ConnexionConnexion  
  • AccueilAccueil  
  • PortailPortail  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • connexionSe laisser mouririnscriptionNos fantomesliste des membres
    RèglementContexteGroupesØssementsPoints d'amusement
    Nouvelles épitaphesépitaphes du jour
    Rechercher
       
    forum rpg paranormal déjanté • rp libre • v.3.12
    en ce moment

    Capouccino recherche le grand amour, homme, entre 19 et 25 ans

    Eden Indentshi recherche tout plein d'employés pour son organisation

    Cinemont recherche des personnages enfants

    Cinemont a posté un rp libre dans l'allée des cerisiers

    Alexiel Etsuko cherche plusieurs rps pour son personnage deux en un.

    Alexiel Etsuko a posté un rp libre dans l'appartement Kiss

    Urie Kaneki recherche divers vampires pour rp !

    Event du moment
    Calendrier de l'avent
    du 1er au 24 décembre

    Try this my dear ! [ Takane feat. Ryusuke ]

    avatar
    Invité
    Invité
    #1 le 09.09.15 16:03




    Bon, il semblerait que ton 'cobaye' du jour est introuvable. Dommage. Tu affiches une mine ennuyée avant de lâcher un soupire, surjouant la chose, telle une comédie dramatique. Si tu avais été d'humeur à faire le pitre, tu aurais pris la peine de faire de grands gestes ou de jouer un air peiné. Mais en ce moment, tu étais surtout ennuyé, blasé. Comment est-ce que ton 'cobaye' a-t-il osé être porté absent une fois ta besogne terminée ? Quelle impertinence.

    Toi qui avait tant travaillé dessus (maximum 2 heures, ce n'est pas rien) ! Tout ce temps perdu à faire cette potion. Tout ce temps perdu à cherche ton 'cobaye'. Quelle tristesse. Tu en as le cœur brisé, brisé en miette. Mais tes efforts ne doivent pas être vain, il te faut un nouveau 'cobaye', un être compétent et compréhensif cette fois-ci... Ou juste un individu au hasard, ce serait déjà pas mal.

    " J'ai besoin d'une personne en remplacement... "

    Marmonnes-tu pensivement à toi-même. Oui, tu en avais bien besoin. Tu soupires de nouveau, en regardant autour de toi. Le Garde-manger. Tu es venu ici dans l'espoir de retrouver le 'cobaye', ayant déjà chercher l'Agence de fond en comble. Mais cette personne semble s'être bien cachée... Ou bien est déjà bien loin d'ici. Cette possibilité n'est pas à jeter. Bien qu'elle est plutôt violente à encaisser pour ton ego, le pauvre. Tu devras bien t'en occuper après. Un ego, ça s'entretient et ça s'aime.

    Tu balayes d'une main toutes tes pensées passées. Fini de divaguer, tu dois tester ta potion sur quelqu'un. Mais comment ? Par la force ? Non, tu n'es pas un barbare, et tu risque de te blesser. Mauvaise idée donc. Par la gentillesse ? Beurk. Rien que de t'imaginer tout faible, tout mielleux, avec un fond fleuri et respirant la joie te donne la nausée. Très mauvaise idée. Il ne te reste que la manipulation... Ou tout simplement la ruse. Et bien ça promet... D'être des plus amusants.

    Tu étais sur le point d'élaborer dans tes têtes quelques situations pouvant te faire réussir ton objectif suivant : faire boire ta nouvelle potion à quelqu'un. Tu imagines les événements pouvant se produire et qui cela pourrait arriver. Pas facile à faire, mais vraiment plaisant. Pourtant, tu mets tout cela vite-fait de côté en entendant un bruit. Il y a quelqu'un. Un nouvel arrivant ? Ou bien un individu que tu n'avais pas vu à ton arrivée ? Quelle importance ? Tout ce qui compte, c'est que tu as ton nouveau 'cobaye' et qu'au diable les plans finement préparés ! Place à l'improvisation.

    Let's play~

    avatar
    Invité
    Invité
    #2 le 09.09.15 19:20


    Une main tendue vers le ciel, laissant les rayons du soleil s'infiltrer entre ses doigts, en attendant le moment propice pour la refermer. Des oiseaux au loin se laissaient emporter par une douce brise, et hop ! emprisonnant la silhouette contre sa paume, l'oiseau continuait cependant son chemin tandis qu'il retourna sa main face à son visage désabusé. Ses doigts s'écartèrent doucement, et au creux de cette main ? rien. Laissant cette dernière retomber le long de son corps, il aurait tant voulu attraper l'une de ses créatures. Elles semblaient si paisibles, si libres. Il aurait tant voulu leur briser les ailes.

