#1 le 23.08.17 22:27

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Féminin
× Age post-mortem : 20
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Propriétaire d'une boutique d'art
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 226
× Øssements 795
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 14/06/2016
× Présence : réduite
× Surnom : la praline
× DCs : Ekaitz Armo
vampire
http://peekaboo.web-rpg.com/t840-lynn-ahern-parce-que-etre-rousse-c-est-cool http://peekaboo.web-rpg.com/t841-lynn-la-rouquine-3

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
33/100  (33/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Féminin
× Age post-mortem : 20
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Propriétaire d'une boutique d'art
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 226
× Øssements 795
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 14/06/2016
× Présence : réduite
× Surnom : la praline
× DCs : Ekaitz Armo
vampire
ft. Lynn Ahern & Sen Ashitaka

Please remain seated during the entire performance

C’était la première fois depuis mon arrivé ici que je prenais un cours de dessin. De mon vivant, je me souvenais des cours que j’avais le samedi. Nous étions plusieurs jeunes à suivre les conseils d’un professeur aussi passionné par l’art que nous. Nombreuses étaient les fois où je prenais quelques minutes à chaque fins de séances pour lui demander des conseils sur telle ou telle techniques ou simplement lui demander un avis sur mes dessins. Et à chaque fois, il répondait à mes questions avec le sourire, laissant les autres élèves l’écouter et prendre quelques notes, n’hésitant pas à répéter s’il le fallait.
Depuis mon arrivé dans le monde des morts, je n’avais jamais eu le courage de reprendre des cours d’art, me contentant de ce que je savais déjà faire et d’internet. Pourtant, j’étais tombée sur une annonce à l’agence à propos cours de dessins à la fac donnés par un certain Sen Ashitaka. J’avais gardé l’idée dans un coin de ma tête en me disant que j’y réfléchirai un peu plus tard. Pourtant, plusieurs jours s’étaient écoulés et j’avais presque oublié l'existence de ces cours jusqu’à ce que je retombe dessus et que je me décide à m’inscrire.

Voilà donc comment je me retrouvais à marcher en direction de l’Université, mon sac rempli de crayons, pinceaux, tubes de peintures et pleins d’autres choses parce-que je n’avais aucune idée de ce que j’étais censée ramener. J’étais légèrement stressée à l’idée d’y aller, déjà parce-que je n’avais mis que très rarement les pieds dans cette fac et puis je ne savais pas à quoi m’attendre.
Une fois à l’intérieur, je ne mis que très peu de temps pour me perdre. L’Université était immense et je n’avais même pas pensé à écrire au moins le numéro de la salle. Je me baladais donc dans le couloir, mon sac sur l’épaule, à la recherche de quelqu’un qui pourrait me renseigner. Une dizaine de minutes plus tard, je m’approchai de l’entrée d’un amphithéâtre où quelques élèves attendaient devant, appuyés contre le mur.

- Excusez-moi, est-ce vous savez où se trouve le court de Sen Ashitaka par hasard ?
- Oui bien sûr, me répondit une jeune fille
, un sourire aux lèvres, suis moi !

Il ne suffit de quelques minutes pour que me trouve devant la bonne salle. Je remerciai l’étudiante avant d’ouvrir la porte. Le cours semblait déjà avoir commencé et c’est d’une petite voix que je dis :

- Bonjour, désolé du retard, je ne trouvais pas la salle.

La salle était déjà pas mal remplie et la seule personne qui était debout était un homme immense, à la carrure digne d'un rugbyman et dont les cheveux longs et la barbe épaisse ne donnaient par vraiment l'impression qu'il soit une personne très très sympa. Je compris rapidement que c'était lui le prof et priai pour que derrière cette carrure d'ours se cache quelqu'un de cool parce-qu'autrement, il était hors de question que je ne remette les pieds ici.
Hésitante, j'entrai tout de même dans la salle avant de m'installer rapidement à la première place libre que je vis.
Invité

#2 le 27.08.17 19:49

avatar
Invité





Please remain seated
During the entire performance


Il n’aimait pas trop les gens. Encore moins les morts mais depuis sa rencontre avec Shirley, Sen essayait tant bien que mal d’évoluer en bien, de rencontrer un peu de monde et de comprendre ce qui l’entourait.

Au fil du temps il avait remarqué une chose ; les morts avaient rarement peur de quoi que ce soit. Il y avait ceux qui vivaient sans aucun frein, sans aucune restriction. Les dissipés comme ils les appelaient et il y avait les autres, ceux qui n’avaient pas encore digéré leur mort ou bien qui profitaient gentiment de ce petit bonus qu’avait offert la faucheuse.

