Bienvenue jeune vivant !
Le Monde des Morts n'attend que toi, es-tu prêt à passer de l'autre côté ?
Rejoindre l'au-delà
Naviguer sur le Styx
ConnexionConnexion  AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  
Rechercher
Léon cherche de premiers rps par rapport à ses idées de liens
Elena a posté un rp libre dans la Roseraie
Abel recherche plusieurs rps
Tinek cherche plusieurs partenaires pour réaliser ses idées en rapport avec les potions
en partenariat avec...
Nano RoleplayNevada's GodfatherNew Life.comEsquisseTasty TalesSanctuary of Heart
Leh Selfmoord - Un jour après.
avatar
Psychedelic Summer Depression

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
0/15  (0/15)
× Présence: pause indéterminée
× Evolution :
× Age de la mort : 18 Masculin
× Age post-mortem : 18
× Avatar : 2D - Univers Gorillaz
× Appartement : Gagarine
× Epitaphes postées : 29
× Øssements231
Masculin
× Inscription : 22/03/2018
× Surnom : le poney
Psychedelic Summer Depression
Terminé #1le 24.03.18 14:41


Une mort comme les autres.


identité

NOM : Selfmoord.
   PRÉNOM : Leh.
   DATE DE NAISSANCE : 24/08/1999.
   DATE DE MORT : 21/03/2018.
   NATIONALITÉ : Canadienne.
   LANGUE(S) PARLÉE(S) :
   [X] Anglais.
   [X] Français.
   RACE : Lemure.
   PERSONNAGE DE L'AVATAR : 2D - Univers Gorillaz - Art by ( ♥ ó㉨ò)ノ♡ Lion⊂(ο・㉨・ο)⊃ (oui)



physique

Couleur des cheveux :  Bleu virant légèrement sur le violet sur les pointes grâce à une coloration.
   Longueur des cheveux : Plutôt long, retombant sur les cotés et sur son front.
   Couleur des yeux : Yeux noirs.
   Style vestimentaire : Il s'habille comme la majorité des jeunes, il porte régulièrement un simple pull et un jean ainsi qu'une paire de sneakers. Il fait parfois quelques folies en portant un simple t-shirt, exhibant son corps de lâche. Il apprécie notamment les vêtements très colorés ou totalement noirs. Il aime aussi porter des colliers, deux en particulier, un premier représentant une croix à l'envers, synonyme de ses moments sataniques, et un deuxième collier, plus long, gris, se terminant sur une petite horloge qui n'est pas à l'heure. Il aime dire que c'est l'heure de l'enfer.
   Taille : 1m79.
   Piercing(s) : Aucun.
   Tatouage(s) : Aucun.
   Corpulence : Très mince.
   Habitudes : Quand il boit et termine son verre, il se sent dans l'obligation de continuer à boire son verre pendant quelques secondes, alors qu'il est vide. Quand il touche un mur, une porte ou une surface avec par exemple deux de ses doigts, il se sent dans l'obligation de toucher cette surface avec tout les doigts de sa main, sous peine de ressentir une immense sensation de vide et de chose inachevée.
   Autre : -



précisions

Souffre d'une timidité excessive et de dépression, ces deux choses se traduisent par la peur de parler ou d’être en société, une vision négative de son environnement, une baisse des sentiments et des pensées morbides. Des simples choses peuvent paraitre insurmontables pour lui, aller chez le médecin et être dans une salle d'attente avec des gens et dire " bonjour " est une épreuve gigantesque pour lui.

Caractère

Froid et chaud, Leh peut être la personne la plus renfermée et calme que vous verrez ou même, avec quelques verres ou une situation de confiance assez élevée, un homme accueillant voire chaleureux. Cependant il accorde très rarement sa confiance totale, de peur de souffrir. Leh n'est pas le genre de personne à vouloir montrer ses sentiments et ses réelles émotions dans la vie de tous les jours, au lycée ou dehors avec ses amis. Du genre à détester se plaindre et à transmettre sa négativité, il préfère dire aux gens qu'il est heureux et subit simplement la même pression que la majorité des étudiants. On peut ainsi le voir comme une personne plutôt fausse, il se ment à lui-même en se disant heureux. Il ne comprend lui-même pas ses propres émotions. Malgré un penchant suicidaire et une négativité ambiante, Leh aime donner des conseils et être au contact de ceux en qui il croit , une de ses passions est notamment de veiller tard la nuit pour discuter de ses problèmes et de ceux des autres, de manière virtuelle..Souvent très joueur voire même casse cou, il adore les défis et les " T'es pas cap ", partant du principe que si le destin ne veut plus de lui, il mourra et il lui arrivera quelque chose à cause du karma. Ce jeune homme peut souvent se voir comme quelqu'un d'accueillant, surement une facette de la fragilité de son corps, vous avez moins peur de demander une clope à ce dernier qu'un mec hyper musclé. Une de ses rares qualités est sa capacité à réfléchir, en effet Leh est un petit fan de la réflexion, comprendre et analyser les choses qu'il trouve intéressantes est un de ses passe-temps favoris.

