ConnexionConnexion  
  • AccueilAccueil  
  • PortailPortail  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • connexionSe laisser mouririnscriptionNos fantomesliste des membres
    RèglementContexteGroupesØssementsPoints d'amusement
    Nouvelles épitaphesépitaphes du jour
    Rechercher
       
    forum rpg paranormal déjanté • rp libre • v.3.12
    en ce moment

    Capouccino recherche le grand amour, homme, entre 19 et 25 ans

    Eden Indentshi recherche tout plein d'employés pour son organisation

    Cinemont recherche des personnages enfants

    Alexiel Etsuko a posté un rp libre dans l'appartement Kiss

    Urie Kaneki recherche divers vampires pour rp !

    Jason K. Washington plusieurs partenaires chimères, zombies et vampires

    Rose recherche des rps et des liens !

    Event du moment
    ... Before Christmas
    du 20 décembre au 20 janvier

    Can I have some ? *PLEASE*

    avatar
    Invité
    Invité
    #1 le 23.09.15 1:11
    can i have some ?
    POUF! Un nuage rose pailleté explose soudainement sur le pont, embrouillant une dizaine de passants qui ont le malheur d'être là, pile en-dessous de toi. Tu éclates de rire, découvrant tes pauvres victimes devenues entièrement roses et brillant comme neige au soleil. Et tu t'envoles haut dans le ciel, loin de leurs complaintes, trop amères, trop acides. Doucement, le vent t'emporte, et tu te laisses faire, bercée par les courants. Tu vogues sur les nuages et perturbes le vol des oiseaux solitaires. Un doux sourire aux lèvres, tu te laisses tomber jusqu'à la rivière, remontes de justesse, frôlant l'eau de tes doigts. Tu accélères, les mains surfant sur l'eau, tu troubles la paix des poissons qui nagent juste sous la surface. Les grelots accrochés à ton poignet et à ta cheville tintent clair, te donnant des airs de lutin espiègle. Rien ne semble pouvoir t'arrêter, tu gonfles tes poumons d'air et de liberté. Un cri enthousiaste s'échappe de ta gorge alors que tu t'amuses à faire des boucles dans les airs.

    En vérité, une seule chose peut t'arrêter, celle-là même qui te fige dans le ciel, humant l'air, curieuse, intriguée. Tu sens. Tu sais. Un regard inquisiteur sur les badauds qui se promènent sur les rives, tu cherches et tu guettes. Et finalement, au bout de quelques minutes d'observation à peine, un sourire en coin s'affiche sur ton visage. Tu l'as repéré, et de loin. En même temps, il n'y a rien de plus facile, surtout pour toi. Voletant tranquillement, tu prends de la hauteur et te caches dans les rares nuages qui se promènent à cette altitude. Furtivement, tu te rapproches et te places juste au-dessus, tel un rapace faisant des cercles autour de sa proie, attendant le bon moment pour fondre sur cette dernière. Et le moment arrive. Tout en légèreté, tu te laisses tomber vers le sol, seuls tes grelots semblent contrarier ton approche silencieuse. Tu as tout calculé, tu as l'habitude depuis le temps. Sans crier gare - sauf peut-être un léger tintement - tu te glisses sur les épaules du géant, accompagnée d'un tout aussi gigantesque « BOUUUUH! », tout sourire.

    T'as passé l'âge d'être sur les épaules de quelqu'un comme ça, t'es trop grande, mais tu t'en moques. On dit aussi d'Akuma qu'il est trop grand, et alors ? Il fait bien ce qu'il veut lui aussi. Ah ça, vous faites bien la paire tous les deux ! Appuyée sur le sommet de son crâne, tu joues l'innocente, comme tu sais si bien le faire. « Ça sent bon ! Dis Akuma, y en a pour moi ? ♥ » Un ton enfantin, qui ne lui laisse pratiquement pas le choix. Tu le vois bien à présent, son doggy bag, tu l'as senti de loin. Il doit revenir du monde des vivants pour trimbaler ça avec lui. Tu te demandes de quel pays il vient. Était-ce en Europe ? Ou en Asie ? Peut-être en Amérique. Tu secoues la tête. Non. En fait, tu t'en fiches, tu sais juste que t'as faim - comme souvent, d'ailleurs - et qu'à l'odeur, ce qu'il y a dans ce sac doit être délicieusement bon ! Aller Akuma, dis ouiii !

