#1 le 11.10.17 18:04

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Masculin
× Age post-mortem : 28
× Avatar : Callum by Apriorii
× Appartement : Bozo
× Métier : Homme de main de Eden, prostitué de luxe pour le compte de Kyoshi
× Communication : Portable - Instadeath
× Péripéties vécues : 201
× Øssements 286
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 27/09/2017
× Présence : complète
× Surnom : la puce
vampire
http://www.peekaboo-rpg.com/t2410-cyrus-kennedy-yolo-en-cours http://www.peekaboo-rpg.com/t2415-cyrus-kennedy

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
16/100  (16/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Masculin
× Age post-mortem : 28
× Avatar : Callum by Apriorii
× Appartement : Bozo
× Métier : Homme de main de Eden, prostitué de luxe pour le compte de Kyoshi
× Communication : Portable - Instadeath
× Péripéties vécues : 201
× Øssements 286
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 27/09/2017
× Présence : complète
× Surnom : la puce
vampire
et dans le silence je nous perdais
but i'm so fucking easy, easy to break
Urie ✧ Cyrus
L’alcool coule dans mes veines tout autant que les mains baladeuses se promènent sur mes cuisses ou dans mes cheveux. Cela ne me dérange pas, bien au contraire, je suis ici pour cette raison principalement. J’ai déjà fait quatre bars, récolté plusieurs numéros et maintenant je pense avoir trouvé ma proie. Assis dans les canapés en cuir, je regarde les hommes se dévêtir sur scène tout en sirotant le cocktail qui m’a plus fait mal en le payant que ce que j’ai pu subir il y a trois jours quand l’autre connard du soir a décidé de me mordre le bras. Franchement, c’était ridicule.

Mon téléphone est dans ma poche, en mode vibreur cette fois car je ne peux pas l’entendre avec toute cette musique. Le châtain à côté de moi est entrepreneur, j’aime ça. Mais j’aime aussi le blond plus discret qui me regarde depuis son propre fauteuil. C’est un jeu de regard qui a commencé depuis le début, et je suis prêt à le ramener à mes côtés pour lui proposer un plan à trois. Après tout, je ne suis pas dans ce quartier pour rien.

Je m’interromps quelques minutes en sentant un mouvement dans mon jean. Mon cellulaire éclaire ma poche, et je me tortille pour l’attraper. La luminosité m’aveugle un instant et je m’empresse de la baisser avant de lire le message. Un sourire apparaît sur mon visage tandis que je mordille la paille que je tiens entre les dents. Urie.

« C’est à toi, je me trompe ? »

En agrandissant l’image, je constate qu’il s’agit de mes lunettes. Pourquoi Diable est-ce lui qui les a ? Ça fait je ne sais plus combien de jours que je les cherche, et j’étais prêt à engueuler Fubuki pour ça. Je pensais sincèrement qu’il avait fini par me les voler tant il les observait.

« Oh putain ouais ! » je réponds alors, lui épargnant les émojis fêtards pour le remercier de les avoir trouvé.

Sa réponse ne tarde pas, ce qui est étonnant. Il n’est jamais très rapide en général, j’attends toujours comme un con devant mon écran lorsque je lui pose une question.

« Ok, je te les apporte. T’es où ? »

Je n’ai strictement aucune idée de l’endroit où je suis, et il va s’énerver si je lui dis simplement le nom du quartier. Il est si vaste. J’ouvre alors le GPS qui me localise immédiatement, fais une capture d’écran et la lui envoie. C’est tellement plus simple comme ça. Heureusement que la technologie existe.

Mon verre terminé j’en commande un autre. Je ne sais pas si Urie va me rejoindre, il n’a pas répondu. Au pire, ce n’est pas pressé, mes lunettes. Ça peut attendre. En plus, je sais qu’il n’aura pas spécialement envie d’un plan à plusieurs, et je ne suis pas certain de pouvoir le convaincre. Tant pis.

Je me demande quand même pourquoi il veut me rendre mes lunettes maintenant. Il est presque deux heures du matin. L’alcool n’est pas assez fluide dans mon sang pour m’empêcher de penser et de me poser des questions. Je commence alors à m’impatienter de son arrivée.

Le blond a disparu le temps que je réponde, mais le châtain est toujours là. Je m’empare de sa bouche tout en pressant ma main entre ses cuisses. Il est déjà si dur. Mais il va devoir attendre. Malgré toute la luxure de ces lieux, on ne peut rien faire publiquement, et je ne vais pas entamer un orgasme alors qu’Urie doit arriver. Il faut au moins que je puisse lui proposer de se joindre à nous.

J’observe les portes de l’entrée. Des visages inconnus y entrent autant qu’en sortent. Je ne fais pas attention à tout ce flux, cherchant quelqu’un précisément. Pendant quelques minutes je suis distrait, mais le châtain sait comment me convaincre d’oublier la raison qui me laisse inerte.

Enivré, je m’assieds sur lui, mes genoux sur le canapé. Une main dans son cou, l’autre sous son t-shirt. Je ferme les yeux en ondulant sous le rythme de la musique.

« Tu as réservé une chambre, j’espère. »

Je ne compte pas payer, que ce soit clair. Mais il hoche la tête et je continue mon manège jusqu’à ce que je le sente se raidir et regarder derrière moi. Alors à mon tour, je me tourne. Et je le vois. Urie. Et il n’a pas l’air très amusé de me voir ainsi.
©️ nightgaunt

#2 le 11.10.17 19:00

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK
× Appartement : Michalak
× Métier : Au chômage
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 990
× Øssements 3520
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le scolopendre
●Prince of Vampires●
Clopeur Nocturne

http://www.peekaboo-rpg.com/t1802-urie-kaneki http://carnetspectral.pab

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
90/100  (90/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK
× Appartement : Michalak
× Métier : Au chômage
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 990
× Øssements 3520
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le scolopendre
●Prince of Vampires●Clopeur Nocturne

CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE

Dans le silence je nous perdais

- Un faux-calme, t'aurais du t'en douter -


Cette paire de lunettes aurait très bien pu me passer au-dessus si je n'étais pas quelqu'un d'aussi pointilleux au d'autant sur les détails. Le fait est qu'elle était sur son bureau lorsque je m'y suis rendu. Eden m'a filé le pass des portes du Bchobiti, et surtout l'accès à son bureau. Parfois j'y bosse quand il est là, certains de mes dossiers concernant ma traque sont sur la table à côté du canapé. Aujourd'hui j'y suis simplement passé pour récupérer quelques papiers et Eden n'y était pas, sûrement en mission où je ne sais où. Ou alors il pionce peut-être. Nos horaires sont tellement décalés et ça commence à se faire sentir. 

