ConnexionConnexion  
  • AccueilAccueil  
  • PortailPortail  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • connexionSe laisser mouririnscriptionNos fantomesliste des membres
    RèglementContexteGroupesØssementsPoints d'amusement
    Nouvelles épitaphesépitaphes du jour
    Rechercher
       
    forum rpg paranormal déjanté • rp libre • v.3.12
    en ce moment

    Capouccino recherche le grand amour, homme, entre 19 et 25 ans

    Eden Indentshi recherche tout plein d'employés pour son organisation

    Cinemont recherche des personnages enfants

    Rose recherche des rps et des liens !

    Saturday a posté un rp libre dans l'Izakaya Bchobiti

    Lilith Meath recherche des clients

    Event du moment
    La Chasse aux Lapins
    les 2 et 3 avril

    Kohaku Matsushira || 松白琥珀

    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 27 Féminin
    × Age post-mortem : 861
    × Avatar : Matsushira Kohaku - Starfish
    × Croisée avec : Serpent Indigo
    × Logement : Maison
    × Métier : Vend parfois des peintures.
    × Péripéties vécues : 1513
    × Øssements704
    × Age IRL : 20 Féminin
    × Inscription : 06/01/2018
    × Présence : complète
    × Surnom : le tegu

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    54/100  (54/100)
    27Féminin861Matsushira Kohaku - StarfishSerpent IndigoMaisonVend parfois des peintures.151370420Féminin06/01/2018complètele tegu
    avatar
    赤夜叉 ❀ Akayasha
    http://www.peekaboo-rpg.com/t2742-kohaku-matsushirahttp://www.peekaboo-rpg.com/t2754-the-amber-and-the-white-pine
    27Féminin861Matsushira Kohaku - StarfishSerpent IndigoMaisonVend parfois des peintures.151370420Féminin06/01/2018complètele tegu
    赤夜叉 ❀ Akayasha
    Terminé
    #1 le 07.01.18 0:13


    The wise win before the fight, while the ignorant fight to win.


    identité
    NOM : Matsushira 松白
    PRÉNOM : Kohaku 琥珀
    DATE DE NAISSANCE : 12/08/1156
    DATE DE MORT : 21/02/1184
    NATIONALITÉ : Japonaise
    LANGUE(S) PARLÉE(S) :
    [x] Anglais.
    [x] Japonais.
    [x] Autre(s) : Espagnol, italien, mandarin, coréen, portugais, allemand.
    RACE : Chimère
    PERSONNAGE DE L'AVATAR : Matsushira Kohaku - Starfish (moi, quoi)






    physique
    Couleur des cheveux : Indigo aux racines, allant vers le violet, le rose et le orange aux pointes. Ils sont légèrement ondulés et étaient d’un noir de jet avant sa transformation.
    Longueur des cheveux : Jusqu’aux fesses, elle les ramène très souvent en un chignon ou n’importe quelle coiffure rendant impossible de lui agripper les cheveux en plein combat.
    Couleur des yeux : Ambrés. Ses pupilles sont en fente. Avant sa transformation, ils étaient noirs également.
    Style vestimentaire : Traditionnel japonais, mais ça ne veut pas dire qu’elle n’apprécie pas une petite touche moderne.
    Taille : 1m82
    Piercing(s) : Aucun, elle n’en a jamais vu l’utilité.
    Tatouage(s) : À part un petit tatouage montrant son appartenance aux red Widow, elle n’a aucun tatouages.
    Corpulence : Athlétique, elle est en santé. Sa silhouette est en sablier et ses jambes sont longues, ce qui contribue à sa grande taille.
    Habitudes : Elle aime prendre son temps et observer ses alentours. Regarder, écouter et sentir, voilà sa façon de relaxer. En général, Kohaku aime s’installer avec ses toiles et ses pinceaux en face d’un beau paysages pour le reproduire. Elle vend ses oeuvres d’art à qui veut bien en avoir.
    Autre : Kohaku a beaucoup de cicatrices de guerre. Elle n’aime pas en parler.



    précisions
    Kohaku possède des écailles indigo aux épaules et à la nuque, ainsi que sur les pieds et les mains, montant en dégradé jusqu’à ses cuisses / en haut de ses coudes / jusqu’aux omoplates. L’animal qu’elle a reçu lors de son injection est le serpent indigo. Il la rend immunisée aux venins, mais sensible aux températures froides.

    - Sa façon de se tenir et ses mouvements sont très calculés et gracieux. Elle est rapide et précise, ça se voit jusque dans sa démarche. Son langage corporel en entier hurle “guerrier vétéran”.

    - Elle porte toujours une petite fleur sur elle, que ce soit dans ses cheveux ou quelque part sur ses vêtements. Toujours la même petite fleur : une anémone blanche.

    - Peu importe où elle va, elle aura toujours avec elle sa naginata, son kaiken et son katana. Elle sait utiliser d’autres armes, bien sûr, mais elle garde ses armes de prédilection avec elle en tout temps.



    caractère
    Kohaku est calme en général et en tout temps. Elle sait garder son sang froid durant les situations critiques et a appris à contrôler ses émotions et ses réactions lors de situations critiques. Elle est également très patiente, capable d’attendre sur de longues périodes de temps sans problème et sans s’ennuyer. Elle est également très fière de ses accomplissements et de ses points forts, et sera prête à les défendre n’importe quand. Kohaku ressent le besoin de prouver sa valeur dès que celle-ci est remise en question.

    Elle est aussi extrêmement passionnée et vit ses émotions avec beaucoup d’intensité. Un peu mère poule, elle cherche à protéger ceux qu’elle aime coûte que coûte et reste très têtue. Elle donnerait sa vie (façon de parler) pour ceux qu’elle aime, pour ses buts et pour son devoir.

    De plus, Kohaku peut se montrer audacieuse, envieuse, féroce lorsque provoquée, obsessive lorsqu’il s’agit de ses objectifs ou de ses passions et peut-être un peu trop fière. Elle a un niveau de confiance en ses capacités qui frôle l'arrogance, donc elle ne prend pas bien l'échec. Son air calme lui donne aussi l'air d'être bien blasée lors des conversations. Kohaku peut aussi se montrer plutôt cachottière, gardant tout pour elle, mais ne se gênant pas pour se mêler de ce qui ne la regarde pas... Elle prétend s'intéresser à la beauté, l'argent, à son image et à son honneur, ce comportement étant une habitude qui est restée avec elle après sa mort, puisque ces caractéristiques étaient très importantes à son époque. En contrepartie, elle est tendre, sensible, intelligente et elle cherche toujours à aider les gens dans le besoin

    - Fascinée par la nature et la science
    - Adore apprendre et vivre de nouvelles choses
    - Intéressée par les nécromanciens
    - Aime la texture de la soie par-dessus tout
    - N’apprécie pas le comportement “macho” et arrogant
    - N’aime pas les théories exagérées
    - N’aime pas les bruits de reniflement

    Kohaku a également plusieurs peurs, comme la claustrophobie, la peur des ponts, de la suffocation et de l’échec (qui reviendrait au même que de laisser tomber les gens qu’elle tente de protéger, ce qui, au final, la motive).