Derrière cette apparence de garçon sympathique et aimant se voit un homme en proie à la solitude. Victime comme une autre du mauvais coté de ce monde, Leh est loin d'avoir la motivation et la force d'esprit nécessaire pour se battre contre ça. Il se réfugie ainsi dans la mutilation, les pensées suicidaires ou encore l'écriture de petites musiques. Loin d’être mal-aimé, Leh est simplement un homme faible dans un monde de brute, il ne croit pas en son futur et en celui de la société dans laquelle il vit. Cette négativité lui fait tout voir en noir, y compris sa propre vie. Il se préoccupe très peu de ce que sa vie ou sa mort peut avoir comme impact, il minimise beaucoup ses compétences et ses qualités, n'y voyant pas une possibilité de sortir de l'ombre.


histoire

Cette neige qui caresse mon visage..si froide et si apaisante..C'est surement la dernière fois que je vois ce blanc si pur tout autour de moi. Il neigera peut-être un jour en France, qui sait ? Je rentrais dans la voiture de ma mère, attachant ma ceinture tout en jetant un dernier coup d’œil à mon ancienne demeure. Je disposais mes écouteurs dans mes oreilles en regardant la fenêtre de ma chambre, apercevant mon paternel. Même d'ici je pouvais imaginer ses yeux vides de toute humanité, sa tête penchée en avant et ses narines qui semblent vouloir décollées à chaque fois que quelque chose ne lui plait pas. J'ai toujours voulu comprendre pourquoi il était comme ça, c'était sa manière de me montrer son amour ou comme ça qu'il voyait l'éducation ? Le moteur du véhicule commençait doucement à grogner, nous étions sur le départ. Plus j'y réfléchis et plus je me dis que je me suis fait plus de mal qu'il m'en a fait, qu'il nous a fait. J'ai toujours admiré sa capacité à sortir des bonnes phrases au bon moment, même si c'était toujours les mêmes. J'ai commencé à écrire à ce moment là. J'ai souvenir d'une phrase que j'entendais souvent de lui, quand je faisais une connerie, quelque chose de mal et qu'il voulait me corriger, je courais, j'essayais de m'enfuir et il me répétait toujours que la peur n'évitait pas le danger. Il aurait pu devenir quelqu'un, quelqu'un de bien, peut-être connu ? Je sentais le véhicule en mouvement, nous partions. Je regardais la route pour éviter de vomir, le mal des transports peut être si handicapant. Par habitude ma mère ne parlait que très rarement en voiture, de peur de me faire parler et que mon envie de vomir monte. Cependant, cette fois-ci, elle ne parlait pour une toute autre raison. Elle essaye souvent de me faire croire qu'on s'en va en France pour qu'elle puisse être proche de sa mère qui n'est plus toute jeune, me crois t-elle trop jeune pour comprendre que la raison principale est l'homme avec qui elle m'a eue ?

Le voyage fut des plus agréables étonnamment, peu de turbulences, un repas fish or chicken loin d’être dégueulasse et une ambiance loin d’être désagréable. Je ne vous décris pas la joie de mes proches en voyant ma mère, une véritable joie ? Aucune idée. Les gens ne montrent que ce qu'ils veulent je suppose. Tandis que ma mère se faisait accueillir par les autres, je me tenais derrière, ne me prenait pas dans vos bras, pitié, pas de contact. Je décalais mon regard sur la gauche, apercevant mon oncle avant de sentir son poing frappant gentiment mon épaule tout en entendant Il est plus tout petit le gosse au nom chelou !. J'ai l'envie..Une envie si forte de répondre, de balancer quelques dossiers sur cet imposteur.. Un simple sourire apparu sur mon visage en guise de réponse. Je fis la bise aux autres avant de les suivre, nous allions vivre chez ma tante le temps d’être bien installé. Je n'ai même pas un frère et ma mère a de tout.

