avatar
Invité
Invité
#1 le 24.10.17 23:40
Le monde est vénéneux, mon cerveau fait des nœuds
••••


Minuit, tu fixes l'horloge en face du comptoir où t'es affalée, le menton posé sur ta main droite. Ça faisait un moment que tu n'avais plus fais de nuit aussi ennuyeuse que celle-ci, il n'y avait pas un chat dans les rues et peut être un seul client toutes les heures. Ta seule occupation était de compter les secondes et de mâchouiller ce cure-dent déjà bien usé par tes dents. Ton boulot ne te déplaisait pas, tu le trouvais même pas mal agréable et idéal pour toi, c'est surtout le fait de bosser de nuit qui t'arrange le plus en réalité, moins de gros lourd pour venir t'emmerder qu'en journée. Tu laisses ton regard divaguer à travers le magasin à la quête de quelque chose à faire, parce que si tu continues à ce train là, les secondes vont finir par devenir des minutes et les minutes des heures. Tu trouves ton bonheur avec le rayon de magasine de charme où plus de la moitié sont foutu en vrac. Tu laisses échapper un soupir entre tes lèvres, le cure-dents toujours placé entre celles-ci. A croire que les porcs ne savent pas ranger. T'attrapes l'escabeau, le place devant le rayon et monte sur l'avant dernière marche pour commencer à ranger l'étagère.

••••

by Wiise
avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 21 Masculin
× Age post-mortem : 21
× Avatar : oikawa tooru | haikyuu!!
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : glandeur
× Péripéties vécues : 273
× Øssements1407
× Age IRL : 12 Féminin
× Inscription : 25/08/2017
× Surnom : le gecko
× DCs : HANAE JEANINE SAITO
× Présence : complète

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
26/15  (26/15)
21Masculin21oikawa tooru | haikyuu!!Jolly Jumperglandeur273140712Féminin25/08/2017le geckoHANAE JEANINE SAITOcomplète
lémure
lémure
21Masculin21oikawa tooru | haikyuu!!Jolly Jumperglandeur273140712Féminin25/08/2017le geckoHANAE JEANINE SAITOcomplète
http://www.peekaboo-rpg.com/t2288-susanoo-k-omikami-bref-il-est-susceptiblehttp://carnetspectral.pab
#2 le 26.10.17 21:49
cigarettes ,.
un peu comme les comètes

Minuit.
Et pour pas changer --
Susanoo est encore dehors.

Ah, les insomnies —

Susanoo a jamais vraiment bien dormi. Il somnole, il rêve un peu mais le vrai sommeil, le sommeil réparateur qui permet de plus avoir les cernes sous les yeux et le teint pâle comme la mort (même s'il est déjà mort), Susanoo le connait pas du tout. Parfois, sa psy (avant sa mort) lui donnait des trucs pour soi-disant mieux dormir mais ça n'a jamais vraiment fonctionné -- il était plus shooté qu'autre chose.

Alors, il a pris l'habitude.
De se lever à 23 heures et de se promener dans la ville.
De découvrir, encore et encore, ce monde de la nuit, ces rues calmes et en même temps tellement vivantes, ces zones d'ombre, ces zones éclairées par des lampadaires ici depuis des années.

Il marche, sans vraiment savoir où il va. Il met toujours un sweat dans ces moments, il glisse ses mains dans sa poche centrale, il allume une clope (parfois, c'est assez rare au final -- les clopes, il les taxe en général), il monte le son de sa musique. Susanoo veut être dans cette bulle, cette bulle où il n'y a personne, où il n'y a pas un bruit, pas une tâche. Rien.
Ce monde où il est bien.

Car radio au volume maximum, Susanoo flâne dans une des rues de la ville. Il ne la connaît pas, il n'y est jamais passé -- c'est bien possible, il n'a pas le temps de tout voir. La rue est pas vraiment glauque mais c'est pas la plus éclairée non plus. Il y a des poubelles, il y a trois bars et il y a un bureau de tabac -- c'est indiqué par le panneau qui clignote à moitié.

Il avait justement besoin d'un briquet.
Le fameux briquet.
Le briquet rouge tout abîmé qui a pas tenu le mois de septembre.