    En ce qui concerne son opinion sur les hommes... à son arrivée dans le monde des morts, elle se méfiait d'eux et les considérait par défaut comme étant dangereux et se croyant souvent supérieurs, mais au fil du temps, elle a dû se rendre à l'évidence que ce n'était pas toujours vrai. Elle fini donc par devenir neutre et l'est toujours aujourd'hui.


    histoire

    TL;DR :
    - Née dans une famille au père abusif, mais à la mère et à la sœur aimantes.
    1168 : commence son entraînement.
    1172 : mariage arrangé avec Kenta Oshiro, raid sur la propriété de son Seigneur et mort de celui-ci, rencontre du ronin Yuudai Kita et début de son entraînement à ses côtés.
    1176 : Kohaku tue Yuudai et rejoint l’armée de Minamoto no Yoshinaka, sous la demande de Tomoe Gozen.
    1180 : début de la guerre.
    1184 : Retrouvailles avec sa famille, vengeance satisfaisante, puis bataille d’Awazu et mort.
    Passe deux ans à accepter sa mort et plusieurs autres à voyager et apprendre.
    Retrouve son ex-mari dans un bar, seconde vengeance satisfaisante. Rejoint aussi les Red Widow en tant que chasseuse.

    *** 1163 ***
    Sept ans
    Province d’Ōmi
    Propriété des Matsushira
    Matsushira no Jisho
    松白の地所

    Kohaku termina de coiffer les cheveux de sa grande sœur. Le résultat n’était vraiment pas terrible, mais Sayuri, de cinq ans son aînée, ne semblait pas s’en soucier. Elle sourit et remercia sa petite sœur pour ses efforts. Celle-ci sautilla sur ses petites jambes, jusqu’à ce que…

    - Tu es peut-être un peu trop jeune pour avoir mon niveau, mais avec des efforts--

    - Eh !? C’est faux, je ne suis pas trop jeune ! J’ai sept ans, je suis une jeune femme, maintenant, Sayu-chan.

    - Shhh, pas si fort.

    Sayuri regarda autour d’elles pour s’assurer que leurs parents n’étaient pas dans les parages, puis elle soupira. Elle s'apprêtait à dire quelque chose, lorsqu’elle remarqua une tache sur le bras de sa petite sœur. Doucement, elle pris son poignet et souleva un peu sa manche pour découvrir une nouvelle ecchymose. Elle fronça les sourcils, posant son regard droit dans les yeux noirs de Kohaku, qui semblait être mal à l’aise.

    - Père a encore été méchant avec toi… ?

    Kohaku hocha lentement la tête, avant de la baisser pour fixer ses pieds. L’aînée lâcha son poignet et cacha la marque avec sa manche de façon à la couvrir complètement cette fois. La petite ne put s’empêcher de dire ce qui lui traversa l’esprit à ce moment.

    - Je le déteste.

    - Baisse le ton… assis-toi.

    Les deux sœurs prirent place au pied d’un arbre du jardin, près de la petite fontaine où nageaient paresseusement des carpes koï. L’arbre en question leur servait très souvent de point de repère où elles se retrouvaient pour se parler lorsque Sayuri avait du temps libre. Lorsqu’elles furent installées confortablement, Kohaku repris la parole, en chuchotant cette fois.

    - Je n’aime pas du tout Père. Il est méchant avec Mère et il pue et… et...

    - … Et il fait peur ?

    La petite hocha la tête alors que Sayuri la prenait dans ses bras. Après un moment passé à se calmer dans l’étreinte rassurant de son aînée, Kohaku continua :

    - Il parle sans arrêt d’honneur et de sa réputation, mais si ces choses lui donnent le droit d’être méchant, alors je ne veux jamais les avoir.

    - Je comprend. Je te promet de ne le dire à personne. Et lorsque tu as peur, viens me retrouver. Je te protégerai.

    Kohaku sourit, serrant sa sœur plus fort dans ses bras.

    - Un jour, je veux être comme toi.


    *** 1168 ***
    Douze ans
    Province d’Ōmi
    Propriété des Matsushira
    Matsushira no Jisho
    松白の地所

    Kohaku, complètement exténuée, fit tout de même l’effort de se dépêcher de traverser le petit pont pour rejoindre sa soeur au pied de l’arbre. Lorsqu’elle pris place après l’avoir saluée, elle fut surprise de constater à quel point sa grande soeur était devenue une belle jeune femme. Bientôt, elle allait se marier avec l’homme qu’elle aimait et commencer son rêve de fonder une famille…

    - Si tu continues à me fixer avec cette expression, je vais finir par fuir !

    La cadette cligna des yeux et se mit à rire, réalisant ce qu’elle faisait. Elle s’excusa rapidement et la discussion continua.

    - Et comment va ton entraînement, d’ailleurs ?

    - Difficile, mais je suis toujours aussi motivée à te surpasser.

    - Oh, vraiment ? Alors tu as beaucoup de travail devant toi…

    - Hah, tu serais surprise, chère sœur !

    - Je n’en doute pas une seconde. Tu as un don pour ça.

    - Merci. Mais je dois avouer que passer les prochaines années au service du Seigneur Saitou Ryuu n’est pas vraiment ce que je m’imaginais faire…

    - Écoute, je sais que tu aimerais partir et visiter les villes voisines, mais tu dois comprendre que Saitou-sama n’est pas une mauvaise personne. Et c’est un véritable honneur que de…

    - Je sais, je sais. Ça ne veut pas dire que l’idée m’enchante. Tu sais ce que je pense de l’honneur.

    - Oui. Mais prétends au moins que c’est important pour toi… Ça l’est pour Mère.

    - … D’accord. Je le ferai pour vous.

    Leur discussion fut interrompue par des cris provenant de l’intérieur de la maison. Les deux sœurs se regardèrent et coururent en direction de la propriété, ouvrant la porte pour découvrir Hiroki et Mai, leurs parents, en pleine dispute. Leur père, plaquant leur mère sur le sol en lui tenant les cheveux, s’époumonait en criant plus à lui-même qu’à n’importe qui d’autre qu’elle était inutile, incapable de lui donner le fils qu’il voulait tant. Mai ne répondait rien, terrorisée. Horrifiées, Sayuri et Kohaku se figèrent avant d’agir, tout en sachant que la soirée s’annonçait difficile…


    *** 1172 ***
    Seize ans
    Province d'Ōmi
    Propriété des Matsushira
    Matsushira no Jisho
    松白の地所

    Oshiro Kenta, vingt ans, fils de Oshiro Naoki, homme riche et influent, mais surtout, vieil ami de Matsushira Hiroki, n’était plus qu’un simple nom dont elle devait se rappeler. Il était maintenant son mari. Matsushira Kohaku était mariée à Oshiro Kenta. Oshiro Kenta était…

    Non, elle ne s’y faisait toujours pas, peu importe le nombre de fois qu’elle se le répétait, ou le sens dans lequel elle tournait la situation. Le mariage avait été arrangé et basé sur une alliance entre les deux familles, qui partageaient maintenant leurs parts des terres qu’ils empruntaient à Saitou-sama. Pour l’instant, Kohaku avait le droit de rester chez elle puisque Kenta devait quitter dès le lendemain pour un voyage dont elle n’avait retenu aucun détail. Pour ce soir, il allait rester pour discuter avec Hiroki et Naoki. À quel propos, ça, elle ne le savait pas et de toute façon, elle n’en avait pas le droit. Seule dans sa chambre, la jeune fille se brossait les cheveux, terminant de les coiffer. Elle sourit en se rappelant à quel point ses coiffures laissaient à désirer lorsqu’elle était plus jeune. Puis, elle entendit la porte s’ouvrir. Elle s’attendait à voir sa sœur entrer, mais la silhouette qui refermait doucement la porte était beaucoup trop masculine. Kenta s’approcha, un sourire s’étirant sur ses lèvres.

