avatar
Invité
Invité
Terminé #1 le 28.09.17 19:58




THIS IS WHAT WE DO
Encore nu sous les draps, Cyrus se leva finalement péniblement. Leurs rendez-vous n'étaient pas toujours des plus doux, et la séance de sport qui avait précédé ce moment d'échange se faisait à présent ressentir. L'homme enfila son boxer gisant au sol et chercha dans la poche de son jean le paquet de cigarettes qu'il avait commencé dans la matinée. Il aurait pu prendre une douche, avant, mais Cyrus s'installait déjà sur le bord de la fenêtre. Elle était suffisamment large pour tenir à deux, et le petit balcon attenant empêchait toute chute dangereuse.

Les yeux fermés, il alluma son précieux bâton cancérigène, sans avoir peur un instant de sentir un jour ses poumons prendre feu. Cyrus avala la fumée avec tendresse, comme si c'était la première fois qu'il sentait dans sa gorge cette étrange substance volatile. Puis en ouvrant les yeux, il la recracha par la bouche en formant quelques formes brumeuses.

C'était habituel pour lui de fumer après l'acte. Pouvait-on parler de ce qu'il se passait autrement qu'un simple acte sexuel ? Ils ne faisaient pas l'amour, tous les deux. Ils couchaient ensemble, ils prenaient plaisir. Tous les termes étaient bons, sauf le premier. Jamais ils ne l'avaient employé, d'ailleurs, si les souvenirs de Cyrus étaient bons - et il aurait pu jurer qu'ils l'étaient.

Le garçon attendait que son ami le rejoigne tout en consultant ses réseaux sociaux sur son téléphone. Il pouvait bien poster une photo, maintenant, alors qu'il ne faisait rien d'autre que d'attendre, non ? Sans prendre la peine d'essayer de cadrer, sans chercher à faire le moindre sourire, Cyrus appuya sur le bouton central, captura le moment et commença à jouer avec les couleurs et la luminosité. Quand le tout fut rendu suffisamment mystérieux - avec un soupçon qui pouvait dévoiler ce qu'il venait de se passer quelques minutes plus tôt - il la posta. La légende indiquait simplement le petit dessin d'un lit. Aussitôt les notifications affluèrent, signe que les morts n'avaient pas toujours grand-chose à faire de leur existence.

Sentant la présence de son ami à ses côtés, Cyrus se décala afin de lui laisser de la place et proposa son paquet de cigarette. Le briquet à la main, il jouait avec la flamme.

- J'suis pas certain d'être en bon état pour rentrer ce soir, lâcha le brun en tirant une fois de plus sur sa cigarette. T'y es vraiment pas allé doucement ...

Il entendait déjà Urie lui rappeler qui avait voulu d'une position comme celle-ci, et qui avait voulu que les choses soient torrides. Cyrus ne s'ennuyait que rarement au lit, et cela n'était jamais arrivé avec son partenaire. S'il aimait parfois les actes doux, c'était souvent pour tester de nouvelles choses que Cyrus avait des désirs. Le sexe était pour lui comme une dose d'héroïne. Nécessaire et indispensable à son existence spectrale, comme à la vie d'humain qu'il menait avant ... et bien, avant sa mort.

- Tu m'en voudras pas si je te propose ça pour la prochaine fois ?

Avec un sourire amusé, Cyrus tendit son téléphone à son ami, lui laissant le temps d'apprécier le dessin. Il ne savait même pas si la position était réalisable, et c'était l'idée de défi qui lui plaisait. A quoi bon s'entêter à faire toujours la même chose, si l'on pouvait prendre plaisir différemment ? C'était comme pour s'abreuver. Pourquoi prendre des agonistes si l'on pouvait pimenter le jeu et chasser ?

A son tour, Cyrus regarda de nouveau le schéma. Vraiment, il allait se casser une vertèbre sans entrainement au préalable, c'était indéniable. Mais il avait envie de tester. Le goût du risque, sans doute. De toute façon, il avait déjà mal au dos, et il savait quel rôle il jouerait lorsque de leur prochaine rencontre. Mais cela pouvait se discuter. Il suffisait qu'il aille chercher le fameux dé dans la poche de son pantalon.

Avec un déhanché exagéré, il récupéra ce dernier et le montra au creux de sa main à son partenaire. Les yeux allumés d'une envie dansante, il prit une voix assurément suave et dégoulinante.

- Quel chiffre ? A moi que tu ne préfères une pièce ?

Si cela se jouait parfois avec une simple pièce de monnaie, Cyrus tentait toujours sa chance avec le dé. Six faces, six possibilités pour lui de changer les règles du jeu et de jouer l'autre rôle. Celui du dominant. Cela lui plaisait, parfois, mais pas trop souvent. Il préférait généralement laisser Urie mener la danse.


☾ anesidora
avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnK
× Pouvoir : Jurer comme un charretier
× Croisée avec : Ta mère
× Logement : Appartement au centre-ville avec Eden
× Métier : Second du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti
× Péripéties vécues : 1630
× Øssements6425
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le scolopendre
× DCs : Alexiel Etsuko

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
20Masculin20Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnKJurer comme un charretierTa mèreAppartement au centre-ville avec EdenSecond du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti1630642525Féminin30/04/2017complètele scolopendreAlexiel Etsuko
✘【 Prince of Vampires 】✘
Clopeur nocturne, Alpha

✘【 Prince of Vampires 】✘Clopeur nocturne, Alpha
20Masculin20Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnKJurer comme un charretierTa mèreAppartement au centre-ville avec EdenSecond du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti1630642525Féminin30/04/2017complètele scolopendreAlexiel Etsuko
http://www.peekaboo-rpg.com/t1802-urie-kanekihttp://www.peekaboo-rpg.com/t2716-urie-kaneki-a-la-lumiere-de-nos-amours-113eme-cigarette-sans-dormirhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2039-urie-kaneki-portable
Terminé #2 le 29.09.17 6:22

 

This is what we do

- Après-midi jeux de société -


Cette odeur qui flotte dans l’air, lorsque cette dernière est encore chargée de toute cette tension émise par deux êtres dont les corps se sont longuement mués le temps de quelques heures.