    (c) AMIANTE
    avatar
    Invité
    Invité
    #2 le 23.09.15 20:15

    Maybe
    Kiko ▽ It makes no difference to me what you leave behind, what you choose to be. And whatever they say : your soul's unbreakable.
    Akuma remit en place le col de sa chemise blanche, puis sa veste noire mal rapiécée. Quelques humbles gouttes de sang souillaient les vêtements, à peine de quoi alarmer. Et c’est ainsi, son paquet en main, qu’il se rendit à Il Crepusculo. Le vampire ne revenait du monde des vivants jamais sans quelque chose à manger, aujourd’hui ne faisait exception aux autres jours. Un doggy bad entre ses doigts, encore chaud, il continuait lentement son chemin vers l’établissement de Candina.

    Si son regard laissait supposer à une réflexion intense et morne, Akuma se rappelait surtout de la nourriture dévorée à New Delhi, dans le fameux restaurant Bukhara. La nourriture était bonne, pour autant aussi fade que tout repas qu’il avait mangé durant ce siècle dernier. Alors oui, le géant faisait d’un de ses objectifs fondamentaux la découverte d’une cuisine de choix qui éveillerait ses papilles. En attendant, il n’allait pas repartir sans son fameux doggy bag, toujours fumant.

    Le vampire garda son autre main dans sa poche, jouant avec le petit colis pour la grande dame, pris en Italie la même semaine. Ces voyages incessants l’avaient fatigué, il était certes résistant, mais pas invincible. Ses yeux étaient creusés par la fatigue, et son dos légèrement courbé. Il pensa à son katana, chez lui, il lui manqua. Et comme son attention n’était pas à son apogée, il entendit le son de grelots au dernier moment et accusa doucement le choc. Ses yeux s’agrandirent à peine, il roula un tantinet des épaules pour mieux replacer l’oiseau qui l’avait désigné comme perchoir. Enfin, il était habitué maintenant, et ses yeux se levèrent doucement vers Kiko, sa chevelure verte, et son poids plume.

    « Mh. »

    Elle ne l’avait pas effrayé, elle s’en doutait, elle l’avait surprise tout du moins. Il s’exprima donc avec sa brièveté légendaire à sa question qui souhaitait une réponse positive. On s’habituait aux demandes de la gamine, et au moins… Elle lui demandait, à lui. A d’autres, il était prêt à parier qu’elle ne demandait pas la permission. Sa réaction équivalait à une réflexion, partager, ne pas partager… Choix cornélien pour le géant. Il haussa les épaules, faisant bouger la petite harpie qui y avait élu domicile. Les passants les regardaient, il n’en avait que faire. Il ajouta de son vieil accent grave et russe, et de sa divine lenteur :

    « Dépend si toi être sage. »

    Affirmation qu’il savait bien fausse, et il l’espérait. Kiko égayait bien ses journées, d’ailleurs, quelles conneries avait-elle fait cette semaine, en son absence ? Il demanderait bien un résumé. En attendant, tout en s’orientant vers un banc, il ouvrit le doggy bag, et qu’importe ses mots, lui fila un morceau. C’était la spécialité du restaurant : on pouvait manger avec les doigts. Il finit par s’asseoir, la gardant sur les épaules aussi naturellement que s’il portait un chapeau, et avala lui-même un morceau, la mine toujours aussi morne. Entendre la voix familière de Kiko lui ferait un peu de bien.