    - Pourquoi me regardes-tu toujours avec tant de haine ? Une femme devrait regarder son mari avec désir, lorsqu’elle ne regarde pas le sol.

    Kohaku ne répondit rien, soutenant son regard. Il en fit de même, perdant son sourire, avant de s'accroupir en posant ses mains sur ses épaules, la poussant à s’allonger sur le tatami. Elle sentit ses muscles se tendre et, alarmée, elle tenta de le repousser, mais il lui attrapa les poignets et comme il était en position de force, il avait l’avantage. Kenta grogna alors que ses mains commençait à se balader…

    - Ne me résiste p…

    - Ahem.

    La toute petite voix le fit s’arrêter immédiatement et il se retourna pour voir sa belle-mère, agenouillée au pas de la porte. Il y eu un moment de silence durant lequel personne ne bougea, Kenta fixant Mai avec le regard le plus noir et agressif possible. Puis, il cracha :

    - Qu’est-ce que tu veux ?

    - Pardonnez-moi de vous… interrompre… mais Oshiro-san a demandé à vous parler…

    Kenta jura entre ses dents et se redressa, s’éloignant finalement de Kohaku, qui se redressa immédiatement en essayant de replacer son kimono. Elle regarda son mari sortir de la chambre en masquant sa frustration, puis sa mère se jeta dans ses bras, tremblant comme une feuille, les larmes aux yeux, mais infiniment soulagée. Elle serra sa fille dans ses bras de toutes ses forces, utilisant le reste pour retenir ses sanglots. Elles restèrent ainsi un long moment, jusqu’à ce que Kohaku finisse par murmurer :

    - Merci…

    Sa mère se donna finalement le droit de laisser ses larmes couler, à en juger par la sensation de chaleur et d’humidité se créant sur son épaule et au creux de son cou. Elle n’arrivait pas à le dire de vive voit, mais Kohaku savait parfaitement ce que sa mère voulait dire. Elle était désolée, sincèrement désolée. Elle avait honte et elle elle avait surtout peur pour son enfant… mais ce que sa fille voyait à ce moment, n’était rien de moins que du courage. Le courage d’agir et de créer une distraction pour éviter le pire. À ce moment, parmi tous les autres sentiments qui se bousculaient en elle, le plus fort était la fierté. Sa mère avait enfin mis sa peur de côté pour venir en aide à ce qui lui était cher et pour ça, elle lui en serait éternellement reconnaissante.

    - Merci. Merci. Merci.


    ***

    Le lendemain, lorsque Kohaku se leva pour se préparer à retourner à la propriété de Saitou-sama, Kenta était déjà loin. Il n’était pas revenu, ce qui était un véritable soulagement. Hiroki, ayant quitté pour aller au bar avec Naoki n’était également pas présent, ce qui donna l’occasion au reste de la famille de se rassembler au pied de l’arbre dans le jardin. Lorsque Sayuri appris ce qu’il s’était passé, elle sembla dévastée, mais fit son possible pour ne pas craquer. Elles passèrent de longues heures à discuter, jusqu’à ce que Kohaku et Sayuri se voient obligées de quitter, leur devoir les appelant respectivement loin de leur maison. Elles se dirent au revoir et se séparèrent avec difficulté.


    *** 1172 ***
    Seize ans
    Province d’Ōmi
    Propriété de Saitou Ryuu
    Saitou no Jisho
    斎藤の地所

    Les mois passèrent, la rapprochant toujours du retour de Kenta. Plus que deux jours. Mais Kohaku s’était préparée. Elle avait un plan. Et il allait regretter de l’avoir choisie comme épouse. Au moins, dans la propriété du Seigneur qu’elle servait, elle était en sécurité et Saitou-san était exactement comme Sayuri avait expliqué. Alors qu’elle était assise près de l’homme en question, elle entendit des cris. Alarmée, Kohaku se leva et s’empressa d’aller voir ce qu’il se passait. Ce qu’elle découvrit lui glaça le sang.

    Un groupe d’hommes armés jusqu’aux dents d’armes volées à des samouraïs attaquaient la propriété. Ils étaient partout ! Elle n’eut même pas le temps de réagir, l’un d’entre eux se jeta sur elle, perdant l’équilibre et les faisant s’écraser dans une pièce voisine, déchirant la porte au passage. Les servants occupant la pièce se mirent à hurler, mais Kohaku se releva immédiatement, cherchant du regard pour une arme, mais n’en trouva pas. Très vite, le bandit fonça droit sur elle, la plaquant sur le mur, commençant un véritable duel de beaux diables. Ce regard qu’il avait… exactement comme Kenta. Elle ne le laisserait pas faire ! Dans leur lutte, son adversaire avait laissé tombé l’une de ses armes. Un kaiken ! Elle l’attrapa presque au vol, dégaina… et elle ne s’arrêta pas.

    Elle trancha, coupa, poignarda tout sur son passage. Le groupe était nombreux, bien armé, mais ils ne savaient clairement pas comment se servir de leurs outils. Kohaku tenta de rejoindre Saitou-sama, mais elle le trouva la gorge tranchée, pas très loin de l’endroit où elle l’avait laissé. Elle s’agenouilla un moment, observant le fruit de son échec. Saitou Ryuu était mort. Elle n’avait pas su le protéger. Fermant ses yeux restés ouverts après sa mort, Kohaku se jura de ne plus jamais laisser ce genre de chose arriver.

    Lorsque les bandits prirent la fuite lors de l’arrivée des samouraïs, Kohaku était déjà loin. Ses vêtements étaient devenus rouges, tachés de sang ne lui appartenant pas.

    ***

    Elle ne tarda pas à croiser le chemin de Kita Yuudai, un ronin ayant été alarmé par la couleur du kimono qu’elle portait… et son odeur. Intéressé par son histoire (et beaucoup d’autres choses), il décida de la prendre sous son aile.

    Yuudai se fichait bien de l’honneur, des règles, des autres et… franchement, de tout ce qui ne le concernait pas. Lorsqu’il ne passait pas son temps à corriger Kohaku et à lui apprendre comment se servir d’un katana, il le perdait dans les bars, en compagnie de la seule chose qu’il aimait : le saké. Toujours ivre et sévère, il avait néanmoins l’avantage d’être très utile. Il appris à Kohaku comment survivre, comment se trouver de l’argent facilement (ou de la nourriture, du transport, de l’information, ou des femmes) et par-dessus tout, il lui enseigna le maniement du katana, ainsi que quelques arts martiaux différents, question de savoir prendre les gens par surprise, ou s’adapter à leurs mouvements.