    Depuis son arrivée, le soleil avait déjà montré le bout de son nez et avait grimpé haut dans le ciel. Lui qui était venu saluer les étoiles, s'était perdu dans la contemplation de l'aube, puis du ciel laiteux qui avait prit place. Bercé par le silence de l'instant, le bruit incessant de la ville dès son éveil n'avait pas encore réussi à l'atteindre, seul une chose avait réussi à le ramener sur terre. Une pensée lui vint à l'esprit alors qu'il releva une main à son ventre pour s'y pincer la peau. Je crois que je pourrais avoir .. « Faim. »

    Cependant, il ne bougea pas, les yeux se perdant dans l'océan azur pour quelques instants encore. Il attendit simplement qu'une brise vint faire virevolter ses mèches blanches, lui sommant de se relever d'un souffle à son oreille, ce qu'il fit machinalement. Il ne lui fallut qu'une dizaine de minutes pour redescendre de son perchoir et de trainer les pieds jusqu'à l'agence. Il traversa le hall avant de descendre d'un étage et se dirigea vers le garde-manger, les mains aux fonds de ses poches.

    Comme à son habitude, il se tourna dos à la porte, jetant un coup d'œil de part et d'autre du couloir tout en relevant une main qu'il glissa le long de son dos jusqu'à la poignée qu'il tourna. Il fit volte-face sur les talons et entra discrètement dans la pièce. La porte se referma tout aussi doucement qu'elle a été ouverte, le dos contre celle-ci et la main dans le creux de sa colonne vertébrale, il ne put retenir en froncement de sourcils. Il n'était pas seul. Un membre du personnel ? Ce n'était pas l'heure, quelqu'un qui avait un petit creux ? Qu'est-ce que cela aurait bien pu lui importer.

    Il balaya rapidement la pièce du regard avant de relever le dos de son crâne de l'entrée et de glisser à nouveau sa main dans la poche de son jean. Il fit quelques pas et n'eut le temps de songer à ce qu'il aurait pu se mettre sous la dent qu'un homme apparut dans son chant de vision. La première chose qu'il lui tapa à l'œil, fut que l'homme semblait faire une bonne tête de plus que lui. Le jeune homme s'était arrêté, détaillant l'inconnu sans gène, un visage qui ne laissait paraître aucune émotion si ce n'était une pointe de méfiance dans le regard.

    L'inconnu lui sembla familier, mais ne s'attarda pas plus que cela et lâcha tout simplement : « Excusez-moi, je ne m'attendais pas à voir quelqu'un ici. » D'un pas quelque peu rapide, il se faufila entre l'homme et les étagères, sortant une main de là où elle était cachée pour attraper au passage une boite qui reposait parmi ses semblables. Il gonfla légèrement et discrètement les joues, regardant simplement devant lui en repartant, faire le tour de la pièce à la recherche de quoi se remplir la panse. Semblant ignorer l'homme dans un premier temps.

    avatar
    Invité
    Invité
    #3 le 12.09.15 14:03




    Souris, beau Takane, souris. Soit aimable, soit 'sympathique', soit... Bon acteur, tout simplement. Tu te dois réussir ta mission qu'est de tester ta potion sur quelqu'un. Tu sais qu'un 'essaie ça, mon cher' ne sera pas suffisant. Après tout, tout le monde sait que les tentatives d'un Nécromancien ne sentent jamais la bonne augure. Les Zombies en sont bien la preuve. Ah mais d'ailleurs... Avais-tu déjà engendré un Zombie ? Tu ne t'en souviens plus trop. Si tu l'avais fais, peut-être que la souffrance et le désespoir de l'individu n'ont pas été sensationnels pour toi, peut-être que tu t'attendais à mieux. Ou bien tu n'as jamais essayé... Mais qu'attend-tu donc ? Une flemmardise de ta part sûrement.

    Bref, trêve de divagation et place au jeu. Tu observes le nouvel arrivant d'un œil analyste, notant chaque détail pouvant t'être utile. Sa tête te disait quelque chose, mais quoi ? Tu as déjà dû voir cette face deux-trois fois pour qu'elle te semble familière. Tu tentes de deviner ce qu'il est. La Chimère est déjà exclue, vu le genre du bonhomme. Un Lémure ? Ce serait bien ennuyeux, mais si malléable de ta main. Un Vampire ? Ce serait bien intéressant à dompter, à utiliser comme expérience. Un Zombie ? Ce serait sans-intérêt, un être ayant déjà été utilisé par un autre... Ça n'a rien d'intéressant. Un Nécromancien ? Là. Ce serait tordant de rire. Un Nécromancien qui expérimente un autre. Et pourquoi pas un scientifique qui utilise comme cobaye un autre scientifique, hein ?

