avatar
Invité
Invité
#1 le 05.08.18 1:43
J'aime me mettre dans des situations cheloues


Il était trois heures et quelques du matin, et Cambridge n'avait pas dormi depuis une semaine. Alors que son enveloppe charnelle était clairement au bout de ses forces, son mental était toujours très clair. C'était fou comme l'état de fantôme était à la fois si différent et semblable du vivant. Tous les changements n'étaient pas visibles, et paraissaient plutôt minimes : ses besoins vitaux ne l'étaient plus, mais nécessaires pour sauvegarder la force du corps dans lequel l'esprit vivait. C'était le changement notable le plus important - ça, et le cycle de menstruation qui était terminé : adieu les règles douloureuses ! Ça, aucune fille du monde des morts ne le regrettait.

Par contre, s'il y avait une sensation qui manquait à Cay, c'était notamment celle de la faim. Aujourd'hui, sans s'en rendre compte elle pouvait passer des jours sans manger, n'ayant aucune appétence pour quelconque nourriture. Il y avait aussi son sens du goût qui avait énormément diminué - la spectre s'était renseignée sur ce fait et elle était apparemment l'une des seules à être sujette à ce problème. Sûrement dû à sa mort brutale... Elle pouvait s'estimer heureuse car d'autres étaient bien plus mal lotis : perte de vue, surdité... Voire d'autres effets qu'elle ne soupçonnait même pas. Pour sa part, son sens gustatif réduit n'était pas la seule chose qui avait changé..
Voilà quelques mois qu'elle était décédée. Au début, Cambridge se sentait comme une coquille vide : ses sentiments semblaient avoir disparu.

Au fil du temps, ils étaient revenus petit à petit, et les redécouvrir avait eu l'effet d'un tsunami pour Cambridge. En passant par la sensation d'être légèrement agacée à la colère incontrôlable, toutes ces nuances furent de nouveau explorées par la jeune femme. C'était plus dur à contrôler pour elle, ce qui avait pour conséquence qu'elle pouvait promptement péter câble pour des choses insignifiantes... Comme par exemple, le camping.

Quoiqu'il en soit, il était toujours trois heures du matin, et Cay avait besoin de sommeil. Les bras de Morphée n'étaient plus aussi attirants que de son vivant, et de ce fait elle n'appréciait plus de les rejoindre. C'est pour ça qu'elle s'était rendue à un nouveau match clandestin dans l'arène underground, tout en mangeant un plat incroyablement épicée (pour une bouche normale) et avait fini par s'ennuyer. Pour rentrer chez elle, le trajet était long et fastidieux, et pour être honnête sa flemme était tout aussi grande. Peu importe de toute manière, elle n'avait qu'à crécher dans cette résidence à l'apparence étrange qui se dressait à sa gauche ! Après tout, personne ne s'en plaindrait, n'est-ce pas ?

Cay fut obligée de forcer la porte d'entrée en la crochetant - non mais qui laissait sa porte fermée de nos jours !? Tous les fantômes étaient déjà morts, qu'est-ce qui pouvait leur arriver de pire ?

Apparemment, ils craignaient le vide qu'il y avait lorsque l'on tombait en poussière, mais s'ils fermaient à clef leurs logis c'était simplement parce que le monde des morts n'était pas à l'abri des voleurs, fous-furieux et autres personnes malintentionnées. Vous voyez ? Il y avait vraiment peu de changements par rapport au monde des vivants...

Capuche enfournée sur la tête, elle s'introduisit dans la bâtisse pour le moins étrange de la sorcière de Hansel et Gretel. Ce n'était pas une métaphore faite avec légèreté, l'odeur des pâtisseries était omniprésente et Cay s'était retrouvée nez à nez avec ce qu'elle pensait être un bretzel géant. Dans l'obscurité, c'était dur de comprendre de quoi il s'agissait vraiment. Ses iris, bien qu'habituées à l'épais voile sombre ne parvenait pas à distinguer toutes ces choses collantes à l'odeur aguicheuse.

Se déplaçant sur la pointe des pieds, elle finit par arriver devant une porte, une chambre sûrement. Voila le plan : s'introduire cette pièce et somnoler, puis se faire passer pour l'une des résidentes égarées, et enfin, disparaître.

