avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 255
× Avatar : Zelda
× Pouvoir : Ficelles de squelette
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Antiquaire et apothicaire.
× Péripéties vécues : 3204
× Øssements149
× Age IRL : 21 Masculin
× Inscription : 28/04/2017
× Surnom : la salamandre
× DCs : Cassian / Brendan / Ame
× Présence : complète

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
62/100  (62/100)
29Féminin255ZeldaFicelles de squeletteJolly JumperAntiquaire et apothicaire.320414921Masculin28/04/2017la salamandreCassian / Brendan / Amecomplète
nécromancien
nécromancien
29Féminin255ZeldaFicelles de squeletteJolly JumperAntiquaire et apothicaire.320414921Masculin28/04/2017la salamandreCassian / Brendan / Amecomplète
http://www.peekaboo-rpg.com/t1786-leandre-delacour-house-of-cardshttp://www.peekaboo-rpg.com/t2710-leandre-per-non-vivere-soli
#1 le 06.05.18 22:39
stoïque contre héroïque
Adepte de nouvelles expériences, rencontrer cette femme à cette adresse n'est pas commun. À vrai dire, c'est même la première fois qu'elle se rend ici comme dans beaucoup d'autres salons de thé en général. Elle en est une grande adepte et possède ses cafés favoris mais, par curiosité profitable et de manière à rallonger la liste de ses pâtisseries tokyoïtes privilégiées, régulièrement, elle se rend dans des commerces nouveaux puisque très vite attirée voire alléchée par les pâtes d'amande et les meringues dégoulinant des vitrines sirupeuses même si bien entretenues.

Avant d'entrer dans cette boutique-ci, d'ailleurs, elle a été happée par la présence de ces entremets de prédilection en vitrine ce pourquoi elle s'est arrêtée à cette rue et à cette maison fort chaleureuse, il faut le reconnaître, pour une femme si amante de la distance, pourtant. À croire que le sucre a ce don de pouvoir captiver et coller la blonde à l'addiction. Plus que par le vendeur et le serveur, elle est saluée par tous les gâteaux présentées en devanture, la faisant devenir gâteuse. Inconsciemment, elle se dirige devant la caisse mais le serveur la réoriente plutôt vers une table si elle désire s'installer. Léandre sait que ne pas emporter et manger sur place est un piège considérable mais pour l'amour criminel de son péché mignon, elle ne s'y méfie même pas et se vend entièrement ; à croire que l'horoscope qu'elle a lu ce matin disait vrai sur ses dépenses du mois mais, évidemment, elle ne croit pas à ces balivernes sans pour autant les contredire.
Lui est finalement tendu une carte ornementée du même signe que l'enseigne. Elle s'empresse de l'ouvrir et intérieurement, la fillette s'extasie devant toutes ces notes acidulées qu'elle suit du doigt puis finit, comme pour chercher le meilleur goût à travers les titres de pâtisseries, à le reposer entre ses lèvres et suçoter son ongle verni qu'elle finit par mordiller.

Imperturbable, sa concentration est pleine tant elle peine à se décider. Ses yeux bleus sont rivés sur sa lecture fine et analytique. Même ses romans n'ont jamais été à la hauteur et si passionnants. Lorsqu'une de ses mèches retombent sur la reliure, elle finit par la rouspéter puisqu'on cherche à la déconcentrer. De même, le serveur doit passablement être agacé par les rejets de la blonde qui prend un temps énorme à faire un choix.

Seulement au bout de vingt minutes, elle finit par commander à un sachertorte au chocolat accompagné d'un thé Ceylan qu'elle compte napper et garnir généreusement de lait et de sucre pour ne pas succomber à la noirceur la plus totale de ces deux sélections que certains trouveraient trop écœurantes.
Après avoir rendu le menu au serveur, elle fait rebondir ses doigts sur la table, n'ayant plus rien à faire. Comme le temps ne sera pas long, e roman qu'elle a emporté ne lui sert pas à grand chose mais elle le dépose tout de même sur la table, un peu encombrant même dans son sac à main. Elle compte juste lire et mettre à jour sa boîte de messagerie via son portable et elle n'y reste qu'une minute tout au plus avant de relever la tête vers une table voisine. En dodelinant la tête, elle interroge du regard le paysage qu'elle a devant elle, ne comprenant pas pourquoi elle est centre d'intérêt.
REA
avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 21 Masculin
× Age post-mortem : 399
× Avatar : Yato ▬ Noragami
× Appartement : Kiss
× Métier : Détective privé.
× Péripéties vécues : 1001
× Øssements1094
× Age IRL : 17 Masculin
× Inscription : 08/11/2017
× Surnom : la génisse
× DCs : Alwin le moche & Angel le chieur
× Présence : complète

