avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : Integra - Hellsing
× Pouvoir : Aucun
× Croisée avec : Personne
× Appartement : Lascaux
× Péripéties vécues : 132
× Øssements566
× Age IRL : 23 Féminin
× Inscription : 23/03/2018
× Surnom : le chat
× DCs : Daisuke
× Présence : complète

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
4/15  (4/15)
27Féminin27Integra - HellsingAucunPersonneLascaux13256623Féminin23/03/2018le chatDaisukecomplète
lémure
lémure
27Féminin27Integra - HellsingAucunPersonneLascaux13256623Féminin23/03/2018le chatDaisukecomplète
http://fiche.pabhttp://carnetspectral.pab
#1 le 01.04.18 17:39
LINE OF LYRICS HERE
Je viens de sortir de l'étrange bâtiment où une étrange personne du nom de Joshua est apparut à ma mort. Il avait terminé en disant que j'allais dormir dans l'appartement Lascaux. Au nom de la célèbre grotte. Je me demandai s'il y avait des dessins de la préhistoire comme dans grotte. Je verrais bien. Je me trouve maintenant dans les rues de Tokyo. La ville est immense, je me sent comme une fourmi. Habillée de ma simple robe courte déchirée on pourrait penser que je suis une fille des quartiers chauds. Je l'étais mais plus maintenant. Plusieurs personnes me regardent alors que je marche perdue dans les rues. Je les observe à mon tour, me demandant s'ils sont nouveaux comme moi ou bien depuis combien de temps sont-ils morts. Je me demandai aussi s'il y avait des morts d'autres siècles que moi. Je commençai à avoir froid. Il fallait que je demande à un passant où se trouvait l'appartement, je n'allais pas dormir dehors.

Je m'approchai alors vers un patient au hasard. Celui-ci me regardait avec des grands yeux. Je lui expliquai que je venais de mourir et que je cherchai l'appartement lascaux. L'homme me sourit et me dit qu'il n'était pas très loin. Je le remerciai en anglais, ne connaissant pas un mot de japonais. J'avais vraiment de la chance d'être tombée sur une personne parlant anglais. Je me dirigeai donc vers l'appartement, habillée simplement de ma robe et ayant des talons aux pieds. Mon maquillage avait coulé sur mon visage. Je devais faire peur à voir. Je me trouvai soudain devant une espèce de grotte. Alors c'était pour ça que l'appartement avait ce nom là. J'entrai à l'intérieur. Je vis alors une salle commune avec plusieurs sièges. Il n'y avait personne pour le moment. Je m’essayai sur l'un des sièges et observa autour de moi.

b txt

avatar
Invité
Invité
#2 le 12.04.18 19:37
Une vie désastreuse avec des colocataires calamiteux. Moins par moins donne plus. L'exception invalidera la règle.
Pourquoi s'infliger une période d'affection oiseuse ? Une semaine avec des babouins qui régresserait au stade de primate. Kusuo lâcha un soupire non dissimulé, quand on lui annonça qu'il partagerait sa chambre avec une tripotée d'inconnu. Les arguments étaient invalides. Une bonne intégration dans le patrimoine des morts. Contre-productif, il avait Reo à ses côtés. Provoquer une bonne dose de folâtrerie dans leurs cœurs vides. Un mirage. Des paramètres antinomiques. Si chaque ectoplasmes siégeaient en ses lieux pour s'amuser, alors, que leur arriveraient-ils une fois qu'ils auraient atteint une jauge de bonheur suffisante ? On les renverraient à la vie et les heureux élus apprendraient qu'ils avaient baigné dans le coma pendant tout ce temps ? Ou seraient-ils envoyés dans le vrai royaume des morts, cette dimension n'étant qu'un terrain de rédemption pour racheter ses âmes bonnes de leur vivant ?

D'une démarche molasse, ses jambes fléchir au stade de chewing-gun, tandis que son père mettait plus de force dans ses bras pour le pousser.

- Allez Kuu-chan. Ce n'est pas si terrible et puis, on va se revoir dans une semaine.

Le garçon émit un son proche du bêlement. Grognant la négation, il bascula tout le poids de son corps contre ses mains puissantes, puis, se laissa progressivement tomber au sol. Lâchant un soupire d'incompréhension, l'adulte le remis sur ses jambes en effectuant une légère pression sur ses épaules. Brandissant son discours sempiternel sur les formalités de politesse et de respect de ses interlocuteurs, Kusuo ne l'écoutait déjà plus, son esprit flottant parmi les nombreuses gelées de cafés qui ornaient son esprit, chatouillant ses papilles gustatives.