    *** 1176 ***
    Vingt ans
    Province d’Ōmi
    Kyoto
    京都市

    Après quatre ans d’entraînement, Kohaku était devenue une très bonne combattante. Avec l’entraînement qu’elle possédait déjà et celui de Yuudai, avec un peu de talent et beaucoup, beaucoup d’efforts, combiné avec énormément de persévérance, elle pouvait rivaliser avec son mentor. Celui-ci commençait déjà à être à court de choses à critiquer. Comme d’habitude, il se noyait dans l’alcool. Au bord du feu, il déblatérait toutes sortes d’opinions dont la jeune femme se fichait complètement. Elle l’écoutait d’une oreille en observant le ciel étoilé, pensant à sa famille comme à tous les jours. Elle se fit interrompre dans ses propres pensées lorsque le sujet de conversation prit une tournure qu’elle n’appréciait pas.

    - Tu sais, petite… Ye… Je t-trouve que… de plus en plus mignonne…

    Et il changea de sujet immédiatement, la laissant avec cette phrase à moitié prononcée. Le lendemain, lorsqu’il la traîna dans une ruelle, elle ne lui laissa même pas le temps de commencer à essayer de retirer son kimono : elle dégaina le katana de son mentor, le poussa hors de la ruelle d’un bon coup de pied au ventre et elle n’hésita pas une seule seconde à salir la lame de son arme.

    Le tout sous les yeux d’une jeune femme très spéciale…

    ***

    Gozen Tomoe. Servant le grand Minamoto no Yoshinaka. Ayant été intéressée par son combat contre Yuudai (rapide, mais impressionnant), elle avait décidé de demander à Kohaku de la suivre pour rejoindre ses forces. La capitaine, charismatique, réussit à convaincre son maître d’accepter une autre femme dans leurs rang, laissant l’occasion à Kohaku de prouver sa valeur dans son entraînement pour devenir une Onna Bugeisha, exactement comme Tomoe. C’est exactement ce qu’elle fit.


    *** 1180 ***
    Vingt-quatre ans

    Kohaku alla rejoindre Tomoe au bord de la rivière. En quatre ans, elle avait fait plus que prouver sa valeur : elle avait montré à tous ce dont une femme était capable. Ses points communs l’ayant rapprochée de Tomoe, elle avait également pu voir quel genre de femme celle-ci était et elle compris rapidement pourquoi elle avait obtenu une position aussi élevée dans l’armée de Minamoto no Yoshinaka. Tomoe était magnifique, mais elle était surtout dotée d’un talent inouï pour le combat, assez pour faire pâlir les plus grands samouraïs. Mais le plus important était son charisme et sa capacité à diriger les autres avec une main de fer, tout en agissant avec intelligence et ruse. Et elle entraînait personnellement une jeune femme qu’elle avait trouvé dans les rues de Kyoto… Lorsque Kohaku prit place à ses côtés pour tremper à son tour ses pieds dans l’eau fraîche, la capitaine ne tarda pas à prendre la parole.

    - Tu as fais d’énormes progrès depuis ton arrivée. Je voulais que tu le saches.

    - Merci beaucoup, Gozen-dono.

    - Je t’en prie. Tu peux m’appeler Tomoe.

    Elle lui sourit, alors que les yeux de Kohaku s'agrandissaient. Puis, elle lui sourit en retour, avant de simplement hocher la tête. Les deux amies regardèrent l’eau de la rivière couler, la laissant les rafraîchir après une dure journée d’entraînement. Bientôt, Kohaku deviendrait officiellement une Onna Bugeisha. Avec tous les efforts qu’elle mettait, elle avait accomplis ses épreuves en un temps record, apportant des résultats dépassant les espérances de tous. La barre avait été placée très haute, et elle avait su la surpasser avec brio. Tomoe semblait très fière. Depuis le temps, elles s’étaient rapprochées jusqu’à devenir d’excellentes amies. Mais pour Kohaku, Tomoe était un véritable modèle.

    - Te rappelles-tu le jour où tu m’as avoué vouloir me ressembler ?

    - Bien sûr.

    - Je crois que ça a déjà toujours été le cas.

    - Quoi ? Mais non… tu es reconnue pour tes prouesses martiales, tu as du charisme, tu es imbattable, tu n’abandonnes jamais… tu es pratiquement une légende vivante !

    - Allons, tu exagères. Il est vrai que je suis expérimentée, mais je ne possède aucune qualité que tu ne possèdes pas déjà. Les autres murmurent entre eux lorsqu’ils croient que je ne les entend pas. Ils disent que tu as du potentiel et que tu es inarrêtable… c’est leur façon de se dire qu’ils sont intimidés.

    Kohaku ne répondit pas, sincèrement surprise. Que des hommes admettent se sentir intimidés par une femme... Quelque chose commença à apparaître en elle. Un sentiment qui grandissait doucement. La fierté en ses accomplissements.

    ***

    À peine quelques semaines plus tard, la guerre de Genpei éclata. Il y eut plusieurs batailles. Des défaites. Puis, la famine. La guerre cessa pendant environ deux ans, jusqu’à ce que les choses changent en 1183. Éventuellement, après quelques victoires, le moral commença finalement à augmenter, tout particulièrement lorsque que les forces du clan Minamoto réussirent à faire fuir l’ennemi de Kyoto. Malheureusement, leur leader, Minamoto no Yoshinaka, décida de se retourner contre son clan dans le but d’en prendre le contrôle. Kohaku voulu déserter lorsqu’elle appris la nouvelle de cet acte de trahison, mais elle décida de rester pour Tomoe, qui restait loyale à son maître.

    Les plans de Yoshinaka se retournèrent contre lui lorsque son soi-disant partenaire, Minamoto no Yukiie, le trahit à son tour, révélant ses plans à l'empereur, qui les communiqua ensuite à sa cible, Minamoto no Yoritomo.

    Yoshinaka pris d’autres mauvaises décisions et Kohaku n’aimait pas du tout y participer, mais elle se devait de prétendre. Seule Tomoe était au courant, étant sa seule source de réconfort.

    Éventuellement, ils durent fuir Kyoto et durent se battre sur le pont passant par-dessus la rivière Uji, tout juste à la sortie de la ville. Dans le feu de l’action, Kohaku passa plusieurs fois très près de tomber tout en bas de ce pont, directement dans la rivière. Finalement, ils perdirent à nouveau.


    *** 1184 ***
    Vingt-huit ans
    Province d’Ōmi
    Propriété des Matsushira
    Matsushira no Jisho
    松白の地所

    Kohaku était maintenant connue à travers les troupes sous le nom de Akayasha : la démone rouge, en raison de la couleur de son kimono et de sa façon de combattre : ne jamais s’arrêter, ne jamais abandonner, causant ainsi des combats pour le moins impressionnants, des piles de cadavres et un certain avantage pour l’armée de Yoshinaka.

    Malheureusement, ce n’était pas suffisant pour changer le courant d’une guerre entière.

