#1 le 07.09.17 14:57

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Masculin
× Age post-mortem : 108
× Avatar : Nicholas Brown - GANGSTA
× Appartement : Van Gogh
× Métier : Meneur / Buisnessman
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 357
× Øssements 703
× Age IRL : 18 Neutre/Sans genre
× Inscription : 29/07/2016
× Présence : réduite
× Surnom : le chameau
VAMPIRE N°①
KING OF THE CANINES

http://www.peekaboo-rpg.com/t1004-akio-yamada-broken-silence http://www.peekaboo-rpg.com/t1220-rule-with-me-akio-yamada#21086

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
22/100  (22/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Masculin
× Age post-mortem : 108
× Avatar : Nicholas Brown - GANGSTA
× Appartement : Van Gogh
× Métier : Meneur / Buisnessman
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 357
× Øssements 703
× Age IRL : 18 Neutre/Sans genre
× Inscription : 29/07/2016
× Présence : réduite
× Surnom : le chameau
VAMPIRE N°①KING OF THE CANINES


Parfois la tendresse est de mise


Des jours comme les autres, tu en as rarement, Akio. Les imprévus sont de mise dans ton métier, et c’est quelque chose que tu savoures à chaque fois que tu t’y trouves confronté.
Aujourd’hui, tu croyais avoir une journée des plus banales, des celles que tu adores exécrer. Aucun remue-ménage à l’horizon, et ton offre d’emploi reste lettre mort - tu as besoin de renouveler ton personnel, mais il faut croire que ça n’intéresse pas grand monde, les idiots. Tu t’étais retrouvé cloué à ton bureau, à faire de la paperasse (vivement que tu puisses ENFIN remplacer ce secrétaire qui s’est fait la malle pour vivre sa mort avec sa nouvellement décédée petite amie. Les jeunes je vous jure), te morfondant devant la comptabilité de tes dernières interventions. Tu ne tiens pas en place quand on t’assigne à ce genre de tâches. C’est pour ça que rien n’est plus salvateur que ce SMS qui fait vibrer ton téléphon et que tu t’empresses d’ouvrir.

Le nom du contact, que tu reconnais immédiatement, est un de ceux qu’on a changé pour l’embêter, mais te tire un demi sourire quand tu l’a sous les yeux. “Petite maman que j’ai-”
Le pseudo est coupé en deux par l’écran mais tu sais que Miu s’est fait plaisir quand elle a pris la liberté de trifouiller dans ton téléphone - étonnant d’ailleurs qu’elle en connaisse déjà le mot de passe.

Qu’est-ce que Miu te veux donc en cette journée vide ? Habituellement tu fais mine d’être ennuyé par ses intentions, sachant très bien qu’elle n’en tient pas rigueur, mais aujourd’hui la perspective d’avoir une interaction avec elle te réjouis bien plus que de régler cette fichue paperasse. Tes yeux parcourent rapidement le message et tu fronces les sourcils : il semble flou et est déformé par des corrections inadaptées du correcteur orthographique, mais tu réussis quand même à comprendre qu’elle veut que tu viennes la chercher à l’aéroport. L’aéroport ? Elle veut accueillir quelqu’un ? Maintenant que tu y penses, ça fait un moment que tu n’as pas entendu parler d’elle; tu pensais qu’elle s’était juste terrée chez elle, terrassée par un quelconque rhume, et bien sûr que ses colocataires veillaient sur elle. La penser à l’étranger, elle, la terrible casanière, c’était un peu illusoire.

Tu lui envoies un message rassurant en réponse, prétextant que de toute façon “tu passais dans le coin”. La diction du message te trouble tout de même, et tu fourres dans le manteau que tu enfiles une partie du stock de Pom’Potes traînant dans ton bureau, au cas où. Pour une fois que tu peux lui rendre la faveur.

Ton téléphone toujours en main, tu appelles un taxi. Tu aimerais bien te payer un chauffeur, mais tu n’en es pas là non plus -et puis ça renforce un peu l’anonymat pour quand tu veux faire des déplacements discrets.
Un quart d’heure plus tard, tu te retrouves à filer dans la direction de l’aéroport, regardant avec un oeil circonspect les bouchons qui se profilent dans la direction inverse. Damn. Le retour s’annonce long.