Les jours passaient, les mois. Mes résultats scolaires étaient loin d’être fameux et j'étais aussi très loin d’être le garçon populaire du lycée. J'avais quelques amis cependant, l'un d'eux était même la personne de l'année pour moi. Surement le seul avec qui j'étais réellement moi-même, il est venu chez moi une fois, dans ma chambre, c'est dingue. J'avais même fait la connaissance de cette belle fille de ma classe, on avait un ami en commun et tout est parti de là. Quelques mois après j'avais la première petite amie de ma vie, je m’exerçais au roulage de pelle pour la première fois, c'était plutôt agréable. J'ai pas honte de le dire mais à ce moment là j'étais heureux. C'est seulement après que j'ai compris la signification de l'expression " toutes les bonnes choses ont une fin ". Je ne supportais plus la pression de l'école, de ma mère qui n'essayait pas de comprendre que le lycée est une perte de temps pour moi, que je n'ai aucune des capacités nécessaires pour continuer, que je devrais tenter ma chance dans le monde du travail, prendre un nouveau départ. Je sombrais peu à peu, je n'avais pas le courage de dire à mon meilleur ami ce que je ressentais, il n'y a rien de pire que de transmettre sa négativité aux gens qu'on aime. J'avais une forte sensation de solitude, j'étais jaloux pour un rien, je ne voyais pas ma vie plus loin que 24 heures. Une crise d'adolescent comme les autres. Plus j'y pensais plus je me disais que je n'ai aucune raison concrète de ne plus vouloir vivre. Plus j'y pensais plus je comprenais que j'aimais simplement pas la vie, la société, les choses que je voyais tout autour de moi. Si je voulais vraiment m'en sortir j'en parlerais autour de moi, je parlerais des choses que je ressens, de mon sentiment de solitude, de mon anxiété qui grandit en moi, de ma peur d'aller au lycée, la peur des professeurs, la peur des réflexions, la peur des regards, l'obligation d’être quelqu'un de faux au quotidien. Même elle ne comprenait pas, mes paroles éloignées de mes actes. Le quotidien me plaçait déjà dans une spirale dépressive, j'étais dépressif avant même de réaliser que je l'étais. Et elle a disparue, l'abandon. J'avais peut-être trop changé. J'ai supplié, dis que ce n'était pas moi mais mes problèmes, qu'on pouvait les surmonter ensemble, qu'elle n'avait pas à partir, à m'abandonner. Toutes les bonnes choses ont une fin. Mes pensées suicidaires commencèrent à partir de ce moment, je n'avais plus rien à quoi m'accrocher. Même quand mon ami essayait de comprendre, de m'aider, je lui disais que je m'en foutais, que j’avançais malgré tout.Certains se diront surement que je n'avais aucun raison de commettre l'irréparable et, ils ont tellement raison. On connait tous des ruptures, on connait tous des moments mauvais, on connait tous la peur. Certains surmontent tout ça en voyant le positif, d'autres ne peuvent voir que le négatif, c'est une forme de défense pour moi. Ai-je besoin de me justifier ? C'est ma vie non ? Dans ma poitrine ne bat pas le cœur d'autrui, c'est moi qui décide, si je veux annuler ma vie je le fais et c'est tout ! Comment faire ? Overdose ? Je ne dois pas agir sur un coup de t..Si, c'est ce que je veux faire. Il suffit d'un bon endroit et du courage de le faire..hein ? Je sais dans quel endroit je peux le faire. J'ai toujours aimé l'eau alors..


Cette douce brise qui caresse mes cheveux.. J'allumais une nouvelle cigarette avec difficulté, écoutant les conversations des passants en imaginant leurs vies à partir de ça. Ma curiosité a toujours été un problème d'après moi. Je replaçais mes cheveux en bataille, soulevant mon regard pour regarder l'eau devant moi, un flot continu et sale. Depuis que j'avais emménagé avec ma mère dans cette belle France, m'asseoir pour admirer l'eau était mon passe temps favori. Je n'avais rien de mieux à faire après tout. J'attrapais mon sac à dos, retirant de ce dernier un cahier noir et un stylo, l'ouvrant et tapotant mon stylo sur une des pages blanches. Si il doit rester une chose de moi, ça sera ce bouquin. Je parcourais les quelques pages déjà remplies par ma haine et ma tristesse sous forme de mots et de dessins en me disant que ce n'était pas suffisant. J'ai encore tellement à dire. Je reprenais cette page vierge, posant mon stylo sur le haut de la page en attendant une source d'inspiration. Comment..Que puis-je.. Je pris mes écouteurs, les disposant dans mes oreilles pour y écouter une douce musique, fluide et logique. Je n'avais aucune inspiration. N'ai-je plus rien à dire, déjà ? J'ai surestimé mes capacités à parler des conneries vécues, attendez est-ce que je suis entrain de me plaindre, une nouvelle fois, y en a forcément d'autres qui doivent connaitre pire, à coté d'eux j'ai surement aucune raison de vouloir mourir...mais je n'ai peut-être simplement plus le courage de souffrir ? Je m'emporte..une nouvelle fois. Je dois me concentrer, rapidement.

Si seulement j'avais pu être un visionnaire
Un homme seul dans sa tanière mais solidaire
Idéale pourrait se voir ma vie
Calme, sereine, mature et prête à offrir à mon enfant une pédagogie
Illustrateur des rêves les plus grands
Dansant tel un brave homme malfaisant
Encore suffisamment d'espoir pour être un bon vivant