Puis celle d’une clope emplissant mes narines lorsque je reviens dans la pièce que j’ai quitté le temps d’une douche. Je suis de ceux dont la température redescend difficilement, devant jouer d’artefacts pour pouvoir rendre la chaleur supportable. Une serviette nouée autour de la taille et mes cheveux perlant d’eau que je plaque vers l’arrière d’une main distraite.

Je t’ai observé près de la fenêtre, j’ai vraiment trouvé un type aussi accro que moi - aux clopes -. Tu sens la clope, ton haleine est celle du tabac froid et ça ne me pose jamais problème car j’ai ce même goût. Et il y a ce rituel qui n’a jamais rien eu d’officiel, toi, moi, mes ou tes clopes, rien de plus, rien de moins.

Et encore, putain d’accro des réseaux sociaux je te vois te photographier sous bien des angles et cela a le chic pour me faire pousser un soupire, proche de l’exaspération. Je n’ai que 20 ans mais je n’ai pas du tout cet amour pour les nouvelles technologies. Alors penses-tu, quand je te vois faire quelques poses mystérieuses j’ai vite fait de te railler ou t’observer avec un fin sourire amusé. 



Profitant de ta perte dans la recherche de tes hashtags, je me suis approché et installé à cette place que tu m’as laissé. J’ai sans aucune forme de cérémonie attrapé le paquet ainsi que le briquet et me suis servi pour rapidement inhaler quelques volutes au goût âcre. Te redonnant ton matériel puis tirant lentement mais emplissant mes poumons dans une longue bouffée que j’aspire. Assis face à l’extérieur je suis de trois quart vers toi et hausse les épaules à ta remarque, l’air peu emphatique sûrement voilé par la fumée que je recrache en te répondant. 

" Rappelle-moi qui me lâchait des insanités pour que je lui brise les os? Ils sont tous intacts, pour preuve que je n’ai pas été assez fort. " comme pour continuer dans ces gamineries auxquelles nous nous adonnons souvent, j’ai tiré la langue, laissant un magnifique piercing sur lequel on peut lire « fuck off ». Je ne l’ai pas choisi, on me l’a offert. 

" Au pire je peux te déposer… au moins sur la bécane t’auras encore les cuisses bien écartées. " je me fends à peine d’un sourire de cette connerie et observe l’écran en haussant un sourcil. " outch. " putain, comment c’est possible de faire ça?

Je te vois t’agiter, observant distraitement ce tissu qui doit sûrement te coller à la peau. Mon visage niché dans ma paume gauche et je ne devine que tardivement ce que tu tentes de m’amener. Alors là mon gars, t’as rêvé. Jamais je me plie - dans tous les sens du terme - à ça. Ce que tu m’as proposé et d’un irréalisable et de deux… Non sérieusement. Je te laisse rarement prendre le dessus c’est pas pour me faire couiller sur ta dernière lubie d’essayer toutes les positions qui pourraient faire les lettres de l’alphabet. Ma tête va de gauche à droite avant même que tu me proposes de jouer ça au dé, celui que tu te trimballes toujours à mon plus grand plaisir.

" Je ne suis pas suicidaire à ce point. J’ai de la souplesse mais faudrait pas non plus abuser. Toi tu peux le faire, j’en suis certain… Vu ce qu’on vient de faire on pourrait même essayer maintenant. "

J’ai piqué le dé, le fais rouler entre mes doigts et observe ces six faces un instant. Arrête de m’allumer avec ces jeux. Le pile ou face, les dés… j’aime tout à vrai dire. Même le chi fou mi. Quand il est question de chance j’ai le cul bordé de nouilles - cette phrase peut vraiment être mal interprétée -.

Notre second point commun après la clope, cet amour du jeu. Moi je joue pour risquer de perdre et lui… Je ne sais pas bien encore. Je sais simplement que j’ai ce frisson… Le fait de gagner, l’euphorie que cela peut engendrer, tout cela n’est rien sans le frisson de manquer de perdre.

" Disons que je te laisse une chance sur six pour pouvoir espérer. Ça te tente? On va dire que je m’en veux un peu pour ce qu’ont pu entendre les voisins. " Et surtout, car de lancer ce dé me démange. 

Je bloque la clope entre mes lèvres et m’assois en tailleurs face à toi, laissant assez de place entre nous deux pour avoir une surface plane, juste ce qu’il faut pour lancer un dé et je te le tends. Je suis bon prince, joues ta chance et laisse-moi apprécier. 

" Au fait, tant que j’y pense… "

Ma main gauche a saisi le piercing de ton téton droit et j’ai tiré peut-être un peu trop fort - quoi que, avec toi ce qui est violent c'est relatif -.

" J’ai cru que t’allais me l’arracher tout à l'heure. "

Oui j’ai un dicton à la con. Oeil pour oeil, dent pour dent. Par contre au pieux je suis un peu moins débile, je ne l’applique pas dans tous les cas de figure. Mais là sérieusement t’y as été un peu fort et pourtant je suis pas douillet au vue de ces balafres blanchies qui parcourent tout mon corps, indiquant bien des incisions et autres mutilations subies de mon vivant ou plutôt, lors de ma mort.

Parfois tu t’y arrêtes, je sens tes mains jouer de ces boursoufflures peu esthétiques, plus qu’avec mes piercings qui sont pourtant devenus ta nouvelle lubie à en croire ces dernières fois.

Et ensuite?

- Lancé de dés -


1 : partir

Entre nous il n'y a rien, une fois sorti de l'acte os

avatar
Invité
Invité
Terminé #3 le 29.09.17 9:40




THIS IS WHAT WE DO
Les obscénités n’étaient pas quelque chose d’inconnu pour Cyrus. Au contraire même, on l’avait souvent réprimandé, lui demandant d’être plus poli ou, tout au moins, de faire attention lorsqu’il se trouvait en présence d’êtres plus jeunes que lui. Comme si, dans leur école maternelle ou leur classe de primaire, ils n’avaient jamais entendu tous ces petits mots grossiers.

L’homme se mit à rire silencieusement, laissant seulement les commissures de ses lèvres remonter. Urie n’avait pas tord, il se souvenait nettement lui avoir demandé explicitement « brise moi les os, putain ! ». Il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même si désormais, il était fracassé de partout.

