ConnexionConnexion  
  • AccueilAccueil  
  • PortailPortail  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • connexionSe laisser mouririnscriptionNos fantomesliste des membres
    RèglementContexteGroupesØssementsPoints d'amusement
    Nouvelles épitaphesépitaphes du jour
    Rechercher
       
    forum rpg paranormal déjanté • rp libre • v.3.12
    en ce moment

    Capouccino recherche le grand amour, homme, entre 19 et 25 ans

    Eden Indentshi recherche tout plein d'employés pour son bar

    Cinemont recherche des personnages enfants

    Event du moment
    The Nightmare...
    du 20 octobre au 20 novembre

    Un chien venu des Enfers

    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 15 Féminin
    × Age post-mortem : 16
    × Avatar : OC par W-hosrising
    × Appartement : Van Gogh
    × Péripéties vécues : 617
    × Øssements607
    × Age IRL : 14 Féminin
    × Inscription : 12/04/2017
    × Présence : complète
    × DCs : Thomas Slotlow

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    30/15  (30/15)
    15Féminin16OC par W-hosrisingVan Gogh61760714Féminin12/04/2017complèteThomas Slotlow
    avatar
    lémure
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1706-dorina-cthulthank-quand-la-mort-rencontre-euh-bah-la-morthttp://www.peekaboo-rpg.com/t1707-dorina-le-journal-d-une-paumee#38700http://www.peekaboo-rpg.com/t2115-dorina-03-421303
    15Féminin16OC par W-hosrisingVan Gogh61760714Féminin12/04/2017complèteThomas Slotlow
    lémure
    #1 le 26.08.17 16:29
    Wouaf !
    Un chien venu des Enfers
    L'Attaque d'Hadès
    Ʃkaemp はは ™

    Dorina était tranquillement installée sur son lit, en train de bouquiner. D’un geste machinal, elle voulut caresser Darcy et Houblon, qui étaient censés être à côté d’elle. Mais ils n’étaient pas là. Intriguée par leur absence, la jeune fille ferma son livre sans oublier de mettre son marque-page et se leva. Elle avait envie d’un peu de compagnie, et elle n’avait vu personne avec qui passer du temps dans l’appartement. Elle n’entendait aucun bruit, aucun miaulement qui aurait pu lui indiquer où étaient passés les deux chenapans. Elle sortit de sa chambre en chantonnant à l’intention de ses deux compagnons et entra dans la cuisine. Là, le spectacle qu’elle aperçut lui fit ouvrir des grands yeux étonnés : Darcy et Houblon, le poil hérissé, faisaient face à un imposant chien loup, qu’elle savait appartenir à un de ses colocataires, montrant les crocs. Elle ne parvenait à se souvenir de son nom, mais elle voyait à peu près à quoi il ressemblait. Elle trouvait d’ailleurs étonnant qu’un gamin comme lui puisse avoir un chien si imposant. Mais peut-être n’était-il pas si enfant que ça… Ici, il ne fallait pas se fier aux apparences. Elle-même, dans quelques années serait adultes, mais elle aurait toujours cette apparence adolescente. Cette condition lui faisait penser à un livre : le portrait de Dorian Gray. Comme Dorian, l’adolescente pouvait faire ce qu’elle voulait sans que ça se répercute sur son corps. Elle rit doucement en remarquant que son prénom ressemblait fortement à celui du héros du livre mais elle fut tirée de ses pensées par le miaulement apeurée de Houblon. Dès là, les choses s’enchaînèrent très vite. Trop, vite pour Dorina. Elle n’eut pas le temps d’esquisser le moindre geste que le chien s’était jeté sur ses chats qui tentaient désespérément  de fuir. À ce moment, la jeune fille eut un réflexe qui n’était certainement pas des plus intelligents : elle se jeta dans le combat animal pour repousser le chien et ainsi libérer ses petits protégés. Elle avait réussi son plan, du moins en partie : les petits chats avaient filé sans demander leur reste, mais le chien avait reporté toute sa hargne sur elle. La jeune fille n’avait pour se défendre que ses petits poings frêles, une protection bien futile par rapport aux crocs acérés auxquels elle faisait face. Il lui fallait de l’aide, elle ne pourrait pas se débrouiller toute seule. Elle détestait d’avoir à dépendre de l’aide des autres, mais elle était assez intelligente pour savoir quand renoncer à son orgueil. Miraculeusement, elle se souvient du nom du propriétaire de l’animal et le cria le plus fort qu’elle le pouvait :

    Newt !!!