Le problème avec Sen c’est qu’il était tatoueur et tatoueur dans un quartier qui n’était pas des plus sûre. Hélas ne roulant pas sur l’or il n’avait pu se payer que son mini salon dans un des bas quartiers près du rainbow bridge. Il en côtoyait donc des dissipés et avait une image des spectres des moins sûre. S’étant clairement fait tabasser à ses débuts, il s’était forcé à changer, faisant des efforts surhumain pour endurcir son corps, ayant beaucoup trop peur que tout cela recommence. Mais sa passion du tatouage et du dessin étant plus forte que ça, il avait tenu bon jusqu’à se faire assez respecter dans son milieu pour ne plus être embêté.

Hélas sa vision des autres, elle n’avait pas changé. Entre mauvais garçons et yakuza, il en voyait passer de toutes races et de toute sorte de criminalité. Et il en avait assez, assez de passer pour quelqu’un de fermé aux yeux de Shirley ou de ses autres amis, assez d’avoir peur de certains de ses clients ou d’être suspicieux de tout. Il voulait avancer et pour ça il s’était rendu à l’agence, essayant de trouver une activité lui permettant d’être un peu plus sociable sans prendre vraiment de risque.

C’est là qu’il avait lu cette annonce, celle pour un poste de professeur d’art à l’université de Tokyo. Il avait postulé et ses talents avaient été appréciés. Peut-être son physique aussi, après tout Sen était un bel homme. Dommage que son esprit légèrement pathétique ne suive pas. Pas encore en tout cas.

Il prit donc les devants sur sa vie et commença alors son nouveau job tout en conservant son salon. C’était son premier jour, son tout premier jour. Habillé d’un pantalon marron, d’une chemise blanche et d’un blazer noir, il s’était alors rendu à son cours.

Passant d’abord par l’administration, il s’était présenté, remerciant une nouvelle fois la directrice pour ce poste, directrice qui l’amena à sa salle encore vide. Le stress était grand pour lui, réellement. Les gens le regardaient, il le voyait, les remarquait tous, eux et leurs chuchotements. De tous âges, les élèves n’hésitaient pas à croiser son regard tandis que lui se tenait droit. Il devait être fière, du moins ne pas montrer aux autres son angoisse.

Il se retrouva rapidement seul dans sa salle, installa ses affaires et attendit quelques minutes la sonnerie annonçant les cours. Il souffla. Sois courageux Sen.

Les élèves débarquèrent alors les uns après les autres. Leurs affaires en main ils les installèrent dans leur bureau attitré auparavant par de petites étiquettes à leur nom. L’enseignement y était mondialo-japonais. Un mélange de culture du à la mixité présente dans Tokyo et dans le monde des morts en général. La classe était quasiment entièrement remplie. Quelques sièges manquaient mais Sen était déjà fier d’avoir autant d’élèves dans son cours.

Il prit le temps d’enlever sa veste et de la poser sur sa chaise, remonta les manches de sa chemise et s’avança par devant son bureau.

- "Bonjour à tous. Je suis Sen Ashitaka, votre nouveau professeur d’art, merci de m’accueillir parmi vous."

Il s’abaissa un instant et la vingtaine d’élèves présents en fit de même, le saluant à haute voix par la même occasion. Ils s’essayèrent ensuite et Sen commença son cours.

- "Avant toutes choses sachez que je suis intervenant. Vous aurez donc ici une partie magistrale mais également une bonne partie de pratique. Je sais que mes collègues ne favorisent pas ce point là dès le début mais ce n’est pas mon cas. Étant moi mê.."

La porte s’ouvrit alors doucement.

- Bonjour, désolée du retard, je ne trouvais pas la salle.

Il la regarda alors avec étonnement. Elle l’avait presque fait sursauté en réalité. Mais essayant de garder cette force qu’il montrait, il lui sourit alors, cachant sa nervosité derrière un masque d’indulgence.

- "Bonjour, je vous en prie, assez-vous, vous n’avez pas raté grand chose."

Un énième sourire et il continua.

- "Je disais donc, que je suis pour la pratique avant tout. En dehors de ce cours, je suis un professionnel, je suis tatoueur." Quelques chuchotements se dispersèrent dans la classe avant de voir quelques sourires s’afficher. Ok l’information est bien passée. "Je ne vous ferai donc pas écrire pendant des heures, mais dessiner oui."

Il fit une pause.

- "L’administration à dû vous donner une liste de fourniture à prendre. Aujourd’hui je vous demanderai donc uniquement de sortir une feuille, un crayon et une gomme. Nous allons entrer directement dans le vif du sujet."

Il se retourna, prit une craie et traça quelques lettres au tableau.

L’art.

- "Vous avez une heure pour me représenter l’art sur ce morceau de papier. Pour ceux qui n’ont pas de matériel, vous pouvez venir me voir."

Il prit lui même son bloc note et son critérium. Il n’allait pas déloger à ses propres consignes.

- "Si vous avez besoin de conseils ou d’aide, je me tiens à votre disposition."  

Mitzi