Bienvenue jeune vivant !
Le Monde des Morts n'attend que toi, es-tu prêt à passer de l'autre côté ?
Rejoindre l'au-delà
Naviguer sur le Styx
ConnexionConnexion  AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  
Rechercher
Tinek cherche plusieurs partenaires pour réaliser ses idées en rapport avec les potions
Abel recherche plusieurs rps
Garance a plein d'idées de rps pour de potentiels partenaires
Elena a posté un rp libre dans la Roseraie
en partenariat avec...
Nano RoleplayNevada's GodfatherNew Life.comEsquisseTasty TalesSanctuary of Heart
Lily of the West [solo-évo]
avatar
Troubles in Paradise

Infos complémentaires
× Barre d'amusement:
68/100  (68/100)
× Présence: présent
× Evolution :
× Age de la mort : 21 Féminin
× Age post-mortem : 22
× Avatar : Alex Benedetto - Gangsta
× Pouvoir : Dealeuse d'émotions
× Logement : Duplex
× Métier : (grosse) dealeuse
× Epitaphes postées : 1753
× Øssements1703
Féminin
× Inscription : 17/01/2017
× Surnom : le panda
× DCs : Andrea E. Darlington, Tarek S. El-Hariri
Troubles in Paradise
Terminé #1le 08.01.18 16:35
All I got is dreams, nobody else can see.



Il y avait des après-midi comme ça, où on se réveillait et où rien n'allait comme il fallait. Il y avait des après-midi comme ça, où elle se réveillait et ça allait de travers, elle n'avait pas envie de sortir de sous la couette, elle n'avait pas envie de s'habiller et d'aller travailler, elle n'avait aucune envie d'affronter la réalité qui était que son pouvoir déconnait sévère en ce moment, et ça la déprimait. Non, c'était pire que ça, ça l'atteignait profondément, elle n'avait jamais été confrontée à ce genre de choses, de sa vie et de sa mort mêlées, elle n'avait jamais connu ça, le doute de soi-même, l'impression de ne rien contrôler, que la situation lui échappe à ce point. Et elle n'avait pas envie de se lever, de se rendre compte qu'aujourd'hui encore ça allait de travers, qu'une fois sur deux lorsqu'elle tentait d'appliquer une émotion sur un patch c'était autre chose que ce qui était prévu qu'il en ressortait. Elle tentait parfois de se remonter le moral en se disant que, comparé à il y a quelques semaines, elle avait maintenant la capacité d'insuffler l'émotion de son choix à ses patchs, le seul souci, c'était que c'était devenu incontrôlable et qu'elle n'arrivait plus vraiment à contrôler quoi que ce soit. Elle n'avait qu'à repenser à la veille lorsqu'elle avait voulu appliquer du courage sur un de ses objets et que le client s'était retrouvé en furie dans l'espace confiné de son bureau, sous l'effet d'une dose de rage.

Heureusement tout s'était bien fini et il avait été rapidement maîtrisé et mis dehors proprement mais elle savait que c'était de sa faute, et ce n'était pas la première fois, alors elle était rentrée et s'était lovée sous la couette épaisse en profitant de la chaleur de l'appartement et corporelle que dégageait Toulouze qu'elle avait au préalable récupéré tandis qu'il était assis endormi sur le tapis du salon. Mais depuis elle n'avait plus sorti sa tête de sous ses draps, elle se boudait elle même, et c'est seulement quand le réveil matin sur sa table de chevet afficha seize heures passées qu'elle se fit violence pour balancer ses longues jambes par dessus le matelas pour se diriger directement vers la salle de bain, enlever le peu de vêtements qu'elle portait et allumer l'eau chaude à fond. Ce n'est qu'une bonne demie heure plus tard qu'elle en ressort encore fumante pour aller se réfugier dans son dressing et choisir parmi la multitude d'habits ce qu'elle allait porter ce soir là, optant pour une de ses robes rouges à fines bretelles très courte et très moulante, comme d'habitude. Elle la décroche de son cintre, laissant la porte ouverte, elle devra y retourner pour choisir ses chaussures et ses bijoux, elle fait le tour de la chambre en enfilant la robe carmin, enjambant des tas d'affaires au sol. Elle soupire, appréhendant d'ores et déjà le déroulement de la soirée, elle retourne déjà au dressing pour tenter de se décider sur quelle paire de chaussures elle allait assortir à son habit du jour, jetant son dévolu sur une paire d'escarpins de velours et de soie rouge finement décorés de fils d'or et de perles dorées. Pour terminer elle passe à ses oreilles des anneaux créoles couleur soleil, deux trois grands bracelets à chaque poignets pour finir par attraper une pochette rouge et fermer définitivement le dressing pour aujourd'hui.

