avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 23 Féminin
× Age post-mortem : 23
× Avatar : ê_e fait moi-même esh
× Pouvoir : Te barbouiller de crème fouettée.
× Croisée avec : Un coeur d'or<3
× Appartement : Gagarine
× Métier : DUH ;___;
× Péripéties vécues : 148
× Øssements385
× Age IRL : 15 Féminin
× Inscription : 01/05/2018
× Surnom : la brebis
× DCs : /
× Présence : complète

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
8/15  (8/15)
23Féminin23ê_e fait moi-même eshTe barbouiller de crème fouettée.Un coeur d'or<3GagarineDUH ;___;14838515Féminin01/05/2018la brebis/complète
lémure
lémure
23Féminin23ê_e fait moi-même eshTe barbouiller de crème fouettée.Un coeur d'or<3GagarineDUH ;___;14838515Féminin01/05/2018la brebis/complète
#1 le 01.08.18 23:16
Yzevi commençait sérieusement à se demander si elle n'était pas un peu hyperactive au fond. Non en vrai elle se le demande depuis toujours; c'est sûr, marcher autant alors qu'elle pourrait s'avachir sur un canapé à regarder un feuilleton débile pour se vider la tête! Elle n'aime pas rester immobile à ne rien faire, à laisser les choses s'activer autour d'elle sans qu'elle n'y prenne part. Elle avait essayé de rester dans sa chambre qui est maintenant individuelle! Elle n'était pas restée plus d'une demi heure assise en tailleur à regarder fixement son carnet d'archéologue. Comme elle n'avait pas vu d'annotations qu'elle aurait voulu ajouter, elle avait décidé de se bouger le cul de là; et l'avait fait. Elle a mangé un petit bout dans la cuisine et après s'être assurée qu'elle avait bien une paire de clefs de l'appartement sur soi, s'en était allée à ce monde qui, à force de se faire arpenter de bout en bout, commençait à la connaître. Elle tourne en rond, les mains dans les poches, n'ayant cure de repasser parfois par les mêmes rues, les mêmes avenues, les mêmes parcs. Tout ce qui comptait: avancer, marcher devant elle, ne se focaliser que sur son chemin. Le monde n'existait plus que là, sur cette ligne fixe à l'horizon inconnu qu'elle se fixait sans se poser de questions; c'était sa ligne directrice, celle qui la guidait dans le désordre des trajectoires de ses pas rebondissants d'assurance. Le temps qui passait n'avait aucun impact sur son esprit et ses pensées; les personnes encore moins. C'était elle et devant, mais enfin, c'est à peu près la même chose ou presque dans son for intérieur.
Elle s'acclimatait à ce monde, elle commençait à le connaître; en tout cas ses lieux. Elle avait réussi à trouver quelques faits rassurants de logique dans certains lieux, comme les jardins, les ruelles et caetera. Là au moins il n'y avait pas de choses paranormales. Mais, la preuve qu'elle s'habitue petit à petit aussi à quelques pans surnaturels de cette ville, c'est qu'elle se met à se sentir bien dans Gagarine. Désigner cette place comme un chez-soi n'était pas encore exact, mais c'était malgré la gravité capricieuse, un lieu assez convivial pour la mettre en confiance, d'autant plus que ses colocataires ne sont pas de grands méchants loups.
Ainsi la lumière tapante de l'été qui couvrait l'après-midi s'ouvrit sur des notes plus crépusculaires tandis que la jeune archéologue caressait les pavés de ses pieds dans l'une des ces Ruelles bien Sombres. Ce n'était pas la première fois que son avancée la menait ici, dans ces lieux sordides lorsqu'il fait nuit.
Quand ses yeux notèrent la nette baisse de luminosité orangée des parois qui l'entouraient, elle releva enfin le nez de sa tête qui s'était enfin vidée un peu, la laissant un peu plus légère.
Laissant à vrai dire les pensées pour la prudence et les sens attentifs.
Le ciel s'assombrit bien vite, mais elle décida de continuer de marcher. Après tout, qu'est-ce qu'elle pourrait risquer? Si y'a un truc louche elle fout un coup de pied en gueulant "YATAAAAA" si c'est paranormal, sinon elle fait comme d'habitude. D'abord la manière pacifique, puis au choix, s'il n'y a pas le choix elle se bat, sinon de préférence elle se casse. Elle est tête brûlée mais n'a pas forcément envie d'avoir des embrouilles ce soir.
N'empêche qu'un mauvais pressentiment lui dresse gentiment les poils des bras, faisant légèrement bouillonner son sang dans ses veines qui accueillaient avec enthousiasme la fraîcheur que la nuit petit à petit apportait. Elle s'était bien enfoncée dans le dédale de ruelles maintenant.
Et soudainement...