Terminé #1 le 05.09.17 3:15

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 23 Féminin
× Age post-mortem : 493
× Avatar : Princess Serenity - Sailor Moon
× Appartement : Brossard
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 100
× Øssements 81
× Age IRL : 26 Féminin
× Inscription : 04/09/2017
× Présence : complète
× DCs : Teodora Svensson
zombie
http://www.peekaboo-rpg.com/t2336-andrea-e-darlington-he-wore-black-and-i-wore-white#61965 http://www.peekaboo-rpg.com/t2351-andrea-e-darlington-juste-darling

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
35/100  (35/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 23 Féminin
× Age post-mortem : 493
× Avatar : Princess Serenity - Sailor Moon
× Appartement : Brossard
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 100
× Øssements 81
× Age IRL : 26 Féminin
× Inscription : 04/09/2017
× Présence : complète
× DCs : Teodora Svensson
zombie


We only said goodbye with words


identité
NOM : Darlington
PRÉNOM : Andrea, Eugenia
DATE DE NAISSANCE : 24/08/1524
DATE DE MORT : 02/01/1548
NATIONALITÉ :Anglaise
LANGUE(S) PARLÉE(S) :
[x] Anglais, langue maternelle.
[x] Japonais, relatif et inexact mais compréhensible.
[x] Autre(s) : Latin, Allemand et Français.
RACE : Zombie
PERSONNAGE DE L'AVATAR : Princess Serenity - Sailor Moon






physique

Ses longs cheveux d'or qu'elle maquille parfois d'argent au gré de ses humeurs et de ses envies tombent et tombent encore sur sa silhouette pâle et gracile, elle regarde le monde de haut malgré sa taille moyenne et ses yeux d'un bleu trop pur pour comprendre ce qu'elle regarde. Les cascades de blé coulent le long de ses frêles épaules qui supportent le poids inégal des décisions qu'elle peut prendre,
elles glissent contre ses hanches étroites et se heurtent aux formes longilignes de ses jambes, descendent encore pour venir caresser ses chevilles en un dernier réflexe de mourant. Sa peau lunaire et lisse de toute intervention prend des aspects de glace lorsqu'elle contraste, elle ne révèle sa clarté qu'à ceux qui regardent de près et pourtant rien ne vient accrocher l’œil dans son observation calculée mais discutable que rien ne viendrait interrompre à part un drapé fin et volatile qui couvre timidement ce qu'une dame ne saurait montrer.

Le blanc pur du cygne dépose sur son épiderme un voile de candeur qui lui sied pourtant si peu parfois, il l'habille et l'embrasse dans une myriade de plis et de drapés comme pour la cacher ou peut être mieux la révéler dans la douceur des lignes faites pour venir épouser chaque rondeur qu'elle n'a pas ou peu. Portrait parfait de l'enfant sage à qui on ne refuse rien et qui pourtant demande beaucoup,
un sourire d'ange et des yeux qui pleurent, des yeux qui rient. Elle bat des cils blonds comme les blés, longs comme ceux d'une biche aux abois qu'on oserait abattre, en esquissant un geste gracieux du bras vers la main tendue, une finesse dans les traits et une délicatesse dans les gestes. Ses longues robes portent les stigmates de ce qu'elle ne dit que trop, celles qu'elle laisse traîner derrière elle et qui l'accompagnent malgré tout où qu'elle aille et qui sourient aux perles négligemment posées sur son front presque couronné d'un croissant de lune d'or qui ne la quitte jamais.

Délicate petite chose qui semble toujours s'éveiller d'un rêve éveillé et qui possède la moue adaptée à chaque situation, qui fait tinter ses boucles d'oreilles tressées de fils dorés, qui fait briller ses yeux à l'envie et qui pince ses lèvres fines et rosées aussi bien qu'une princesse étonnée. Elle coule des regards appuyés pour faire oublier ses manies d'enfant gâtée, ses tapements de pieds à longueur de journée et ses manies de petite fille égarée. Elle regarde partout tout le temps pour oublier qu'elle sait à peine qui elle est, elle picore dans l’assiette de ses voisins pour tromper sa bancalité tout en ignorant sa vue qui laisse à désirer pour se concentrer sur son ouïe exacerbée. Toujours concentrée sur ses ongles parfaitement manucurés elle ne fait que peu attention à ce qu'on souhaite lui montrer.



précisions
Ce n'est clairement pas un globe trotteur, Andrea déteste le changement, ça l'effraie et bouleverse son petit monde rempli d'habitudes, souvent mauvaises, d'ailleurs. Elle a de vastes connaissances éducationnelles sur le monde, elle l'a pourtant beaucoup observé au fil des siècles mais elle préfère ne pas entrer en contact avec. Elle aime être regardée, admirée, elle porte énormément de parures et possède une collection de bijoux en tous genres longue comme le bras, même si au final elle n'en change que très peu.