Machinalement, il regarde dans ses poches s'il a assez de monnaie pour s'en payer un. Un billet et quelques pièces glissent entre ses doigts, ça devrait le faire. Il s'approche du tabac et s'arrête quelques secondes pour voir les derniers magazines présentés en vitrine.
Susanoo aime bien les magazines. Pas ceux de la presse people (ça lui a bien assez bousillé sa vie, si ça pouvait éviter de lui bousiller sa mort) mais les magazines sur la science ou l'histoire. Il aime bien, feuilleter les pages, lire des articles. Susanoo n'est pas comme son frère, bien plus intellectuel que lui -- mais Susanoo est très curieux.

Il finit par pousser la porte de la boutique, qui s'ouvre dans un grincement terrible. Pas un client mais c'est pas vraiment étonnant. Tout en coupant sa musique, il jette un regard au rayon puis finalement porte son attention à la caisse et au présentoir sur le comptoir.
En général, les briquets y sont.
Pas dans ce tabac là.

C'est là qu'il la voit. Un peu en retrait dans la pièce, sur un escabeau, elle est en train de ranger l'étagère (il capte pas le rayon). Il la regarde quelques secondes sans rien dire (une petite brune toute mince) puis il lui adresse un sourire -- ce sourire un peu gamin, un peu charmeur à la fois (on arrive jamais à donner un âge à Susanoo, 16 ans ou 21 ans).

Salut, vous auriez pas un briquet rouge par hasard ?

C'est pour allumer des cœurs —

darren criss. @ atf
avatar
Invité
Invité
#3 le 29.10.17 13:34
Le monde est vénéneux, mon cerveau fait des nœuds
••••


Tu pensais qu'accomplir cette tâche serait simple et rapide, mais au final tu te dis que ranger tout ça te prendra sûrement le reste de la nuit, tu as brièvement aperçu du haut de ta marche tout les autres magasines mal rangé dans les différents rayon du magasin. Tu soupires, finalement, t'aurais mieux fais de laisser ça comme ça, dans tout les cas tout le monde se contre fou de la façon dont-il sont rangé et en particulier la nuit, personne ne vient pour en acheter, les gens viennent surtout le soir pour acheter des cigarettes ou autre objets de ce genre.

Et t'es tellement absorbée par ton travail titanesque que tu n'entends même pas la porte s'ouvrir, étonnant d'ailleurs vu le silence qui règne dans la pièce, mais t'es tellement tête en l'air que t'es incapable de te concentrer sur plusieurs choses en même temps, pas pratique comme défaut en tant que vendeuse. Tu entends une voix près de ton oreille et tu manques de trébucher de ton escabeaux, et qui sait si tu t'en serais sortie vivante vu ta ptite taille. Une voix masculine, tu tournes doucement la tête vers la source de cette dite voix et tu tombes nez-à-nez avec un jeune garçon d'une vingtaine d'années, les cheveux en bataille et un sourire scotché au visage qui le faisais presque avoir l'air stupide à tes yeux. De la gentillesse, c'est comme ça qu'ils aiment agir au premier abord, tu les connais, ces mecs là, ils te font croire qu'ils sont aussi doux qu'un agneau puis ils te poignardent par derrière quand tu t'y attends le moins. Du calme, Nao, il est juste venu t'acheter un briquet. Un briquet rouge … la couleur du sang, coïncidence ?Voilà que t'en deviens même parano, heureusement que tu n'agis pas de cette manière avec tout tes clients, mais le fait d'avoir été surprise te donne du mal à calmer ton ptit palpitant et ça te met dans tout tes états. Tu respires un grand coup, la main sur le cœur. «  O-Oui … j'vais vous chercher ça. » fis-tu d'une petite voix en descendant de ton escabeaux, toute tremblotante.

Tu te diriges vers le côté du comptoir de la boutique, là où étaient disposé les différents briquets mis en vente. Non mais sérieux, il aurait pas pu chercher lui-même ? Si il avait un peu ouvert les yeux tu n'aurais pas à sociabiliser avec lui, et tu n'aurais pas eu la peur de ta vie non plus. Tu observes les briquets avec attention, tu tombes sur des modèles varier de couleur rouge malheureusement un peu trop haut pour toi. N'ayant pas envie de lui demander de l'aide, tu décides de faire comme tu peux en te mettant sur la pointe des pieds et en t'aidant du rayon pour les attraper, … grossière erreur, tu te retrouves rapidement avec une trentaine de zippo rebondissant sur ton crâne un par un. «  Putain ! Merde ! » Grognes-tu à toi même entre tes dents. Tu te retournes vers ton client avec le rouge aux joues. C'est vraiment pas de chance pour toi cette nuit, on dirait. « V-vous voulez le rouge vif ou le rouge bordeaux ? ... »lances-tu d'une petite voix en tentant de calmer ta gêne.