    " ... Bien le bonjour~ "

    Tu lui avais souris, mais il semblerait que ce jeune homme n'a que peu de manière... Bizarrement on aurait tendance à pester, mais tu préfères en rire. Quel sale caractère. Mais tu lui pardonnes cet affront envers ta personne, car après tout, il se sera vite racheté en devenant le cobaye de ta nouvelle création. Mais ne trouvant pour l'instant pas d'idée subtile pour l'aborder comme il se dit... Tu l'observes dans ses gestes, regardant ce qu'il faisait. Tu t'en ennuies bien vite de cette activité. Tu décides donc d'aller au feeling.

    " Dites-moi, je suis à la recherche d'une personne. Ou du moins je l'attends en ce lieu. L'auriez-vous vu ? "

    Tu décris la personne comme tu le peux, avec les piètres choses que tu as retenu de ton cobaye. Son nom, son genre, ce qu'il est et à quoi il ressemble. Tu affiches ensuite une mine peinée, fausse bien sûre, mais tes talents d'acteurs remporte sur la fausseté. Et tu continues en lui disant :

    " On devait se donner rendez-vous ici, mais vu le temps que j'ai attendu, je crois bien que cette personne m'a pausé un lapin. C'est... Plutôt gênant. Moi qui pensait pouvoir passer un bon moment en sa compagnie, en mangeant quelques petites choses en ces lieux et en buvant un mélange de ma concoction. Mais il semblerait que ce ne soit plus le cas... "

    Tu soupires en lançant un regard chagriné sur ta potion, qui heureusement pour toi, se trouvait dans un thermos. Ni vu, ni connu, et parfaitement plausible avec la situation que tu viens d'annoncer. Après ça te permet de voir le taux d'empathie de ton interlocuteur. S'il compatit pour toi, c'est gagné. Si c'est un enfoiré de première comme toi, alors tu risques que t'amuser ENCORE plus, à voir, à voir...

    Tu le fixes avec un sourire faussement penaud, comme attendant une réponse à tes dires, comme voulant savoir ce que tu pourrais bien faire dans une telle situation. Mais dans tout les cas, tu attends une réponse de sa part.

    avatar
    Invité
    Invité
    #4 le 12.09.15 21:55



    Une salutation qu'il ne prit la peine de répondre. Il fuyait le monde, il l'appelait. Il fuyait la compagnie, il la réclamait. Rien que de se voir et se savoir entouré de passants, de simples personnes ignorantes, l'apaisait. Ça le rassurait. Cependant, seule dans une pièce avec pour seule compagnie, de la nourriture et un étranger, l'angoissait doucement. Un frisson désagréable, il déglutit discrètement en se concentrant sur sa recherche d'aliments, ne manquant pas de surveiller l'homme de quelques coups d'œil en coin qui sembla porter un certain intérêt à notre jeune ami. Un sourire qu'il ne prit pas non plus la peine de rendre.

    Il fit mine de regarder avec plus d'attention le paquet qu'il tenait entre ses doigts avant de relever les yeux au visage du brun qui prit la parole. L'écoutant d'une oreille quelque peu distraite, il se mit à tracer chaque trait de son visage de ses yeux vairons. Et ceux de l'homme, de quel couleur étaient-ils ? Il était dur de ce prononcer sur le sujet avec certitude. Plissant doucement les yeux en penchant que légèrement le visage sur le côté, il se tourna franchement, face à son interlocuteur. L'inconnu lui fit le portrait de la personne qu'il semblait chercher et le jeune homme fit l'effort de l'imaginer.

    Une mine chagrinée s'afficha sur le visage pâle de l'homme, ce qui fit plisser les yeux du plus petit. Il ne pouvait l'aider, il ne pouvait savoir avec certitude de qu'elle personne il décrivait, puis de toute évidence, il n'avait pas fait réellement attention à son entourage en venant jusqu'ici. Ce qui était sûr, c'est qu'il n'y avait personne d'autre que nos deux protagonistes. Secouant légèrement la tête de gauche à droite, il garda cependant son silence, dévisageant l'homme en serrant doucement son paquet de petits gâteaux contre lui lorsqu’il reprit la parole.