Elle ne supporte que très peu l'alcool, sa constitution frêle n'aidant pas mais par contre elle peut engloutir une quantité de choses sucrées qu'on jurerait la voir se transformer en Gargantua ou Pantagruel. Elle est presque boulimique en réalité, se détestant proprement elle a tendance à reporter ses névroses et son désamour d'elle même sur la nourriture qu'elle finit une fois sur deux par vomir.

Elle en est consciente et elle peut en jouer parfois, par chantage affectif pour que les gens ne la laissent pas toute seule.



caractère
Une bonne partie de l'air qu'Andrea inspire lui sert en réalité à stocker assez de souffle pour se plaindre ou encore critiquer ce qui l'entoure. Elle sait pourtant apprécier les choses à leur juste valeur, mais elle n'en a jamais assez, jamais suffisamment. Comme si elle cherchait inconsciemment à combler un vide qu'elle ne comprend pas, qu'elle n'arrive pas à identifier, elle cherche toujours plus, que ça soit dans la douleur ou la joie, dans la tristesse ou même dans la fuite. Elle ne réfléchit que peu sur ce qu'elle dit, elle se permet tout comme une petite princesse gâtée qu'elle a été en partie alors qu'inversement elle vit très mal la critique. C'est qu'elle est assez vaniteuse Andrea, elle ne se croit pas foncièrement au dessus des autres mais par contre elle est persuadée que meilleure ou pas elle a le droit à tout. Elle a grandi dans un environnement privilégié qui n'a pas aidé à forger une base saine, elle brille d'égoïsme pavé de bonnes intentions, elle frise la cruauté parfois sans même s'en rendre compte, elle n'a juste pas vraiment le sens des réalités ni même des priorités.

Elle prend la mouche si facilement qu'arriver à se lier étroitement avec elle est un parcours du combattant, au final tous ceux qui pensent la connaître ne font que graviter artificiellement autour de ce qu'elle veut bien montrer, tout est superficiel autour d'elle et pourtant tout est vrai chez elle, ses colères magistrales et ses crises de diva sont aussi véritables que soudaines et passagères. Elle crie et elle hurle pour se faire entendre, elle est théâtrale dans ses émotions, elle peut vous couvrir de rires et de baisers lorsqu'elle est heureuse et passer en un quart de seconde à une déception ombrageuse et orageuse si un détail a accroché son attention et a fait déraper son émotion. Ses yeux se remplissent souvent de larmes, émotive petite fille dans des souliers trop grands pour elle qu'on lui a un peu forcée à enfiler, elle est assez instable, femme décoration fatiguée d'être laissée dans un coin. Elle est parfaitement consciente de ses nombreux défauts et du maigre nombre de ses qualités en comparaison, mais même en trois cents ans elle n'a pas réussi à se rendre meilleure.

Ce n'est pas un manque de volonté, elle en a à revendre, dont elle ne sait plus quoi faire parfois, c'est surtout une incapacité de changement, elle ne sait pas comment faire, elle ne comprend pas pourquoi elle s'emporte comme ça mais elle n'arrive pas à s'en empêcher et pourtant, pourtant elle est capable de plein de bonnes choses si on lui en laisse l'occasion. Derrière son front fier et impétueux se cache une fragilité qui menace de la briser à chaque instant, elle est capable d'une immense compassion et capacité de compréhension, elle n'écoute pas bien les gens et se trouve être maladroite pour trouver les mots justes mais elle aura toujours une partie de l'esprit occupé à trouver une solution à vos problèmes... Même si son égoïsme la fera toujours passer avant. Son rire a le goût d'une pluie d'été quand il tombe, aussi inattendu que surprenant mais il a le don de faire oublier et pardonner pas mal de ses travers lorsque ses fossettes se creusent et ses yeux se plissent sous le plaisir de l'hilarité. Andrea n'est pas gentille mais elle est douce, même dans les plus terribles de ses caprices elle reste d'une douceur à ne pas en croire ses yeux, elle crie, elle tape du pied mais ses gestes gracieux caressent la rétine, sa voix mélodieuse peut bien monter dans les aigus criards de diva outrée, elle restera aussi délicate qu'une plume qui se pose sur la surface tranquille de l'eau.

Elle est classique dans ses principes, elle a été élevée dans les valeurs féminines du XVIème siècle, on peut dire d'elle qu'elle est accomplie alors qu'elle brille par sa feignantise et son oisiveté, elle sait coudre et broder, elle sait jouer du clavecin et elle connait ses gammes, elle maîtrise le latin et les langues étrangères de l'époque et connaît sur le bout des doigts les danses de son époque mais elle reste plus ou moins incapable de s'occuper d'elle même. Andrea est incroyablement dépendante de son entourage, elle sait cuisiner de base mais n'aime pas vraiment ça, elle ne sait pas comment lancer une lessive et encore moins comment fonctionne un lave linge, elle n'a jamais passé son permis de conduire et elle gère très mal son argent. Elle adore la musique classique et maîtrise en partie le chant lyrique même si sa mince cage thoracique ne lui permet pas de briller par ses exploits.

