ConnexionConnexion  
  • AccueilAccueil  
  • PortailPortail  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • connexionSe laisser mouririnscriptionNos fantomesliste des membres
    RèglementContexteGroupesØssementsPoints d'amusement
    Nouvelles épitaphesépitaphes du jour
    Rechercher
       
    forum rpg paranormal déjanté • rp libre • v.3.12
    en ce moment

    Capouccino recherche le grand amour, homme, entre 19 et 25 ans

    Eden Indentshi recherche tout plein d'employés pour son organisation

    Cinemont recherche des personnages enfants

    Cinemont a posté un rp libre dans l'allée des cerisiers

    Alexiel Etsuko cherche plusieurs rps pour son personnage deux en un.

    Alexiel Etsuko a posté un rp libre dans l'appartement Kiss

    Urie Kaneki recherche divers vampires pour rp !

    Event du moment
    Calendrier de l'avent
    du 1er au 24 décembre

    hoshiko ito ✗ my dear broken boy

    × Evolution :
    × Image : take me away × Age de la mort : 19 Masculin
    × Age post-mortem : 69
    × Avatar : KAITO - VOCALOID
    × Pouvoir : Hoshi (星)
    × Appartement : Brossard
    × Métier : Fleuriste / Serveur / Magicien
    × Péripéties vécues : 517
    × Øssements771
    × Age IRL : 21 Masculin
    × Inscription : 25/06/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : le cachalot
    × DCs : Nope.

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    12/100  (12/100)
    take me away19Masculin69KAITO - VOCALOIDHoshi (星)BrossardFleuriste / Serveur / Magicien51777121Masculin25/06/2017complètele cachalotNope.
    avatar
    nécromancien
    http://www.peekaboo-rpg.com/t2431-hoshiko-ito-my-dear-broken-boyhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2433-hoshiko-ito-shine-a-lighthttp://www.peekaboo-rpg.com/t2040-hoshiko-ito-telephone
    take me away19Masculin69KAITO - VOCALOIDHoshi (星)BrossardFleuriste / Serveur / Magicien51777121Masculin25/06/2017complètele cachalotNope.
    nécromancien
    Terminé
    #1 le 30.09.17 10:00

     
     (f) Hoshiko – 星子 – enfant des étoiles
     

     
     identité
     Son nom ? Il faisait comme milles étoiles cachées au fond d’un petit coffre secret, où l’on range ses trésors. Son nom, c’était Ito Hoshiko, que certains connaissaient sous le nom de Shiny Wizard, mais ils étaient fort rare, même inexistant.
    C’est le premier jour de l’été que cette étoile est née, quand le soleil décida enfin à se montrer. C’était le 21 juin 1948, trois ans après que la guerre, en Europe en tout cas, se soit terminée. Il était né dans une idée de paix, peut-être même d’idéal d’un monde meilleur, qu’on pouvait faire mieux, dans le Japon campagnard, avant de rejoindre la ville. Il était né de deux parents : Tsuyoshi et Fubuki, qui ont grandit comme de vrais japonais. C’est d’ailleurs sa langue maternelle : le japonais, mais il sait aussi parler l’anglais, avec un accent étrange mais dans une grammaire correcte. Tout ça pourrait être une belle vie.
    Mais même les étoiles peuvent mourir, et pour celle-ci, ce fut le 7 mai 1968, il en est devenu nécromancien, travaillant surtout ci et là, mais principalement pour Ebiko et pour Orpheus, qu’il connaît depuis quelques années, déjà.
    Peut-être qu’un jour, il aura le courage du changement, le courage d’aimer ?
    C’est un être capable de beaucoup : il est capable de matérialisé une sorte de lumière solide qui peut prendre diverses formes et couleurs, et peut être magnifique à regarder si ce pouvoir est bien utilisé, pouvoir qu’il nomme Hoshi, l’étoile, (星).
    Un pouvoir délicat pour un homme brisé, peut-être.