- Fais pas trop le malin, va, répliqua Cyrus avant de réfléchir plus sérieusement à la proposition de se faire déposer. Le souci étant qu’après, il allait devoir revenir chercher sa voiture à pied, et il n’était pas franchement d’humeur à le faire. Ni aujourd’hui, ni demain, ni même dans vingt ans. Trop de flemmardise pour cela. « J’vais me débrouiller t’inquiète pas pour ça. Pas besoin d’avoir les jambes écartées pour trouver une bonne position. »

Sous-entendu deux point zéro. Urie observait l’écran de son téléphone avec l’air amusé de Cyrus sans doute pile devant lui. Il savait déjà ce que son ami allait répondre. Il savait ce que tous ses partenaires pouvaient répondre. Lui-même aurait dit non, dans un passé lointain. Mais la limite était un mot qui lui semblait inconnu. Des défis, des défis, et encore des défis. Cyrus n’avait peur de rien, et c’était sans doute cela le problème. D’ailleurs, il aurait dû se douter que la situation s’inverserait en peu de temps.

- T’as encore suffisamment d’énergie pour me faire grimper aux rideaux, tu crois ?

Taquin comme toujours, Cyrus était de toute façon prêt à remettre ça au plus vite. Ses articulations n’étaient plus ce qu’elles étaient, mais il avait de l’énergie. Au pire, il irait chasser le lendemain et il serait comme neuf. Et puis, de toute façon, on lui avait bien dit de faire du sport au lieu de rester avachi dans son canapé. Il ne pouvait se plaindre maintenant d’être en mauvaise condition physique.

C’était Urie qui tenait le dé, le faisant tourner entre ses doigts. Cyrus observait ce dernier, se demandant s’il ressentait quelque chose à chaque fois qu’une âme en perdition le faisait tourner dans sa paume. C’était un objet, mais qui devait prendre beaucoup de plaisir à se faire toucher de la sorte. Quoi qu’il en fut, Cyrus était presque obsédé par le résultat du dé. Il gagnait ou il perdait, cela ne faisait pas grande différence pour lui. Il adorait le jeu mais quand il s’agissait de hasard, il n’était pas très chanceux. Il perdait régulièrement et se retrouvait à faire des actions stupides ou à prendre le rôle que peu de ses amants ne voulaient. Mais dominer n’était pas toujours ce que Cyrus voulait. Il était bien dans la position inverse. Après tout, c’était ce qu’on lui avait appris, dans sa jeunesse étincelante.

- Parce que c’est toi qui lances le dé, je suppose ? Tu sais, j’crois qu’il était bien dans ma main… Ce serait peut-être à toi de choisir un chiffre …

Mais peu importe la situation, le dé se retrouva très vite mêlé au destin. Cependant, Urie intervint avant que ce dernier ne laisse parler ses chiffres. Cyrus ouvrit la bouche en sentant une certaine pression dans son téton droit, et il observa son partenaire avec un regard neutre.

- Ah bon ? Bizarre, je n’ai rien senti.

Un sourire en coin, tout simple, mais qui agaçait beaucoup de monde dans son entourage. De l’arrogance pure et dure. Cyrus ne faisait pas toujours attention à ce qu’il attrapait, ce qu’il griffait ou mordait. Et puis Urie avait tellement de point d’ancrage qu’il était difficile de s’en séparer. Tout comme son piercing à la langue, qui rendait dingue Cyrus à peine le voyait-il. Il connaissait la magie de cette petite boule, et en était accro. Son corps vibrait rien qu’en y pensant.

L’homme savait aussi que son ami ne plaisantait pas. S’il avait senti quelque chose, c’était bien qu’il n’y était pas allé de main morte. Les lignes blanches qui parcourraient son corps en disaient longs sur ce qu’il avait pu subir. Cyrus n’en savait pas beaucoup à ce sujet, et n’avait jamais osé en parler. Il ne trouvait jamais le moment propice pour cela. En tout cas, Urie ne disait rien quand ce dernier les parcourrait du bout des doigts, même si sa lubie revenait toujours sur les éléments de métal implantés un peu partout.

- Bon, je choisis le quatre. Mon destin est entre tes mains.

Cyrus reposa le dé entre les doigts divins de Urie, et leva les yeux. Il était temps de savoir qu’il allait, sans doute, encore perdre.


☾ anesidora
avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnK
× Pouvoir : Jurer comme un charretier
× Croisée avec : Ta mère
× Logement : Appartement au centre-ville avec Eden
× Métier : Second du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti
× Péripéties vécues : 1630
× Øssements6425
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le scolopendre
× DCs : Alexiel Etsuko

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
20Masculin20Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnKJurer comme un charretierTa mèreAppartement au centre-ville avec EdenSecond du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti1630642525Féminin30/04/2017complètele scolopendreAlexiel Etsuko
✘【 Prince of Vampires 】✘
Clopeur nocturne, Alpha

✘【 Prince of Vampires 】✘Clopeur nocturne, Alpha
20Masculin20Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnKJurer comme un charretierTa mèreAppartement au centre-ville avec EdenSecond du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti1630642525Féminin30/04/2017complètele scolopendreAlexiel Etsuko
http://www.peekaboo-rpg.com/t1802-urie-kanekihttp://www.peekaboo-rpg.com/t2716-urie-kaneki-a-la-lumiere-de-nos-amours-113eme-cigarette-sans-dormirhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2039-urie-kaneki-portable
Terminé #4 le 29.09.17 19:07

 

This is what we do

- Après-midi jeux de société -


" Si tu crois que tu peux me coucher après juste un round. "

Militaire de mon vivant, j'ai une condition physique loin d'être négligée. Mon hygiène de vie a toujours été irréprochable puisque je ne vivais que pour cela, je ne vivais qu'à être le meilleur et à survivre. Mais en vrai on s'en branle totalement, j'ai perdu au jeu de la vie et je suis bel et bien là. Après m'être envoyé en l'air à cloper et jouer la prochaine position sur un coup de dé. 

" Normal, t'étais trop occupé par autre chose. "

J'ai toujours eu un goût avancé pour les petits cons. Va savoir, sûrement parce que j'en suis un au fond. 

Je retire la cigarette de mes lèvres, la fumée commence à me piquer les yeux à cause de la rapidité avec laquelle j'ai tendance à la consommer. Je suis de ceux bien trop nerveux qui ont le temps d'en fumer deux ou trois pendant qu'on en consume une seule.

Mais t'as tendance à avoir la même cadence que moi et c'est peut-être pour cela qu'on s'est bien trouvés. Je suis satisfait et peu surpris que tu acceptes le deal, de toute façon tu as plus de chance d'y être gagnant que si je t'avais donné une réponse négative d'entrée de jeu. 

