Bienvenue jeune vivant !
Le Monde des Morts n'attend que toi, es-tu prêt à passer de l'autre côté ?
Rejoindre l'au-delà
Naviguer sur le Styx
ConnexionConnexion  AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  
Rechercher
Tinek cherche plusieurs partenaires pour réaliser ses idées en rapport avec les potions
Abel recherche plusieurs rps
Garance a plein d'idées de rps pour de potentiels partenaires
Elena a posté un rp libre dans la Roseraie
en partenariat avec...
Nano RoleplayNevada's GodfatherNew Life.comEsquisseTasty TalesSanctuary of Heart
探偵ヴァーサス怪盗
avatar
lémure

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
35/15  (35/15)
× Présence: absent
× Evolution :
× Age de la mort : 9 Masculin
× Age post-mortem : 1018
× Avatar : Conan Edogawa - Détective conan & Kaito Kuroba - Magic Kaito 1412
× Appartement : Pucca
× Métier : Voleur
× Epitaphes postées : 92
× Øssements220
Féminin
× Inscription : 14/10/2017
× DCs : Agnès - Orpheus - Nithaël
lémure
#1le 30.05.18 20:52


Like Pandora’s box, you want to open it because you don’t know what’s inside. But if you know what’s inside before you open it… It’s boring, isn’t it ?


@Narcisse

C'est dans les nuits les plus sombres que les voleurs apparaissent pour accomplir leur but. Sous le regard inquisiteur de la lune, leur sourire malsain ressort de plus belle. Dans une tenue extravagante, perché dans un arbre, dos à la lune, notre voleur sourit à plein dent en attendant que sa victime vient récupérer son trésors. Ce même trésors qu'il tenait entre ses doigts gantés, son regard bleuté observant chaque couture du morceau de tissu dont les initiales "G.F" étaient brodés dessus. Aux yeux du larcin, ses initiales n'avaient aucun sens et elles étaient encore moins importantes, que l'objet en lui même. Pourtant, à l'inverse, le possesseur voyait les choses différemment. Remontons un peu en arrière.

Dans cette habituelle enveloppe que Thorolf connaissait par coeur à force, il y avait une lettre qui donnait quelques informations sur un objet, ainsi que sur le détenteur de l'objet. Assis dans le canapé, les jambes contre son torse, le jeune lémure était en train de découvrir le contenu. Dès qu'un regard curieux venait se perdre, la lettre disparaissait contre le corps de l'enfant, qui adressait un large sourire et un petit rire à l'intrus. Après quelques longues minutes de lecture, Thorolf pouvait enfin brûler le papier, faisant ainsi disparaître les rares preuves qui auraient pu l'entraîner à finir ses jours dans une prison. Le reste de la journée se passait comme à son habitude.
Quand le rideau fut tombé sur la ville et que tout le monde fut endormi, le fantôme put se mettre à bouger. Dans une habileté peut connu de ses colocataires, il se déplaçait dans l'appartement sans faire de bruit. Seulement vêtu de son pyjama, il s'empressa de quitter Pucca pour se diriger vers Kiss, c'était là-bas que tout allait se jouer. Bien-sûr, la porte était fermée mais ce n'était pas un problème pour lui. A l'aide d'outil que lui avait donné Edouard, Thorolf n'eut aucun problème pour ouvrir celle-ci. Toujours aussi silencieux, il pénétra dans l'appartement pour rapidement se diriger vers sa cible.

Celle-ci se trouvait dans la chambre d'un dénommé "Narcisse". Le voleur n'était pas au courant du numéro de chambre de celui-ci, surtout que la disposition avait changé, mais ce n'était pas un problème. Grâce à une photo, il pouvait aisément retrouver le fameux Narcisse et ainsi, trouver l'objet qui recherchait. Ce fut après quelques longues minutes de fouille que la fameuse chambre fut trouvée et que l'objet put être dérobé. Au pied du lit, un petit avait été laissé. Celui-ci avait été écrit au moyen d'un ordinateur et elle ne portait pas de signature, juste, ses quelques mots en japonais :

« Sous le clair de lune, je t'attendrais comme un chat vagabond.
Sous une pluie de pétale rose, je serais celui qui est vêtu de blanc.
Sous les regards inexistants du lendemain, je t'attendrais pour te rendre tes larmes.
»

Une fois qu'il eut fini, Thorolf quitta la chambre, puis l'appartement pour retourner dans le sien et ainsi préparer ce qu'il avait besoin pour le jour d'après, soit : sa tenue et sa position.