     

     
     

     

     
     physique
     Sa vie lui semblait surréaliste, même lorsqu’il se regardait dans un miroir. Surtout devant un miroir ? Que faire de ces yeux bleus et de ces cheveux mi-long, baigné de la même couleurs qui étaient tout sauf naturel ? Ils étaient clairement alimenté par les des potions diverses, peut-être pour une quelconque raison ? Néanmoins, cette étrangeté le laissait s’habiller comme il le désirait. Certains jours, il se sentait revêtir les peaux d’un roi, d’autres celles du commun des mortels. Il était ni trop grand, ni trop petit, ni trop maigre ni trop gros. Il semblait se fondre dans une norme trop générale que pour être particulière. Tellement normal que ça devenait étrange.
    Son visage était beau, on pouvait le dire, mais il ne l’aimait pas. Pas plus que son corps, mais n’avait-il pas été aimé ?
    Il n’y avait, sur sa peau, peu de chose que l’on pouvait distinguer. Quelques grains de beautés fort élégant lui recouvrait parfois le dos et les épaules, mais encore fallait-il pouvoir les replacer. Aucune cicatrice ou marque, sinon une sorte d’étoile sur la fesse gauche, qui était là depuis sa naissance.
    Ses manies le définissait presque. Il était facile à lire lorsqu’on le connaissait. Ses mains dessinaient des vagues dans l’air lorsqu’il se laissait emporter la musique, taper les doigts contre la table lorsqu’il était agacé ou encore s’agrippaient l’une à l’autre lorsqu’il avait peur. C’était une personne très mouvante, tactile aussi, ne pouvant garder ses mains dans les poches.
    Il était comme il était, et même s’il ne l’aimait, il appréciait ce qu’il était : une personne réelle, qui existait pour elle même, et c’était déjà beaucoup pour lui.
     

     

     
     précisions
     Hoshi, le pouvoir du nécromancien, avait un principe très simple : il pouvait créer différentes formes lumineuses, qui brillaient peut importe l’endroit. Il peut aussi décider de l’intensité et de la couleur de lumière. Néanmoins, plus il y a d’objets, plus les maintenir est difficile. Les objets perdent en intensité, en stabilité. Le niveau de fatigue joue énormément aussi, dans ses pires jours, Hoshiko peut difficilement maintenir une sphère lumineuse qui durera plus d’une heure et inversement, dans ses meilleurs, ils peut en même temps créer une quinzaine qui peuvent durer environ une heure. En moyenne, il peut en créer trois qui resteront jusqu’à ce qu’il se décide de les révoquer. Une seule sphère est très facile à manipuler pour Hoshiko. Mais maîtriser son pouvoir devrait lui permettre d’en contrôler une trentaine pendant une heure et proportionnellement, le double en moins de temps.
     

     

     

     caractèreIl fut un temps où le nécromancien était quelqu’un de réserver et calme. Pourtant, aux premières années de sa mort, il ne sortait que rarement de chez lui, de peur de croiser son père. C’était idiot, mais il était incapable de le voir et n’avait cesse de pleurer les premiers jours.
    Hoshiko, c’est quelqu’un de bien dans le fond. Il aime les enfants, il ferait un bon parent, le contraire des siens. Mais il a peur de devenir comme eux, c’est peut-être sa plus grande crainte, se réveiller un jour et découvrir qu’il est comme eux. Ça le briserait.
    C’est quelqu’un de souriant, peut-être trop, qui a encore l’espoir dans ses yeux, et qui vit avec ce qu’il est, ce qu’il a été. Il a pourtant encore du mal à s’accepter malgré un monde très ouvert. Une séquelle de sa vie passée, sans aucun doute. Il n’aime pas qu’on le touche, un besoin de contrôle sur sa vie ; il doit être celui qui fait le premier pas, sauf s’il connaît bien la personne, dans ce cas, il n’y aura aucune crainte, aucune peur, aucun dégoût.
    Mais Hoshi, c’est le genre à vouloir agir car penser l’a détruit. Non, car on lui a détruit sa pensée. Il réagit, évitant les pensées, car ça va plus vite, car il y a moins de regret. C’est aussi une personne qui est incapable de faire du surplace.
    Il est peut-être faux, dans une certaine mesure, ne laissant pas ses sentiments s’évader, préférant garder un masque souriant plutôt que d’admettre qu’il est blessé, préférant l’humour comme échappatoire même si ça signe être sa propre victime. Il se refuse à pleurer devant des gens, pas après l’avoir fait pendant presque deux ans. Il veut vivre heureux, comme il aurait dû, prenant peut-être la maxime du monde des morts un peu trop à coeur, ne faisant que ce qu’il aime, c’est pourquoi il a eu plusieurs métiers aussi différents les uns des autres. Il fut un temps où il pensa enseigner, ou à s’occuper de jeunes, mais il oublia rapidement cette idée.
    Sans compter que c’est un romantique désespéré, cherchant toujours un peu l’amour, mais n’y croyant pas, car après tout, qui voudrait de quelqu’un comme lui ?
    Hoshiko, c’est un peu un enfant qui fait de son mieux dans un monde qui a grandit trop vite, un enfant qui marche devant lui, beaucoup trop heureux pour que ce soit vrai. Sa marche folle est un peu une course contre lui-même et la vérité, qu’il se refuse à avouer : il n’est pas une monstruosité, il a le droit d’exister et de ressentir pour lui-même.
    C’est quelqu’un d’un peu trop altruiste, se donnant plus aux autres qu’à lui-même, s’oubliant aussi.
     