Reprenant sa valise, le duo se sépara au seuil de l'appartement Lascaux.

"Hé Kusuo, fais-toi au moins un ami, d'accord ?"

Le conseil de Reo résonna dans la grotte, effleurant les parois humides d'une bienveillance sincère. Si seulement c'était plus simple. Pour l'instant, le garçon se concentra à distinguer de vaines silhouettes de formes familières, d'objets ou tous autres support susceptibles de l'orienter. Les murs de pierre laissèrent des traces granuleuses dans son sillage, car contraint de tapoter, ses mains révélaient déjà des teintes de craies blanches, comme s'il avait effacé un dessin tout frais.

Heureusement que des lanternes jalonnaient l'allée principale. Plus confiant, Kusuo s'approcha et bientôt, ce qui n'était que des murmures indistincts, se métamorphosa en un brouhaha intempestif.

Tour à tour, l'homme aux épingles dans les cheveux fit pivoter son regard d'un interlocuteur à l'autre. Une histoire enfantine de valise laissée à l'abandon. Analysant discrètement ses nouveaux camarades de chambrés, le nécromancien attribua des titres à chacun d'eux, se fichant pas mal de leurs prénoms, même s'ils étaient affichés sur la porte comme un dortoir de l'internat.  

Odeur putride n°1 et n°2, le corbeau gueulard et le grand justicier. À l'instar de toute bonne société, chaque protagoniste incarnaient un rôle dans la meute, en fonction de son comportement face à la menace, présentement, la valise sur le passage. Il y avait respectivement, l'idiot du village, l'effacée ou celle dont tout le monde oublie le prénom, le rebelle et celui qui s'autoproclamait Alpha. Quelle belle équipe.

Comme ils semblèrent tous très absorbé à débattre de leurs odeurs corporelles, Kusuo profita de cette diversion pour se glisser sur le canapé à l'abri de leur champ de vision. Hélas, comme une doucereuse ironie, il était accolé au mur de la grotte, protégés par des fragments de roches, telles des branches faites de pierres inamovibles.

Kusuo remonta légèrement ses jambes, jusqu'à son torse collant sa valisette contre sa poitrine, craignant qu'on le lui vole. Observant les fresques de peintures autour de lui, le garçon tomba sur d'autres pittoresques imitations. Une grimace de dégoût s'imprima sur son visage, si ça c'était de l'art, il voudrait bien ne plus jamais manger de la gelée de café.

Si discret, posé sur une couverture représentant les galeries de la grotte, Kusuo se demandait combien de temps prendrait ses interlocuteurs pour remarquer sa présence. Après tout, cadet d'une famille nombreuse, enfant du milieu, aussi inutile que le jour de la semaine "jeudi", le petit homme était habitué à être de trop dans un groupe conséquent.
avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : Integra - Hellsing
× Pouvoir : Aucun
× Croisée avec : Personne
× Appartement : Lascaux
× Péripéties vécues : 132
× Øssements566
× Age IRL : 23 Féminin
× Inscription : 23/03/2018
× Surnom : le chat
× DCs : Daisuke
× Présence : complète

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
4/15  (4/15)
27Féminin27Integra - HellsingAucunPersonneLascaux13256623Féminin23/03/2018le chatDaisukecomplète
lémure
lémure
27Féminin27Integra - HellsingAucunPersonneLascaux13256623Féminin23/03/2018le chatDaisukecomplète
http://fiche.pabhttp://carnetspectral.pab
#3 le 25.04.18 10:03
LINE OF LYRICS HERE
J'attendis quelques instant puis soudain je vis des personnes arriver. Ils s'installèrent sur des sièges et commencèrent à parler entre eux. Ils ne me parlaient pas. Ou bien peut être ne m'avaient-ils pas vu. Je remarquai alors une personne, nouvelle je pense elle aussi en la voyant traîner une valise. Je ne savais pas s'il s'agissait d'une femme ou d'un homme mais la personne était assez étrange. Elle avait les cheveux courts roses avec des épingles dans les cheveux. Une personne assez excentrique. Elle s'installa sur un canapé un peu à l'écart des habitants de l'étrange endroit. Je l'observai pendant quelques minutes. Personne ne semblait s'intéresser à nous. J'attendis encore un peu puis me dirigea vers le canapé où se trouvait la personne, toujours habillée de la dernière chose que j'avais porté avant ma mort. Je m'avançai vers lui et ne m'assit pas tout de suite, lui demandant la permission avant.