Au début j'ai pensé que c'était ses lunettes à lui, il en porte parfois et ça lui donne l'air d'avantage sérieux. Ça le rend un peu plus vieux aussi. Il ne les porte pas souvent alors j'ai été étonné de les voir là. Puis après quelques observations je me suis rendu compte que ça n'était clairement pas sa paire de lunettes à lui. Mais celle étrangement d'un autre. Un autre dont j'ai plus que connaissance. 

Cyrus.

Nous en avions brièvement discuté, en surface, quelques mots échangés, quelques détails mais rien qui ne m'avait mis la puce à l'oreille. Ou alors j'étais trop occupé, trop mentalement pris par autre chose ou par l'envie je ne sais pas. Mais ce détail n'a été qu'une pièce qui s'est parfaitement emboité dans la multitude d'autres que j'avais à ma disposition.

Pourtant je ne me suis pas emballé. J'ai attendu de vérifier ce détail. J'ai réfléchi simplement… J'ai pris cette photo pour la lui envoyer et j'ai mis dans ma poche les lunettes avec pour idée de confronter leur possesseur avec ma version des choses. Par hasard Cyrus, avais-tu la moindre idée… aurais-tu omis de m'en parler alors que j'ai énoncé le Bchobiti et tu m'as clairement dit que tu y trainais et connaissais le propriétaire. Mon prénom là-bas associé à celui d'Eden est loin d'être facile à louper je crois. Et étrangement ça n'est pas tant à Eden que j'en veux, il m'a parlé du retour d'un type qu'il aimait bien et qu'il avait eu en protégé mais n'a pas la moindre idée que cette personne est actuellement mon amant, je le connais il est parfois un peu à l'ouest, parfois il ne remarque pas les détails ou met vingt plombes à se rendre compte. C'est dans son tempérament, il remarque d'autres choses.

Par contre toi… Cyrus s'il s'avère que tu t'es joué de moi sciemment. Si tu m'as dissimulé pareil détail au vu de ton statut avec Eden je crois que ça risque de mal se passer.

Je suis sorti du bureau, j'ai attendu ta réponse qui ne s'est pas faite attendre - comme toujours -. Putain si Kyoshi m'appelait Kennedy c'est pas parce qu'il était con, enfin ça allège un peu à sa charge. Ces fois où il a fait allusion au fait qu'il me préférait avant ou autre… Sérieusement… 

Second message, puis ta localisation. Tu traines encore au Kabukicho? T'es irrécupérable. J'ai pris ma bécane et j'ai eu vite fait de me rendre à cet endroit que tu m'avais indiqué. Garant ma belle en sécurité puis m'allumant une cigarette. Je suis étrangement calme… et ces lieux qui sont emplis de personnes se collant ne vont en rien aider à mon état.

J'ai mis peu de temps à te trouver. Difficile de te manquer, tu les attires comme des mouches et ils sont souvent collés à toi. Quoique certains tentent d'attraper ma cravate, quelques mains indiscrètes jouent avec mon costume. Je suis bien trop habillé pour ce genre d'endroit si tu veux mon avis. Mais quand ils rencontrent mon air morne cela a tendance à les faire fuir pour la plupart, à moins que ça ne soit mon regard noir… d'avantage qu'à mon habitude. L'un a tenté de m'approcher, je l'ai ignoré, mes yeux sont posés sur toi et il me souffle que c'est dommage pour moi car tu sembles déjà pris. J'éloigne sa langue vicieuse de mon oreille, son haleine emplie d'alcool. Je m'en fous de savoir si je t'emmerde à pareil moment Cy'. 

Je suis derrière toi, à côté de la table basse où s'entassent les consommations. J'ai pris toute l'attention de ton mec, excuse-moi. Et toi tu m'as l'air bien joyeux lorsque tu te retournes et c'est tant mieux, profite encore de ce qu'il reste de ton ébriété car ça risque de bien vite s'envoler. Je me suis approché d'avantage. Ma main s'est pressée contre le dossier du canapé et j'ai adressé un regard au châtain dont tu occupes les cuisses. Mon visage proche du tien, j'ai senti tes cheveux frôler ma joue, ton souffle dans ma nuque.

" Je te l'emprunte. " ça n'est pas une question, ni de la courtoisie. Un fait, un simple fait. Je ne prends même pas le temps de voir si ça l'emmerde, mais clairement ça doit lui casser les couilles vu comme tu devais le chauffer avant que j'arrive. 

Ma main jusqu'alors sur ton épaule, passe fermement autour de ton torse et je te force à te relever. J'ai l'impression d'être un mari trompé qui vient récupérer sa compagne bourrée. On doit me voir ainsi mais je m'en branle je n'ai pas le temps.

Je porte à nouveau ma clope à mes lèvres et te fais signe d'un mouvement de tête pour qu'on s'éloigne. Suis-moi. Maintenant. Je fends la foule et me stoppe cependant au bar, je prends une consommation, vodka zubrowka et patiente pour qu'on me serve.

Cette histoire me gonfle déjà. Je le sais, je le sens. Y'a cet énervement qui grimpe en moi et qui commence à devenir viscérale. Ma mâchoire se serre sensiblement. Face au comptoir je suis dos à toi.


Je ne t'ai adressé aucun mot encore, tu mettras peut-être cela sur le compte de mon humeur habituelle, du fait que je n'aime pas être collé dans ce genre de lieu, que le type derrière moi est en train de se plaquer beaucoup trop ou que celui à ma gauche me lance quelques insanités à l'oreille. 

Mais tu n'as probablement pas la moindre idée de pourquoi je suis ici et c'est peut-être mieux pour le moment.