Tes doigts s’impatientent sur tes genoux et tu te retrouves à signer au hasard. Il y a certains gestes que tu aimeras toujours reproduire. Ils sont doux et rassurants.
Tu arrives sans encombre à l’aéroport et tu envoies rapidement un texto à Miu.
“Tu es ou ?”

Pas le temps de recevoir une réponse, tu aperçois sa petite tête à travers la foule des gens qui sortent de l’aéroport. Tu lui fais un grand geste, et tu t’approches.
- Miu !

notes: Vuala j'espère que ça va :3

Afficher toute la signature
Réduire la signature



by Lys, ne pas piquer le gif merki

#2 le 09.09.17 22:37

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 17 Féminin
× Age post-mortem : 73
× Avatar : Hana Koumeda - Crimson Prince
× Appartement : Michalak
× Métier : Maman adoptive de Joshua à temps plein.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1600
× Øssements 8442
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 07/02/2016
× Présence : complète
× Surnom : le chou / le mérou
× DCs : Ebiko Kaiyoutei
Glittering Mama
http://peekaboo.web-rpg.com/t608-miu-dans-la-vie-rien-n-est-definitif-tu-sais http://peekaboo.web-rpg.com/t609-miu-l-eau-de-javel-c-est-pas-bon#6441

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
11/100  (11/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 17 Féminin
× Age post-mortem : 73
× Avatar : Hana Koumeda - Crimson Prince
× Appartement : Michalak
× Métier : Maman adoptive de Joshua à temps plein.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1600
× Øssements 8442
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 07/02/2016
× Présence : complète
× Surnom : le chou / le mérou
× DCs : Ebiko Kaiyoutei
Glittering Mama


Le jet-lag du pauvre c'est la gueule de bois


ft. Akio Yamada


Lorsque je m'étais réveillée, des heures après le départ de l'aéroport en Suède, un mal de tête persistant s'était installé sous mon crâne. L'hôtesse eut beau m'apporter trois bouteilles et plusieurs médicaments, rien ne fit effet. Je me retrouvais juste avec une envie pressante d'aller aux WC.

Mes idées étaient à peine plus claires et je n'avais qu'un vague souvenir de ce qui s'était passé la veille. Je cherchai mes affaires, avant de me rappeler que je n'étais pas passée à l'hôtel et que j'avais donc laissé mon sac aux bons soins de ma grand-mère. Tout ce que j'avais avec moi, c'était mon téléphone. Mon voisin de siège était endormi, à mon grand soulagement.

Lorsque l'avion finit par atterrir, je m’éclipsai rapidement, laissant celui qui m'avait ramenée en plan. Je ne voulais pas avoir affaire à lui plus longtemps, j'étais assez mal en point comme ça. Et puis, ce n'était pas la peine qu'il sache où j'habitais. Toutefois, je n'avais aucune idée de comment rentrer chez moi par mes propres moyens.

A peine le pied posé au sol, j'envoyai donc un message de détresse à Akio, me disant qu'il serait moins occupé que Joshua. Pressée comme j'étais par l'idée d'aller visiter les toilettes de l'aéroport, je ne fis pas attention à la forme de mon message. En plus, j'avais toujours du mal à me servir de cet appareil sophistiqué. Je n'avais plus qu'à aller vider ma vessie et attendre qu'il vienne chercher sa petite maman chérie.

J'eus l'impression d'avoir attendu une éternité lorsque je reçus un message me demandant où j'étais. Immédiatement, je bondis de mon siège à la recherche de sa silhouette massive. Il ne devait pas être trop dur à trouver. Comme pour me prouver que j'avais raison, je l’aperçus à peine sortie du bâtiment.

"Akio.", je n'ose pas crier, j'ai toujours l'impression qu'on essaie de faire un trou dans mon crâne avec une perceuse, "Je suis contente de te voir, merci d'être venu."

Je ne m'étendis pas sur le sujet, toute cette histoire de voyage de l'autre côté de la planète c'était un peu trop long et surtout je n'avais pas particulièrement envie de raconter tout ce qui m'était arrivé. J'étais simplement soulagée d'être enfin rentrée, et ce malgré les nausées qui me donnaient l'impression d'être sur un bateau.

"Heureusement que tu passais dans le coin."


© code by Lou' sur Epicode

Afficher toute la signature
Réduire la signature