avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 131
× Avatar : Shokudaikiri Mitsutada - Touken Ranbu
× Appartement : Van Gogh
× Métier : Psy
× Péripéties vécues : 220
× Øssements565
× Age IRL : 20 Féminin
× Inscription : 21/03/2018
× Surnom : l'anémone
× DCs : Mitsuko Shinoda & Pandora R. Bahatóris
× Présence : actuellement absent(e)

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
33/100  (33/100)
33Masculin131Shokudaikiri Mitsutada - Touken RanbuVan GoghPsy22056520Féminin21/03/2018l'anémoneMitsuko Shinoda & Pandora R. Bahatórisactuellement absent(e)
Mascotte de bordel
 ☽ Preux Sicilien ☾

Mascotte de bordel ☽ Preux Sicilien ☾
33Masculin131Shokudaikiri Mitsutada - Touken RanbuVan GoghPsy22056520Féminin21/03/2018l'anémoneMitsuko Shinoda & Pandora R. Bahatórisactuellement absent(e)
https://www.peekaboo-rpg.com/t3003-leo-when-the-devil-wants-to-punish-his-worshippers-he-uses-the-trick-of-karma-terminehttps://www.peekaboo-rpg.com/t3013-leo-we-re-all-of-us-haunted-and-haunting
#1 le 17.07.18 4:59

Psycholeone

Leur périple jusqu’au Kabukicho est pathétique. Entre les menottes, le pouce déboité et les remarques sans aucun sens des deux compères d’infortune. Le pire ce doit être les remarques d’Urie. Plusieurs fois, Leone lève les yeux au ciel, avant de rétorquer des propos tout aussi illogiques.

— Ma queee j’y peux rien, je suis un trop honnête homme. Saint Leone qu’on m’appelle en Sicile !

Néanmoins, c’est bien une des rares fois où il a entendu Urie rire sans retenue, à croire que la clef de leurs séances pourrait éventuellement être l’alcool. Se voyant déjà glisser de la vodka dans le café qu’il proposerait à son patient lors de leurs séances, Leone réfléchit un instant : est-ce que ce serait considéré comme une tentative de drogue ? Peut-être n’est-ce finalement pas une meilleure solution que les menottes.

Leone pousse un soupir avant d’enchaîner après les remarques très pertinente d’Urie.

— Mais si ! S’exclame-t-il. Le doigt dans l’œil ça fonctionne ! M’enfin je tiens au dernier, alors ce serait… le doigt dans l’trou ? Nan, ça sonne trop bizarrement…

S’abandonnant à son tour à un rire facile, le Sicilien ne bronche pas lorsqu’Urie l’accuse de mentir. Il ne se souvient plus des détails, en réalité.

Non rompere, ouai, t’assumes juste pas parce que ce cuir vaut plus que la peau de ton cul putréfié !

Croisant les bras avec une moue mécontente, Leone s’est pourtant pris plein de remarques dans la figure au long de leur trajet. Entre les remises en questions de sa virilité pourtant évidente et les insinuations douteuses, le psychologue commence effectivement à se dire qu’il doit faire boire Urie plus souvent.

Les alentours du Kabukicho, nos deux ivrognes ne sont déjà plus que l’ombre d’eux-mêmes. Entre Urie qui rit tout seul ou manque de se vautrer par tarre - deux pieds gauches celui-là - et Leone qui coure après les prostituées, la scène atteint des sommets, dans le genre ridicule. Quelques actes de bontés de la part d’Urie surprennent même Leone, qui ne manque pas de lui faire remarquer leur rareté.

Leur arrivée est anticipée de loin par le videur, vu le bouquant qu’ils ont provoqué dans la rue et leurs acrobatie dignes d’une kermesse scolaire de primaire.

Néanmoins, Urie insistant pour négocier avec le gorille super baraqué qui leur bouche l’entrée du Kabukicho, Leone glousse en le laissant faire malgré le coup qu’il vient de lui asséner dans les dents.

— Ouai, mouche et boutus mouché, c’est ça.

Etouffant un rire dans la manche de chemise libre de tout mouvement, Leone a la présence d’esprit de se dire que si le videur les fait entrer, cela tiendra du miracle, vu leur état. Pourtant, malgré ses airs d’ivrognes et contre toute attente, les persuasions d’Urie finissent par fonctionner. Trop absorbé par sa nausée et la solidité du poteau auquel il s’agrippe d’une main pour ne pas tomber par terre, Leone n’a pas vraiment écouté ce que disait son camarade de jeux mais suppose beaucoup de chose.

Une fois à l’intérieur, le Sicilien ne peut s’empêcher de vouloir connaître le fin mot de l’histoire.

— Ma quee tou as menacé d’aller manger ses gosses ou quoi, pour qu’il cède comme ça ? A moins que ce ne soit dû à ma présence irradiante et à mon charisme.

