#11 le 07.09.17 9:50

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re
× Appartement : Michalak
× Métier : Au chômage
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 866
× Øssements 2526
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
vampire
http://www.peekaboo-rpg.com/t1802-urie-kaneki http://carnetspectral.pab

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
84/100  (84/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re
× Appartement : Michalak
× Métier : Au chômage
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 866
× Øssements 2526
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
vampire

About ruining your day

- Will I regret? J'espère ouais! -


Quoi mon corps, une chaudière? Mais c'est toi le putain de frigide ouais!..

Mon esprit n’est pas assez calme pour ressentir ce froid mordant qui joue avec mes phalanges et laisse sortir ces légers nuages de condensation de mes lèvres pincées. Tu mérites des baffes mec.

Et ce qui m’étonne le plus c’est de voir mon image avec ce sourire proche de celui d’un démon étirer mes lèvres. C’est presque fascinant de s’observer, dommage que là tu me donnes l’air d’une tête à claque. Mais je pourrais m’arrêter bien plus longtemps sur l’instant, fasciné par ce reflet biaisé plus réaliste que jamais.

Je suis aussi sonné que mon corps ne l’est de savoir que ma gauche et ma droite ont été inversées. Cela m’a peut-être énervé un peu plus. Je hais que l’on joue avec mon esprit, mes sensations ou mes émotions. Voilà la chose que je déteste bien le plus - si ce n’est mes bourreaux - en ce bas monde. Ces pouvoirs infâmes qui s’amusent de moi et de mon corps. Mes lèvres ont tourné en une douce couleur bleutée tirant sur le violacée lorsque mon propre corps s’abat sur moi et qu’un bruit effroyable de verre brisé se fait entendre.

Je ne comprends pas, je n’arrive pas à saisir tout ce qui est en train de se passer et mon esprit vrille vraisemblablement en plus entre sa gauche et sa droite. Autant dire que c’est le bordel autour de moi comme à l’extérieur et je n’ai d’autre choix que de subir le mouvement encore. A nouveau sur mes pieds c’est infernal putain, qu’est-ce qui est en train de se passer merde?! Plus je réfléchis et moins tout semble clair, plus je réfléchis et plus mon corps semble se geler. Si les miroirs explosent autour de nous je ne me rends pas encore compte que c’est à cause de moi et de cet agacement qui continue de me gagner et atteindre des sommets.

La différence de température entre nos mains est peut-être ce qui me surprend le plus. Qu’est-il en train de m’arriver? Pourquoi ai-je si foutrement froid moi qui habituellement meurs de chaud?

Si lui sautille comme un mioche, moi je suis surtout en train de remarquer que mes doigts sont en train de se rigidifier au creux d’une main dont la chaleur empêche sans doute la totale baisse de température de mes extrémités.

C’est inquiétant de penser que l’on va perdre ses doigts je crois car je n’arrive pas à sortir cette pensée de mon crâne depuis que l’on a repris cette course, je suis à bout de souffle quand enfin nous nous arrêtons. La torpeur s’est abattue et je ne discerne plus rien si ce n’est notre proximité, la chaleur d’un corps émanant alors que ma froideur est déjà en train de remplir l’environnement dans lequel nous nous sommes réfugiés.

Ma respiration est brisée et par un même mouvement nerveux, mes dents claquent. Je suis frigorifié et mon corps se trouve crampé, ça n’est pas tant cette main qui me parcourt mais plutôt ce froid insensé qui m’enveloppe.

" E-xp...plique-m... m-moi " je bute sur chaque consonne tant ma mâchoire est crispée.

Mes mains congelées sont venue saisir ton col, de ta peau émane une chaleur qui me fait défaut. J'ai peut-être laissé mes doigts se plaquer contre ton cou qui est de toute façon le mien, cherchant une moindre solution à ma souffrance.

" C-c-... c'est tr-trop froid p...putain "

Beaucoup trop. De façon trop intense. Je ne contrôle pas ce corps ni ses pouvoirs dont je ne connais rien encore.