    « On devait se donner rendez-vous ici, mais vu le temps que j'ai attendu, je crois bien que cette personne m'a pausé un lapin. C'est ... Plutôt gênant. Moi qui pensait pouvoir passer un bon moment en sa compagnie, en mangeant quelques petites choses en ces lieux et en buvant un mélange de ma concoction. Mais il semblerait que ce ne soit plus le cas ... »

    Un soupire tout aussi agacé que son regard, avant de jeter un coup d'œil à ce qu'on pouvait être un thermos. Un mélange de sa concoction ? Entrouvrant un instant les lèvres, aucun son n'en sorti, si ce n'était qu'un court soupire. Fronçant légèrement les sourcils lorsque son regard se perdit dans celui de son interlocuteur dont les lèvres s'étaient étirées dans un petit sourire. Et la question qui devait se poser, se posa. Qu'était cet homme ? Quel être se cachait derrière ce visage souriant. Quelle créature ce cachait derrière ses pupilles si prenantes. Quel était le véritable sens de ses paroles.

    « C'est vrai que c'est gênant. Mais ce qui est sûr, c'est qu'il n'y a personne d'autre ici. D'un côté, il l'espérait, être surpris par un second individu alors qu'il s'y attendait le moins, ne lui aurait pas forcément plu. Il se détourna du regard de l'inconnu, il reposa avec hésitation le paquet qu'il avait gardé contre lui, continuant ses recherches lentement en se dérobant de la conversation un instant. Il fit alors quelques pas qui l'éloigna de l'inconnu, glissant le bout de ses doigts sous les objets qui remplissaient la salle. Si la compagnie vous manque encore, ce n'est pas ici que vous en trouverez. »

    Un faible sourire amer sur ses fines lèvres blafardes, il s'empara d'un petit sac plastique pour y glisser quelques articles qui lui serviront de subsistances pour une semaine, voir quelques jours s'il n'oublie pas de se nourrir correctement. Lui qui n'avait jamais eu un grand appétit de son vivant, en avait encore moins dans la mort. Il faut dire qu'il ne se basait que sur des habitudes et l'état de son corps qui semblait crier famine depuis quelques jours. S'il continue comme cela, ses fins muscles laisseraient bientôt place à une fine peau meurtrie qui retracerait avec soin chacun de ses os, os qui finiraient par se briser.

    Un zombie, voilà ce qu'il était destiné à devenir. Une apparence proche de la nature de ses porteurs de masques. Enfin bon. Il n'allait tout de même pas laisser la faim avoir raison de lui et le détruire de la sorte. Relevant parfois le regard en direction de l'homme dont il s'éloignait doucement, ce ne fut pas réellement sa curiosité qui prit le dessus mais l'entendre parler ne pouvait que le rassurer. Cela pouvait paraître étrange, mais le fait que son interlocuteur parle lui donnait un certain avantage - ce qui n'était rien d'autre qu'une pensée qui lui donnait ce sentiment de sécurité. Plus concentré à parler, le jeune homme avait plus de chances de réagir plus rapidement.

    Pourquoi être si craintif ? Une habitude qui ne partira pas si facilement. Un instinct de fuyard sans doute, lui qui avait pourtant apprit à faire face et relever la tête. « Pourquoi s'être donné rendez-vous dans un tel endroit ? Je n'ai pas l'impression que le personnel de l'agence apprécie que l'on traine trop dans cette pièce. Dit-il presque pour lui-même en balayant les étagères du regard, continuant sa lente marche entre les rayons. Vous devriez trouver autre chose pour ne pas vous faire poser un lapin la prochaine fois, pas très glamour comme lieu pour un rencard. » Dit-il dans un petit rire moqueur, d'une voix basse et légèrement plus grave qu'à son habitude.

    Que savait-il d'un rendez-vous, que savait-il d'un rencard, ou encore, d'un lieu charmant et opportun pour telle ou telle rencontre ? Rien bien évidemment.


    avatar
    Invité
    Invité
    #5 le 18.09.15 23:59




    Tu attendais sa réponse avec un grande sérénité, toujours aussi patient on dirait. Tu maintiens ton doux et bienveillant (beurk) sourire. Une fois la réponse reçue, tu ne peux t'empêcher de rire "innocemment". Amusé par la personnalité que semble démontrer ton interlocuteur. Va-t-il être ton futur cobaye ? Mais oui bien sûr qu'il va l'être ! Car si tel n'est pas le cas, ce sera un échec pour toi et... Tu. détestes. échouer.