     histoire
     Y a-t-il quelque chose de plus horrible que la haine ? Il n’y a rien de plus cruel dans ce monde car elle sépare les uns des autres, elle pousse à l’ignorance, à la colère, à la peur. La haine est un malheur plus profond que tout. C’est pourquoi elle ne devrait jamais toucher les enfants, car ils sont l’avenir, une promesse, lancée au lointain pour un monde meilleur, plus juste, plus fraternel, plus libre.
    C’est avec un promesse que commence cette histoire, après une horrible guerre de haine, le Japon, dominé par des Alliés, tente de se reconstruire, mais c’est en 1948 qu’il est né, dans un cri, perçant, car ses poumons respiraient pour la première fois. C’est un jour dont il ne se souvient pas, mais il était déjà une promesse. Celle que le monde allait changer, d’une façon ou d’une autre, et qu’il aiderait le changement. Ses parents, sans le savoir, avaient déjà commencé à le guider sur cette route.
    Hoshiko, c’était son nom, est incapable de se souvenir de ses premières années, comme tout le monde, c’était un moment de joie, de vie, malgré l’occupation américaine, ils survivaient, ils vivaient. Certains jours étaient difficiles mais ils y arrivaient. Hoshiko, c’est sa mère qui avait insister pour ce nom. Enfant des étoiles, lui, l’enfant qui est né quand elles mourraient, pour laisser place à l’astre le plus important de ce système solaire, juste une étoile qui brillait plus fort que les autres, à un point où elle cachait les autres. Hoshiko a aimé son prénom pendant plusieurs années, avant de la haïr, mais ce n’est pas encore son histoire, ni même une destinée. Le passé peut s’expliquer sous plusieurs formes, sous plusieurs arts. C’est une façon de s’exprimer : le passé est une part indissociable de nous ; elle ne signifie pas pour autant que nous sommes notre passé. Il ne fait qu’aider à devenir ce que nous sommes aujourd’hui.
    Si on lui demandait, le premier souvenir qu’il aurait serait les champs jaunes de fleurs qui bordaient une vieille route, quand il vivait encore dans un petit village campagnard, miraculeusement épargné par la guerre, un souvenir à courir dans les tournesols, les mains levées jusque sur les côtés, pour bien sentir les tiges qui passaient près de ses mains encore trop petites.
    C’était l’époque des doux étés, la saison chaudes, les beaux souvenirs, mais les saisons passent ; elles se meurent une à une, ne laissant plus rien, sinon un souvenir perdu.
    Il n’y a que peu de souvenir de l’enfance, car le temps passe et les efface avec lui, mais il se souvient qu’il y avait de l’amour, une joie éphémère, car le temps des rires cédera toujours au temps des larmes.
    Grandir signifie changer, être influencé, par sa famille, ses amis, ses voisins, son habitat. Bientôt, Hoshiko dû dire adieu aux farces faites aux vieilles personnes du villages, car voilà que le père s’est fait transférer dans la grande ville, où la vie semblera différente de tout.
    Adieu, vie où Hoshiko était le seul enfant d’un petit village abandonné, chouchouté de tous, car il est le seul enfant. C’est une tristesse qui gagne l’enfant, de perdre tout ce qu’il ait jamais connu, mais une excitation nouvelle que de rencontrer d’autres enfants le gagnait, c’était aux beaux étés à qui il disait adieux, car voici l’automne de sa vie, qui semblera le plus long, mais peut-être d’une beauté insoupçonnée.