Et bientôt, j'entends comme des craquements dans mes phalanges, comme si ces dernières étaient en train de céder.

" S...si tu ne v-v... veux pas q-que ton corps cr...crève fais un tr...t-truc merde! "

Pourtant intérieurement je suis en train de bouillir. Je brûle d'envie de t'éclater les dents d'avoir autant pourrie ma journée tu sais? Dès que je peux re-bouger le bras je te détruis les côtes -qui sont en fait les miennes mais ce sera juste pour la forme-.

J'essaie de me persuader que si les doigts me tombent ce ne sont que les tiens mais la douleur du froid est bien plus ingérable pour moi que ce que je ne pensais. J'aime pourtant le froid mais pas à des températures si extrêmes.

Mes les engelures ça fait un mal de chien putain!

Sans prendre garde ce sont mes instincts de survie qui ont pris le dessus, à croire que même mort je suis fais pour vivre.

Réduisant l'espace entre nous à néant, j'ai profité de ce col un peu trop large pour faire cavaler une main le haut de ton dos. Entre les omoplates, là où la chaleur a tendance à se stocker. Ma seconde est déjà en train d'essayer de se frayer un chemin le long de ton bras, tentant de remonter dans la manche de ma veste et surtout commençant à refroidir ma propre peau qui est désormais la tienne.

La différence température est saisissante. Et bien que sur mes gardes quant à nos assaillants, je ne peux m'empêcher d'insister. La situation est critique, si tu continues à te foutre de ma gueule tu vas y perdre des doigts.

" On d-dirait un b-b-b... bain glacé. MERDE. Qu-qu'est-c'qu...q-que t'as foutu?! Arrête ça! Ar... Arrête-le tout de suite! "

Dés:

Chaud et froid :
1 ) Il s'est simplement rapproché
2 ) Il s'est lui-même rapproché et cherche instinctivement la chaleur
3 ) Son corps se replie sur lui-même tant il a froid
4 ) Seules ses mains sont plaquées contre sa nuque

[b]Pile : En le touchant il manque de le geler
[/b]Face : Juste lui et lui seul

Move

- Get out -


#12 le 07.09.17 9:50

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1796
× Øssements 1203
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1796
× Øssements 1203
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
Le membre 'Urie Kaneki' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


#1 '4 FACES' :


--------------------------------

#2 'PILE OU FACE' :

#13 le 10.09.17 4:37

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuroo Tetsuro - HQ!!
× Pouvoir : Cryokinésie
× Appartement : Brossard
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 185
× Øssements 275
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 16/12/2016
× Présence : réduite
× Surnom : l'araignée
× DCs : Tian Hui
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t1204-nae-w-dwyer-you-look-like-my-next-mistake http://www.peekaboo-rpg.com/t1258-nae-wyatt-dwyer-just-when-you-thought-the-fun-was-over

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
13/100  (13/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuroo Tetsuro - HQ!!
× Pouvoir : Cryokinésie
× Appartement : Brossard
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 185
× Øssements 275
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 16/12/2016
× Présence : réduite
× Surnom : l'araignée
× DCs : Tian Hui
nécromancien


Il lui était impossible d’effacer ce rictus terriblement mauvais de ses lèvres. Tout semblait marcher dans son sens, lui offrant la meilleure journée qu’il puisse quémander, pareil à une merveilleuse fête d’anniversaire. Il se sentait prêt à souffler ses bougies après avoir formulé son vœu, ce n’était qu’à une poignée de minute de lui… Peut-être qu’une fois leurs poursuivants partis, il aurait finalement droit à la cerise sur le gâteau ? Alors il tendit l’oreille pour être certain de ne rien rater, de remarquer leur départ et accueillir son cadeau à bras ouvert.

Nae ne pensait pas être si proche de la vérité.