Mes doigts divins hein? Tu m'étonnes. 

Sans plus attendre j'enroule mes phalanges sur le dé et le lance sur la surface aménagée pour l'occasion. Quelques instants, les faces qui défilent puis… mes yeux qui s'écarquillent, laissant passer sur ma face impassible une émotion, un sursaut de vie à peine.

" Oh fils de… " réellement, t'as un cul monstre sur ce coup et mon air blasé se relève pour croiser tes prunelles. J'aurais mieux fait de ma la fermer sur ce coup. Levant les yeux au ciel de ta chance improbable. Mais c'est le jeu comme dirait l'autre. Et je n'ai pas pour habitude de remettre en doute les dés ainsi que leur décision. Je m'étais mis cinq faces de mon côté histoire d'assurer le truc. 

" Tu m'as bouffé ma chance ou quoi, sale vampire. " je grogne toute de même un peu. Je sais que tu es un vampire, j'ai pu croiser tes canines quelques fois et j'ai dû batailler pour t'empêcher de mordre dans ma peau.

L'une des premières règles que j'ai donnée était celle-ci : pas de marques. Mais parfois, pendant l'acte on se laisse aller un peu trop, on s'agrippe, on s'accroche puis… t'as mes dents en impression 3D sur ton épaule gauche.

" … Disons plutôt que t'as le dessus pour le second tour. Hors de question que je me tortille pour faire cette position là. Hors de question t'entends? Trouves autre chose. " Je reste plutôt malléable sur ce coup, car je sais que tu es aussi je m'en-foutiste que moi là-dessus. Il n'y a pas de concours de queue comme je peux le faire avec Eden à savoir qui s'empilera sur l'autre ou… toutes ces prises de têtes.

Me redressant de la fenêtre, ravalant ma défaite, je tire une nouvelle et dernière fois sur ma cigarette que j'écrase dans le cendrier non loin de toi. Tu sens la sueur, tu as peut-être aussi de mon odeur et le parfum des cigarettes que tu fumes sans arrêt. 

Mes doigts ont glissé sur la marque de dents que je t'ai faite dans la nuque, j'ai une tendance assez vorace du fait de cette soif constante qui ne me quitte pas. Un sale réflexe et je l'ai fait avec tant d'automatisme que je ne me souviens juste plus à quel moment j'ai pu te bouffer ainsi. C'est superficiel, une ou deux gouttes de sang ont eu le temps de sécher, juste à côté de l'un de tes tatouage.

J'ai repris le paquet de cigarettes pour piocher dedans en même temps que je fixe ma marque. L'air un peu contrarié, d'avoir perdu sûrement, de ne pas avoir fait gaffe aussi. La faim commence à se faire un peu trop sentir et j'ai cette sale habitude à repousser l'instant où il faudra se nourrir. 

N'y pensons pas.

" Hm, au fait, dans les temps à venir je risque de ne plus être trop disponible…"

J'allume ma cigarette et repose le briquet à côté de toi, m'étirant encore un peu puis m'éloignant vers le lit. Je défais la serviette autour de ma taille, je ne suis pas pudique - les restes des douches communes à l'armée sûrement - et entreprends de récupérer mes fringues qui jonchent le sol. Ma chemise que j'enfile et que je commence à boutonner en restant dos à toi.

" J'ai été engagé à l'agence en tant que… " c'est quand même vachement présomptueux comme titre. Akio sérieusement, faut qu'on revoit ça. " second du roi des vampires. Je sais que t'as tendance à te la couler douces et faire quelques conneries parfois donc fais gaffe à ton cul. Que je ne vois pas ton nom dans mes dossiers… " car je ne m'en occuperai pas comme je m'en suis occupé là.

" D'ailleurs, niveau boulot t'en es où flemmard? "

 
avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Péripéties vécues : 2432
× Øssements954
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
0/0  (0/0)
0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente24329540Autre15/03/2014
maitre de la mort
maitre de la mort
0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente24329540Autre15/03/2014
Terminé #5 le 29.09.17 19:07
Le membre 'Urie Kaneki' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


'6 FACES' :
avatar
Invité
Invité
Terminé #6 le 29.09.17 23:12




THIS IS WHAT WE DO
Rares étaient les partenaires de Cyrus à avoir suffisamment d’endurance pour plusieurs rounds. Généralement, ils ronflaient sitôt le premier terminé. Du moins de son vivant, car depuis sa mort, ses amis intimes étaient beaucoup plus expérimentés. Il n’y avait aucun tabou dans ce monde, après tout. Cyrus se devait donc d’être à la hauteur, et plus le temps passait, plus il tenait sur plusieurs étapes.

Il écrasa sa cigarette pour en sortir une autre au même moment. Le cendrier n’était pas plein mais ça ne saurait tarder, car Urie semblait approcher lui aussi de la fin. Par habitude, et parce qu’il n’était pas radin là-dessus, il lui tendit son paquet pour qu’il se serve à son tour. Une d’avance, disons. Même si la fenêtre était ouverte puisqu’ils étaient assis sur l’encadrement, la fumée les englobait, rendant l’atmosphère lourde et étouffante.

Sans trop compter sur la chance, Cyrus le regarda lancer le dé … et s’étouffa avec la fumée qu’il venait de prendre. Même Urie ne le croyait pas vraiment. Il avait donné un chiffre au hasard, qu’il n’aimait pas particulièrement, mais qu’il voyait régulièrement sortir gagnant. Alors il avait tenté sa chance, et visiblement, le quatre était de son côté. « Aime moi » semblait-il dire.

- J’l’ai sucé tout à l’heure, si tu veux mon avis.

En parlant de ça, Cyrus se rappela qu’il ne devait pas tarder à retourner chez les Vivants pour se nourrir. Ses canines le faisaient un peu souffrir et il avait tendance à vouloir mordre tout ce qu’il trouvait sur son passage, tout en sachant pertinemment qu’il n’obtiendrait du sang frais qu’une fois de retour dans cet autre monde qui lui était à présent inconnu.

Avec un sourire, Cyrus écoutait Urie défendre sa position. Bien évidemment qu’il n’allait jamais accepter le schéma, qui l’aurait pu ? Même s’il faisait le malin, lui-même n’aurait pas vraiment donné son accord pour jouer un tel rôle. C’était un coup à finir paralysé en se brisant la colonne.