    Profitant de ce moment d’inattention, le chien loup lui mordit le poignet et la jeune fille hurla de douleur. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, la bête portait sa gueule au niveau du cou de l’adolescente, déjà bien abîmé par une cicatrice, témoin de sa mort. Tant bien que mal, Dorina arrivait à maintenir cette gueule emplie de dents tranchantes ouverte mais le poids de l’animal sur son torse l’empêchait de respirait correctement. Au bord des larmes et le souffle court, elle parvint tout de même à haleter, en français bien incapable de réfléchir à une autre langue :

    Newt… S’il te plait… Vite…

    Hors-sujet.

    Afficher toute la signature


    Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn !
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 18 Masculin
    × Age post-mortem : 392
    × Avatar : Midoriya Izuku - My Hero Academia
    × Pouvoir : Mind Palace
    × Appartement : Van Gogh
    × Métier : Mange Mort & Scientifique/Ingénieur
    × Péripéties vécues : 76
    × Øssements248
    × Age IRL : 21 Féminin
    × Inscription : 16/08/2017
    × Présence : réduite
    × DCs : Shu Wang, Hyun-Su P. Kaiyoutei & Orpheus Ioannis

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    38/100  (38/100)
    18Masculin392Midoriya Izuku - My Hero AcademiaMind PalaceVan GoghMange Mort & Scientifique/Ingénieur7624821Féminin16/08/2017réduiteShu Wang, Hyun-Su P. Kaiyoutei & Orpheus Ioannis
    avatar
    Nécromancien zombie
    http://www.peekaboo-rpg.com/t2245-newt-ansgar-double-facehttp://www.peekaboo-rpg.com/t2263-newt-carnet-d-information#60347http://www.peekaboo-rpg.com/t2264-newt-portable
    18Masculin392Midoriya Izuku - My Hero AcademiaMind PalaceVan GoghMange Mort & Scientifique/Ingénieur7624821Féminin16/08/2017réduiteShu Wang, Hyun-Su P. Kaiyoutei & Orpheus Ioannis
    Nécromancien zombie
    #2 le 04.09.17 20:30



    Dorina x Newt


    « Un chien venu des Enfers »

    Manchmal sind
    "die Anscheine trügerisch"


    Une odeur de sulfure mélangée à la pourriture ambiante. Une ambiance des plus sombres tandis que le sang tapisse les murs de ses jolies couleurs. Au milieu de la pièce, un être humain vêtu d'un blanc immaculé. Un murmure s'élève dans la pièce, le grincement d'une mine de bois se fait entendre contre les pages immaculées d'un cahier. Toute personne étrangère à ce paysage prendrait peur, une vision d'horreur au milieu de la journée, le soleil berçant de ses doux rayons chaque ectoplasme. Une personne ose pénétrait ses lieux souillés. Un homme qui n'est plus humain, un être à la frontière entre le cadavre pourrissant et le magicien de fête foraine. Une personne qui lui ressemble comme deux gouttes d'eau, enfin qui devrait lui ressembler mais qui ne lui ressemble plus. Pour lui, il en a oublié son nom, pour l'autre, il a gardé ce lien les unissant. Un murmure, une parole, un ordre. Le silence se fait maître des lieux avant qu'un mouvement de chaise se fasse entendre. La blousse quitte les épaules d'une jeune garçon, elle vint s'écraser lourdement au sol, baignant dans une marre de sang avant de disparaître. Le propriétaire termine sa marche auprès d'une porte. Quelques mots, puis il disparaît.
    Au milieu de la foule, plus personne ne le reconnaît. C'est un petit garçon qui marche au côté d'un chien-loup, très peu ose l'approcher. Il se fait maladroit, il rigole à des situations incongrus et regarde de haut quelques adultes. En réalité, il se moque complètement de ses ectoplasmes qui sont en train d'errer dans un monde sans but. Leur ambition est enterré en même temps que leurs cadavres, si leurs cadavres sont un temps soit peu enterré. Le nécrozombie sait parfaitement que son corps a gît dans la boue, il a été souillé par les pas des soldats qui l'ont abattu sans scrupule. Enfin, tout cela, il s'en moquait parfaitement. A l'inverse, il ne voulait pas que le cadavre de son jumeau ait subit la même chose et il a juré de retrouver ses êtres infâmes pour se venger. Ce fut avec un petit rire qu'il arriva enfin devant son appartement.