Sa main s’aventurait sur son flanc jusqu’à tomber sur sa poche qui contenait la boite et il soupira doucement de soulagement en constatant qu’elle était toujours à sa place. Même s’il était ravi de sa compagnie actuelle, il préférait garder son avantage sur les autres au cas où son nouvel ami ne l’abandonne. Mais, dans l’immédiat, l’irlandais avait l’entière attention du vampire, bien plus qu’il n’avait prévu d’en obtenir et ce n’était qu’un plaisir pour lui. Le japonais se collait à lui et il en eut un léger rire narquois, réalisant à quel point il ne parvenait pas à contenir son pouvoir et que celui-ci gelait peu à peu chacune de ses cellules. Comment l’aider ? Non, la réelle question qu’il se posait était : le devait-il ?

Il y avait, à présent le reconnaissait-il, plus agréable que de se faire caresser par Jack Frost mais ça ne le gênait pas aux premiers moments. Nae apprécia le contraste entre sa nouvelle chaleur et son froid habituel. Il le laissa se coller, se cramponner, absorber sa chaleur et… la lui enlever. Elle était sienne, pour commencer. Mais devait-il réellement lui reprendre ce petit bout de paradis obtenu après tant d’effort ? Il eut envie de le repousser avec force, se sauver la queue entre les jambes, l’abandonner avec son corps froid et qu’il se transforme en statue de glace. Mais il n’en fit rien. En fait, ce fût même lui qui manqua de se « glacifier » sur place. Était-ce ses caresses froides sur sa peau étrangement chaude qui le dérangeaient à ce point ?

Non, non.
Quelle idée saugrenue.
C’était cette comparaison.
Horrible, terrible, affreuse.

Qui disait bain de glace disait torture. C’était une rime à laquelle Nae était incapable d’échapper malgré ses efforts, ses carapaces et ses armures. La faille, la fissure, la plaie était toujours là et béante. Ses paupières se fermèrent fortement et il inspira profondément avant que son souffle ne s’arrête subitement. Pas le temps de réfléchir ou de se concentrer sur ses tremblements, dû au froid comme aux souvenirs de celui-ci. Ses bras s’enroulèrent autour de lui et l’attirèrent davantage contre la source de chaleur qu’il représentait dans l’immédiat. Don’t think.

« T’y penses trop, arrête. C’est dans ta tête, uniquement dans ta tête. Oublie. T’étais chaud, tu peux encore l’être, sens-moi. C’est ton vrai corps et il est chaud. J’ai jamais craqué alors y’a pas de raison que tu craques. Respire. »

Mais qui tentait-il de convaincre au juste ? Le japonais ou lui-même ? Il n’en était plus bien sûr, même lorsqu’il continuait sur sa lancée, répétant des mots supposés être réconfortant et d’autres d’encouragement. It’s okay. Il respirait par petites inspirations éloignées les unes des autres, serrant son propre corps dans ses bras, comme s’il voulait se réchauffer. Mais le froid continuait de l’envahir à son tour et de briser une à une ses défenses. Nae ne tenait plus. Il avait cette affreuse et irrépressible envie de se terrer dans un trou et de pleurer en silence. Il tenait uniquement parce qu’il ne voulait pas ruiner cette journée pourtant si belle, il voulait sa récompense et son cadeau.

Alors le nécromancien garda son sang froid jusqu’à ce que les voix autour d’eux ne se taisent et qu’ils soient de nouveau seuls.

Ce fût à ce moment-là qu’il cessa de chuchoter à son oreille et qu’après quelques secondes de silence, ses forces l’abandonnèrent progressivement jusqu’à ce que ses jambes le lâchent et il tomba pitoyablement au sol, sortant de la cachette qui n’avait plus lieu d’être. Presque automatiquement, Nae se recroquevilla sur lui-même et enlaça son corps en cherchant son souffle comme s’il venait de courir plus qu’un marathon. Il ne s’était pas évanoui, mais il n’en était plus très loin. Froid froid froid. Ses souvenirs se mêlèrent au présent et il confondit tout dans un nuage brumeux. Un brouillard épais dans son esprit.