#3 le 11.10.17 20:57

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Masculin
× Age post-mortem : 28
× Avatar : Callum by Apriorii
× Appartement : Bozo
× Métier : Homme de main de Eden, prostitué de luxe pour le compte de Kyoshi
× Communication : Portable - Instadeath
× Péripéties vécues : 201
× Øssements 286
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 27/09/2017
× Présence : complète
× Surnom : la puce
vampire
http://www.peekaboo-rpg.com/t2410-cyrus-kennedy-yolo-en-cours http://www.peekaboo-rpg.com/t2415-cyrus-kennedy

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
16/100  (16/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Masculin
× Age post-mortem : 28
× Avatar : Callum by Apriorii
× Appartement : Bozo
× Métier : Homme de main de Eden, prostitué de luxe pour le compte de Kyoshi
× Communication : Portable - Instadeath
× Péripéties vécues : 201
× Øssements 286
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 27/09/2017
× Présence : complète
× Surnom : la puce
vampire
et dans le silence je nous perdais
but i'm so fucking easy, easy to break
Urie ✧ Cyrus
Je me suis senti tiré en arrière, forcé de me relever de cette prise que le châtain était. Malgré tout je le quitte avec un clin d’œil. Je ne me souviens pas lui avoir donné mon numéro de téléphone, mais il saura me retrouver. Pas ce soir sans doute. Urie me tient par le torse pour me relever et m’entraine jusqu’au bar pour commander.

Je ne sais pas si j’ai marché bien droit jusque là mais j’ai toujours mon verre à la main, à moitié vide, et je croque toujours dans ma paille. Le regard qui pétille et le sourire en coin, je me demande ce qui a pu le pousser à venir jusqu’ici pour une paire de lunettes. Sans doute pas l’objet en question. Je m’approche alors de lui. Il ne me regarde pas, ne parle pas. Mais tout ça ne me montre pas qu’il puisse y avoir un problème. Je suis à deux milles de ce genre de pensée et l’alcool que j’avale en quantité ne m’aide clairement pas.

« On est jaloux dis-donc.. Non sérieux, j’aime bien ce petit caractère. »

Un gloussement qui sort de ma bouche sans que je le contrôle. C’est tellement ridicule que je me mets à rire bêtement avant de continuer à boire. Je vais finir ivre mort si je continue, mais cela ne m’arrête pas. Au contraire même. Peut-être parce que sa froideur m’indique inconsciemment qu’il faut que je me prépare à affronter ses foudres.

Sans pudeur, voyant qu’il ne me répond toujours pas, je me rapproche et pose ma main dans le bas de son dos. Il est plus petit que moi de cinq centimètres, et je n’ai donc pas à me mettre sur la pointe des pieds pour poser ma bouche sur la chair de son cou. Mais je le sens, il n’est pas réactif. Il ne s’écarte pas mais il tourne la tête. Il ne cherche pas à ce que mon bras soit réellement en contact avec lui. Il est stoïque et je n’aime pas ça.

L’alcool n’aide pas à trouver des solutions. Je pense simplement qu’il a besoin d’aide pour se détendre un peu et je suis la personne pour cela. Alors je susurre simplement à son oreille, sans chercher à le toucher d’avantage. Peut-être qu’il est simplement gêné de se retrouver ainsi observé par la foule.

« S’t’eu plait, me dis pas que t’es venu jusqu’ici pour rester de marbre. On peut aller à l’étage si tu veux. Me fais pas regretter que mon plan soit actuellement dans les bras d’un autre. »

Je sens les relents et les effluves d’alcool dans ma voix. Je sais que cela ne lui plait pas, mais tant pis. Ce n’est pas quelque chose que je peux contrôler. Je laisse ma main remonter jusqu’à ses cheveux parfaitement coiffés, caresse sa joue pour redescendre vers ses cuisses. Mais là encore, il ne parle pas. Il ne répond pas. Rien. Nada. C’est inquiétant.

Peut-être que je n’ai pas le sens du danger. Peut-être que je l’ai trop côtoyé pour comprendre quand il m’envoie des signes. Mais Urie n’est clairement pas venu ici pour fricoter. Et plus le silence s’installe en plus, moins je me sens à l’aise. Je m’assoie sur l’un des hauts tabourets, les genoux serrés. J’ai fini mon verre et décline la proposition du serveur pour en prendre un autre. Je me sens triste, tout à coup, de voir qu’il n’est réceptif à aucune de mes avances.

J’ai l’impression d’être un gamin qui n’obtient pas ce qu’il veut. En vérité, je me sens simplement blessé. Il aurait pu être un parfait inconnu, je serai passé au suivant. Mais c’est lui qui est venu me trouver, qui m’a arraché à ma proie pour au final ne pas piper mot. Que veut-il à la fin ?

« Mais dis un truc … »

Mon murmure est presque suppliant, je ne sais même pas s’il m’a entendu avec le brouhaha et la musique. Ces derniers n’ont d’ailleurs plus l’effet qu’ils avaient au départ. J’ai perdu l’envie de faire la fête, je veux simplement comprendre. Je n’arrive pas à croiser ses yeux, à savoir ce qu’il pense. Mais je vois simplement que ses doigts sont crispés sur le verre. Qu’est-ce que j’ai fait de mal ? Je sais que ça va barder. Je le sens maintenant. Je me recroqueville un peu plus sur moi-même. Je n’ai pas envie d’entre en conflit. Pas avec lui. Ça ne finit jamais bien.
©️ nightgaunt

#4 le 12.10.17 4:36

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK
× Appartement : Michalak
× Métier : Au chômage
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 990
× Øssements 3520
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le scolopendre
●Prince of Vampires●
Clopeur Nocturne

http://www.peekaboo-rpg.com/t1802-urie-kaneki http://carnetspectral.pab

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
90/100  (90/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK
× Appartement : Michalak
× Métier : Au chômage
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 990
× Øssements 3520
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le scolopendre
●Prince of Vampires●Clopeur Nocturne

CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE

Dans le silence je nous perdais

- Un faux-calme, t'aurais du t'en douter -


On va aller à l'étage ne t'en fais pas mais sûrement pas pour ce que t'as prévu Cyrus. Je crois que t'as pas la moindre idée de ce dont je veux te parler, t'es trop perché à ce moment même pour que ça te frôle l'esprit. Ou peut-être que tu ne sais tout simplement pas. C'est sûrement pour ça que je ne veux pas aller trop vite, je ne veux pas m'emporter et encore moins ici. Je ne veux vraiment pas m'énerver. Je t'assure j'y bosse, du mieux que j'y peux. Mais tes mains, ton souffle ou tes lèvres n'aident à rien à ce que je garde mon calme putain. 