A ces mots le borgne prend une posture digne des pires divas. S’avançant ensuite à l’intérieur de l’établissement de jeux, Leone ouvre grand son œil pour ne pas perdre un seul détail quant au lieu. A tel point qu’il s’ouvre lui-même l’œil en grand, avec son pouce et son index en marmonant dans sa barbe.

— Alors, t’es censé me mettre la pâtée, nan ? lance-t-il à Urie avec un air de défi.

Magnanime, il le laisse décider de leur petit jeu.

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 21
× Avatar : Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnK
× Pouvoir : Jurer comme un charretier
× Croisée avec : Ta mère
× Logement : Appartement au centre-ville avec Eden
× Métier : Second du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti
× Péripéties vécues : 1647
× Øssements6699
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Surnom : le scolopendre
× DCs : Alexiel Etsuko
× Présence : réduite

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
20Masculin21Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnKJurer comme un charretierTa mèreAppartement au centre-ville avec EdenSecond du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti1647669925Féminin30/04/2017le scolopendreAlexiel Etsukoréduite
✘【 Prince of Vampires 】✘
Clopeur nocturne, Alpha

✘【 Prince of Vampires 】✘Clopeur nocturne, Alpha
20Masculin21Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnKJurer comme un charretierTa mèreAppartement au centre-ville avec EdenSecond du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti1647669925Féminin30/04/2017le scolopendreAlexiel Etsukoréduite
http://www.peekaboo-rpg.com/t1802-urie-kanekihttp://www.peekaboo-rpg.com/t2716-urie-kaneki-a-la-lumiere-de-nos-amours-113eme-cigarette-sans-dormirhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2039-urie-kaneki-portable
#2 le 08.08.18 12:27

Énième déni

- C'est toi que j'assume pas! -


Je t’en foutrai moi, du « Saint Leone ». Ceux qui te vénèreraient se rendraient bien vite compte de l’arnaque entière que tu es. Surtout de savoir qu’un psy pourrait éventuellement penser à l’alcool pour soigner un patient. Tu tiens une sacrée couche, c’est tout ce qu’il y a à dire.

Je déboutonne un bouton de ma chemise en passant la porte, après un signe de tête au videur qui se retient de lever les yeux au ciel. Oui, LES YEUX, car il a la bonté d’en avoir deux, lui.

Tirant sur le bras qui me relie à Leone, j’écoute sa question et finit de me plaquer les cheveux en arrière, ou du moins tenter de faire quelque chose avec ce bordel que j’ai désormais sur le crâne. A courir dans tous les sens avec l’autre cinglé aussi…

— Nan, je t’arrête tout de suite. C’est ta présence irradiante a été le plus dur à négocier et a manqué de nous faire refouler.

Je me stoppe un instant et me penche -presque subtilement, vraiment, presque- à l’oreille de l’Italien. Proche de la confidence vue la proximité, je ne me mets cependant pas à murmurer, loin de là, je parle même un peu fort.

— Si je te disais quoi que ce soit… Je serais obligé de te faire disparaitre ensuite. Toi et ton dernier oeil restant. Et t’as beau être bruyant, crois-moi que coulé dans du béton tu seras trèèèèèès sage. J’suis baron de la pègre, à mes heures perdues. Pour de vrai. Mais faut pas le dire.

Je plante mon index sur le haut du buste de l’Italien et me rembrunit à sa remarque. Fronçant les sourcils, je finis par me redresser et acquiescer en croisant les bras, le forçant par la même à tendre le sien.

— Je te mets même minable.

Pleinement confiant en ce qui concerne ma chance, je ne me démonte pas. Je pointe une salle un peu plus loin, réservée aux fumeurs.

M’approchant de la salle, j’entre dans cette dernière qui ressemble à un aquarium tant la fumée est épaisse. Habitué à la fumée, j’avance jusqu’au fond où une table est libre. Je vais pour m’installer et regarde nos deux poignets…

— On va jouer au poker, tu sais y jouer au moins? Tous les italiens savent jouer au poker non?..  Et va vraiment falloir qu’on trouve une solution pour ça par contre. En attendant prends la chaise et rapproche la.

On ne peut pas s’asseoir l’un en face de l’autre, ça va être un cran casse-couilles. Et l’envie subite de finir de casser les doigts du psy me reprend, je fixe cette main dont le pousse semble virer au bleu.

— Faudra peut-être soigner ça aussi…

Sans me soucier d’en être l’auteur, je pointe le pouce déboité du brun.

— J’peux te le remettre en place. Mais on devrait retenter de faire glisser les menottes avant… Avec du savon ou de la salive?..

Quelle bonne idée que d'asticoter le psy encore un peu! Ma main libre se pose sur la sienne, sur le point de tirer de nouveau sur les menottes.