    Tu t'approches du jeune homme avec un pas presque dansant. Cela se voyait, tu t'amuses. Oh oui que tu t'amuses. Et d'une voix riante, sonnant plus dans la taquinerie que dans la moquerie, tu lui dis :

    " Mais que racontez-vous ? Pas de compagnie possible en ce lieu ? Et qu'êtes-vous donc alors ? Vous semblez être une très bonne compagnie je trouve. Hé hé hé~ "

    Dieu que tu te dégoûtais à parler de cette manière, de rire de cette manière, de te comporter de cette manière. Beurk, tu es à vomir en ce moment-même. Cela te fait mal de dire ça, pour ton ego. Mais... Sérieusement est-il possible de sonner plus naïf, plus imbécile-heureux que ça ? Malheureusement non...

    Ce rôle de gentil homme te les brise légèrement, mais bon, il est toujours bon de surprendre les personnes trompées par ton jeu d'acteur. Ils croient y voir une brebis égarée, mais ils se font bien vite dévorer par le loup qu tu es. Tu fixes de nouveau l'individu en face de toi. Tu ne sais pas encore grand chose de sa mentalité. Voyons donc un peu sa tenue face à autrui. Voyons un peu ses réactions face aux appâts que tu lui lances, tes paroles. Voyons... son être.

    Tu continues de lui faire face avec le même sourire.

    Tu te retiens tout de même de tiquer sous l'appellation du mot 'rencard'. Oui. Il est vrai que tes rencontres avec ton cobaye ressemblaient à cela, à des rencards. Enfin, du point de vue de ton cobaye. Pour toi, ce n'était qu'une méthode de manipulation comme une autre. Mais avec le temps, ton rat de laboratoire a peu à peu compris la teneur de tes sentiments. Tu aurais presque pu le trouver malin... Presque. Car comprendre cela en presque six mois, c'est plutôt gros non ?

    Enfin bon, l'amour doit certainement rendre réellement aveugle dans ce contexte. Mais tu as quand même du mal avec cette idée. Car après tout, qu'est-ce que l'amour ? L'as-tu déjà ressenti de ton vivant ? Tu as beau connaître la clé de la serrure des cœurs d'autrui, tu es incapable d'ouvrir la tienne. Ce genre de chose... Te débectes. Pourquoi est-ce si compliqué de te comprendre ? Si seulement tu n'avais pas cette stupide amnésie.

    Bref. Retournons à nos moutons. Il serait temps que tu fournisses une réponse à ton interlocuteur. Tu dois certainement l'avoir regardé quelques secondes, voir quelques minutes. Ne le faisons pas attendre plus longtemps.

    C'est parti, que l'acteur se remette en place. Tu imites un sursaut, comme si tu venais de te rendre compte de quelques choses, avant de forcer tes joues à prendre une teinte rosée (que tu aimes la magie du théâtre). Tu donnes un air gêné avant de dire d'un air faussement paniqué :

    " A-Ah ! Non, non, non ce n'est pas ce genre de rendez-vous ..! Navré s'il y a eu méprise avec mes dires. Hum... Nous nous sommes donnés rendez-vous ici pour prendre 2-3 choses pour manger avant de trouver un endroit plus convenable... "

    Sérieusement tu mérites des baffes pour jouer un rôle aussi... Gnangnan. Mais il faudrait éviter, ton beau visage n'a pas à être défiguré pour une bassesse de ce genre, voyons ! Tu mimes les expressions, les gestes de quelqu'un tentant de se calmer, de se reprendre. Tu ne sais définitivement pas d'où te vient cette capacité d'acteur, mais tu l'adores ! Tu l'adores tant !

    Bien. Tentons un geste dangereux... Tes yeux reprennent contact avec ceux du jeune homme, avant de lui demander, avec le même personnage dont tu t'es montré face à lui :

    " E-Enfin, puisque nous en sommes là, est-ce que cela vous dérangerait de me tenir un peu compagnie ..? Comme ça... Je n'aurai pas fais tout ce chemin pour seulement ressentir la peine d'un 'vil lapin'... Hé hé~ "

    ... S'il existe vraiment une personne de ce genre...
    Dieu que tu le passerais à tabac, parce que là...

    avatar
    Invité
    Invité
    #6 le 27.09.15 17:03



    Plus le temps s'écoulait et plus son attention se focalisait sur l'inconnu. Plus le temps s'écoulait et plus un sentiment étrange, presque irréel se fit ressentir. Alors que ses yeux continuaient de balayer les étagères de leurs pupilles différentes, ses oreilles, elles, étaient concentrées sur les pas de l'homme qui semblait le guider vers lui. Ses pas et ses paroles qui lui firent relever la tête. Un sourcil tout d'abord arqué avant de se froncer sous les mots de son interlocuteur, un pas en avant de la part de l'inconnu, un pas en arrière de la part du jeune décoloré. De peur peut-être, mais la marche qu'avait le brun ne le rassurait pas réellement. Quel étrange personnage.