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
30/100  (30/100)
21Masculin399Yato ▬ NoragamiKissDétective privé.1001109417Masculin08/11/2017la génisseAlwin le moche & Angel le chieurcomplète
vampire
vampire
21Masculin399Yato ▬ NoragamiKissDétective privé.1001109417Masculin08/11/2017la génisseAlwin le moche & Angel le chieurcomplète
http://www.peekaboo-rpg.com/t2739-narcisse-i-m-a-reckless-mistake-i-m-a-cold-night-s-intakehttp://www.peekaboo-rpg.com/t2793-narcisse-hey-i-just-met-you-and-this-is-crazy
#2 le 18.05.18 15:15
Tout détective qu'il était, Narcisse n'avait jamais été particulièrement doué pour la filature. À vrai dire, on aurait pu qualifier ses talents en la matière de médiocres, si ce n'est désastreux. La discrétion n'était clairement pas son fort; et ne parlons même pas de sa tendance plutôt fâcheuse à être déconcentré par tout et n'importe quoi, parfois au point d'oublier ce qu'il était en train de faire quelques instants plus tôt. Le seul domaine dans lequel il n'était pas terriblement mauvais, c'était celui des déguisements. Il y passait bien plus de temps que nécessaire, car pour le citer "les potions d'apparence, c'est de la triche – et puis ça gâche tout le plaisir !"

Pourtant, ce jour-là, le vampire ne portait pas le moindre déguisement; seulement son accoutrement habituel, à savoir un pantalon de jogging, des bottes montantes, et un simple t-shirt. Il faut dire qu'il n'avait pas du tout prévu de suivre qui que ce soit. Il n'était même pas supposé travailler (il venait de résoudre une affaire d'une étonnante simplicité et avait décidé qu'il méritait une récompense, ce qui l'avait mené sans surprise au rayon 'littérature romantique' d'une librairie, mais c'est une autre histoire).

Et puis il l'avait vue.

Une princesse tout droit sortie d'un conte de fées, si toutefois il existait des contes de fées où la princesse était celle qui combattait le terrifiant dragon. Aux yeux écarquillés de surprise de Narcisse, cette jeune femme à la chevelure dorée était passée pour une véritable justicière, une héroïne combattant pour le bien universel. Elle n'avait pourtant fait que s'interposer entre une jeune femme et l'homme qui tentait de l'agresser, mais une aura singulière se dégageait d'elle – un mélange d'autorité et de noblesse, dirait plus tard Narcisse pour s'efforcer de la décrire. Le fait qu'elle possède une ressemblance singulière avec une personne pourtant tombée en poussière depuis des siècles ne fit qu'accentuer l'intérêt du vampire, et l'incident passé, il ne réfléchit pas vraiment avant de se mettre à la suivre à travers le dédale des rues tokyoïtes.

C'est ainsi qu'il se laissa entraîner dans un quartier qu'il fréquentait rarement, et finalement, dans cette pâtisserie, Yuki no Kitsune. Tout cela sans être repéré ni distrait une seule fois, ce qui, il faut le dire, relevait pratiquement du miracle. Mais le miracle prit fin dès l'instant où la princesse guerrière releva les yeux du téléphone portable qui l'avait occupée pendant la minute précédente et remarqua l'attention qu'elle recevait. Les regards de l'observée et de l'observateur se croisèrent, et pendant quelques instants, Narcisse fixa la mystérieuse inconnue droit dans les yeux. Puis il baissa vivement la tête en direction de la tasse de café accompagnée d'une simple brioche aux pépites de chocolat qui se trouvait devant lui, s'efforçant avec peine de feindre l'indifférence alors que son expression incertaine à elle seule le trahissait. Lui d'ordinaire si assuré se trouvait soudain embarrassé. Il aurait tant souhaité faire bonne impression auprès de l'audacieuse blonde, mais cela paraissait compromis. Qu'à cela ne tienne; fichu pour fichu, il chercha à nouveau des yeux la jeune femme et lui adressa un léger sourire, suivi d'un petit signe de la main quelque peu hésitant.