    Leurs troupes se rendirent finalement à sa province natale, se mobilisant et profitant d’un moment de répit pour augmenter la morale des guerriers. Dès qu’elle avait mis les pieds dans sa ville natale, Kohaku avait résisté à l’envie de courir en direction de sa maison d’enfance. Elle ne pensait qu’à ça. Et si sa famille y était encore ? Elle se devait d’aller voir. C’était maintenant ou jamais. Ils s’installèrent assez près… donc la jeune femme ne tarda pas à monter son cheval pour galoper jusqu’à chez elle. Tomoe avait insisté pour l’accompagner, sachant que ce moment était très important pour elle, et ne voulant pas que cette escapade crée des ennuis à son amie.

    Elles s’arrêtèrent juste en face de la propriété, descendant de cheval pour y pénétrer. Le soleil était en train de se coucher. Kohaku entendit des rires d’enfants. Elle accéléra le pas et se rendit jusqu’au pont, où elle vit de l’autre côté du ruisseau au pied de l’arbre…

    - Sayu-chan… ?

    Lui tournant le dos, sa grande sœur se tourna immédiatement vers elle, tenant un enfant dans ses bras. Les deux femmes se fixèrent sans bouger, toutes deux ahuries… jusqu’à ce que Sayuri se mette à marcher lentement en direction de l’arbre, s’appuyant dessus. Était-elle sur le point de s’évanouir ?! Kohaku traversa le petit pont comme une flèche et rejoignit sa sœur. L’enfant, qu’elle avait déposé par terre, semblait inquiet et très confus. Sayuri prit sa sœur par les épaules, avant de s’appuyer littéralement sur elle, toujours incapable de dire quoi que ce soit. Elle pris le visage de sa petite sœur entre ses mains tremblantes, secouant légèrement la tête alors que les larmes commençaient à couler sur ses joues. Kohaku parla d’un ton si bas qu’elle-même eut du mal à s’entendre.

    - Sayuri, je…

    - C’est vraiment toi… Je croyais que… que tu étais…

    Morte. Bien sûr, sa famille avait dû assumer qu’elle avait été kidnappée et tuée par les bandits… Kohaku voulu dire quelque chose, mais Sayuri éclata en sanglots en la serrant dans ses bras du mieux qu’elle le pouvait, encombrée par les armes de sa sœur. Le petit enfant, qui était parti en direction de la maison, était maintenant de retour, accompagné cette fois d’une dame que Kohaku reconnu immédiatement.

    - Kohaku-chan !!

    Sa mère se jeta dans ses bras et manqua de la faire tomber. Tomoe retrouva son amie avec trois personnes de taille différente en train de lui faire un énorme câlin qui ne se termina pas avant très longtemps.

    Quelques heures plus tard, alors que la lune commençait à se lever et que armes et armures avaient été retirées, le petit groupe se retrouva autour de la petite table de la salle de thé donnant sur un autre côté du jardin, près de la marre. Kohaku termina de raconter son histoire et de répondre aux nombreuses questions de sa mère, de sa sœur, mais aussi de son neveu et parfois de Tomoe également. À la fin du récit, ce fut Mai qui repris la parole la première.

    - Nous avions passé toutes ces années à faire notre deuil… Oh, ma chérie, je ne trouve pas les mots pour t’exprimer ma joie…

    À nouveau, les larmes se mirent à monter dans ses yeux comme à toutes les fois où sa fille racontait ses mauvaises passes. Tomoe s’était permis de corriger certaines phrases de son amie, rajoutant une couche de respect, voire même d'héroïsme à ses histoires, surtout sur ses prouesses de guerre. Le nom Akayasha revint quelques fois et Kohaku vit sa famille la fixer avec une notion de respect, mais aussi de fierté. Néanmoins, ce qui la marqua le plus dans leur regard fut tout l’amour, la joie et le soulagement que sa famille ressentait à ce moment. Puis, Haruki, son neveux, décida que c’était son tour de parler.

    - Eh bah moi, je veux devenir comme toi !

    Tout le monde se mit à rire, comme le font les adultes lorsqu’un enfant dit quelque chose de mignon. Bien sûr, le petit Haruki ne comprenait pas pourquoi sa phrase avait provoqué ce genre de réaction, donc il réagit en faisant la moue et Sayuri le rassura que personne ne se moquait de lui, au contraire…

    Soudain, Kohaku et Tomoe se figèrent et tendirent l’oreille, causant un peu de confusion sur les trois autres, jusqu’à ce que l’ambiance ne devienne glaciale à mesure que les bruits de pas et les jurons se rapprochaient. Kohaku croisa le regard de Tomoe et lui fit signe de rester assise. La porte s’ouvrit sur Hiroki, une bouteille de saké à la main.

    - C’est quoi ces rires ?

    Il s’arrêta lorsqu’il vit les deux inconnues assises chez lui. Puis, il remarqua les armes et les armures posées un peu plus loin au fond de la pièce et il sembla se mettre légèrement plus en colère. Il s’approcha et s’arrêta encore, alors que Sayuri faisait le bouclier entre lui et son fils, pendant que Mai ne quittait pas Kohaku des yeux. Hiroki resta silencieux, observant Kohaku se lever pour lui faire face.

    Elle faisait maintenant la même taille que lui. Il sembla enfin la reconnaître.

    - Ko… Koha… Kohaku ?

    - Père.

    Il sembla pris au dépourvu par la froideur avec laquelle elle lui avait répondu, mais il ne tarda pas à se reprendre et à contre-attaquer en explosant immédiatement. Il se mit à crier.

    - Kuso ! T’étais où tout ce temps ?! À cause de toi, mon alliance avec les Oshiro est complètement tombée à l’eau ! Tu te rends compte de tout l’argent que j’ai perdu ? Je savais que tu étais en vie ! Tu as fuis ! T’as fuis avec ces bandits ! C’est ça, tu préférais détruire mes relations plutôt que d’aider cette famille à avancer ! Qu’est-ce qu’ils avaient de plus, ces chiens ? Hein ?! De l’argent ? Du pouvoir ? Non, non… Du SEXE ?!

    Il projeta sa bouteille de saké à l’autre bout de la pièce, la faisant éclater et ce fut le signal que Kohaku attendait. Toute sa rage, sa colère et sa peine, elle la déversa entièrement sur lui ; et elle le fit avec un magnifique crochet du droit. Elle ne lui laissa même pas l’occasion de tituber sous le choc, l’attrapant par le collet, le tirant au bord de la terrasse en prenant un bon élan et y donna du muscle pour le projeter directement dans la marre avec un cri de guerre à en faire frissonner n’importe quel vétéran ! Haruki se mit à encourager sa tante, alors que Sayuri et Mai assistaient à la scène avec un air complètement ahuri. Elles passaient des histoires aux preuves !

    Hiroki revint au bord de la marre alors que Kohaku le rejoignait. Les autres s’approchèrent. Il tenta de se relever, retomba, puis se redressa et cette fois, il fut accueilli par un solide coup de genoux au ventre, assez fort pour le faire s’écrouler un peu plus loin et régurgiter toute la boisson qu’il avait pris, probablement aussi son repas et celui d’avant.

    - Tu me fais presque pitié.