    Van Gogh, un nom d'appartement plutôt inapproprié pour lui. L'art ne l'intéressait pas du tout, il n'avait aucun apport scientifique au monde, à l'inverse, il avait plutôt tendant à abrutir l'humanité. Les hommes devenaient fous en pensant que des toiles sans sens étaient quelque chose d'admirable, alors que les atomes sont beaucoup plus admirables que les toiles d'un homme fou. Newt reprit son sérieux, ouvrant la porte avec un air de petit enfant sans danger. Aucun bruit, pour le moment. Les lieux devaient être vides de toute âme vivante, ou alors les colocataires se cachaient bien. Peu importe. Sans se soucier de plus de détail, l'allemand se dirigea vers sa chambre qui était vide de toute trace d'un quelconque colocataire. Sans réfléchir, il retira presque tout ses vêtements. Le seul survivant fut son boxer, car la flemmardise ou plutôt la fatigue avait prit le dessus. Lentement, son corps tomba tout contre le matelas tandis que ses pensées étaient en train de rejoindre Morphée pour divaguer avec lui. Le silence était paisible, le soleil était doux, la journée était beaucoup trop belle.
    Un cri vint alors bercé ses rêves. Newt s'en réjouissait sauf que ses rêves n'étaient pas à base de jeune demoiselle en détresse, qui hurlait dès que le méchant posait ses mains sur eux. Dans un soupire, il se redressa. Les yeux encore endormis, le corps chancelant, il marcha jusqu'à sa porte. Depuis celle-ci, il entendit quelques bruits mais il était bien incapable de comprendre la situation. Un soupire sortit d'entre ses lèvres. La porte s'ouvrit, le faisant alors apparaître sur le pas de sa chambre. Rapidement, il se dirigea vers les lieux du « crime ». Hadès, son chien-loup était en train d'attaquer un petit lapin. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres. Il aurait pu observer cette scène sans boucher, mais il se souvint que cette femme traînait un peu beaucoup avec Eden. Un petit « tcht » sortit d'entre ses lèvres. Au son, l'animal reconnu son maître et se rétracta immédiatement, laissant la jeune colocataire respirée. Elle avait parlé français mais Newt ne voulait pas lui parler dans cette langue. Il prit alors le japonais comme référence.

    « Tu as peur d'un petit chien ? »

    Un rire aurait pu sortir d'entre ses lèvres mais ce n'était pas le moment de faire tomber le rideau. Lentement, l'allemand s'approcha de son compagnon, venant passer sa main dans son pelage, ce qui fit frisonner la bête. Ce genre de geste affectif n'était pas habituel pour elle, surtout que c'était plus un signe de punition qu'autre chose. La preuve, sa queue s'était déjà cachée entre ses pattes.

    code - kuru pour meranii



    Afficher toute la signature


    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 15 Féminin
    × Age post-mortem : 16
    × Avatar : OC par W-hosrising
    × Appartement : Van Gogh
    × Péripéties vécues : 617
    × Øssements607
    × Age IRL : 14 Féminin
    × Inscription : 12/04/2017
    × Présence : complète
    × DCs : Thomas Slotlow

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    30/15  (30/15)
    15Féminin16OC par W-hosrisingVan Gogh61760714Féminin12/04/2017complèteThomas Slotlow
    avatar
    lémure
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1706-dorina-cthulthank-quand-la-mort-rencontre-euh-bah-la-morthttp://www.peekaboo-rpg.com/t1707-dorina-le-journal-d-une-paumee#38700http://www.peekaboo-rpg.com/t2115-dorina-03-421303
    15Féminin16OC par W-hosrisingVan Gogh61760714Féminin12/04/2017complèteThomas Slotlow
    lémure
    #3 le 09.10.17 18:48




    Un chien venu des Enfers

    Problèmes linguistiques


    Tu comprends pas comment un si petit gamin peut avoir un si gros chien. Il te parle en japonais, du moins c’est ce que tu crois. Tu comprends pas trop ce qu’il dit mais vu l’expression qu’il a tu vois bien que c’est pas un compliment, au contraire. Tu t’avances (mais pas trop à cause du chien), poses tes poings sur tes hanches et le surplombe de toute ta hauteur et essaie de l’écraser avec le mépris de ton regard. D’habitude, t’es plutôt sympa avec les gens mais le p’tiot, tu le sens pas. T’as un sourire cynique, et une superbe idée en tête. Tu inclines la tête et poses une question :

    Tu pourrais répéter dans une langue que je comprends ?

    Tu répètes dans un allemand plutôt pas mal puis dans un anglais catastrophique avec un accent français beaucoup trop prononcé. Si il répond dans une autre langue que le japonais, c’est qu’il l’a appris donc soit il est surdoué soit ça fait longtemps qu’il est mort. Toi, tu penches plus sur la deuxième cause.


    Codée par Eli-Ls

    Afficher toute la signature


    Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn !
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    forums partenaires