Andrea n'est pas facile à comprendre, elle ne sait pas comment s'exprimer et ça alimente d'ailleurs ses colères et ça lui fait monter l'amertume aux lèvres, ne pas réussir à faire comprendre aux autres combien elle se sent mal parfois, combien elle peut se détester, et haïr tout autour d'elle d'ailleurs, la rend proprement malade. Elle a un don pour s'auto détruire à coups de scènes ratées mais soyez sûrs qu'elle emporte toujours quelque chose de vous dans ces cas là, elle n'est pas du genre à se laisser faire, si elle doit perdre alors tout le monde perdra. Elle a peur pourtant, si souvent, de tant de choses mais c'est justement ce qui la rend si désespérée également, ce qui peut la rendre potentiellement dangereuse et incapable de discerner là où elle devrait s'arrêter. Elle s'écorche violemment sur son manque de limites, mais on ne lui a jamais appris ça, à Andrea. Et malgré tout elle sait comment aimer, elle sait comment chérir et choyer mais ne trouve jamais la bonne façon de le montrer, les bleus sur son cœur se sont juste trop profondément installés durant ces siècles vécus à être plus seule qu'accompagnée.


histoire
Angleterre du début du XVIème

Elle a été une petite fille chérie et protégée à outrance. Andrea a été de ces gamines gâtées par la vie dont le seul souci était de grandir en bonne santé et potentiellement de pouvoir faire un bon mariage. Huitième enfant d'une fratrie de douze donc elle fut l'une des cinq survivants, elle passe le rituel du feu,
elle grandit comme une mauvaise herbe, souvent là où on ne la veut pas mais en parfaite santé. Elle change de mère deux fois au cours de sa vie d'enfant et d'adolescente, elle même issue d'un second mariage comme il était courant à l'époque, elle ne sait pas bien combien d'enfants illégitimes son père a semé dans la nature mais elle ne s'en préoccupe pas, on lui assène depuis le berceau l'importance du rang. Issue de la haute noblesse anglaise elle sait déjà ce qui l'attend et ne discute pas, ses frères grandissent, ils hériteront de tout tandis qu'elle qui aime tant ses terres s'en verra arrachée dès qu'elle aura l'âge d'être mariée. Elle n'aura rien sauf ses quatorze ans et ses premières règles qui arrivent comme un cheveu sur la soupe et qui sonnent déjà comme un premier départ précipité.

Elle a l'impression d'avoir à peine pu apprendre et pourtant pour son âge on l'a déjà tellement gavée de principes qu'il reste à peine assez de place pour qu'elle réussisse à penser par elle même. Un joli prisme de non possibilités lui est subtilement glissé devant les yeux, mais on lui a apprit aussi, à obéir et à servir,
et elle sait déjà ce qui l'attend. Le royaume s'agite, le roi change d'épouse, la cour se transforme, il est temps pour elle de partir, de quitter le doux confort familial et professoral, c'est le grand bain pour la si petite fille qu'elle est encore. Elle se revoit à peine courir dans les couloirs du domaine familial remplis de courants d'airs, plancher des heures avec ses percepteurs sur ses leçons de latin et de bonne conduite, elle embrasse fort ses frères et sœurs sans se rendre compte qu'elle ne les verra presque plus. On l'arrache à ses racines, bonne plante finalement qui porte les fruits du travail accompli.


La cour d'Angleterre, 1538

Elle est si secouée dans l'attelage que ça la rend malade, grande fille qui n'a jamais rien mangé. Elle fait son entrée dans le grand bassin, on la regarde sous tous les angles, sa taille fine faisant jaser les adeptes des canons de beauté de l'époque, elle tremble et serre les dents et fait la révérence tout en essayant de survivre dans l'étang à requins dans lequel elle a l'impression qu'on l'a jetée, le pays s'agite, l'Acte d'Union a déjà deux ans et elle ne comprend toujours pas l'impact politique, elle se noie dans sa puberté, petite duchesse trop couvée, elle fait ses premiers faux pas qui ne sont jamais oubliés là où elle va. Elle fréquente la société qui la voit à peine et qu'elle regarde tant, pourtant. Elle regarde et pour une fois elle sait, elle sait parce que c'est ce à quoi on l'a préparée, elle revêt ses habits blancs qu'elle ne quittera pas et avance vers ce qu'on attend d'elle. Mariée à un homme de plus de quinze ans son aîné, maltraitée dans sa chair, incapable de donner ce qu'on attend d'elle pourtant si tôt. Feux et glaces se mélangent, meurtrie au plus profond de sa féminité, incapable d'enfanter, on attend d'elle d'être une enfant qui porte un enfant, ce dont elle se révèle rapidement incapable, coincée dans un mariage d'intérêts non productif elle est rapidement délaissée et reléguée au rang de jolie petite décoration qu'on attache à son bras uniquement dans les représentations officielles.