- Pour une fois qu’on inverse les rôles, tu vas pas faire ta chochotte.

Juste histoire de le taquiner, parce que Cyrus savait bien qu’ils allaient se contenter – et prendre plaisir – avec une position plus traditionnelle et confortable. Celle qui viendrait le plus naturellement durant leur ébat. Urie écrasa sa cigarette tout en retraçant la marque qu’il avait laissée dans le cou de son partenaire. De sensibilité moyenne, Cyrus laissa malgré tout échapper un frisson. Il n’avait senti la morsure pendant l’acte, mais il savait à présent qu’il avait une marque.

- Pas de marque hein. Et après ça râle pour un tirage de téton trop fort.

Encore de l’ironie. Il taclait sans arrêt depuis quelques temps, sans doute à la limite du supportable. Nombreux devaient être ceux à vouloir lui en coller une. Toutefois, Cyrus se tut pendant que son partenaire lui expliquait que sa disponibilité allait se réduire dans les jours à venir. Jours ? Avait-il donné un créneau si précis ? Malgré tout, il le regarda commencer à s’habiller tout en l’écoutant.

- C’est que tu prends ça au sérieux, dis donc.

Cyrus s’était levé, écrasant sa cigarette à moitié consumée dans le cendrier. Puisqu’Urie lui faisait dos, il s’approcha et posa sa tête sur son épaule tout en l’empêchant de continuer à boutonner sa chemise. A quoi bon se rhabiller pour que les vêtements finissent arracher quelques minutes après ?

- En tout cas tu vas devoir filer droit, maintenant.

Un bisou dans le cou, là où il avait l’habitude de planter ses crocs chez les Vivants. C’était étrange de ne pas voir cette veine tressaillir, l’entendre battre tout près de soi. Il sentait ses crocs se réveiller à cette pensée, mais se ravisa et se contenta d’embrasser la chair pendant que ses mains s’affairaient à ouvrir chaque bouton.

- J’en suis à rien du tout. J’pourrai faire barman comme … avant, t’sais. Mais j’ai pas envie. J’pourrai chanter, paraît que j’suis bon. Je ne suis pas assez prétentieux pour le dire moi-même. Mais bon, trop commun. Trop simple, tu vois. Et c’est justement toutes les conneries qui m’attirent. La zone sombre, tu vois. Enfin, j’devrais pas te dire ça, après tout, tu pourrais me retrouver dans tes dossiers …

Provocation ou réalité ? Même Cyrus ne le savait pas vraiment. C’était juste … ce qui lui traversait l’esprit. Il n’avait pas vraiment envie de réfléchir, de s’imposer des délais et des contraintes. Il le faudrait, pourtant, il ne pouvait pas rester sans boulot toute son existence. Il finirait par s’ennuyer et toutes les places seraient prises.

- Sinon, tu peux toujours me garder dans le droit chemin …

Encore un sous-entendu, qu’il acheva en se présentant devant Urie. Ils étaient proches, très proches. A quelques millimètres d’effort, Cyrus happerait de nouveau les lèvres de son partenaire. Il y comptait bien, à son second round.


☾ anesidora
avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnK
× Pouvoir : Jurer comme un charretier
× Croisée avec : Ta mère
× Logement : Appartement au centre-ville avec Eden
× Métier : Second du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti
× Péripéties vécues : 1630
× Øssements6425
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le scolopendre
× DCs : Alexiel Etsuko

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
20Masculin20Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnKJurer comme un charretierTa mèreAppartement au centre-ville avec EdenSecond du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti1630642525Féminin30/04/2017complètele scolopendreAlexiel Etsuko
✘【 Prince of Vampires 】✘
Clopeur nocturne, Alpha

✘【 Prince of Vampires 】✘Clopeur nocturne, Alpha
20Masculin20Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnKJurer comme un charretierTa mèreAppartement au centre-ville avec EdenSecond du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti1630642525Féminin30/04/2017complètele scolopendreAlexiel Etsuko
http://www.peekaboo-rpg.com/t1802-urie-kanekihttp://www.peekaboo-rpg.com/t2716-urie-kaneki-a-la-lumiere-de-nos-amours-113eme-cigarette-sans-dormirhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2039-urie-kaneki-portable
Terminé #7 le 01.10.17 0:43

 

This is what we do

- Après-midi jeux de société -


" Disons que moi je ne veux pas de marques, sinon je te frappe et tu le sais, toi… Ça avait l'air de te plaire sur le moment alors j'ai profité. "

Plus sérieusement, je ne m'en suis réellement pas rendu compte et ça ne semble pas tant te tourmenter. Au pire je pense que tu me le ferais sentir si ça t'emmerdait.

" Et à ton niveau c'était pas un tirage de téton, t'allais vraiment l'arracher si je t'avais pas fait lâcher. "

Dos à toi, je souris à l'idée, me rappelant la première fois où j'ai joué des tiens et tu m'as demandé de le refaire au moins deux fois plus fort. C’est sûrement pour ça que c’est parti aussi vite et autant en vrille d’ailleurs. T’es une tête brulée et ça me plaît énormément, surtout au pieu. Et même en dehors.

" Yeap. Je prends ça au sérieux, dis-toi que dans les temps à venir je peux me démerder pour avoir une promotion est devenir roi des vampires. Ça claque non? Et après je devrais te faire prendre rendez-vous avec une secrétaire pour nos affaires. Qui sait, elle participera p’t’être. "

J’ai incliné le visage, croisant tes prunelles, un sourire en coin. Non, en vrai je me fous encore royalement du poste de roi des vampires. J’ai bien des projets et celui-ci n’en fait pas encore partie.

Et là tout de suite autre chose commence à m’occuper l’esprit. Un frisson parcours ma peau, mon crâne se penche un peu plus en arrière, s’appuyant contre ton épaule. Profitant de ces lèvres s’amusant contre mon cou. J’ai encore cette sensibilité post-sexe et t’as tendance à trop en jouer je trouve. Du coin de l’oeil je vois les boutons que j’ai boutonné se défaire et j’abandonne même l’idée d’essayer de te stopper. Un oeil à ma montre… J’ai le temps. 