Il regretta cette décision dès la seconde suivante.

@léandre delacour
(a flower in the snow)




avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 255
× Avatar : Zelda
× Pouvoir : Ficelles de squelette
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Antiquaire et apothicaire.
× Péripéties vécues : 3204
× Øssements149
× Age IRL : 21 Masculin
× Inscription : 28/04/2017
× Surnom : la salamandre
× DCs : Cassian / Brendan / Ame
× Présence : complète

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
62/100  (62/100)
29Féminin255ZeldaFicelles de squeletteJolly JumperAntiquaire et apothicaire.320414921Masculin28/04/2017la salamandreCassian / Brendan / Amecomplète
nécromancien
nécromancien
29Féminin255ZeldaFicelles de squeletteJolly JumperAntiquaire et apothicaire.320414921Masculin28/04/2017la salamandreCassian / Brendan / Amecomplète
http://www.peekaboo-rpg.com/t1786-leandre-delacour-house-of-cardshttp://www.peekaboo-rpg.com/t2710-leandre-per-non-vivere-soli
#3 le 20.05.18 12:59
stoïque contre héroïque
Foudroyant se fait son regard lorsqu'elle aperçoit que cet individu, finalement, insiste dans ce contact trop intime pour elle. Cette intrusion lui déplaît énormément qu'elle en pose son téléphone portable et croise les bras pour défier cet inconnu par le même outil corporel. Sa moue est aussi mécontente que sa position et le tambourinement de ses doigts contre son coude est le signe de son impatience. Elle n'attend qu'une explication à cet échange trop convivial pour elle qu'elle aurait simplement pu regarder avec confusion mais l'audace du jeune homme la chatouille dans le mauvais sens.

Sans doute pour apaiser les dissidences, il s'essaye à un tendre geste de salut destiné à la blonde qui, par la gentillesse de cette politesse, reprend plutôt de son incompréhension que de sa tension, ses yeux se concentrant sur la nature de cette vague manuelle dans les airs. Elle est tentée de se désigner elle-même pour s'interroger si cela lui est bel et bien adressée mais se rappelle à quel point on est ridicules lorsqu'on le fait. Elle pivote juste la tête plusieurs fois, uniquement, pour vérifier si quelqu'un n'est pas derrière elle et que cette personne en est la cible mais toutes les autres personnes sont de dos.
Puisqu'il y a justement du monde en salle, elle se voit mal crier après cet homme pour lui demander pourquoi il la salue. Fronçant les sourcils, elle reprend son sac à contrecœur pour se diriger vers la table à laquelle il est attablé. C'est dommage puisque là où Léandre était, le soleil se montre sous son plus beau profil pour lui offrir un bain duveteux digne d'une caresse. Elle profitera donc de sa part de gâteau plus vers l'avant de la boutique et le signale au gérant pour qu'il fasse le messager entre la cliente et le malheureux serveur qui a osé lui prendre commande. Néanmoins, elle s'en excuse tout de même par un geste et un remerciement fait d'un clin d’œil peu convenable. Ce qui a d'ailleurs le don de lui faire regretter cette décision en se couvrant elle-même de ridicule.

Elle apparaît donc gênée lorsqu'elle se présente proche de l'individu mais c'est sans doute encore plus embarrassée qu'elle devient lorsqu'elle répond à son geste, une minute plus tard, sans sourire ceci dit. Elle le salue de si proche peut-être pour signaler qu'elle vient en paix et non pas pour l'attaquer. Cela dit, pour une déclaration affable, on aura fait mieux que ça :

— Très bien, qu'est ce que vous me voulez ?