Sa boulimie augmente et n'aide en rien, jugée trop frêle et trop fragile physiquement elle reçoit de plein fouet les quolibets et les rumeurs sur son inutilité se répandent. Elle fait de son mieux pourtant mais les mois et les années passent tandis que se multiplient les messes basses et les remontrances de ceux qui pensent bien faire à coup de conseils matrimoniaux tout aussi moralisateurs qu'inutiles, surtout venant de sa propre famille. Elle se retranche au fond d'elle même, ne fait plus attention à ce qu'elle était, elle embrasse cette image de décoration qu'on lui prête avant qu'on la juge trop inutile pour la conserver à ses côtés. Elle dérange plus que jamais, elle gêne et entrave le futur qu'elle était censée apporter, on la relègue à simple coquille vide dont on n'ose encore trop se départir vu son titre et sa fortune, mais ce temps vient bien vite, bien trop vite.

Campagne du Wessex, 1531.

Dix-sept ans et plus de rêves à revivre, plus de scènes heureuses à imaginer, les mêmes tressautements de route qui la conduisent encore plus loin de tout ce qu'elle a connu, on la range au placard comme une vieille fille. Pas de prince charmant, ou de famille heureuse, tout ce qui l'attend c'est le couvent et l'austérité alors que ça tranche tellement avec ce qu'elle était. Les religieuses pourront bien essayer de la menotter à la foi qui ne prendra jamais. Le roi change de femme comme de chemise mais pour elle pas de seconde chance, l'ère élisabéthaine court au devant de son destin dans ce pays qui lui a pourtant tant promis, à elle qui se sent plus démunie que jamais. Ses lubies et ses caprices passent mal et les privations pleuvent sans qu'elle ne sache comment s'adapter. Comme toute fille de bonne famille elle se tourne vers Dieu dans des prières désespérées pour qu'on la sorte de là sans savoir comment s'échapper. Elle hurle dans ses pensées alors qu'on lui maintien la bouche fermée, elle se débat le diable au corps. Plus de nouvelles de personne, même tout ce en quoi elle pensait avoir cru prend fin, elle devient celle dont on ne doit pas parler et dont on doit s'éloigner, elle ne comprend pas et elle a tant envie de hurler sa rage et sa haine au monde entier.

Muselée dans ces toiles de jute qui grattent et qui sont si loin des étoffes de soie de son oisiveté. Elle est perdue, elle n'adhère pas aux dogmes qu'on lui impose et pourtant elle était tellement prête à faire ce qu'on attendait d'elle à la base. Mais le monde ne lui a pas donné, ne l'a pas jugée digne de mériter ce qu'on lui avait pourtant promis. La pierre froide du couvent brûle les jointures de ses genoux et de ses pieds, elle traîne pourtant encore sa fierté partout où elle va. Elle fait semblant de tout, de s'adapter, d'y croire alors qu'elle se sent déjà dépérir, des années qu'elle est là et tout le monde semble l'avoir déjà oubliée et malgré tout la seule chose qui l'obsède c'est de se venger, d'éclater à leurs yeux, de leur montrer qu'elle est là, qu'elle existe et qu'elle ne se laissera pas engloutir par l'histoire, mais l'histoire en veut autrement.


Wessex, Hiver 1547.

L'air froid qu'elle a tant utilisé pour hurler entre péniblement dans sa cage thoracique, elle n'arrive plus à inspirer correctement, elle se sent mal, elle a mal. Elle souffre, le simple fait d'exister la fait souffrir, ce geste vital qui est du'une simplicité déchirante que même un nourrisson sait le faire lui demande de plus en plus d'efforts. La basse campagne de l'Angleterre revêt son manteau tandis qu'elle a de plus en plus froid, ses nuits sont rythmées de fièvres si fortes que ses tremblements ébranlent le carde en bois de sa couche, les cauchemars et délires du à sa température élevées lui tiennent compagnie nuits et matins. Tout son corps se tord dans des râles plus rauques et plus présents à mesure que passent les jours, chaque semaine est gagnée aux yeux des autres, perdue dans l'attente et la souffrance à ses yeux. Andrea a vingt-trois ans et sait parfaitement qu'elle va mourir. Ses forces déclinent à une vitesse alarmante, et chaque inspiration se transforme en sifflement sec, elle tousse et tousse à longueur de temps.

Enchaînée au fond de son lit dont elle ne sort plus, là où elle expectore et crache du sang presque noir de manque d'oxygène. On défile d'un coup à son chevet, là où on l'a laissée seule pourtant si longtemps, il a fallu qu'elle meure pour exister, tendre ironie à ses yeux, elle qui voulait tant vivre et qui attendait tellement de la vie. Elle a 23 ans et elle se meurt comme un petit oiseau dans son nid qui ne passera pas l'hiver et ne verra plus jamais le printemps, la tuberculose infectieuse l'emporte doucement, lente agonie qui ne touche à sa fin qu'au petit matin du deux janvier 1548. Elle aura vu le soleil se lever sur la nouvelle année sans pour autant espérer juste la voir filer, ses poumons sont si pris qu'un mince filet d'air sort de son corps en tout et pour tout comme dernier souffle. On emporte son corps rapidement pour ne pas risquer la contagion, elle est rendue à sa famille dans un linge et une boîte avant d'être couverte de fourrure et de bijoux et de diadèmes pour recevoir les derniers sacrements et rejoindre le caveau familial, Andrea est déjà bien loin de là.