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 131
× Avatar : Shokudaikiri Mitsutada - Touken Ranbu
× Appartement : Van Gogh
× Métier : Psy
× Péripéties vécues : 220
× Øssements565
× Age IRL : 20 Féminin
× Inscription : 21/03/2018
× Surnom : l'anémone
× DCs : Mitsuko Shinoda & Pandora R. Bahatóris
× Présence : actuellement absent(e)

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
33/100  (33/100)
33Masculin131Shokudaikiri Mitsutada - Touken RanbuVan GoghPsy22056520Féminin21/03/2018l'anémoneMitsuko Shinoda & Pandora R. Bahatórisactuellement absent(e)
Mascotte de bordel
 ☽ Preux Sicilien ☾

Mascotte de bordel ☽ Preux Sicilien ☾
33Masculin131Shokudaikiri Mitsutada - Touken RanbuVan GoghPsy22056520Féminin21/03/2018l'anémoneMitsuko Shinoda & Pandora R. Bahatórisactuellement absent(e)
https://www.peekaboo-rpg.com/t3003-leo-when-the-devil-wants-to-punish-his-worshippers-he-uses-the-trick-of-karma-terminehttps://www.peekaboo-rpg.com/t3013-leo-we-re-all-of-us-haunted-and-haunting
#3 le 10.08.18 4:38

Psycholeone

Une fois les deux hommes rentrés dans le bâtiment, Urie change d’apparence, du moins selon les moyens du bord, et Leone le regarde faire en plissant l’œil. Il compte faire quoi avec sa chemise à moitié débraillée et sa coupe mi lissée mi ébouriffée, proposer des bonbons à d’innocents enfants ? Heureusement Saint Leone est là pour l’en empêcher.

— N’importe quoi, rétorque-t-il vexé de la remarque de son patient, c’est ton haleine d’anchois coupée à l’alcool qui fait fuir mais tout le monde est trop poli pour te le dire. Il esquisse un sourire. Mine de rien tu reconnais que j’ai une présence irradiante ! Je t’accueille avec plaisir dans mon fan club !

Encore plus bavard sous l’effet de l’alcool, Leone ne départ pas de son air de tragédienne excentrique. Mais lorsque son interlocuteur se penche vers lui avec des airs de confidence, Leone lui lance un regard amusé avant de se plaquer la main menottée sur la bouche avec un gloussement.

— T’inquiète, motus et couche bousue, je dirai rien. Mais je te manquerai, coulé dans du béton, avoue Ou-rrri-e, lance-t-il avec un clin d’œil, aussi discrètement que le pseudo baron de la pègre qui lui fait face. En plus tu parles à un Sicilien, pour sûr que je connais plus de mafieux que toi… Ah ! s’exclame-t-il en agitant les mains avant de mettre un doigt devant sa bouche, un air sérieux soudain collé sur le visage. Chhh !

Lorsqu’ils pénètrent dans la salle réservée aux fumeurs, Leone n’est pas plus que ça dérangé par l’odeur. Cela dit ses cigarettes sont restées dans sa veste, elle-même gisant sur le sol brûlé de son cabinet. Gloussant en y repensant, bien que lamentant la perte de ses clopes, le Sicilien éclate ensuite de rire face à la suite des paroles d’Urie, Leone acquiesce en l’entendant parler de poker, bien qu’il ne saisisse pas le lien entre les italiens et ce jeu : faut pas pousser non plus, c’est quoi ces clichés ?

En réalité, si Leone a déjà joué au poker, il n’est plus vraiment certain de se souvenir des règles, ni même de pouvoir tenir les cartes, avec des menottes et un pouce en moins. Souriant lorsqu’Urie fait mine de s’installer tout en lui ordonnant d’apporter une chaise, le borgne ne peut s’empêcher de l’énerver encore plus.

— Mais oui certainement, tout de suite, Ourie-sama, lance-t-il.

Puis il tire sur la menotte avec brutalité, histoire de faire basculer son alcoolacolyte, pour attraper une chaise qui ne se trouvait pas si loin que ça finalement. Tout sourire, il s’assoit sur cette dernière le plus tranquillement du monde.

— Oh, ma santé te préoccupe ? lance-t-il, un poil vexé. Ma quee c’est de ta faute si mon pouce est mort ! Mort ! Mort ! Comme ma veste ! Morte ! Mon œil ! Mort aussi ! Assassin ! beugle-t-il avant de fonde en larme sur la table.

Quand Urie lui propose de toucher encore à sa précieuse main, Leone aurait bien fait un bond loin de lui, mais c’est physiquement impossible : à cause des menottes mais aussi de l’alcool dont les effets sont de plus en plus visibles - même si cela ne l’empêchera pas de boire un peu plus. Il se contente donc juste de se redresser rapidement, paniqué à l'idée de devoir encore souffrir de la main de son patient sadique.

— Beark ! Pas touche : de un, tu laisses mon pouce tranquille, je suis en deuil, de trois, tu me bave pas dessus, cochon va ! lance-t-il en faisant les gros yeux, sa tristesse soudain envolée.

Pour se défaire de la prise d’Urie, le psychologue agite sa main dans tous les sens, ce qui provoque un retour de la douleur qu’il avait presque réussie à occulter. Puis, une lueur déterminée dans l'œil, Leone lance avec un sourire :

— Celui qui perd au poker sacrifie sa main pour qu’on se débarrasse des menottes, ça te va ? Ma quee je suis pas venu ici pour souffrir, ok ?