Ses coudes sur la table, elle croise les doigts ensemble qu'elle pose devant sa bouche comme si elle lui offrait le tour pour parler mais très vite, elle se charge d'ôter la barrière que représente le menu cartonné et plastifié devant eux pour le poser à plat. C'est à son tour de le fixer dans les yeux mais de toujours rester aussi lointaine tandis qu'il mange. Elle n'apprécie pas qu'on la regarde manger donc elle suppose que c'est à peu près pareil pour cette personne. Elle n'a pas encore reçu sa commande et, au lieu de patienter avec son bouquin qu'elle a d'ailleurs oublié là-bas, sur la table illuminée, elle se contente de fixer le jeune homme qu'elle a devant elle, sans lui demander plus même si pourtant, même avec un inconnu pareil, elle a plus de discussion. Son seul et unique but est de le déstabiliser, en retour, comme il a fait avec elle.
REA
avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 21 Masculin
× Age post-mortem : 399
× Avatar : Yato ▬ Noragami
× Appartement : Kiss
× Métier : Détective privé.
× Péripéties vécues : 1001
× Øssements1094
× Age IRL : 17 Masculin
× Inscription : 08/11/2017
× Surnom : la génisse
× DCs : Alwin le moche & Angel le chieur
× Présence : complète

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
30/100  (30/100)
21Masculin399Yato ▬ NoragamiKissDétective privé.1001109417Masculin08/11/2017la génisseAlwin le moche & Angel le chieurcomplète
vampire
vampire
21Masculin399Yato ▬ NoragamiKissDétective privé.1001109417Masculin08/11/2017la génisseAlwin le moche & Angel le chieurcomplète
http://www.peekaboo-rpg.com/t2739-narcisse-i-m-a-reckless-mistake-i-m-a-cold-night-s-intakehttp://www.peekaboo-rpg.com/t2793-narcisse-hey-i-just-met-you-and-this-is-crazy
#4 le 06.07.18 16:45
Si le geste adressé à l'inconnue sembla la prendre au dépourvu, ce n'était rien à côté de la réaction de Narcisse lorsqu'elle se leva pour se diriger vers lui. Vu de l'extérieur, il se contenta de se figer dans l'expression d'une appréhension silencieuse, mais intérieurement, c'était la panique. Qu'allait-il bien pouvoir dire à la jeune femme lorsqu'elle arriverait à son niveau ? Qu'il l'avait aperçue dans la rue et avait décidé de la suivre sur un coup de tête ? Son petit doigt lui disait qu'elle n'apprécierait pas cette explication. Il se crut sorti d'affaire lorsqu'elle s'arrêta pour échanger quelques mots avec le propriétaire de la pâtisserie; malheureusement, le soulagement fut de courte durée. Quelques instants plus tard, une paire d'yeux bleus le dévisageait sans pitié, dans l'attente d'une réponse qu'il se trouva incapable de fournir. Envolée, son habituelle éloquence, perdue quelque dans les profondeurs océaniques du regard scrutateur posé sur lui. Narcisse se sentait comme un suspect en salle d'interrogatoire, sauf qu'au lieu de lumières crues, c'était une beauté trop vive qui l'éblouissait. Et le seul crime qu'il avait commis avait été de vouloir l'observer d'un peu plus près. Le vampire, qui s'était tassé dans son siège comme pour échapper à la sévérité des billes bleues qui l'observaient, se redressa et avala nerveusement sa salive. Il ne voyait qu'une seule solution.

Plaider coupable.

Mais les mots s'emmêlèrent dans son esprit embrouillé, et ce fut une phrase toute autre que celle qu'il avait l'intention de prononcer qui finit par sortir de sa bouche.

— Vousavezdesyeuxmagnifiques, lâcha-t-il dans un français si rapide qu'il en devenait presque incompréhensible. Puis il se rendit compte de ce qu'il venait de dire, et émit un glapissement horrifié.

— Je, reprit-il, cette fois en japonais, tentant désespérément de reprendre contrôle de la situation alors que celui-ci lui avait échappé depuis bien longtemps, je vous ai vue tout à l'heure, et vous ressembliez à une princesse – non, à un chevalier – je veux dire, c'était vraiment la classe ce que vous avez fait, et je voulais vous parler, mais j'ai pas osé, alors j'ai décidé de vous suivre, et me voilà.