- Excusez moi...vous paraissez seul et personne ne semble s'intéresser à nous dans la pièce. Je peux m’asseoir à côté de vous ? Si cela vous dérange je peux retourner à ma place. 

avatar
Invité
Invité
#4 le 05.05.18 0:08
Une vie désastreuse avec des colocataires calamiteux. Moins par moins donne plus. L'exception invalidera la règle.
Le garçon observait avec une certaine captivité, la conversation qui se mélangeait autour de lui dans un bruit confus infernal. Ce n'est pas comme s'il envisageait d'intervenir. D'une manière générale, Kusuo arborait des comportements, illustrant les traits principaux des félins. Curieux et agile, il n'était pas rare que le jeune homme, en apparence désintéressé, écoute aux portes, un verre dans la main.

- Excusez moi...vous paraissez seul et personne ne semble s'intéresser à nous dans la pièce.

Kusuo ne lui adressa pas un regard, si ce n'est qu'un bref coup d’œil derrière ses lunettes à verres réfléchissants. Il ne distingua qu'une silhouette élancée, ainsi que des longs cheveux fuselés. Silencieux, il se tassa davantage sur son canapé, soucieux de l'absence de barrières matérielles.  

En effet, et j'aimerais que ça continue.

Cependant, l'inconnue insista accompagnée d'un accent prononcé, d'origine british, visiblement d'humeur à instaurer un climat favorable à la discussion. Le comportement humain était un sujet d'étude intéressant, sur lequel il pourrait s'épancher à l'avenir. Jamais. Pas besoin de la perspective d'un lendemain dans la dimension de la désolation. Toutefois, contrairement aux âmes tourmentées jointes dans cette pièce lugubre, Kusuo n'était pas mécontent de la tournure des événements. Il avait longtemps cherché une solution pour échapper à la présence toxique d'Ichiro. Si la malle de la honte servait uniquement à établir un bouclier protecteur, comme un champ de forces qui laissait, néanmoins, entrevoir son prédateur de l'autre côté, la dimension des morts traçait une frontière infranchissable.

- Je peux m’asseoir à côté de vous ? Si cela vous dérange je peux retourner à ma place.

Coincé. Il ne pouvait lui communiquer le véritable fond de sa pensée sans la froisser. Dans la configuration de la situation, se mettre un membre de sa chambre à dos, serait comme bondir volontairement dans une fosse remplie de crotale.

Obliquant sur un côté latéral, de sorte à se coller complètement contre le mur, le garçon excentrique ne pouvait se défendre, si son interlocutrice tentait une quelconque démarche destinée à nuire à sa tranquillité. D'une main, il l'invita à prendre place, tandis qu'il approcha la valise de son torse, comme un trésor précieux.

La vision de Kusuo s'amoindrir, clôturé dans cette chambrée aux allures de grottes. La petite lanterne oscillant au-dessus de leur tête ne suffisait pas à accoutumer ses mirettes à leur nouvel environnement. Pour voir convenablement, le garçon avait besoin d'un éclairage modéré. À contrario, la lumière dense l’éblouissait. C'est en se faisant une réflexion sur le sujet, qu'il arrivait aisément à la conclusion que sa situation n'était certainement pas la pire.

S'il ne pouvait pas distinguer nettement la demoiselle à ses côtés, la promesse qu'il avait scellée avec Reo d'un pacte téléphatique, elle, était claire dans son esprit. Il devait faire des efforts et adopter un comportement d'extraverti chevronné.

- Eh bien, eh bien. Ils ont font bien du bruit.

Ridicule comme entré en matière. Le petit homme n'avait jamais expérimenté la bonne attitude sur le terrain. Impossible de paraître sociable, car sa définition était à des lieues de lui coller à la peau. Son étiquette affichait plutôt "timide" ou encore "misanthrope."

- Comment es-tu morte ?