    « Mais que racontez-vous ? Pas de compagnie possible en ce lieu ? Et qu'êtes-vous donc alors ? Vous semblez être une très bonne compagnie je trouve. » Les sourcils se froncèrent davantage et son rire fit monter un long frisson désagréable le long de son échine. Niant d'un coup de tête en détournant celle-ci vers les étagères. Un moment de silence, Ryusuke ne pu s'empêcher d'afficher un petit sourire coin, sortant comme une petite pique, une moquerie, alors que ses doigts glissèrent sur les aliments. C'est vrai ça, se donner rendez-vous dans un tel endroit ? Tellement étrange, tellement louche.

    Relevant le regard - qui se fit quelque peu arrogant, moqueur - pour croiser les pupilles rougeâtres de l'homme. Un regard qu'il aurait autrefois fuit, un regard qu'il ne le mettait pas forcément à l'aise, mais un regard qu'il soutenu avec un certain mépris. Un mépris habituel, un mépris qui avait pris la place de la peur et de la tristesse. Un sentiment qui en cache bien d'autre. Une histoire de fierté, une histoire de force, un mental de résistant. Un léger rire traversa ses fines lèvres tandis qu'il se moqua gentiment de l'homme qu'il s'apprêta à fuir et ignorer une fois de plus.

    Étrangement, il ne répondit pas de suite. Silencieusement, comme perdu dans ses pensées, cependant ses yeux rouges sang ne quitta pas le jeune homme qui perdit assez vite son faible rictus et son regard plein de confiance. Huh ? Il ne put empêcher la surprise marqué son visage sous le soudain changement de comportement de l'inconnu. Chose qui déstabilisa Ryusuke. De grands yeux ouverts, un visage presque lisse comme un simple poupon, il pencha doucement la tête sur le côté, laissant quelques mèches pâles chatouiller ses joues toutes blanchâtres. Quel étrange personnage disais-je ?

    Détaillant chaque trait de l'homme, ces marques de timidité, ses rougeurs qu'il n'avait pas l'habitude de voir. Cette sensation aussi étrange que désagréable se fit davantage ressentir. Relevant la tête, la détournant un court instant, comme une pointe de panique dans le regard, un visage quelque peu crispé, ses doigts se refermèrent autour de l'une des étagères. « Je ne suis pas .. Je ne suis pas de bonne compagnie. Je suis seulement venu ici pour prendre de quoi manger. » Et il prit la fuite une fois de plus derrière l'une des montagnes d'aliments.

    Il n'aimait pas ça. Lui qui avait l'habitude qu'on l'ignore dans l'au-delà, qu'on ne le voit tout simplement. Car ici, même avec se physique, il n'attirait pas plus l'attention qu'un autre. Non, ici on le laissait vivre, on le laissait tranquille. Alors pourquoi ne faisait-il pas de même ? Cet homme étrange. Pourquoi ne pouvait-il pas tout simplement l'ignorer.. « Ce vil lapin .. Je n'y suis pour rien, que vous ayez fait tout ce chemin pour rien ne me concerne pas. » Dit-il avec agacement, tout en surveillant l'homme du coin de l'œil, la tête presque enfoui entre les sachets d'épices diverses avant de murmurer dans un souffle. « Je n'aime pas votre façon de rire. »

    avatar
    Invité
    Invité
    #7 le 04.10.15 21:52





    Kuhuhu...

    Tu l'aimes bien ce type. Au moins tu sais qu'il est du genre à côtoyer des êtres acceptables. Non parce que s'il est d'accord de passer du temps avec la loque que tu joues en ce moment en guise de personnage, c'est qu'il doit vraiment sombrer dans la solitude du désespoir. Ah~ Comme c'est étonnant de parfois croiser des personnalités qui t'enchantent à un point. Il te fait galérer à le changer en cobaye pour ta nouvelle potion, mais tu adores ça. Ce défi qui te fait fasse. Cela t'amuse comme un petit fou, un véritable fou même.

    Tu aimes ce que tes analyses te montrent. Tu aimes savoir qu'une mentalité comme ça se trouve en ses lieux. Tu te dis presque, qu'il pourrait être un cobaye définitif, mais pour une toute autre chose. Il ne sera pas un cobaye pour ta part nécromancienne non, il le sera pour l'être qui aime l'étude du comportement humain. Celui qui pense psychologie. Celui qui a l'âme d'un psychologue. Cela ne t'étonnerait même pas que tu apprennes que tu en ais été un par le passé.