J'entends ta voix contre mon oreille, je n'ai pas d'autre choix, tu es plus grand que moi. Tu empestes l'alcool à vrai dire. Ai-je bien fait de venir maintenant alors que tu es dans cet état?.. Cela dit tu n'as pas tord sur un point. 

On va monter. J'ai besoin d'être au calme et toi aussi vu ton état. Dis-moi juste que tu ne t'es pas drogué, que je ne me retrouve pas avec toi dans un état second à gérer.

Je me suis penché d'avantage vers le barman, réclamant à avoir accès à l'une des chambres. L'échange s'est fait rapidement, sans accrochage. Il me demande si j'ai une préférence je lui dis que je m'en fous totalement. Son sourire en coin me met la puce à l'oreille mais je n'y porte pas grand intérêt. Ses doigts frôlent les miens puis ma paume et y déposent les clefs avec un porte clef pailletté et criard à mort. Il me glisse un " Tu ne vas pas être déçu " Et n'hésites pas beau brun. " j'ai fait glisser le trousseau et j'ai remarqué ce papier avec un numéro, je relève le nez, il me fait un clin d'oeil… 

Je reviens à toi avec mon verre et la clef ainsi que ton petit supplice que j'entends à peine. C'est vrai que tu ressembles à un gamin ainsi… J'ai bu mon verre cul sec en te fixant, cherchant peut-être à me mettre du baume au coeur, ou à l'inverse, me laisser une marge de manoeuvre entamée par l'alcool. 

J'ai tendu la clef pour que tu la vois. Suivi de ma voix, un ton ferme, neutre et totalement vide. Ou peut-être lourd de sens.

" Tu voulais ta piaule, je l'ai. On monte. "

Un autre mouvement de tête et je reprends ma traversé de foule pour aller jusqu'aux escaliers. Ça n'est pas prudent pour moi de trainer ici… Mais cette histoire commence à me monter à la tête. Heureusement les escaliers sont à l'abri des regard et à part quelques couples et autres amants qui se chauffent… Ou cherchent un ou deus compagnons de plus. 

Qu'est-ce qu'ils ont avec ma cravate à la fin? L'un tire dessus, l'autre t'attrape par la taille. J'ai tordu le poignet du premier et lui ai joyeusement fait une balayette qui l'a fait dévaler quelques escaliers. Le second… Met trop de temps à te lâcher et c'est mon poing qu'il accueille dans sa pommette. Ça rajoutera de la couleur sous ces paillettes qu'il s'est étalé là. 

D'un ton agacé je reprends le chemin. Est-ce que tu as compris qu'aujourd'hui ça allait être difficile de me faire détourner de cette aura mauvaise pour m'attirer dans un pieu et baiser.

" Viens. "

Ne m'inquiétant pas pour les deux types qui ramassent leurs dents j'ai attrapé ta main comme pour être certain qu'on me foutrait la paix à moi comme à toi d'ailleurs. Le numéro de la piaule est écrit dessus, je l'ai trouvé, j'ai inséré la clef et t'ai fait rentrer avec moi à la suite. T'y poussant plutôt. 

Et la porte se claque… En fond ce bruit de boite de nuit au-dessus de laquelle nous nous trouvons et le paysage autour de nous est… Une piaule clairement SM. Il s'était pas foutu de ma gueule du tout. Vu mon air il croit que j'ai besoin de me défouler sur toi ou quoi?

J'ai ôté ma veste, desserré ma cravate, défait les boutons de mes manches et ouvert ceux de ma chemise, deux seulement. Je crève de chaud et l'ambiance ici l'est terriblement. Dans l'air flotte une odeur de plastique neuf. Le vinyle sûrement des combinaisons et autres masques disponibles...

Et je ne te porte pas le moindre regard encore. Au lieu de ça j'entreprends d'allumer ue nouvelle clope, me tournant face à toi, j'ai relevé les yeux.

" Réponds-moi : t'as bu combien de verres? Est-ce que tu t'es drogué Cyrus? "

Je ne veux pas discuter si t'es défoncé.


- Les dés! -


1) Piaule SM vinyle, cuir, fouet et autres accessoires
2) Piaule féérie paillettes et autres tulles avec une licorne
3) Ambiance hippy, psychédélique et enfumée
4) Piaule avec un cercueil, ambiance halloween et sang

#5 le 12.10.17 4:36

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1880
× Øssements 1602
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1880
× Øssements 1602
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
Le membre 'Urie Kaneki' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


'4 FACES' :

#6 le 12.10.17 14:29

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Masculin
× Age post-mortem : 28
× Avatar : Callum by Apriorii
× Appartement : Bozo
× Métier : Homme de main de Eden, prostitué de luxe pour le compte de Kyoshi
× Communication : Portable - Instadeath
× Péripéties vécues : 201
× Øssements 286
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 27/09/2017
× Présence : complète
× Surnom : la puce
vampire
http://www.peekaboo-rpg.com/t2410-cyrus-kennedy-yolo-en-cours http://www.peekaboo-rpg.com/t2415-cyrus-kennedy

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
16/100  (16/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Masculin
× Age post-mortem : 28
× Avatar : Callum by Apriorii
× Appartement : Bozo
× Métier : Homme de main de Eden, prostitué de luxe pour le compte de Kyoshi
× Communication : Portable - Instadeath
× Péripéties vécues : 201
× Øssements 286
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 27/09/2017
× Présence : complète
× Surnom : la puce
vampire
et dans le silence je nous perdais
but i'm so fucking easy, easy to break
Urie ✧ Cyrus
Mes yeux brillent à l’instant où il me montre cette clé entre ses doigts. Je ne l’ai pas vu réserver, ni même échanger avec le barman. Mais toujours est-il que la clé est bien là. Ce n’est pas la première fois que je viens dans ce bar, mais ça l’est pour ce qui est de monter à l’étage. J’avais pris de m’y rendre, cette nuit, et c’est encore mieux si c’est avec lui. Enfin quoi que … Son ton est toujours aussi froid, comme si prendre cette réservation l’agaçait plus qu’autre chose.