Sentant de nouveau d’intenses émotions revenir à la charge, le Sicilien détourne le regard pour bougonner, l'œil brillant.

— Ma quee je suis pas oun victime.

Au moins il aura peut-être gagné quelques instants de répit pour sa pauvre main. Pour ce qui est de leur partie, cela risque d’être une autre paire de manche.

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 21
× Avatar : Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnK
× Pouvoir : Jurer comme un charretier
× Croisée avec : Ta mère
× Logement : Appartement au centre-ville avec Eden
× Métier : Second du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti
× Péripéties vécues : 1647
× Øssements6699
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Surnom : le scolopendre
× DCs : Alexiel Etsuko
× Présence : réduite

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
20Masculin21Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnKJurer comme un charretierTa mèreAppartement au centre-ville avec EdenSecond du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti1647669925Féminin30/04/2017le scolopendreAlexiel Etsukoréduite
✘【 Prince of Vampires 】✘
Clopeur nocturne, Alpha

✘【 Prince of Vampires 】✘Clopeur nocturne, Alpha
20Masculin21Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnKJurer comme un charretierTa mèreAppartement au centre-ville avec EdenSecond du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti1647669925Féminin30/04/2017le scolopendreAlexiel Etsukoréduite
http://www.peekaboo-rpg.com/t1802-urie-kanekihttp://www.peekaboo-rpg.com/t2716-urie-kaneki-a-la-lumiere-de-nos-amours-113eme-cigarette-sans-dormirhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2039-urie-kaneki-portable
#4 le 10.08.18 16:29

Énième déni

- C'est toi que j'assume pas! -


L’utilisation de « sama » ne manque pas de me faire lever les yeux au ciel. Il en fait beaucoup trop. C’est comme ses mains qui s’agitent constamment pour chasser les mouches. Je l’observe, ma joue enfoncée dans la paume de ma main libre et préfère ne rien ajouter à ces lamentations qui sortent de sa grande bouche… Je crois même que sans le vouloir, mon esprit s’est mis à divaguer. Tant et si bien qu’un bouton off imaginaire m’a permis de mettre un sourdine une grande partie de ce qu’il a pu déblatérer auparavant.

— Je crois que je fais des progrès…

Me dis-je à moi-même en articulant à peine le temps qu’il place la chaise à mes côtés.

L’agitation de cette main que je tiens me fait revenir aussitôt à la situation et je pose de nouveau mon regard -jusque là absent- sur le sicilien qui ne manque pas de me faire une scène.

— T’as oublié le deux, abruti. Y’a un, deux et trois! Pas un et trois. Si des abrutis comme toi commencent à refaire les comptes, où va le monde hein?!

J’ai parfois un petit côté psychorigide, c’est vrai. Mais tu peux pas foutre en l’air comme ça tout un système parce que t’es italien et bourré. Tu veux pas aussi qu’on dégage certains chiffres dans les paquets de cartes?..

Plissant les yeux, je remarque cette petite brillance dans les yeux de l’Italien -bien trop bruyant si vous voulez mon avis-.

— Tu tends la perche pour souffrir aussi… si t’avais pas perdu la clef, non, même. Si t’avais pas jugé bon de me refoutre des séances inutiles, on en serait pas là Leone!

Je tape ma main sur la table et me lève comme si un insecte m’avait piqué. De mon autre main qui n’est pas lestée par ce boulet, je le pointe du doigt, menaçant, me penchant au-dessus de la table.

— Ça fait belle lurette que j’aurais dû ne plus venir te voir! Surtout que t’en as plein d’autres des gars comme moi! Sûr que t’en as à la pelle! Et à chaque fois je reviens car tu me menaces mais le fait est que je suis le seul capable de satisfaire Akio et même Josh! Personne d’autre. T’auras beau me faire du chantage, ça fonctionnera plus.

Je ne me rends pas compte que mon ton s’est levé et que désormais, tous les regards - du moins, le peu qui ne l’était pas - se tournent vers nous, bouche bée.

— Et si à chaque fois j’ai cédé, c’est parce que tu prenais tes airs de victimes. Je suis revenu m’allonger dans ton canapé, te laissant me titiller et j’en passe! Mais c’est fini Leone. Je viendrai plus car j’en ai marre! Si t’aimes finir attaché bah c’est pas mon cas, alors trouve-toi quelqu’un d’autre.

Ma main gauche a empoignée de nouveau le visage du psychologue, lui faisant opérer une magnifique grimace ornée d’une bouche en cul de poule. Je le force à s’approcher de mon visage et le fixe, plus que sérieux.

— C’est fini, t’as compris? Je viendrai plus m’allonger dans ton foutu sofa. Alors arrête de me trainer dans les pattes.