••••

by Wiise
avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 21 Masculin
× Age post-mortem : 21
× Avatar : oikawa tooru | haikyuu!!
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : glandeur
× Péripéties vécues : 273
× Øssements1407
× Age IRL : 12 Féminin
× Inscription : 25/08/2017
× Surnom : le gecko
× DCs : HANAE JEANINE SAITO
× Présence : complète

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
26/15  (26/15)
21Masculin21oikawa tooru | haikyuu!!Jolly Jumperglandeur273140712Féminin25/08/2017le geckoHANAE JEANINE SAITOcomplète
lémure
lémure
21Masculin21oikawa tooru | haikyuu!!Jolly Jumperglandeur273140712Féminin25/08/2017le geckoHANAE JEANINE SAITOcomplète
http://www.peekaboo-rpg.com/t2288-susanoo-k-omikami-bref-il-est-susceptiblehttp://carnetspectral.pab
#4 le 31.10.17 21:43
cigarettes ,.
un peu comme les comètes

B a m
Rencontre à minuit.
Entre deux oiseaux de nuit.

C'est marrant parce que la nana manque de trébucher de son tabouret alors qu'il n'est pas si près d'elle. Lui qui déteste le moindre contact avec les autres (excepté son frère -- mais c'est particulier), ce n'est absolument pas son genre de trop s'approcher.
Et pourtant, elle est perturbée.
Il le voit, sans vraiment la déchiffrer.
Il laisse glisser son regard sur elle, sans vraiment la détailler.
Elle a clairement pas l'air à l'aise mais Susanoo ne réfléchit absolument pas au pourquoi. Après tout, c'est une nana toute seule dans sa boutique à minuit, il est pas vraiment étonné qu'elle soit pas hyper rassurée.
Et Susanoo ne s'intéresse pas plus que ça.

Il est venu ici pour son briquet de toute façon.

Elle descend de l'escabeau après avoir glissé un rapide o-Oui … j'vais vous chercher ça puis disparaît vers le comptoir. Il la suit -- à distance, l'observe regarder les briquets (et visualise rapidement ce qu'il va se passer). La seconde suivante, alors qu'elle est sur la pointe des pieds pour les attraper, tous les briquets tombent sur elle et Susanoo ne peut s'empêcher de lâcher un rire.
Léger, un peu enfantin et un peu moqueur.

Il n'a aucun remord à ne pas avoir proposé son aide.
Elle ne lui a pas demandé.
Et Susanoo ne fait pas si on ne lui demande pas (il ne fait déjà pas toujours quand on lui demande).

Elle a une toute petite voix, une voix comme le vent, insaisissable et presque -- transparent. Il ne répond pas tout de suite, il fait semblant de réfléchir (en toute honnêteté, il en voulait un rouge mais il ne pensait pas avoir du choix parmi les rouges).

Quelle couleur plaît aux filles ? demande-t-il en guise de réponse avec un regard malicieux.

Et puis, l'instant suivant, il se retourne et regarde les magazines en rayon.
Comme si la question était réglée.

Susanoo n'a jamais vraiment aimé les filles. Mais paradoxalement, son attitude, ses réflexions, la nature même de ses actions semblaient prouver le contraire. Il a passé son lycée à les charmer, à leur dire ce qu'elles voulaient entendre, à leur murmurer ce qu'elles désiraient.
Quelle incroyable attitude.
Quel effroyable mensonge.
Elles l'ennuient tellement.
Et pourtant, il ment.

Parce qu'on peut obtenir tellement de choses avec les filles.
Pas vrai, Susanoo ?
Ta place dans l'équipe de volley ? Tes bonnes notes à chaque devoir maison ? Tout ça, ça a toujours été grâce à ce que tu n'as jamais aimé.
Quelle ironie.
Quelle merdier.

Il sort de ses pensées.
Il n'est pas venu ici pour repenser à tout cela.
Il est venu choisir un briquet.

Je voulais rouge tomate, comme celui-ci, ajoute-t-il brusquement en se retournant (entre le sourire et l'air sérieux), le briquet tout abîmé dans sa main.

T'es chiant, Susanoo —

darren criss. @ atf