    Ah. Il omit ostensiblement l’idée de lui dire que la bouffe était très épicée. Un peu sadique ? Seulement d'un zeste.
    (c) AMIANTE


    avatar
    Invité
    Invité
    #3 le 24.09.15 17:49
    can i have some ?
    T'as jamais réussi à lui faire peur, mais tu t'en moques bien. Qui ne tente rien n'a rien comme on dit ! Et puis, c'est surtout pour la forme, question de principe dira-on. Tu le sens rouler des épaules, et tu t'agites à ton tour, t'installant confortablement sur ton perchoir. T'aimes bien être là-haut, tu vois tout sous un autre angle. C'est différent de quand tu voles, et plus encore de quand tu marches. T'es posée, en toute tranquillité. C'est toujours là que tu te réfugies quand t'es fatiguée, là que tu te planques quand t'as embêté ceux qu'il faut pas. Comme un refuge.

    Tu le sens réfléchir à ta question, et tu souris malicieusement. Tu sais qu'il y en a pour toi, c'est pas non plus comme s'il arrivait facilement à te dire non. Et il te pose sa condition, condition qui te fait rire intérieurement, après tout, c'est bien toi qui a lâché une bombe de couleur sur le pont il n'y a pas cinq minutes, n'est-ce pas ? « Toujours. Tu me connais bien ! » Ton sourire diabolique au visage, chacun de vous a l'habitude de cette ironie non-dissimulée.

    Assis sur un banc, tu ne descends pas pour autant, pourquoi faire d'ailleurs ? Une odeur délicieusement alléchante s'échappe du doggy bag qu'il finit par ouvrir, et, comme le Messie, il t'en donne un morceau. Mmmh, manger avec les doigts, y a rien de tel ! Tu lèves un regard le temps d'une seconde, juste pour apercevoir un passant rose de la tête au pied te foudroyer du regard, et tu lui sors ton grand sourire angélique, te sachant parfaitement intouchable perchée là où tu l'es.

    Finalement, tu dévores ce que tu as dans les mains, savourant avec délectation ta petite collation improvisée. Ta bouche pleine ne t'empêche même pas d'afficher ta joie. « Ch'est bon ! » C'est vrai que c'est bon, mais ... il y a comme qui dirait un truc qui cloche. Tu sens la chaleur te monter au visage et les larmes aux yeux, ta langue te pique affreusement, et t'as beau ouvrir la bouche en grand et aspirer de gigantesque bouffées d'air, rien n'y fait. « AAAAAH ! Ça ... ça ... ÇA PIIIIQUE ! » Tu agites les mains devant ton visage, espérant naïvement calmer cette chaleur, en vain, naturellement.

    Tu pourrais t'énerver, piquer une crise et courir dans tous les sens, mais non. Tu rigoles. Un bon gros fou rire comme on les aime. Oui, ça te fait rire, parce que tu dois avoir l'air ridiculement drôle, et que te moquer de toi-même est encore mieux que de te moquer des autres. Au bout d'un moment, ta langue s'apaise et ne pique plus - ou juste beaucoup moins - tu as toujours des larmes dans le coin des yeux, mais ce sont des larmes de joie d'avoir trop ri. Tu reprends ton souffle, le coeur battant. « Bon sang c'est quoi ? » Si une nourriture peut te mettre dans un état pareil, autant en faire profiter les autres dans une prochaine farce, vous ne croyez pas ?

    (c) AMIANTE
    avatar
    Invité
    Invité
    #4 le 25.09.15 19:35

    Maybe
    Kiko ▽ It makes no difference to me what you leave behind, what you choose to be. And whatever they say : your soul's unbreakable.
    Ironie. Non-dissimulée. Cela pourrait presque lui faire étirer un quart de sourire, s’il n’avait pas l’habitude. Le vampire n’était pas à ça près, et il l’observa savourer sa nourriture d’un œil, tandis que l’autre dénotait certains passants plus roses que pêches. Étrange, et il était certain que la demoiselle y était pour quelque chose. Il vint ensuite le moment tant attendu ; quelques larmes, une expression de totale surprise devant le côté épicé de la nourriture. Akuma, lui, regardait tout droit, et continuait à manger sa part avec sa lenteur habituelle, comme s'il n'était nullement responsable de l'état actuel de la nécromancienne. Mais il était satisfait, ce serait mentir que d’avancer le contraire.