Le double sens dans tout ça? Vous pensez vraiment qu’avec mon niveau d’alcool j’ai la moindre idée qu’il puisse subsister un double sens dans tout ce que je viens de déblatérer?

Je me rassois et attrape le paquet de cartes que je bats énergiquement comme si de rien n’était et toute l’assemblée reste bouche bée.

Spoiler:

Pile : Le gérant de la salle vient leur demander de s'en aller car ils sont trop bruyants.
Face : Tout le monde a peur du duo et personne s'en approche.

Si pile :
Pile : S'ils refusent, on les fout dehors par la force
Face : S'ils refusent, on tente de les amadouer en leur demandant d'au moins se calmer.

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Péripéties vécues : 2523
× Øssements1303
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
0/0  (0/0)
0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente252313030Autre15/03/2014
maitre de la mort
maitre de la mort
0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente252313030Autre15/03/2014
#5 le 10.08.18 16:29
Le membre 'Urie Kaneki' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


'PILE OU FACE' :
avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 131
× Avatar : Shokudaikiri Mitsutada - Touken Ranbu
× Appartement : Van Gogh
× Métier : Psy
× Péripéties vécues : 220
× Øssements565
× Age IRL : 20 Féminin
× Inscription : 21/03/2018
× Surnom : l'anémone
× DCs : Mitsuko Shinoda & Pandora R. Bahatóris
× Présence : actuellement absent(e)

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
33/100  (33/100)
33Masculin131Shokudaikiri Mitsutada - Touken RanbuVan GoghPsy22056520Féminin21/03/2018l'anémoneMitsuko Shinoda & Pandora R. Bahatórisactuellement absent(e)
Mascotte de bordel
 ☽ Preux Sicilien ☾

Mascotte de bordel ☽ Preux Sicilien ☾
33Masculin131Shokudaikiri Mitsutada - Touken RanbuVan GoghPsy22056520Féminin21/03/2018l'anémoneMitsuko Shinoda & Pandora R. Bahatórisactuellement absent(e)
https://www.peekaboo-rpg.com/t3003-leo-when-the-devil-wants-to-punish-his-worshippers-he-uses-the-trick-of-karma-terminehttps://www.peekaboo-rpg.com/t3013-leo-we-re-all-of-us-haunted-and-haunting
#6 le 10.08.18 17:19

Psycholeone

Le bruit de la chaise trainant sur le sol ayant empêché Leone d’entendre la remarque d’Urie au sujet de ses soit disant progrès, le psychologue de relève pas l’absurdité de ces paroles, qu’il aurait certainement mal interprétées. S’il n’était pas déjà à moitié sourd, il aurait certainement levé son œil au ciel en poussant un soupir tragique.

Par contre, lorsque son patient le reprend au sujet de ses comptes, le Sicilien s’offusque en rougissant, vexé.

— N’importe quoi, je sais compter : un, deux, trois, quatre, six… euh…

Tournant la tête pour ne plus voir Urie, laissant à ce dernier le côté aveugle de son visage, Leone déglutis, agacé par le cheminement tortueux de ses pensées, qui s’entremêlent sans cesse. Pour la énième fois depuis sa mort, il jure d’arrêter d’accepter les boissons gratuites - comme si ça avait eu le moindre effet sur sa volonté jusqu’à présent.

Puis vint l’engueulade, de l’ordre du sermon que vous servent vos parents quand vous avez été la risée de leur bande d’amis au repas du vendredi soir et qu’ils ont eu honte de vous. Bouche-bée, le Sicilien cligne de l’œil plusieurs fois au cours du monologue rhétorique, violent et accusateur, d’Urie, qui semble décidément péter bien haut ce soir.

Attendant que la tempête passe, l’œil brillant de larmes, Leone fronce peu à peu les sourcils, blessé par le manque de respect d’Urie envers lui et son travail. Une fois sa grande tirade achevée il a en plus le culot de battre les cartes comme si de rien n’était.

Et le gérant qui ramène sa fraise pour les sermonner. Leone exulte en se massant ses joues douloureuse, n’en pouvant plus de se faire crier dessus de toute part. Se redressant, il domine de toute sa taille le petit administrateur de la salle, son cache œil accentuant l’image effrayante que donne son visage dans l’ombre de la lumière du plafond.

— Gran borello, occupe toi de tes affaires, toi, on t’a pas sonné ! lui beugle-t-il dessus, satisfait de le voir décamper en courant, sous les regard désespérés des autres personnes occupant la pièce.

Se retournant vers Urie, il abat son poing près de là où il battait les cartes pour les faire sauter et l’empêcher de mener à bien son jeu de main. L’empoignant par les joues comme il s’était vu faire juste avant, il décide de lui hurler dessus à son tour.

— Et toi, là, tu crois que t’es un cadeau du ciel peut-être, à jeter la faute sur tout le monde ? Moi j’ai jamais voulu que tu viennes dans mon canapé, j’te signale, je voulais juste t’aider, parce que c’est mon métier ! Pour que tu ailles MIEUX !