    Tu observes l'individu bouger, se déplacer, se cacher même. Qu'il ne joue pas à ça. Il risque de s'en mordre les doigts. Les jeux tels que cache-cache ou celui du chat et de la souris, ce sont des jeux d'une bassesse pour toi. Connaître la mentalité d'une personne, c'est pouvoir prédire ses faits et gestes. Et tu as déjà quelques bribes de sa personnalité, donc il ne faut pas trop jouer avec toi dans ces moments...

    Cela aurait été vrai si tu n'étais pas celui qui jouait. Car là, c'est fini, aucune échappatoire. Quand tu joues, c'est pour de rien. Quand tu joues, il n'y a jamais de fin. Ja-m-ais.

    Aller. Ça suffit de jouer la comédie. Tu t'es bien amusé au début, mais tu vois bien que tu tourneras malheureusement en rond avec une telle mentalité. C'est triste. Tu aurais pu continuer plus longtemps avec ce rôle d'imbécile heureux, mais... Cela commence à devenir bien ennuyeux. Aussi à toi qu'à ton interlocuteur. Bon, au moins tu sauras qu'il n'est né de la dernière pluie. Mais cela te désole un peu de ne pas pouvoir tester ta potion sur lui.

    Ton ego aurait pu prendre un coup d'abandonner ainsi, mais ton analyse montre bien que le contexte n'est pas propice pour la réussite. Toutefois, tu te consoles en te disant que tu viens de trouver un sujet d'observation bien intéressant. Et puis, la frustration de ce moment sera payé au centuple par ton cobaye habituel qui a osé fuir.

    Tu abandonnes finalement ton air de bienheureux, laissant place à une mine ennuyée. Mais ennuyée du genre : délicieusement ennuyée. Cet individu t'ennuie et t'amuse à la fois, c'est passionnant ! Tu lui dis ensuite d'une voix remplie de malice. De TA voix, ceci :

    " C'est vrai, ce rire me tape aussi sur le système. Donc je vais arrêter cette comédie, j'espère que cela vous va. Je dois avoir que vous êtes bien intéressant~ "

    Le tout avec un sourire digne du chat de Cheshire. Tu te permets d'ajouter en guise de politesse purement mondaine :

    " Oh et navré de cette comédie. Une petite envie du moment voyez vous~ ? Vous ne m'en tiendrez pas trop rigueur j'espère. "

    avatar
    Invité
    Invité
    #8 le 16.11.15 14:33



    Un animal. Un rat. Un insecte. Une vulgaire bête prise au piège dans une cage étroite, dans cette pièce où les murs semblaient se déplacer à chacun de ses pas. Elle semblait devenir de plus en plus petite, et la seule sortie, de plus en plus minuscule. Il avait beau se sentir si petit et craintif, il ne l'était pas assez pour passer à travers des obstacles et se fondre derrière la porte de sortir. La porte de secours. Elle semblait si loin, malgré les murs qui semblaient se rapprocher. Ses sens se modifièrent sous la guise de son angoisse. Il se sentait piégé, analysé, il avait horreur de ça.

    Il se sentait pris au piège dans un jeu qu'il ne pouvait contrôler. Il avait fait tomber son masque, sa couverture, sa carapace. Il se sentait nu et affreusement désarmé. Cet homme était ... Étrange. Il était étrange est malsain. Et avec lui, avec un tel comportement, il ne pouvait prendre en main la situation. Avec un tel spécimen, il ne contrôlerait rien. Ses ongles venaient parfois frotter quelques boites lorsque sa main ne se perdait pas dans ses cheveux blancs. Quelque chose lui échappait, mais son état ne lui permettait pas de se focaliser sur cette chose. Il bougeait trop, il se rapprochait trop.

    Un temps de silence. Un instant. Et son visage se détendit, ses muscles se relâchèrent. Un visage presque impassible avec une pointe de surprise ou d'incompréhension dans le regard. Qui est-il ? Que me veut-il ? La tête légèrement penché sur le côté, fixant un homme différent, il finit par se tourner pour lui faire face. Il fronça doucement les sourcils. Un animal. Un rat. Un insecte. Une vulgaire bête prise au piège dans une cage étroite, dans cette pièce où les murs semblaient se déplacer à chacun de ses pas. Il avait couru. Il l'avait fait fuir. Il s'était amusé de lui.

    Il se sentait piégé, examiné, analysé. Il se sentait pris au piège dans un jeu qu'il ne pouvait contrôler. La peur de se sentir dominer, de ne pas être maître de la situation. Quel petit enfant vulnérable il était. Cependant, un sourire à la fois faussement amusé et rancunier déforma son visage. « "Une petite envie du moment ?" » Il fit quelques pas en direction de l'inconnu, suffisamment pour réduire considérablement l'espace qu'il avait installé entre eux, tout en gardant une marge d'espace qui lui permettrait de parer n'importe quel fait et geste, tout comme s'enfuir ou moindre sentiment de danger. Oui, tu n'es qu'un animal peureux Ryusuke.