Cette porte là n'était pas fermée à clef, à la grande surprise de Cay. Bonne ou mauvaise nouvelle ? Elle ne sut pas trancher. De toute façon, elle finissait toujours par s'en sortir dans tout genre de situation alors ce n'était pas grave. S'il lui arrivait quelque chose, la séditieuse était plutôt du genre à aviser sur le coup. Il fallait dire que Cambridge était quelqu'un de plutôt chanceux, en fait. Jamais elle ne s'était retrouvée dans une situation impossible à résoudre...

La jeune femme tentait de voir la configuration de la pièce, elle était très simple : un bureau, un lit et une armoire... Était-ce une chambre d'étudiant ? Il y avait sûrement des éléments qui lui échappaient à cause du manque de lumière, mais de toute façon, ça n'avait guère d'importance. La jeune femme se dirigea vers l'armoire et saisit un tee shirt au hasard, vérifiant s'il était propre au passage et l'enfila sans attendre. Hors de question de porter les mêmes vêtements plus longtemps !

Sans attendre elle se jeta ensuite sur le lit, avant de s'endormir comme une masse, ne se souciant absolument pas des conséquences de ses actes.

Spoiler:
J'ai eu l'inspiration ce soir, je suis crevée et sur téléphone donc bon je met ça en page demain !!! Bisous
avatar
Invité
Invité
#2 le 05.08.18 10:56
C'est dingue ce qu'un peu d'air frais pouvait faire comme bien. Assit sur un banc à l'arrière de la résidence, Eden profitait de la fraîcheur de la nuit afin de reprendre ses esprits et pouvoir un peu se reposer. Il avait du mal à trouver le sommeil dans sa nouvelle chambre, l'impression d'étouffer par l'absence de fenêtre. C'est comme s'il dormait dans un cachot, et encore, même là il était presque sûr qu'il y avait des fenêtres. Peut-être qu'il devrait installer son lit dans le hall du bâtiment, il s'y sentirait certainement plus à l'aise...
Grâce à l'atmosphère calme et reposante de la nuit, la fatigue semblant lui revenir et il se décida à rentrer à l'appartement d'un pas calme afin d'aller se coucher. Il était quand même aux alentours de trois heures du matin, donc il était temps que le sommeil l'emporte.

Descendant les niveaux du bâtiment un à un, le blondinet avait l'impression de s'enterrer lui-même six pieds sous terre, chose ironique pour une personne fraîchement décédée. En parlant de ça, il espérait très sincèrement que sa famille l'avait fait incinérer, il n'avait pas envie que son pauvre corps se fasse dévorer par les vers.
Arrivé devant la porte de l'appartement désiré, il fut surpris de constater que celle-ci était déjà ouverte. Il était pourtant certain de l'avoir verrouillée, il mettait un point d'honneur au respect et à la sécurité de ses colocataires, les clés étaient d'ailleurs dans son poche... Peut-être que la fatigue avait un peu embrumé son esprit au moment de sortir et qu'il avait oublié de fermer. Enfin, heureusement qu'il était sorti un trop court laps de temps pour qu'il se passe quoi que ce soit.

Le lémure rentra de nouveau et prit grand soin de bien verrouiller la porte cette fois-ci, derrière-lui, avant de laisser les clés dans l'entrée. Calmement il se dirigea dans sa chambre sans faire de bruit, surprit là également qu'il n'ait pas pensé à fermer la porte de cette dernière, décidément sortir n'aurait pas été nécessaire, il était visiblement déjà bien endormi quand il était parti.
Dans un soupir las, il rentra dans la pièce sombre en refermant doucement derrière-lui, désireux de ne réveiller aucun de ses colocataires. Il hésita à allumer la grande lumière qui se trouvait au plafond, mais entre l'obscurité de l'extérieur et celle de l'intérieur également, il risquait fortement d'être ébloui. Ainsi, il préféra aller allumer la petite lampe qui se trouvait sur son bureau, allant directement jusqu'à ce dernier sans même se cogner, ayant à présent l'habitude de se déplacer dans sa chambre. D'un simple clic l'ampoule s'alluma, éclairant faiblement la chambre mais assez pour y voir.