Le lâchant, il s’appuie sur la table pour se pencher en vacillant légèrement au-dessus d’Urie.

— Et je te fais pas du chantage, t’es bien content d’avoir mon canapé, je te signale, je te demande pas de me satisfaire, moi, je te demande juste de t'ouvrir à moi, parce qu’ensemble on peut y arriver, parce que je crois en toi, en NOUS, Urie ! Et si t’aimes pas être attaché, on pourra toujours trouver d’autre choses...

L’émotion prenant le dessus sur la colère, le tragique Leone donne des airs de demoiselle éconduite, des larmes plein son œil. Il se met à secouer violemment Urie par les épaules.

— Mais après tous ces efforts, tout ce qu’on a cassé, tout ce qu'on a essayé et le temps passé ensemble, si y’a bien un truc qui a résisté c’est mon canapé, ça veut bien dire que t’es consentant, nan ? argue-t-il en reniflant.

Le Sicilien halète presque après cet effort oratoire et se rassoit lourdement sur la chaise en essuyant ses larmes d’un revers de manche.

Ft. Urie Kaneki


HRP:
C'est reparti pour la sécurité !

1er dé à 4 faces :

1) le gérant est allé appelé la sécurité, la vraie, de gros bras plein de muscles !
2) Les gens, effrayés, s'en vont finalement...
3) Les gens sont attendris ou se fendent la poire mais s'amusent finalement à les regarder.
4) Finalement ce sont les autres clients, qui en ont marre du spectacle, qui décident de les virer de la salle.

Si 1 :
Pile : C'est une bataille générale qui se déclare !
Face : Leone se jette sur la sécurité en guise de protestation (toujours attaché à Urie)

2e dé à 4 face : le nombre de gardes si 1
1=1
2=2
3=3
4=4
avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Péripéties vécues : 2523
× Øssements1303
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
0/0  (0/0)
0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente252313030Autre15/03/2014
maitre de la mort
maitre de la mort
0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente252313030Autre15/03/2014
#7 le 10.08.18 17:19
Le membre 'Leone J. Chiaramonte' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


#1 '4 FACES' :


--------------------------------

#2 'PILE OU FACE' :


--------------------------------

#3 '4 FACES' :
avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 21
× Avatar : Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnK
× Pouvoir : Jurer comme un charretier
× Croisée avec : Ta mère
× Logement : Appartement au centre-ville avec Eden
× Métier : Second du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti
× Péripéties vécues : 1647
× Øssements6699
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Surnom : le scolopendre
× DCs : Alexiel Etsuko
× Présence : réduite

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
20Masculin21Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnKJurer comme un charretierTa mèreAppartement au centre-ville avec EdenSecond du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti1647669925Féminin30/04/2017le scolopendreAlexiel Etsukoréduite
✘【 Prince of Vampires 】✘
Clopeur nocturne, Alpha

✘【 Prince of Vampires 】✘Clopeur nocturne, Alpha
20Masculin21Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnKJurer comme un charretierTa mèreAppartement au centre-ville avec EdenSecond du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti1647669925Féminin30/04/2017le scolopendreAlexiel Etsukoréduite
http://www.peekaboo-rpg.com/t1802-urie-kanekihttp://www.peekaboo-rpg.com/t2716-urie-kaneki-a-la-lumiere-de-nos-amours-113eme-cigarette-sans-dormirhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2039-urie-kaneki-portable
#8 le 11.08.18 12:37

Énième déni

- C'est toi que j'assume pas! -


Lorsque ce type, tiré à quatre épingles s’est approché, je crois que j’ai été le premier surpris par la réaction de Leone. Ni une, ni deux le gérant de la salle décampe et ça m’arrache un rire tant c’en est ridicule.
A deux doigts de féliciter l’Italien pour sa réaction, je me vois contrecarrer dans mes plans lorsque son poing s’abat sur la table. Les cartes m’échappent et tombent de manière désordonnée autour de mes mains.

Mon sourire devient rictus, mon expression reprend de ses teintes renfrognées et ça n’est pas aidé par cette main qui me maintient par le bas du visage.

Je ne suis pas serein quant aux endroits où ont pu trainer ces mains ni même en ce qui concerne cette haleine chargée d’alcool qui s’abat sur moi comme une tempête.

Je reste pantois. Remarquant à peine ce double sens qui continue de s’immiscer dans notre échange tout comme ce fumé particulier que dégage Leone. A ma plus grande surprise il ne sent pas le pesto ni la pizza mais bel et bien l’alcool. Je crois que rien qu’avec son haleine je viens de me prendre trois ou quatre verres en supplément.

Je suis presque effaré de ces ignominies et imbécilités qu’il peut me balancer et foutrement agacé qu’il puisse me secouer comme un palmier, tu cherches quoi gars? A part une nausée que tu fais monter petit à petit t’auras rien de bon si ce n’est du vomi sur les pompes.