    Elle le fit trébucher et plaça son pied sur son torse pour l’empêcher de se relever. À ce point, elle pouvait voir la peur dans ses yeux, surtout lorsque la lame de son kaiken frôla sa gorge.

    - Presque.

    - Je t’en supplie… ne me tue pas ! Je ferai tout ce que tu veux !

    Kohaku avait envie de retirer ce qu’elle venait tout juste de dire. Il était exécrable et pathétique, un excrément inutile qui ne méritait pas de vivre… le tuer serait facile. Mais les conséquences seraient désastreuses pour sa famille. Alors Kohaku décida de jouer la carte de l’intimidation.

    - Reste loin de cette famille. Ne t’avises plus jamais de leur faire quoi que ce soit, ne regarde même pas dans leur direction. Laisse.Les. Tranquilles.

    - Oui !! P-promis ! Tout ce que tu veux, mais ne me tue pas !

    Kohaku fronça les sourcils et appuya sur la lame juste assez pour que quelques gouttes de sang commencent à perler sur sa gorge et qu’il couine, apeuré. Satisfaite, elle lui donna un dernier coup de pied et le laissa pleurer dans sa propre bile, rejoignant sa famille et son amie chez elle.

    Tomoe quitta quelques heures plus tard, après s’être assurée que Hiroki avait bien compris qu’elle ne le laisserait pas causer plus de tort à la population qu’elle protégeait. Comme elle devait rester près de son maître, elle préféra ne pas trop tarder, surtout en temps de guerre et elle voulait également laisser Kohaku profiter de ses retrouvailles en famille.

    De plus, elle avait un neveu à apprendre à connaître.

    Malheureusement, Kohaku ne pouvait pas rester trop longtemps non plus. Elle dû quitter le lendemain pour rejoindre son armée. Ce fut un moment déchirant et l’idée de rester et de déserter lui passa plus qu’une fois par la tête, mais non. Elle n’avait pas le choix. Après s’être assurée que Hiroki faisait exactement comme “demandé”, Kohaku enfila son armure et repris ses armes. Sa famille la raccompagna jusqu’à son cheval, que Tomoe avait nourri et préparé avant son départ. Sayuri fut la première à venir dire au revoir. Elle la serra très fort dans ses bras.

    - Reviens-nous vite. Je ne supporterais pas de perdre ma petite sœur à nouveau…

    - Allons, ne dis pas ça. J’ai l’intention de revenir après la guerre et de passer le reste de mes jours avec vous.

    Sayuri hocha doucement la tête en souriant, le croyant sur parole. Mai, sa mère, s’approcha ensuite et la serra dans ses bras également, retenant ses larmes.

    - Ma chérie, je veux que tu saches que… je suis si fière de toi…

    Sa voix avait un léger trémolo, mais elle semblait capable de se retenir de ne pas éclater en sanglots.

    - Tu as tellement grandis… Tu es…

    - Grande ?

    - Magnifique.

    Elle posa son regard sur Sayuri, avec la même fierté, puis Haruki s’approcha et lui donna une fleur qu’il avait cueilli dans le jardin. Kohaku le remercia et le pris dans ses bras en le soulevant, ce qui le fit rigoler, ajoutant un peu de joie à travers la tristesse et les inquiétudes.

    Finalement, la jeune femme grimpa sur son cheval et s’éloigna de sa maison d’enfance le cœur gros, mais l’esprit en paix.

    *** 1184 ***
    Vingt-huit ans
    Province d’Ōmi
    Awazu
    Bataille d’Awazu
    粟津の戦い

    Deux semaines plus tard, alors que les troupes venaient d’arriver à Awazu, les hostilités reprirent. Très vite, Kohaku et Tomoe furent séparées dans le feu de l’action. Le décor changeait alors qu’elle se déplaçait, utilisant sa naginata pour désarçonner ses adversaires et les vaincre rapidement avec l’effet de surprise. Elle finit par perdre le compte. Perdre le sens du temps. Tout ce qu’il lui restait, c’était l’ouïe, la vue et l’odorat. Elle entendait des cris tout autour d’elle, des cris d’hommes de battant avec courage. Les loyalistes contre les rebelles. Minamoto no Yoshitune et Minamoto no Noriyori contre Minamoto no Yoshinaka. Elle voyait des hommes la regarder avec frayeur, sachant très bien qui elle était. Et l’odeur…

    Le sang, la sueur, les excréments versés par les cadavres… l’odeur était celle d’un champs de bataille. L’odeur était écœurante.

    Par chance, Kohaku n’était pas en position de se concentrer sur ce détail. Elle parait, contre-attaquait, frappait, feintait, repoussait, brisait, déstabilisait, esquivait, attaquait et jamais elle n’arrêtait. Elle était une véritable tempête dotée d’une endurance dépassant l’entendement. Après une éternité, le bruit s’atténua, jusqu’à ce qu’il lui semble distant… puis elle entendit Tomoe crier son nom. Kohaku se retourna. Oh. Elle était juste là. Elle ne compris pas immédiatement ce qu’elle lui disait, alors elle parla un peu plus doucement que ce qu’elle imaginait. Soudainement, elle se sentait engourdie.

    - Qu’est-ce que tu fais ici ?

    - Kohaku, écoute-moi bien… Minamoto no Yoshinaka est mort. Il m’a demandé de fuir, car il serait déshonoré de mourir en se battant aux côtés d’une femme. Viens avec moi ! Nous avons perdu, il faut partir… Kohaku ?

    - Qu’est-ce que tu… tu… fais...

    Le reste de sa phrase resta coincé dans sa gorge, alors que son système nerveux se faisait assaillir par la douleur. Elle ne comprenait pas. La douleur ne cessait de s’intensifier alors que la jeune femme prenait conscience des blessures qu’elle avait. De tout le sang qu’elle perdait. Elle sentit Tomoe la rattraper lorsqu’elle s’écroula. Elle criait son nom. Elle… pleurait ? Kohaku compris ce qu’il lui arrivait. Elle frissonna, mais elle savait que ce n’était pas le vent de février qui en était la cause.

    - Tomoe-chan… Ma… ma famille… Je leur ai dis…

    - Shhh. Ne parle pas, garde tes forces et  garde les yeux ouverts…

    Elle sentit ses yeux brûler et sa vision devint floue. La douleur physique n’était rien comparée à la douleur qu’elle ressentait émotionnellement. Tomoe porta sa main à son visage alors que Kohaku la fixa droit dans les yeux.

    - Mère… Sayu… Sayuri… Haruki...

    Elle posa sa main sur celle de son amie, la couvrant de son sang.

    - Tomoe… je voudrais…

    Elle pouvait sentir son sang couler sur ses joues et par son nez, sa respiration devenue impossible. Puis elle sentit les larmes de son amie s’y mêler. Tomoe avait visiblement compris ce qu'elle voulait dire.

    - Non, Kohaku… Je… Nous voulons te ressembler ! S’il te plaît… reste…

    La douleur s’estompa. Elle ne ferma pas les yeux, mais sa vision devint graduellement noire, alors que les sons et l’odeur se transformaient en souvenir…

    La dernière chose qu’elle ressentit fut Tomoe qui la serra dans ses bras plus fort que jamais. Ses dernières pensées allèrent strictement, entièrement, à sa famille et à sa meilleure amie.