Je n’aime pas le voir ainsi. Cela me donne des raisons de culpabiliser sans même savoir si je suis coupable de quelque chose. En vérité, mon cerveau fait bien les choses. Il est noyé sous ces quantités d’alcool, m’inhibant la réalité. Je vais certainement tomber sur le cul quand je comprendrais et que j’aurais pissé suffisamment pour évacuer tout ce que j’ai pu boire.

Sans un mot je le suis, non sans avoir lancé un doux regard envers le barman pour qu’il compte ma consommation sur ma note. Il a déjà préparé un autre verre de mon cocktail favori, et je m’en empare tout en roulant des hanches pour suivre Urie. Il est de mauvais poil, ou simplement gêné d’être à la vue de tous. Je ne sais pas. Impossible de faire la distinction.

Je vois trouble et tremble un peu dans ma démarche, mais je le voix nettement tordre le poignet de celui qui a osé le toucher. Quelqu’un me prend par la taille et je me laisse entrainer dans le mouvement. Plutôt mignon celui-là, et son parfum m’enivre un peu plus que ce que je ne le suis déjà. Mais là encore, Urie intervient. Il le frappe et je vois l’homme tomber et glisser dans les escaliers. Un sacré mal de chien qui l’attend, celui-là. Mais qu’est-ce qu’il peut avoir pour être ainsi en rogne ?

Je sirote ma paille pendant que tu me traines derrière toi. Soudain, nous sommes devant la chambre et je n’ai toujours pas parlé. J’avance d’un pas, puis deux, et la musique se coupe à mes oreilles. Devant moi, un empire de cuir et de fouet. Du SM. Pourquoi, Urie ?

« C’était pour ça, le coup du mâle dominant, en bas ? »

Je ne sais pas vraiment ce que je dis, mais c’est ainsi que j’interprète sa façon de m’accaparer et de traiter ceux qui se sont approchés de trop près. Sans bouger, toujours près de la porte, mon verre à la main, je le regarde enlever sa veste et remonter ses manches. Il se prend vraiment au truc, c’est excitant. Mais il va m’en falloir plus.

« Tu caches bien ton jeu dis donc. »

Je pose mon verre sur la table la plus proche de moi. Mon regard est déformé par l’alcool, mais je ne vois pas encore double. C’est seulement un peu moins droit que ça ne devrait l’être. Je m’approche avec un sourire, laissant courir mes mains sur les accessoires et sur ce qui m’entoure. Je l’approcherai bien, mais il n’a toujours pas l’air d’humeur à me satisfaire. Il ne me regarde toujours pas, d’ailleurs. Lorsque je le touche, il ne réagit pas, ne se tourne pas vers moi.

Habituellement, il m’aurait déjà arraché mes vêtements et collé contre un mur. Je sens ses muscles durs sous mes doigts, et me recule légèrement, reprenant mon verre à deux mains.

« Ouais heu … on va calmer le truc hein. T’es aussi tendu qu’un string, putain. Va plus travailler si c’est pour que tu sois aussi chiant. Et me sors pas que c’est parce que tu veux jouer le jeu que tu prends un air de vieux con. »

Je ne mâche pas mes mots. Ils sortent seuls, sans filtre, et c’est après que je me rends compte de ce que je dis. Je rougis, autant que j’en suis capable avec toute cette chaleur, et m’excuse dans un marmonnement indistinct malgré ma voix presque aigüe. C’est là qu’il se met à parler. Enfin. Ou pas. J’aurais préféré qu’il se taise. Je ne sais pas combien de verres j’ai bu. Je ne sais même pas l’heure qu’il est.

« Tu veux dire ici ou depuis le début de la soirée ? Non mais ça va hein, j’t’assure. J’suis pas bourré. »

Quant à la drogue, il devrait le savoir depuis, je ne touche pas à ça. J’en deale si on me le demande, j’ai les contacts qu’il faut, mais je n’en prends pas. J’ai les effets recherchés avec l’alcool, je n’ai pas beaucoup de plus.

Je le regarde, le dos collé au mur et les pupilles confuses. Je crois que je devrais commencer à m’inquiéter. Il a vraiment l’air déterminé à jouer le jeu. Mais la moindre des choses, c’est d’être au minimum deux joueurs. Je ne suis pas certain d’en avoir envie, vu le genre de vieux con qu’il imite.
©️ nightgaunt

#7 le 12.10.17 15:00

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK
× Appartement : Michalak
× Métier : Au chômage
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 990
× Øssements 3520
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le scolopendre
●Prince of Vampires●
Clopeur Nocturne

http://www.peekaboo-rpg.com/t1802-urie-kaneki http://carnetspectral.pab

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
90/100  (90/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK
× Appartement : Michalak
× Métier : Au chômage
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 990
× Øssements 3520
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le scolopendre
●Prince of Vampires●Clopeur Nocturne

CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE

Dans le silence je nous perdais

- Un faux-calme, t'aurais du t'en douter -


J'aimerais que tu poses ton verre. A vrai dire j'aimerais que tu poses aussi ton cul sur le lit et que tu arrêtes de t'exciter tout seul. Et lorsque tes doigts glissent à nouveau contre mon corps et s'éloignent… Puis tes mots… Je crois que t'as enfin compris que quelque chose cloche. J'ai soupiré à ta phrase. 

" Si tu savais Cy', comme j'aimerais tellement que ça ne soit qu'un jeu ou tu prends des airs de sale mioche qui cache bien son jeu. Et que ça soit juste mon boulot qui me foute les nerfs à ce moment précis. "

A cet instant c'est ce que je pense… Est-ce que par le plus grand des foutus hasards tu serais pas en train de me la faire à l'envers? Ma remarque a dû te sembler gratuite ou ciblée, je n'en sais rien. A quel point ton cerveau semble tanguer? Le sol est-il seulement droit pour toi à cet instant? 

Je te fixe, toi et tes airs joyeux, si ça n'est que l'alcool tu risques d'être particulièrement plus sensible… Déjà qu'à la base je sais que t'as cette tendance à être légèrement gamin et te rouler en boule si on vient à te rentrer dedans un peu trop violemment, mais là. 

J'ai bloqué la clope entre mes lèvres et je t'ai pointé le lit. 

" Faut qu'on parle. Assieds-toi. " au lieu d'avoir cet air d'animal traqué et fuyant, cherchant une issue à tout prix. Je me doute bien que les effluves de la soirées doivent être bien mieux que mon air morne de ce soir. Quoi que d'habitude t'aimes à essayer de détendre mes traits. Ça m'étonne presque que dans ton état tu n'aies pas déjà tenté de te foutre à genoux… Non c'est tant mieux. Quoi que, ça m'aurait largement détendu. 