    Là-bas, il a appris à quel point les enfants pouvaient être méchant ; pourquoi se sentait-il si différent, si exclus ? L’enfant avait eu envie de pleurer, plusieurs fois. Mais son père lui rappelait qu’il n’avait pas le droit de pleurer, il lui faisait bien comprendre. ‘‘Je te fais souffrir parce que je t’aime.’’, sans compter cette drôle d’odeur qu’il avait parfois le soir. La ville était grande, tout le monde l’ignorait, comme s’il n’existait même pas. Hoshiko avait appris une chose : la solitude. Il ignorait qu’il était possible de se sentir si seul dans un endroit si plein de monde. Comment était-ce même possible ? Comme si chacun était isolé alors qu’ils vivaient si proches les uns des autres. Là-bas, le petit garçon si extraverti, ouvert à tout et si curieux est mort. Mais un jour, seul, Hoshiko s’amusait comme il pouvait, jusqu’à ce qu’une ombre lui cache la lumière du jour, un enfant triste, aussi seul que lui, puis des rire à deux, des jeux. Ils sont devenus inséparable, incapable de se quitter. Tous les deux portait un prénom de filles mais étaient des garçons, un mauvais coup du sort, mais une belle mélodie pour l’un et l’autre. Hoshiko et Airi, Airi et Hoshiko. Airi, la raison de l’amour. Hakuryuu, le blanc dragon. C’était un garçon courageux, fort. C’était le seul qui faisait ressortir un sourire du triste visage de Hoshiko, la seule chose qui le rendait encore heureux. Il serait fou de dire qu’ils ne s’adoraient pas. Ils étaient important l’un pour l’autre.

    Et puis, vient le temps des amours, avec l’adolescence qui arrivait. Mais ils se sentaient toujours aussi seuls des autres, mais ils étaient heureux dans ce monde à deux, comme une mélodie qui ne se jouait que pour eux, c’était leur univers, ils en étaient les rois. Un jours, ils le savent, ils voleraient au-dessus du monde, comme les oiseaux dans le ciel. Ils voulaient y croire.
    Ils étaient des étudiants normaux, aux notes moyennes. Ils auraient peut-être pu faire plus, mais ils n’étaient pas mauvais, et ça suffisait aux parents de Hoshiko, même s’ils voulaient qu’il réussisse, pour réussir mieux qu’eux. N’était-ce pas le rêve de tous les parents ? Ne vivaient-ils pas au travers de leurs enfants ? Il ne savait pas trop à quoi il aspirait dans la vie, mais il l’espérait tranquille. Airi, lui, la voulait vivante, pleine d’événements et d’aventures. C’était l’un de leurs rares désaccords, mais ça n’empêchait jamais d’être heureux et de vivre à deux. Ils ne s’imaginaient pas la vie l’un sans l’autre. C’était étrange, comment les sentiments pouvaient prendre le pas sur une vie, prendre le contrôle, poussé par une impulsion soudaine, lui qui était si réfléchi, Hoshiko n’avait pas hésité, ne réfléchissant pas un seul instant. C’était un jour, où ils étaient seuls, il l’embrassa. Il ne sait pas pourquoi il s’est écouté. Il le savait pourtant, qu’à cause de ça, leur vie serait ruinée. Mais il l’avait fait. Bien plus tard, Airi lui confia que s’il ne l’avait pas fait, c’était lui qui aurait fait le premier pas. Ils s’aimaient, mais en secret.
    À cette époque, le monde n’était pas un intolérant, il était remplis de haine. Pourtant, il y a toujours cet espoir pour un monde meilleur, un monde où les gens seraient libre d’aimer. L’espoir était la seule chose qui les faisaient tenir, avec leur amour, qu’un jour, ils seraient libre d’être. Libre de vivre dans la lumière. Il voulait la lumière, tellement fort.
    De la lumière, il y en a toujours eu dans sa vie, il voulait tant faire parti du monde du spectacle. Ce qu’il voulait, c’était être un magicien, un prestidigitateur, mais là aussi, son père s’est permis de lui rappeler qu’il serait ce qu’on lui dira d’être, parce que c’était mieux pour lui. Mais plus le temps passait, plus il doutait. Parfois, la douleur était trop grande, elle se montrait devant Airi et Hoshiko en avait honte. Honte d’être si faible, si fragile. Honte que son père doive lui rappeler quelle était la bonne route, qu’il doive encore se faire guider à son âge. Pourquoi tout cela devait-il être aussi douloureux ?
    Il continua sa vie, qui devenait de plus en plus bleue et un jour, Airi lui dit qu’il ne pouvait pas continuer comme ça, que c’était pas normal. Les enfant ne grandissaient-ils pas tous comme ça ? Non, certainement pas, les enfants n’étaient pas destinés à devenir leurs parents, ils ne devaient pas vivre au travers de leurs progénitures. Un enfant était un individu propre, pas la continuation d’une œuvre. Hoshiko, qui avait appris à ne pas pleurer, ne put s’arrêter avant le lever du jour.
    Airi, c’était une bonne personne, qui voulait aider le monde, le changer. Et si pour le changer, il fallait changer la vie de Hoshiko, il le ferait. Il voulait lui demander en mariage, l’embrasser avec le soleil, dans la rue, sous le regard des gens.
    Épouse-moi, étaient ses mots, épouse-moi, même si ça prend cent ans pour ça.
    À ça, Hoshiko lui répondit rqu’il refusait de dire ‘‘Je le veux’’, il voulait dire ‘‘On l’a fait[/i]’’, quand on leur disait qu’ils ne pouvaient pas. ‘‘Je veux pouvoir dire que nous pouvons, plutôt de dire qu’on pourra, je veux être libre de t’aimer, car on s’aime, tout simplement...’’. Dans le creux de la nuit, Airi lui dire qu’ils le pourront, librement.
    C’est au matin, que main dans la main, ils marcheront jusque chez Hoshiko, et où il priera à Airi de partir, car, il avait un de ces pressentiment que quelque chose de grave allait arriver.
    Vous les connaissez, n’est-ce pas ?