Tokyo des morts, à son arrivée.

Elle est loin dans ce monde parallèle ou une file de gens attendent, qu'elle ne connait pas et qui sont proprement inutiles pour la collecte d'informations. Elle a peur et elle est seule, ses pieds nus frottent le sol, elle ne sait plus si ses tremblements sont dus au froid que sa maigre robe n'aide pas à contrer ou si c'est sa peur qui transpire par tous les pores de sa peau et qui se retransmettent à ses muscles tétanisés. Ils parlent une langue inconnue, ils ne lui ressemblent pas, certains plus que d'autres, elle a envie de pleurer mais son orgueil empêche l"hystérie qui la gagne de transparaître. Elle entre enfin dans une petite pièce où on lui rejoue plus calmement qu'un mort son trépas, elle ne comprend toujours pas. Elle apprend pas à pas ce qu'il lui arrive, où elle est mais elle ne sait même pas placer le Japon sur une carte, elle n'a plus rien, seule cette chambre qu'on lui attribue comme un numéro à du bétail.

Elle finit par rentrer chez elle, en Angleterre, là où elle pense pouvoir retrouver un semblant de repaires mais la déception n'en est que plus grande, grande gamine paumée qui ne sait plus où aller. Elle ère et tente de gagner sa vie pour la première fois de sa vie, et ça fonctionne mal, elle se prend la réalité en pleine figure, elle ne sait pas travailler, elle ne veut pas travailler d'ailleurs. Elle ne veut plus voyager et affronter ses déceptions et pourtant elle ne veut pas se briser, elle ne veut plus être rejetée, elle se maquille d'assurance qu'elle n'a pas pour mieux affronter ce qu'elle doit surmonter. Mais son assurance s'effrite, elle se déchire et elle la fait dépérir, ce n'est pas ce qu'on lui avait promis, ce n'était pas le marché, sa vie devait être parfaite, il devait y avoir un Dieu et un paradis. Pour quoi avait elle obéi à tout sinon la rédemption ? Elle était en colère et elle tapait du pied par terre avant qu'on lui offre la solution parfaite, il lui suffisait d'y retourner, cette fois elle pourrait profiter.

Elle avale vite le liquide qu'elle a acheté sans bien regarder, elle veut vite y retourner, raconter à tout le monde ce qu'il se passe après. La bouteille en verre tombe au sol. Elle va retrouver les visages souriants d'avant le couvent, elle va retrouver ses joues roses et son confort d'enfant gâtée. Elle se brise en mille morceaux. Elle va recommencer à respirer l'air pur et non vicié des bas quartiers, elle va oublier ce cauchemar. Ses mains se crispent et sa bouche s'ouvre dans un cri monstrueux. Elle y croit toujours, qu'elle va pouvoir y aller, simplement y retourner, qu'elle a juste à passer par ça, qu'elle doit le supporter. Ses yeux pleurent et ses poumons explosent, sa peau s'effrite, la douleur se propage partout. Elle prie maintenant pour y retourner, pour qu'on la laisse partir, pour qu'une fois dans sa vie on lui laisse une chance de choisir. Elle qui n'a jamais réellement cru en Dieu, qu'on a forcée à y croire pourtant. Elle vomit de douleur, de malaise, ses cheveux tombent par touffes qu'elle s'arrache et qui viennent toutes seules, son corps pourrit et se recroqueville. Elle ne croit plus en rien, ne prie plus rien, elle n'a plus conscience de rien, juste qu'on lui a définitivement tout enlevé, elle sanglote et préfère le doux silence salvateur de l'inconscience qui l'emporte.


Tokyo des morts, toujours, 1847.

Le temps lui a apprit, les potions, qu'elle consomme en masse pour garder une apparence et surtout une odeur correcte, elle s'arrose de parfum au muguet pour être sûre. Elle est retournée au Japon, elle ne pouvait rien faire d'autre, les potions coûtent cher et elle ne pouvait pas cracher sur une chambre gratuite à l'agence. Elle survit comme elle peut et son orgueil la pousse à faire quelque chose pour s'occuper et ne pas rester cloîtrée, elle veut être vue, elle veut exister, elle se sert de sa beauté pour ça, elle se pavane, elle se fait inviter pour enfin acquérir la notoriété nécessaire à ses plans. Elle relègue ses migraines au second plan, elle ignore ces cauchemars toujours plus morbides, toujours plus présents et pourtant ils la rendent encore plus exécrable, mais on lui pardonne, on lui pardonne toujours tout, on continue de vouloir la voir se pavaner à ses soirées, la regarder apprendre à danser les danses qu'elle ne connaît plus, mascotte ou décoration plus qu'invitée utile, elle n'en a cure.

