourtant, elle paraissait si infime dans le brouhaha, la voix de Meilin, qu’il vérifia instinctivement son ouïe.

    Clac clac, firent ses doigts à son oreille.

    Le chat, quant à lui, bondit sur le comptoir et se coucha sur ce dernier, les pattes rentrées dans son pelage. Il fixait la demoiselle, d’un œil aussi imperturbable que celui d’Akuma. Pourtant, ce dernier était un peu intéressé. Le russe attrapa la tasse de café, se concentra dessus en buvant une gorgée, et haussa les épaules en guise de réponse, suivi de son éternel « Mh. »

    Oui, ça l’intéressait, un tantinet. Cela l’aurait rendu plus curieux s’il avait eu lui-même sa lame, qui était malheureusement chez lui. Peut-être qu’il l’aurait invité à jauger son niveau. Si la demoiselle avait l’intérêt de Joshua, c’est qu’il y avait une bonne raison… Il lâcha un soupir inaudible à cette idée ; il irait la chercher avant d’aller à Il Crepusculo, un simple détour. Candina ne lui en voudra pas.

    Le gaillard s’appuya sur les bords du comptoir, et ne la voyant pas se rapprocher, il haussa un sourcil. Tu viens, ou tu comptes rester planter là ? Disait-il ce sourcil. Un nouveau félidé noir sauta sur sa propre épaule, y élisant domicile. Décidément, il avait un feeling avec les animaux, cela ne le gênait pas, ce n’était pas comme si le matou pesait trois tonnes. Quant au rouquin, il se rapprocha de la demoiselle, fortement intéressé. Quant au brun, non pas le chat, on parle d’Akuma, il repensa à ce petit frère de substitution, et à la relation qu’il avait avec la demoiselle.

    « Toujours toi vouloir aller monde vivants ? »

    Il savait. Ce n’était pas difficile à savoir, avec les plaintes de l’autre. Ce n’était pas ses affaires, et si son aspect laissait à penser qu’il voulait la remettre à sa place, ce n’était nullement le cas. Du moment que les ennuis n'allaient pas trop loin, il ne s'en mêlerait pas, elle semblait surtout fascinée, il se demandait pourquoi. Si c'était comme pour la majorité des autres mors, ou si sa raison sortait de l'ordinaire. Il voulait juste savoir, un peu mieux comprendre. Observer, jauger, et qui sait, étirer un grand sourire effrayant et intéressé : ah, je vois pourquoi Joshua est allé vers toi. Intéressant.

    (c) AMIANTE


    avatar
    Invité
    Invité
    #5 le 30.09.15 20:05
    shame




    Le gros chat roux qui logeait dans la chemise du vampire en sortit, presque brusquement, m'arrachant à ma contemplation, me ramenant à cette réalité. Et tandis qu'il s'installait sur le comptoir, me regardant comme pour me réclamer à manger, Akuma fit claquer ses doigts à son oreille. Geste lourd de sens, qui pourtant m'échappait. Bref. J'crois qu'il est entrain de m'inviter à m'installer à côté de lui. Ou quelque chose du genre. De pas rester là, plantée, bêtement. Et il n'avait pas tord. Je tirais donc un tabouret. Et avant qu'un chat n'y grimpe, j'y posai mon fessier.

    Et alors il me répondit, pas ce " Mh " qui ne semblait même pas m'être destiné. Il me posa cette question avec sa voix rugueuse, avec cette consonance russe. Etais-je intéressée par le monde des vivants ? Oui. et comment ! Pouvais-je lui dire ? Au pire Josh avait du - le ferait à un moment ou à un autre - lui en parler, de cette fascination que j'avais pour les vampires, pour le monde des non-morts. Ô combien j'me faisais ici, là-haut. Et puis, au pire, rien à foutre. Si c'était un secret, tant pis.

    « Ouais, toujours. »

    C'était le genre de réponses brèves - parfois trop - qui me caractérisaient. J'étais dans l'incapacité la plus totale de faire de longues phrases détaillées et travaillées. J'n'en voyais même pas l'utilité d'ailleurs. En tout cas, sans trop le vouloir, j'avais atténué mon intérêt pour ce monde où j'avais vécu. J'ne voulais que ça, y retourner. Je l'enviais tellement lui, du haut de son double mètre et quelques chose, qui pouvait y aller quand bon lui semblait. Lui dont la condition lui permettait de tuer. Encore. Et puis, j'enviais aussi tous ces gens qui devenaient, à leur tour, des vampires. Perpétuant ainsi un rituel dont j'étais exclue, totalement.

    Alors, le chat s'approcha de moi. Depuis quand attirai-je les bêtes moi ? Non que je ne les aimais pas. Quoique. J'savais plus trop qui m'avait déjà dit de prendre une bête avec moi, histoire de tuer ma solitude. Mouais, c'était ridicule. Un chat par exemple c'était trop de corvées pour pas grand chose. Ils n'hésiteraient pas à bouffer leur maître en absence de bouffe. Aucune reconnaissance? Aucun intérêt. P't'être un chien, ou un loup. Bref, ce n'était pas le propos.
    avatar
    Invité
    Invité
    #6 le 02.10.15 12:42

               
    Shame
    Meilin ▽ Words like violence, break the silence. Come crashing in, into my little world. Painful to me, pierce right through me. Can't you understand, oh my little girl.
    Ouais, toujours. Sa réponse lui parut suffisante, Akuma laissa passer quelques minutes, à regarder l’intérieur de sa tasse de café. A vrai dire, s’il devait critiquer son peu de conversation, ce serait l’hôpital qui se foutait de la charité. D’un autre côté, il se doutait qu’elle n’était pas très bavarde, à la voir toujours du coin de l’œil le fixer, sans émettre un seul son, il avait deviné que c’était dans sa nature.