Naturellement il se dirigea vers son armoire afin d'enfiler un simple t-shirt blanc pour dormir, faisant beaucoup trop chaud pour enfiler avec ne serait-ce qu'un short. De toute façon, il était dans sa propre chambre, ce n'était pas comme si quelqu'un allait débarquer d'une seconde à l'autre, ou comme si une autre personne s'y trouvait déjà... Il enfilerait un bas en quittant sa chambre le lendemain matin, ayant certainement beaucoup plus de pudeur que l'une de ses colocataires dont il ne citerait pas le nom... N'est-ce pas, Sharon ?
Toujours face au mur, Eden se retourna finalement et quelle ne fut pas sa surprise en découvrant quelqu'un allongé dans son lit ! Il resta un moment impassible avant de battre rapidement des cils comme s'il avait l'impression de rêver. Pendant un instant, il se demanda même s'il ne s'était pas trompé d'appartement, c'était pourtant bien ses affaires sur son bureau. Et, en plus de ça, il fronça les sourcils, ce n'était pas un de ses vêtements que la jeune demoiselle portait ? Bon sang, ils ressemblaient à ces jeunes couples dans les films américains, avec la fille qui porte les vêtements de son mec parce que ça lui plait Mais tout de même, qui pourrait se permettre ça avec un inconnu ? Il ne lui semblait pas être assez intime avec quelqu'un pour ça.
Il s'approcha un peu plus du lit afin d'y voir plus clair, avant qu'une immense surprise ne le submerge.

« Oh, Cambridge ?! S'écria-t-il plus fort qu'il ne l'aurait voulu. »

Sans doute que si la lumière n'avait pas réussi à réveiller la belle endormie, sa voix l'avait fais.
avatar
Invité
Invité
#3 le 06.08.18 16:14
... et faire comme si de rien était.


La lémure qui venait de rejoindre la secte des endormis fut rapidement emmenée dans le monde des rêves. Elle rêva des expériences qu'elle avait pu vivre avant de passer de l'autre côté. Ses songes n'avaient pas vraiment de sens, un pont qui s'écroulait sur une tour, et elle qui se retrouvait coincée dans l'ascenceur de celui-ci. Mais soudainement, un garçon apparut dans le champ de vision de  – sûrement quelqu'un qu'elle avait dû connaître, car son visage lui était familier. Sa vie était en danger, un débris n'allait pas tarder à s'abattre sur lui. Il fallait le sauver ! Alors que Cay se débattait pour le rejoindre, elle vit l'un des décombres s'effrondrer juste au dessus de la tête du garçon. A ce moment là, elle l'entendit prononcer son nom comme s'il venait de se rendre compte de sa présence.

Elle fut sortie de sa rêverie dans un sursaut : « Non ! » avait-elle murmuré avant de réaliser qu'il ne s'agissait que d'une chimère.

La jeune femme croisa le regard du garçon qui l'avait appelée. Oh, d'accord. C'était le propriétaire de ce lit, qui voulait sûrement récupérer son dû. Il la toisait avec un air surpris – enfin, c'était sûrement une réaction normale au vu de la situation. Rentrer chez soi, et découvrir quelqu'un qui se reposait tranquillement dans votre lit avec votre tee-shirt... Cela semblait pour le moins déconcertant. Mais pas seulement pour ce jeune homme, aussi pour Cambridge qui était du genre à avoir le sommeil très lourd. Sauf lorsqu'elle dormait dans un lieu inconnu... Après tout, avec sa chance, la probabilité pour que cet appart soit celui d'un dangereux psychopathe qui décide de l'enlever était plus élevée que la moyenne. Cependant, réussir à la réveiller relevait du miracle... Même s'il n'était pas vraiment complètement à l'origine de son retour à la conscience, c'était très surprenant !

Un petit moment de silence suivit. Ils se regardèrent dans le blanc des yeux. Le type était très grand, et avait des cheveux d'un blond doré très profond. Son visage lui sembla familier, ne l'avait-elle pas déjà rencontré quelque part ?

« Tu vois pas que c'est déjà occupé ici ? Dégage d'ici, merci.