J'ai fouillé dans ma poche et je t'ai lancé ta paire de lunettes, démerdes-toi pour l'attraper si tu vois pas droit, mais t'as raison, m'approche pas, reste là-bas au final ça me va. 

" Eden Indentshi " le mot est lancé.

Je ne parle jamais de lui avec mes amants. Il n'a rien à voir, il est en-dehors, il est au-dessus de tout. Je ne veux pas que les gens jouent de ma relation avec lui, je ne veux pas d'histoires ou de choses qui pourraient remonter à ses oreilles. Je ne veux pas le blesser, le sexe c'est un truc à part pour moi et c'est loin d'être un secret pour lui que je couche à gauche ou à droite. Mais je ne souhaite pas qu'il y pense, j'efface chaque marque ou j'annihile chaque odeur qui n'est pas la mienne. Je n'aime pas à lui agiter ça sous le nez et de toute façon je fais la part des choses.

Le truc, c'est qu'aujourd'hui cette part des choses est venue empiéter un peu trop et il s'avère qu'une liaison étrange s'est construite. Toi, Eden, moi. J'aurais dû me méfier. J'ai la vague impression de m'être fait flouer et j'ai besoin de mettre le doigt dessus. De savoir à quel moment et de quelle façon.

" Tu m'as dit que tu traînais souvent au Bchobiti… Alors t'as sûrement une idée d'où je veux en venir. T'es loin d'être con et t'es plutôt du genre à avoir l'oreille qui traine partout. " tu dois avoir entendu parler de moi. Mais depuis quand?.. Je suis arrivé dans les pattes d'Eden quasiment depuis le début où l'on se fréquente toi et moi. C'est juste pas possible que tu sois passé à côté.

Le truc quand on découvre des choses, c'est qu'il y a une part où la parano prend place, où la paranoïa développe quelques scénarios. Et c'est mauvais, tellement mauvais. Pour moi, mon esprit, et toi, ta belle gueule.

J'ai tiré sur ma clope, à tel point que j'en ai consumé le tier sans même m'en rendre compte. J'ai croisé les bras, dissimulant ma main droite dont l'intérieure de la paume est en train de se faire malmener par mes ongles. La gauche et sagement posée à plat sur mon bras. Je suis un faux calme. 

" Est-ce que tu vois où je veux en venir ou il faut que je te fasse un dessin Cyrus? "

Si tu me dis que tu ne sais pas j'ai d'autres éléments à t'aligner. Le fait que c'est ton nom que me sort depuis le début le frère d'Eden, tes lunettes dans son bureau, le retour de l'un de ses protégés dont j'ai eu vent et d'autres…

" Si t'as un truc à me dire Cy', c'est maintenant. "

Mon calme apparent s'est vite fait briser par le tranchant de mes mots. Ma patience a été entamée durant cette petite parade dans la boite de nuit. Chaque personne m'a échauffé et ça a bouffé le peu que j'avais à t'accorder pour te laisser le temps de parler.

Je te laisse juste une chance, mais je sais comme t'es putain de flippé. Laisse-moi la possibilité d'en dire plus. Laisse-moi m'énerver. 

Je crois que j'ai besoin de m'énerver.

#8 le 12.10.17 15:23

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Masculin
× Age post-mortem : 28
× Avatar : Callum by Apriorii
× Appartement : Bozo
× Métier : Homme de main de Eden, prostitué de luxe pour le compte de Kyoshi
× Communication : Portable - Instadeath
× Péripéties vécues : 201
× Øssements 286
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 27/09/2017
× Présence : complète
× Surnom : la puce
vampire
http://www.peekaboo-rpg.com/t2410-cyrus-kennedy-yolo-en-cours http://www.peekaboo-rpg.com/t2415-cyrus-kennedy

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
16/100  (16/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Masculin
× Age post-mortem : 28
× Avatar : Callum by Apriorii
× Appartement : Bozo
× Métier : Homme de main de Eden, prostitué de luxe pour le compte de Kyoshi
× Communication : Portable - Instadeath
× Péripéties vécues : 201
× Øssements 286
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 27/09/2017
× Présence : complète
× Surnom : la puce
vampire
le dé:
Petit dé chéri dis moi quoi faire
Pile : Cyrus parle.
Face : Cyrus ne parle pas.


et dans le silence je nous perdais
but i'm so fucking easy, easy to break
Urie ✧ Cyrus

Je l’écoute me parler mais le sang qui bat dans mes tempes est plus fort que sa voix. Il est remonté, et à vrai dire je préférais quand il ne disait rien. Il me demande de m’asseoir, mais je ne peux pas bouger. Je ne vois pas droit et je risque de tomber. Ce serait pitoyable, n’est-ce pas ?

Mon verre toujours en main, je jette la paille et bois cul sec ce qu’il reste du cocktail sucré. Je veux le poser sur la table mais la manque. Le verre se brise dans un fracas assourdissant. Les sons sont décuplés, je porte mes mains à mes oreilles tout en fermant les yeux. C’est peut-être à ce moment là que je tombe à genoux. Ou peut-être lorsque j’ai voulu rejoindre le lit. Je ne sais pas.

Mais l’alcool est traitre. Je sais de quoi il me parle et je ne suis pas du tout innocent. Du moins pour la dernière fois. A chaque fois que j’essaie de remettre de l’ordre dans mes idées, tout se mélange d’avantage. De quoi est-ce qu’il me parle ? D’avant ou de maintenant ?

Il me lance quelque chose que j’entends ricocher contre le mur à côté de moi. Je suis toujours à genou sur le sol. J’essaie de réfléchir, de lui dire quelque chose. Je n’ai pas honte de ce que je peux faire de mon corps, de qui je fréquente. Mais j’aurais peut-être dû m’éloigner tant qu’il était encore temps.

C’est toi, Urie, qui m’a poussé dans ses bras. Toi qui m’as parlé d’un poste là-bas. Peut-être que si tu l’avais fermé je n’y serais pas retourné. En fait, je n’en sais rien. Je reste muet, un bras par dessus la tête.