    Il leva ensuite son faciès vers la demoiselle, à sa question, à ses rires, et il étira un de ses rares sourires face au côté enfantin et joueur de Kiko. Elle était l’une de celles à les obtenir, quelque chose d'autre qu’une grimace. Pourtant, un zeste de fatigue se mélangeait à la chose. Il finit par réfléchir au nom de la bouffe, un nom indien, il n’était pas spécialiste dans cette langue. Déjà qu’il trouvait plaisir en ne parlant qu’à moitié le japonais, alors l’indien dont il ne connaissait rien…

    « Mh. »

    Murmure de réflexion. Il prit un morceau, l’avala, comme s’il allait lui rappeler son identité en bouche, puis murmura à l’intention de la demoiselle :

    « Agneau sha… Moi pas savoir. »

    Il abandonnait vite.

    Akuma tendit le doggy bag pour qu’elle en reprenne un morceau puis dénota sur la jambe reposant sur son torse, une tâche rose. Elle était donc dans l’affaire des barbes à papa ambulantes. Son index pointa la preuve puis il haussa un sourcil circonspect envers la demoiselle. Raconte-lui tes histoires, c'est un bon passe-temps. D’ailleurs, il en avait marre de lever la tête, et roula des épaules pour lui faire comprendre qu’il valait mieux descendre. La fatigue jouait sur ses muscles. Et puis, il puait le monde des vivants, si l’odeur ne le dérangeait pas, elle en dérangeait d’autres. Il pensera à prendre une douche ce soir, après avoir vu Candina, bien sûr, sinon ce n'était pas drôle.

    (c) AMIANTE


    avatar
    Invité
    Invité
    #5 le 26.09.15 17:31
    can i have some ?
    De l'agneau ? Cela ne t'avance pas beaucoup. Il faudra que tu fasses de plus amples recherches à ce sujet. Tu piques volontiers un autre morceau dans le doggy bag tendu à ton intention, même en sachant que c'est épicé, histoire de prolonger le plaisir de la surprise dira-t-on.

    Le nez en l'air, tu observes les nuages se déplacer au gré du vent. Puis tu baisses à nouveau les yeux vers Akuma et ta jambe tâchée de rose. Ah. On dirait que tu as aussi été éclaboussée par ta propre potion, chose pas si rare que ça quand tu y penses. Tu souris, prise la main dans le sac - et non dans le doggy bag. Tu le sens rouler des épaules, et automatiquement, tu t'élèves dans les airs, quittant ton siège ambulant. Jambes en tailleur et bras croisés, tu continues de flotter comme si c'était la chose la plus normale qui soit. Tête en bas, tu fais fies du sang qui te monte à la tête - ou alors descend-il, au final ? Face à face avec le vampire, tu sembles réfléchir le plus sérieusement du monde.

    « Dis-toi que j'ai regardé un film hier soir, vraiment super ! Un truc qui se passe dans l'espace, avec des extraterrestres partout, des humains, un peu, un arbre qui répète tout le temps la même phrase, un raton-laveur complètement dingue ! » Tu agites les bras et les mains en même temps que tu parles, illustrant tes propos et faisant résonner les grelots qui y sont accrochés. « Bref. » Tu te redresses, tête en haut, toujours en tailleur. « Et dans ce film, il y avait pleins de gens tous roses ! Tu imagines ? Alors je me suis demandée, pourquoi les gens ne sont pas tous roses comme dans ce film ? » C'est vrai après tout, pourquoi ne le sont-ils pas ? Ou même violets, oranges, verts ?! « Alors voilà, j'me suis dit que ça rendrait la ville plus sympa si il y avait des gens tous colorés de la tête aux pieds ! » A ce moment-là, un trio de personnes, une rose, une verte et une bleue, passent derrière toi, tu les vois du coin de l'oeil et tu retiens à peine un rire en imaginant leur air déconfit.