    Kohaku perdit la vie au pied d’un arbre, près d’une rivière, dans les bras de son amie Tomoe Gozen, armes en main, sur le champs de bataille d’Awazu. Tomoe survécu, s’assurant de rapatrier le corps personnellement. La guerre se termina un an  plus tard, menant à d’importants changements dans l’histoire du Japon.

    ***

    Kohaku mit deux ans à accepter sa mort. Elle voyagea et fit tout ce qu’elle avait regretté ne jamais avoir fait au cours de sa vie. Elle découvrit des paysages magnifiques, qu’elle immortalisa sur des peintures. Elle apprit des tonnes de langues, elle eut même le temps d’en oublier. Les années passèrent et éventuellement, elle retourna s’installer à Tokyo.

    Par hasard, dans un bar, elle retrouva Kenta, qui venait de mourir d’une maladie… ou d’un empoisonnement. Il buvait et s’amusait comme un fou et il eut du mal à reconnaître Kohaku, mais lorsqu’il réussit, il alla la voir, commentant son physique, ses formes, sa taille… exprimant son désir de continuer là où il l’avait laissée. Il se prit le même traitement que Hiroki, mais cette fois, en plein milieu du bar, sous les yeux de tous. Complètement humilié de s’être fait malmener ainsi par une femme, il prit la poudre d’escampette en jurant de ne plus jamais s’approcher de cette folle furieuse. Toute cette action attira l’attention d’une Chimère, qui aborda rapidement Kohaku. Intéressée, elle l’écouta… Puis elle laissa la Chimère l’éduquer sur les Red Widow, leurs occupations, leur but. Elle fut très facile à convaincre.

    L’injection la modifia plus que ce qu’elle s’imaginait. La transformation était moins douloureuse que ce à quoi elle s’était préparée… et le groupe était beaucoup plus attachant que ce à quoi elle s’attendait. Kohaku rejoint leurs rangs en tant que chasseuse.

    Lorsque les tensions se mirent à monter, elle resta entièrement neutre et lorsque le groupe se sépara définitivement, elle préféra quitter littéralement plutôt que d’avoir à choisir un camp. Elle restait amicale envers les loyalistes… et les rebelles.

    Au fil du temps, sa haine pour les hommes commença à s’effriter et elle commença à réaliser qu’ils n’étaient pas tous pareils, que son époque n’avait pas aidé, que les choses pouvaient changer… éventuellement, elle eut quelques relations avec quelques hommes, mais jamais quoi que ce soit de trop long ou trop sérieux.

    Malgré toutes ces années, Kohaku continuait de s’entraîner et ne perdit pas sa motivation et ses réflexe d’Onna Bugeisha. Au contraire, elle se mit à s’instruire le plus possible sur les différents styles de combats et arts martiaux existant.

    Elle regarda le monde changer en même temps.

    Elle passa par toutes sortes d’émotions.

    Mais au final, elle ne souhaitait vraiment qu’une chose : voir les Red Widow se réconcilier.


    derrière l'écran
    PRÉNOM : Starfish
    AGE : 19 ans hehehe
    COMMENT T'AS TROUVE LE FORUM ? Dans les partenariats ~
    Le smiley que tu préfères ici ?    ^^ (impossible de choisir)
    Tes mangas préférés ? Hum… C’est une excellente question. La suite après la pause !


    ©️️joshua rokuro pour peek a boo!
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 27 Féminin
    × Age post-mortem : 861
    × Avatar : Matsushira Kohaku - Starfish
    × Croisée avec : Serpent Indigo
    × Logement : Maison
    × Métier : Vend parfois des peintures.
    × Péripéties vécues : 1513
    × Øssements704
    × Age IRL : 20 Féminin
    × Inscription : 06/01/2018
    × Présence : complète
    × Surnom : le tegu

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    54/100  (54/100)
    27Féminin861Matsushira Kohaku - StarfishSerpent IndigoMaisonVend parfois des peintures.151370420Féminin06/01/2018complètele tegu
    avatar
    赤夜叉 ❀ Akayasha
    http://www.peekaboo-rpg.com/t2742-kohaku-matsushirahttp://www.peekaboo-rpg.com/t2754-the-amber-and-the-white-pine
    27Féminin861Matsushira Kohaku - StarfishSerpent IndigoMaisonVend parfois des peintures.151370420Féminin06/01/2018complètele tegu
    赤夜叉 ❀ Akayasha
    Terminé
    #2 le 07.01.18 0:15
    C'est fini, eh oui o/
    Afficher toute la signature


    Can totally scream in crimson

    Kohaku's Theme
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 18 Masculin
    × Age post-mortem : 193
    × Avatar : Greed/Lin Yao - FMA
    × Pouvoir : absolu /PAN/
    × Logement : (à venir, je suis sdf présentement)
    × Métier : Roi ♛
    × Péripéties vécues : 4355
    × Øssements2184
    × Age IRL : 21 Féminin
    × Inscription : 08/02/2014
    × Présence : complète
    × Surnom : le koala
    × DCs : Luap Jones

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    43/15  (43/15)
    18Masculin193Greed/Lin Yao - FMAabsolu /PAN/(à venir, je suis sdf présentement)Roi ♛4355218421Féminin08/02/2014complètele koalaLuap Jones
    avatar
    Monseigneur Jojo roi des lémures et dragon des archives
    http://peekaboo.web-rpg.com/t9-joshua-o-je-m-aime-quel-talenthttp://www.peekaboo-rpg.com/t68-j-suis-grave-open-liens-rps-de-joshua
    18Masculin193Greed/Lin Yao - FMAabsolu /PAN/(à venir, je suis sdf présentement)Roi ♛4355218421Féminin08/02/2014complètele koalaLuap Jones
    Monseigneur Jojo ♛ roi des lémures et dragon des archives
    Terminé
    #3 le 07.01.18 13:16
    Je viens lire ! Wsh ça poste sa fiche finie au milieu de la nuit, après les gens vont dire que je suis lent à valider /paf
    Bienvenue officiellement, j'attaque ça tout de suite