    Le chat se mit à ronronner à l’oreille d’Akuma, qui caressa distraitement le pelage du félin, le son lui fut rassurant et plaisant, il accentuait pourtant son envie de dormir. Ses yeux cernés se levèrent de sa tasse pour observer la barmaid en plein travail. Il ne la regardait elle, il réfléchissait sur la demoiselle assise à côté de lui. Il aurait bien demandé pourquoi un tel comportement à son égard, mais il se disait que ce n’était pas le moment, et puis, elle avait fini par venir lui parler, certes par hasard mais c’était toujours ça. Il apprendrait plus sur elle avec le temps, et devinerait certainement le pourquoi du comment de son comportement.

    En attendant, tandis que ses yeux restaient sur le décolleté de la femme sans s’y intéresser, Akuma se demanda pourquoi elle voulait venir dans le monde des vivants. Oui, beaucoup de morts le souhaitaient, mais qu’elle était sa raison première ? De plus, elle était là depuis quelques temps, sans être transformée en zombie… Merlin n’était pas tombée dans ce piège. Il y avait donc autre chose, c'était forcé.

    « Mh. » fit-il pour lui-même, une nouvelle fois.

    La barmaid voyant son très léger geste de main, revint avec une tasse vide, et une carafe de café chaud. Akuma attrapa l’objet, servit sans demander son avis son interlocutrice puis il se servit lui-même, et impassible demanda simplement :

    « Pourquoi ? »

    Il n’y allait pas par quatre chemins, et il supputait qu’elle n’avait aucune raison de lui mentir. Le contraire voudrait dire qu’elle lui cachait quelque chose, donc que ça le concernait lui et sa race, ou tout du moins qu'elle avait des mauvaises intentions. Et là, ça lui poserait problème si elle était un danger pour ses congénères. Il repensa au katana… Ce sera une question pour plus tard.

    Lentement, pour appuyer sa question, il joignit ses mains, et tourna avec la même absence de vitesse son faciès vers la demoiselle, la regardant enfin. Pourquoi, depuis tant d’années, n’as-tu pas abandonné cette idée ? Il repensa à Joshua, qui avait du étudier le sujet se tenant à ses côtés, si elle avait été un danger, le roi des spectres certes un peu taré, aurait fait quelque chose en conséquence. Pourtant, Joshua était comme Akuma, ce dernier le savait : aucun des deux n'était infaillible.

    (c) AMIANTE

               

    avatar
    Invité
    Invité
    #7 le 04.10.15 14:40
    shame




    Pourquoi ? C'était une bien grande question. La réponse était simple. En fait. Bien que pas facile à entendre pour tout le monde. J'voulais tuer. Encore et encore. Ca me manquait, plus qu'une drogue, c'était ma raison de vivre à l'époque. Et là, depuis la mort, plus rien, c'était comme si j'étais morte de bon. Alors qu'autour de moi les gens étaient si heureux d'être là. J'avais le regard perdu, quelque part en face de moi. Ce regard vide, est-ce que ça changeait beaucoup de d'ordinaire ? Je regardais le café dans la tasse en face moi. Et j'y plongeait un demi sucre - sacrilège, je sais je sais -. Tient c'est vrai, il m'a servie, c'est gentil.

    Puis là, le même chat roux qui me regardait avec tant de volonté, se redressa. Monsieur voulait voir ce qu'il y avait dans ma tasse. J'avais envie de lui dire qu'il n'y avait rien pour lui. Mais au lieu de ça, j'lui fis deux petites papouilles.

    Le problème était là, j'ne savais pas quoi répondre. J'étais dire quoi ? La vérité ? Inventer un bobard plus gros que moi ? Ou transformer les choses ? Bah, pour quoi faire de toute façon. Si j'lui mentais à lui, autant aller tout de suite me pendre... Ou un truc dans le genre, pour me tuer, retuer. Bref, il fallait peut-être que je lui réponde, ça pouvait être bien. Fallait dire qu'il s'était carrément tourné vers moi. Comme si la réponse que j'allais apporter avait une importance capitale. Pour quoi d'ailleurs ?

    « Ca me manque. Pas moi, plutôt les gens. »

    Ouais, bah c'était la stricte vérité. Les gens me manquaient terriblement. Et pas qu'à moi, mon pauvre katana aussi ça devait lui manquait. J'avais lancé ça en regardant l'étui que j'avais posé au sol. Je ne le prenais plus que par habitude. Je ne me sentais pas à l'aise quand je ne l'avais pas. D'aucun dirait " j'me sens à poil quand j'l'ai pas ", mais bon, l'idée restait la même.
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    forums partenaires