Non c'est nul.. Vraiment nul. J'ai pas le talent et l'inspiration nécessaire pour essayer de commencer un couplet avec des lettres qui forment un mot, impossible.. Je soupirais, lâchant quelque peu mon cahier en regardant devant moi, ai-je réellement le courage de le faire ? Je levais les yeux, observant l'arbre qui pourra surement signer la fin de mon existence. Surprenant quand on sait que je grimpais dans ce dernier pour impressionner les filles, j'étais heureux. Je plongeais mon regard dans les nuages, ayant en tête mon beau passé, rythmé mais joyeux. Une main sur mon épaule venait me sortir des mes belles pensées, je retirais mes écouteurs en tournant ma tête. C'est invraisemblable, maman ? Mais elle n'est pas seule, j'arrive à distinguer des visages, mes meilleurs amis sont là, même des professeurs ? Comment..? Ma mère me parle, j'arrive à comprendre quelques mots mais je semble encore dans les vapes, je me suis surement trop enfoncé dans mes souvenirs pour être tout de suite dans la réalité. Je me relevais, prenant ma mère dans les bras en sentant quelques mains de mes camarades sur mon dos. Un petit hurlement suivi de pleurs me sortirent de mon moment, je cherchais désespérément la source du bruit, étais-je le seul à l'avoir entendu ? Personne ne semblait s'y inté.. Les nuages. J'ai rêvé ? Je regardais autour de moi, apercevant une jeune fille au sol, son père et sa mère l'aidant à se relever. Je me suis perdu dans mes pensées..J'ai dormi ? Non. J'ai vu mes rêves. Il n'y avait personne derrière moi, ni ma mère ni mes amis. J'enfilais ma capuche, me replongeant dans la réalité et dans mon bouquin. Une petite larme coulait sur ma joue, je pleure ? Cela fait un long moment que je n'ai pas réussi à pleurer, c'est surement symbolique. Je vais reprendre mes écrits.. Je ne peux pas partir comme ça, je dois continuer. Je n'ai surement plus toute ma tête à l'heure actuelle, mes phrases n'auront aucun sens et seront surement puériles, mais il y aura forcément un ou deux artistes en herbe qui trouveront un sens philosophique et absolument fou à mes paroles. Je barrais quelques lignes précédentes en réfléchissant.. Je ne suis pas un rappeur ou un poète et je ne veux pas qu'on me prenne comme tel. Si j'essaye de faire rimer mes lignes c'est simplement pour que cela paraisse propre et harmonieux dans ma tête, un peu d'ordre ne fait jamais de mal.
Alors..Je..Hm..Je..

Je suis une arme sans munitions, compliquée doit être l'acceptation
Comment sortir d'une dépression quand tout ce qui s'en va est le sang des mutilations ?
Malheureusement j'écoute plus les conseils, ceux qui ne font que parler de gloire
J'entends plus que cette petite voix qui me parle une fois seul dans le noir


Rah..C'est mauvais. C'est si mauvais. J'attrapais mon sac, sortant une corde suffisamment grande pour faire ce qu'elle avait à faire. Je regardais à ma gauche et à ma droite, vérifiant que personne ne remarquait cette libération sous forme d'objet. Je tenais la corde dans ma main, la fixant. Le regard vide du vendeur me revenait en tête. Un jeune vêtu de noir, capuche et le regard ailleurs qui achète une simple corde, un simple cliché. Pourtant le vendeur avait passé mon article sans se poser de questions, ou était-il trop anxieux pour oser demander ? Un peu tard pour y réfléchir. J'allumais une nouvelle cigarette, j'ai jamais autant fumer dans ma vie. Une sonnerie coupa ma musique, me coupant par la même occasion de mes pensées les plus sombres. Un appel entrant, ma mère. Elle vient surement de voir que je ne suis actuellement pas au lycée, s'inquiète-t-elle réellement ou est-elle simplement fâchée ? Je n'osais pas répondre, fixant mon téléphone jusqu'à la fin de l'appel. En décidant de regarder mes notifications j'apercevais les quelques messages de mon meilleur ami et de ma mère. La majorité des messages tournaient autour de la même chose, la question " où es-tu " revient sans cesse. Comment je peux répondre à ça ? Je me suis perdu depuis des mois. Je replaçais mon téléphone dans ma poche, je n'avais pas le courage de répondre, ni de mentir une nouvelle fois. Il est temps de s'y mettre..Il n'y avait personne dans les environs, pas une seule personne. Je rangeais mon stylo et mon bouquin dans mon sac, le refermant et le serrant contre mon dos. Je grimpais dans l'arbre avec quelques difficultés, je n'ai plus le corps d'enfant souple et agile de mes anciennes années. Je faisais un nœud avec la corde sur la branche la plus solide, si elle supporte mon gros derrière elle supportera le poids de la mort. J'ai toujours eu du mal avec les nœuds.. Les souvenirs du collège me revenaient en tête, on faisait des nœuds marins avec un professeur, que j'aimais beaucoup d'ailleurs. Une des personnes qui croyaient surement le plus en moi..Il m'a toujours dit que j'avais une avance sur mon temps, même sur la mort je vais avoir de l'avance sur les gens visiblement. J'accrochais la corde autour de mon cou, la pression montait. La même sensation que j'avais en ouvrant les cadeaux à Noël, une sensation d'excitation, tu as hâte que ça arrive, mais une appréhension. Même si j'aimais le cadeau, j'en faisais toujours trop pour que la personne qui m'offrait le cadeau voit que j'appréciais réellement le cadeau. Les bons moments de ma vie revenaient petit à petit.. est-ce que je dois vraiment me suicider..? Non..Je peux croire au futur, je peux faire le premier pas vers la vie, je peux exploiter mes talents, mes facilités, je peux y croire, je peux vivre, non, je veux vivre, tout s’accélère autour de moi, je peux, j'aime la vie, les gens croient en moi, je veux vivre ! Je décidais de revenir en arrière doucement, sans prendre le temps de retirer la corde autour de mon cou. Mon agilité me joua des tours..