    Identité Elle est extra-vieille omg Pour l'âge post-mortem ça lui fait donc 861 ans et l'âge de la mort 27 ~ Tu penseras à le rajouter dans ton profil
    Vu son âge les langues sont grave plausibles, c'niquel. Tu viens remplir les rangs des Chimères, c'qui est trop bieeeeen Et OMG TU DESSINES TON VAVA TOI-MÊME demon
    Physique C'est tout bon par ici, les couleurs zarbs sont justifiées et associée à sa condition de Chimère, que demande le peuple Je vais juste checker avec Etsu si tu as vu avec elle pour que Koko sois une ancienne Widow → apparemment non, du coup j'attendrais son aval en tous les cas avant de te valider vu que c'est l'organisation qu'elle a créée et que j'aime pas imposer des gens à d'autres gens sans qu'ils soient au courant tmtc
    L'annexe sur les métiers et les organisations a écrit:Il est possible que ton perso soit une ancienne Red Widow, mais pour cela il faut impérativement envoyer un mp à @Etsu Morugawa au préalable.
    précisions Une guerrière badass, mais quand même elle a une p'tite fleur sur elle bicoz elle est cute en vrai je suis sûre
    caractère AH-AH. Mère poule, je le savais
    Bon le cara' est très bien, cohérent et agréable à lire, c'est chouette, par contre il n'y a rien sur sa haine des hommes et ses réactions en présence du sexe opposé, et pour une Chimère ça m'paraît étrange, surtout si elle a fait partie des Red qui sont quand même extrémistes Y'a quelques infos à la fin de l'histoire mais c'pas très clair Elle est peut-être aussi un peu "sans défauts", hormis ses peurs il n'y a que des choses mélioratives à son sujet, et vu qu'elle est déjà grave douée au combat et qu'elle se balade armée, il lui faut peut-être un peu de faiblesses aussi
    histoire "Une femme devrait regarder son mari avec désir, lorsqu’elle ne regarde pas le sol" MARAVE LUI LA GUEUUUUUUULE
    Bon, avec tout ce qui lui arrive, tu m'étonnes qu'elle soit devenue Chimère par la suite Je trouve son entraînement assez rapide, surtout pour devenir une femme samourai, mais c'est plutôt bien mené donc soit J'ai bien fait attention aux dates du coup, et j'ai pas trouvé d'incohérences historiques, hormis le fait que du coup son amitié avec Gozen éclipse grave l'amour de celle-ci pour Yoshinaka, mais c'pas vraiment une incohérence
    Du coup il y a bien la mort et la transformation en Chimère, + des infos sur ce qu'elle a foutu après la mort. Mais again comme t'as pas vu avec Etsu pour qu'elle rejoigne les Widows ce serait bien que vous voyiez ça ensemble d'abord, surtout si elle veut que le groupe se reforme un jour


    un peu d'ajout
    C'est surtout dans le caractère du coup, je veux bien en savoir plus sur le regard qu'elle pose sur les hommes, est-ce qu'elle a vraiment été extrémiste et comment elle les perçoit aujourd'hui, comme tu l'as ébauché à la fin de l'histoire Et puis si tu peux lui rajouter un peu de faiblesses pour qu'elle soit pas trop parfaite non plus, ce serait top ~

    Pour l'histoire je ne pourrais pas valider si tu n'as pas vu cette histoire de Red Widows avec Etsu, donc envoie-lui un petit mp et voit avec elle si elle est ok avec la façon dont t'as goupillé tout ça, et puis vous me direz quand je peux revenir valider
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 27 Féminin
    × Age post-mortem : 861
    × Avatar : Matsushira Kohaku - Starfish
    × Croisée avec : Serpent Indigo
    × Logement : Maison
    × Métier : Vend parfois des peintures.
    × Péripéties vécues : 1513
    × Øssements704
    × Age IRL : 20 Féminin
    × Inscription : 06/01/2018
    × Présence : complète
    × Surnom : le tegu

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    54/100  (54/100)
    27Féminin861Matsushira Kohaku - StarfishSerpent IndigoMaisonVend parfois des peintures.151370420Féminin06/01/2018complètele tegu
    avatar
    赤夜叉 ❀ Akayasha
    http://www.peekaboo-rpg.com/t2742-kohaku-matsushirahttp://www.peekaboo-rpg.com/t2754-the-amber-and-the-white-pine
    27Féminin861Matsushira Kohaku - StarfishSerpent IndigoMaisonVend parfois des peintures.151370420Féminin06/01/2018complètele tegu
    赤夜叉 ❀ Akayasha
    Terminé
    #4 le 07.01.18 16:22
    Coucou ! Alors j'ai vu avec Etsu et c'est accepté <3

    Je me sens mal d'avoir oublié ces détails, c'est embarrassant hahaha %D

    Mais voilà, j'ai ajouté tout ça dans le caractère ! Et si je dois en rajouter encore une couche, demandez et vous recevrez, grand roi Josh
    Afficher toute la signature


    Can totally scream in crimson

    Kohaku's Theme
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 21 Féminin
    × Age post-mortem : 22
    × Avatar : Alex Benedetto - Gangsta
    × Pouvoir : Dealeuse d'émotions
    × Logement : Duplex
    × Métier : Bah dealeuse du coup :x
    × Péripéties vécues : 1494
    × Øssements1439
    × Age IRL : 26 Féminin
    × Inscription : 17/01/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : le panda
    × DCs : Andrea E. Darlington

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    68/100  (68/100)
    21Féminin22Alex Benedetto - GangstaDealeuse d'émotionsDuplexBah dealeuse du coup :x1494143926Féminin17/01/2017complètele pandaAndrea E. Darlington
    avatar
    Troubles in Paradise
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1306-teodora-war-to-the-east-pain-to-the-westhttp://www.peekaboo-rpg.com/t1314-teo-agnus-dei
    21Féminin22Alex Benedetto - GangstaDealeuse d'émotionsDuplexBah dealeuse du coup :x1494143926Féminin17/01/2017complètele pandaAndrea E. Darlington
    Troubles in Paradise
    Terminé
    #5 le 07.01.18 17:41
    Bon du coup les modifications sont apportées, tu as tout vu avec Etsu donc c'est bon de ce côté, tu lui as ajouté quelques peurs, c'est un peu léger comme points faibles mais ça passe franchement donc !



    Félicitations, tu peux désormais aller rp !
    A son arrivée dans l'au-delà, ton personnage aura également été placé pendant une semaine dans un des appartements de l'agence Azazel :

    L'appartement Gagarine
    En te rendant dans le sous-forum qui y correspond, tu trouveras un sujet de "flood privé" réservé pour la discussion avec tes colocataires, n'hésite pas à t'y présenter pour nouer de premiers liens sur le forum o/

    En parallèle, pense à aller recenser ton avatar dans le bottin pour ne pas qu'un futur nouveau te le pique, et à remplir les différents champs de ton profil ♥️.

    Tu pourras éventuellement aussi te créer un carnet spectral pour qu'on vienne te demander des liens et des rps, et surtout qu'on sache où tu en es dans ta vie sur le forum !

    Puisque ton personnage a déjà vécu plus de 800 ans dans l'au-delà, il a vraisemblablement déjà gagné quelques points d'amusement d'avance ! Je t'en donne 30 pour rester réalistes tout en te permettant de profiter du système de points. Si tu ne sais pas du tout de quoi je suis en train de parler, je t'invite à lire le sujet linké, les PA te seront probablement utiles dans le futur si tu souhaites faire évoluer ton perso !

    Enfin, même si on n'a pas envie d'y penser à peine validé, tu peux aussi passer faire un tour dans ce sujet afin de prévoir une éventuelle disparition de personnage en cas de reboot, de départ ou d'inactivité future

    Je pense que tu es assez submergé(e) de liens pour le moment, je te laisse profiter du forum, étant donné que tu es officiellement une Chimère !
    Afficher toute la signature


    Teodora parle en #DB7093 pour le suédois, en #7B68EE pour l'anglais et en #32CD32 pour le japonais.
    (Bon en vrai elle parle tout le temps suédois et s'en fout si vous la comprenez ou pas).
    NB : Elle est bilingue suédois-japonais, elle a un très fort accent suédois quand elle parle anglais.
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    forums partenaires