Son corps tremblait et sa respiration se faisait de plus en plus saccadée, comme s’il étouffait. Ce qu’il voyait n’était plus le décor supposément morbide de la maison hantée, mais le flou de l’eau en mouvement, des glaçons qui rentraient dans sa bouche, du liquide glacial qui remplissait ses poumons et sa vie qui le quittait sans jamais… jamais… n’avoir pu obtenir l’attention désirée de sa mère. Pas un regard. Pas un sourire. Pas un mot. Il allait mourir. Seul. Frigorifié. Encore. C’était sa fin à lui ; appropriée pour quelqu’un qui n’avait connu que la solitude et la haine. Il n’y avait que le froid pour l’accueillir.

Que le froid pour accepter son existence.

peace and love bro

Yeah, I think about the end just way too much
But it's fun to fantasize
On my enemies who wouldn't wish who I was
But it's fun to fantasize

  Fantasize


Afficher toute la signature
Réduire la signature


#14 le 14.09.17 18:50

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re
× Appartement : Michalak
× Métier : Au chômage
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 866
× Øssements 2526
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
vampire
http://www.peekaboo-rpg.com/t1802-urie-kaneki http://carnetspectral.pab

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
84/100  (84/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re
× Appartement : Michalak
× Métier : Au chômage
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 866
× Øssements 2526
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
vampire

About ruining your day

- Will I regret? J'espère ouais! -


Je n'ai pas compris de quelle façon j'ai réussi à te convaincre, à vraie dire la faille que je cherche c'est celle sur le bout de mes doigts qui risquent de tomber. Subitement une chaleur qui me manquait - la mienne - que tu m'as volé. J'ai accepté cette proximité mes mains ont remonté sous les tissus contre ta - ma - taille et mon souffle gelé s'est enfoncé contre ta - ma - nuque.

Je cherche cette chaleur, elle ne m'a pas quitté hein, c'est ça? Elle est bien là. Mon corps est là et il n'est pas froid, bien au contraire. J'ai inspiré profondément, j'ai tenté de mettre de côté cette impression de froid. J'ai surtout essayé de mettre de côté cet agacement de ta personne, cette rage folle de vouloir t'en foutre une. Le fait est que l'essentiel est cette chaleur que je reprend peu à peu. Mes dents ont cessé de claquer, mon corps a peu à peu perdu de sa rigidité -cadavérique-.

Un instant j'ai eu l'impression d'avoir volé toute la chaleur de mon corps pour me l'approprier. Quand nos corps ont atteint eu la même température, je ne sais pas si tu étais plus froid ou moins chaud, je ne sais pas. Mais lorsque je reprends mes esprits tu t'éloigne et j'ai bien du mal à saisir le mal qui t'assaille.

Je sais juste que soudainement mon esprit s'est retrouvé par quelque chose d'autre sur lequel me figé, et non plus mon corps tout entier. J'ai un syndrome du sauveur, qu'on appelle aussi du héros. Je suis de ceux qui sont incapables de ne rien faire s'il y a un sentiment de détresse quelque part. Eden s'amuse souvent de dire que je suis Robin, mais vu mon niveau je dirais que je suis carrément Batman.

Et s'il y a bien un truc que je sais ici, c'est que tu ne peux pas mourir une seconde fois et depuis que j'ai ça à l'esprit je suis vachement moins flippé que quelqu'un me claque entre les doigts. Rapidement je me suis agenouillé, tentant de comprendre le mal en train de te ronger, à ta position, ton souffle et la façon dont ton comportement à changer je crois savoir… Le fait est que faire ça ici n'est pas une bonne idée.

" Hey… écoute-moi. Je vais devoir te porter. " je ne sais pas le mal qui est en train de te bouffer, car le fait est, qu'on ne se connait pas. Qu'actuellement tu n'es qu'un emmerdeur qui tente de foutre ma journée en l'air. Et en plus de me faire courir dans tous les sens, je suis obligé de faire du baby-sitting.