J'ouvrais les yeux. Dans quel endroit je suis ? J'ai survécu ? J'ai été sauvé ? Je me redressais avant d'apercevoir ce qui semble être un homme, un homme ? C'est un homme ? Il s'approche, plus je le sens près de moi, moins je le sens humain. Je reste paralysé, tétanisé, que dois-je faire ?

Bon sang, où est-ce que tu es tombé ?

Un écran s'allume au fond, c'est moi ? L'arbre ? Les souvenirs se complètent. Je me revois mourir, je meurs en..glissant ? Je fais pitié. Jusqu'au bout.. A forcer de baiser ma vie j'aurais préféré mourir d'une épectase. Mais personne ne saura que j'avais repris gout à la vie en étant aussi proche de la mort, personne ne se doutera que j'ai glissé comme un gros naze. Mais comment tout ça est possible..Sa voix me sort de mes pensées et mes interrogations. Je dois croire en ces explications..? Comment ne pas y croire de toute façon, je dois me faire à l'idée que tout ça n'a aucun sens.

Vieux, t’aurais pas un peu oublié de t’amuser pendant que t’étais en vie ?

Est-ce que mon nouveau gout à la vie me permettra de devenir ce que je veux en ce nouveau monde ?

derrière l'écran

PRÉNOM : Thomas. Mes copwains m'appellent Le Petit Jet.
   AGE : En aout je peux aller sur les sites pour adultes de manière légale.
   COMMENT T'AS TROUVE LE FORUM ? Grace à une connaissance sur Twitter qui se reconnaitra peut-être.
   Le smiley que tu préfères ici ? :<
   Tes mangas préférés ? J'sais po j'aime tout moi.. J'aimais bien Front Mission - Dog Life and Dog Style ou King's Game.. Et puis Initial D c'était ma vie..Et Dragon ball c'est mon enfance.



avatar
Invité
Invité
Terminé #2le 24.03.18 15:27
Bienvenue
J'aime beaucoup ton perso ~
avatar
Psychedelic Summer Depression

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
0/15  (0/15)
× Présence: pause indéterminée
× Evolution :
× Age de la mort : 18 Masculin
× Age post-mortem : 18
× Avatar : 2D - Univers Gorillaz
× Appartement : Gagarine
× Epitaphes postées : 29
× Øssements231
Masculin
× Inscription : 22/03/2018
× Surnom : le poney
Psychedelic Summer Depression
Terminé #3le 24.03.18 18:11
Haw, merciiiiiiii
Afficher toute la signature




Thème:


Pigeon:
avatar
Monseigneur Jojo ♛ roi des lémures et dragon des archives

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
48/15  (48/15)
× Présence: présent
× Evolution :
× Age de la mort : 18 Masculin
× Age post-mortem : 193
× Avatar : Greedling - FMA [fanart par qtt-art]
× Pouvoir : absolu /PAN/
× Logement : Duplex de Jojo
× Métier : Roi ♛
× Epitaphes postées : 5983
× Øssements2453
Féminin
× Inscription : 08/02/2014
× Surnom : le koala
× DCs : Luap Jones
Monseigneur Jojo roi des lémures et dragon des archives
Terminé #4le 24.03.18 18:35
Je viens lire ! Tac tac boum boum, me voilà Bienvenue et chouette avatar

Identité Je connaissais pas le prénom, c'est sympa ça fait très onomatopée Pour l'âge les calculs sont bons, les langues sont cohérentes avec la nationalité et l'histoire en dessous (quoique vu qu'il vient d'arriver et qu'il a jamais mis les pieds au Japon comment ça s'fait qu'il arrive quand même à le comprendre un peu ? ), autrement tout est bon
Physique Il manquera juste la précision sur comment ça se fait qu'il a les cheveux bleus vu qu'c'est aps très naturel tout ça (teinture, potion ?)
Ok il est d4rk et bizarre je l'aime bien
précisions I feel his pain
caractère Du coup s'il est en prise avec l'anxiété sociale j'ai du mal à l'imaginer comme "la personne la plus extravertie" ou même à considérer qu'il "aime être au contact des autres" Qu'il parle avec eux en mentant sur son état psychique soit, par contre "extraverti" pour moi c'est vraiment aller vers les gens étou alors que dans les précisions tu dis que déjà dire "bonjour" en rentrant dans une salle d'attente c'est chaud pour lui, alors ça m'paraît contradictoire un peu, l'anxiété sociale c'est vraiment pathologique et vraiment handicapant dans le contact avec autrui et j'doute que quelqu'un qui fait de l'anxiété sociale apprécie être avec autrui, justement En bref tout ça peut coller avec la dépression, mais moins avec l'anxiété sociale, 'fin son rapport aux autres est clairement pas anxieux tel quel Par contre on sent bien son mal-être et le fait qu'il le déguise aux yeux des autres, donc pour la dépression ça colle bien