L’ouragan se calme enfin et je guette le brun dont la gestuelle indique à quel point l’effort a dû lui coûter. Mais j’ai pas prévu d’en rester là et je suis surtout loin d’être attendri par son discours. Ses airs de diva j’en ai jusque là!

— Pour que j’aille mieux? Hé bah t’as vu le résultat ?!  T’aurais mieux fait de jeter ton dévolu sur une autre client.

Je me suis levé à mon tour, me mettant à niveau de ce rigolo pour l’empoigner par le col. J’en ai pas fini avec toi face d’olive!

— Tu veux faire quoi avec moi hein?! Te pavaner parce que tu m’auras eu dans ton sofa? Espèce de péripatéticienne du sofa! Ce sont tes os que je v-…!

Stoppé dans mon élan, je sens une main se poser sur mon épaule ce qui me fait vivement retourner la tête pour savoir quel connard souhaite intervenir à cet instant.

— J’ai pas fini putain, tu veux quoi?!

Crachant presque au visage de ce client, ça n’est qu’ensuite que je remarque que toute la salle s’est levée et se tient désormais près de nous. Les expressions sont à la fois fermées, énervées comme agacées.

La suite s’est passée très vite. Vraiment. Ou alors j’ai deux de tens’ à cause de tout l’alcool que m’a soufflé Leone dans le nez.

Les mains nous ont empoignés, nous trainant en-dehors de la salle malgré nos protestations. Je m’agite comme un beau diable et jure comme un charretier mais rien n’y fait, de plus, être lesté de l’autre boulet n’arrange absolument rien à ma cause.

Nous nous retrouvons dans la ruelle derrière le Kakegoto et ça ne s’arrête pas là. Nous essuyons les coups de ces clients qui, à cet instant, ne sont que des chiens à mes yeux, et ils nous jettent sans vergogne dans le tas de sacs poubelle plus loin.

Étourdis, le corps engourdi par quelques douleurs mais surtout l’alcool qui parcours mes veines, je reste inerte. Le calme m’a regagné et je me sens soudainement presque apaisé. Il ne vaut mieux pas que j’en parle à ce psy en mousse sinon il va me sortir une théorie à la con comme quoi je suis devenu masochiste… Et il aurait pas tord ce débile.

Allongé les bras en croix j’inspire profondément et me stoppe en toussant, une mine de dégoût sur le visage.

— Ça pue…

Je soupire bruyamment et fixe le ciel moucheté, cherchant un brun de stabilité dans ce monde de dingues.

Ma main droite s’agite légèrement, faisant tinter la chainette des menottes comme pour passer un appel à un ami. Ou du moins, un partenaire de dérouillée.

— Leone… t’es mort? Réponds… Si je tourne la tête je vomis.

Les dés:
1) 2 côtes fêlées et quelques hématomes sur le visage
2) Un superbe cocard à l'oeil droit et la lèvre fendue
3) Le nez en sang
4) Tout à la fois.

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Péripéties vécues : 2523
× Øssements1303
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
0/0  (0/0)
0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente252313030Autre15/03/2014
maitre de la mort
maitre de la mort
0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente252313030Autre15/03/2014
#9 le 11.08.18 12:37
Le membre 'Urie Kaneki' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


'4 FACES' :
avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 33 Masculin
× Age post-mortem : 131
× Avatar : Shokudaikiri Mitsutada - Touken Ranbu
× Appartement : Van Gogh
× Métier : Psy
× Péripéties vécues : 220
× Øssements565
× Age IRL : 20 Féminin
× Inscription : 21/03/2018
× Surnom : l'anémone
× DCs : Mitsuko Shinoda & Pandora R. Bahatóris
× Présence : actuellement absent(e)

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
33/100  (33/100)
33Masculin131Shokudaikiri Mitsutada - Touken RanbuVan GoghPsy22056520Féminin21/03/2018l'anémoneMitsuko Shinoda & Pandora R. Bahatórisactuellement absent(e)
Mascotte de bordel
 ☽ Preux Sicilien ☾

Mascotte de bordel ☽ Preux Sicilien ☾
33Masculin131Shokudaikiri Mitsutada - Touken RanbuVan GoghPsy22056520Féminin21/03/2018l'anémoneMitsuko Shinoda & Pandora R. Bahatórisactuellement absent(e)
https://www.peekaboo-rpg.com/t3003-leo-when-the-devil-wants-to-punish-his-worshippers-he-uses-the-trick-of-karma-terminehttps://www.peekaboo-rpg.com/t3013-leo-we-re-all-of-us-haunted-and-haunting
#10 le 12.08.18 9:04

Psycholeone

Malgré le fait qu’Urie ait déjà habitué son psychologue depuis un moment aux langages les plus fleuris et aux insultes les plus créatives, au fil de leurs séances, Leone n’en demeure pas moins choqué de la violence des propos de son patient, loin de mâcher ses mots, éméché et certainement fatigué d’être dans cette situation, de surcroit avec son Sicilien préféré.