" Respire… Calme-toi, je te sors d'ici. " Est-ce que la maison hantée a un quelconque impact dans ta crise? Je préfère en sortir, ça ne peut pas aider.

Je sais qu'on ne doit pas ou peu manipuler les personnes dans ton état mais tu ne m'en laisses pas le choix. Si quelqu'un arrive ici on va être grillé et je voudrais éviter, vu ton état, de me battre avec la sécurité.

Je t'ai redressé, pour que tu ne sois plus à l'horizontal, minablement contre le sol. Mon bras gauche a passé sous tes - mes - jambes, l'autre est plaquée contre ton épaule droite. Te forçant à appuyer ton visage contre mon cou, puis finalement tout ton corps contre mon torse.

" Désolé… Supporte ça un instant. Ça va, ok?.. Ça va, respire… Prends ton temps, c'est juste le temps de sortir de là. "

J'ai cherché une sortie de secours dissimulée dans le faux décor et lorsque je l'ai trouvé je t'ai soulevé en grimaçant un peu. Je n'ai vraiment pas l'habitude de ton corps. Me pinçant la lèvre je termine tant bien que mal à te -me- porter et me diriger le plus vite possible vers l'extérieur.

Heureusement ici il n'y a personne… Nous sommes à l'arrière, dans un coin où sont stockés quelques éléments, mais heureusement nous sommes en plein air. J'espère déjà que cela va pouvoir t'aider à mieux respirer, m'éloignant de la sortie, allant entre deux conteneurs je t'assois et t'adosse à un mur en t'aidant à te maintenir un minimum assis.

J'ai distraitement observé mon corps dans un état si faiblard, le regard dans le vide et la bouche entrouverte par manque d'oxygène et j'ai soupiré, remontant par réflexe ma main dans tes cheveux, les plaquant en arrière puisqu'ils balayaient ton regard. Ma -ta- voix est posée, calme, d'un calme qui laisse refléter mon passif militaire, j'ai le sang froid, je sais gérer les crises. Tout peut bien exploser autour de moi, si quelqu'un ne va pas bien je suis capable d'être d'un calme à tout épreuve.

Agenouillé face à toi, j'essaie de capter ton regard.

" Je ne sais pas ce que t'as… mais regarde-moi, je suis là. Inspire lentement et souffle tout aussi lentement sur deux secondes… voilà, comme ça."

Je vérifie que tu y arrives, je reste en face de toi le temps des premiers instants, mes yeux ne lâchent pas les tiens, reste avec moi. J'observe que tu ne sombres pas à nouveau dans cette torpeur qui t'a fait te recroqueviller comme un enfant. Et lorsque tu me sembles tenir le bon bout je souffle doucement de soulagement.

" C'est bien... tu l'as, continue... ça va finir par se passer... "

Puis je me suis assis à côté de toi, servant probablement d'appui contre ton corps encore faiblard de cette crise inopinée. J'ai oublié ce froid qui me parcourt naturellement, obnubilé par ton mal-être si soudain.

" Je m'appelle Urie… C'est quoi ton prénom? " non je ne fais pas copain copain, je cherche simplement à te fixer sur d'autres choses que ta peur, dans deux minute je te demande si la pelouse qu'il y a autour de nous est bien verte et le ciel bleu.

Je voudrais bien une clope pour me calmer un peu… je continue d'écouter ton souffle qui semble ralentir un peu, je sens ton crâne appuyé sur mon épaule. J'essaie de ne pas te forcer au contact, mais la fraîcheur qui émane de mon corps doit être agréable, souvent durant ce genre de crise la chaleur corporelle monte sensiblement.

" …Tu t'en sors? "

Je suis de ce genre, à supporter silencieusement, mon épaule est assez confortable, enfin... la tienne j'en sais rien. Mais je finis souvent avec la tête d'une personne comme ça. Le soutien de quelqu'un de solide lorsqu'on ne sait quoi dire sur nos galères.

Move

- Get out -