C'est ainsi qu'à l'allée de cerisier, le lémure était en train d'attendre que son heureux élu arrive. Sa montre à gousset en main, il fixait le cadrant avec impatience. Il savait pertinemment que son adversaire était connu pour être détective, aussi médiocre soit-il, alors il était capable de déchiffrer ses mots. Que ferait-il s'il ne venait pas ? Rien que dit penser, il se mit à lâcher un soupire tandis que son corps se mit à glisser le long du tronc. Un pied dans le vide, le regard dans les étoiles, le temps était plutôt doux.
xion of sonder
Afficher toute la signature


Thorolf parle japonais en #67afc4 & anglais en #67C4B7

Sparky
avatar
Invité
Invité
#2le 12.08.18 20:28
Il faisait sombre, trop sombre. Il ne voyait rien dans les ténèbres denses qui l’entouraient, pas mêmes ses propres mains qu’il tendait à tâtons devant lui. Son seul repère était le sol ferme sous ses pieds ; les seuls sons qui lui parvenaient, les battements précipités de son cœur. Il ne pouvait pas rester là. Un pas prudent après l’autre, il commença à avancer. Les premiers mètres passés, son appréhension diminua. Petit à petit, sa progression se fit plus régulière, plus confiante. Il commençait à se détendre.

Soudain, son pied heurta quelque chose.

L'homme se figea. Lentement, très lentement, il se baissa et tendit une main en direction de l’obstacle. Ses doigts rencontrèrent une surface couverte de tissu tiède et humide. Il ramena sa main vers lui ; le liquide qui couvrait ses doigts dégageait une odeur métallique. Il n’avait pas besoin d’y voir clair pour savoir ce que c’était.

Du sang.


♦️♦️♦️

Narcisse se réveilla brusquement, son cœur battant à tout rompre dans sa poitrine. Son premier réflexe fut de jeter un coup d’œil paniqué à sa main gauche, et il ressentit un soulagement idiot en constatant qu'elle n'était bien évidemment pas couverte de sang. Il chassa de ses yeux les mèches trempées de sueur qui lui collaient au front et s'efforça de calmer sa respiration. Ce n'était qu'un mauvais rêve, une fois de plus. Rien d'exceptionnel, et certainement pas de quoi s'affoler.

Quelle heure était-il ? Il jeta un coup d’œil au réveil posé sur sa table de nuit. 4h11. Il avait dormi presque cinq heures d'affilées. C'était plus que ce dont il avait l'habitude. Inutile de se recoucher; il ne parviendrait probablement pas à se rendormir. Il se leva en bâillant et commença à s'habiller. C'est en cherchant une chaussette égarée qu'il aperçut le morceau de papier posé sur le bout de son lit. Avec un froncement de sourcil, il le prit et découvrit les phrases qui y étaient inscrites.

Son esprit littéraire ne put s'empêcher d'apprécier l'aspect poétique du message, quoi qu'il eût pu être plus travaillé. Mais la personne qui lui avait laissé ce billet n'avait certainement pas pour unique objectif celui de lui faire partager son talent pour manier les mots. Lui rendre ses larmes ? Qu'est-ce que c'était censé vouloir dire ?

Pris d'un doute, le vampire glissa la main sous son oreiller, y saisit une petite clé métallique et s'en servit pour ouvrir le second placard de sa table de nuit. En temps normal, il contenait deux objets : une enveloppe ancienne, fermée d'un cachet de cire et un mouchoir en tissu brodé d'initiales. Ce dernier n'y était plus.

— Et merde !

♦️♦️♦️

Narcisse était peut-être un crétin inconscient, mais il n'était pas idiot. Déchiffrer le sens caché dans la missive de l'inconnu ne lui avait pas posé trop de difficultés, d'autant plus qu'il avait une motivation peu commune.

En toute franchise, il ne savait pas ce qui l'attachait à ce vieux mouchoir. Il ne savait même pas si les initiales brodées dans un coin étaient les siennes ou bien celles de quelqu'un d'autre. Mais à son arrivée dans le monde des morts, plus de trois siècles auparavant, il serrait ce bout tissu comme si sa vie en dépendait. Cet objet avait eu une importance particulière à ses yeux, et même s'il en avait oublié la raison, il était incapable de s'en séparer. Même si c'était l'unique reliquat d'un passé qu'il préférait laisser enterré. Le plus profond possible.

Et c'est parce qu'il tenait tant à son mouchoir qu'il se trouvait en train de déambuler dans l'allée des cerisiers après la tombée de la nuit, seule la lumière de la lune guidant ses pas. Il espérait avec ferveur que son mystérieux voleur serait bien au rendez-vous, et surtout qu'il l'aurait attendu, car avec son excellent sens de l'orientation, Narcisse avait failli se perdre en chemin et le détour l'avait retardé. Il commençait à douter lorsqu'il l'aperçut enfin, une silhouette tout de blanc vêtue, se détachant aisément dans la pénombre. L'individu était perché dans un cerisier, et son regard semblait tourné dans la direction du vampire.

D'un pas décidé, Narcisse s'approcha de l'arbre.

— Je suis là, lança-t-il d'une voix ferme. Et j'aimerais récupérer ce qui m'appartient.

Il croisa les bras pour se donner l'air plus sérieux, mais il est difficile de paraître menaçant lorsqu'on porte un pantalon de jogging avec des bottes de cow-boy ; encore plus lorsqu'on paraît à peu près aussi robuste qu'un adolescent asthmatique.

@thorolf auðunarson
(these sleepless nights, they keep me thin)




forums partenaires