Il esquissa un faible sourire, qui disparut bien vite lorsqu'il croisa le regard intimidant de son interlocutrice. Il ne s'était pas senti aussi mal à l'aise avec une femme depuis... depuis des siècles, songea-t-il, s'efforçant d'écarter de ses pensées le visage d'une autre blonde aux yeux bleus. Sans succès; celle qui se trouvait face à lui lui rappelait beaucoup trop Blanche pour qu'il puisse la chasser de son esprit.

@léandre delacour
(a flower in the snow)




avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 255
× Avatar : Zelda
× Pouvoir : Ficelles de squelette
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Antiquaire et apothicaire.
× Péripéties vécues : 3204
× Øssements149
× Age IRL : 21 Masculin
× Inscription : 28/04/2017
× Surnom : la salamandre
× DCs : Cassian / Brendan / Ame
× Présence : complète

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
62/100  (62/100)
29Féminin255ZeldaFicelles de squeletteJolly JumperAntiquaire et apothicaire.320414921Masculin28/04/2017la salamandreCassian / Brendan / Amecomplète
nécromancien
nécromancien
29Féminin255ZeldaFicelles de squeletteJolly JumperAntiquaire et apothicaire.320414921Masculin28/04/2017la salamandreCassian / Brendan / Amecomplète
http://www.peekaboo-rpg.com/t1786-leandre-delacour-house-of-cardshttp://www.peekaboo-rpg.com/t2710-leandre-per-non-vivere-soli
#5 le 14.07.18 13:37
stoïque contre héroïque
L'honnêteté flamboyante de cet individu la stupéfie clairement jusqu'au point où elle en écarquille les yeux complimentés. Sur cette remarque, elle ne commente pas davantage, d'ailleurs, puisqu'elle n'a pas si bien compris de quelle manière l'homme en face d'elle a qualifié ses yeux — au moins, elle a perçu le dernier mot pour savoir quelle était la nature de ce propos. Ses sourcils arqués propices pour un portrait grimaçant la confusion, elle croit distinguer un peu de français dans ses propos mais ne le relève pas tout de suite car son étonnement ne fait qu'être allongé lorsque l'inconnu vante des exploits dont elle n'est même pas consciente ; elle n'a pas le souvenir d'avoir fait quelque chose d'aussi louable pour être qualifiée de chevalier. D'ailleurs, même si l'italienne apprécie l'escrime et les armureries, cette sorte de compliments l'embarrasse énormément. Elle n'en devient pas pivoine, bien entendu, mais le pollen est disséminé.
Le jaune étant symbole de malaise ce pourquoi elle rit forcément jaune, main sur la bouche pour éviter de propager la contamination.

En toute franchise, Filomena ne sait si elle doit apprécier ou dévisager cette ardente sincérité. Suivre quelqu'un peut être fortifiant pour l'ego et elle ne peut le nier mais cela s'avère aussi désenchantant et presque terrifiant. Son regard se porte sur sa commande qui n'est malheureusement toujours pas là. Elle se retourne pour faire signe au serveur, le sommant de se presser alors qu'elle est pourtant censée désaltérer ce moment de quiétude dans un agencement idyllique.
Néanmoins, c'est elle qui a décidé de se rendre ici et là comme elle a décidé, finalement, de vulgariser l'incommodité en ne répondant premièrement pas à son voisin d'en face, la perturbant trop par ses mots. Le meilleur moyen serait donc de braver comme elle le fait toujours, avec si peu de tact et non pas d'éviter le sujet en lui demandant par exemple, si il était français. Même si elle a un autre sujet de conversation sous la main, la curiosité de Léandre l'empêche d'être apeurée plus longtemps. Elle déglutit et ose un regard incliné en sa direction. Un regard froid, sans discrétion. Elle ne paraît pas timide mais la dame de fer, sous ses menaces, est méfiante car effarouchée.

— Comment ça vous m'avez suivi ? Alors il suffit que quelqu'un donne son siège à une vieille dame pour que vous décidez à en connaître plus sur elle. Vous êtes vraiment étrange.