    Airi s’éloigna, une boule au ventre, son instinct lui disait de courir, mais son coeur lui disait de se rebrousser chemin, il marcha, quinze minutes, puis il revenait voir Hoshiko, c’était le marché. Il marcha dans les rues, inquiet. Il pensait à son amour, qui était si doué avec les enfants, qui devrait s’en occuper. C’était une personne magnifique, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur. C’était une belle personne qui aimait inconditionnellement, si on lui en laissait la chance. Mais il continuait à marcher. Il ne savait pas pourquoi, mais ses pieds l’on conduit jusqu’à un poste de police. Il pria les homme à l’intérieur de le suivre, ils devaient le suivre, c’était une question de vie ou de mort, il s’en foutait des conséquences, il ne voulait que la sécurité de Hoshiko. Il ne savait qu’au même moment, le garçon allait bientôt exécuter le plus grand des tours de magie : disparaître.

    Hoshiko avait tout déballer, les quatre vérités, ce qu’il était, ses désirs, ses amours, ses passions. Son père ne tarda pas à s’énerver. Le destinant à ce que vous savez déjà. Les coups de pieds, les coups de poings, les autres coups que Hoshiko n’arriva pas à distinguer, car il s’étouffait dans son sang, ses organes internes avaient déjà presque tous éclatés, sa visions se brouillait. Son esprit, il partait.
    Jusqu’à aujourd’hui, il ignore si la justice a été rendue, il ne veut pas le savoir, les deux options le blesserait beaucoup trop. Il ne pensait plus à sa famille.