Son reflet dans la salle de bain lui rappelle qu'elle n'est ni coiffée, ni maquillée, et il est déjà dix-huit heures, dans de larges gestes experts elle lisse à la brosse ses longs cheveux bruns et souligne ses yeux de noir, dernière touche finale, ses lèvres qu'elle couvre de rouge, une pulvérisation de parfum plus tard elle est déjà dans l'entrée à transvaser dans sa pochette tout ce dont elle a besoin, clefs de l'appartement, clefs de voiture, tube de rouge à lèvres, mouchoirs, clefs du bureau, portable, porte feuille et c'est à peu près tout, direction la Mustang noire puis le bureau. Elle soupire encore en ouvrant patiemment son lieu de travail, elle est venue un peu en avance pour pouvoir continuer à s'entraîner avant que le premier client n'arrive, ce qui ne se passe jamais avant 22 heures. Les premiers essais ne sont pas concluants, comme ces deux derniers mois, la lumière tressautant du bout de ses doigts le prouvant suffisamment. Dans un énième soupir elle pose son front chaud sur la surface froide de la plaque de verre qui recouvre le plat de son bureau, la soirée passe et miraculeusement il y a des progrès, pas concluants mais elle se plante moins et ça la rassure un peu, elle gagne en assurance, elle regagne confiance en elle et le déclic se fait presque naturellement alors que c'est le fruit du travail qu'elle s'applique à faire depuis des semaines qui paie, le simple fait d'avoir repris légèrement espoir a débloqué le tout petit blocage psychologique qui l'empêchait de comprendre parfaitement comment différencier les différentes émotions à appliquer, tout ce qu'il lui avait semblé si emmêlé, si compliqué lui semblait pourtant si simple à présent.

L'esprit tout de suite plus apaisé ça marchait bien mieux, et même si quelques ratés arrivèrent encore dans la nuit et les jours suivant, Teodora avait déjà moins de mal à se lever l'après-midi, et il vint un jour, ce jour, cet après-midi là, où elle se leva sans problème, prit une douche plus longue qu'à l'habitude, se rendit dans le dressing et choisit une robe bleu électrique, un petit sac rond à bandoulière d'anneaux d'argent, une paire de bottines de daim bleu à franges et talons vertigineux, des bijoux assortis à la bandoulière du sac, elle lissa ses cheveux à la brosse, appliqua du noir sur ses yeux et un rouge à lèvres pâle, rangea tout ce dont elle avait besoin dans son sac, et décida de prendre l'aston martin assortie à sa robe. Comme tous les soirs elle ouvrit son bureau, un peu en retard, et elle commença son activité habituelle, et ce soir là tout alla bien, sans aucun râté.



Afficher toute la signature


Teodora parle en #DB7093 pour le suédois, en #7B68EE pour l'anglais et en #32CD32 pour le japonais.
(Bon en vrai elle parle tout le temps suédois et s'en fout si vous la comprenez ou pas).
NB : Elle est bilingue suédois-japonais, elle a un très fort accent suédois quand elle parle anglais.
forums partenaires