« Mais t’es complètement con ou quoi » je lui crie alors avec un temps de retard par rapport à l’objet qu’il m’a lancé. Je ne sais toujours pas ce que c’est, et avec le verre brisé au sol, je ne vais pas tenter de le retrouver.

Je m’assoie finalement correctement et tente de retrouver ma respiration. J’ai mal à la tête et je dois m’en estimer heureux. Pour l’instant, je n’ai pas envie de vomir. Ça viendrait, l’alcool ne se digère pas vraiment très bien quand on n’a pas saigné quelqu’un depuis longtemps. Je ne suis pas en forme pour me battre contre lui.

Je n’ai pas fière allure, et je suis incapable de lui répondre. Il va s’énerver, me bousculer pour évacuer la colère qui l’anime. Et j’aurais du avoir du répondant. Je devrais pouvoir me justifier, le rassurer. Le calmer avec une douceur ou deux. Mais j’en suis incapable. Je ne suis qu’un mec bourré étalé au sol. Proie facile.

« Qu’est-ce que tu veux que j’te dise, putain … »

Un murmure, une vulgarité. Plus je bois, plus je jure, et moins mon cerveau ne coopère. Bientôt, mes phrases seront incompréhensibles. Je ne peux pas lui expliquer ce qui se passe, je ne peux pas lui parler de ma relation avec Eden. Et pourquoi c’est moi qui prendrais ? Pourquoi ne peut-il pas poser la question à Eden directement ? On n’a rien à cacher. J’étais avec lui avant même qu’Urie arrive dans ce putain de monde.

« T’es trop sur les nerfs de toute façon. »

Encore du charabia mais j’ai l’impression que c’est un peu plus compréhensible. Je me relève tant bien que mal, comme si j’étais sur un navire. Plus jamais je bois comme ça. J’ai l’impression de flotter mais je tangue. Le verre crisse sous mes chaussures et je le rejoins.

« Laisse moi t’aider. »

Je n’ai sans doute pas choisi mon boulot par hasard. C’est ce que je suis, au fond de moi. Une pute en manque. Mes mains s’accrochent à son pantalon, se battent avec la ceinture. Je lève les yeux vers lui alors que je suis retombé à genoux. Il aime que je le regarde quand je le suce, je le sais. Et peut-être qu’une pipe maintenant l’aidera à se détendre. A arrêter de crier alors que ma tête est sur le point d’exploser.

Il ne m’a pas arrêté. Pas encore. Je fais sauter le bouton et défais la braguette. Mes gestes ne sont pas précis, je lutte. Un bourdonnement sourd emplie mes oreilles. Je suis désolé si je ne réponds pas. Je ne comprends plus. Mais son regard m’indique clairement qu’il n’en a pas fini. Et je risque rapidement de finir sur le cul parce qu’il me repoussera. Sans équilibre et sans repère, il a le dessus. Alors autant laisser la tempêter passer.
©️ nightgaunt

#9 le 12.10.17 15:23

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1880
× Øssements 1602
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1880
× Øssements 1602
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
Le membre 'Cyrus Kennedy' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


'PILE OU FACE' :

#10 le 12.10.17 16:30

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK
× Appartement : Michalak
× Métier : Au chômage
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 990
× Øssements 3520
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le scolopendre
●Prince of Vampires●
Clopeur Nocturne

http://www.peekaboo-rpg.com/t1802-urie-kaneki http://carnetspectral.pab

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
90/100  (90/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK
× Appartement : Michalak
× Métier : Au chômage
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 990
× Øssements 3520
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le scolopendre
●Prince of Vampires●Clopeur Nocturne

CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE CRÈVE

Dans le silence je nous perdais

- Un faux-calme, t'aurais du t'en douter -


Tu le vois ce moment où ça va me retomber sur la gueule? Tu le vois hein? 'Tain faut toujours que je me retrouve avec des types qui sont juste pas foutus d'assumer, qui terminent en PLS et m'obligent à cracher sur mes sentiments, sur ce que je ressens pour pouvoir les consoler. Comme s'ils avaient le droit de se mettre à chialer de supporter un putain de soupçon de ce que je peux ressentir alors que je me prends tout dans la tronche gratuitement. Vous n'êtes que des gamins. Des putains de gamins qui se la jouent sur le fil de l'âge pour montrer qu'ils sont adultes, vous jouez de votre corps, vous abusez à outrance des substances et quand vient l'heure de payer, de passer à la caisse pour toutes les conneries que vous avez pu faire pendant que vous planiez, y'a plus personne.

Parfois je me sens à des kilomètres de ce qu'il se passe dans votre esprit. A toi, à Eden… A Pom aussi. 

Vous vous écriez, vous vous tordez dans vos larmes, dans vos fluides que vous rendez en criant que ça n'est pas vous, pas votre faute, que vous ne vouliez pas. Mais le faire exprès ou non n'entame rien à la faute qui a été commise. Et le résultat est le même, ce sont bel et bien mes doigts que j'enfonce dans votre bouche pour vous forcer à rendre ce trop plein. C'est moi qui va essuyer vos lèvres barbouillées de bille et qui vous embrasse en vous disant que ça va aller. Vous maintiens pour vous retirer ces fringues qui sentent le vomis et vous douche pour vous coucher ensuite. Que c'est une simple cuite et que demain vous aurez un mal de crâne carabiné, une casquette plombée mais que ça passera. Et que moi… on s'en branle, je peux encaisser. Je suis trop con aussi. J'vous aime sûrement trop. 

Ne continue pas dans ce sens Cyrus, tu ne vas clairement pas assumer ce qu'il risque d'arriver si tu continues ainsi. 

Jusqu'ici je n'ai eu aucun geste ni parole de travers. J'ai été droit, fidèle à moi-même. A aucun putain de moment je ne t'ai manqué de respect ou ne t'ai traité d'une façon.

T'es minable. Là, dans tes vapeurs d'alcool. Et tu me rends dingue à ne pas ouvrir ta bouche pour me filer les bonnes choses. J'ai jamais demandé grand chose entre toi et moi. Le cul me suffisait bien pour preuve, maintenant que j'en ai plus ça me donne envie d'exploser. 