" T’en fais pas, ce que je fais en dehors des heures de bureau reste en dehors. " c’est ma règle. Celle que j’ai avec Eden aussi d’ailleurs. Tu voudrais te perdre dans les choses sombres hein?.. Peut-être devrais-je te le présenter. Bien que ça ne serait pas tellement éthique dans la situation où je suis. 
" Si tu cherches du boulot en tant que barman j’ai peut-être une adresse pour toi… Si t’as besoin fais-moi signe, je peux t’arranger le coup. " Je ne sais pas que tu le connais déjà et que comme moi tu as été l’un de ses protégés. Un boulot de barman n’engage à rien. Quoi que dans ce domaine… Je ne sais pas. T’es assez grand pour te gérer je suppose.

Je te fixe à présent face à moi. Je ne peux me retenir de t’avertir. Dans ce monde bien des choses craignent. Pour preuve je sors avec l’un des types qui tient les rennes d’un bordel monstre avec des liens étroits dans le monde des vivants. Un réseau illégal qui va me poser soucis dans les temps à venir.

" Évite quand même de trop te paumer, y’a pas mal de trucs qui craignent ici… Mais c’est vrai, je peux t’empêcher d’en dévier au moins pour une heure encore. Bien que je doute que ce soit assez vu comme t’es qu’un sale gamin. "

Mes lèvres ont frôlé les tiennes mais je t’ai éloigné. Ma paume s’est plaquée contre ton torse et je t’ai donné une impulsion suffisante pour te faire tomber sur le lit. 

" Tu fais chier, je viens de me doucher. " Je râle pour la forme. Je m’en fous, à peine. 

Mes lèvres ont joué contre ta peau, au-dessus de ton nombril dont j’ai mordu les pourtours. Je remonte avec lenteur sur les sillons de ton torse dont la couleur est altérée par quelques nombreux traits noircis. De la pointe de ma langue je suis quelques lignes et viens entourer l’un de ces bonbons de chaire que j’aime à torturer. Mes dents s’abattant sur l’acier pour tirer dessus, fermement. Jusqu’à entendre ton souffle, je suçote puis abandonne après l’avoir rougi de mes lèvres alanguies. 

Mon souffle se percute et je continue mon ascension. Mon corps au-dessus du tien, mes mains de chaque côté de ton buste puis finalement de ton visage. Je termine de suivre ta clavicule droite, embrasse la morsure que je t’ai faite et m’amuse de ton lobe d’oreille, y soupirant d’aise.

" Revenons aux basiques un peu… " la simplicité me va bien. Quoi qu’avec toi, ça ne dure jamais.

Mon front s’est finalement pressé contre le tien, pendant que les lueurs incandescentes de mon regard se perdait dans tes prunelles. L’une de mes cuisses logée entre les tiennes, pressant sans le moindre doute ton entrejambe.

Et pendant ce temps ma bouche s’est accaparée la tienne. Ma langue n’ayant besoin de quémander son entrée bien longtemps, connaissant déjà la formule secrète pour y retrouver sa comparse et vriller sensiblement avec dans un baiser dénué de toute timidité.

 
avatar
Invité
Invité
Terminé #8 le 03.10.17 14:46




THIS IS WHAT WE DO
Pendant l’acte, rares étaient les personnes à pouvoir se souvenir exactement des faits et gestes de leur partenaire. Cyrus n’échappait pas à la règle. Il ne savait absolument pas l’ordre des choses, ni comment ils en étaient arrivés l’un et l’autre à faire mal à l’autre. Un mal pour un bien comme on dit, parce qu’il était clair qu’ils avaient passé un moment bien agréable.

L’homme se mit à rire. Il était vrai qu’il avait peut-être tiré un peu fort sur le téton de Urie. Mais on ne pouvait pas rejeter la faute entièrement sur sa personne. Il aimait le sexe brutal, aussi simplement qu’on l’enseignait dans le monde homosexuel. Jamais il n’avait entendu parler d’un monde romantique, ni même connu de partenaires de ce style. Ils aimaient tous quand c’était bestial, sale, décadent. Urie n’échappait certainement pas à la règle. Après tout, c’était lui qui avait commencé à jouer avec les éléments en métal qui trouaient ses tétons. Cyrus avait fait de même, avec certainement un peu trop de force.

- Qu’est-ce que tu devrais dire si je m’étais acharné sur ceux du bas …

Un sourire entendu, un regard vers l’entrejambe de son partenaire, il n’y avait pas besoin d’expliquer ça plus clairement. Urie était un amant bien intéressant. Les piercings qu’il avait fait courageusement procuraient un véritable plaisir, et sa façon de penser, de s’exprimer, la personnalité qu’il avait, ça en faisait en plus un ami. C’était certainement pour ça que Cyrus n’était pas super heureux d’entendre que leurs rendez-vous allaient s’espacer.

- Se taper le roi des vampires … ça claque plus là, ça pète des paillettes carrément. J’veux pas être pessimiste, mais le tenant du titre va s’y accrocher fermement, tu penses pas ? Par contre ta secrétaire, elle va pas venir foutre son nez au milieu. Comme si j’avais que ça à faire de devoir prendre un rendez-vous pour espérer te croiser. Par contre, si tu la ramènes, ça peut devenir intéressant.

Leurs entrevues n’étaient pas seulement un moyen pour que chacun prenne son pied. Derrière, il y avait aussi une relation d’amitié, et les deux hommes aimaient prendre du temps pour discuter. Urie commençait à se caser au niveau de son boulot, il avait des projets, il savait quoi faire. Cyrus était encore un électron libre incapable de choisir ce qui pouvait bien lui plaire. Bosser l’occuperait, mais encore fallait-il qu’il trouve la bonne branche.

Malgré tout, ils pouvaient bien faire les deux en même temps. Un frisson, une tête penchée, et Urie qui ne le stoppait pas alors qu’il déboutonnait la chemise qu’il venait d’enfiler. Cyrus savait qu’il avait le feu vert, et ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin.

- J’y compte bien, tu sais.

Ne pas mélanger le boulot et la vie privée, c’était quelque chose que Cyrus avait toujours trouvé bien. Malheureusement, il n’avait jamais été véritablement capable de faire la différence, en tant que barman, il trouvait ses conquêtes par ce biais. C’était du moins le cas dans sa vie d’humain, quand il n’était pas encore casé avec l’autre enfoiré … qu’il devrait sans doute remercier, il lui avait ouvert les portes vers un monde bien plus cool.

