avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnK
× Pouvoir : Jurer comme un charretier
× Croisée avec : Ta mère
× Logement : Appartement au centre-ville avec Eden
× Métier : Second du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti
× Péripéties vécues : 1632
× Øssements6428
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le scolopendre
× DCs : Alexiel Etsuko

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
20Masculin20Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnKJurer comme un charretierTa mèreAppartement au centre-ville avec EdenSecond du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti1632642825Féminin30/04/2017complètele scolopendreAlexiel Etsuko
✘【 Prince of Vampires 】✘
Clopeur nocturne, Alpha

✘【 Prince of Vampires 】✘Clopeur nocturne, Alpha
20Masculin20Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnKJurer comme un charretierTa mèreAppartement au centre-ville avec EdenSecond du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti1632642825Féminin30/04/2017complètele scolopendreAlexiel Etsuko
http://www.peekaboo-rpg.com/t1802-urie-kanekihttp://www.peekaboo-rpg.com/t2716-urie-kaneki-a-la-lumiere-de-nos-amours-113eme-cigarette-sans-dormirhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2039-urie-kaneki-portable
#1 le 08.12.17 14:33

- Feel Good Inc. -


Voilà bien des mois déjà que je suis dans ce monde. Depuis mes premiers pas balbutiants à aujourd’hui il est plus qu’évident que de l’eau a coulé sous les ponts.

Je m’appelle Urie Kaneki, 20 ans, vampire malgré moi, second du roi de ces derniers et moitié d’@Eden Indentshi, Alpha et gérant du Bchobiti, vampire de 969ans avec qui je vis désormais dans un appartement au 28ème étage.

Hé bah putain.

Même moi j’ai l’impression que c’est une blague lorsque je l’énonce ainsi. Mais ça n’en est pas une du tout, loin de là.

Comment je peux certifier que ça n’en est pas une? A ce souffle chaud contre ma nuque, ses bras m’entourant comme si je pouvais m’enfuir à tout instant sans jamais me retourner. Endormi, son visage n’est pas sévère… C’est plutôt l’inverse. Ses traits sont détendus, sereins. Parfois son souffle profond se rapproche sensiblement d’un léger ronflement.

Si tu es l’alpha pour certains, un tyran pour d’autres, un refuge ou je ne sais quoi encore, pour moi tu es mon tout. Mes doigts longent l’ossature de ta mâchoire puis se perdent dans tes cheveux en bataille. Ils ont poussé depuis notre première rencontre.

Je capture tes lèvres un bref instant à peine, un effleurement tout au plus qui te fait malgré tout grogner. Puis je m’éloigne lentement, me défais de ta prise sans mouvement brusque et quitte la chaleur de tes bras à contrecoeur pour aller me préparer dans la salle de bain.

Malheureusement pour moi et mon manque de vivacité matinale, je me paie le coin de la commode dans le pied ainsi que la hanche. Ce combo foutrement douloureux a tôt fait d’éveiller salement mes sens. Ma main plaquée sur ma bouche, ça n’est qu’une fois enfermé dans la salle de bain que je pousse un chapelet de jurons les uns tout aussi fleuris que les autres. Rien de mieux que la vie de couple pour apprendre la gestion de soi.

Une fois la douleur passée, ma douche prise, je me sèche, passe dans la chambre pour me rendre dans le dressing où se trouvent mes costumes que je mets pour aller travailler. Mon choix se porte sur l’un d’eux à la teinte ardoise. Ma chemise est quant à elle blanche et la sur-veste est une teinte plus foncée que la veste. J’ai abandonné les cravates depuis quelques temps mais l’envie me prend d’en mettre une ce matin, sa couleur est similaire à celle du costume.

Une fois habillé, je retourne étendre la serviette dans la salle de bain puis me rapproche du lit où mon aimé a choisi la position ventrale étoile de mer pour finir sa nuit. J’attrape mon portable, mon iPod, mes écouteurs ainsi que ma montre sur la table de nuit et en profite pour embrasser l’épaule dénudée de l’endormi. Je remonte à son oreille et lui murmure trois mots avant de quitter finalement la pièce.

Je branche mes écouteurs à mon iPod, place ces derniers à mes oreilles et lance Spotideath avec ma playlist en lecture aléatoire.

Un coup d’oeil à ma montre, 7h30 lorsque je sors de l’appartement et descends au parking pour récupérer ma voiture. Et comme pour finaliser ma vie devenue bien rangée, je me rends à mon bureau.

J’y ai une heure d’avance.

Dix clopes écrasées dans le cendrier, usées de façon incendiaire. Il y a six mois la seule chose me maintenant à flot était la vengeance pure et simple. Retrouver ceux m’ayant condamné à cette condition après cinq longs jours d’agonie sous les yeux de mes défunts coéquipiers.

Qu’est-ce que je suis en train de foutre au juste aujourd’hui?..

Mon crâne entre mes mains, je fixe un point inconnu. Je suis en train de me reconstruire sur des ruines instables. Ces crevures vivent tranquillement leur vie et me narguent tout en continuant sûrement leurs activités sanglantes. Si un jour l’envie leur prend de revenir me détruire ils auront encore plus à me prendre. Je me suis arrêté sans même m’en rendre compte. Mon enquête est au point mort et mes dossiers dans les cartons du déménagement.

J’ai repris ma vie en oubliant ma rancune de la mort et cela me glace d’effroi lorsque je m’en rends compte.

Il n’est plus question de moi seulement ni de tout ce que j’ai investi pour m’en sortir. Il est désormais aussi question de ceux qui m’entourent constamment. 

Je refuse qu’il leur arrive le moindre mal.

Je dois reprendre mes recherches et les traquer… Les crever.


You've got a new horizon, it's ephemeral style