Elle se sert de cette image, elle se l'approprie pour ne plus la quitter, ça lui fait de la publicité. Publicité qui explose quand elle décide d'ouvrir son propre établissement, salon de thé pour une grande dame la journée, bar le soir pour surtout ne pas perdre de revenus et fidéliser toujours plus. Pas n'importe quel bar ou salon de thé, pas n'importe quel établissement, un réservé aux zombies, là où elle peut tout contrôler, là où elle peut se balader et briller, là où elle fait en sorte d'entretenir des relations pour rester dans le monde. Là où elle stocke un nombre incalculable de potions utiles à ceux comme elle, fruits de nombreuses collaborations avec des nécromanciens de confiance, elle a apprit en trois cents ans. Ils sont nombreux ceux qui n'y croient pas, mais pourtant c'est assez novateur et ça marche, ça fonctionne, elle peut rapidement embaucher pour ne plus avoir rien à faire d'autre que l'intendance, elle a beau ne pas vouloir bosser, hors de question de laisser les responsabilités importantes à d'autre, vanité de propriétaire qui s'accorde tout le crédit du travail des autres.

Tokyo, printemps 1952 jusqu'à maintenant.

Les deux guerres mondiales ont laissé celle que tout le monde appelle Darling épuisée et à bout de nerfs, ses colères et ses crises s'entendent jusqu'en Scandinavie dit-on, elle est fatiguée, elle hallucine toutes les nuits, ne se couche presque plus, ne dort que par tranches de deux heures, elle s'alimente à peine et pourtant tout continue de tourner, elle fait marcher son affaire comme une maquerelle sait vendre chacune de ses filles. Elle s'achète tout ce qu'elle peut sans combler cette lassitude qui la gagne, elle continue à sortir, à se montrer encore et toujours plus, les vagues d'arrivées des tombés au combat là distraient et lui apportent du sang neuf au café mais elle voit bien qu'elle doit prendre de plus en plus de potions dans des délais de plus en plus courts. Darling devient peu à peu ce qu'elle est, théâtrale et capricieuse.

Elle cherche un nouveau souffle sans s'en donner les moyens, plus insupportable que jamais mais en même temps plus fragile que presque toujours. Elle sait que ses tourments sont parfois appelés "don", elle les voit, les désespérés entrer dans son bar pour chercher un zombie prêt à faire ses tours de passe passe et ses prédictions, elle ne veut pas de ça, elle se refuse à se transformer en fausse madame Irma, elle ne veut pas voir les gens mourir, même s'ils s'imposent à elle. Elle reste là, à faire l'autruche, vieille âme à l'allure de jeune femme conservée par des philtres qui l'empoisonnent, son look de princesse n'a pas bougé, ses grands airs restent, Darling reste Darling.



derrière l'écran
PRÉNOM : Camille
AGE :
COMMENT T'AS TROUVE LE FORUM ?
Le smiley que tu préfères ici ?
Tes mangas préférés ? Trop


©️joshua rokuro pour peek a boo!

Terminé #2 le 05.09.17 4:06

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 17 Féminin
× Age post-mortem : 19
× Avatar : Gumi - Vocaloid
× Appartement : Lascaux
× Métier : Réceptionniste/serveuse au Karaoké
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 410
× Øssements 711
× Age IRL : 19 Féminin
× Inscription : 10/06/2017
× Présence : complète
vampire
http://www.peekaboo-rpg.com/t1962-madeline-cause-you-know-the-good-die-young http://www.peekaboo-rpg.com/t1966-girls-just-wanna-have-fun-oo-madeline-oo#51322

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
6/100  (6/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 17 Féminin
× Age post-mortem : 19
× Avatar : Gumi - Vocaloid
× Appartement : Lascaux
× Métier : Réceptionniste/serveuse au Karaoké
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 410
× Øssements 711
× Age IRL : 19 Féminin
× Inscription : 10/06/2017
× Présence : complète
vampire
J'aime pas quand les gens écrivent un physique qui à lui tout seul est magnifique et en dit long sur le personnage.

.
.
.
MAIS AAAH SERENITY-
Bref, ta Andrea a l'air d'être complexe et aaah j'ai hâte de lire la suite ! Darling
Afficher toute la signature
Réduire la signature


I think that God is gonna have to kill me twice
Oops, I did it again, I forgot what I was losing my mind about. I only wrote this down to make you press rewind, and send a message I was Young and a Menace.