- Barman hein … et t’as pas peur qu’on te fauche la place ?

Avait-il besoin de préciser qu’il parlait de son rôle d’ami sexuel ? Inutile. Cyrus ne le remplacerait pas. Il était trop bien dans cette situation pour changer quoi que ce soit.

- Non plus sérieusement … T’as des places dans quel bar ?

Cyrus sourit face à l’avertissement de son partenaire. Eviter les trucs glauques, ça n’avait jamais fait partie de ses principes. Il avait toujours foncé tête baissée vers les mauvaises choses. Mais peut-être fallait-il désormais qu’il soit un peu plus prudent. L’homme se concentra d’avantage sur la fin des paroles. Une heure de plus, c’était largement suffisant pour grimper aux rideaux.

Urie râlait pour sa douche, et Cyrus savait qu’il n’en pensait rien. Il se fichait bien de tout ça, alors qu’il venait de coucher l’homme sur le lit encore sale et défait. Et c’était chacun son tour, puisque c’était Cyrus qui sentait à présent un tiraillement sur son téton. Mais il aimait ça, tout comme il aimait griffer le dos de Urie quand il ressentait ce genre de picotement.

Pendant qu’il s’amusait avec son lobe, Cyrus continuait à lui ôter lentement la chemise qui était simplement ouverte. Son membre se réveillait, il n’avait pas besoin d’attendre plus longtemps. Les jambes écartées, il épousait parfaitement le corps de son amant. Ses mains se baladaient avant de remonter dans la tignasse de Urie. Leurs langues se mêlaient pour une joyeuse danse dont elles connaissaient déjà le refrain.

Mais c’était à son tour de prendre le dessus. Alors, avec force, il inversa les rôles et se mit au dessus. Il sentait de la chaleur dans tout son corps, son désir montant petit à petit. Et sans gêne aucune, il laissa l’une de ses mains glisser entre leurs deux corps afin qu’elle rejoigne les bourses généreuses de son partenaire. Sa bouche quitta sa jumelle, embrassa la peau douce de Urie, de son cou jusqu’à son nombril. Un dernier regard pour demander la permission. Mais bien sûr qu’il avait le droit.

- N’oublie pas c’est qui le papa, cette fois !

☾ anesidora
avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnK
× Pouvoir : Jurer comme un charretier
× Croisée avec : Ta mère
× Logement : Appartement au centre-ville avec Eden
× Métier : Second du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti
× Péripéties vécues : 1630
× Øssements6425
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le scolopendre
× DCs : Alexiel Etsuko

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
20Masculin20Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnKJurer comme un charretierTa mèreAppartement au centre-ville avec EdenSecond du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti1630642525Féminin30/04/2017complètele scolopendreAlexiel Etsuko
✘【 Prince of Vampires 】✘
Clopeur nocturne, Alpha

✘【 Prince of Vampires 】✘Clopeur nocturne, Alpha
20Masculin20Kuki Urie - TG:re / Levi Ackerman SnKJurer comme un charretierTa mèreAppartement au centre-ville avec EdenSecond du roi des vampires || Alpha et gérant du Bchobiti1630642525Féminin30/04/2017complètele scolopendreAlexiel Etsuko
http://www.peekaboo-rpg.com/t1802-urie-kanekihttp://www.peekaboo-rpg.com/t2716-urie-kaneki-a-la-lumiere-de-nos-amours-113eme-cigarette-sans-dormirhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2039-urie-kaneki-portable
Terminé #9 le 03.10.17 15:43

 

This is what we do

- Après-midi jeux de société -


Je fais fi de cette remarque quant à l'idée d'être remplacé… Après tout c'est le jeu hm? Et rien ne nous relie vraiment si ce n'est du temps agréablement passé et des pauses clopes assez évasives. Tu m'arracherais tout de même un peu de surprise si tu venais un jour me dire que tu m'avais trouvé un remplaçant. 

" C'est un bar à vampires peu recommandable en vrai… Mais il s'y passe pas mal de choses si tu vois ce que je veux dire. Ça s'appelle le Bchobiti. "

Devrais-je spécifier que le proprio est mon petit-ami? Avec ce qui traîne sur le deathweb de toute façon une partie du monde des morts est au courant que je suis suspecté d'être avec lui.

J'y loge encore actuellement. Mais avec mon nouveau statut je vais être dans l'obligation de trouver un appartement, m'éloignant de cette ombre qu'il projette sur moi. L'idée de ne plus être dans son sillage me fait prendre mon temps quant aux démarches pour déménager. 

L'air distrait j'ai continué à te surplomber, pris par mes réflexions diverses je me suis même laissé déséquilibrer pour me retrouver sous ton corps. Revenant à tes prunelles, inspirant légèrement en me demandant comment je pouvais avoir l'esprit ailleurs à cet instant. Surtout avec ce que je viens de perdre aux dés. J'ai grimacé à ta remarque et j'ai plaqué ma main contre ta joue, te faisant te redresser.

" C'est quoi cette vieille expression que tu me sors là? "

D'un elle tient tellement pas la route, de deux… J'ai un sérieux problème avec l'image de père. Et là tu me sors ça sur un plateau l'air de rien. J'ai tenu cinq secondes à peine avant d'éclater de rire. Ma main pressée sur mon ventre, je me suis redressé à la force de mes abdominaux puis je t'ai fait face, un sourire bel et bien formé et narquois aux lèvres.

" Pas toi en tout cas. "

Un air de dualité, j'ai agrippé ton poignet et t'ai tiré sur mes cuisses pour revenir t'embrasser de façon plus qu'alanguie. Plaquant ton bassin contre mon torse je t'ai forcé à te tenir sur les genoux, les jambes de chaque côté des miennes. Je t'observe me surplomber et m'amuse de ces demi-lune que je malaxe, les écartant subtilement.

" T'es encore bien assez prêt pour t'asseoir sur moi sans même que j'ai besoin de te préparer. Et concernant le lubrifiant, avec ce que je t'ai laissé… "

Mes doigts s'approchant de cette entrée, je sens perler les restes de mon dernier passage. Fais un effort pour cette fois. On échangera les rôles une autre fois.

Deux de mes phalanges ont disparu sans la moindre hésitation dans tes replis humides de ma sève et je t'observe, guettant ta réaction, m'amusant surtout de ton intimité plus que capable de m'accepter là, maintenant, de suite.