Levant l’œil au ciel avec une moue dédaigneuse, ce dernier croise les bras sur son torse et détourne le regard.

— Mon « dévolu » ? Je te signale que c’est pas moi qui ai réclamé le vampire brutal et encombrant dont personne ne voulait. T’as atterri dans mon canapé indépendamment de ma volonté, ou alors c’est le destin, le karma ou je ne sais quoi qui voulait qu’on se retrouve tous les deux dans cette pièce. Tu crois que c’est agréable de t’avoir TOUTES LES SEMAINES ou dès t’en as envie, dans mon canapé, avec tout ce que tu me fais subir ?

En l’entendant l’insulter de « péripatéticienne du sofa », Leone porte une main à son cœur, outré que son interlocuteur puisse considérer ainsi leurs séances et le traiter de catin. Mais il n’a pas le temps de répliquer quoi que ce soit que la foule se dresse contre eux, interrompant Urie alors qu’il déblatère encore des menaces à l’encontre du psychologue.

— Je crois qu’ils veulent te dire que t’es lourd à beugler comme un putois... lance-t-il juste avant de se prendre un coup de coude dans les côtes.

Dire qu’ils étaient venus ici pour jouer au poker et, à la rigueur, sacrifier une main. C’est avant d’avoir accompli ces deux tâches - quoique la précieuse main de Leone a déjà bien pris cher - qu’ils se font violemment mettre dehors par les clients qui visiblement les trouvaient insupportables. Crachotant, il a le souffle coupé durant tout leur trajet jusqu’à la ruelle déserte et infâme de l’arrière du Kakegoto. Mais si au moins ils se contentaient de les jeter dehors comme deux malpropres… non, il faut en plus qu’ils les frappent.

Rien ne justifiant cette violence, Leone fond à nouveau en larmes, se laissant lamentablement ballotter par les clients. Chose étrange : il n’entend plus Urie : est-il mort ? Assommé ? Ou peut-être que ce sont ses hurlements de protestations qui l’empêchent d’entendre correctement les injures de l’autre vampire. La perspective de devoir le trainer aux urgences l’horrifie et son sang ne fait qu’un tour : il doit protéger son patient au péril de sa vie !

Mais c’est sans compter sur le coup de boule qui l’envoie directement baver dans les bras de Morphée.

Il se réveille d’une inconscience fugace, interrompue par l’interpellation d’Urie. Un instant, il se croit dans les bras de sa douce Gabrielle sur un matelas plus que confortable… mais la réalité est plus brutale. Se redressant d’un coup, il étouffe une flopée de jurons en italien avant de tourner la tête vers son patient.

— Toujours aussi mort, mais toi t’as vraiment l’air d’un cadavre.

Son œil s’écarquille devant le spectacle pathétique offert par ce dernier. Pouffant puis éclatant franchement de rire, Leone gémit de douleur en sentant ses côtes le faire souffrir. « Ayeu » laisse-t-il échapper en sifflant.

Tirant sur la menotte d’Urie, il darde sur ce dernier un œil moqueur :

— Il faudrait faire une photo : monseigneur ami de Josh et d’Akio, second du roi des vampires, bien installé sur son trône de déchet. Dans le genre gigolo italien, j’te jure…

S’approchant, Leone déchire la chemise déjà à moitié fichue de son acolyte pour en faire des bandes, puis lui fourre dans le nez sans lui demander son avis.

— J’me permets, hein, en tant que péripatépsycho et infirmière du grand Ourie roi des poubelles, tu pisses le sang, pour info, t’en as pris une belle dis donc. Se fendant d’un rictus sadique, il ajoute : j’hésite à te l’aggraver.

Mais se rappelant vite de leur échange précédent, il se reprend vite ; croisant les bras sans prendre la peine d’être délicat avec Urie, le Sicilien affiche une moue vexée.

— T’façon tu peux vomir, y’a ta péripatéticienne du sofa qu’est là pour toi.

C’est là que Leone se rend compte de ce qu’il ressent. Non pas mentalement ni émotionnellement, il est toujours anesthésié par l'alcool et à l’ouest, mais physiquement : il a mal, très mal. Il grogne en palpant son corps à la recherche d'éventuelles blessures de guerre.

— Ourriee, yé bobo…

Ses lamentations se perdent dans ses larmes et ses reniflements, si bien qu’il n’a pas l'once d'un égard ni pour la chemise déjà abîmée de son patient, ni pour ce dernier d'ailleurs, et qu’il en déchire encore un morceaux pour soulager son nez.

Ft. Urie Kaneki


Les dés:
L'état de la chemise :
Pile : Leone a des doigts de fée, la déchirure est nette et pas troooop grosse
Face : en gros bourrin, il a arraché une bonne partie de la chemise d’Urie

Les blessures de Leone :
1) L’arcade sourcilière ouverte et une côte fêlée
2) Un coquard à son œil valide et deux autres doigts cassés
3) Une entorse à une cheville et plusieurs coupures
4) Des hématomes douloureux un peu partout et le nez cassé