Terminé #1 le 12.10.17 11:47

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 67 Féminin
× Age post-mortem : 300
× Avatar : Madame Ravonge - Pathfinder
× Pouvoir : Botter les fesses èué
× Croisée avec : Chouette
× Logement : au Manoir
× Métier : Gangster - Leader
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 272
× Øssements 417
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 07/03/2017
× Présence : complète
× DCs : Etsu Morugawa | Toulouze Ka | Juunko Naonori
Widow Queen
http://www.peekaboo-rpg.com/t1538-margaret-redford-don-t-mess-with-me#29998 http://www.peekaboo-rpg.com/t1578-les-comptes-de-margaret

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
55/100  (55/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 67 Féminin
× Age post-mortem : 300
× Avatar : Madame Ravonge - Pathfinder
× Pouvoir : Botter les fesses èué
× Croisée avec : Chouette
× Logement : au Manoir
× Métier : Gangster - Leader
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 272
× Øssements 417
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 07/03/2017
× Présence : complète
× DCs : Etsu Morugawa | Toulouze Ka | Juunko Naonori
Widow Queen





I
l y avait des rumeurs dans le monde des morts. Des rumeurs qui couraient depuis plusieurs décennies. Voire même des siècles. Des rumeurs sur les zombies et le procédé de fabrication de la maudite potion. Des rumeurs sur les vampires et leur rapport chaotique avec les humains. Des rumeurs sur les nécromanciens qui donnaient l'air d'être trop au-dessus des autres. Des rumeurs sur les chimères qui étaient bien trop agressives. Libre à chacun de croire ou non ces rumeurs, de leur prendre en compte ou non. Mais il fallait que certaines faisaient plus froids dans le dos que d'autres et qu'il ne fallait pas les prendre à la légère.

Il y avait cette rumeur sur les chimères, venant du temps de la guerre, avant l'ascension du roi Rokudo. On parlait d'un groupe de femmes aux crocs et griffes couvertes de sang qui ne désiraient qu'une chose : faire tomber la tête du roi. Puis, quelques décennies plus tard, on entendit parler d'un groupe de chimères, basé dans le cœur même de la capitale, qui orchestrait des kidnappings, des vols et des actions violentes pour faire entendre les droits des femmes. On les appelait les Red Widow et beaucoup assimilaient ces chimères à celles qui voulaient détrôner le roi.

Puis, bien des années plus tard, le ronflement d'une nouvelle rumeur se fit entendre. Comme quoi, les Araignées acceptaient toute personne partageant les idées de leur Reine, femme ou homme. Beaucoup de chimères ne voyaient plus d'un bon œil l'organisation qui faisait toujours autant parlé d'elle, leur colère ne se portant plus seulement sur les hommes, mais également le leader des Red Widow. C'était une traîtresse qui insultait toutes ses sœurs. Une imbécile qui leur avait tourné le dos. Et alors, au sein même du nid des araignées, la rumeur d'un groupe luttant contre la Reine était née. Beaucoup n'y croyaient pas, doutant fort que des filles de la grande Margaret puisse faire partie d'une révolte la visant personnellement. Et pourtant...

Margaret connaissait toutes les rumeurs. Tous les racontars. Elle s'en méfiait comme la peste, faisait surveiller toute personne n'en racontant que la moitié, toutes celles et ceux qui pourraient, pour une raison ou une autre, lui tournait le dos. Une grande partie de son réseau de surveillance servait à cela, à vérifier que personne ne lui fasse faux bond ou ne retourne sa veste. Que se soit à Tokyo ou dans le reste du monde. Mais elle n'aurait jamais cru, et ses seconds non plus, que ces femmes frappèrent de la plus fourbe des façons.

Ces filles étaient bien renseignées, au caractère bien trempé et n'avaient pas peur des représailles. Mais surtout, elles agirent comme n'importe quelle autre chimère de leur espèce : avec bassesse et lâcheté. Margaret fut prise de court à son retour du monde des vivants, séjour qui n'avait duré que deux pauvres journées. Deux jours qui avaient permis à ces lâches de s'en prendre non seulement à ses filles au sein de son manoir mais également à son mari. Surprise et horreur peignirent le visage de la grande dame quand on lui annonça que son époux était porté disparu, sa secrétaire s'aplatissant presque contre le sol en excuse avant que sa patronne ne fasse remuer le ciel et la terre pour trouver les coupables.

Des jours s'écoulèrent. Puis des semaines. Des mois. Des heures et des heures de recherche, de traque, de torture, d'interrogatoire. Des heures et des heures. Pour finalement découvrir où avait été emmené l'époux de la Reine Araignée. Quelque part, dans les montages du Caucase. Quelque part, caché sous la neige et le froid. Il ne fallut que quelques heures à Margaret et ses meilleures araignées pour se rendre sur les lieux, pour trouver leur cachette et exterminer ces chimères qui lui avaient tiré dans le dos. Pour les faire mener dans un village voisin, trouver la première entreprise possédant assez de béton pour toutes les ensevelir et ne plus entendre parler d'elle. Mais il fallut bien plus d'heures à la grande dame pour faire face à l'horreur qu'elles avaient orchestré.

Il y avait une rumeur, dans les coins sombres de Tokyo, qui disait qu'il existait une potion. Une terrible potion. Une potion permettant d'accélérer la tombée en poussière d'un spectre. Une potion qui apparemment, avait été obtenu par les chimères car quand Margaret retrouva son époux, elle ne put le serrer que peu de temps contre son cœur. Il lui avoua avoir été forcé à prendre cette potion, ne lui montra pas les multiples plaies formées par les différents sévices qu'il avait subi, la malnutrition, la maladie. Il ne lui dit pas tout mais la grande dame comprit, dans son regard, dans ses silences, que la route s'arrêtait ici pour lui. Et quand, seule dans la pièce froide et sombre servant de geôle à son mari, celui-ci s'évapora sous ses doigts en un tas de poussière brune, Margaret sentit toutes les fondations de sa propre existence tomber en morceaux.

Quelques mois plus tard, quelque part dans un coin de l'Italie, des villageois entendirent comme quoi on enterrait le grand Leonardo Da Vinci. Personne ne sut réellement s'il s'agissait d'une blague ou non, l'inventeur n'ayant même pas eu cinq siècles. Et pourtant, sa tombe trônait sur une colline de sa ville natale. Jamais la vérité sur sa tombée en poussière ne fut révélée, les plus grands fans restant dans le flou total et l'incompréhension. Mais cela était complètement égale à la grande dame. Elle se fichait pas mal des fans. Des adorateurs. Des détracteurs. Elle se fichait bien d'eux, ses yeux éteints observant le monde avec dégoût. Un monde qu'elle avait tenté de changer, en aidant les plus démunies et ces sœurs qui avaient tellement souffert. Mais cette mésaventure lui avait montré que même les femmes pouvaient être aussi viles et cruelles que les hommes.

Il y a une rumeur qui court lentement dans les rues de la capitale des morts. Une rumeur comme quoi les Red Widow sont en deuil et que leur Reine ne sort plus de son château. On dit qu'elle défait le monde, qu'elle relit l'histoire, afin de trouver des réponses à des questions insolvables. Et on dit aussi que certaines de ses filles, enragées et furieuses, ne s'en prennent plus seulement aux hommes sans distinction mais également aux chimères qui oseraient les regarder de travers. Beaucoup parlent d'une ère sombre à venir si la grande Margaret ne reprend pas rapidement les règnes de son organisation. Mais ses plus proches seconds savent qu'il faudra du temps avant qu'elle ne glisse un regard ferme et sûr sur le monde.