Ses mots sont si piquants et le sucre n'est pas là pour couper la méchanceté dont elle fait part. Néanmoins, même si son ton est défrisant, l'étrangeté ne signifie pas quelque chose de péjoratif pour elle. Difficile tout de même de dire qu'elle se reconnaît en ce personnage puisqu'elle vient à peine de le rencontrer mais leur curiosité mutuelle est intéressante à reconnaître. Cependant, le brun semble être plus audacieux et donc plus fier qu'elle à la présenter sincèrement.
De ce fait, la nécromancienne aurait pu décider de complètement l'ignorer, lui sommer de ne plus la regarder ou de la suivre —puisqu'il y a quelque de redoutable quand même dans cet acte — et s'extirper de ce bourbier, mais il n'en est rien.
Elle attend après sa part de gâteau, à cette table, qui n'arrive toujours pas. La friandise attend peut-être de la blonde plus d'audace pour arriver plutôt que juste sa mèche tournée autour de son index, le regard ballant ailleurs avec des phrases de secours que, du coup, au final, elles utilisent. L'instant de courage fut bref mais là car elle en fait toujours preuve, comme il lui a dit.

— Vous parlez français de ce que j'ai compris ? Je suis française par mon ancien mariage donc je le comprends... Sans comprendre exactement ce que vous avez dit.

Parfois juste un minimum, ceci dit. Fuyant le blâme de son impertinence par sa curiosité encore, elle ne peut s'empêcher de croiser les doigts et y prendre repose-tête pour son menton. Son sourire léger mais malicieux au lèvres, elle lève un de ses doigts et le tape plusieurs fois contre le revers de sa main parallèle. Bien entendu, elle attend une réponse ; ce qui a pu être dit.

Étrange qu'on puisse la qualifier de vaillante. Ce sont bien des attaques en direction de ses interlocuteurs mais elle ne s'y lance pas directement au final, se gardant en retrait, toujours. Léandre paraît, par ses coups de lance longues mais lointaines, toujours sur la défensive farouche.
REA
avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 21 Masculin
× Age post-mortem : 399
× Avatar : Yato ▬ Noragami
× Appartement : Kiss
× Métier : Détective privé.
× Péripéties vécues : 1001
× Øssements1094
× Age IRL : 17 Masculin
× Inscription : 08/11/2017
× Surnom : la génisse
× DCs : Alwin le moche & Angel le chieur
× Présence : complète

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
30/100  (30/100)
21Masculin399Yato ▬ NoragamiKissDétective privé.1001109417Masculin08/11/2017la génisseAlwin le moche & Angel le chieurcomplète
vampire
vampire
21Masculin399Yato ▬ NoragamiKissDétective privé.1001109417Masculin08/11/2017la génisseAlwin le moche & Angel le chieurcomplète
http://www.peekaboo-rpg.com/t2739-narcisse-i-m-a-reckless-mistake-i-m-a-cold-night-s-intakehttp://www.peekaboo-rpg.com/t2793-narcisse-hey-i-just-met-you-and-this-is-crazy
#6 le 19.08.18 15:18
Dans ce face à face singulier, le malaise semblait régner des deux côtés, mais il s'exprimait différemment. Tandis que Léandre se fendait d'un rire gêné, Narcisse, lui, avait de plus en plus de mal à soutenir le regard de son interlocutrice. Lâchement, il fuit ces yeux qu'il trouvait pourtant si beaux pour aller trouver refuge ailleurs, du côté de son café qu'il avait oublié. Une distraction bienvenue. Il saisit la tasse à deux mains et en prit une gorgée... qu'il avala de travers en s'entendant qualifier d'étrange.

Il reposa le contenant avec brusquerie, manquant de peu de l'envoyer valser avec son contenu encore chaud, et étouffa dans son poing une toux, puis un rire, qui finit par s'étrangler dans le fond de sa gorge. Il ne s'attendait pas vraiment à une telle réponse, mais après tout, elle avait de quoi être justifiée. Son comportement, de l'extérieur, méritait sans nul doute un tel qualificatif, pourtant il ne s'en sentait pas insulté. Pour Narcisse, étrange n'était pas forcément synonyme de mauvais. Au contraire; étrange, cela pouvait vouloir dire original, drôle, hors du commun. Non, c'est plutôt le ton dénué de chaleur de la blonde qui l'attristait, mais plutôt que de s'en offusquer, il tenta de tourner le propos à son avantage.