    Il se réveilla dans une pièce plongée dans le noir et fut guidé vers un somptueux bureau, où on lui rejoua la scène de sa mort. Il resta là, à pleurer, un court instant, car le roi était, malheureusement occupé. Il pleura des heures dans un couloir vide, sombre.
    Au fil du temps, il y alla souvent pour pleurer, se dire que ce n’était pas possible. D’une certaine façon, il aurait aimé que tout s’achève à sa simple mort, qu’il voulait la lumière. Il la souhaita si fort qu’une boule de lumière fit son apparition. C’était pendant sa première année.
    Très vite, il continua à exploiter ce pouvoir, qu’il mit au profit du spectacle, sous le nom du (méconnu) Shiny Wizar. Le chagrin l’habitait toujours, je ne vais pas vous mentir. Mais, il y avait cette petite lueur en lui, qui lui disait que tout irait bien. Que tout ne pouvait qu’aller bien.
    Parfois, il repensait à des nuits d’étés, passé avec son seul ami, se demandant comment vivant son ancien amour, lui espérant le meilleur. Il failli demander à un vampire qu’il aille mordre Airi. Mais, il l’aimait beaucoup trop pour le forcer à un monde qui n’était pas sien. Mais il profita pour faire rapporter tous ses souvenirs qu’il avait de son aimé, de son enfance, de ces moments de joie trop rare.
    Il travailla un peu partout, où il pouvait, parfois quelques semaines, parfois quelques années. Mais ce qui dura le plus longtemps, c’était ses spectacle de lumière, où il aimait s’entendre dire qu’il suffisait parfois de croire en soi pour que le rêve se réalise, dans son spectacle de lumières et de magie, aidé des potions qu’il apprenait à faire.
    Aujourd’hui, il vivait, dans le monde des morts, ayant trouvé son rythme, mais souvent, il observait le ciel étoilé jusqu’à l’aube.

    Il y avait sur la colline, deux enfants, qui regardaient eux aussi le ciel, étoilé de l’été. Parfois, ils se regardaient et riaient. Ils parlaient entre eux, comme si le secret du monde était entre leur main, leurs voix étaient comme des graines qu’on lançait sur une terre riche : c’était un moment important et précieux pour une vie.
    Promets-moi ! dit l’un d’eux
    Quoi donc ? répondit l’autre
    Qu’on se reverra, si un jour on est séparé de tout !
    Mais on se verra tout le temps !
    Promets-le, alors !
    D’accord, je te le promets… Hoshiko.

     
     derrière l'écran
     PRÉNOM : Klarion
     AGE : tmtc
     COMMENT T'AS TROUVE LE FORUM ? Apparemment, c'était par top-site ?
     Le smiley que tu préfères ici ? et
     Tes mangas préférés ? Je sais toujours pas
    PERSONNAGE DE L'AVATAR : KAITO - Vocaloid
     

     

     ©️joshua rokuro pour peek a boo!
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 18 Masculin
    × Age post-mortem : 193
    × Avatar : Greed/Lin Yao - FMA
    × Pouvoir : absolu /PAN/
    × Logement : (à venir, je suis sdf présentement)
    × Métier : Roi ♛
    × Péripéties vécues : 3639
    × Øssements1767
    × Age IRL : 21 Féminin
    × Inscription : 08/02/2014
    × Présence : complète
    × Surnom : le koala
    × DCs : Luap Jones

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    38/15  (38/15)
    18Masculin193Greed/Lin Yao - FMAabsolu /PAN/(à venir, je suis sdf présentement)Roi ♛3639176721Féminin08/02/2014complètele koalaLuap Jones
    avatar
    Monseigneur Jojo roi des lémures et dragon des archives
    http://peekaboo.web-rpg.com/t9-joshua-o-je-m-aime-quel-talent#14http://peekaboo.web-rpg.com/t68-j-suis-grave-open-liens-rps-de-joshua#page-body
    18Masculin193Greed/Lin Yao - FMAabsolu /PAN/(à venir, je suis sdf présentement)Roi ♛3639176721Féminin08/02/2014complètele koalaLuap Jones
    Monseigneur Jojo ♛ roi des lémures et dragon des archives
    Terminé
    #2 le 30.09.17 10:30
    Je viens lire ! Josh au taquet demon