    Alors qu'il pencha une fois de plus la tête sur le côté, le jeune homme perdit son sourire, fronçant un sourcil, haussant le seconde, et reprit la parole. « Que me voulez-vous ? Réellement. Je ne suis pas d'humeur joueuse aujourd'hui. » Ça ne l'étonnait pas, qu'il se soit fait poser un lapin. Avec un tel sourire, une telle voix. Mais que voulez-vous. Personne ne lui a dit durant son enfance de ne pas parler aux inconnus.


    Je m'excuse pour le temps d'attente ! Sincèrement ! Et pour la qualité/longueur de cette réponse. TAT

    avatar
    Invité
    Invité
    #9 le 18.11.15 9:24





    Tu observes longuement l'être dont tu fais face. Et tu adores - littéralement - ce que tes yeux t'offrent comme informations et ce que ton cerveau déduit de ces informations. Tu comprends petit à petit le fonctionnement de son esprit. Mais serais-tu capable de pouvoir connaître toutes ses pensées ? De le lire comme un livre grand ouvert ? Ou bien même arriverais-tu à prédire ses mouvements futurs ? Qui sait...

    Déjà que tu appréciais sa mentalité, mais après, connaître et voir ainsi certaines faiblesses qui te sont offertes. C'est... Fantastique. Savoir ainsi les éléments qui peuvent faire briser un être. C'est drôle, c'est comme si tu l'avais fais toute ta vie - ce qui est un presque le cas - ! Tu te délectes de ses gestes, de ses regards. Tout ce qui montre que tu es limite le maître de la situation. Comme si tu étais le seul qui pouvait choisir entre allonger ou écourter son supplice. Ah mais... C'est le cas voyons~

    ... Oh oh oh ! Mais que vois-tu donc ? Un magnifique sourire que voilà. Serait-ce une once de rancune que tu décèles là derrière ? Mais il ne faut pas voyons~ Une petite taquinerie, ça ne fait pas de mal pour le caractère. Franchement~ Qu'il soit content de l'attention que tu as daigné lui porter. Tu le vois s'approcher de toi, avec l'allure d'un animal craintif. Certains qualifieraient sûrement ça de mignon. Mais toi... Tu trouves cela plutôt... "Comique" va-t-on dire ? Enfin c'est surtout que tu ne connais pas vraiment le terme de "mignon" à la base donc bon...

    Tu ne disais rien. Te contentant de maintenir ton fin sourire sur mes lèvres. Du moins jusqu'à ce que ton interlocuteur t'adresse de nouveau la parole. Suite à ses dires, ton sourire s'élargit. Intéressant. Vraiment intéressant. Au point que tu voudrais le briser de tes mains. Juste pour voir ses limites. Rien que ça. Mais tu te décides toutefois de lui répondre ce coup-ci. Bon avec un poil de moquerie, il faut l'avouer. Évitons de chipoter sur les détails~

    " Ce que je vous veux ? Mais que du bien voyons... Ou du moins je ne vous veux pas du mal. C'est déjà une bonne chose non~ ? "

    Suite à cela, tu frottes brièvement l'arrière de ton cou, non sans quitter ton sourire. Aller. Une petite pause mentale s'impose. Juste quelques secondes. Juste pour tout mémoriser ce que tu as décelé de ce garçon. Tu enregistres les quelques informations que tu as précédemment récolté.

    Avant de tiquer sur un élément. Quel était son nom ? Et surtout, il se devait de connaître le tiens ! Quoi que... Tu te permets de lâcher un rire - le tiens hein, pas celui de l'imbécile heureux auquel tu as joué. - Nah, tu vas le laisser tranquille pour cette fois.

    " Oh mais quel impoli je fais. Incapable de me présenter dans les plus brèves normes ! Enfin, mieux tard que jamais dit-on. Takane Tereya, pour vous servir~ "

    Ou pas.

    " Pourrais-je connaître votre petit nom ~ ? "

    Autant savoir son nom tout de même... Et une chose est sûre, avec la quantité de donnés que tu as décelé de tes yeux sur cet être. Tu pourras sûrement savoir s'il ment ou pas. Tu es convaincu sur tes capacités sur ce niveau-là. Enfin tu es capable de tout évidemment (la modestie) ! Mais il est bien de valoriser ceux du moment quand il le faut~

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    forums partenaires