— Je dois avouer que j'aurais préféré "mystérieux", mais je vais le prendre comme un compliment.

Toujours intimidé, il se trouva téméraire d'oser un sourire, qui se voulait charmeur mais paraissait plutôt hésitant, timide; tout comme les mouvements maladroits de ses mains qui n'avaient de cesse de se promener tantôt dans ses cheveux, tantôt dans ses poches de veste ou encore jointes sur la table. Sa nervosité était si apparente qu'on aurait pu le comparer à un adolescent à son premier rendez-vous. Qui aurait cru en le voyant qu'il était âgé de presque quatre siècles ?

En apprenant que la jeune femme parlait français, il écarquilla les yeux; d'étonnement d'abord, puis d'enthousiasme. Dans un élan de liesse, il se pencha vivement en avant, réduisant tout à coup la distance entre eux – autant que le permettait la table qui les séparait – avant de lui répondre dans la langue qu'ils avaient en commun.

— Oui ! Je parle français, et italien, et un peu d'anglais... Il réalisa qu'il s'écartait du sujet; et comprit du même coup ce qui intéressait réellement la jeune femme. Oh. Vous voulez que je répète ce que j'ai dit tout à l'heure.

C'était gênant. La première fois, il avait parlé sans réfléchir, et il ressentait un certain soulagement en sachant qu'elle n'avait pas tout à fait saisi ses propos. Seulement, l'expression curieuse et amusée qui ornait les traits de la blonde ne laissait pas de doute sur la réponse qu'elle attendait, et si l'idée de mentir lui effleura bien l'esprit, il la repoussa aussitôt. Quoi qu'elle en dise, elle restait de son point de vue une héroïne et sa modestie ne la rendait que plus admirable selon lui. Et il avait trop d'honneur encore pour mentir directement à quelqu'un qu'il estimait.

Il plongea un regard résolu dans celui de la belle. Une légère chaleur lui chatouilla les joues, mais il l'ignora.

— J'ai dit... que vous avez, décidément, des yeux magnifiques.

@léandre delacour
(a flower in the snow)


avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 255
× Avatar : Zelda
× Pouvoir : Ficelles de squelette
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Antiquaire et apothicaire.
× Péripéties vécues : 3204
× Øssements149
× Age IRL : 21 Masculin
× Inscription : 28/04/2017
× Surnom : la salamandre
× DCs : Cassian / Brendan / Ame
× Présence : complète

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
62/100  (62/100)
29Féminin255ZeldaFicelles de squeletteJolly JumperAntiquaire et apothicaire.320414921Masculin28/04/2017la salamandreCassian / Brendan / Amecomplète
nécromancien
nécromancien
29Féminin255ZeldaFicelles de squeletteJolly JumperAntiquaire et apothicaire.320414921Masculin28/04/2017la salamandreCassian / Brendan / Amecomplète
http://www.peekaboo-rpg.com/t1786-leandre-delacour-house-of-cardshttp://www.peekaboo-rpg.com/t2710-leandre-per-non-vivere-soli
#7 le 02.10.18 21:21
stoïque contre héroïque
Sans étonnement, le jeune homme ne veut pas prendre ce qu'elle a dit pour quelque chose de trop vexant. Sans doute croyait-il en la bonté incarnée du monde pour croire qu'elle ne le formuler pas dans le bon sens. Ou alors il est bien trop confiant pour s'attribuer des faces péjoratives. Agacée par cette insouciance et cette arrogance, elle lève son sourcil de manière circonflexe assez haut pour mettre en valeur les multiples détails qui la dérangent.
Non seulement elle n'aimait pas ça, non seulement elle n'était pas comme ça. Peut-être pire que modeste, elle n'accepterait jamais quelconque compliment sur elle ce pourquoi, peut-être les coutumes asiatiques et plus particulièrement chinoises lui vont si bien. De même, elle ne considère pas les hommes comme purement bons (presque l'inverse), y découvrant tous les péchés désignés par certaines religions de l'autre monde maintenant révolues pourtant pour encore s'y fier. Elle n'est pas mielleuse ou ne veut pas caresser dans le sens du poil, qu'importe l'expression. Si elle a dit ces mots sèchement, c'est qu'il faut le comprendre ainsi et non pas s'imaginer autre chose.