    Finalement, tu poses tes fesses sur le banc, juste à côté d'Akuma, aussi fière de toi que tu puisses l'être. « J'ai encore des potions de jaune et de rouge à utiliser avant ce soir ! » Tu les sors de tes poches et les montres fièrement au géant avant de les ranger soigneusement. Repeindre toute une ville et ses habitants, c'est que ça en demande du travail !

    (c) AMIANTE
    avatar
    Invité
    Invité
    #6 le 28.09.15 0:27

    Maybe
    Kiko ▽ It makes no difference to me what you leave behind, what you choose to be. And whatever they say : your soul's unbreakable.
    Le truc, pour ne pas trop souffrir des bêtises de Kiko, c’est qu’il fallait être son ami, et encore, d’autres bêtises plus particulières encore te sont réservées. Ce sont ses bêtises V.I.P. Il écouta d’une oreille sa voix, ses mots et sa justification. Au fond, il se fichait un peu qu’elle ait repeint le monde en arc-en-ciel, il aimait la regarder faire, et il n’était pas son père. Alors, en quoi allait-il la remettre à sa place ? La voir emmerder le monde, c’était plus amusant.

    Pour autant sa raison le fit hausser cet éternel sourcil aux formes savoureuses. Akuma connaissait ce genre de film, à vrai dire, à force d’aller dans le monde des vivants il voyait bien que les choses évoluaient. Si la rationalité n’était pas de mise pour cette conversation, tant pis. Le vampire savait simplement son hypothèse vraie : elle en était la cause, et continuerait son manège. Le géant la regarda flotter en l’air quelques instants, il dévisageait ses yeux, puis les bombes de peinture. Il aurait apprécié le spectacle.

    « Mh. Intéressant. »

    Oh, un compliment, c’était la fête ce soir. Vu le ton, on pourrait dire qu’il s’en fichait, ce n’était pas le cas : il le pensait. L’imagination de Kiko était fort développée. Il pensa à Candina, cela le fit rire mentalement ; les discussions entre les deux devaient être… Dynamiques.

    Akuma était certes fatigué, mais le bruit intriguant des grelots l’interpella, il pencha la tête de côté, dubitatif, puis les pointa du doigt, avec sa lenteur habituelle. C’est quoi cette chose ? Traduisait son action. Il voyait bien qu’il s’agissait de grelots, et comme un chat il était plutôt curieux, de sa signification. Ça titillait agréablement son oreille. Puis il s’adossa plus confortablement au banc, termina le doggy bag, et laissa la fin à la demoiselle.

    « Toi avoir fait quoi pendant absence moi ? »

    Sous-entendu : quelles merdes tu as encore crée ? Je t’écoute, et j’aime ça.
    (c) AMIANTE


    avatar
    Invité
    Invité
    #7 le 30.09.15 17:33
    can i have some ?
    Son compliment te fit sourire. Tu sais qu'il n'en fait pas beaucoup, et pas à tout le monde, mais t'es loin d'être tout le monde, pas vrai ? Tu le vois pointer du doigt les grelots qui sonnent à ton poignet, observant ceux-ci à ton tour. De simples fils rouges qui relient une vingtaine de minuscules grelots en argent. Tu en es tellement fière de ce bracelet ! Tu lèves ta jambe droite et fais tinter le bracelet de cheville assorti qui s'y trouve. Combien de temps tu as mis avant de les trouver ? Et combien de temps tu as mis pour négocier le prix des deux ! Tu pousses un soupir d'amusement. « J'ai toujours aimé le son des grelots, c'est à la fois un sentiment de liberté, et de joie ... » Des émotions que tu n'as pas connu de ton vivant, une drogue dans la mort.

    Tu tournes ton visage vers Akuma et effaces ton air mélancolique, affichant ton éternel sourire joyeux de lutin démoniaque. « En plus je les ai eu pas cher ! Haha ! La vendeuse n'a pas pu résister à mon charme angélique ! » Elle a surtout eu peur que tu lui dévalises sa boutique, et le tout à - très - bas prix. Enfin, ça ne t'empêche pas de faire la fière maintenant.