Also le lycée est très présent dans ta description du caractère et je sais pas si tu as pris ça en compte (ou p'têt juste t'as écrit le caractère qui correspond à ce qu'il était quand il était vivant vu qu'il est tout jeune mort) mais dans l'au-delà t'es pas obligé de continuer à aller au lycée Du coup s'il est anxieux social jsp s'il continuerait à y aller vu que c'est un peu une épreuve pour ce type de personnes ('fin à sa place clairement moi j'resterais chez moi comme une loque et j'm'infligerais pas ça), après c'est vraiment un détail donc à toi de voir si tu rajoutes
histoire Bwoh elle est pas mal sa chanson quand même
Y'a pas grand chose sur sa vie avant son suicide mais en soit on a bien compris qu'il est très mal dans sa peau, et le moment de la mort est présent, c'est suffisant pour un Lémure comme il est jeune mort Cette partie-là est ok du coup, même si j't'avoue que y'a tellement de mystère sur sa vie "avant" la dépression avec la fille qui tombe etc j'ai pas tout compris, j'aimerais bien en savoir plus sur ce qui a fait qu'il est dans cet état si tu te sens de rajouter ça en même temps que les autres modifs (ou bien juste m'expliquer sommairement en dehors de la fiche koa, juste histoire que je puisse comprendre et tester la cohérence en passant )


Des p'tits rajouts

  • Justifier les cheveux bleus (Vu sa date de mort j'penche plus logiquement vers une teinture ? mais y'a d'autres explications possibles ici si besoin )
  • Niveau caractère j'vois une petite incohérence entre son anxiété sociale dont tu parles dans les précisions et son rapport plutôt chaleureux avec autrui, c'est p'têt à nuancer davantage ou alors c'est pas de l'anxiété sociale et juste une conséquence de sa dépression qui fait qu'il préfère se couper du monde, c'qui est pas pareil

C'qui serait cool à me préciser aussi (pas forcément dans la fiche si tu vois pas où le mettre) c'est comment ça s'fait qu'il parle un peu jap' alors qu'il est ici depuis 3 jours (p'têt il l'a appris au lycée, ou tout seul pendant une phase weeaboo ?), et surtout qu'est-ce qui l'a mis en dépression exactement (Après j'conçois que p'têt tu veux absolument laisser le mystère dans la fiche donc si besoin tu peux me l'envoyer par mp )
avatar
Psychedelic Summer Depression

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
0/15  (0/15)
× Présence: pause indéterminée
× Evolution :
× Age de la mort : 18 Masculin
× Age post-mortem : 18
× Avatar : 2D - Univers Gorillaz
× Appartement : Gagarine
× Epitaphes postées : 29
× Øssements231
Masculin
× Inscription : 22/03/2018
× Surnom : le poney
Psychedelic Summer Depression
Terminé #5le 25.03.18 15:15
Bijour !

Quel passage éclair \o/

J'avais modifié pour le Japonais et la coloration sous conseils mais tu devais déjà lire la version d'avant que je modifie :'(
Son prénom et son nom ont une petite signification secrète..je suis un gars mystérieux hein..

Pour l'anxiété sociale, ce que je voulais dire c'est que par exemple c'est en effet très compliqué pour lui de par exemple ouvrir une porte avec des gens derrière, se rendre dans une autre classe pour chercher un truc ( en vrai ça fait peur ) mais qu'il n'est pas pour autant une tombe renfermée. Il a quand même ce coté qui fait que au bout d'un moment, en étant en confiance, il peut sortir de sa prison psychologique. Mais j'ai surement mal exprimé ce que je voulais dire :( . J'ai modifié quelques passages du caractère, dis moua ce que tu en penses :

Caractère :

-Froid et chaud, Leh peut être la personne la plus renfermée et calme que vous verrez ou même, avec quelques verres ou une situation de confiance assez élevée, un homme accueillant voire chaleureux. Cependant il accorde très rarement sa confiance totale, de peur de souffrir.

-Leh aime donner des conseils et être au contact de ceux en qui il croit , une de ses passions est notamment de veiller tard la nuit pour discuter de ses problèmes et de ceux des autres, de manière virtuelle.

-Ce jeune homme peut souvent se voir comme quelqu'un d'accueillant, surement une facette de la fragilité de son corps, vous avez moins peur de demander une clope à ce dernier qu'un mec hyper musclé.

Pour le lycée, mes deux neurones d'oiseau primitif ont pas tout compris x), que dois-je changer ?