Terminé #3 le 05.09.17 7:28

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1369
× Øssements 906
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
☢ Désintégrator ☢
http://www.peekaboo-rpg.com/t1294-etsu-morugawa-lassee-de-la-vie http://www.peekaboo-rpg.com/t1298-etsu-morugawa-come-watch-the-sky-with-me#23487 https://parolesdindecise.wixsite.com/blog

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
25/100  (25/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1369
× Øssements 906
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
☢ Désintégrator ☢
SERENITYYYYY
Rebienvenue
Afficher toute la signature
Réduire la signature


I love and I hurt you
Sur mon coussin comme un dessin Comme une tâche C’est ton mascara qui déteint Quand on se fâche Et ce coussin d’ici demain Après l’orage Sera témoin que l’on sait bien Tourner la page


En japonais : #6600FF ; En anglais : #998AA8

Terminé #4 le 05.09.17 8:32

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 18 Masculin
× Age post-mortem : 18
× Avatar : Manami Sangaku - Yowamushi Pedal
× Pouvoir : buveur de O+
× Appartement : Pucca
× Métier : Mangaka amateur / Blogueur
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 202
× Øssements 498
× Age IRL : 29 Transgenre
× Inscription : 31/05/2017
× Présence : complète
× DCs : Maxence / Efia / Asuma
vampire
http://www.peekaboo-rpg.com/t1915-takuma-honda-je-suis-pilote-de-gundam-paf http://www.peekaboo-rpg.com/t1938-peace-sign-takuma

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
16/100  (16/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 18 Masculin
× Age post-mortem : 18
× Avatar : Manami Sangaku - Yowamushi Pedal
× Pouvoir : buveur de O+
× Appartement : Pucca
× Métier : Mangaka amateur / Blogueur
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 202
× Øssements 498
× Age IRL : 29 Transgenre
× Inscription : 31/05/2017
× Présence : complète
× DCs : Maxence / Efia / Asuma
vampire
SERENITY

Rebienvenue à toi, elle est trop chou ta perso

Terminé #5 le 05.09.17 9:17

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : Keith (Voltron)
× Pouvoir : visions
× Logement : Maison d'Ael
× Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
× Communication : PortableDeathbook
× Péripéties vécues : 6199
× Øssements 531
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 11/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : le sans-surnom
× DCs : Léandre / Brendan
FLOODSHOOTER
http://www.peekaboo-rpg.com/t1434-cassian-snowflakes-shit-of-paper http://www.peekaboo-rpg.com/t2110-cassian-how-can-emptiness-be-so-heavy

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
48/100  (48/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : Keith (Voltron)
× Pouvoir : visions
× Logement : Maison d'Ael
× Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
× Communication : PortableDeathbook
× Péripéties vécues : 6199
× Øssements 531
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 11/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : le sans-surnom
× DCs : Léandre / Brendan
★ FLOODSHOOTER ★
Slt beauté des îles

Pour t'accueillir (de nouveau) comme il se doit...

Afficher toute la signature
Réduire la signature


Terminé #6 le 05.09.17 10:23

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 18 Masculin
× Age post-mortem : 193
× Avatar : Greed/Lin Yao - FMA
× Pouvoir : absolu /PAN/
× Logement : (à venir, je suis sdf présentement)
× Métier : Roi ♛
× Communication : (portable à venir)
× Péripéties vécues : 3381
× Øssements 1533
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 08/02/2014
× Présence : complète
× Surnom : le koala
× DCs : Luap Jones
Monseigneur Jojo roi des lémures et dragon des archives
http://peekaboo.web-rpg.com/t9-joshua-o-je-m-aime-quel-talent#14 http://peekaboo.web-rpg.com/t68-j-suis-grave-open-liens-rps-de-joshua#page-body http://www.peekaboo-rpg.com

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
38/15  (38/15)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 18 Masculin
× Age post-mortem : 193
× Avatar : Greed/Lin Yao - FMA
× Pouvoir : absolu /PAN/
× Logement : (à venir, je suis sdf présentement)
× Métier : Roi ♛
× Communication : (portable à venir)
× Péripéties vécues : 3381
× Øssements 1533
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 08/02/2014
× Présence : complète
× Surnom : le koala
× DCs : Luap Jones
Monseigneur Jojo ♛ roi des lémures et dragon des archives
UNE ZOMBARDE demon

Terminé #7 le 05.09.17 21:11

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 23 Féminin
× Age post-mortem : 493
× Avatar : Princess Serenity - Sailor Moon
× Appartement : Brossard
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 100
× Øssements 81
× Age IRL : 26 Féminin
× Inscription : 04/09/2017
× Présence : complète
× DCs : Teodora Svensson
zombie
http://www.peekaboo-rpg.com/t2336-andrea-e-darlington-he-wore-black-and-i-wore-white#61965 http://www.peekaboo-rpg.com/t2351-andrea-e-darlington-juste-darling

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
35/100  (35/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 23 Féminin
× Age post-mortem : 493
× Avatar : Princess Serenity - Sailor Moon
× Appartement : Brossard
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 100
× Øssements 81
× Age IRL : 26 Féminin
× Inscription : 04/09/2017
× Présence : complète
× DCs : Teodora Svensson
zombie
OUI SERENITY