    Le nez dans les restes du doggy bag, tu réfléchis à ce qu'il s'est passé cette semaine qui serait assez intéressant pour être raconté. Autant dire qu'avec tout ce que tu fais en une seule journée, il faut faire le tri ... Par où commencer ? « Et bien ... la Team Green a battu le record de bombes à eau lancées depuis un toit ! Tu aurais dû voir ça ! Épique ! Tant de gens qui avait besoin d'une douche, on leur a rendu service ! Enfin ... jusqu'à ce que Candina sorte du restaurant pour nous balancer sa cuiller en bois sur la tête ... » Tu revois la scène comme si c'était hier - à moins que ç’ait vraiment été hier ? - la tête de Candina était juste magnifique à voir ! Tu en ris même maintenant.

    « AH ! Et puis on a remplacé toutes les balles du terrain de golf par des balles téléguidées ! Mon dieu c'que c'était drôle de voir les gens courir après leur balles ! On a même réussi à en coincer un dans un arbre ! » Tu ris de plus belle, essuyant une larme de joie du coin de l'oeil. Une autre journée de réussie !

    Tu réfléchis encore un peu, et ne trouves pas grande chose d'autre à dire, mis à part les broutilles habituelles : arnaquer les passants, embêter Takane, fouiller dans le bureau de Joshua, te faire prendre la main dans le sac, ranger le bureau de Joshua, aider Candina en cuisine, te faire jeter de la cuisine, bref, rien de bien inhabituel pour toi ! En fin de compte, tu as vraiment été sage cette semaine. A moins que ... « OH ! AKUMA ! TU NE DEVINERAS JA-MAIS ! » Tu en as sursauté sur le banc, plaquant ta main sur ton front, choquée de ne pas y avoir pensé plus tôt. Franchement, y a que toi pour oublier une nouvelle pareille !


    (c) AMIANTE
    avatar
    Invité
    Invité
    #8 le 01.10.15 22:56
             
               
    Maybe
    Kiko ▽ It makes no difference to me what you leave behind, what you choose to be. And whatever they say : your soul's unbreakable.
    Il l’écouta, les yeux toujours fixés sur cet étrange objet. La description qu’elle en faisait lui correspondait bien, liberté et joie. Mais Akuma, il entendait simplement un son, qui vrillait son tympan, attisait son attention. C’était rassurant, d’une certaine façon. C’était comme un grésillement, un peu fort, non, assez fort pour son oreille, pour prouver que les sons étaient reçus, une sorte de réponse. Akuma réfléchissait simplement à sa propre question : de la joie et de la liberté pour Kiko, une réponse pour lui.

    « Angélique ? »

    Le mot retint son attention. Il ne fallait pas être un génie pour savoir que Kiko avait plus d’un tour dans son sac, la vendeuse avait du en voir des vertes et des pas mûres… Ou au moins des jaunes. Akuma pencha la tête de côté, ajoutant comme mince remarque de sa voix grave :

    « Plutôt… Diabolique. »

    Rendons à Caesar ce qui est à Kiko, supputait son regard. Le géant finit par écouter les aventures de la harpie en plein vol de reconnaissance. La Team Green ? Il leva les yeux au ciel, en recherche de quelques souvenirs, la fatigue lui intimait de ne pas aller trop loin dans la réflexion, il bailla d’ailleurs, en preuve de résignation. Pour autant, il se souvenait de cet autre visage fourré dans les bêtises à Kiko… Mais il préférait Kiko seule, comme ça, c’était plus amusant, plus divertissant et elle avait son entière attention.

    Akuma finit par étirer un très léger rictus, en signe d’amusement, certains pourraient le qualifier... D'un peu affectueux. Pendant ce temps, il était parti dans le monde des vivants, à respirer cet air toujours aussi pollué et à partir à la recherche d’un bijou pour Candina sur une sorte de pirogue à Venise. Akuma n’était pas forcément à l’aise dans l’eau, il préférait le cheval. Il soupira mentalement, repensant à sa dernière victime, pensée qui éclata en entendant la petite s’exclamer.