Pour l'histoire :

-Cette neige qui caresse mon visage..si froide et si apaisante..C'est surement la dernière fois que je vois ce blanc si pur tout autour de moi. Il neigera peut-être un jour en France, qui sait ? Je rentrais dans la voiture de ma mère, attachant ma ceinture tout en jetant un dernier coup d’œil à mon ancienne demeure. Je disposais mes écouteurs dans mes oreilles en regardant la fenêtre de ma chambre, apercevant mon paternel. Même d'ici je pouvais imaginer ses yeux vides de toute humanité, sa tête penchée en avant et ses narines qui semblent vouloir décollées à chaque fois que quelque chose ne lui plait pas. J'ai toujours voulu comprendre pourquoi il était comme ça, c'était sa manière de me montrer son amour ou comme ça qu'il voyait l'éducation ? Le moteur du véhicule commençait doucement à grogner, nous étions sur le départ. Plus j'y réfléchis et plus je me dis que je me suis fait plus de mal qu'il m'en a fait, qu'il nous a fait. J'ai toujours admiré sa capacité à sortir des bonnes phrases au bon moment, même si c'était toujours les mêmes. J'ai commencé à écrire à ce moment là. J'ai souvenir d'une phrase que j'entendais souvent de lui, quand je faisais une connerie, quelque chose de mal et qu'il voulait me corriger, je courais, j'essayais de m'enfuir et il me répétait toujours que la peur n'évitait pas le danger. Il aurait pu devenir quelqu'un, quelqu'un de bien, peut-être connu ? Je sentais le véhicule en mouvement, nous partions. Je regardais la route pour éviter de vomir, le mal des transports peut être si handicapant. Par habitude ma mère ne parlait que très rarement en voiture, de peur de me faire parler et que mon envie de vomir monte. Cependant, cette fois-ci, elle ne parlait pour une toute autre raison. Elle essaye souvent de me faire croire qu'on s'en va en France pour qu'elle puisse être proche de sa mère qui n'est plus toute jeune, me crois t-elle trop jeune pour comprendre que la raison principale est l'homme avec qui elle m'a eue ?

Le voyage fut des plus agréables étonnamment, peu de turbulences, un repas fish or chicken loin d’être dégueulasse et une ambiance loin d’être désagréable. Je ne vous décris pas la joie de mes proches en voyant ma mère, une véritable joie ? Aucune idée. Les gens ne montrent que ce qu'ils veulent je suppose. Tandis que ma mère se faisait accueillir par les autres, je me tenais derrière, ne me prenait pas dans vos bras, pitié, pas de contact. Je décalais mon regard sur la gauche, apercevant mon oncle avant de sentir son poing frappant gentiment mon épaule tout en entendant Il est plus tout petit le gosse au nom chelou !. J'ai l'envie..Une envie si forte de répondre, de balancer quelques dossiers sur cet imposteur.. Un simple sourire apparu sur mon visage en guise de réponse. Je fis la bise aux autres avant de les suivre, nous allions vivre chez ma tante le temps d’être bien installé. Je n'ai même pas un frère et ma mère a de tout.

Les jours passaient, les mois. Mes résultats scolaires étaient loin d’être fameux et j'étais aussi très loin d’être le garçon populaire du lycée. J'avais quelques amis cependant, l'un d'eux était même la personne de l'année pour moi. Surement le seul avec qui j'étais réellement moi-même, il est venu chez moi une fois, dans ma chambre, c'est dingue. J'avais même fait la connaissance de cette belle fille de ma classe, on avait un ami en commun et tout est parti de là. Quelques mois après j'avais la première petite amie de ma vie, je m’exerçais au roulage de pelle pour la première fois, c'était plutôt agréable. J'ai pas honte de le dire mais à ce moment là j'étais heureux. C'est seulement après que j'ai compris la signification de l'expression " toutes les bonnes choses ont une fin ". Je ne supportais plus la pression de l'école, de ma mère qui n'essayait pas de comprendre que le lycée est une perte de temps pour moi, que je n'ai aucune des capacités nécessaires pour continuer, que je devrais tenter ma chance dans le monde du travail, prendre un nouveau départ. Je sombrais peu à peu, je n'avais pas le courage de dire à mon meilleur ami ce que je ressentais, il n'y a rien de pire que de transmettre sa négativité aux gens qu'on aime. J'avais une forte sensation de solitude, j'étais jaloux pour un rien, je ne voyais pas ma vie plus loin que 24 heures. Une crise d'adolescent comme les autres. Plus j'y pensais plus je me disais que je n'ai aucune raison concrète de ne plus vouloir vivre. Plus j'y pensais plus je comprenais que j'aimais simplement pas la vie, la société, les choses que je voyais tout autour de moi. Si je voulais vraiment m'en sortir j'en parlerais autour de moi, je parlerais des choses que je ressens, de mon sentiment de solitude, de mon anxiété qui grandit en moi, de ma peur d'aller au lycée, la peur des professeurs, la peur des réflexions, la peur des regards, l'obligation d’être quelqu'un de faux au quotidien. Même elle ne comprenait pas, mes paroles éloignées de mes actes. Le quotidien me plaçait déjà dans une spirale dépressive, j'étais dépressif avant même de réaliser que je l'étais. Et elle a disparue, l'abandon. J'avais peut-être trop changé. J'ai supplié, dis que ce n'était pas moi mais mes problèmes, qu'on pouvait les surmonter ensemble, qu'elle n'avait pas à partir, à m'abandonner. Toutes les bonnes choses ont une fin. Mes pensées suicidaires commencèrent à partir de ce moment, je n'avais plus rien à quoi m'accrocher. Même quand mon ami essayait de comprendre, de m'aider, je lui disais que je m'en foutais, que j’avançais malgré tout. Certains se diront surement que je n'avais aucun raison de commettre l'irréparable et, ils ont tellement raison. On connait tous des ruptures, on connait tous des moments mauvais, on connait tous la peur. Certains surmontent tout ça en voyant le positif, d'autres ne peuvent voir que le négatif, c'est une forme de défense pour moi. Ai-je besoin de me justifier ? C'est ma vie non ? Dans ma poitrine ne bat pas le cœur d'autrui, c'est moi qui décide, si je veux annuler ma vie je le fais et c'est tout ! Comment faire ? Overdose ? Je ne dois pas agir sur un coup de t..Si, c'est ce que je veux faire. Il suffit d'un bon endroit et du courage de le faire..hein ? Je sais dans quel endroit je peux le faire. J'ai toujours aimé l'eau alors..