Aucune barrière sociale. S'il en agréait l'origine, le garçon aux lunettes rétro s'y alignait plus docilement en présence de Reo, qui, pointilleux sur les formalités de politesse, n'autorisait pas son fils à se montrer désinvolte. Son père était bien l'unique raison qui l'empêchait de tout détruire.
avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : Integra - Hellsing
× Pouvoir : Aucun
× Croisée avec : Personne
× Appartement : Lascaux
× Péripéties vécues : 132
× Øssements566
× Age IRL : 23 Féminin
× Inscription : 23/03/2018
× Surnom : le chat
× DCs : Daisuke
× Présence : complète

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
4/15  (4/15)
27Féminin27Integra - HellsingAucunPersonneLascaux13256623Féminin23/03/2018le chatDaisukecomplète
lémure
lémure
27Féminin27Integra - HellsingAucunPersonneLascaux13256623Féminin23/03/2018le chatDaisukecomplète
http://fiche.pabhttp://carnetspectral.pab
#5 le 05.06.18 17:27
LINE OF LYRICS HERE
Le jeune homme ne me regardait pas. Du moins je ne voyais pas ses yeux derrière ses lunettes. Il commença alors à bouger, me laissant une place pour que je puisse m’asseoir à côté de lui. Il me fit un mouvement de la main pour me dire que je pouvais m'asseoir à côté de lui et ramena une espèce de valise contre son torse. Sûrement quelque chose de très précieux.

- Merci.

Je m'assis alors à côté du jeune homme aux cheveux roses. Celui-ci prononça quelques mots, disant qu'ils faisaient beaucoup de bruit. Je ne répondis rien. Je ne connaissais pas du tout les personnes présentes. Je ne connaissais personne. C'est alors que le jeune homme me posa une question. Pas même un comment tu t'appelles ni d'où tu viens. Non. Comment es-tu morte ? Je fronçai les sourcils.

- Vous êtes vraiment direct pour une première rencontre. Vous posez cette question à chaque personne que vous croisez ? Je répondrai à votre question quand vous m'aurez répondu avant. Comment êtes vous mort ?

avatar
Invité
Invité
#6 le 25.06.18 2:06
Une vie désastreuse avec des colocataires calamiteux. Moins par moins donne plus. L'exception invalidera la règle.
D'une manière générale, les états d'âme de ses interlocuteurs l'importaient peu. L'empathie ne faisait pas parti intégrante de son vocabulaire, bien qu'il se surprenne parfois à gratifier généreusement de ses petits sous aux mendiants, réclamant quelques denrées pour la journée ou aider les vieilles dames à traverser la rue, leur offrant un bras bienveillant, une emprise solide. Cependant, le cas de cette lémure sollicitant son attention, ne valait pas une réaction complaisante. Aussi stoïque qu'un android futuriste, le garçon, qui capta pourtant la nervosité palpable de son interlocutrice, se permit de la juger d'un regard emplit d'impassibilité. Répondre à une question par une autre interrogation venait valider sa théorie.

Le temps entra en suspension, tandis que le garçon aux lunettes rétro évaluait la meilleure route à emprunter, pour une issue confortable :

- Eh bien, eh bien, j'ai oublié.

La neutralité de sa voix n'avait pas pour objectif de l'apaiser. S'il ne voulait pas provoquer de conflits, Kusuo estimait que sa tranquillité était considérée comme prioritaire, vis-à-vis des sentiments post-traumatiques de la jeune femme. En appuyant sur les raisons des causes possibles, pour un événement évalué comme commotionnant, le nouvel arrivant fouilla dans les annales de sa mémoire, s'imaginant les décès exacts des personnages de ses mangas favoris en guise d'imagination provocatrice :  

- Ca devait être un suicide. Avec une corde peut-être ? Noyade ? Peut-être que tu as dû sauver un membre de ta famille en t'étant sacrifiée ? Violée peut-être ? Étranglée par un gros porc ?

Ses choix étaient risqués. S'il espérait qu'elle décampe envahie par ses questions inquisitrices, les événements pouvaient tout aussi bien prendre une tournure inopinée. Agressivité, spammes, fuite aveuglante, les réactions à la peur étaient nombreuses. L'ancien membre du monde des vivants était bien placé pour le savoir. Dans son cas, c'était le silence. Ses problèmes se réglaient par la discrétion absolue. Ne pas parler, pour ne pas envenimer une situation.

Il était trop tard pour revenir sur ses propos malhabiles. Toutefois, il pouvait lancer un message de paix, histoire de s'assurer que la lémure ne soit pas tenté de stranguler son cou, à lui.

- Je viens en paix.

Loin d'être un as de la communication, Kusuo échoua lamentablement dans cette première tentative.

HRP:
Je parle en qualité de "lémure" pour Kusuo, car il n'est pas encore Nécro à ce moment :3