Sur ces mots, Cay s'enroula de nouveau dans sa couverture, lui tournant le dos. Quel culot ! La déranger alors qu'elle se reposait juste. N'y avait-il pas d'autres lits au sein de ce logement ? Tssss. Et le respect, c'était pour les chiens !?

D'un coup, la lémure fut foudroyée par sa mémoire. Elle ne se rappelait plus vraiment de son prénom, mais il l'avait déjà aidée.... Dans quelles circonstances déjà ? Oh, la Réunion où ils avaient été complices pour s'évader ! Cambridge se releva et planta ses yeux dans les siens sans rien dire.

«  Ah, mais t'es le mec qui a fait un incroyable coming-out quand on a été pris en otage ! Je me rappelle maintenant... Y'a pas vraiment de mal à être homo, tu sais ?

Sans doute que Cay avait oublié l'autre partie où il avait prétendu qu'il avait deux petites amies.
avatar
Invité
Invité
#4 le 10.08.18 13:40
Était-il normal pour une personne de parler même dans son sommeil ? Que ce soit de son vivant ou... dans sa mort, le blondinet n'avait jamais réellement été en compagnie d'une personne endormie, et ne se voyait pas non plus dormir, ainsi il n'était pas certain que les faits et gestes de la violette soient réellement naturels.
Il sursauta presque quand elle se releva d'un coup, plantant son regard dans le sien. Qu'est-ce qu'ils étaient censés faire maintenant ? Si on lui avait dit que quelqu'un serait dans son lit à son retour, il n'en serait certainement pas sorti... C'était tellement bizarre.

Ses sourcils se levèrent de surprise lorsque Cambridge le jeta littéralement hors de sa chambre, non sans oublier un petit "merci" pour bien lui faire comprendre qu'il ne s'agissait pas réellement d'une question. Non mais sérieux, c'était quoi ça ? Est-ce qu'il existait également des SDF dans le Tokyo de l'Au-Delà, ce qui expliquerait pourquoi elle se serait réfugiée dans son lit ? Quand même, c'était un sacré hasard, de tous les immeubles qu'il y avait dans le pays, de tous les appartements et en plus de toutes les chambres, il avait fallu que ce soit dans son lit à lui qu'elle se retrouve. Si ça c'était pas de la malchance, alors il n'y comprenait plus rien.
Il la regarda encore un peu sans dire un mot, emmitouflée dans sa couverture. Ce n'était pas qu'elle lui fichait la trouille ou quoi que ce soit d'autre, mais il n'avait pas le cœur à la congédier. Il fallait vraiment être désespéré pour se jeter dans le lit d'un inconnu -parce qu'il doutait fort qu'elle n'ait eu conscience qu'il s'agissait de sa chambre avant- alors il allait la laisser tranquille. Il ne lui restait plus qu'à trouver une excuse à sa présence, pour tous ses colocataires...

Alors que le lémure s'apprêtait à s'en aller, la demoiselle aux cheveux améthystes l'apostropha, semblant ne se souvenir que maintenant de son identité. Décidément, il avait vraiment du mal à marquer les esprits des gens... Le pire ne semblait pas être là puisqu'en plus de ça, la seule chose dont elle se rappelait de lui semblait être son fameux coming-out. Bon sang, celui-là, même dans cent ans il en entendrait encore parler...
Il ouvrit la bouche, prêt à parler, mais les mots ne lui vinrent pas alors il la referma. Qu'est-ce qu'il pouvait bien répondre à ça ? Il n'était définitivement pas homo, ou en tout cas il n'y avait pas encore assez réfléchi pour pouvoir en douter, mais ça lui paraissait peu probable. Sérieusement, qu'est-ce qu'il allait bien devoir faire pour prouver son hétérosexualité ?

« Je ne suis pas homo... Se contenta-t-il de répondre dans un soupir, désireux de ne pas s'attarder sur ce sujet. Tu t'es perdue ? »

Non pas qu'il était curieux -et encore, avec la venue imprévue d'une femme dans son lit, il pouvait se le permettre !- mais il voulait évidemment comprendre la raison de la venue de sa camarade ici. Que Diable faisait-elle entre ses draps ?
Sans doute que si l'un de ses colocataires rentrait à l'improviste, la scène paraîtrait encore plus bizarre à ce dernier qu'à lui-même.