Voulwaà ! J'ai rajouté la partie de son passé.
Dis mwa ce que tu penses :) !
Afficher toute la signature




Thème:


Pigeon:
avatar
Monseigneur Jojo ♛ roi des lémures et dragon des archives

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
48/15  (48/15)
× Présence: présent
× Evolution :
× Age de la mort : 18 Masculin
× Age post-mortem : 193
× Avatar : Greedling - FMA [fanart par qtt-art]
× Pouvoir : absolu /PAN/
× Logement : Duplex de Jojo
× Métier : Roi ♛
× Epitaphes postées : 5983
× Øssements2453
Féminin
× Inscription : 08/02/2014
× Surnom : le koala
× DCs : Luap Jones
Monseigneur Jojo roi des lémures et dragon des archives
Terminé #6le 25.03.18 15:29
Pour l'anxiété sociale, ce que je voulais dire c'est que par exemple c'est en effet très compliqué pour lui de par exemple ouvrir une porte avec des gens derrière, se rendre dans une autre classe pour chercher un truc ( en vrai ça fait peur ) mais qu'il n'est pas pour autant une tombe renfermée. Il a quand même ce coté qui fait que au bout d'un moment, en étant en confiance, il peut sortir de sa prison psychologique. Mais j'ai surement mal exprimé ce que je voulais dire :( . J'ai modifié quelques passages du caractère, dis moua ce que tu en penses
Si c'est ça alors c'est juste de la timidité exacerbée L'anxiété sociale c'est une vraie maladie psychologique, au même titre que la dépression, c'est pour ça que je comprenais pas du coup, c'est l'appellation qui est pas bonne donc y'aura juste ça à changer dans tes précisions, vu que d'après ce que tu me décris il en est pas atteint, ça se rapproche vraiment d'une phobie sociale et là il est pas phobique Si t'enlèves cette appellation confusante ce sera bon pour le caractère tel quel, y'aura plus de contradiction

Et les autres changements sont niquels
avatar
Psychedelic Summer Depression

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
0/15  (0/15)
× Présence: pause indéterminée
× Evolution :
× Age de la mort : 18 Masculin
× Age post-mortem : 18
× Avatar : 2D - Univers Gorillaz
× Appartement : Gagarine
× Epitaphes postées : 29
× Øssements231
Masculin
× Inscription : 22/03/2018
× Surnom : le poney
Psychedelic Summer Depression
Terminé #7le 25.03.18 15:43
C'est fait :) !
Afficher toute la signature




Thème:


Pigeon:
avatar
Monseigneur Jojo ♛ roi des lémures et dragon des archives

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
48/15  (48/15)
× Présence: présent
× Evolution :
× Age de la mort : 18 Masculin
× Age post-mortem : 193
× Avatar : Greedling - FMA [fanart par qtt-art]
× Pouvoir : absolu /PAN/
× Logement : Duplex de Jojo
× Métier : Roi ♛
× Epitaphes postées : 5983
× Øssements2453
Féminin
× Inscription : 08/02/2014
× Surnom : le koala
× DCs : Luap Jones
Monseigneur Jojo roi des lémures et dragon des archives
Terminé #8le 25.03.18 21:58
Tu es validé !On est tout bon du coup

Félicitations, tu peux désormais aller rp !
A son arrivée dans l'au-delà, ton personnage aura également été placé pendant une semaine dans un des appartements de l'agence Azazel :

L'appartement Gagarine
En te rendant dans le sous-forum qui y correspond, tu trouveras un sujet de "flood privé" réservé pour la discussion avec tes colocataires, n'hésite pas à t'y présenter pour nouer de premiers liens sur le forum o/

En parallèle, pense à aller recenser ton avatar dans le bottin pour ne pas qu'un futur nouveau te le pique, et à remplir les différents champs de ton profil ♥️.

Tu pourras éventuellement aussi te créer un carnet spectral pour qu'on vienne te demander des liens et des rps, et surtout qu'on sache où tu en es dans ta vie sur le forum !

Enfin, même si on n'a pas envie d'y penser à peine validé, tu peux aussi passer faire un tour dans ce sujet afin de prévoir une éventuelle disparition de personnage en cas de reboot, de départ ou d'inactivité future

Je pense que tu es assez submergé de liens pour le moment, je te laisse profiter du forum, étant donné que tu es officiellement un Lémure !
forums partenaires