OMG CASS tu me fous du Céline

Terminé #8 le 06.09.17 23:56

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 23 Féminin
× Age post-mortem : 493
× Avatar : Princess Serenity - Sailor Moon
× Appartement : Brossard
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 100
× Øssements 81
× Age IRL : 26 Féminin
× Inscription : 04/09/2017
× Présence : complète
× DCs : Teodora Svensson
zombie
http://www.peekaboo-rpg.com/t2336-andrea-e-darlington-he-wore-black-and-i-wore-white#61965 http://www.peekaboo-rpg.com/t2351-andrea-e-darlington-juste-darling

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
35/100  (35/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 23 Féminin
× Age post-mortem : 493
× Avatar : Princess Serenity - Sailor Moon
× Appartement : Brossard
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 100
× Øssements 81
× Age IRL : 26 Féminin
× Inscription : 04/09/2017
× Présence : complète
× DCs : Teodora Svensson
zombie
Et c'est bon

Terminé #9 le 07.09.17 0:59

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuroo Tetsuro - HQ!!
× Pouvoir : Cryokinésie
× Appartement : Brossard
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 194
× Øssements 324
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 16/12/2016
× Présence : réduite
× Surnom : l'araignée
× DCs : Tian Hui
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t1204-nae-w-dwyer-you-look-like-my-next-mistake http://www.peekaboo-rpg.com/t1258-nae-wyatt-dwyer-just-when-you-thought-the-fun-was-over

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
13/100  (13/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuroo Tetsuro - HQ!!
× Pouvoir : Cryokinésie
× Appartement : Brossard
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 194
× Øssements 324
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 16/12/2016
× Présence : réduite
× Surnom : l'araignée
× DCs : Tian Hui
nécromancien
Je viens lire ! On l'attendait tous (moi, en tout cas, c'est certain) ce second personnage, censé n'arriver que plus tard.... Et Dieu sait à quel point je suis ravi de la croiser, de lire sa fiche et de baver dessus.

Identité Je ne sais pas si je te l'ai déjà dit mais, j'adore le nom (complet) de ton personnage Pour les dates, tout est bon, et les langues parlées... Well. Elle est vieille. Ceci explique cela
Physique Je ne comprends honnêtement pas pourquoi tu n'aimes pas ce que tu as écris, parce que de mon avis, c'est très bien écrit et beau. Voilà. Donc sois-en un peu plus fière !
précisions Oh, c'est moche la boulimie, mais j'avoue que c'est la première fois que je vois un personnage avec ce problème, et je trouve ça cool.... Est-ce étrange ?
caractère A voir, c'est long, mais à lire, euh... Je l'ai lu assez vite, en fait. C'était assez bizarre Oui, alors, j'aime beaucoup sa personnalité, avec ses caprices de gamine, ses manières de grande dame, son côté dramaqueen (oui avouons-le, elle est un peu dramaqueen), c'était juste à lire !
histoire J'avais, très honnêtement, peur de lire ton histoire.... Parce que j'avais peur que ce soit la sadness absolue. Si, je t'assure. Mais, malgré mon ost très sad de Sailor Moon, j'ai réussi à la lire d'une traite sans verser de larme. Et ça ne veut pas dire que c'était nul, qu'on soit d'accord. Et je t'avoue que le "je torche la fin", je l'ai pas senti en lisant. C'était aussi bon que mon chocolat chaud (ok là il est froid mais chut). J'ai juste pas compris si elle était mariée au Roi ou à un autre type dont on se fiche totalement de l'existence, mais ça c'est juste mon cerveau pas doué. Bref, c'était Et le moment de zombification était aussi. Vraiment. C'était mon passage favori


tu es validée

Félicitations, tu peux désormais aller rp !
A son arrivée dans l'au-delà, ton personnage aura également été placé pendant une semaine dans un des appartements de l'agence Azazel :

L'appartement Brossard
En te rendant dans le sous-forum qui y correspond, tu trouveras un sujet de "flood privé" réservé pour la discussion avec tes colocataires, n'hésite pas à t'y présenter pour nouer de premiers liens sur le forum o/

En parallèle, pense à aller recenser ton avatar dans le bottin pour ne pas qu'un futur nouveau te le pique, et à remplir les différents champs de ton profil ♥️.

Tu pourras éventuellement aussi te créer un carnet spectral pour qu'on vienne te demander des liens et des rps, et surtout qu'on sache où tu en es dans ta vie sur le forum !

Puisque ton personnage a déjà vécu quasiment 5 siècles dans l'au-delà, il a vraisemblablement déjà gagné quelques points d'amusement d'avance ! Je t'en donne 35 pour rester réalistes tout en te permettant de profiter du système de points. Si tu ne sais pas du tout de quoi je suis en train de parler, je t'invite à lire le sujet linké, les PA te seront probablement utiles dans le futur si tu souhaites faire évoluer ton perso !

Enfin, même si on n'a pas envie d'y penser à peine validé, tu peux aussi passer faire un tour dans ce sujet afin de prévoir une éventuelle disparition de personnage en cas de reboot, de départ ou d'inactivité future

Je pense que tu es assez submergée de liens pour le moment, je te laisse profiter du forum, étant donné que tu es officiellement une Zombie !
Afficher toute la signature
Réduire la signature