Peut-être pour casser cette statue de glace, le brun ne l'écoute pas et lui saute presque sur elle. Ahurie, elle recule brusquement, les yeux ronds mais ne peut aller plus loin. Elle manque de tomber mais se retient au rebord de la table qui a de toute manière bouger sous l'élan de Narcisse. Elle tente de rester de marbre mais elle demeure très embarrassée.
Et sa gêne ne fait que s'accentuer lorsqu'il rougit. Statistiquement ou tout simplement rationnellement, ce n'est pas possible de feindre des rougeurs contagieuses. Est-il vraiment sincère ou juste berné par les désillusions pour s'éprendre d'elle aussi rapidement ? La meilleure réponse est forcément, non pas celle qui lui paraît la plus probable mais celle qui lui permet de s'éloigner des faiblesses qui la touchent.
Tout ce qui pourrait la faire passer pour une gentille fille est détruit en un rien de temps par la parole et les gestes :

— Non, pas mystérieux. J'insiste : Vous êtes étrange. Et j'ai cru bien me faire comprendre mais à priori, ça n'est pas le cas : Ce n'est pas un compliment.

La tasse qu'elle a encore un main se claque contre la soucoupe décorative qui lui a été apporté en supplément. Elle l'aurait presque fissuré autant par l'anse qui a été maintenue avec autant de sévérité que par le culot reposé avec hargne. Son regard incompris se veut maintenant clair ce pourquoi elle le foudroie, coudes sur la table et mains sur sa bouche.
Léandre ne souhaite pas imposer son autorité mais constater si cet homme compte jouer les séducteurs plus longtemps avec elle pour mieux l'embobiner. Elle n'est pas si belle, selon elle, ce pourquoi elle n'a jamais dégoté un rendez-vous avec un homme ou même une femme. Néanmoins, elle ne cherche pas non plus l'amour relationnel dans ce monde, n'y croyant déjà pas lorsqu'elle était vivante. Ce qui la passionne n'est autre que le savoir. Elle se voit toujours aussi sotte et ingénue, quand bien même elle lit ou expérimente. Laide et idiote, pourquoi la voit-il en héroïne ou plutôt cherche-t-il à la faire passer pour telle ? Qu'a-t-il réellement vu là-bas ?

Et pourtant, jusqu'à ce qu'elle commente cette flatterie plutôt choquante, elle constate que cet individu, au bout du compte, ne peut pas s'empêcher de la contredire. Même s'il désire la rendre belle, elle se trouve banale et sans intérêt. Ses yeux ont beau être d'un bleu profond, elle ne voit pas pourquoi ils sont la source d'attention.

— Vous avez les mêmes yeux que moi. Pourquoi vous me dîtes ça ?

Sachant, qu'effectivement, il n'a peut-être pas exactement une paire miroir à la sienne, ces yeux qu'elle a devant elle sont tout aussi fascinants donc pourquoi flatter une autre quand on a la même ? En se rappelant que ce jeune homme a justement tourné son insulte comme un compliment, elle n'est pas étonnée qu'il idolâtre son physique et plus particulièrement, les points communs physiques qu'ils ont ensemble.

— Ah, je vois. Dîtes moi, votre prénom ne serait pas Narcisse pour vouloir vous éprendre de votre propre reflet ?

Piquante, elle se met à rire faiblement de mesquinerie, un doigt à présent sur la bouche, parallèle à ses lippes. Une blague dont elle est fière car réalisée à partir d'une référence solidement fidèle au schéma présent. Cependant, la fragilité pourrait laisser à penser qu'elle est taquine. (Qu'elle en connaît beaucoup.)
À sa manière, inconsciente, Filomena ne se rend même pas compte qu'elle a finalement, elle aussi, caresser — encore plus que son interlocuteur — de louanges l'homme qu'elle a en face d'elle. Non pas qu'elle les pensait forcément mais dire que leurs yeux « magnifiques » sont similaires amènent à croire qu'ils sont bel et bien « magnifiques » des deux côtés. D'un autre côté, elle l'a aussi comparé à Narcisse, l'homme fier mais sans oublier qu'il est, selon le mythe, d'une incroyable beauté.
REA