Pourquoi toi et pas lui? Car je te suspecte de me dissimuler un truc depuis le début… Et lui, lui j'aviserai ne t'en fais pas. Je sais que lui ne me le dissimulerait pas sciemment. Pas ça. Mais si c'est moi qui t'ai refoutu dans ses pattes, si tout est de ma faute comme tu le dis… Putain t'as la moindre idée d'à quel point le retournement de la chose est cruelle? Dans mon esprit vrille bien des scénarios. Un bourdonnement assourdissant… mais ça n'est que les basses incessantes de la salle en-dessous de nous.

J'ai vu le verre voler par terre, t'as commencé à t'effondrer alors que je n'ai même rien entamé. J'ai voulu te ramasser mais… Ce soir je ne bouge pas de contre cette porte. Je ne veux pas qu'on me la fasse à l'envers. T'as l'air misérable ainsi mais si je t'approche je risque de disjoncter alors reste là au sol, à te morfondre merdiquement. 

" Je veux la vérité. " quelle question. Ta réaction, en-dehors du fait que tu sois empli d'alcool, m'indique que t'as quelque chose à me dissimuler. T'as un truc à te reprocher Cyrus et je sais pas encore exactement quoi. Mais je vais le savoir. Je veux le savoir. T'as pas idée à quel point.

T'as rampé comme un insecte jusqu'à moi, à genou, à mes pieds et je t'ai regardé, cruellement. Je sais que tes services en tant que pute sont loin d'être désagréables t'en fais pas. Mais c'est pas cet usage dont je veux que tu fasses avec ta langue. 

A quoi tu penses putain? Qu'est-ce que t'es en train d'essayer de faire? Ma main s'est plaquée contre mon crâne. J'ai fermé les yeux un instant. Un bref instant pour ne pas t'en foutre une. Le temps suffisant pour que tu défasses mon pantalon sous mon regard encore incertain de ce que j'allais te faire si tu ne parlais pas. Tu vas me rendre dingue. Ne le fais pas. Je risque de te faire mal, tellement mal. Et aucun des jouets de la pièce ne te fera aussi mal que moi.

Tu ne t'arrêtes pas et j'ai agrippé ton haut, ton col que j'ai remonté à hauteur de ton visage pour inverser les positions. Je t'ai plaqué contre le mur sans ménagement. J'ai senti cet à-coup traverser ton corps que je maintiens car tu as du mal à suivre le mouvement. 

Ma main gauche a agrippé ta mâchoire, ton crâne qui tient si mollement sur ton cou, à la base de ton corps. Regarde-moi bien dans les yeux. Je t'invective silencieusement. Je te maudis de ce comportement. Jamais j'aurais dû venir, je ne l'aurais pas fait si j'avais su à quel point t'aurais pas assumé.

" Kennedy, son frère n'a que ça à la bouche et a la fâcheuse habitude de me confondre depuis le début. Kaneki, Kennedy… Ça aurait dû me mettre la puce à l'oreille bien avant. Mais c'était trop léger. Le fait qu'il me dise qu'avant j'étais plus sympa aussi… que je lui refusais pas de coucher avec peut-être. Et ça te correspond tellement. Tu touches vraiment à tout ce qui bouge. Kyoshi a la langue très pendue… Ensuite si t'as besoin de plus, le fait qu'Eden me parle du retour de l'un de ses protégés. Toi aussi t'en es un. Si t'as trainé là-bas, y'a bien une raison. Ton besoin farouche de toujours vouloir tremper dans des trucs sombres, t'aimes quand ça craint et c'est clair qu'Eden avec ses foutus réseaux correspond parfaitement. Il t'a récupéré d'entrée de jeu. T'as fini dans ses petits papiers et je sais pas encore à quel point, je sais pas de quelle manière mais quelque chose me dit que t'es pas assez con pour être passé à côté d'un détail quand t'es revenu. De ce qui se dit au Bchobiti me concernant et concernant la relation que j'ai avec. Car tu le connais Cy' me la fais pas à l'envers. "

Je t'ai tiré vers l'avant et j'ai fait percuter à nouveau ton corps, ta tête contre la paroi derrière toi. Mon ton s'est élevé subitement. Je n'aime pas qu'on me prenne pour un con et j'ai l'impression que t'es en train de le faire. 

Mes doigts se resserrent sur le tissu de ton haut, tes os. Je blanchis ta peau comme mes articulations tant je serre. Et bientôt ce sont des marques bariolées qui s'impriment sur toi. Rosées, violettes… Bleutées.

" T'es au courant d'un truc sinon tu serais pas dans cet état putain! Arrête de me prendre pour un con. Sinon je te jure… Putain je te jure que là je vais te faire mal et que t'y prendras pas ton pied! " depuis combien de temps t'as pigé qui je suis? Est-ce que t'en joues? Est-ce que t'essaies de faire un truc tordu?

Je l'ai pas senti partir. Vraiment. J'ai lâché ton col et mon poing verrouillé s'est enfoncé dans la porte derrière toi. Faisant résonner l'impact dans mes os, me faisant intérieurement vriller un peu. La douleur… Ne me calme en rien et c'est même l'inverse. PUTAIN DE MERDE. Je t'ai relâché et me suis éloigné. Faut que je te lâche, je vais t'en foutre une vraiment. Et vu l'état de mes jointures, si tu prends c'est quelques os que je vais te briser.

" TU PARLES MAINTENANT OU SINON JE TE JURE QU'Y'AURA AUCUNE POSSIBILITÉ DE RETOUR EN ARRIÈRE! "

J'ai perdu mon sang-froid. Ma respiration est soudainement devenue éreintée, mes yeux exorbités. Si tu me trouvais trop peu expressif jusqu'alors y'avait d'autres moyens. Moi qui suis pourtant des plus calmes, aux traits bien souvent stoïques, c'est bien l'énervement que je revêts aujourd'hui. Et c'est loin d'être plaisant.

Le silence des gens me rend dingue. Réellement. Je préfère être roué de coups, ça doit me venir de ma mort ça, je préfère prendre en pleine gueule une salve de mots. Mais le silence est une torture à mon sens. Ne pas me donner de mots, ne pas me confirmer, ne pas réfuter… Me laisser seul avec mon esprit tordu qui prend ce qu'il a, le déforme, l'amplifie et le transforme en une possibilité atroce.

C'est ta dernière chance avant que je ne décide de si t'es coupable ou non. De si je dois te faire disparaitre de mon sillage, de son sillage ou non. Dépêche-toi. DÉPÊCHE-TOI.