    Le géant recula un peu en la voyant faire. Deviner ? Deviner quoi ? Ha, il n’aimait pas les devinettes, il préférait les informations. Akuma posa son menton dans sa main, en position d’attente et sortit comme simple phrase :

    « Moi deviner Candina bien viser toi avec cuillère et toi avoir bleu sur front ?… Là ? » Pour donner vie à ses dires, lentement, suavement, son index se posa entre les deux yeux de Kiko et la poussa doucement, la faisant bouger dans sa lévitation. Akuma avait un humour débile, pour autant, il reprit son sérieux, attendit encore quelques secondes avant de murmurer doucement et gravement, en signe d'impatience : « Toi dire moi maintenant. Joshua mort ? »

    Haha, la bonne blague… Comme s’il pouvait tomber en poussière, celui-là. Effectivement personne ne pouvait mourir, ça valait malgré tout la peine de sortir son humour quelque peu sombre et peu humoristique.

    (c) AMIANTE

               

    avatar
    Invité
    Invité
    #9 le 07.10.15 1:18
    can i have some ?
    Tu l'observes poser son index entre tes deux yeux - te faisant magnifiquement loucher par la même occasion - puis te pousser légèrement, te faisant dériver dans les airs, immobile et figée, scène digne d'un dessin animé. Le pire, c'est que tu réagis à peine, te laissant flotter sans bouger, ni même essayer de te redresser ou de te maintenir en place, on pourrait croire à un bug du système, mais non, t'as juste la flemme.

    Tirant la langue au vampire, tu planques ta main sur ton front et prend un air faussement indigné. « C'est même pas vrai ! » Comme si Candina savait bien vis- « J'avais juste une bosse, et une toute petite en plus ... » Tu marmonnes à peine, jouant les boudeuses, mais tu tiens jamais bien longtemps. Tu finis par retrouver ton sourire de coupable prise la main dans le sac et te grattes l'arrière de la tête sans savoir quoi plaider pour ta défense. M'enfin, c'est Akuma après tout, t'as jamais vraiment eu besoin de ça.

    Sa seconde réplique te fais hausser les sourcils, et tu ne peux t'empêcher de réfléchir sérieusement à la question. Toujours assise en tailleur, flottant à un mètre cinquante du sol, et l'air pensif, on croirait presque à un Yogi en plein méditation. Tu croises finalement les bras sur ta poitrine, résignée. « Aussi mort que toi et moi, ça c'est clair ! » Tu affiches une moue boudeuse au souvenir de ton dernier échec de "fouilles de bureau du roi des lémures". « J'y pense, découvrir sa mort serait une information d'importance capitale ... mmmh ... Il va falloir que je travaille là-dessus moi ... » Et t'es sérieuse en plus ! Apprendre comment cet insupportable casse-pied est mort, ça, ce serait quelque chose d'utile !

    Perdue dans tes plans, tu en sors rapidement en secouant la tête de droite à gauche, reprenant tes esprits et revenant au sujet véritable de la conversation. « Enfin, bref. Non, cher Akuma, tu as tout faux ! » Le fixant dans les yeux, ton pseudo visage sérieux se déride peu à peu pour faire place à ton enthousiasme habituel, et tu ne perds pas une seconde de plus pour lui annoncer ta bonne nouvelle. « J'ai acheté un chaton ! » Tu en ouvres grand les bras et les jambes, te donnant l'air d'une étoile de mer volante et t'agites dans tous les sens, comme à ton habitude. « Oh lala, tu le verrais ! Il est TEL-LE-MENT ADORABLE ! Il faudra A-BSO-LU-MENT que je te le présente ! » Tu l'aurais bien pris avec toi aujourd'hui, mais il dormait, et il est tellement mignon quand il dort que tu n'as pas voulu le réveiller. Au final, tu l'as laissé à l'appartement, en espérant que Candina ne l'a pas mis dehors ... Oh la, va falloir que je rentre vite moi ...

    (c) AMIANTE
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    forums partenaires