" Si tu te laisses faire je te file mon paquet de clopes et je t'arrange le coup pour la place de Barman au Bchobiti. "

Ça n'est pas la première fois qu'on essaie de négocier toi et moi pour quelque chose qui ne nous tente pas ou ne nous enchante pas sur le moment présent. Les clopes sont notre monnaie d'échange. On en fume tellement que c'est un vrai coût à notre niveau.

Sois docile tu veux? Même si je sais à quel point t'aimes jouer à user de la force et tu sais très bien comme j'aime à y répondre. Tes petits entraînements depuis que tu es dans le monde des morts ne changent pas grand chose pourtant, je t'étale quand je veux. Mais j'aime à voir cette lueur incandescente quand tu te bats pour avoir le dessus.

Ma main libre s'est glissée contre l'intérieur de ta cuisse droite, pressant d'abord tes bourses puis la base de ton membre contre lequel j'entame quelques lents vas et viens. Cette dernière à peine endormie a tôt fait de répondre à mes doigts habiles. Un coup d'oeil en ta direction, je n'attends pas tant ta réponse, mon front se presse contre ton torse, allant à ton ventre puis ma bouche vient à la rencontre de la cime de ta verge encore salée de tes fluides. J'y presse mes lèvres, en suçote le bout et m'amuse à parcourir ta couronne. 

Je sais comme tu aimes à être casse-couilles en ton genre, mais je m'essaie à cet argument en me disant que si tu y prends vite du plaisir tu me lâcheras la grappe sur cette histoire de dés.

Je l'ai encore mauvaise d'avoir perdu et tu vas le sentir passer.

 
avatar
Invité
Invité
Terminé #10 le 04.10.17 12:21




THIS IS WHAT WE DO
Cyrus se stoppa dans le mouvement en entendant son ami lui parler du Bchobiti. Devait-il s’étonner qu’Urie connaisse cet endroit ? Non. C’était un vampire après tout. Mais les rumeurs qui couraient là-bas auraient dû lui mettre la puce à l’oreille. Lui qui se fichait bien des relations de Eden, il avait pourtant entendu les habitués et les employés parler de Urie. Ce prénom n’était pas porté uniquement par son partenaire, et Cyrus n’avait donc jamais cherché à faire de lien. De toute façon, c’étaient des choses qui ne le regardaient pas vraiment. Même si Eden était son mentor, quoiqu’il fût difficile de définir leur relation, et s’ils avaient couché ensemble, ils étaient libres de leurs relations. Et Eden avait eu un paquet d’autres petits jeunes vampires en formation. Cyrus était donc étonné, et il lui montra peut-être quelques secondes, avant de reprendre les choses en main.

« Je connais le propriétaire. J’ai travaillé un temps là-bas. »

Ni plus, ni moins. Cyrus s’attarderait sur la question si Urie le lui demandait. En attendant, cette simple réponse suffisait, tandis que son corps recherchait le contact de son double. Cyrus était désormais au dessus et ne put s’empêcher de lâcher une expression qu’il avait souvent entendue. En général, il ne s’en servait pas, la trouvant un peu vulgaire et hors propos. Mais il s’était laissé emporter. Urie ne tarda d’ailleurs pas à rebondir sur le sujet.

« En vrai c’est de la grosse merde, cette expression. Forcément entre hétéro, le père sera toujours le mec. J’sais pas trop où je l’ai entendu, elle m’plait pas trop, en plus. Laisse tomber. »

Son amant s’était redressé et Cyrus happa alors ses lèvres tout en jouant distraitement avec ses cheveux d’une main. A genoux, jambes écartées autour du bassin de son partenaire, il avait la position idéale pour le rôle qu’il avait tenu au tour précédent. Mais c’était à lui désormais de pilonner le garçon. En avait-il vraiment envie ? Il aimait le rôle qu’il tenait habituellement. Les dés avaient parlé, histoire de mettre du piment dans le jeu.

Sa réflexion était trop lente, il sentit déjà les doigts de son partenaire s’introduire dans son intimité déjà souillée d’un premier passage. Une vague de chaleur déferla dans son corps, et son membre se raidit un peu plus. Comme si cela était encore possible. Urie s’en délectait d’ailleurs, cherchant à inverser les rôles.

« T’es en colère d’avoir perdu, hein bichon ? »

Bichon. Encore une expression qui n’était pas dans son vocabulaire courant. Mais une de ses connaissances venait de France, du sud plus exactement. Et bichon était un de ses mots favoris pour décrire quelqu’un qui n’avait pas de chance. Peuchère, le pauvre, bichon, à force de le côtoyer, Cyrus parlait comme lui.

Urie cherchait toutefois une monnaie d’échange. Des clopes et la place de barman. S’il savait. Cyrus se mit à rire.

« T’as tellement la rage d’avoir perdu que tu vas sans doute être plus performant qu’au premier tour, je me trompe ?  J’te prends les clopes, pas la place. J’verrai directement avec le proprio pour quelque chose de plus … palpitant. »

Il se redressa lorsqu’il sentit les lèvres de son amant parcourir son membre déjà dur. L’une de ses mains se glissa entre les mèches de cheveux, prenant d’avantage place sur sa boite crânienne. Il voulait plus, mais il savait aussi que c’était un moyen pour Urie de reprendre le contrôle de la situation. Devait-il le laisser gagner, pour une fois ? Les dés avaient parlé et Cyrus avait envie d’en jouer. Mais il ne prenait jamais autant son pied dans ce rôle, et il sentait bien qu’Urie ne pourrait que lui faire plaisir, sur le coup.

« J’suis dans un bon jour, prends les commandes. »

Quelle position voulait-il ? Peu importait. Celle qui lui procurerait le plus de sensation. Il le voulait plus que tout, là, de suite. Sans réfléchir, sans préparation. De sa main libre, il força Urie à lever le visage vers lui pour l’embrasser à pleine bouche, sa langue rejoignant la sienne tout en mordillant sa lèvre inférieure.

Ses doigts glissaient dans le cou de son amant, tandis que son corps se rapprochait du torse du garçon. Il lâcha prise pour forcer l’entrée, laissant son intimité déjà préparée s’imbriquer sur la verge sèche et dressée de Urie. Il le voulait tellement.

☾ anesidora