    Identité Nickel pour l'âge je calcule tout pareil, pour les langues c'est parfaitement cohérent, on voit que tu commences à être rodé
    Physique Rien à redire par ici, c'est tout justifié, c'est parfait
    précisions Le pouvoir ne change pas, donc, mais est plus détaillé et la maîtrise est prévue, donc c'parfait par là aussi !
    caractère   PINPONPINPON J'AI TROUVE UNE FAUTE D'ACCORD   /paf
    Son cara est triiiiiste un peu Mais quand même il est nettement plus ouvert aux autres qu'avant, c'est cool
    histoire P'tain je regarde l'ancienne fiche en même temps et c'est OUF je te valide toujours à 10h du mat (et j'ai encore du kk d'yeux dans les yeux, COINCIDENCE???)
    IL Y A DU SHIIIIIP DANS TON HISTOIRE Mais du ship triste (Maybe Airi sera buté par des homophobes et ils pourront se marier dans l'au-délà ptn je dis des choses horribles de bon matin) La mort est présente, la découverte du pouvoir est
    En résumé, cette fiche est MIEUX que l'ancienne (genre rien que le style est différent et j'trouve c'est mieux écrit qu'avant, alors que déjà avant c'était perf   )



    tu es re-validé !

    Félicitations, tu peux désormais aller rp !
    A son arrivée dans l'au-delà, ton personnage aura également été placé pendant une semaine dans un des appartements de l'agence Azazel :

    L'appartement Brossard
    En te rendant dans le sous-forum qui y correspond, tu trouveras un sujet de "flood privé" réservé pour la discussion avec tes colocataires, n'hésite pas à t'y présenter pour nouer de premiers liens sur le forum o/ Ouais bon tu sais comment ça marche, je t'ai laissé dans le même appart

    En parallèle, pense à aller recenser ton avatar dans le bottin pour ne pas qu'un futur nouveau te le pique, et à remplir les différents champs de ton profil ♥️.

    Tu pourras éventuellement aussi te créer un carnet spectral pour qu'on vienne te demander des liens et des rps, et surtout qu'on sache où tu en es dans ta vie sur le forum !

    Puisque ton personnage a déjà vécu 50 années dans l'au-delà, il a vraisemblablement déjà gagné quelques points d'amusement d'avance ! Je t'en donne 7 pour rester réalistes tout en te permettant de profiter du système de points. Si tu ne sais pas du tout de quoi je suis en train de parler, je t'invite à lire le sujet linké, les PA te seront probablement utiles dans le futur si tu souhaites faire évoluer ton perso !

    Enfin, même si on n'a pas envie d'y penser à peine validé, tu peux aussi passer faire un tour dans ce sujet afin de prévoir une éventuelle disparition de personnage en cas de reboot, de départ ou d'inactivité future

    Je pense que tu es assez submergé de liens pour le moment, je te laisse profiter du forum, étant donné que tu es officiellement un Nécromancien !
    × Evolution :
    × Image : take me away × Age de la mort : 19 Masculin
    × Age post-mortem : 69
    × Avatar : KAITO - VOCALOID
    × Pouvoir : Hoshi (星)
    × Appartement : Brossard
    × Métier : Fleuriste / Serveur / Magicien
    × Péripéties vécues : 517
    × Øssements771
    × Age IRL : 21 Masculin
    × Inscription : 25/06/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : le cachalot
    × DCs : Nope.

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    12/100  (12/100)
    take me away19Masculin69KAITO - VOCALOIDHoshi (星)BrossardFleuriste / Serveur / Magicien51777121Masculin25/06/2017complètele cachalotNope.
    avatar
    nécromancien
    http://www.peekaboo-rpg.com/t2431-hoshiko-ito-my-dear-broken-boyhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2433-hoshiko-ito-shine-a-lighthttp://www.peekaboo-rpg.com/t2040-hoshiko-ito-telephone
    take me away19Masculin69KAITO - VOCALOIDHoshi (星)BrossardFleuriste / Serveur / Magicien51777121Masculin25/06/2017complètele cachalotNope.
    nécromancien
    Terminé
    #3 le 30.09.17 10:33
    Aaaaaaah. Honnêtement, je rougis en lisant tes remarques, j'ai envie de me cacher sous mes couvertures, c'est horrible

    Enfin, oui, c'est vrai. ENCORE A DIX HEURES C'est un signe.

    Et merci beaucoup pour la validation rapide, Joshamour ♥️
    Afficher toute la signature


    Mais il faut pas que tu désespères, perds pas espoir : "promis juré qu’on la vivra notre putain de belle histoire". Ce sera plus des mensonges, quelque chose de grand, qui sauve la vie qui trompe la mort qui déglingue enfin le blizzard. ▵ Joy
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    forums partenaires